Al-Wāt̠iq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Wathiq.

Abū Jaʿfar Hārūn ben Muḥammad al-Muʿtaṣim (en arabe : أبو جعفر هارون بن محمد المعتصم), surnommé « al-Wāṯiq bi-llāh » (en arabe : واثق بالله) , Celui qui fait confiance à Dieu, est né à La Mecque en 812 d'une esclave grecque nommée Qarâtis. Il a succédé à son père Al-Muʿtasim comme calife abbasside en 842. Il est mort en 847 à Samarra. Son frère Jaʿfar al-Mutawakkil lui a succédé[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Al-Wāṯiq, à l'instar de son père, aimait les études et fut le soutien de nombreux savants et artistes. Il est connu pour son talent de musicien, il a composé plus de cent chansons.

Sous son règne le mutazilisme reste la doctrine officielle et le tribunal inquisitorial créé par Al-Ma'mūn et chargé du contrôle de l'orthodoxie religieuse : la mihna[2] est restée en fonction.

Il y eut plusieurs révoltes au cours de son règne, en Syrie et en Palestine. Ces révoltes ont pour origine le fossé grandissant séparant les populations arabes et les armées turques qui avaient été formées par le père d'Al-Wāṯiq, le calife Al-Muʿtasim. Ces révoltes ont été réprimées mais l'antagonisme entre ces deux groupes n'a fait qu'augmenter avec la prise de pouvoir progressive des turcs.

Il est mort après être resté trop longtemps dans une étuve trop chaude, alors qu'il avait déjà utilisé ce procédé pour soigner son hydropisie[3].

À sa mort les courtisans Turcs qui avaient prêté serment à son fils, lui ont préféré son frère Jaʿfar al-Mutawakkil.


Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tabari, La Chronique (Volume II, L'âge d'or des Abbassides), p. 198-199
  2. arabe : miḥna (محنة), épreuve, examen
  3. Tabari, La Chronique (Volume II, L'âge d'or des Abbassides), p. 198

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentation externe[modifier | modifier le code]