Al-Dhahabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adh-Dhahabī[1] (12741348) était un savant du hadith et un historien musulman.

Biographie[modifier | modifier le code]

Al-Dhahabi est né en 1274[2] à Damas. Il fut un grand maître chaféiste, un connaisseur en hadith et un historien de l’islam. D’origine turkmène, il fit ses études dans sa ville natale puis voyagea au Caire et dans d’autres cités, notamment Damas, Alexandrie et La Mecque, à la recherche de la science sacrée auprès des meilleurs maîtres de son époque et en eut, dit-on, treize cents. Ce que l’on sait de sa vie nous provient surtout des Tabaqāt ash-shāfi‘iyya al-kubrā de son disciple, ‘Abd al-Wahhāb as-Subkī. Selon le témoignage unanime de ses biographes, il compta parmi les plus grands traditionnistes de son époque et fut d’ailleurs surnommé muhaddith al-‘asr (« le traditionniste de l’Epoque ») et khatām al-huffāz (« sceau des hāfiz »). En plus d’être un maître en hadith, il fut aussi imam et une autorité en matière d’exégèse et de lecture coraniques. Il devint aveugle sept ans avant sa mort qui eut lieu à Damas en 748/1348. On lui attribue une centaine d’ouvrages, comme Tarikh al-Islam al-kabir en trente-six volumes ou La vie des Nobles Personnages (Siyar a‘lam an-nubala’) en vingt-trois volumes. Subkī décrira ainsi le prestige de son maître : « Son nom suivait une trajectoire comme celle du soleil ; mais lui ne se voilait ni quand tombait la pluie, ni quand venait la nuit. De tout le pays, on venait à lui et, de toutes parts, les questions l’appelaient. Il était une gloire dont on s’enorgueillissait et un ornement dont se paraît ce bas-monde » (Tabaqāt ash-shāfi’‘iyya al-kubrā, 6 vol., Le Caire, 1905, V. p. 217)[3].

Ses enseignants[modifier | modifier le code]

Voici une liste des enseignants les plus notable avec qui il étudia :

  • Al-Abarquhi, Ahmad ibn Ishaq ibn Muhammad al-Misri (d. 701) ;
  • Ibn al-Zahiri, Ahmad ibn Muhammad ibn `Abd Allah al-Halabi ;
  • Ibn Daqiq al-`Id ;
  • Taqi ad-Din Ahmad Ibn Taymiyya ;
  • Jamal al-Din Abu al-Ma`ali Muhammad ibn `Ali al-Ansari al-Zamalkani al-Dimashqi al-Shafi`i (d. 727) ;
  • Sharaf al-Din al-Dimyati, `Abd al-Mu'min ibn Khalaf.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de près d'une centaine d'œuvres, certains d'entre eux d'une taille considérable :

  • Al-Amsar Dhawat al-Athar ;
  • Al-Kaba'ir ;
  • Al-Mustadrak alaa al-Sahihain ;
  • Al-Tajrid fi Asma' al-Sahaba ;
  • Duwal al-Islam ;
  • Manaaqib Al-imam Abu Hanifa wa saahibayhi Abu Yusuf wa Muhammad Ibn al-Hasan ;
  • Mukhtasar Kitab al-Wahm wa al-Iham li Ibn al-Qattan ;
  • Mukhtasar Sunan al-Bayhaqi ;
  • Siyar a`lam al-nubala' ;
  • Tabaqat al-Qurra ;
  • Tadhhib Tahdhib al-Kamal ;
    • Al-Kashif fi Ma`rifa Man Lahu Riwaya fi al-Kutub al-Sitta ;
    • Al-Mujarrad fi Asma' Rijal al-Kutub al-Sitta ;
  • Tadhkirat al-huffaz ;
  • Tarikh al-Islam al-Kabir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son vrai nom est Muhammad ibn Ahmad ibn `Uthman ibn Qaymaz ibn `Abd Allah, Shams al-Din Abu `Abd Allah al-Turkmani al-Diyarbakri al-Fariqi al-Dimashqi al-Dhahabi al-Shafi`i (arabe : محمد بن احمد بن عثمان بن قيوم ، أبو عبد الله شمس الدين الذهبي)
  2. Hoberman, Barry (septembre–october 1982). "The Battle of Talas", Saudi Aramco World, p. 26-31. Indiana University.
  3. Source : Le Livre des Haltes, Émir Abd el-Kader, traduction de Abdallah Penot, Dervy, Paris 2008, avec l’aimable autorisation de M. Jean Annestay.