Emmanuelle Parrenin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emmanuelle Parrenin
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre Bastien et Emmanuelle Parrenin à la semaine du bizarre au Théâtre Berthelot à Montreuil
Informations générales
Nom de naissance Emmanuelle Parrenin
Naissance (69-70 ans)
Drapeau de la France France
Activité principale Chanteuse
Genre musical Folk
Années actives Depuis 1972

Emmanuelle Parrenin est une artiste et chanteuse française de folk née en 1949 plus connue pour sa collaboration dans les années 1970 avec les groupes Mélusine et Gentiane. Emmanuelle Parrenin est la fille du fondateur du Quatuor Parrenin, formation musicale classique (2 violons, alto, violoncelle).

Parcours[modifier | modifier le code]

En juillet 1970, elle participe au Québec à un collectage réalisé par des membres de l'association "Le Bourdon", dans les provinces et régions de Beauce, Charlevoix et Bois-Francs.

En 1972, elle cofonde Mélusine mais n'en fait déjà plus partie lorsqu'est publié en 1975 Mélusine, le véritable premier album du groupe. Par contre, elle aura participé à l'enregistrement de deux des quatre albums pré-Mélusine : Chants à répondre et à danser (1973) et Le galant noyé (Ballades et chansons traditionnelles françaises) (1975), ce dernier ayant dû être à l'origine le premier album de Mélusine.

En 1974, elle publie l'album La Maumariée avec son mari Phil Fromont qu'elle retrouve l'année suivante avec l'album Château dans les nuages co-signé avec un troisième musicien, Claude Lefebvre.

Elle publie son premier album, Maison Rose, produit et enregistré en 1977[1] par Bruno Menny[2]. La même année, elle participe à l'enregistrement de Douar Nevez, le premier album solo de Dan Ar Braz.

Par la suite, elle participe en 1979 à l'enregistrement de l'album Musique d'Auvergne de la formation Gentiane.

Emmanuelle Parrenin est revenue sur le devant de la scène dans les années 2010[3] : son dernier album Maison cube est publié en mars 2011 sur le label Les disques Bien[4]. Elle se produit ensuite sur de nombreuses scènes françaises[4].

Sa notoriété est restée confidentielle mais son travail a été reconnu notamment pour avoir réussi une fusion entre musique traditionnelle, musique expérimentale, style folk aérien et percussions, notamment dans le titre Topaze. Ses chansons accompagnées à la harpe, à l'épinette des Vosges et à la vielle à roue, ponctuées d'expérimentations sonores, la rapprochent assez de Vashti Bunyan ou Linda Perhacs, et en France de certains titres de Brigitte Fontaine. Emmanuelle Parrenin se démarque par l'influence beaucoup plus prononcée du folklore traditionnel sur son travail, folklore qu'elle continue d'explorer aujourd'hui.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums solo[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1972 Collectif, Vesdun - 1er Festival De Musique Traditionnelle, Prodisc
  • 1973 Collectif, Chants à répondre et à danser (Le Chant du Monde LDX 74515) (avec Jean-François Dutertre, Yvon Guilcher, Jean-Loup Baly, Emmanuelle Parrenin, Dominique Regef, Phil Fromont...)
  • 1973 Jean-François Dutertre, Spécial Intrumental - L'épinette des Vosges (Le chant du Monde)
  • 1974 Phil & Emmanuelle Fromont, La Maumariée (album publié par le couple Phil Fromont / Emmanuelle Fromont-Parrenin)
  • 1974 Collectif, Festival de Saint-Laurent, ABM
  • 1975 Collectif, Le galant noyé (Ballades et chansons traditionnelles françaises) (Le Chant Du Monde LDX 74576)
  • 1975 Emmanuelle Parrenin, Phil Fromont, Claude Lefebvre, Château dans les nuages, Cézame[5]
  • 1975 Pierre Bensusan, Près de Paris, Cézame
  • 1976 Collectif, Chansons à danser - Belle ton amour me mène, Le Chant du Monde (avec Jean-Loup Baly, Jean-François Dutertre, Emmanuelle Parrenin, Naïk Raviart, Mône Dufour et Dominique Regef)
  • 1977 Ripaille, La Vieille que l'on brûla, Ballon Noir
  • 1977 Dan Ar Braz, Douar Nevez, Hexagone
  • 1978 La Confrérie des Fous, La Confrérie des Fous, Ballon Noir (BAL 13008)
  • 1978 Jaime Roos, Para espantar el sueño
  • 1979 Gentiane, Musique d'Auvergne, Cézame
  • 1983 Môrice Bénin, Aimer sans issue
  • 1995 Collectif, Anthologie de la Chanson française : Des trouvères à la Pléiade
  • 1999 Jean-François Dutertre, Ballades françaises, Vol. 2
  • 2012 The Loved Drones, The Tangible Effect Of Love, Freaksville Rec

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On y était : Emmanuelle Parrenin à Nantes, Stéphane Deschamps, Les Inrockuptibles, le 19 avril 2011
  2. Emmanuelle Parrenin : Sorcière Post Folk, Stéphane Deschamps, Les Inrockuptibles, le 26 avril 2011
  3. Emmanuelle parrenin audit de rattrapage, Sophia Fanen, Libération, le 20 avril 2011
  4. a et b Bienvenue dans la Maison Cube d'Emmanuelle Parrenin, Gwendal Fossois, L'Express, le 08 juillet 2011
  5. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Blog Time has told me La maumariée

Liens Externes[modifier | modifier le code]