Blow Out

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'accident dans l'industrie pétrolière, voir Blowout.

Blow Out

Réalisation Brian De Palma
Scénario Brian De Palma
Acteurs principaux
Sociétés de production Filmways Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Sortie 1981
Durée 107 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Blow Out est un thriller américain de Brian De Palma sorti en 1981.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jack est preneur de son et bruiteur. Il recherche un cri d'effroi pour un film de « Série B » sur lequel il travaille actuellement. Une nuit dans un parc, sur un pont enjambant une rivière et alors qu'à l'aide d'un capteur ultra-sensible, il prend des sons naturels (bruissement des feuilles des arbres animées par le souffle du vent, coassement de grenouille, hululement de hibou…), des crissements de freins se font entendre. Puis une détonation, l'éclatement d'un pneu : devant ses yeux, une voiture quitte la route, défonce une balustrade et s'abîme dans la rivière. Son capteur a enregistré tous les sons qui ont entouré et décrivent l'accident. Jack saute à l'eau afin de sauver les occupants du véhicule qui a coulé. Il n'arrive à extirper de celui-ci qu'une jeune femme, Sally. Le conducteur, un homme politique très important (qui avait de très bonnes chances de remporter la prochaine élection à la Présidence des États-Unis) est mort noyé. Le lendemain, en réécoutant l'enregistrement de l'accident, Jack (qui a l'oreille particulièrement exercée) réalise qu'il s'agit en fait d'un attentat. Le même jour, les médias lui apprennent que par une étrange coïncidence, un photographe se trouvait sur les lieux du drame et qu'il a pu filmer toute la scène. Décidé à récupérer le film du photographe pour y caler sa bande-son afin de révéler l'attentat, Jack parvient à convaincre Sally (dont la présence insolite dans la voiture du défunt est clairement embarrassante pour la mémoire de celui-ci et qui, de plus, connaissait le photographe et avait trempé, en presque toute innocence, dans la machination visant à salir ledit défunt aux yeux de l'opinion publique) de l'aider dans son entreprise. Des sentiments réciproques rapprochent d'ailleurs les deux jeunes gens. Malheureusement pour eux, ceux qui complotaient la perte de leur adversaire politique entendent bien effacer toutes preuves de leurs agissements…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Blow Out
  • Titre de travail : Personal Effects[1]
  • Réalisation : Brian De Palma
  • Scénario : Brian De Palma et Bill Mesce Jr. (non crédité)
  • Musique : Pino Donaggio
  • Photographie : Vilmos Zsigmond
  • Montage : Paul Hirsch
  • Décors : Paul Sylbert
  • Costumes : Vicki Sánchez
  • Production : George Litto
Producteur délégué : Fred C. Caruso
États-Unis : Orion Pictures
France : UGC (1982), Mission (réédition 2012)
Canada : Ambassador Film Distributors
États-Unis :
France : , (réédition), (réédition numérique)
  • Classement : interdit aux moins de 12 ans (France), R (16+, 18+) (Canada)

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

À cette époque, De Palma est attaché à beaucoup de projets après le succès de Pulsions : un série pour HBO, le film Flashdance et un script intitulé Personal Effects. Finalement, il se concentre sur ce dernier qui devient Blow Out[3].

Blow Out est une sorte de « remake-hommage » à Blow-Up de Michelangelo Antonioni[4]. Dans ce film sorti en 1966, un photographe de mode, interprété par David Hemmings, prend une photo, apparemment banale, dans un espace vert ; au tirage, il s'aperçoit d'un détail intrigant : un agrandissement semble révéler, au fond de l'image, un revolver sortant des feuillages. Le photographe mène alors l'enquête.

C'est pendant le mixage son de Pulsions[5] (qui, dans la filmographie du réalisateur, précède juste Blow Out) que Brian De Palma a eu l'idée de faire un film sur un preneur de son.

Casting[modifier | modifier le code]

Pour le rôle principal De Palma voulait Al Pacino[5], mais comme ce dernier était indisponible il choisit John Travolta, qu'il avait dirigé dans Carrie au bal du diable. Un producteur suggéra alors d'engager Olivia Newton-John pour le rôle féminin, pour ainsi reformer le duo mythique de Grease[5]. De Palma refusa cette idée et Nancy Allen, son épouse à cette période, eut le rôle. Ces deux derniers avait déjà tourné ensemble dans Carrie au bal du diable.

Tournage[modifier | modifier le code]

Initialement prévu au Canada, le tournage se déroule finalement à Philadelphie, la ville natale du réalisateur[3].

Deux bobines ayant été volées pendant le montage, les scènes à la Liberty Parade ont dû être retournées. Comme le chef opérateur Vilmos Zsigmond n'était plus disponible, il est remplacé par László Kovács[5].

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale a été composée par l’Italien Pino Donaggio, qui avait déjà collaboré avec Brian De Palma en 1976 pour Carrie au bal du diable, en 1980 pour Home Movies et Pulsions. Ils se retrouveront en 1984 pour Body Double et enfin en 1992 pour L'Esprit de Caïn.

Liste des titres[6]
  1. Love is illumination (04:10) (Musique : Jean-Claud / Paroles : Billie Cosby / Arrangements : Don Rivers)
  2. BLOW OUT opening theme (02:12)
  3. Sally & Jack (01:23)
  4. Dormitory (03:21)
  5. Public phone (01:58)
  6. Suspension bridge (01:19)
  7. On the premises (02:31)
  8. Motel (02:14)
  9. BLOW OUT last theme (03:17)
  10. Freedom jubilee (03:38) (Musique : Jean-Claud / Paroles : Billie Cosby / Arrangements : Don Rivers)
  11. Photo studio (02:08)
  12. Subway (03:20)
  13. Fireworks (02:27)
  14. Tape & Film (01:40)
  15. Liberty Bell jubilee (04:28)
  16. Sally's Death (02:11)
  17. Prelude (02:18)

Commentaires[modifier | modifier le code]

Thèmes et références[modifier | modifier le code]

Dans son film, De Palma fait plusieurs allusions, avouées ou non, à la politique américaine : l'assassinat de John F. Kennedy, l'accident de voiture du sénateur Edward Moore Kennedy sur l'Île de Chappaquiddick ou encore le scandale du Watergate[7],[3].

Par ailleurs, le film se concentre sur l'art de faire un film et notamment sur le métier peu connu de preneur de son. Le film parle de la relation son/image et de l'utilisation de l'image comme information.

Réception[modifier | modifier le code]

Le film reçut globalement de bonnes critiques, avec notamment 90% d'opinions favorables sur l'agrégateur Rotten Tomatoes pour 41 critiques[8].

Côté box-office, le film fut malheureusement desservi par le bouche-à-oreille critiquant la fin du film, trop triste. Blow Out totalise 13 747 234 dollars de recettes aux Etats-Unis, pour un budget de 18 millions[2]. Cependant le film deviendra peu à peu un film culte. C'est un des films préférés de Quentin Tarantino[9],[5], pour lui le meilleur des De Palma. Il a engagé John Travolta pour Pulp Fiction quasiment grâce à Blow Out[5] et il a utilisé un extrait de Sally & Jack pour son propre film Boulevard de la mort en 2007.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Brian de Palma, dans Blow out, a voulu rendre hommage, sous forme de clin d'œil, à l'un de ses premiers films, Murder à la mod : en effet, c'est un extrait assez sinistre de Murder à la mod que le reporter photo crasseux et alcoolique interprété par Dennis Franz regarde à la télévision lorsqu'il est dérangé par Sally qui vient chez lui à l'improviste[10].
  • Dans la version française, Gérard Depardieu prête sa voix à John Travolta, à la demande de ce dernier.
  • Le magnétophone utilisé par John Travolta est un Nagra III de la firme suisse Kudelski.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Titres et dates de sortie - Internet Movie Database
  2. a et b Business - Internet Movie Database
  3. a, b et c The De Palma Cut: The Films of America's Most Controversial Director de Laurent Bouzereau - publié en 1988
  4. Secret de tournage - AlloCiné
  5. a, b, c, d, e et f (en) Anecdotes - Internet Movie Database
  6. (en) Bande originale de Blow Out - Soundtrack Collector.com
  7. (en) Blow Out Article du Chicago Sun-Times écrit par Roger Ebert en janvier 1981
  8. (en) Review - Rotten Tomatoes
  9. (en) Les films préférés de Tarantino - Tarantino.info
  10. Voir à ce sujet l'analyse intitulée «The Wedding Party & Murder a la mod », sur le site Brian de Palma online.

Liens externes[modifier | modifier le code]