Clinozoïsite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clinozoïsite [1]
Catégorie IX : silicates[2]
Clinozoïste - Gisement topotype - Tyrol Autriche

Clinozoïste - Gisement topotype - Tyrol Autriche
Général
Classe de Strunz 9.BG.05a
Formule brute Ca2Al3(SiO4)3(OH)
Identification
Masse formulaire 454.36 uma
Couleur incolore; jaune pâle; gris; vert; rose; verdâtre; blanc grisâtre; rose rouge; vert pâle; vert jaunâtre.
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique - P 21/m
Système cristallin Monoclinique
Réseau de Bravais Primitif P
Macle Commun sur {100}-Rare sur {001}
Clivage Très bon sur {001}
Cassure Conchoïdale, esquilleuse
Habitus Prismatique allongé, rarement tabulaire, lamellaire, isométique.
Échelle de Mohs 6,50
Trait Blanche, grisâtre
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.706-1.724, b=1.708-1.729, g=1.712-1.735
Biréfringence Biaxial (+);0.0060-0.0110
Dispersion 2vz ~ 72-86
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence Transparent, translucide, opaque
Propriétés chimiques
Densité de 3,21 à 3,38
Fusibilité foisonne et fond dans la flamme
Solubilité insoluble dans les acides
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La clinozoïsite est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des sorosilicates, de formule Ca2Al3(SiO4)3(OH) avec des traces de Ti;Fe;Mn;Mg. Elle est le dimorphe de la zoïsite.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par le minéralogiste A. Weinschenk en 1896[3]. Du grec "Klinein" = incliné et zoisite espèce très proche morphologiquement.

Topotype[modifier | modifier le code]

Gösleswand (Goslerwand), Ströden, Prägraten, Virgental, Osttirol, Tyrol, Autriche.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 8.98, b = 5.64, c = 10.22, Z = 2; beta = 115.4° V = 467.58
  • Densité calculée= 3.23

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • Elle forme une série avec l'épidote
  • La clinozoïsite fait partie du groupe de l'épidote.

Groupe de l'épidote[modifier | modifier le code]

L'épidote sert de chef de file à un groupe de formule générique : X2Y3 (Si2O7) (SiO4) O (OH,F) dans laquelle

  • X = Ca2+, Fe2+, Mn2+, Mn3+, Ce3+, La3+, Y3+, Th3+ ;
  • Y = Al3+, Fe3+, Fe2+, Mn3+, Mn2+, Ti4+ ;

soit, par exemple :

Ca2(Al, Fe)3(SiO4)3(OH).

C'est un groupe de vingt minéraux, comprenant 19 sorosilicates monocliniques et un sorosilicate orthorhombique (la zoïsite)

Gîtologie[modifier | modifier le code]

On trouve la clinozoïsite dans les roches métamorphiques, hydrothermales, métasomatiques de contact. Par alteration des plagioclase (saussuritisation)[4]

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Amphiboles, plagioclase, quartz.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Aluminium-épidote
  • Clinoépidote
  • épidote-gris [5]
  • Fouquéite (Lacroix 1889) : Synonyme dédié au minéralogiste français Ferdinand Andre Fouque [21 Juin 1828 - 7 mars 1904] professeur au Collège de France[6].

Variété[modifier | modifier le code]

  • Chrome-Clinozoïsite : variété de clinozoïsite riche en chrome et pauvre en fer de formule idéale : Ca2(Al,Cr)3(SiO4)3(OH) [7]
  • Clinothulite : variété de clinozoïsite riche en manganèse de couleur rose, trouvée en Lombardie Italie et sur plusieurs sites aux États-Unis [8]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Autriche
Gösleswand (Goslerwand), Ströden, Prägraten, Virgental, Osttirol, Tyrol (Topotype)
  • Belgique
La Helle, Ternell, Eupen,Province de Liège[9]
  • Canada
Mine de Norlartic, Val d'Or, La Vallée-de-l'Or RCM, Abitibi-Témiscamingue, Québec[10]
  • France
Plage de Cromenac'h, Ambon, Morbihan, Bretagne[11]
Sauviat-sur-Vige, Haute-Vienne, Limousin[12]
Mine de l'Anglade, Salau, Seix, Cauflens, Ariège, Midi-Pyrénées [13]
Carrière de Trimouns, Luzenac, Ariège, Midi-Pyrénées [14]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Utilité[modifier | modifier le code]

  • Certaines pierres gemmes peuvent être taillées.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. American Mineralogist, volume 053, pp. 1882(1968)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. E. Weinschenk: "Die Mineralvorkommen des Großvenedigerstockes in den Hohen Tauern", Zeitschr. Krist. 26, 337-508 (1896)
  4. The Handbook of Mineralogy Volume II, 1995 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols
  5. Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle,Volume 10 Par Charles S. Sonnini P 356 1817
  6. A. Lacroix, "La Fouquéite" , Bull, Soc, Min, 12, 327,1889
  7. An index of mineral species & varieties P.177 1955
  8. Rocks & Minerals, July 2001.
  9. Fransolet, A.M., Kramm, U., Schreyer, W. (1977): Metamorphose und Magmatismus im Venn-Stavelot-Massiv, Ardennen, Fortschr. Miner., Vol. 55, Beiheft 2, 75-103
  10. Sabina, A.P. (2003) Rocks & Minerals for the collector; Kirkland Lake - Rouyn-Noranda - Val d'Or, Ontario & Quebec. GSC Misc. Report 77, 308 p.
  11. R. Pierrot, L. Chauris, C. Laforêt and F. Pillard : "Inventaire Minéralogique de la France N° 9 : Morbihan", BRGM, 1980.
  12. D. Coffrant, Bull. Soc. Fr. Minéral. Cristallogr. , 1974, 97, pp. 70-78
  13. C. Derré, M. Fonteilles, L.Y. Nansot : "Le Gisement de Scheelite de Salau, Ariège - Pyrénées", Publications du 26è Congrès Géologique International, Paris, 7-17 July, 1980
  14. Le Cahier des Micromonteurs Year 1990 N° 4