Yazīd Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Yazīd Ier (la)
Fonctions
Calife
68011 novembre 683
Prédécesseur Muʿāwiya Ier
Successeur Muʿāwiya II
Biographie
Nom de naissance Yazīd ibn Muʿāwiya (la)
Date de naissance 23 juillet 645
Date de décès 11 novembre 683 (à 38 ans)
Lieu de décès Damas (Califat omeyyade)
Nationalité Omeyyade
Père Muʿāwiya Ier
Mère Maysūn bint Baḥdal
Enfant(s) Muʿāwiya II
Religion Islam
Résidence Damas
Califes

Yazīd Ier ou ʾAbū Ḫālid Yazīd ibn Muʿāwiya (en arabe : أبو خالد يزيد بن معاوية), né en 645 et mort en 683, est le deuxième calife omeyyade. Il succède à son père Muʿāwiya Ier en 680. L'événement le plus important de son règne est la bataille de Kerbala, au cours de laquelle Al-Ḥusayn ('as), fils de ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib et petit-fils du prophète Mahomet, est tué par l'armée omeyyade. Nombreux sont les musulmans qui condamnent Yazīd Ier et le considèrent comme responsable direct de la mort d'Al-Ḥusayn, mais certains contestent l'authenticité des faits qui lui sont attribués.

Succession de Muʿāwiya Ier[modifier | modifier le code]

Muʿāwiya Ier envisage l'idée de faire reconnaître Yazīd comme son successeur, suite aux recommandations d'Al-Muġīra ibn Šuʿba Aṯ-Ṯaqafiyy notamment. En 668, il ordonne aux habitants de Damas, puis à tout le Califat, de prêter serment de fidélité à Yazīd. Plusieurs musulmans[1], dont Al-Ḥusayn, fils de ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, ʿAbd Allāh, fils de ʿUmar ibn Al-Kaṭṭāb, et ʿAbd Allāh ibn Az-Zubayr, refusent l'allégeance, qui va à l'encontre du principe de šūrā, concertation entre les musulmans pour le choix du calife. La Deuxième Fitna éclate.

Deuxième Fitna[modifier | modifier le code]

Après la mort de son père et son accession au pouvoir en 680, Yazīd Ier veut forcer les quatre récalcitrants à lui prêter serment d'allégeance et menace de les faire tuer s’ils refusent. Après avoir essuyé plusieurs refus, il envoie un détachement armé à La Mecque, où les rebelles se retranchent. L’un d’eux, ʿAbd Allāh ibn Az-Zubayr, organise une armée qui fait prisonnier l’envoyé de Yazīd Ier et le tue.

Les opposants à Yazīd Ier résidant à Koufa (ancienne capitale du Califat sous ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib) envoient des lettres à Al-Ḥusayn ibn ʿAlī lui offrant leur soutien s'il proclame son califat, et l'incitent à les rejoindre. Yazīd Ier envoie alors une armée pour réprimer la population de Koufa. Al-Ḥusayn, ignorant les mises en garde de ses amis, qui lui demandent au moins de laisser femmes et enfants, quitte La Mecque pour Koufa. En chemin, il apprend la mort de son cousin Muslim ibn ʿAqīl des mains des hommes de Yazīd Ier, sous l'apathie et l'indifférence de la population de Koufa. En effet, la ville, en rivalité avec Damas et voulant restaurer son pouvoir, décide de se joindre à Yazīd Ier dans sa lutte contre les rebelles. Al-Ḥusayn et sa suite, ainsi que des proches de Muslim ibn ʿAqīl, décident de continuer vers Koufa malgré les messages d'avertissement de Yazīd Ier. Le 12 octobre 680, l'armée omeyyade les intercepte à Kerbala et les tue tous[réf. nécessaire].

Yazīd Ier donne à ʿUbayd Allāh ibn Ziyād le titre de gouverneur d'Irak, mais pas du Khorassan, que lui avait donné Muʿāwiya Ier. ʿUbayd Allāh en conçoit quelque amertume. Lorsqu'il reçoit l'ordre d'attaquer ʿAbd Allāh ibn Az-Zubayr à La Mecque, il refuse d'obéir, se prétextant malade. Malgré tout, une armée omeyyade attaque Médine à la bataille d'Al-Ḥarra qui est livrée au pillage pendant trois jours. Aussi, de nombreux compagnons du Prophète moururent. En 683, les troupes omeyyades assiègent La Mecque. À l'aide de mangonneaux, les Omeyyadess endommagent la Kaaba et enflamment le voile la recouvrant. Yazīd Ier meurt au cours du siège à l'âge de 38 ans[2] et les combats cessent quelques jours plus tard, l'armée omeyyade retournant à Damas. Son fils Muʿāwiya lui succède pendant 40 jours avant de mourir lui aussi.

Situation extérieure[modifier | modifier le code]

Sous le court règne de Yazīd Ier, les Omeyyades essuient quelques revers en Afrique du Nord. ʿUqba ibn Nāfiʿ Al-Fihriyy, reconduit au poste de gouverneur de ʾIfrīqiyya en 682, se dirige vers l'ouest, gagnant plusieurs batailles face à l'Empire byzantin, jusqu'à atteindre Tanger, avant de pénétrer dans les terres vers le Moyen Atlas, mais meurt avec ses hommes dans une embuscade berbère en 683. Les Omeyyades perdent alors temporairement plusieurs points côtiers, ce qui leur vaut la perte de la suprématie maritime et l'abandon de Rhodes et la Crète.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Yazīd Ier travaille surtout à renforcer les défenses de la Syrie, fief des Omeyyades, et à réformer le système financier du Califat.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tabarî (trad. Hermann Zotenberg), La Chronique : Histoire des prophètes et des rois [« تاريخ الرسل والملوك (Tārīḫ ar-rusul wal-mulūk) »], vol. II, Arles, Actes Sud, coll. « Sindbad »,‎ 19 mai 2001 (ISBN 2742733183), p. 27.
  2. Ibid., p. 51-57.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]