Transparence (physique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Filtres dichroïques créés en utilisant des matériaux optiquement transparents.

Dans le domaine de l'optique, la transparence est une propriété physique qui permet à un matériau de laisser passer la lumière sans que celle-ci ne subisse de dispersion. À une échelle macroscopique, où les dimensions étudiées sont bien plus grandes que les longueurs d'ondes des photons en question, on peut dire que dans ce type de matériau, les photons suivent les lois de Snell-Descartes. Différemment, on parle de translucidité lorsqu'un matériau laisse passer la lumière, mais que les photons sont dispersés et ne suivent alors plus les lois de Snell-Descartes.

La transparence d'un matériau dépend de la longueur d'onde de la lumière et de la nature du matériau : ainsi, le verre est transparent dans le visible (on voit à travers), mais il bloque les rayons ultra-violets. Plus précisément, aucun matériau n'est totalement transparent : il absorbe une part plus ou moins importante de la lumière reçue en fonction de la longueur d'onde. Plus l'absorbance d'un matériau est faible à une longueur d'onde donnée, plus il est transparent pour cette longueur d'onde.

En photographie et particulièrement en sensitométrie, la transparence est synonyme de transmittance[1].

La notion de transparence trouve de nombreuses applications physiques. Par exemple, la silice est particulièrement peu absorbante autour de 1,55 µm (atténuation de 0,2 dB/km pour une bonne fibre optique), par conséquent on utilise cette longueur d'onde pour les télécommunications transmises par fibre optique. On doit également s'en préoccuper lorsqu'on s'intéresse à l'imagerie médicale, en effet, on doit gérer les différences de transparence des différents organes. Les milieux biologiques étant généralement très aqueux, on tente d'utiliser des sources de lumière dans la fenêtre de transparence de l'eau.

Dans certains contextes, la transparence est le fait, pour un être humain en particulier, de voir nettement ce qui est « de l'autre côté » du matériau ou de l'objet. Par exemple : « la transparence du mica permet de voir la fusion du verre dans le four ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Bouillot, cours de photographie : technique et pratique, Paris, Dunod,‎ 1991 (ISBN 2-10-000325-9), p. 89