Amblygonite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amblygonite[1]
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[2]
Amblygonite - Taquaral, Itinga, Minas Gerais, Brésil

Amblygonite - Taquaral, Itinga, Minas Gerais, Brésil
Général
Classe de Strunz 8.BB.05
Formule brute (Li,Na)AlPO4(F,OH)
Identification
Masse formulaire 147,9 uma
Couleur Incolore, jaune, marron, marron bleuâtre, marron verdâtre, rosâtre, violet
Classe cristalline et groupe d'espace Pinacoïdale, P\overline{1}
Système cristallin Triclinique
Réseau de Bravais Primitif P
Macle Commune sur{ \overline1\overline11}, rare sur {111}.
Clivage Parfait sur {100}, bon sur {110}, distinct sur {0-11}, imparfait {001}
Cassure subconchoïdale, irrégulière
Habitus columnaire, prismatique, tabulaire, massif
Échelle de Mohs 6
Trait blanc
Éclat vitreux, gras, nacré
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.58-1.6, b=1.59-1.62, g=1.6-1.63
Pléochroïsme aucun
Biréfringence Biaxial (-);0.0200-0.0300
Dispersion 2vz ~ 68-88
Fluorescence ultraviolet Oui verdâtre; luminescence
Transparence transparent à translucide
Propriétés chimiques
Densité 3-3,31
Fusibilité Fond au chalumeau
Solubilité Difficile dans les acides
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'amblygonite est une espèce minérale formée de phosphate basique de lithium, sodium et aluminium de formule (Li,Na)AlPO4(F,OH). Comme beaucoup de phosphates cette espèce peut produire des cristaux de très grande taille jusqu’à 1,5 m[3].

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

L'amblygonite a été décrite en 1817 par le minéralogiste allemand Johann August Friedrich Breithaupt[4]. Son nom vient de l'angle obtus des solides de clivage, en grec, άμβλύς - amblus signifie "obtus" et γόνυ - gonia signifie "angle".

Topotype[modifier | modifier le code]

  • Chursdorf, Penig, Chemnitz, Saxe, Allemagne
  • les échantillons types sont déposés à l'Académie des mines de Freiberg Haute-Saxe Allemagne N°20336.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Soumise à une irradiation aux moyens d'électrons, l'amblygonite incolore peut devenir jaune, jaune-vert. Ce résultat est cependant instable et les couleurs palissent graduellement. Aux rayons ultraviolets, elle présente une fluorescence verdâtre.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

L'amblygonite cristallise dans le système triclinique, mais ses cristaux sont assez rares. Ils peuvent néanmoins atteindre des dimensions notables (jusqu'à six centimètres) et ils possèdent une grande transparence et un éclat vitreux, nacré sur les surfaces de clivage. Mais plus fréquemment, on trouve l'amblygonite sous forme d'agrégats spathiques blanchâtres, que l'on peut facilement confondre avec les feldspaths. L'amblygonite se clive selon quatre directions, elle est assez dure (6 sur l'échelle de Mohs) et est de densité normale.

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 5,14, b = 7,21, c = 5,06, α = 113,97 °, β = 98,64 °, γ = 67,25 °, Z = 2
  • Densité calculée = 3,17

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

Elle forme une série complète avec la montebrasite. Elle est le chef de file d'un groupe de minéraux de même structure, le groupe de l'amblygonite.

Variété[modifier | modifier le code]

  • hébronite (von Kobell 1872): variété d'amblygonite pauvre en sodium, découverte à Hebron, Maine,Etats-Unis[5].

Gîtologie[modifier | modifier le code]

L'amblygonite est typique des pegmatites sodolithiques.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Critères de détermination[modifier | modifier le code]

Dissolution difficile dans les acides. Fond au chalumeau en colorant la flamme en rouge et en donnant un globule blanc.

Utilité[modifier | modifier le code]

Certaine pierres peuvent être taillées à facette. Pour mettre en valeur l'éclat de l'amblygonite, on réalise de préférence des tailles à nombreuses facettes, et plus rarement des tailles à table ou à degré. La dureté qui est assez faible pour la taille et la présence de divers plans de clivage nécessite une grande vigilance pour le facettage et le polissage de cette gemme. La présence de traces de fer est déterminante pour la coloration de la pierre qui peut aller de l'incolore au jaune, jaune-vert, jusqu'au lilas.

Gemmes approchantes[modifier | modifier le code]

L'amblygonite peut être confondue avec la brazilianite, mais aussi avec la scapolite et les minéraux du groupe des feldspaths.

Gemmes célèbres[modifier | modifier le code]

La plus grosse amblygonite taillée vient du Brésil, pèse 62 carats et est jaune intense. Elle est conservée à la Smithsonian Institution de Washington. On peut également y admirer une amblygonite de Birmanie jaune d'or pesant 19,7 carats. Au Devonian Group de Calgary au Canada, on peut observer une pierre de 47 carats originaire du Brésil.

Gisements[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
Saxe
  • Brésil
Taquaral, Itinga, Minas Gerais
  • États-Unis
Arizona/ Californie/ Colorado/ Connecticut/ Maine/ Massachusetts/ New Hampshire/ Nouveau-Mexique/ Dakota du Sud/ Wisconsin/ Wyoming
  • France
carrière de Beauvoir, Échassières, Ébreuil, Allier
Tréguennec, Plonéour-Lanvern, Finistère, Bretagne
Mine de Montebras, Montebras-en-Soumans, Boussac, Creuse, Limousin
Carrière d'Avent, Bessines-sur-Gartempe, Haute-Vienne, Limousin
Carrière de Vilatte-Basse, Vilatte, Chanteloube, Razès, Haute-Vienne, Limousin
Carrière de Chabanne, Saint-Sylvestre, Haute-Vienne, Limousin
  • Grande-Bretagne
Angleterre, Cornouailles, Devon
  • Guyane Française
Massif du Tamanoir
  • Suède
Comté de Södermanland, Uplande, Province de Västerbotten
  • Zimbabwe
Mashonaland, Masvingo

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mineralogical Magazine, volume 037, pp. 414(1969)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. The Handbook of Mineralogy Volume V, 2003 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols
  4. Amblygonit.- C.A.S. Hoffmann´s Handbuch der Mineralogie, Vol. 4.2
  5. von Kobell (1872) Akademie der Wissenschaften, Munich, Sitzber.: 284