Lépidolite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lépidolite
Catégorie IX : silicates[1]
Lépidolite, Itinga, Jequitinhonha valley, Minas Gerais, Southeast Region, Brésil, 6.1 x 4.9 x 3.1 cm.

Lépidolite, Itinga, Jequitinhonha valley, Minas Gerais, Southeast Region, Brésil, 6.1 x 4.9 x 3.1 cm.
Général
Classe de Strunz 09.EC.20
Formule brute HAlFKLi2O11Si4K(Li,Al)3(Si,Al)4O10(F,OH)2
Identification
Masse formulaire[2] 388,304 ± 0,009 uma
H 0,26 %, Al 6,95 %, F 4,89 %, K 10,07 %, Li 3,58 %, O 45,32 %, Si 28,93 %,
Couleur incolore, blanc, grisâtre, blanc gris, vert gris, jaunâtre, verdâtre, rouge pâle, rose, violet, pourpre
Classe cristalline et groupe d'espace C 2/m; Cm
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais primitif P
Clivage parfait sur {001}
Cassure inégale, flexible, élastique
Habitus tabulaire, prismatique, pseudo-hexagonal, agrégats, massif, folié
Jumelage rare, sur la face {001}, selon l'axe [310]
Échelle de Mohs 2.5 à 4
Trait blanc, rose pâle
Éclat nacré, vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1.525-1.548 nβ = 1.551-1.585 nγ = 1.554-1.587
Pléochroïsme X : plutôt incolore; Y = Z: rose, violet pâle
Biréfringence biaxial (-); 0.0290-0.0380
Dispersion 2vz ~ 25-58°
Fluorescence ultraviolet blanc crème à jaune pâle sous UV d'intensité moyenne. Parfois jaune.
Spectre d'absorption Y = Z > X
Transparence transparent à translucide
Propriétés chimiques
Masse volumique 2.8-2.9 g/cm³
Densité 2.8-2.9
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La lépidolite est une espèce minérale du groupe des silicates et du sous-groupe des phyllosilicates, de formule K(Li,Al)3(Si,Al)4O10(F,OH)2.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La lépidolite a été décrite en 1792 par le chimiste allemand Martin Heinrich Klaproth (1743-1817). Elle fut nommée ainsi selon le grec lepivβ-lepis, qui signifie écaille en allusion à sa structure écailleuse.

Topotype[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • "Sugilite-fleur": désignant les échantillons destinés aux lapidaires.
  • Lavenderine: en référence à sa couleur violette;
  • Lilalite: en référence à sa couleur "lila".
  • Lilianthite
  • Lithium-mica: en référence à son appartenance au groupe des micas et à sa teneur en lithium.
  • "lueur de lithium": en référence à sa teneur en lithium
  • Lithionite, nom donnée à la lépidolite par Franz Ritter von Kobell.

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Critères de détermination[modifier | modifier le code]

La lépidolite est un minéral de couleur incolore, blanc, grisâtre, blanc gris, vert gris, jaunâtre, verdâtre, rouge pâle, rose violet ou pourpre, se présentant sous la forme de cristaux tabulaires, prismatiques ou pseudo-hexagonaux, communément arrondis sur les faces terminales et pouvant atteindre 20 centimètres. Elle possède un éclat vitreux à nacré, elle est transparente à translucide. Elle est flexible, élastique, présente un clivage parfait sur {001} et sa cassure est inégale. Sa dureté est de 2,5 à 4 sur l'échelle de dureté de Mohs, et sa densité mesurée varie de 2,8 à 2,9. La lépidolite présente aussi un pléochroïsme incolore (X) ou rose à violet pâle (Y, Z). Son trait est blanc à rose pâle et elle présente une fluorescence blanc crème à jaune pâle, parfois jaune, sous UV d'intensité moyenne. Elle présente aussi un jumelage rare, sur la face {001} selon l'axe [310]. Son trait est blanc à rose pâle.

Composition chimique[modifier | modifier le code]

La lépidolite de formule K(Li,Al)3(Si,Al)4O10(F,OH)2, a une masse moléculaire de 388,304u, soit 6,45 x 10-25. Elle est donc composée des éléments suivants:

Composition élémentaire du minéral
Élément Nombre (formule) Masse des atomes (u)  % de la masse moléculaire
Oxygène 11 175,99 45,32 %
Silice 4 112,34 28,93 %
Lithium 2 13,88 3,58 %
Potassium 1 39,10 10,07 %
Aluminium 1 26,98 6,95 %
Fluor 1 19,00 4,89 %
Hydrogène 1 1,00 0,26 %
Total : 21 éléments Total : 388,304 u Total : 100 %

Cette composition place ce minéral:

  • Selon la classification de Strunz : dans la classe des silicates (IX), plus précisément des phyllosilicates (9.E) micacés composés de réseaux tétraédriques et octaédriques (9.EC);
  • Selon la classification de Dana : dans la classe des phyllosilicates (71), dont les couches de silicates sont formées par des anneaux à six membres avec des couches 2:1 (deux couches de tétraèdres T autour d'une couche d'octaèdres O), (71.02)

Variétés et mélanges[modifier | modifier le code]

Il existe deux variétés de lépidolite:

la Cs-Lépidolite: variété de ce minéral enrichie en césium
et la Rb-lépidolite: variété de ce minéral enrichie en rubidium.

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

La lépidolite fait partie du groupe des micas.
Elle fait partie du groupe des phyllosilicates micacés composés de réseaux tétraédriques et octaédriques, selon la classification de Strunz:

Groupe des phyllosilicates micacés composés de réseaux tétraédriques et octaédriques (09.EC.20)
Minéral Formule Groupe ponctuel Groupe d'espace
Annite KFe3AlSi3O10(OH,F)2 2/m C 2/m
Biotite K(Mg,Fe)3AlSi3O10(OH,F)2 2/m C 2/m
Hendricksite K(Zn,Mg,Mn)3Si3AlO10(OH)2 2/m C 2/m
Ephésite NaLiAl2(Al2Si2)O10(OH)2 2/m C 2/m
Aspidolite NaMg3AlSi3O10(OH)2 2/m C 2/m
Lépidolite K(Li,Al)3(Si,Al)4O10(F,OH) Monoclinique C 2/m, Cm
Preiswerkite NaMg2Al3Si2O10(OH)2 2/m C 2/m
Masutomilite K(Li,Al,Mn)3(Si,Al)4O10(F,OH)2 2/m C 2/m
Wonesite (Na,K)0.5(Mg,Fe,Al)3(Si,Al)4O10(OH,F)2 2/m C 2/m
Polylithionite KLi2AlSi4O10(F,OH)2 2/m C 2/m
Phlogopite KMg3(Si3Al)O10(F,OH)2 2/m C 2/m
Norrishite K(Mn2Li)Si4O10(O)2 2/m C 2/m
Sidérophyllite KFe2Al(Al2Si2)O10(F,OH)2 2/m C 2/m
Fluorannite KFe3AlSi3O10F2 2/m C 2/m
Shirokshinite K(NaMg2)Si4O10F2 2/m C 2/m
Zinnwaldite KLiFeAl(AlSi3)O10(F,OH)2 2/m C 2/m
Eastonite KMg2Al(Al2Si2O10)(OH)2 2/m ?
Tétraferriannite K(Fe,Mg)3(Fe,Al)Si3O10(OH)2 2/m C 2/m
Tétraferriphlogopite KMg3FeSi3O10(OH)2 2/m C 2/m
Trilithionite KLi1.5Al1.5AlSi3O10F2 2/m C 2/m
Sokolovaïte CsLi2AlSi4O10F2 2/m C 2/m
Shirozulite KMn3(AlSi3)O10(OH,F)2 2/m C 2/m
Suhailite (NH4)Fe3(Si3Al)O10(OH)2 2/m C 2/m
Fluorophlogopite KMg3(AlSi3)O10F2 2/m C 2/m

Cristallographie[modifier | modifier le code]

La lépidolite cristallise dans le système cristallin monoclinique. Son groupe d'espace peut être C 2/m ou Cm.

  • Les paramètres de la maille conventionnelle sont: a = 5,209 Å, b = 9,011 Å, c = 10,149 Å, β = 100,77 °, Z = 2 unités formulaires par maille (volume de la maille V = 473,377 Å3).
  • La masse volumique calculée est 2,693 g/cm3 (légèrement inférieure à la densité mesurée).

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie
La genèse de la lépidolite est multiple:
Elle provient des granites pegmatitiques.
Elle dérive d'un remplacement métasomatique de la biotite ou de la muscovite.
Elle provient de veines de quartz à haute température.
Elle provient des greisens et des granites.
Minéraux associés
Spodumène, elbaïte, amblygonite, columbite, cassitérite, topaze, béryl, micas, tourmaline, cleavelandite, pétalite, muscovite, microcline.

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

Les gisements de lépidolite sont très nombreux, seuls quelques-uns, parmi les plus remarquables, seront traités[3].

  • Afghanistan
Nourestân/ Province de Nangarhâr/ Province de Laghmân/ Province de Kounar[4]
  • Australie
Mine de la Perséverance, Agnew, Leinster, Leonora, Comté de Leonora, Australie-Occidentale[5]
  • Brésil
Très nombreuses localités du Minas Gerais[3]
  • Canada
Quebec Lithium Corporation mine[6]/Valor lithium occurrence[7], La Corne, Abitibi, Abitibi-Témiscamingue, Québec
  • États-Unis
Très nombreuses localités[3]
  • France
Mine Les Montmins[8]/ Carrière Les Colettes[9]/ Mine La Bosse[9]/ Carrière de la Beauvoir[10], Échassières, Ébreuil, Allier, Auvergne
  • Madagascar
Nombreuses localités de la Province d'Antananarivo[11]
  • Namibie
Mine Rubicon, Etiro, District de Karibib, Erongo[12]
  • Royaume-Uni
Mont St-Michael, Marazion, District du Mont Bay, Cornouailles, Angleterre[13]
  • Russie
Mont Vasin-Myl'k, Voron'i Tundry, Péninsule de Kola, Oblast de Mourmansk, Région du Nord[14]

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

La lépidolite est un minerai de lithium.
La Cs-lépidolite est un minerai de césium.
La Rb-lépidolite est un minerai de rubidium.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a, b et c http://www.mindat.org/show.php?id=2380&ld=1#themap
  4. Orris, G.J., and Bliss, J.D. (2002): Mines and Mineral Occurrences of Afghanistan. United States Geological Survey Open-File Report 02-110
  5. Grguric, B.A., Nickel, E.H. (2005) Okenite from the Perseverance nickel mine, Western Australia: a first Australian occurrence. Australian Journal of Mineralogy, Vol. 11, pg. 25-26.
  6. Anne P. Sabina, Rocks and Minerals for the Collector Miscellaneous Report 77, 2003, Geological Survey of Canada.
  7. Sabina, A.P. (2003): Rocks & Minerals for the collector; Kirkland Lake - Rouyn-Noranda - Val d'Or, Ontario & Quebec. GSC Misc. Report 77, 169p.
  8. G. Aubert : "Les coupoles granitiques de Montebras et d'Echassières (Massif Central Français) et la genèse de leur minéralisations (BRGM, 1969)
  9. a et b J.-J. Périchaud: Les Minéraux d'Auvergne, Vol. 1, Clermont-Ferrand (1985)
  10. G. Aubert : "Les coupoles granitiques de Montebras et d'Echassières (Massif Central Français) et la genèse de leur minéralisations (BRGM, 1969); Econ Geol (1995) 90:548-576
  11. Ranorosoa, N. (1986): Étude mineralogique des pegmatites du champ de la Sahatany, Madagascar. These de Doctorat de l`Universite Paul Sabatier, Toulouse
  12. Min Rec (2006) 37:361-470
  13. Collins, J.H. (1892): "A Handbook to the Mineralogy of Cornwall and Devon", 2nd ed., D. Bradford Barton Ltd. (Truro, UK), pp. 108.
  14. Pekov, I. (1998) Minerals First discovered on the territory of the former Soviet Union 369p. Ocean Pictures, Moscow

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dana, E.S. (1892) Dana's system of mineralogy, (6th edition), 624-625.
  • Schaller, Waldemar Theodore (1905), Crystallography of lepidolite: American Journal of Science, 4th. Series: 19: 225-226.
  • Stevens, Rollin Elbert (1938), New analyses of lepidolites and their interpretation: American Mineralogist: 23: 607-628.
  • Deer, W.A., R.A. Howie, and J. Zussman (1963) Rock-forming minerals, v. 3, sheet silicates, 85-91.
  • Guggenheim, S. (1981) Cation ordering in lepidolite. Amer. Mineral., 66, 1221-1232.
  • Mineralogical Record (1989): 20: 109.
  • Canadian Mineralogist (1998): 36: 905-912.
  • Mineralogical Magazine (1999): 63: 267-279.
  • Kogure, T. and Bunno, M. (2004) Investigation of polytypes in lepidolite using electron back-scattered diffraction. American Mineralogist: 89: 1680-1684.

Sur les autres projets Wikimedia :