Andrée Chedid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chedid.
Andrée Chedid
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 90 ans)
Paris (Drapeau de la France France)
Sépulture
Nom de naissance
Andrée Saab
Nationalités
Formation
Activité
Fratrie
Enfant
Autres informations
Domaine
Mouvement
Site web
Distinctions
Archives conservées par
Œuvres principales
  • Le Sixième Jour (1960)
  • L'Enfant multiple (1989)
  • La Femme en rouge (1994)
  • L'Enfant des manèges (1998)
  • Le Message (2000)

Andrée Chedid (en arabe : أندريه شديد), née Andrée Saab (en arabe : أندريه صعب) le au Caire (Sultanat d'Égypte) et morte le à Paris (France), est une femme de lettres et poétesse française d’origine syro-libanaise[1].

Elle écrit son premier roman en 1952 et écrit des nouvelles, des poèmes, des pièces de théâtre, des romans, et de la littérature jeunesse. Elle déclare son humanisme entre autres avec son livre Le Message, écrit en 2000, en écrivant sa colère envers la guerre et la violence, à travers deux amants séparés par des guerres. Les héroïnes de ses œuvres sont décidées, prêtes à tout pour atteindre leur objectif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Andrée Saab est la fille de Selim Saab[2] (chrétien maronite né à Baabda, dans le moutassarifat du Mont-Liban[3]) et d'Alice[2] (née Khoury-Haddad[2] en 1900 dans la communauté grecque orthodoxe de Damas, alors dans le vilayet de Syrie, et plus tard remariée au docteur Roger Godel[4]).

Le [2], elle se marie à Louis Selim Chedid, issu d'une famille bourgeoise maronite du Caire, également d'origine libanaise. Ancien directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, professeur honoraire de l'Institut Pasteur, il est l'auteur de plusieurs livres parmi lesquels, avec son épouse, Le cœur demeure et Babel. Il a retracé son autobiographie dans Mémoires vagabondes.

Andrée Chedid est la mère de Michèle Chedid-Koltz et de Louis Chedid et la grand-mère de Matthieu Chedid, plus connu sous le nom d'artiste de -M-.

Études[modifier | modifier le code]

Elle a fait ses études en Égypte dans des écoles égyptiennes puis françaises, avant d'intégrer l’Université américaine du Caire. Elle y obtient un baccalauréat universitaire en journalisme en 1942.

Vie d'adulte[modifier | modifier le code]

En 1943, elle part vivre au Liban avec son mari. Elle publie son premier recueil de poésie, en anglais, On the Trails of My Fancy, sous le pseudonyme A. Lake. En 1946, elle s’installe définitivement à Paris : son mari est professeur à l’Institut Pasteur. Tous les deux acquièrent la nationalité française. Elle opte alors définitivement pour la langue française, dans laquelle elle publiera le reste de son œuvre.

Dernières années[modifier | modifier le code]

La tombe d'Andrée Chedid au cimetière du Montparnasse. La tombe porte une citation de Chrétien de Troyes, « Le corps s'en va, le cœur séjourne[5] », qu'Andrée Chedid avait mise en exergue à son dernier roman, Les quatre morts de Jean de Dieu.

Andrée Chedid a été atteinte de la maladie d'Alzheimer. Son fils, Louis (avec la chanson Maman, maman), puis son petit-fils Matthieu, alias -M-, (dans Délivre), évoquèrent tous deux la maladie de l'autrice. Ses obsèques ont lieu à l'église Notre-Dame du Liban, à Paris, avant son inhumation au cimetière du Montparnasse (3e division)[6],[7].

Andrée Chedid a évoqué sa maladie dans son dernier recueil de poèmes, L’Étoffe de l'univers.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son œuvre est un questionnement continuel sur la condition humaine et les liens entre l’homme et le monde. Andrée Chedid, dans toute son œuvre, célèbre la vie tant aimée, tout en ayant une vive conscience de sa précarité. Elle encourage chaque homme à accepter l’altérité. Son style très travaillé se caractérise par sa fluidité. Elle évoque l’Orient avec une grande sensualité pour mettre en avant ses parfums. Elle s’attache aussi à décrire la guerre du Liban.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Bibliothèque Andrée-Chedid, 36 rue Émeriau (Paris).

Plusieurs écoles portent son nom : à Rennes, dans le quartier Villejean, à Anstaing (Nord) et à Aigrefeuille-sur-Maine[8] (Loire-Atlantique).

La médiathèque de Villemoisson-sur-Orge (Essonne) est la première à adopter son nom le [9] suivie par les médiathèques de Tourcoing, La Seyne-sur-Mer (Var), La Meilleraie-Tillay (Vendée) et les bibliothèques de Beaugrenelle (15e arrondissement de Paris) et d'Alizay[10] (Eure).

L’une de ses œuvres, le poème « Destination : arbre », figure parmi les textes proposés aux lycéens des sections S et ES lors de l'épreuve du bac de français 2019. Des élèves ayant composé en traitant son prénom au masculin lancent une pétition dénonçant la difficulté du sujet[11].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • 1943 : On the Trails of My Fancy, Horus, 37 p. (publié en anglais)
  • 1948 : Textes pour une figure, Paris, Éditions du Pré aux clercs, 64 p.
  • 1950 : Textes pour un poème, Paris, G. L. M., 35 p.
  • 1952 : Le Sommeil délivré, Paris, 35 p.
  • 1953 : Textes pour le vivant, Paris, G. L. M., 46 p.
  • 1955 : Textes pour la terre aimée, Paris, G. L. M., 53 p.
  • 1956 : Terre et Poésie, Paris, G. L. M., 39 p.
  • 1957 : Terre regardée, Paris, G. L. M., 50 p.
  • 1960 : Seul le visage, Paris, G. L. M., 45 p.
  • 1962 : Lubies, Paris, G. L. M., , 46 p.
  • 1965 : Double-pays, Paris, G. L. M., , 97 p.
    Poèmes extraits de divers ouvrages de l’auteur
  • 1968 : Contre-chant…, Paris, Flammarion, 109 p.
  • 1996 : Fêtes et Lubies : petits poèmes pour les sans-âge, Paris, Flammarion, (réimpr. 1996 (coll. « G.F. »)), 89 p.
  • 1973 : Prendre corps, Paris, G. L. M., 47 p.
  • 1976 : Cérémonial de la violence, Paris, Flammarion, coll. « Poésie », 57 p. (ISBN 978-2-08-060919-9)
  • 1976 : Fraternité de la parole, Paris, Flammarion, coll. « Poésie », 108 p. (ISBN 978-2-08-060840-6)
  • 1977 : Le Cœur et le Temps : Poèmes pour les enfants, Paris, L’École des Loisirs, 63 p. (ISBN 978-2-211-57428-0)
  • 1979 : Cavernes et Soleils : Poésie, Paris, Flammarion, coll. « Poésie » (réimpr. 2005), 169 p. (ISBN 978-2-08-064170-0)
  • 1979 : Lubies, Paris, L’École des Loisirs, coll. « Chanterime », 20 p. (ISBN 978-2-211-05436-2)
    Illustrations de Lise Le Cœur
  • 1991 : Tant de corps et tant d'âme
  • 1995 : Par-delà les mots, Paris, Flammarion, 152 p. (ISBN 978-2-08-067135-6)
  • 1999 : Territoires du souffle : Poèmes, Paris, Flammarion, 180 p. (ISBN 978-2-08-067729-7)
  • 2002 : Rythmes, Paris, Gallimard, 123 p. (ISBN 978-2-07-076774-8)
  • 2010 : L’Étoffe de l’univers, Paris, Flammarion (ISBN 978-2-08-123352-2)
  • 2013 : Poèmes, Paris, Flammarion ( (ISBN 9782081314917)

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1952 : Le Sommeil délivré, Paris, Stock (réimpr. 1989, 1990 (J’ai lu) ; 1997 (coll. « Librio »)), 254 p.
  • 1955 : Jonathan, Paris, Éditions du Seuil, 208 p.
  • 1960 : Le Sixième Jour, Paris, R. Julliard (réimpr. 1968 (Presses de la Cité), 1971 (Flammarion), 1976 (Lede Poche), 1985 (coll. « Castor poche »), 1986 (Flammarion), 1989 (J’ai lu), 1994 (coll. « Librio »)), 188 p.
    Adapté au cinéma en 1986 par Youssef Chahine (voir Le Sixième Jour)
  • 1963 : Le Survivant, Paris, Le Cercle du nouveau livre (réimpr. 1982 (Flammarion), 1987 (coll. « Castor poche »), 1992 (J’ai lu)), 217 p.
  • 1969 : L'Autre, Paris, Flammarion (réimpr. 1981 (coll. « Castor poche »), 1990 (J’ai lu), 1997 (coll. « Librio »)), 212 p. (ISBN 978-2-08-060403-3)
    Adapté au cinéma en 1991 par Bernard Giraudeau (L’Autre)
  • 1972 : La Cité fertile, Paris, Flammarion (réimpr. 1992 (J'ai lu)), 172 p.
  • 1974 : Néfertiti et le Rêve d'Akhnaton : Les Mémoires d'un scribe, Paris, Flammarion (réimpr. 1987, 1988), 234 p.
  • 1976 : Le Sommeil délivré : Roman, Paris, Flammarion, 226 p. (ISBN 978-2-08-060839-0)
  • 1981 : Le Cœur suspendu, Tournai, Paris, Casterman, coll. « Imagirêve », 44 p. (ISBN 978-2-203-13402-7)
    Illustrations de José David
  • 1981 : Les Marches de sable : Roman, Paris, Flammarion (réimpr. 1990, 1991 (J’ai lu) ; 1991 (coll. « Castor poche »)), 250 p. (ISBN 978-2-08-064361-2)
  • 1982 : Mon ennemi, mon frère, Tournai, Paris, Casterman, coll. « L'Ami de poche », 140 p. (ISBN 978-2-203-13638-0)
  • 1983 : L'Étrange Mariée : Très libre adaptation d’un conte populaire de la vallée du Nil, Paris, Éditions du Sorbier, 28 p. (ISBN 978-2-7320-1006-9)
    Illustrations de Catherine Mondoloni
  • 1984 : (fr) (ar) الجلد المستضيق / L'Étroite Peau (trad. Naïm Boutanos), Paris, Éditions Dar al arab, coll. « Français-arabe », 319 p. (ISBN 2-905109-009)
  • 1985 : La Maison sans racines : Roman, Paris, Flammarion (réimpr. 1986 (J’ai lu), 2000 (coll. « Librio »)), 247 p. (ISBN 978-2-08-064809-9)
  • 1989 : L'Enfant multiple : Roman, Paris, Flammarion (réimpr. 1990 (France loisirs), 1966 (coll. « Librio »)), 242 p. (ISBN 978-2-08-066396-2)
  • 1994 : Les Métamorphoses de Batine, Paris, Flammarion, coll. « Castor poche », 123 p. (ISBN 978-2-08-164090-0)
    Illustrations de Solvej Crévelier
  • 2000 : Le Message : Roman, Paris, Flammarion (réimpr. 2002 (J’ai lu) ; 2007 Garnier-Flammarion (coll. « GF-Étonnants Classiques »), 206 p. (ISBN 978-2-08-068046-4)
  • 2010 : Les Quatre Morts de Jean de Dieu, Paris, Flammarion (ISBN 978-2-08-123351-5)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1965 : L'Étroite Peau, Paris, R. Julliard (réimpr. 1978 (avec Les Corps et le Temps chez Flammarion)), 141 p.
  • 1984 : Derrière les visages, Paris, Flammarion, coll. « Castor poche », 136 p. (ISBN 978-2-08-161787-2)
    Illustrations de Gérard Franquin
    Recueil de nouvelles extraites de Les Corps et le Temps (1978)
  • 1988 : Mondes, Miroirs, Magies : Nouvelles, Paris, Flammarion (réimpr. 1993), 294 p. (ISBN 978-2-08-066172-2)
  • 1989 : Les Manèges de la vie, Paris, Flammarion, coll. « Castor poche », 245 p. (ISBN 978-2-08-161984-5)
    Illustrations de Solvej Crévelier
  • 1992 : À la mort, à la vie, Paris, Flammarion, 240 p. (ISBN 978-2-08-066730-4)
    Illustrations de Solvej Crévelier
  • 1994 : La Femme en rouge et autres nouvelles, Paris, J’ai lu, 125 p. (ISBN 978-2-277-23769-3)
  • 1998 : L'Enfant des manèges et autres nouvelles, Paris, Flammarion, coll. « GF-Étonnants Classiques » (réimpr. 2006), 98 p. (ISBN 978-2-08-072070-2)
    présentation, notes et dossier-jeu par Françoise Métais
  • 1999 : L'Artiste et autres nouvelles, Paris, J’ai lu, coll. « Librio », 98 p. (ISBN 978-2-277-30281-0)
  • 2015 : L'Ancêtre sur son âne et autres nouvelles, Paris, Didier, coll. « Mondes en VF » (ISBN 978-2-278-08095-3)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Bérénice d’Égypte, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Théâtre » (réimpr. 1981 (Flammarion), 1995 (Avant-Quart)), 128 p.
    Pièce de théâtre créée pour l’ORTF le
  • 1968 : Les Nombres, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Théâtre » (réimpr. 1981 (Flammarion)), 123 p.
    Pièce de théâtre créée pour l’ORTF le
  • 1969 : Le Montreur, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Théâtre » (réimpr. 1981 (Flammarion)), 95 p.
  • 1998 : (en) Andrée Chedid (trad. Felicia Londré), The Show-Man (Le Montreur), New-York, Ubu repertory theater publications, coll. « Ubu repertory theater’s publication series », , 120 p. (ISBN 978-0-913745-07-6)
  • 1984 : Échec à la reine : Partie en neuf jeux, Paris, Flammarion, 93 p. (ISBN 978-2-08-064632-3)
  • 1998 : Le Dernier Candidat : Comédie dramatique en 2 actes, Paris, {{}} théâtrales Art et Comédie, 49 p. (ISBN 978-2-84422-012-7)
  • 1998 : Le Personnage : Comédie dramatique en un acte, Paris, {{}} théâtrales Art et comédie, 29 p. (ISBN 978-2-84422-042-4)
  • 2003 : Poursuites : [poèmes], Paris, {{}} Alternatives, coll. « Rencontres », 108 p. (ISBN 978-2-86227-403-4)

Récits, essais et autres ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au cœur du cœur d'Andrée Chedid » sur lcf-magazine.com.
  2. a b c et d « Andrée Chedid », whoswho.fr.
  3. http://www.andreechedid.com/
  4. Carmen Boustani, Andrée Chedid: l'écriture de l'amour (lire en ligne).
  5. La citation provient de Lancelot ou le Chevalier de la charrette : « Li cors s'an vet, li cuers sejorne ».
  6. CHÉDID Andrée (1920-2011), Landrucimetieres.fr
  7. Obsèques d’Andrée Chedid : Matthieu présent, Louis absent, Celemondo.com, 11 février 2011
  8. Marie-Anaïs Lien, « Anstaing : l’école Andrée-Chedid a surmonté les difficultés à boucler son budget », sur La Voix du Nord,
  9. « La médiathèque s'appellera Andrée-Chedid », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2017)
  10. « Site officiel d'Alizay, village solidaire - Mairie Alizay - Accueil - Culture, sport & loisirs - La bibliothèque », sur www.alizay.fr (consulté le 26 juin 2018)
  11. « Baccalauréat : une pétition lancée pour dénoncer le sujet de français des S et ES, jugé "trop difficile" », sur France Info,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carmen Boustani (dir.), Aux frontières des deux genres : en hommage à Andrée Chedid (actes du colloque Aux frontières des deux genres, Beyrouth, 10-), Karthala, Paris, 2003, 466 p. (ISBN 2-84586-432-9)
  • Christiane Chaulet-Achour (dir.), Andrée Chedid : L'Enfance multiple, Université d'Artois, Arras, 2003, 168 p. (numéro 14 des Cahiers Robinson, 2003)
  • Jacques Girault et Bernard Lecherbonnier (dir.), Andrée Chedid, racines et libertés (actes du colloque organisé par l'université de Paris 13 en 2002), L'Harmattan, Paris, 2004, 135 p. (ISBN 2-7475-6849-0)
  • Nicole Grépat-Michel, Les Réécritures d'Andrée Chedid : des modèles miniatures aux répliques agrandies, de la quête textuelle aux enquêtes identitaires, Université de Franche-Comté, Besançon, 2007, 3 vol., 581 p. (thèse de doctorat de Littérature française)
  • Jacqueline Michel (dir.), Andrée Chedid et son œuvre : une quête de l'humanité (actes du colloque de l'Université de Haïfa, 28-), Publisud, Paris, 2003, 185 p. (ISBN 2-86600-960-6)
  • Nicole Grépat-Michel, Poétique des réécritures dans l'oeuvre d'Andrée Chedid : de la perfection des récidives, Paris : Honoré Champion éditeur, 2017, 323 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]