Vincent Ségal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vincent Ségal
Description de cette image, également commentée ci-après
Vincent Ségal en 2021
Informations générales
Naissance
Reims, France
Activité principale Violoncelliste, bassiste, compositeur, réalisateur
Genre musical Classique, contemporain, jazz, hip-hop,
chanson française, musiques du monde, musique mandingue
Instruments Violoncelle, guitare basse
Années actives Depuis 1993
Labels Label Bleu, No Format!, Naïve Records

Vincent Ségal est un violoncelliste et bassiste français né en 1967 à Reims.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vincent Ségal étudie dans des classes musicales dès l'école primaire. Il intègre le conservatoire de Reims dans la classe de Pierre Penassou, puis le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon, où il obtient un premier prix[1]. En 1986, il bénéficie d'une bourse pour étudier à la Banff Fine Art School, au Canada. De retour en France, il s'installe à Paris où il commence à multiplier les expériences musicales avec des musiciens de tous horizons (classique d'abord, et contemporain, mais aussi et de plus en plus jazz, rock, musiques africaines...). Invité aux États-Unis pour participer au premier album du groupe Papa's Culture, il part ensuite en tournée avec Chuck Brown et les P-Funk All Stars.

Il joue avec l'itinéraire et de temps en temps avec l'Ensemble intercontemporain (solo de violoncelle électrique de Professor Bad Trip de Fausto Romitelli). D'ailleurs, il joue aussi bien du violoncelle acoustique qu'électrique. Cela l'a amené à participer aux albums de nombreux artistes, comme Steve Nieve, Elvis Costello, Cesária Évora, Blackalicious, Carlinhos Brown ou Alexandre Desplat (B.Os de Lust, Caution, Un héros très discret, Le Voile des illusions), et de jouer sur scène avec Papa Wemba, Naná Vasconcelos, ou encore en duo avec Doudou n'Diaye Rose junior, et en trio avec le tromboniste de jazz Glenn Ferris, trio qui enregistre trois disques.

En 1996, il participe à l'Olympic Gramofon, groupe de Julien Lourau dans lequel il rencontre Cyril Atef avec lequel il fonde peu après leur célèbre duo Bumcello, que leur ami Vic Moan qualifie de « musique industrielle pour pays du tiers-monde ». En 2006 Bumcello obtient avec l'album Animal sophistiqué une Victoire de la musique.

Il collabore avec Matthieu Chedid (-M-) dès le premier album de ce dernier, Le Baptême en 1997, puis sur les suivants. Il a réalisé les albums de Franck Monnet (Les Embellies, grand prix Charles Cros), Jeanne Cherhal (Douze fois par an, grand prix Charles Cros), Dupain (Camina), et Georges Moustaki (Solitaire).

En 2002, il sort son premier album, T-Bone Guarnerius[2], où il invite Magic Malik, Sébastien Martel, Piers Faccini, Mama Ohandja, Glenn Ferris, Vic Moan, Gilles Coranado et Pascal Palisco. En 2007, il enregistre Cello, disponible uniquement en vinyle.

2008 marque sa collaboration avec Tryo pour lesquels il signe les arrangements de leur quatrième album.

En , il sort l'album Chamber Music en collaboration avec le joueur de kora Ballaké Sissoko et enregistré dans le studio de Salif Keïta au Mali[3]. Le même mois sort l'album de Sting If on a winter's night... (titre inspiré de Si par une nuit d'hiver… d'Italo Calvino), album de chansons sur le thème de l'hiver. Vincent a participé à l'album, et suit Sting pendant la mini tournée qui suivit. Les deux hommes se sont rencontrés un an plus tôt, lors de l'enregistrement puis les représentations de l'opéra de Steve Nieve Welcome to the voice au Châtelet, à Paris[4].

Il joue également avec le rappeur français d'origine malienne Oxmo Puccino lors de ses tournées acoustiques depuis plusieurs années. Il réalise et joue sur Roi sans carrosse, qui reçoit la Victoire de l'album de musiques urbaines de l'année 2013.

En 2016, il est nommé aux Victoires de la musique pour l'album de musiques du monde de l'année avec Musique de Nuit.

En 2017, il fait partie du trio CrossBorder Blues avec Harrison Kennedy (en) et Jean-Jacques Milteau[5] qui enregistre en 2018 un album du même nom[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

Bumcello[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Bumcello
  • 2001 : Booty time
  • 2002 : Nude for love
  • 2003 : Get me (double live)
  • 2005 : Animal sophistiqué
  • 2008 : Lychee queen
  • 2012 : Al
  • 2018 : Monster Talk

Avec Ballaké Sissoko[modifier | modifier le code]

CrossBorder[modifier | modifier le code]

  • 2018 : CrossBorder Blues
Avec Glenn Ferris
Avec Tama
Avec Dick Annegarn
Avec Franck Monnet
Avec Susheela Raman
Avec DJ Mehdi
Avec Piers Faccini
  • 2003 : Leave no trace
  • 2009 : Two grains of sand
  • 2011 : My wilderness
  • 2014 : Songs of time lost (en duo)
Avec DJ Shalom
Avec Enrico Macias
  • 2003 : Oranges amères
  • 2006 : La vie populaire
Avec Zenzile
Avec Agnès Jaoui
Avec Oxmo Puccino
Avec Jean-Jacques Birgé
  • 2010 : Comme la rencontre fortuite...
  • 2010 : Révélations au Petit Palais
  • 2011 : Dans tous ses états avec Antonin-Tri Hoang
  • 2013 : Dans tous les sens du terme avec Antonin-Tri Hoang
  • 2013 : Dépaysages Côté Court avec Antonin-Tri Hoang
  • 2020 : Pique-nique au labo avec Antonin-Tri Hoang
Avec Yacine Boulares
  • 2017 : Abu Sadiya Yacine Boulares, Vincent Segal, Nasheet Waits
Avec Jun Miyake
  • 2013 : Lost memory theatre - act 1
  • 2014 : Lost memory theatre - act 2
Avec Vitto Meirelles
  • 2017 : disque Vem Rei

En tant qu'accompagnateur[modifier | modifier le code]

Autres participations[modifier | modifier le code]

Ses participations comptent neuf Victoires de la musique, une Victoire du jazz, trois grands prix de l'Académie Charles-Cros, un César, deux Étoiles d'or et un Golden Globe[10].

Livres-disques pour enfants[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vincent Ségal : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le )
  2. Voir Guarneri del Gesù.
  3. (en) Vincent Segal & Ballake Sissoko dans l'émission New Sounds sur WNYC du 6 mai 2011.
  4. « No Format », sur www.noformat.net (consulté le )
  5. « Spectacle cross-border blues au quai Branly », sur www.sortiraparis.com,
  6. « Le blues est-il multicolore? », sur L'Express, .
  7. « From the upcoming documentary… », Vincent Ségal parle de Mujeres Encinta (vidéo), sur Facebook (consulté le ).
  8. Présentation de l'album « Queen Between », sur www.worldvillagemusic.com (consulté le ).
  9. Crédits de l'album « Tryo - Ce que l'on sème », sur Discogs (consulté le ).
  10. Je dis aime, M à l'Olympia, Qui de nous deux ?, Divinidylle, Animal sophistiqué, Canta, La Différence, Roi sans carrosse, Chamber Music, Les Embellies, Douze fois par an, Cordéon Kaméléon, Ne le dis à personne (x2) (x3), Un prophète, Le Voile des illusions.
  11. «"Papa porte une robe", c'est un père qui veut élever dignement son fils», sur liberation.fr, (consulté le ).
  12. Mattea Battaglia, « « Théorie du genre » : ces livres qui ont alimenté la rumeur », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  13. « Salons de Musique opus 5 : Chilly Gonzales invite Vincent Ségal au Palais de Tokyo », sur lessalonsdemusique.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]