Magnac-Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laval.
Magnac-Laval
Hôtel de ville de Magnac-Laval.
Hôtel de ville de Magnac-Laval.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Bellac
Canton Magnac-Laval
Intercommunalité Communauté de communes Brame-Benaize
Maire
Mandat
Jean-Bernard Jarry
2014-2020
Code postal 87190
Code commune 87089
Démographie
Gentilé Magnachons, Magnachonnes
Population
municipale
1 815 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 58″ N 1° 10′ 04″ E / 46.2161, 1.167846° 12′ 58″ Nord 1° 10′ 04″ Est / 46.2161, 1.1678  
Altitude Min. 189 m – Max. 324 m
Superficie 72,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magnac-Laval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magnac-Laval

Magnac-Laval est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Limousin.

Le nom occitan de la commune est Manhac la Vau.

Ses habitants s'appellent les Magnachons et les Magnachonnes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Magnac-Laval en Haute-Vienne.

Le territoire communal est traversé par la rivière la Brame.

La commune de Magnac-Laval a une superficie de 72,2 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges qui est située au sud-sud-est.


Communes limitrophes de Magnac-Laval
Dinsac
Magnac-Laval Dompierre-les-Églises
Droux Villefavard

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Magnac était comprise dans la Basse-Marche. Elle porte le nom de Magnac-Laval depuis 1758, date à laquelle le marquisat de Magnac a été réuni à la baronnie d'Arnac pour former le duché de Laval, au bénéfice de Guy-André-Pierre de Montmorency-Laval.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Magnac-Laval 1.svg

Les armes de la commune de Magnac-Laval se blasonnent[2] ainsi :

« De sable, à deux barres d'argent. »[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Bernard Jarry[5]    
1913 1918 Roger Dubrac de Feux    
1892 1913 Amable Dubrac de Feux    
1813 1830 Léonard Jevardat de Fombelle    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 815 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 936 2 624 2 777 2 936 3 455 3 436 3 567 3 561 3 516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 418 3 351 3 427 3 239 3 635 4 018 4 107 4 699 4 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 755 3 955 3 833 3 090 2 846 2 665 2 688 2 603 2 668
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 777 2 625 2 599 2 372 2 266 1 978 2 010 1 978 1 810
2011 - - - - - - - -
1 815 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestation[modifier | modifier le code]

La bourgade est connue pour sa célèbre procession de Saint Maximin qui, chaque année le lundi de la Pentecôte, se déroule dans la campagne sur plus de 50 km. Les pèlerins, une guirlande de fleurs au cou, partent la nuit et ne rentrent qu'à la tombée du jour suivant.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Châteaux de Chercorat et de Sirvenon.

L'église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1925[8].

- étang des Pouyades ( pêche à la carpe )

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 12 avril 2011)
  2. « Les armoiries de la commune », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 1er avril 2011 )
  3. Malte-Brun, dans la France illustrée, tome V, 1884
  4. « Les maires de la commune » (consulté le 12 avril 2011 )
  5. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Notice no PA00100385 », base Mérimée, ministère français de la Culture