Ballaké Sissoko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ballaké Sissoko
Image dans Infobox.
Ballaké Sissoko en 2009.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
KoraïsteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Site web

Ballaké Sissoko (né en 1967[1] à Bamako) est un musicien malien, joueur de kora, issu d'une famille de « djéli » (musicien-conteur de la culture mandingue, assimilable au griot)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Ballaké Sissoko est le fils du musicien Djelimady Sissoko. Autodidacte dans l’apprentissage de la kora, car son père ne souhaitait pas que son premier fils devienne musicien[3], il intègre l’Ensemble instrumental du Mali à la suite de la mort de son père en 1981, alors qu'il est âgé de 13 ans[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1999, il joue avec un autre musicien malien, Toumani Diabaté, joueur de kora également[5].

En 2000, il crée son groupe baptisé « Mandé Tabolo[5] » et composé de Mama Draba (chant), Fassery Diabaté (balafon), Adama Tounkara (n'goni) et Aboubacar Dembelé (bolon).

Il rencontre Vincent Ségal lors d'un festival de jazz d'Amiens[6]. En 2009, ils enregistrent ensemble le disque Chamber Music, puis Musique de nuit en 2015. La situation plus difficile des musiciens traditionnels au Mali a conduit Ballaké Sissoko à privilégier une carrière internationale[pas clair][7].

Le 4 février 2020, de retour d'une tournée aux États-Unis, il découvre sa kora, confectionnée sur-mesure et d'une valeur de plus de 5 000 , démantelée. Elle est accompagnée d'un mot d'excuse de l’administration fédérale de la sécurité des transports, la Transportation Security Administration (TSA). Selon sa manageuse, Corinne Serres « même si tous les composants qui ont été démontés étaient intacts, il faudrait des semaines avant qu’une kora de ce calibre puisse retrouver son état de résonance antérieur. »[8] La TSA a cependant nié toute ouverture du bagage en question, qui n'aurait pas déclenché d'alarme durant les scanners de sécurité[9].

Il est marié à la chanteuse Mama Draba.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2008 : World Music Charts Europe 2008
  • 2009 : Victoire du Jazz du meilleur album international pour Chamber Music avec Vincent Ségal.
  • 2016 : Nommé aux Victoires de la musique pour l'album de musiques du monde de l'année avec Musique de Nuit.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Notice d'autorité sur le site Library of Congress Authorities (consulté le 21 octobre 2020)
  2. « Biographie Ballaké Sissoko », sur Leaders-afrique.com
  3. « Biographie Ballaké Sissoko », Label bleu,
  4. « Biographie Ballaké Sissoko », sur Africultures.com
  5. a et b Collectif, Mali, 2012-2013, Petit Futé, p. 103
  6. Annie Yanbékian, « Les dialogues nocturnes de Ballaké Sissoko et Vincent Ségal », sur Francetvinfo.fr,
  7. Anne Berthod, « Vincent Ségal et Ballaké Sissoko sous les étoiles du Mali », Télérama, 27 septembre 2015.
  8. « Au Mali, polémique au sujet de la mise en pièces de la kora de Ballaké Sissoko », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en-GB) Amanda Holpuch, « US customs dismantled 'impossible to replace' instrument, Mali musician says », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  10. a et b Anne Berthod, « 3MA : l'Afrique unie par la musique », sur Télérama, (consulté le )
  11. « Thee, Stranded Horse & Ballaké Sissoko, by Stranded Horse », sur Talitres (consulté le )
  12. « Chamber Music, by Ballaké Sissoko & Vincent Segal », sur Ballaké Sissoko & Vincent Segal (consulté le )
  13. François-Xavier Gomez, « Ballaké Sissoko, kora à l’ouvrage », sur Libération, (consulté le )
  14. Francis Dordor, « « Musique de Nuit » : la rencontre merveilleuse de Ballaké Sissoko et Vincent Segal », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  15. « Sissoko & Sissoko, by Ballaké Sissoko & Baba Sissoko », sur homerecords.be (consulté le )
  16. Vincent Brunner, « Ballaké Sissoko, une kora qui touche au cœur », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :