Greetings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Greetings

Réalisation Brian De Palma
Scénario Charles Hirsch
Brian De Palma
Sociétés de production West End Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Durée 88 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Greetings est une comédie américaine réalisée par Brian De Palma en 1968. Le film met en scène l'obligation militaire de participer à la guerre du Viêt Nam. Il a reçu l'Ours d'argent au Festival de Berlin 1969.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la télévision, le président Johnson justifie l'engagement américain au Viêt Nam. Paul et ses deux amis Jon et Lloyd, eux, passent des heures à chercher tous les moyens de se faire réformer. Chacun utilise finalement une méthode différente pour s'en sortir devant le recruteur  : Jon essaie ainsi de se faire passer pour un patriote extrémiste et incontrôlable. Puis, en attendant les résultats de leurs prestations, chacun retourne à ses obsessions. Paul teste les rencontres amoureuses "par ordinateur", et se retrouve face à toutes sortes de déséquilibrées. Lloyd, lui, a une idée fixe : découvrir la vérité sur l'assassinat de Kennedy...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc d'un homme de 28 ans, cheveux noirs, pommettes marquées, nez robuste, lèvres charnues, yeux sombres
Robert De Niro en 1971.

Accueil du film[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Accueil public[modifier | modifier le code]

Greetings est un succès : tourné pour 43 000 dollars, il en rapporte plus d'un million[4]. Le film a su capter « l'air du temps » de la période qui suit l'assassinat de Kennedy, l'angoisse liée à la guerre du Viêt Nam, en les restituant sous une forme plus légère et comique[4]. Ce succès permet la sortie en salles de The Wedding Party, le premier film de Brian De Palma tourné en 1964.

L'analyse de Brian De Palma[modifier | modifier le code]

« Le film reflète ce qui nous obsédait dans les années soixante : les filles – on était en pleine révolution sexuelle ; l'appel – tout le monde cherchait à se faire réformer pour ne pas aller au Vietnam ; et bien sûr l'assassinat de John Kennedy. J'y ai ajouté mon obsession pour le voyeurisme qu'incarnait le personnage joué par De Niro[5]. »

— Brian De Palma

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Brian de Palma : Entretiens avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Calmann-Lévy,‎ , 214 p. (ISBN 2-7021-3061-5)
  • Leonardo Gandini, Brian De Palma, Rome, Gremese, coll. « Grands cinéastes de notre temps »,‎ , 127 p. (ISBN 88-7301-493-3, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]