Ballaké Sissoko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sissoko.
Ballaké Sissoko
Description de cette image, également commentée ci-après

Ballaké Sissoko en 2009

Informations générales
Naissance
Instruments kora

Ballaké Sissoko, né en 1968 à Bamako, est un musicien malien, joueur de kora, issu d'une famille de "djéli" (musicien-conteur de la culture mandingue, assimilable au griot)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ballaké Sissoko est le fils du musicien Djelimady Sissoko. Autodidacte dans l’apprentissage de la kora, car son père ne souhaitait pas que son premier fils devienne musicien[2], il intègre l’Ensemble instrumental du Mali à la suite de la mort de son père en 1981, alors qu'il est âgé de 13 ans[3]. En 1999, il joue avec un autre musicien malien, Toumani Diabaté, joueur de kora également[4].

En 2000, il crée son groupe baptisé « Mandé Tabolo[4] » et composé de Mama Draba (chant), Fassery Diabaté (balafon), Adama Tounkara (n'goni) et Aboubacar Dembelé (bolon).

Il rencontre Vincent Segal lors d'un festival de jazz d'Amiens[5]. En 2009, ils enregistrent ensemble le disque Chamber Music, puis Musique de nuit en 2015. La situation plus difficile des musiciens traditionnels au Mali a conduit Ballaké Sissoko à privilégier une carrière internationale[pas clair][6].

Il est marié à la chanteuse Mama Draba.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2008 : World Music Charts Europe 2008
  • 2009 : Victoire du Jazz du meilleur album international pour Chamber Music avec Vincent Ségal.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie Ballaké Sissoko », sur Leaders-afrique.com
  2. « Biographie Ballaké Sissoko », Label bleu,‎
  3. « Biographie Ballaké Sissoko », sur Africultures.com
  4. a et b Collectif, Mali, 2012-2013, Petit Futé, p. 103
  5. Annie Yanbékian, « Les dialogues nocturnes de Ballaké Sissoko et Vincent Ségal », sur Francetvinfo.fr,‎
  6. Anne Berthod, « Vincent Segal et Ballaké Sissoko sous les étoiles du Mali », Télérama, 27 septembre 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :