Mehmed III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mehmed III
Le sultan Mehmed III
Le sultan Mehmed III
Titre
13e Sultan Ottoman
16 janvier 159522 décembre 1603
&&&&&&&&&&&032628 ans, 11 mois et 6 jours
Prédécesseur Murad III
Successeur Ahmet Ier
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Date de naissance 26 mai 1566
Lieu de naissance Manisa
Date de décès 22 décembre 1603 (à 37 ans)
Lieu de décès Constantinople
Père Murad III
Mère Safiye Sultan
Conjoint 3 épouses
Enfant(s) 2 enfants

Signature

Mehmed III
Dynastie ottomane

Mehmed III (ou Mehmet III) (né le 26 mai 1566 à Manisa et mort le 22 décembre 1603 à Istanbul) est le 13e sultan ottoman. Fils et successeur de Mourad III, il régna de 1595 à 1603.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son règne est marqué par des difficultés croissantes en politique extérieure, notamment par la guerre menée contre les Habsbourg. L'évenement majeur du règne fut d'ailleurs la guerre de Hongrie (1596-1605), au cours de laquelle il vainquit les Habsbourg à la bataille de Mezokeresztes.

En recherche d'alliés, il renoue les relations commerciales avec la France en signant de nouvelles Capitulations à Istanbul (1597), après avoir reçu l'ambassadeur d'Henri IV, François Savary de Brèves. Les liens entre la France et les Échelles du Levant s'étaient quelque peu distendus en raison des guerres de religion en France d'une part, et de l'essor de la piraterie en Méditerranée d'autre part.

Le règne de Mehmed III a mauvaise réputation. Même à l’aune violente des traditions fratricides ottomanes, il marque l’histoire en faisant assassiner dix-neuf de ses frères et demi-frères pour asseoir son pouvoir[1],[2], ainsi que plus de vingt de ses sœurs. Après lui la pratique du fratricide pour asseoir le pouvoir du sultan disparut, ses successeurs se contentant d'enfermer les autres prétendants dans divers sérails[3]. Ils sont tous morts étranglés par ses sourds-muets. Sa mère, la Sultane validé, Safiye Sultan, originaire de la noblesse vénitienne, assure une sorte de régence du pouvoir[4]. Mehmed lui délaisse les affaires de l’État pour s'occuper de son harem en y donnant des fêtes somptueuses. À sa mort son fils, Ahmet Ier (1603-1617), prend sa succession.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Donald Quataert, The Ottoman Empire, 1700-1922, p.90. Cambridge University Press, 2000. ISBN 0-521-63328-1
  2. John Patrick Kinross, Ottoman Centuries, p.288. William Morrow & Co., 1977. ISBN 0-688-03093-9
  3. Jean-Michel Sallmann, Géopolitique du XVIe siècle (1490-1618), (Nouvelle histoire des relations internationales, tome 1) , Paris, Le Seuil, "Points histoire", 2003 p.92
  4. Kinross, p.288

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Bluche, Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, réed. 2005, p. 1546-1547.
  • Michel Mourre, Dictionnaire encyclopédique d'histoire, Paris, 1978, rééd.1996, 5 vol., tome 3, p. 3433.
  • L’Encyclopédie de l’Islam, XI volumes, Paris, Maisonneuve et Larose, 1991
  • Jean-Claude Garcin, et autres, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, Xe-XVe siècle, Paris, 2 vol., PUF, coll. Nouvelle-Clio, tome 1, p. 371-397.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]