Foi musulmane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans l'islam, la Foi Al-Îmâne (arabe : إيمان) et signifie littéralement : « connaissance, croyance et conviction sans aucun doute possible ». C'est la base de l'islam.

Omar Ibn El Khattab a rapporté: "Un jour alors que nous étions assis auprès du Messager de Dieu (P), voici qu'apparut à nous un homme aux habits d'une vive blancheur, et aux cheveux d'une noirceur intense, sans trace visible sur lui de voyage, personne parmi nous ne le connaissait. Il vint s'asseoir en face du Prophète (P), plaça ses genoux contre les siens et posant les paumes de ses mains sur ses deux cuisses, il lui dit : O Muhammad ! Informe-moi au sujet de l'Islam ? L'envoyé de Dieu répondit : L'Islam est que tu témoignes qu'il n'est de divinité que Dieu et que Muhammad est Son envoyé ; que tu accomplisses la prière ; verse la Zakat (l'impôt social purificateur) ; jeûne le mois du ramadan et effectues le pèlerinage à la Maison de Dieu si tu en as la possibilité. Tu dis vrai ! dit l'homme. Nous fûmes pris d'étonnement de le voir, interrogeant le Prophète (P) et de le confirmer. Il dit « informe-moi de la foi (Al-Iman) ? Il dit : La foi est de croire en Dieu, en Ses anges, en Ses livres, en Ses Prophètes, au jour du jugement dernier et de croire dans le destin qu’il soit de bonne ou de mauvaise augure " -Muslim Vol1 hadith 1 ; Les 40 hadith de Nawawi hadith 2 ; Bukhari vol1 hadith 50[1]

Les six piliers de la foi[modifier | modifier le code]

Dans l'islam sunnite, elle est soumise à six piliers qui sont obligatoires afin que sa foi soit valide: croire en Dieu (Allah), en ses anges (Malaika), en ses livres[2], en ses prophètes, au jour du jugement (Qiyama), et au Destin (qadar) favorable ou défavorable. Cette définition est basée à la fois sur le Coran et sur la Sunnah[3].

Profession de foi musulmane gravée sur le fût d'une colonne ancienne dans la Grande Mosquée de Kairouan, Tunisie

La différence avec les cinq piliers de l’Islam[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre les piliers de la foi avec les piliers de l’islam :

  1. L'attestation de foi (chahada) est le premier pilier de l'islam. Elle consiste à nier tout divinité existante en dehors de Dieu qui serait donc le seul « Maître Créateur », ainsi que de reconnaitre Mohamed en tant que « messager » de Dieu. On prononce alors la formule suivante  : « J'atteste qu'il n'est de divinité digne d'etre adoré(ﺇﻠﻪ) qu'Allah (ﺍﻟﻠﻪ), et que Mohamed est son messager »[4]. Le musulman croit également aux prophètes antérieurs à Mohamed, comme `Îsâ (Jésus) fils de Mariam (Marie), Moussa (Moïse), Younous (Jonas), et Ibrahim (Abraham) père d'Ismail (Ismael) et Izhac (Isac), Daoud (David), Souleyman (Salomon) et tous les autres prophètes qui représentent des modèles de piété pour tout musulman.
  2. La salat (la prière)
  3. La zakat (l'aumone légale)
  4. Le saom (le jeune du ramadan)
  5. Le hadj (le pélerinage à la Meque)

En général, la foi musulmane repose donc sur la croyance ferme en un Dieu unique (Allah) et sans associé. On note cependant que dans le chiisme, s'ajoute à la foi plusieurs choses comme par exemple la foi aux Imams dont Ali ibn Abi Talib serait le premier d'une lignée de six, dix ou douze, selon les différents courants existant à l'intérieur du chiisme. De même croire en leurs infaillibilité est obligatoire et fait partie de la foi chiite en général, ce qui est en contradiction avec le monothéisme pure révélé a tous les prophètes et messages.

Dans l'acharisme, la notion de tawassoul est souvent mise en avant pour diverses raisons dont la principale est le fait que cette pratique ferait partie de la sunna car elle aurait été pratiquée par les salafs, c'est-à-dire les trois premières générations en partant de l'époque de Mohamed. La pratique du tawassoul est sujet à équivoque et est fortement contestée par les salafistes. En effet, ceux-ci, sans nier la légitimité de certaines formes du tawassoul, mettent en garde contre cette pratique qui pourrait être un moyen de faire du polythéisme indirectement ou du moins, laissant une porte ouverte vers le chirk (polythéisme)

Il existe dans chaque courant musulman une définition de la foi qui lui est propre est constitue de ce fait, la base de leur divergences.

- Mais il est clair qu'en matière de définition de la foi, les compagnons de Mohamed n'ont jamais divergé et ils ne pratiquaient pas le tawassoul.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.projet-divin.com/article-hadith-de-l-ange-gabriel-sahih-muslim-volume-1-hadith-1-100461627.html
  2. Tous les livres révélés aux prophètes reconnus par l'islam comme le Zabour de David, la Thorah de Moïse, l'Evangile de Jésus-Christ et enfin le Coran de Mohammed.
  3. Coran 2:285
  4. Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh, Les musulmans en Occident entre droits et devoirs, éd. L'Harmattan, Paris, 2002, p. 105

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]