Hâroun ar-Rachîd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hâroun ar-Rachîd
Image illustrative de l'article Hâroun ar-Rachîd
Titre
Calife de Bagdad
14 septembre 78624 mars 809
22 ans, 6 mois et 10 jours
Prédécesseur Abu Abdullah Musa ibn Mahdi al-Hadi
Successeur Muhammad ibn Harun al-Amin
Biographie
Dynastie Abbassides
Date de naissance 17 mars 763
Lieu de naissance Téhéran
Date de décès 24 mars 809
Lieu de décès Mashhad actuelle
Père Muhammad ibn Mansur al-Mahdi
Mère Al-Khayzuran

Hârûn al-Rachîd ben Muhammad ben al-Mansûr (en arabe هارون الرشيد بن محمد بن المنصور / Hārūn ar-Rašīd ben Muḥammad ben al-Manṣūr) (Hârûn signifiant « Aaron » et rachîd, « le sage »), ou Hârûn ar-Rachîd (en arabe هارون الرشيد / Hārūn ar-Rašīd), est le cinquième calife abbasside.

Né en 763[1], à Ray, alors que son père al-Mahdî y séjournait. À la mort de son frère al-Hâdî en 786, il devint calife. Il meurt à Tûs dans le Khorasan en 809 et y est enterré.

Biographie[modifier | modifier le code]

La jeunesse[modifier | modifier le code]

Troisième fils de al-Mahdî, son enfance se passe dans le luxe. Il est le fils préféré de leur mère al-Khayzurân, esclave yéménite. Son précepteur est Yahyâ ben Khâlid de la famille des Barmécides. Hârûn est l'ami d'enfance des fils de Yahyâ ben Khâlid : Fadhl, Ja`far, Mûsâ et Mohammed. Fadhl était frère de lait de Hârûn et Ja`far son ami intime.

Hârûn commande des expéditions contre les Byzantins en 781 et 782. Au cours de l'expédition de 782, l'armée arabe atteint le Bosphore, avant d'être encerclée par les Byzantins. Toutefois, la défection du général byzantin Tatzatès lui permet de reprendre le dessus et de contraindre les Byzantins à accepter une trêve de trois ans et le paiement d'un lourd tribut annuel.

Il est ensuite nommé gouverneur d'Égypte, de Syrie, d'Arménie et d'Azerbaïdjan. Il charge son ancien précepteur Yahyâ ben Khâlid d'administrer ces provinces. Le frère de Hârûn, al-Hâdî est devant lui dans l'ordre de succession, mais le règne de ce frère ne durera que de 784 à 786.

Le calife[modifier | modifier le code]

Le précédent khalife al-Hâdî et frère de Hârûn al-Rachîd avait voulu nommer son fils Ja`far comme héritier. À sa prise de pouvoir Hârûn ar-Rachîd força son neveu Ja`far à faire une déclaration par laquelle il reconnaissait que le pouvoir appartenait à son oncle (786).

Le jour de son intronisation il eut un premier fils `Abd Allah, de l'esclave perse Marajil ; le khalife interpréta cela comme un bon présage. Quelque temps plus tard il eut un second fils Mohammed Al-Amîn, de son épouse légitime Zubayda. Hârûn voulut reconnaître dans un premier temps `Abd Allah, lui donnant le surnom de Al-Mâ'mûn, comme héritier présomptif, mais il dut affronter la colère de Zubayda et de ses partisans, qui estimaient que Al-Amîn était le plus légitime, étant né de Zubayda. Hârûn ar-Rachîd céda et fit reconnaître comme héritier présomptif son fils Al-Amîn alors qu'il n'avait que cinq ans (802). Plus tard il décréta un arrangement entre ses deux fils : Al-Amîn était l'héritier présomptif et gouvernait l'ouest de l'empire (Irak Syrie) et Al-Ma'mûn devenait le second dans l'ordre de succession et dirigeait l'est de l'empire (Khorasan).

Il se débarrassa des vizirs et des gouverneurs de Al-Hâdî pour les remplacer par des hommes de son choix. Son principal vizir fut Yahyâ ben Khâlid.

En 788 un petit-fils de Hassan ben Ali, Yahyâ s'insurgea dans le Tabaristan, son frère Idrîs (survivant de la Bataille de Fakh) s'était enfui à Walili Meknès (Maroc) où il parvint à créer un royaume et une dynastie (Idrissides). Hârûn envoya une armée de 50 000 hommes. Il traita avec le rebelle qui fut accueilli avec les honneurs à Bagdad. Yahyâ s'étonna de cette réception, mais cinq mois après Hârûn le fit mettre en prison et le tortura à mort.

La situation de l'empire[modifier | modifier le code]

Hârûn trouve un empire plutôt fragile bien que brillant.

L'Espagne était devenue omeyyade en 755.

Le Maroc est contrôlé par les Idrissides depuis 788. Idrîs Ier arrière-petit-fils de Hassan ben Ali venait de fonder la première dynastie musulmane du Maroc et la ville de Fès. Il avait conquis un petit territoire au nord du Maroc. Hârûn le fit empoisonner par un de ses émissaires. Son tombeau est à Moulay Idriss Zerhoun, village à flanc de montagne près des ruines de Volubilis (793).

Au Yémen, la population se révolte en 795 contre le gouverneur abbasside. Cette révolte ne cesse qu'en 804.

En Égypte, les impositions écrasantes servent à entretenir l'armée d'Ifriqiya (actuelle Tunisie) commandée par Harthama ben A'yan et une mauvaise administration, conduisent à des soulèvements d'une grande ampleur en 788 et 794-795.

L'Ifriqiya est constamment agitée par des troubles. Harthama ben A'yan en confie l'administration (797) à Ibrâhîm ben al-Aghlab. Celui-ci en profita pour fonder sa propre dynastie en 800 les Aghlabides (jusqu'en 903).

En Syrie, l'opinion reste favorable aux Omeyyades contre les Abbassides. En 796, Hârûn envoya en Syrie, une troupe sous le commandement de Fadhl ben Yahyâ pour y rétablir l'ordre.

De nombreux mouvements de révoltes populaires ont lieu dans tout l'empire. Les inégalités sociales sont trop grandes. Ces mouvements de contestation prennent souvent une coloration religieuse kharijite ou chiite contre le sunnisme du pouvoir central. Ce contexte a motivé une politique de répression contre les groupes religieux dissidents (kharijites et chiites), des mesures restrictives à l'égard des dhimmis en leur imposant un costume distinctif, et des arrestations au sein d'une élite « athée »(kafir) ou soupçonnée de l'être. Cette politique était censée plaire aux religieux et à la majorité sunnite de la population.

La chute des Barmécides[modifier | modifier le code]

La famille des Barmécides (ou Barmakides) avait fourni des vizirs et des gouverneurs aux deux précédents califes. Yahyâ ben Khâlid avait été emprisonné par le précédent khalife al-Hâdî. Hârûn l'a fait libérer et a placé un certain nombre de membres de sa famille à différents postes de vizir ou de gouverneur de province. Ibn Khaldûn raconte que : « Ja`far ben Yahyâ fut même appelé « Sultan », ce qui montre qu'il avait la responsabilité générale et dirigeait l'État[2]. »

Hârûn changea très brutalement d'attitude à l'égard de cette famille. Tabarî y voit quatre motifs possibles :

  1. Le vizir Yahyâ ben Khâlid se sentant vieillir demanda à Hârûn l'autorisation de se retirer à La Mecque avec ses deux fils. Hârûn refusa, lui demandant de choisir lequel de ses deux fils devait lui succéder. Fadhl fut donc choisi comme principal vizir par Ya`hyâ parce qu'il était l'aîné et le plus sage. Hârûn aurait préféré que ce soit Ja`far ben Yahyâ qui soit choisi.
  2. Au même moment la requête d'un ouléma de Raqqa parvient à Hârûn dénonçant Yahyâ ben Khâlid et sa famille comme une famille d'athées.
  3. Ja`far ben Yahyâ avait commis une erreur en libérant sans prévenir Hârûn un rebelle Yahyâ qui était emprisonné depuis 788.
  4. Enfin Hârûn avait une sœur nommée `Abbâssa qui l'avait protégé contre la vindicte de son aîné al-Hâdî. Hârûn donna sa sœur en mariage à Ja`far ben Yahyâ, étant entendu que ce mariage devait être un « mariage blanc ». `Abbâssa était belle et fut rapidement enceinte de Ja`far ben Yahyâ malgré sa promesse. Ibn Khaldûn s'insurge contre cette hypothèse insultante pour la famille de Mahomet, et il préfère ne garder qu'une cinquième hypothèse, celle de leur trop grande influence et leur mainmise sur les finances de l'État[3]

Hârûn décida de partir en pèlerinage à La Mecque avec les Barmécides. À son retour en Irak, au cours d'un festin Hârûn demanda à un eunuque de convoquer Ja`far ben Yahyâ dans sa tente et de lui couper la tête. L'eunuque au dernier moment n'exécuta pas cet ordre de crainte qu'il ne fût dû à l'ivresse et que cela lui soit reproché le lendemain. Il revint près de Hârûn accompagné de Ja`far ben Yahyâ, sur quoi Hârûn dit « Ce n'est pas Ja`far ben Yahyâ que je t'ai demandé, mais sa tête ». L'eunuque trancha la tête de Ja`far ben Yahyâ. Hârûn envoya la tête de Ja`far ben Yahyâ à Bagdad et fit arrêter Yahyâ ben Khâlid et ses trois fils. Yahyâ ben Khâlid mourut en prison de ses tortures. Hârûn fit égorger en sa présence Fadhl ben Yahyâ et toute la famille Barmécide, sauf les plus jeunes enfants (803)[4].

Zoubayda[modifier | modifier le code]

Zubayda, qui avait épousé Hârûn ar-Rachîd en 781, fut la femme la plus puissante de son temps. Elle était la petite-fille du khalife Al-Mansour, et une cousine d'Hârûn ar-Rachîd. Elle mourut en 831 pendant le règne d'Al-Ma'mûn.

Article détaillé : Zubayda bint Jafar.

La succession[modifier | modifier le code]

Hârûn al-Rachîd a eu deux épouses. On lui prête d'avoir eu jusqu'à 2 000 femmes dans son harem :

Il a treize fils dont onze sont des fils de mères esclaves et quatre filles[5] :

  1. Abû al-`Abbâs `Abd Allah khalife sous le nom d'Al-Ma'mûn (813-833).
  2. Abû `Abd Allah Muhammad khalife sous le nom d'Al-Amîn (809-813) seul fils de Zubayda.
  3. Qâsim al-Mutaman désigné comme successeur d'Al-Ma'mûn
  4. `Alî seul fils de 'Umm al-`Azîz
  5. Sâlih
  6. 'Abû Ishâq Muhammad khalife sous le nom d'Al-Mu`tasim (833-842)[6].
  7. 'Abû `Isâ Muhammad
  8. 'Abû Ya`qûb Muhammad
  9. 'Abû al-`Abbâs Muhammad
  10. 'Abû Sulaymân Muhammad
  11. 'Abû `Alî Muhammad
  12. 'Abû Ahmad Muhammad
  13.  ?

Les sciences et les techniques[modifier | modifier le code]

Les Arabes entrèrent en contact avec les Chinois pendant le règne du premier abbasside Abû al-`Abbâs à la victoire de Talas (ville du Kirghizistan actuel). Cette victoire, qui marqua l'avancée la plus à l'est des armées arabes, fut l'occasion d'acquérir un certain nombre de techniques chinoises dont celle de la fabrication du papier. Le papier allait rapidement remplacer le parchemin : il est plus facile à fabriquer, moins coûteux et plus sûr, car on ne peut facilement effacer ce qui y est écrit. Des manufactures furent établies à Samarkand, Bagdad, Damas et au Caire. Hârûn imposa l'usage du papier dans toutes les administrations de l'empire.

Les Mille et Une Nuits[modifier | modifier le code]

Le recueil de contes des Mille et une nuits met en scène à plusieurs reprises Hâroun ar-Rachîd et son vizir Jafar ben Yahya. Plusieurs de ces contes se déroulent aux environs de Bagdad.

Poésie[modifier | modifier le code]

Abbas Ibn al-Ahnaf fut le poète attitré d'Haroun al-Rachid.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ruth Roded Women in Islam and the Middle East I.B. Tauris, 1999 (ISBN 978-1-86064-308-8 et 9781860643088)
  2. Ibn Khaldûn (trad. Abdesselam Cheddadi), Le livre des exemples, vol. I, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade »,‎ 2002, 1560 p. (ISBN 978-2-07-011425-2 et 2-07-011425-2), « Muqaddima, III, XXXII. Rangs et titres royaux », p. 543
  3. Ibn Khaldûn, ibidem, p. 20-22
  4. Tabarî, ibidem, p. 127-134
  5. Tabarî, ibidem, p. 141
  6. Le texte de Tabarî, ibidem, p. 414, comporte une erreur en présentant Muhammad 'Abû Ishâq et Muhammad al-Mu`tasim, comme deux personnes différentes

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, Éd. PUF, (ISBN 978-2-130-54536-1)
  • Tabarî, traduit du persan par Hermann Zotenberg, La Chronique Histoire des prophètes et des rois (Volume II, L’âge d’or des Abbassides), Arles, Actes Sud / Sindbad,‎ 2001 (ISBN 978-2-7427-3318-7)
  • Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier (éd.), Les débuts du monde musulman (VIIe-Xe siècle). De Muhammad aux dynasties autonomes, Nouvelle Clio, Presses Universitaires de France, Paris, 2012.