Prehnite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prehnite
Catégorie IX : silicates[1]
Prehnite - La Combe de la Selle, France - 7,8 cm

Prehnite - La Combe de la Selle, France - 7,8 cm
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute HAl2Ca2O11Si3Ca2Al(Si, Al)4O10(OH)2
Identification
Masse formulaire[2] 395,377 ± 0,012 uma
H 0,25 %, Al 13,65 %, Ca 20,27 %, O 44,51 %, Si 21,31 %,
395.38 uma
Couleur incolore à blanche, grise ou encore verdâtre à vert poireau.
Classe cristalline et groupe d'espace pyramidale;P 2cm
Système cristallin orthorhombique
Réseau de Bravais Primitif P
Clivage bon sur {001} ; pauvre sur {110}
Cassure irrégulière
Habitus agrégats cristallins formant des masses arrondies fibro-radiées, mamelonnées, Les cristaux isolés sont rares.
Échelle de Mohs de 6 à 6,5
Trait blanc
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.61-1.637, b=1.615-1.647, g=1.632-1.67
Biréfringence Biaxiale (+);0.0220-0.0330
Dispersion 2vz ~ 58-68
Fluorescence ultraviolet Oui
Transparence transparente à translucide
Propriétés chimiques
Densité 2.86-2.98
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La prehnite est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des phyllosilicates de formule Ca2Al(Si, Al)4O10(OH)2 avec des traces de Ti; Fe; Mg; Na; K; H2O. Cristaux prismatiques isolés très rares pouvant atteindre 4,5 cm [3]

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La plus ancienne description est celle de Balthazar Georges Sage sous le nom de chrysolite du cap en 1771[4]. C'est toutefois la description d'Abraham Gottlob Werner en 1813 qui fait référence [5]Le terme provient de la dédicace au Commandant hollandais, Hendrik Von Prehn (1733-1785) dont Werner pensait qu'il était le découvreur de ce minéral. De fait ce dernier avait été ramené du Cap par Alexis-Marie de Rochon antérieurement à von Prehn[6].

Topotype[modifier | modifier le code]

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • adelite (de Fourestier) ne pas confondre avec l'arséniate adélite qui est une espèce agréée par l'IMA.
  • aedelite (Walmstedt)
  • bostrichite (Walker 1789): le terme est inspiré de la traduction "mèche de cheveux" par allusion à l'aspect de certain habitus de ce minéral[7].
  • chiltonite (Emmons)[8]
  • chrysolite du Cap (Sage)[9]
  • coupholite ou koupholite (Picot de Lapeyrouse)[10] Désigne une variété d'habitus qui se présente en lames rhomboïdales. Le nom donné par Picot de Lapeyrouse est inspiré de la traduction grecque de "pierre légère".
  • Prehnitoid ou Prenitoide (Bechi)[11] désigne une prenite massive de Monte Catini en Toscane.
  • schorl en gerbes (Schreiber 1782)[12]
  • zéolithe cuivreuse : nom donné à la prehnite de Reisenbach car elle est souvent associée au cuivre[13].
  • zéolithe étincelante (Louis Gmelin)[14]
  • zéolithe jaunâtre radiée (René Just Haüy)
  • zéolithe rayonnée (von Born)
  • zéolithe verte (Louis Gmelin)
  • zéolithe vitreuse verdâtre du Cap (von Born)

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 4,61 Å, b = 5,47 Å, c = 18,48 Å, ° V = 466.00; Z = 2
  • Densité calculée = 2.82

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
La préhnite est un minéral hydrothermal secondaire qui se forme généralement dans des fissures et autres cavités des roches éruptives basiques et schistes cristallines.
Minéraux associés 
calcite, cuivre, datolite, épidote, pectolite, et les zéolites.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

Galerie France[modifier | modifier le code]

Galerie Monde[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Utilité[modifier | modifier le code]

Les prehnites de qualité gemmes peuvent être taillées notamment en cabochons, comme substituant du jade. Elle peut être distinguée des jadéites au moyen de CL-microphotographie et CL-microspectrographie et cela même si la texture est semblable.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. The Handbook of Mineralogy John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh, and Monte C. Nichols, and published by Mineral Data Publishing. Volume II, 1995reprinted 2003.
  4. Sage Elements de minéral. I. 223. 1771
  5. Journal des Mines, Vol I v 276-277
  6. Dictionnaire classique d'histoire naturelle, Volume 14 Par Bory de Saint-Vincent (Jean Baptiste Geneviève Marcellin, M.) p.261 1828
  7. Dizionario delle scienze naturali Tome IV p.88 1833
  8. The American journal of science and arts, Volume 46 p.32 1844
  9. Le règne minéral ramené aux méthodes de l'histoire naturelle, Volume 2 Par Louis Albert Necker p.437 1835
  10. Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, Par Charles S. Sonnini p.24 1817
  11. Bechi Bull.Com. Geol., 66, 1870
  12. Traité de minéralogie, Volume 3 Par René Just Haüy,France. Conseil général des mines p.171. 1801
  13. Annales du Muséum national d'histoire naturelle, Volume 5 p.71 1804
  14. Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle Volume 36 p.378 Par Jacques Eustache de Sève
  15. Shannon, Earl V. (1919): Famous mineral localities. The datolite locality near Westfield, Mass. (American Mineralogist 4:5)
  16. Gautron, L. and Meisser, N. (2001). Prehnite from La Combe de la Selle, Saint Christophe en Oisans - Isère - France. Mineralogical Record, 32 (3), 223-232.
  17. DE ASCENCAO GUEDES R., CASTERET A. & GOUJOU JC. (2002) Aperçu minéralogique de la vallée d'Aure, Hautes-Pyrénées, Le Règne minéral, 47, 5-21.