Djokhar et Tamerlan Tsarnaïev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Djokhar Tsarnaïev
suspect
Nom de naissance Джохар Царнаев
Naissance 22 juillet 1993 (21 ans)
Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan
terroriste
Affaires attentats du marathon de Boston
Victimes 3 morts et 264 blessés[1]
Période 15 avril 2013
14 h 50 min - 14 h 50 min 15 s
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Régions Drapeau du Massachusetts Massachusetts
Ville Drapeau de Boston Boston
Arrestation 19 avril 2013 vers 20 h 45 (heure locale)
Tamerlan Tsarnaïev
suspect
Nom de naissance Тамерлан Царнаев
Naissance 21 octobre 1986
Drapeau de la Russie Russie : Daghestan, Ciscaucasie
Décès 19 avril 2013 (à 26 ans)
Boston, Massachusetts
terroriste
Affaires attentats du marathon de Boston
Victimes 3 morts et 264 blessés[1]
Période 15 avril 2013
14 h 50 min - 14 h 50 min 15 s
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Régions Drapeau du Massachusetts Massachusetts
Ville Drapeau de Boston Boston

Tamerlan Tsarnaïev (en cyrillique : Тамерлан Царнаев), né en Russie dans le Daghestan le 21 octobre 1986 et mort le 19 avril 2013 (à 26 ans) à Boston et Djokhar Tsarnaïev[2] (en cyrillique : Джохар Царнаев), né le 22 juillet 1993 au Kirghizstan, sont deux frères d'origine tchétchène résidents des États-Unis depuis 2003[3],[4] qui sont soupçonnés d'être les auteurs des attentats de Boston survenus le 15 avril 2013[5],[6]. Dkokhar Tsarnaiev est formellement inculpé le 27 juin 2013 pour la mort de quatre personnes, 30 chefs d'accusation étant portés contre lui dont 17 sont passibles de la peine de mort.

Contexte familial[modifier | modifier le code]

Tamerlan est né au Daghestan, Caucase du Nord, en URSS, en 1986, et Djokhar est né au Kirghizistan en 1993 de parents musulmans. Leur père Anzor Tsarnaev est tchétchène et leur mère Zubeidat est du Daghestan[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13]. Les Tsarnaev ont également deux filles Amina et Bella. Ils vivaient alors, avec leurs enfants à Tokmok au Kirghizistan. En 2001, la famille déménage à Makhatchkala, capitale du Daghestan, en Russie. Puis, toute la famille Tsarnaev immigre en 2002 aux États-Unis. Le père accueille Dzhokhar aux États-Unis en avril 2002 avec un visa de tourisme de 90 jours, et demande l'asile politique pour lui-même et ses fils par crainte de persécution fondée sur ses liens avec la Tchétchénie.

Aux États-Unis, les parents reçoivent l'asile, puis déposent pour leurs quatre enfants, un statut de « réfugié dérivé ». En mars 2007, la famille reçoit juridiquement le droit à résidence permanente aux États-Unis. Elle s'installe dans le Massachusetts. Tamerlan a vécu à Cambridge pendant dix ans. Il habitait Norfolk Street au moment de sa mort. Djokhar a pour sa part acquis la nationalité américaine en septembre 2012[14]. En 2009, Anzar Tsarnaev et sa femme retournent en Russie et ne s'estiment plus menacés par le régime tchetchène.

À partir de 2010, selon les médias Tamerlan Tsarnaïev entre dans un processus de radicalisation islamiste, au point notamment d'alerter les services secrets russes qui en informent dès mars 2011 leurs homologues américains, lesquels interrogent l'aîné des deux frères avant de classer le dossier[15]. Entre janvier et juillet 2012, Tamerlan effectue un séjour en Russie, plus précisément au Daghestan et en Tchétchénie, ce qui provoque des spéculations sur les rencontres qu'il aurait pu avoir sur place avec des éléments radicaux[15]. À son retour aux États-Unis, il redouble d'extrémisme, ce que constatent notamment les fidèles qui fréquentent la même mosquée que lui[16]. Il crée une chaîne Youtube sur laquelle il poste des vidéos djihadistes[16]. Quant à Djokhar, quelques phrases qu'il poste sur Twitter peu de temps avant et après les attaques de Boston tendent à démontrer qu'il rejette lui aussi la société occidentale dans laquelle il évolue[17].

Identification et arrestation[modifier | modifier le code]

Le 17 avril 2013, soit deux jours après l'attentat sur la ligne d'arrivée du marathon de Boston, le FBI diffuse les photos des deux principaux suspects[18] qui apparaissent être les frères Tsarnaïev[19]. Le 18 avril, une fusillade éclate sur le campus du Massachusetts Institute of Technology au cours duquel un policier perd la vie[19]. Les deux frères s'emparent d'une voiture en prenant son conducteur en otage qui s'échappe en profitant de l’inattention des frères Tsarnaïev à une station service, ils s’étaient présentés à lui comme les auteurs de l'attentat[14]. Munis d'un impressionnant arsenal, dont trois bombes rudimentaires[20], Ils sont pris en chasse par les forces de l'ordre, puis stoppés, et Tamerlan est tué après un échange de coups de feu[19], alors que Djokhar parvient à s'échapper[14]. Il est retrouvé 24h plus tard caché sous la bâche d'un bateau parqué dans le jardin d'un habitant de la banlieue de Boston. Sur les parois de ce bateau, avant d'être découvert et arrêté, il a écrit : « Le gouvernement américain tue nos civils innocents. Je ne peux pas supporter de voir ce mal rester impuni. Nous musulmans sommes un seul corps, vous faites du mal à l'un de nous, vous nous faites du mal à tous. Mais je n'aime pas tuer des civils innocents »[21]

Hospitalisation[modifier | modifier le code]

Grièvement blessé après avoir reçu des balles dans le cou et dans la jambe[22],[23], Djokhar Tsarnaïev est emmené dans l'unité de soins intensifs du centre médical Beth Israël Deaconess (en) de Boston. Il y est intubé et placé sous sédatifs. Son état est « jugé grave, mais stable[22],[23] ».

Le 26 avril 2013, il est alors transféré au centre médical fédéral de Devens (en), une prison médicale située à soixante kilomètres à l'ouest de Boston[1].

Droits Miranda[modifier | modifier le code]

Les enquêteurs comptent invoquer « l'exception de sécurité publique » pour interroger Djokhar Tsarnaïev. Le captif pourrait alors être soumis à un interrogatoire « musclé » au cours duquel il pourrait être privé du droit de bénéficier de l’assistance d’un avocat ; il ne pourrait pas non plus se réclamer des droits Miranda qui, d’ordinaire, accordent à tout détenu de droit commun la possibilité de se murer dans le silence[23].

Interrogatoire[modifier | modifier le code]

Les autorités procèdent à l'interrogatoire de Djokhar Tsarnaïev.

En raison d’une blessure à la gorge qui l’empêche de parler[24],[25], il répond par écrit aux questions des enquêteurs[26],[27],[19] tout en hochant la tête[28],[29],[30],[31],[32]. Il réussit toutefois à murmurer le mot « non » lorsqu'on lui demande s'il peut se payer les services d'un avocat[33],[20].

Formellement accusé le 27 juin 2013 de la mort de quatre personnes, Djokhar Tsarnaiev fait face à 30 chefs d'accusation dont 17 sont passibles de la peine de mort. Il doit comparaitre devant le tribunal fédéral de Boston à partir du 10 juillet 2013[21]

Le 30 janvier 2014, Eric Holder, procureur général des États-Unis, annonce que le gouvernement fédéral va requérir la peine de mort pour Djokhar Tsarnaiev[34].

Enquête[modifier | modifier le code]

Les rebelles du Caucase du Nord russe, sous l’égide du commandement de la rébellion au Daguestan, démentent être impliqués dans l'attentat de Boston, arguant qu’ils ne mènent « pas d’opérations militaires contre les États-Unis d'Amérique[26] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Agence France Presse, « Attentat de Boston : le suspect Djokhar Tsarnaev transféré de l'hôpital à la prison », L'Express,‎ 26 avril 2013 (lire en ligne)
    « L'Américain d'origine tchétchène de 19 ans a été transféré au centre fédéral médical Devens, à 65 kilomètres de Boston. »
  2. « Attentats de Boston : Jokhar Tsarnaev, le second suspect, a finalement été arrêté », RTS Un, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
    « La fin de cette cavale a déclenché la liesse dans les rues de la capitale du Massachusetts. »
  3. Maurin Picard, « La dérive djihadiste des frères Tamerlan et Djokhar Tsarnaïev », Le Figaro « Actualité » « International »,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
  4. Adèle Smith, « Attentats de Boston : les réseaux d'influence des frères Tsarnaïev », Le Figaro, New York « Actualité » « International »,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
  5. « Attentats de Boston : les questions subsistent autour des deux frères suspects qui sont d'origine tchétchène », RTS Un, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
    « La population se demande comment les deux jeunes arrivés aux États-Unis il y a dix ans et apparemment bien intégrés ont pu échapper à la vigilance des autorités. »
  6. (en) Stanislas Kraland, « Tamerlan et Djokhar Tsarnaev : l’Amérique découvre ses propres Merah », Le Huffington Post,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
  7. (en) Jaweed Kaleem, « Boston Bombing Suspects' Muslim Identity Provides Few Clues To Motivation For Bombing », Huffington Post,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)av
  8. (en) Charmaine Noronha, « Aunt says US suspect recently became devout Muslim », Huffington Post,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
  9. (en) Erica Goode, « Brothers Seen as Good Students and Avid Athletes », New York Times,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
  10. (en) Adrienne Mong, « Boston bombing suspects' father 'a good man,' neighbors in Dagestan say », nbcnews.com,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  11. (en) Meghan Keneally et Snejana Farberov, « 'Now, just tell them everything:' Father of Boston bomber brothers speaks of his relief that his younger son is captured alive », The Daily Mail,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
  12. (en) « Surviving Boston bombing suspect’s mother and father to travel to the U.S. to visit their seriously injured son », The Daily Mail,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne)
  13. (en) Cahal Milmo, « Boston Marathon bombing: Tamerlan Tsarnaev was a boxer. Dzhokhar Tsarnaev was a wrestler. », The Independent,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
  14. a, b et c Sylvain Cypel, « Attentats de Boston : interrogations sur le parcours russe de Tamerlan Tsarnaev », Le Monde,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  15. a et b (en)cnn.com Susan Candiotti et Ben Brumfield, "Official: Russia heard Boston suspects' mother 'discussing jihad'
  16. a et b (en)cnn.com Tim Lister et Paul Cruickshank, "Dead Boston bomb suspect posted video of jihadist, analysis shows"
  17. (en) The Daily Mail "'Lol these people are cooked:' Boston bomber's chilling tweet sent just hours after the deadly attack", mis en ligne le 27 avril 2013
  18. (en) « Photographs Higher resolution available for download / Photographies haute résolution, téléchargement disponible », The FBI — Federal Bureau of Investigation « Most Wanted »,‎ 17 avril 2013 (lire en ligne)
  19. a, b, c et d (en) Jake Tapper & Matt Smith, « Boston bombing suspect communicating in writing, source says », CNN,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  20. a et b « Attentat de Boston : Djokhar Tsarnaev rejette la responsabilité sur son frère », Le Monde « Amériques »,‎ 23 avril 2013 (lire en ligne)
  21. a et b Le Parisien.fr "Attentat de Boston : jugé dès le 10 juillet, Tsarnaev risque la peine de mort", mis en ligne le 27/06/2013, consulté le 28/06/2013
  22. a et b « Peine capitale pour Djokhar Tsarnaev ? », 20 minutes « Terreur à Boston »,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
    « L'état du suspect de l'attentat du marathon de Boston est stable, malgré ses blessures graves. La police espère l'interroger rapidement. »
  23. a, b et c « Nouvelles révélations sur les suspects des attentats de Boston », RTS Info, Radio télévision suisse,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne)
    « Le benjamin des deux frères Tsarnaev séjourne au centre médical Beth Israël Deaconess (en) de Boston. »
  24. (en) « Boston bombing suspect charged », Al Jazeera English,‎ 23 avril 2013 (lire en ligne)
    « White House says surviving suspect in Boston bombings will not be tried as an enemy combatant. »
  25. (en) Michael Isikoff, Pete Williams et Erin McClam, « Search of Tsarnaevs' phones, computers finds no indication of accomplice, source says - U.S. News », NBC News,‎ 2013 (lire en ligne)
    « The two brothers accused of setting off bombs at the Boston Marathon are believed to have acted entirely on their own, using instructions for bomb making from an online magazine. »
  26. a et b « Le suspect de l'attentat de Boston formellement mis en accusation », RTS Info, Radio télévision suisse,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne [vidéo])
    « Le suspect de l'attentat de Boston, Djokhar Tsarnaev, hospitalisé dans un état grave, a repris conscience soir et a commencé à répondre par écrit aux questions des enquêteurs. Il a été mis en accusation pour utilisation d'une arme de destruction massive. Jugé par une cour civile, il risque la peine de mort. »
  27. Agence France Presse (AFP), « À Boston, Djokhar Tsarnaev commence à s'exprimer », Libération,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  28. (en) Alyssa Newcomb, « Authorities: Boston Bombing Suspect Is Responding to Questions in Writing », abcnews.com,‎ 21 avril 2012 (lire en ligne)
  29. (en) « Boston Marathon Bombing Suspect Dzhokhar Tsarnaev Under Guard, Awaits Charges », Huffingtonpost.com,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne)
  30. (en) « Boston bomb suspects 'planned more attacks' », Al Jazeera,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne)
  31. (en) Devlin Barrett, Gary Fields, Josh Dawsey, Evan Perez, Jennifer Levitz, Tamer El-Ghobashy, Pervaiz Shallwani, Jennifer Smith, Anton Troianovski, Alison Fox et Douglas Belkin, « Search for Dzhokhar Tsarnaev Over, Focus Shifts to Marathon Bombing Investigation », The Wall Street Journal,‎ 21 avril 2013 (lire en ligne)
  32. (en) Associated Press, « For Boston Marathon Bombing Suspects, Question May Be Who Led Whom », SILive.com,‎ 20 avril 2013 (lire en ligne)
  33. (en) Manav Tanneeru, « Transcript of Boston terror suspect's first hearing », CNN,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne) [version PDF]
    « Dzhokhar Tsarnaev, the 19-year-old suspect in the Boston Marathon attack, had his initial appearance before a judge in his hospital room at Beth Israel Deaconess Medical Center. »
  34. U.S. to seek death penalty in Boston bombing case, article du Washington Post, écrit par Adam Goldman et Sari Horwitz, publié le 30 janvier 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]