Marwān Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Marwān Ier
Fonctions
Calife
6847 mai 685
Prédécesseur Muʿāwiya II
Successeur ʿAbd Al-Malik
Gouverneur de Médine
662682
Biographie
Nom de naissance Marwān ibn Al-Ḥakam
Date de naissance 28 mars 623
Lieu de naissance La Mecque
Date de décès 7 mai 685 (à 62 ans)
Lieu de décès Damas (Califat omeyyade)
Nationalité Arabe
Père Al-Ḥakam ibn ʾAbī Al-ʿĀṣ
Conjoint ʿĀʾiša bint Muʿāwiya
Enfant(s) ʿAbd Al-Malik
ʿAbd al-ʿAzīz
Muḥammad
Religion Islam
Résidence Médine
Damas
Califes

Marwān Ier ou ʾAbū ʿAbd Al-Malik Marwān ibn Al-Ḥakam (en arabe : أبو عبد الملك مروان بن الحكم), né en 623 et mort en 685, est le quatrième calife omeyyade. Il succède à Muʿāwiya II en 684. Marwān Ier descend d'une autre branche omeyyade, à laquelle il donne son nom.

Jeunesse et ascension vers le pouvoir[modifier | modifier le code]

Marwān et son père Al-Ḥakam ibn ʾAbī Al-ʿĀṣ sont exilés à Taïf du temps de Mahomet. Lorsque ʿUṯmān ibn ʿAffān, qui est cousin d'Al-Ḥakam, devient calife, il leur demande de revenir à La Mecque. Marwān profite du soutien de ʿUṯmān et devient gouverneur de la ville[1]. Il participe ensuite à une série de campagnes militaires en Afrique du Nord en 648.

Des insurgés viennent d'Égypte et d'Irak pour contester ʿUṯmān. Ils essaient de rallier ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib à leur mouvement mais ce dernier refuse. Un message intercepté par les insurgés accentue la méfiance entre ʿUṯmān et les insurgés. Portant le sceau de ʿUṯmān et une écriture ressemblant à celle de Marwān, cette lettre, adressée au gouverneur d'Égypte, lui enjoigne de réprimer l'insurrection à la source[2]. Lorsque les insurgés arrivent à Médine, ils attaquent ʿUṯmān dans sa résidence et Marwān est blessé au cou lors de l'attaque. Laissé pour mort, il est caché et soigné, mais son cou reste tordu[3]. Après la mort de ʿUṯmān en 656, Marwān perd son poste de gouverneur de La Mecque et soutient ʿĀʾiša bint ʾAbī Bakr contre ʿAlī lors de la Première Fitna. Au cours de la bataille du Chameau la même année, Ṭalḥa ibn ʿUbayd Allāh, l'un des leaders du camp de ʿĀʾiša, meurt d'une hémorragie due à une flèche tirée dans sa cuisse[4]. Selon certaines sources, c'est Marwān qui tire cette flèche.

En 662, peu après l'accession au pouvoir de Muʿāwiya Ier et la fondation du Califat omeyyade, Marwān est nommé gouverneur du Hedjaz. Il est ensuite chassé de Médine en 682 lorsque ʿAbd Allāh ibn Az-Zubayr se rebelle contre Yazīd Ier. Marwān part à Damas, où il est fait calife après l'abdication de Muʿāwiya II, fils et successeur de Yazīd Ier, en 684.

Califat et mort[modifier | modifier le code]

Le règne court (neuf mois) de Marwān Ier est marqué par une querelle à l'intérieur de la dynastie omeyyade et par la guerre contre l'« anti-calife » ʿAbd Allāh ibn Az-Zubayr qui continue à régner sur le Hedjaz, l'Irak, l'Égypte et une partie de la Syrie. Marwān Ier gagne la querelle dynastique, et le résultat est que la nouvelle lignée des califes omeyyades devient celle des Marwanides, ses descendants. Il reprend également l'Égypte et la Syrie, mais il ne réussit pas à vaincre complètement ʿAbd Allāh ibn Az-Zubayr.

En 685, Marwān Ier rentre en Syrie après une campagne en Égypte. Époux de la mère de Ḫālid, fils de Yazīd Ier et prétendant à la succession, Marwān Ier fait nommer son fils ʿAbd Al-Malik comme héritier. Alors la mère de Ḫālid venge son fils en étouffant le calife sous un coussin dans son sommeil le 7 mai 685[5]. Certaines sources le donnent mort de la peste. Son fils ʿAbd Al-Malik lui succède.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Marwān Ier établit les poids et mesures standards.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tabarî (trad. Hermann Zotenberg), La Chronique : Histoire des prophètes et des rois [« تاريخ الرسل والملوك (Tārīḫ ar-rusul wal-mulūk) »], vol. II, Arles, Actes Sud, coll. « Sindbad »,‎ 19 mai 2001 (ISBN 2742733183), p. 303.
  2. Ibid., p. 315-318.
  3. Ibid., p. 325.
  4. Ibid., p. 367.
  5. Ibid., p. 73.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]