Attentats du marathon de Boston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentats du marathon de Boston
Image illustrative de l'article Attentats du marathon de Boston
Le site de la première explosion quelques instants après la déflagration.

Localisation Boston
Drapeau du Massachusetts Massachusetts
Drapeau des États-Unis États-Unis
Cible Marathon de Boston 2013
Coordonnées 42° 20′ 59″ N 71° 04′ 45″ O / 42.34972, -71.0791742° 20′ 59″ Nord 71° 04′ 45″ Ouest / 42.34972, -71.07917  
Date 15 avril 2013
14 h 50 (UTC−04:00)
Type Attentats à la bombe
Arme Engins explosifs improvisés
Morts 3[1],[2]
Blessés 264

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Attentats du marathon de Boston

Géolocalisation sur la carte : Massachusetts

(Voir situation sur carte : Massachusetts)
Attentats du marathon de Boston

Géolocalisation sur la carte : Boston

(Voir situation sur carte : Boston)
Attentats du marathon de Boston

Les attentats du marathon de Boston sont une attaque terroriste survenue le lundi 15 avril 2013 à 14 h 50 HAE (18 h 50 UTC) à Boston, dans le Massachusetts, aux États-Unis lors de la 117e édition du marathon de la ville, durant laquelle deux bombes ont explosé. Les bombes ont été placées près de la ligne d'arrivée sur Boylston Street et ont détonné à 13 secondes d'intervalle tuant trois personnes et en blessant 264 autres. L'enquête est actuellement en cours. Les deux principaux suspects, Djokhar et Tamerlan Tsarnaïev, ont été identifiés. Trois jours après l'attentat, Tamerlan Tsarnaïev est tué par les forces de l'ordre après une course-poursuite et un échange de coups de feu, tandis que son jeune frère réussit à s'échapper avant d'être arrêté, blessé, 24h plus tard et d'être conduit dans un hôpital de Boston où son inculpation formelle est prononcée.

Contexte[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Marathon de Boston et Patriots' Day.

Le marathon de Boston est une course pédestre de 42,195 km empruntant chaque année depuis 1897 les rues de Boston, habituellement le troisième lundi d'avril. C'est le plus vieux marathon annuel au monde qui a fêté sa 115e édition en 2011. Il fait partie du World Marathon Majors, compétition regroupant six marathons majeurs. L'événement attire 500 000 spectateurs chaque année, ce qui en fait l'événement sportif le plus suivi en Nouvelle-Angleterre. Débutant avec 18 participants en 1897, la course attire désormais chaque année une moyenne d'environ 20 000 participants. Le record a été atteint lors de la centième édition en 1996 avec 38 708 participants.

Le dispositif de sécurité général pour ce grand rassemblement sportif est relativement important[3]. Des agents de l'Équipe spéciale de lutte contre le terrorisme de Boston (FBI Boston’s Joint Terrorism Task Force (en)) sont déjà présents sur place, avant le drame, dans le cadre normal de leur mission[4]. Des chiens renifleurs sont remarqués aux lignes de départ et d'arrivée[5], et des agents de sécurité sont aperçus postés sur les toits au début de la course.

Le troisième lundi d'avril correspond au Patriots’ Day dans le Massachusetts[6], un jour férié commémorant les batailles de Lexington et Concord, première bataille de la Révolution américaine, qui a eu lieu le 19 avril 1775. En 2013, cette date coïncide aussi avec le Tax day, qui est la date limite pour que les résidents américains déclarent leurs revenus auprès de l'Internal Revenue Service, et qui est fixée depuis 1955 au 15 avril. C'est donc un jour symbolique pour les Américains hostiles à l'État fédéral. Cette date n'est pas non plus éloignée de l'anniversaire de l'épilogue du Siège de Waco, ainsi que de l'attentat d'Oklahoma City, un 19 avril. Enfin, les explosions surviennent en plein débat sur la limitation des armes à feu aux États-Unis. Toutes ces coïncidences ont alimenté les hypothèses sur les motivations de cet acte.

L'attentat[modifier | modifier le code]

Carte du quartier de Back Bay représentant le site des explosions.

Une première explosion a lieu le 15 avril 2013 vers 14 h 50 sur Boylston Street, dans le quartier de Back Bay, à quelques mètres seulement de la ligne d'arrivée du 117e marathon de Boston[1], près de Copley Square. Elle survient sur la gauche de coureurs qui terminent cet important marathon organisé annuellement dans la ville et dont l'édition en cours est dédiée à la mémoire des victimes de la tuerie de l'école primaire Sandy Hook, le 14 décembre 2012 dans le Connecticut voisin. Elle affecte surtout le public massé derrière des barrières face au bâtiment principal de la bibliothèque publique de Boston, mais aussi au moins un coureur de 78 ans, Bill Iffrig, envoyé au sol par la déflagration. À cet instant, la majorité des quelques 27 000 participants ont d'ailleurs déjà franchi la ligne d'arrivée. Les vainqueurs de l'épreuve, Lelisa Desisa[7] chez les hommes et Rita Jeptoo chez les femmes, ont terminé leur course depuis plus de deux heures[7].

Équipe d'intervention près du site des explosions de Boylston Street.

Treize secondes après la première explosion[8], une deuxième déflagration a lieu à quelques dizaines de mètres seulement, toujours sur Boylston Street et du même côté de la rue, plus haut sur le parcours des coureurs[1]. Il s'agit d'attentats à la bombe[2], qui causent trois morts confirmées par la police, et 180 blessés dont plusieurs, gravement atteints, doivent être amputés[9]. Les trois personnes décédées sont une étudiante chinoise de l'université de Boston âgée de 23 ans, Lu Lingzi (chinois simplifié: 吕令子; chinois traditionnel: 呂令子; pinyin: Lǚ Lìngzǐ[10],[11]), une femme de 29 ans, Krystle Campbell[12], et un garçon de huit ans, Martin Richard, dont la petite sœur de six ans perd une jambe et dont la mère est grièvement blessée[13]. Un homme de 27 ans a les deux jambes arrachées[14]. Des rumeurs parlant d'autres bombes qui ne se seraient pas déclenchées sont démenties par le FBI[15].

Le même jour, un incendie a lieu à la bibliothèque John F. Kennedy Presidential Library and Museum, également à Boston, sans faire de victime. Cet incident est brièvement considéré comme étant lié aux explosions du marathon ; en réalité il n'y a aucun lien entre les deux événements[16].

Réactions[modifier | modifier le code]

La première intervention publique de Barack Obama au sujet des attentats, le soir du 15 avril 2013.

En réaction, l'espace aérien autour de la ville est clos par les autorités américaines. Par principe de précaution, la police place en alerte des véhicules d'intervention dans les grandes villes de la côte est. La sécurité est renforcée notamment dans les endroits-clés de New York[17] et de Washington, où Pennsylvania Avenue est fermée à la circulation, ainsi qu'à Londres, en prévision du marathon qui doit s'y tenir le dimanche suivant[18]. La Maison-Blanche indique que le président Barack Obama a parlé avec le gouverneur du Massachusetts Deval Patrick et avec le maire de Boston Thomas Menino et assure de toute l'aide du gouvernement fédéral. Le président fait une allocution télévisée, durant laquelle il souligne le fait que les explosions ont eu lieu lors du Patriots' Day. Au lendemain des attentats, Barack Obama les qualifie d'« acte de terrorisme », ce qu'il n'a pas fait le jour même[19].

Les explosions ne sont pas revendiquées comme attentat. Le chef d'un groupe salafiste jordanien se dit toutefois heureux de voir l'horreur se produire en Amérique et déclare : « Que les Américains éprouvent la souffrance que nous avons endurée à cause de leurs armées qui ont occupé l'Irak et l'Afghanistan et qui ont tué nos frères là-bas[20] ». Des membres du Hamas, du Jihad islamique et du Hezbollah se réjouissent également des attaques qui viennent d'être perpétrées, et se mettent à danser dans les rues de Gaza, en distribuant des bonbons aux passants[21]. Pour le docteur Essam el-Erian (en), vice-président du Parti Liberté et Justice, au pouvoir en Égypte, les attentats de Boston s'inscrivent dans une série d'événements qui ont commencé par l'intervention française au Mali, et qui se déroulent ensuite en Syrie, en Irak, en Somalie et en Turquie[22].

Des représentants issus d'un organisme religieux controversé, d'inspiration « baptiste », nommé Westboro Baptist Church (WBC), connu notamment pour son farouche antiaméricanisme[23],[24],[25] ainsi que ses propos haineux opposés à diverses communautés religieuses, ethniques, raciales ou sexuelles[23],[24],[25], tiennent également un discours laudatif et reconnaissant au regard des attentats, ajoutant même qu'ils se rendront aux funérailles des victimes pour y glorifier ostensiblement leurs meurtriers[20],[26]. Cette église communique le message suivant sur Twitter : « Dieu a envoyé les bombes pour le péché du Massachusetts d’avoir adopté le mariage homo[27] ».

Au sujet des deux suspects, Ramzan Kadyrov, président de la Tchétchénie, s'étonne que le premier d'entre eux ait été tué, dit que les services spéciaux ont apparemment agi ainsi parce qu'ils devaient « par tous les moyens calmer les esprits », et déclare : « Toute tentative d'établir une connexion entre la Tchétchénie et les Tsarnaïev, si ceux-ci sont coupables, est vaine. Ils ont grandi aux États-Unis, leurs comportements et leurs croyances se sont développés là-bas. Il est nécessaire de chercher les racines du mal en Amérique, qui se sert du terrorisme pour aller faire la guerre dans le monde entier. Nous savons cela mieux que quiconque »[28]. Au contraire, pour l'analyste russe Sergeï Mikheyev[29], une telle connexion résulterait des politiques menées par les États-Unis dans le Caucase du Nord, « la Russie [ayant] depuis longtemps averti les Américains que flirter avec différentes organisations terroristes et séparatistes [de cette région] ne pouvait amener rien de bon »[30],[31]. Les rebelles du Caucase du Nord russe, sous l’égide du commandement de la rébellion au Daguestan, ont démenti être impliqué dans l'attentat de Boston, arguant qu’ils ne mènent « pas d’opérations militaires contre les Etats-Unis d'Amérique[32] ».

Djokhar Tsarnaïev, après son arrestation, est soutenu par plusieurs groupes qui se créent sur les réseaux sociaux avec des slogans réclamant sa libération ; il attire la sympathie d'internautes persuadés qu'il est poursuivi à cause de sa foi musulmane[33].

Enquête[modifier | modifier le code]

Conférence de presse du FBI, le 16 avril 2013, au sujet de l'enquête.

Immédiatement après les explosions, les journaux et la police lancent des appels à témoignage et les enquêteurs fouillent les décombres en collectant des éléments utiles à l'enquête. Dans les jours qui suivent, les très nombreuses photos et vidéos prises par les spectateurs ou provenant des caméras de surveillance des magasins alentour sont examinées[34].

Le couvercle d'un des engins explosifs.

L'analyse des débris et d'éléments divers[35] a permis de montrer que les bombes étaient confectionnées à partir de poudre noire artisanale (carbone + nitrates + soufre) et de petits objets servant à déchiqueter (billes d'acier, clous, fragments métalliques…)[Note 1] placés dans des cocottes-minute d'environ six litres, dont l'une aurait été déclenchée par un minuteur de cuisine[36]. Elles étaient placées dans des sacs à dos noirs en nylon posés à même le sol, près des grilles métalliques séparant la foule des coureurs.

L'enquête suit des pistes très différentes : terrorisme international, extrémistes américains, acte isolé. Le 16 avril, plusieurs personnes sont interrogées par la police, parmi lesquels un ressortissant saoudien, dont la maison à Revere est fouillée[37], avant qu'il ne soit mis hors de cause. Le 17 et le 18, on apprend que la police possède des images claires de un, puis de deux suspects déposant les bombes, grâce à des vidéos de surveillance[38],[39]. Ces photos sont ensuite publiées par le FBI[40],[Note 2], ce qui permet d'identifier deux jeunes gens : les frères Djokhar et Tamerlan Tsarnaïev.

Traque des suspects[modifier | modifier le code]

Le 18 avril au soir, une fusillade a lieu sur le campus du MIT, qui coûtera la vie à un policier de l'université. Les deux frères braquent une voiture, son conducteur est pris en otage, puis relâché. Une course-poursuite s'engage alors dans la nuit à Watertown, suivie d'une fusillade au cours de laquelle 15 policiers sont blessés et un des suspect est interpellé[41]. Ce dernier succombe peu après de ses blessures à l'hôpital ; il s'agit de l'un des suspects recherchés, Tamerlan Tsarnaïev (Тамерлан Царнаев), âgé de 26 ans (né le 21 octobre 1986). L'autre individu, son frère de 19 ans, Djokhar Tsarnaïev[Note 3] (Джохар Царнаев, né le 22 juillet 1993), le second suspect des attentats, arrive à s'enfuir, en étant vraisemblablement armé et considéré comme dangereux[42]. 9 000 hommes en armes patrouillent dans Boston qui se transforme en ville fantôme, et dans les alentours : les gens sont invités à ne pas aller travailler, à rentrer chez eux et à se barricader. Watertown en particulier est inspectée maison par maison[43]. Djokhar Tsarnaïev, blessé, est découvert par un habitant sous la bâche de son bateau alors que le couvre-feu vient d'être levé[44]. Djokhar Tsarnaïev est finalement arrêté par les forces de l'ordre, à 20 h 45 heure locale[44],[45] (2 h 45 du matin heure de Paris), après un dernier mitraillage durant lequel il est blessé à nouveau[46], alors que d'après une source officielle il n'était en réalité pas armé et ne détenait pas d'explosif au moment de son arrestation[47].

Suspects[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Djokhar et Tamerlan Tsarnaïev.

Les deux frères, issus d'une famille d'origine tchétchène, émigrent en 2000-2001 aux États-Unis, en possession d'un passeport kirghiz. Ils sont alors respectivement âgés de 14 et 7 ans. Ils vivent à Cambridge dans le Massachusetts. L'aîné a étudié au Bunker Hill Community College (en) mais n'a pas terminé ses études. Il est marié et a une fille, sa femme s'était convertie à l'islam. Il avait été interrogé par le FBI en 2011, à la suite de renseignements du gouvernement russe, selon lesquels il pourrait être lié à des groupes terroristes[48],[49],[50]. Son frère Djokhar, naturalisé américain en 2012[51], est diplômé de la Cambridge Rindge and Latin School (en). Il suivait des études à l'University of Massachusetts Dartmouth (en), spécialisation en biologie marine, au moment des faits[48],[50].

Inculpation[modifier | modifier le code]

Les enquêteurs comptent invoquer « l'exception de sécurité publique » pour interroger Djokhar Tsarnaïev qui, après avoir reçu des balles dans le cou et dans la jambe[52],[53], est hospitalisé, intubé et sous sédatifs au centre médical Beth Israël Deaconess (en) de Boston. La mesure précitée impliquerait alors que le captif pourrait être soumis à un interrogatoire « musclé » durant lequel il ne saurait bénéficier de l’assistance d’un avocat pas plus qu’il ne pourrait se réclamer des droits Miranda qui, d’ordinaire, accordent à tout détenu de droit commun la possibilité de se murer dans le silence[53].

En raison d’une blessure à la gorge qui l’empêche de parler, le suspect répond par écrit aux questions des enquêteurs[32].

Le 22 avril 2013, Djokhar Tsarnaev est inculpé pour « usage et complot d'utilisation d'une arme de destruction massive contre des personnes et des biens aux États-Unis ayant provoqué la mort » et « destruction volontaire de biens au moyen d'un engin explosif »[54]. Il encourt la peine de mort.

Arrestations supplémentaires[modifier | modifier le code]

Le 1er mai 2013, la police informe que trois étudiants, ont été arrêtés par les autorités fédérales[55], en relation avec les attentats[56]. Deux d'entre eux, Dias Kadyrbayev et Azamat Tajayakov, d'origine kazakhe, sont mis en examen pour le recel d'objets appartenant à Dzokhar Tsarnaev, un sac à dos contenant des feux d'artifices et un ordinateur portable et obstruction à l'enquête sur les attentats[57],[58]. Robel Phillipos, américain d'origine éthiopienne, est quant à lui mis en examen pour faux témoignage[59]. Ils ont admis les faits.

Le 22/05/2013 le FBI a abattu Ibragim Todashev, un jeune tchétchène lié à l’aîné des deux frères Tsarnaev, au cours d’un interrogatoire en Floride. Après 9 heures d’interrogatoire, Todashev a tenté de s’enfuir en renversant une table et de s’emparer de l’arme d’un policier présent sans toutefois y parvenir. Il a été neutralisé de 7 balles positives (6 dans le corps, et une à la base du crâne) alors qu’il n’était armé que d’un vieux couteau. Todashev, déjà connu des services de la police américaine, a fait l’objet d’une mise en examen en 2011 pour un triple meurtre survenu à Boston. Dans cette affaire, jamais élucidée, 3 dealers avaient été retrouvés égorgés dans un appartement proche de celui des frères Tsarnaev. Todashev a reconnu être impliqué ainsi que Tamerlan Tsarnaev[60]. Le père d’Ibragim Todashev, Abdul-Baki Todashev, a déclaré le 30/05/2013 lors d’une conférence de presse à Moscou que son fils avait été abattu par le FBI pour « l’empêcher de parler », accréditant ainsi selon lui la thèse du complot[61].

Similitudes[modifier | modifier le code]

En 2001, l’auteur américain Tom Lonergan avait écrit Heartbreak Hill, un roman où un terroriste place des bombes sur le parcours du marathon de Boston[62].

Après les attentats, Nike a dû retirer un des ses produits de la vente, une collection de T-shirts avec l’inscription Boston Massacre[63], qui illustrait la rivalité entre deux équipes de baseball, celles des Yankees de New-York et des Red Sox de Boston, et qui n’était pas non plus sans rappeler le massacre de Boston qui avait eu lieu en 1770, à l’aube de la déclaration d’indépendance des États-Unis[63].

Théories du complot[modifier | modifier le code]

Comme c'est souvent le cas, et particulièrement lorsqu'il s'agit d'un événement dramatique aux États-Unis, des théories du complot apparaissent, relayées facilement par Internet.

Selon des médias iraniens, il pourrait s'agir d'attentats sous fausse bannière, une hypothèse apparue d'ailleurs à plusieurs reprises sur certains sites d'information occidentaux[64],[65],[66]. Aux États-Unis, une élue républicaine de la chambre des représentants du New Hampshire se dit convaincue que le gouvernement fédéral a planifié les attaques[67].

Après la diffusion par CNN, lors de la traque des suspects, d'une courte vidéo[68] montrant un homme nu, sans blessure apparente, menotté, entouré de plusieurs policiers qui le conduisent à une voiture pour l'emmener, la séquence étant accompagnée d'un bandeau sur lequel on peut lire : « Flash spécial / Boston Globe : Un suspect des attentats du marathon arrêté, le second en fuite »[69], certains médias alternatifs d'inspiration conspirationniste[70],[71] identifient cet homme comme étant Tamerlan Tsarnaïev[72], en considérant que la ressemblance physique[73] est suffisamment forte, même si la vidéo est d'une résolution assez mauvaise. Au cours d'une conférence de presse tenue le 25 avril 2013 par les parents des deux suspects au Daghestan, où ils résident, Zubeidat Tsarnaïeva (la mère) dit avoir reconnu son fils aîné dans la vidéo et avoir vu le lendemain des photos de lui sur Internet, « horribles », prises lors de son autopsie ; elle déclare qu'il a été « vraiment assassiné »[74]. Maret Tsarnaïeva, la tante des deux suspects, avocat-stagiaire à Toronto, soupçonne que les attaques aient été mises en scène, et pense que ses neveux sont « victimes d'une conspiration »[75] ; elle aurait aussi confié à un reporter canadien qu'elle pouvait effectivement identifier l'homme vu dans la vidéo comme étant son neveu Tamerlan[76], mais a refusé une interview qui était prévue avec ce reporter et Alex Jones[77], probablement à cause de menaces qu'elle a reçues[78]. La police de Watertown a démenti formellement que l'« homme nu » soit Tamerlan, sans toutefois préciser son identité.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Le studio Lionsgate a acquis les droits d'adaptation du livre Stronger, coécrit par Jeff Bauman ; le film sera produit par Todd Lieberman et David Hoberman et scénarisé par John Pollono[79].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces petits objets sont parfois appelés à tort des shrapnels.
  2. Une des photos des suspects, sur le site du FBI
  3. Dzhokhar en transcription anglo-saxonne de l'écriture cyrillique, « Djokhar » en transcription française ; de même pour « Tsarnaïev » et Tsarnaev

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Au moins 3 morts après deux explosions au marathon de Boston », RTS Info,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
  2. a et b (en) Josh Levs et Monte Plott, « Boy, 8, one of 3 killed in bombings at Boston Marathon; scores wounded », CNN « Deadly attack at Boston Marathon » « Story Highlights »,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne)
  3. Scenes from the Boston Marathon Tragedy
    « I used to be involved with security for the marathon because I was the Governor’s Homeland Security Advisor so this is a security event and every sporting event today is a security event you know, whether it’s a place like the Super Bowl or even a marathon »
  4. Updates on Investigation Into Multiple Explosions in Boston
    « The FBI Boston’s Joint Terrorism Task Force, composed of more than 30 federal, state, and local law enforcement agencies, including Boston Police, Massachusetts State Police, and ATF, HSI, United States Secret Service, and others responded to the scene. Many of them were already there as part of the general security for the marathon already in place. »
  5. UM Coach: Bomb Sniffing Dogs, Spotters on Roofs Before Boston Marathon Explosions [1]
    « University of Mobile’s Cross Country Coach, who was near the finish line of the Boston Marathon when a series of explosions went off, said he thought it was odd there were bomb sniffing dogs at the start and finish lines. »
  6. (en) The General Court of the Commonwealth of Massachusetts, « Mass. Gen. Laws ch. 6, § 12J. »
  7. a et b Marion Faliu, Malo Delarue, Aurore Vervaeke, Stéphane Kirscher, Fanny Lelong, « Après les attentats de Boston, c'est toute la ville qui a participé à la traque des suspects », RTS Un, Radio télévision suisse « Mise au point » « Mauvais temps »,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
    « L’éthiopien Lelisa Desisa remporte la course en deux heures dix minutes et vingt-deux secondes... sauf que le chrono que l’histoire retiendra ne s’est affiché que deux heures plus tard … »
  8. « Boston : des citoyens transformés en reporters de guerre ou en héros », RTS Un, Radio télévision suisse « Mise au point » « Moments forts »,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
    Cf. minutage 00:30 à 00:35 : « Une seconde bombe explose treize secondes après la première ». Mise au point revient sur l'attentat de Boston par le prisme de simples citoyens dont la joie d'un instant a basculé, en une fraction de seconde, dans l'horreur la plus indescriptible.
  9. (en) Kay Lazar, Carolyn Y. Johnson et Patty Wen, Hospital scene after Marathon was like a battle zone, Boston Globe, 15 avril 2013
  10. (zh) « 奥巴马:我们为吕令子的中国家人祈祷 », sur sohu.com, sohu.com (consulté le 20 avril 2013)
  11. (zh) « 【波士頓爆炸】第3名死者: 中國公民呂令子[trad 1] », Apple Daily 蘋果日報/苹果日报, Phoenix Television (en),‎ 17 avril 2013 (lire en ligne)
  12. Associated Press, « Attentat de Boston – Aucune arrestation, selon le département de la Justice », Le Devoir « Actualités internationales » « Attentats de Boston »,‎ 17 avril 2013 (lire en ligne)
  13. Agence QMI, « Martin Richard, 8 ans, meurt sous les yeux de sa mère et de sa sœur », Le Journal de Montréal « Actualité : faits divers et judiciaire » « Attentats de Boston »,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne)
  14. (en) « Jeff Bauman Jr., Injured Man In Associated Press Photo, Got Both Legs Amputated », The Huffington Post,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne)
    « The father of a man who was photographed being pushed away from the Boston Marathon bombing in a wheelchair says his son has had both legs amputated. »
    L'homme (avec un chapeau de cow-boy sur la photo) qui se porte immédiatement au secours de Jeff Bauman est Carlos Arredondo. Le témoignage de Jeff Bauman sera recueilli et utilisé par le FBI afin d'identifier le premier suspect des attentats, Tamerlan Tsarnaïev.
  15. Victor Garcia et M. R., « En direct – Boston : Barack Obama dénonce un acte de terrorisme », BFM TV « Explosions au marathon de Boston »,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
  16. Explosions de Boston. L’incendie de la bibliothèque JFK n’aurait aucun rapport, Ouest-France, 16 avril 2013.
  17. « Attentat de Boston: les poseurs de bombe voulaient attaquer New York », Le Nouvelliste « Monde » « États-Unis »,‎ 26 avril 2013 (lire en ligne)
    « Les auteurs de l'attentat de Boston voulaient ensuite se rendre à New York et perpétrer un nouvel attentat sur Times Square, a annoncé jeudi le maire de New York Michael Bloomberg. »
  18. Explosions au marathon de Boston: trois morts et une centaine de blessés, RTBF, 16 avril 2013.
  19. (en) David Jackson, Obama: Boston attack 'an act of terrorism', USA today, 16 avril 2013
  20. a et b (en) « 'Let the Americans feel the pain we endured': Sickening claim of Jordanian al-Qaeda extremist 'happy' over Boston Marathon bombings », Daily mail,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne)
    « Expert says blasts 'carry the hallmark of an organized terrorist group. Controversial Westboro Baptist Church also welcomes bombings. It says members will 'picket' funerals of the victims. »
  21. (en) « Hamas, Islamic Jihad, Hizballah celebrate Boston terror bombings », Israel News Agency, Jerusalem, Jihad Watch,‎ 15 avril 2013 (lire en ligne)
  22. (en) Alberto Riva, « Boston Marathon Bombings: It All Began In Mali, Says Muslim Brotherhood's Essam El-Erian », International Business Times « Opinion » « Analysis »,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne)
  23. a et b (en) Daniel C. Brouwer (Associate Professor) et Aaron Hess (doctoral student), « Making Sense of ‘God Hates Fags’ and ‘Thank God for 9/11’: A Thematic Analysis of Milbloggers' Responses to Reverend Fred Phelps and the Westboro Baptist Church », Western Journal of Communication, Hugh Downs School of Human Communication, Arizona State University, vol. 71, no 1,‎ 7 mars 2007, p. 69-90 (DOI 10.1080/10570310701215388)
    « Since June 2005, the Reverend Fred Phelps and the Westboro Baptist Church (WBC) have conducted protests at funerals of U.S. military personnel killed in the War on Terror […] this articulation identifies the Phelps clan as part of other fringe, anti-American groups. »
  24. a et b (en) Eugene Volokh, « Freedom of speech and the intentional infliction of emotional distress tort », Cardozo Law Review de novo, Yeshiva University,‎ 2010 (résumé, lire en ligne [PDF])
    « […] from the anti-American nature of the message, the approbation of the death of an American soldier, the message of hatred (not just moral disapproval) […], or the sacrilegious suggestion that God endorses the speakers’ hatred. »
  25. a et b (en) Chelsea Brown (J.D. Candidate, B.A. in Political Science, Women’s Studies, summa cum laude, 2007), « Not Your Mother’s Remedy: A Civil Action Response to the Westboro Baptist Church’s Military Funeral Demonstrations », West Virginia Law Review (en), Morgantown, West Virginia, United States, West Virginia University College of Law (en), vol. 112,‎ mai 2010 (lire en ligne)
    « This Note received the award for Best Student Note in Volume 112 of the “West Virginia Law Review”. »
  26. (en) « Westboro Baptist Church says they’ll picket Boston Marathon victims’ funerals », Russia Today,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne)
    « The Westboro Baptist Church says they will picket funeral services scheduled for the victims of Monday’s horrific bombing in Boston, Massachusetts. »
  27. F. T., « Des illuminés refont le coup de la punition divine », 360° « Terreur à Boston »,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne)
    « La Westboro Baptist Church, une congrégation d’extrémistes religieux, s’est réjouie de la double explosion du Marathon de Boston, hier : conséquence, selon elle, de l’ouverture du mariage aux homos. »
  28. LIVE BLOG: Standoff ends with Boston bombing suspect in custody
    « Any attempt to make the connection between Chechnya and Tsarnaevymi if they are guilty, in vain. They grew up in the United States, their attitudes and beliefs were formed there. It is necessary to seek the roots of evil in America. From terrorism to fight the whole world. We know better than anyone else. »
  29. http://news.yandex.ru/people/mikheev_sergej.html
  30. After Boston and Tsarnaevs, Russians Urge U.S. to Rethink Chechnya
    « Russia has long warned the Americans that flirting with various separatist and terrorist organizations of the North Caucasus would not lead to anything good. »
  31. Experts: Boston attack caused by US-led policies in Russia's Caucasus
  32. a et b « Le suspect de l'attentat de Boston répond par écrit aux enquêteurs », RTS Info, Radio télévision suisse,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
    « Le suspect de l'attentat de Boston, Djokhar Tsarnaev, hospitalisé dans un état grave, a repris conscience dimanche soir et a commencé à répondre par écrit aux questions des enquêteurs. »
  33. Online supporters rush to declare Tsarnaev not guilty
    « Tsarnaev, a Chechen who arrived in the United States from Kyrgyzstan, has also elicited sympathy from supporters who believe he is being targeted because of his Muslim faith. »
  34. (en) FBI sifting for clues in mountains of evidence, Boston Globe, 17 avril 2013
  35. Bombes de Boston: des cocottes-minute, des billes et des clous, Le populaire, 16 avril 2013
  36. Attentat de Boston : les explosifs auraient été placés dans une cocotte-minute, Direct matin, 17 avril 2013
  37. (en) Investigators hunt for clues in Boston blasts, Al Jazeera English, 16 avril 2013
  38. (en) Michael Pearson et Tom Watkins, Sources: Possible suspect sought in Boston bombing, CNN, 17 avril 2013
  39. (en) Milton J. Valencia et Martin Finucane, « FBI releases images of two bombing suspects », The Boston Globe,‎ 18 avril 2013 (lire en ligne)
  40. Magali Gruet, Attentats de Boston : le FBI diffuse les photos de deux suspects, Libération, 18 avril 2013
  41. (en) Anthony Castellano, LIVE UPDATES: Boston on Lockdown as Cops Hunt Suspected Marathon Bomber, ABC news, 19 avril 2013
    « 1:42 p.m. ET: Fifteen police officers were wounded and taken to the emergency room at St. Elizabeth’s Hospital in Brighton early Friday morning to be treated for wounds sustained in a chase and firefight with the suspects late last night and into this morning. »
  42. Agence France-Presse, « Un suspect de l'attentat de lundi arrêté près de Boston », Libération « Monde »,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
    « Après une fusillade ayant tué un policier et une course-poursuite dans les environs du Massachusetts Institute of Technology, un suspect a été tué. Un autre est en revanche toujours en fuite. »
  43. « EN DIRECT : Plus de 9 000 hommes traquent le suspect en fuite », France 24, 19 avril 2013.
  44. a et b « Attentats de Boston : Jokhar Tsarnaev, le second suspect, a finalement été arrêté », RTS Un, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
    « La fin de cette cavale a déclenché la liesse dans les rues de la capitale du Massachusetts. »
  45. (en) Chelsea J. Carter et Greg Botelho, « 'CAPTURED!!!' Boston police announce Marathon bombing suspect in custody », CNN,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
  46. Boston bombs: Officials wait to question Dzhokhar Tsarnaev
    « He was injured and hiding in a boat in a backyard, and was reportedly further injured in a fire fight with police. »
  47. Boat owner shaken after finding bombing suspect
    « When he was taken into custody, the official said, Tsarnaev was not armed and no explosives were found in his possession. »
  48. a et b « Attentats de Boston : les questions subsistent autour des deux frères suspects qui sont d'origine tchétchène », RTS Un, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
    « La population se demande comment les deux jeunes arrivés aux États-Unis il y a dix ans et apparemment bien intégrés ont pu échapper à la vigilance des autorités. »
  49. (en) Carol Cratty, Joe Johns et Barbara Starr, « FBI agents interviewed bombing suspect in 2011 », CNN,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
  50. a et b (en) Stanislas Kraland, « Tamerlan et Djokhar Tsarnaev : l’Amérique découvre ses propres Merah », Le Huffington Post,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
  51. Selon Le Point dans l’article « Attentat de Boston : l’interrogatoire de Djokhar Tsarnaev a commencé » : « Plusieurs sénateurs républicains n’ont pas hésité à réclamer que Djokhar Tsarnaev, malgré sa naturalisation américaine en 2012, soit désigné comme un ennemi combattant ».
  52. « Peine capitale pour Djokhar Tsarnaev ? », 20 minutes « Terreur à Boston »,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
    « L'état du suspect de l'attentat du marathon de Boston est stable, malgré ses blessures graves. La police espère l'interroger rapidement. »
  53. a et b « Nouvelles révélations sur les suspects des attentats de Boston », RTS Info, Radio télévision suisse,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne)
    « Le benjamin des deux frères Tsarnaev séjourne au centre médical Beth Israël Deaconess (en) de Boston. »
  54. http://www.liberation.fr/monde/2013/04/22/le-suspect-des-attentats-de-boston-accuse-sur-son-lit-d-hopital_898099
  55. « Trois nouveaux suspects arrêtés dans le cadre de l'attentat de Boston », RTS Info, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ 1er mai 2013 (lire en ligne [vidéo])
    « Deux des individus entendus par la police sont des étudiants de nationalité kazakhe soupçonnés d'avoir jeté un sac à dos à la demande de Djokhar Tsarnaev. »
  56. (en) John R. Ellement, Todd Wallack et Martin Finucane, 3 more in custody in Marathon bombings, The Boston Globe, 1er mai 2013
  57. Adam Taylor, « Here's The Criminal Complaint Against The New Suspects In The Boston Bombing Case », Business Insider,‎ 1 mai 2013 (consulté le 2 mai 2013)
  58. Jacquie Kubin, « Boston Update: Azamat Tazhayakov, Dias Kadyrbayev arrested in bombings »,‎ 1 mai 2013 (consulté le 2 mai 2013)
  59. Michael Kelley, « Here's What We Know About The Three New Suspects Linked To Alleged Boston Bomber Dzhokhar Tsarnaev », Business Insider,‎ 1 mai 2013 (consulté le 2 mai 2013)
  60. http://www.washingtonpost.com/world/national-security/chechen-lunged-at-agent-with-metal-stick-before-being-shot-officials-say/2013/05/31/bba0b518-ca31-11e2-8da7-d274bc611a47_story.html
  61. http://www.washingtonpost.com/father-of-man-shot-by-fbi-calls-his-death-an-execution/2013/05/31/1f6294ca-c9ee-11e2-9cd9-3b9a22a4000a_video.html
  62. « L'homme qui a prédit l’attentat du marathon de Boston », sur La Libre Belgique,‎ 18 avril 2013 (consulté le 18 avril 2013)
  63. a et b Sarah-Louise Guille, « Attentats Boston : Nike retire des T-shirts Boston Massacre de la vente », Staragora,‎ 24 avril 2013 (lire en ligne)
  64. Attentat de Boston: Du jamais vu !…Les médias de masse envisagent la possibilité d’un attentat fausse-bannière !
  65. Boston, un attentat en quête de coupables…
    « L'attentat de Boston a déjà tous les ingrédients d'une opération sous faux drapeau d'un grand potentiel subversif, et certains détails me rappellent l'Opération Gladio, une opération sous faux drapeau utilisée par les gouvernements de l'OTAN (dont les États-Unis) pendant des dizaines d'années d'attentats et d'attaques de masse dans des endroits de grande fréquentation de toute l'Europe qui ont été faussement attribués "aux terroristes d'extrême gauche". »
  66. Proof That Craft or Blackwater Agents Did The Boston Marathon Bombing – Must See Video & Pictures!
  67. Stella Tremblay, New Hampshire Legislator, Says Jeff Bauman 'Was Not In Pain' After Bombing
    « The New Hampshire state legislator who has said the federal government caused the Boston Marathon bombing claimed proof in a victim who lost both legs and "was not in pain." »
  68. http://edition.cnn.com/video/#/video/us/2013/04/19/vo-suspect-perp-walk.cnn
  69. Naked Suspect Taken Into Custody In Watertown
    « Breaking news / Boston Globe: Marathon bombing suspect in custody, 2nd at large »
  70. Witness: Tamerlan Tsarnaev Run Over By Cops, Not His Brother, Infowars, 21 avril 2013
  71. Video Of Tamerlan Tsarnaev NAKED, Handcuffed, Walking Alive! So How Did His Body End Up Like This?
  72. Who was Boston's naked man?
    « Several online conspiracy theorists claim the world is being hoodwinked by Boston law enforcement and that the naked man was one of the terrorists who caused the chaos, Tamerlan Tsarnaev. »
  73. http://metabunk.org/threads/1422-Debunked-Video-Of-Tamerlan-Tsarnaev-NAKED-Handcuffed-Walking-Alive!
  74. Parents Deny Sons’ Guilt and Accuse U.S. of Plot, The New York Times, 25 avril 2013
    « She said that in the days after the bombing she saw what she described as video footage on the Internet that showed a man that she said was Tamerlan being put into a police car naked, apparently stripped of his clothes to check for explosives. The next day, she said, she saw gruesome images of his corpse.
    “Killed, truly killed,” she said, describing the images.
     »
  75. Bombing Suspects' Aunt Says She Is Target Of Threats, Maintains Nephews 'Victims Of The Conspiracy'
    « “They made our boys enemies of the American nation,” she told Sun News. “They made them victims of the conspiracy. ... They needed somebody to blame for something they committed themselves so they got them.” »
  76. The Naked Man, Watertown, and Conspiracy Theories, The New Yorker, 21 avril 2013
    « On Sunday, someone associated with Press For Truth, a Canadian outfit dedicated to “expos[ing] the elite and their agenda for a New World Order,” claimed that the Tsarnaevs’ aunt was positive that the naked man was Tamerlan Tsarnaev. »
  77. Aunt of Bombing Suspects Talks To Alex Jones: Smells an Inside Job, Infowars, 23 avril 2013
  78. Toronto aunt of Boston bombing suspects receiving threats, Sun News, 21 avril 2013
    « The Toronto aunt of the two Boston bombing suspects says she has been the target of threats since saying publicly Friday that her nephews were framed. »
  79. « Un film sur l'attentat de Boston en préparation! », sur jeanmarcmorandini.com,‎ 16 juillet 2014 (consulté le 17 juillet 2014)

Traductions[modifier | modifier le code]

  1. (en) « [Boston explosion] 3 dead: Chinese citizen Lu Lingzi »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • « Attentats à Boston : l'Amérique fragilisée ? », Infrarouge, RTS Un, Radio télévision suisse,‎ 16 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
  • « Après les attentats de Boston, c'est toute la ville qui a participé à la traque des suspects », Mise au point, RTS Un, Radio télévision suisse « Mauvais temps »,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])