Lexique du jeu d'échecs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce lexique du jeu d'échecs énumère par ordre alphabétique les termes les plus couramment utilisés au jeu d'échecs. Dans certains cas, il existe des pages propres à ces termes.

Article connexe : Règles du jeu d'échecs.

A[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abandon 
indication qu'un camp accepte la défaite. Dans le cadre d'une compétition, le joueur déclare oralement qu'il abandonne ou couche son roi. Il arrive qu'un joueur tende la main à son adversaire car la poignée de main conclut traditionnellement la partie, mais ce geste seul est déconseillé parce qu'il peut être confondu avec une proposition de nulle. D'autre part, arrêter la pendule ne signifie pas l'abandon, car un joueur au trait a toujours le droit d'arrêter la pendule pour solliciter l'aide de l'arbitre.
ad libitum ou ad lib. 
(locution latine qui signifie « au choix ») se dit d'un coup dont la case d'arrivée n'est pas précisée car elle n'a pas d'importance sur le résultat obtenu : « Roi ad lib., Dxf7 mat ».
Adouber 
ajuster une pièce sur sa case ; on annonce « j'adoube » à l'adversaire afin de ne pas être obligé de jouer la pièce, suivant la règle de la pièce touchée.
Actif 
se dit d'une pièce qui contrôle de nombreuses cases, ou des cases importantes. Concernant notamment les fous ou les dames, on dit que ces pièces « rayonnent » lorsqu'elles sont actives au centre de l'échiquier.
Adjudication 
prise de décision au sujet du résultat d'une partie qui n'a pas pu arriver à son terme. Très rare en pratique.
Aile dame (ou flanc dame) 
désigne l'espace de l'échiquier du côté dame, à savoir les colonnes a, b, c et d.
Aile roi (ou flanc roi) 
désigne l'espace de l'échiquier du côté roi, à savoir les colonnes e, f, g et h.
Enveloppe utilisée pour l'ajournement de la huitième partie du match entre Efim Geller et Bent Larsen à Copenhague en 1966.
Ajournement 
procédure d'interruption d'une partie qui doit être reprise ultérieurement. De nos jours, pratique inusitée en raison des nouvelles cadences de jeu en compétition, qui prévoient qu'une partie ne dure guère plus d'une demi-journée. Toutefois, une partie jouée avec une cadence à incrément peut dépasser le temps maximum que l'organisateur avait prévu ; il faut alors l'ajourner.
Le joueur qui a le trait à la fin de la session de jeu inscrit son coup sur sa feuille de partie (sans le jouer sur l’échiquier). Les feuilles de partie des deux joueurs sont insérées dans une enveloppe qui est cachetée, signée par les deux joueurs et conservée par l’arbitre. Après l’ajournement, le coup inscrit sur la feuille est joué sur l’échiquier[1]. Grâce à cette procédure, aucun des deux joueurs ne connaît la position exacte qui surviendra lorsqu’il sera au trait quand la partie sera reprise.
Alpha-bêta 
nom d'un algorithme utilisé par les programmes d'échecs, qui optimise la recherche systématique dite minimax.
Tournoi d'échecs Amber 
tournoi d'échecs privé de haut niveau mêlant le jeu à l'aveugle et les parties rapides.
Analyse 
évaluation objective des possibilités stratégiques et tactiques rencontrées dans une partie ou pour une position donnée.
Annotation 
commentaire d'une partie faisant appel à du texte, des suites de coups, ou des symboles.
Appariement 
procédé d'attribution d'un adversaire à chaque joueur (ou chaque équipe) participant à un tournoi. cf. système suisse et table de Berger.
Arbitre 
personne officiellement désignée pour faire respecter les règles du jeu lors d'une compétition (tournoi, match, etc.).
Armageddon 
nom donné à une partie réglant un cas d'égalité ; voir ci-dessous la section « Mort subite ».
Arnaque 
manœuvres en vue de compliquer la position dans une partie où l'on a un désavantage (Swindle en anglais).
Attaque 
mesure agressive contre le camp ennemi, par un ou plusieurs coups.
Attaque de minorité 
avancée de pion sur un flanc où le joueur a moins de pions que son adversaire ; l'objectif est d'affaiblir la chaîne de pions adverse.
a tempo 
(latin) se dit d'un coup joué immédiatement après un coup adverse, sans délai de réflexion.
Exemple d'attraction
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche g8
Reine blanche sur case noire a7
Reine noire sur case blanche b7
Roi noir sur case noire c7
Tour blanche sur case noire d2
Roi blanc sur case blanche d1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Les Blancs gagnent avec 1. Td7+!
Le roi noir en c7 est en effet dévié de sa défense de la dame noire en b7 ; s'il prend la tour blanche en d7, la reine blanche capture la dame noire ; s'il se met sur le côté (en c6 ou c8), la dame blanche capture encore la dame noire, maintenant qu'elle est protégée par la tour en d7 (mettant le roi noir échec et mat s'il va en c8).
Attraction 
action qui vise à attirer ou forcer une pièce à jouer sur une case (en général à l’aide d’un sacrifice) pour pouvoir l’attaquer.
(Jeu à l') aveugle ou partie à l'aveugle 
partie qui se déroule sans que les joueurs (ou un seul d'entre eux) ne voient l'échiquier. Spécialité notamment de l’ancien champion du monde Alexandre Alekhine.
Avant-poste 
case importante située dans le camp adverse, sur laquelle on a déjà joué une pièce ou sur laquelle on a la possibilité d'en jouer une. Généralement, cette case est occupée par un cavalier, car cette pièce est difficilement délogeable par les pions ennemis.
Avance de développement 
se dit lorsqu’un camp ayant a développé plus de pièces que l'autre. C'est souvent un avantage.
Avantage 
supériorité d'un camp sur l'autre en raison d'un déséquilibre positionnel, d'un avantage matériel, voire d'un avantage à la pendule (plus de temps de réflexion pour jouer la partie).
Avantage (partie à) 
voir « Partie à handicap ».
Automate 
un automate est une machine automatique. Aux échecs, il s’agit de machines que l'on présentait comme pouvant jouer aux échecs de façon autonome, mais qui n'étaient en réalité que des canulars, l'automate étant sous le contrôle d’un joueur humain caché à l'intérieur. Les automates suscitèrent un grand intérêt aux XVIIIe siècle et XIXe siècle et inspirèrent les premières réflexions sur la possibilité d’une intelligence artificielle. Voir le Turc mécanique.

B[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Bande 
chacun des quatre bords de l'échiquier (colonnes « a » et « h », rangées « 1 » et « 8 »). Lorsqu'une pièce (autre qu'une tour) se trouve à la bande, sa capacité de mouvement s'en trouve réduite, même en l'absence de pièces bloquantes.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Tour noire sur case blanche e8
Pion noir sur case noire a7
Roi noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case noire b6
Pion noir sur case blanche d5
Tour blanche sur case noire e5
Pion noir sur case blanche f5
Pion blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case noire f4
Pion blanc sur case noire g3
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire e1
Roi blanc sur case noire g1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
La paire de tour blanches est alignée en batterie, prête à intervenir, à la différence des tours noires, qui ne sont que défensivement placées.
Batterie 
utilisation coordonnée de deux pièces (de marche différente ou identiques), le départ de la pièce avant (masquante) découvrant une attaque de la pièce arrière. Une attaque à la découverte résulte obligatoirement d’une « batterie ».
Certaines batteries sont réputées particulièrement efficaces, par exemple le duo dame (pièce arrière) et cavalier (pièce avant), qui combine la marche de toutes les pièces, ou bien les deux tours alignées ; on parle alors de « doublement des tours » (voir plus bas).
Belle 
un superordinateur d'échecs créé par Ken Thompson.
Bibliothèque d'ouvertures 
base de données de parties utilisée par un programme d'échecs pour déterminer rapidement les meilleurs coups dans l'ouverture.
Blanc 
nom donné au joueur qui commence la partie et qui a les pièces blanches ; l'autre joueur étant Noir. Par métonymie on désigne par les blancs, soient, les pièces blanches, ce joueur et les noirs son adversaire.
Blitz 
jeu rapide à la pendule où chacun des joueurs dispose de moins de 15 minutes. Dans le cas d'une cadence à incrément, chaque joueur a moins de 15 minutes pour jouer 60 coups.
Blitz à quatre 
variante du jeu d'échecs dans laquelle deux équipes de deux joueurs s'affrontent, et où les équipiers peuvent se transmettre des pièces capturées. Cette variante s'appelle aussi « alimentation ».
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case noire g7
Roi noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche a6
Cavalier noir sur case blanche c6
Pion noir sur case blanche e6
Pion blanc sur case noire c5
Fou noir sur case blanche d5
Pion blanc sur case noire e5
Pion noir sur case blanche f5
Fou blanc sur case noire g5
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire c1
Tour blanche sur case noire e1
Roi blanc sur case noire g1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Les noirs ont un blocus solide sur les cases blanches. Le fou blanc ne peut pas attaquer les pièces mineures.
Blocus 
action de placer une pièce devant un pion adverse de façon à bloquer son avance. Le pion ennemi fournit un abri à la pièce qui la bloque, le protégeant ainsi des attaques de pièces ennemies. Un blocus est plus efficace contre les pions passés ou isolés. Le cavalier est la pièce idéale à utiliser comme bloqueur.
Dans le domaine des problèmes d'échecs, la clé (cf. ci-dessous) est dite de « blocus » si elle ne crée pas une menace directe mais après laquelle tous les coups possibles des noirs entraînent un dommage dans leur position qui permet le mat.
Bloqueur 
pièce qui empêche l'avancée d'une pièce de l'adversaire. Généralement un cavalier (ou un fou) devant un pion ennemi.
Bon fou 
fou mobile, qui est sur la couleur opposée de sa propre chaîne de pions, et donc qui n'est pas bloqué par elle.
Bye 
dans un tournoi toutes rondes ou un système suisse dans lequel le nombre de joueurs est impair, désigne le joueur qui n'a pas d'adversaire (on dit aussi « exempt »). Le mot s'emploie aussi pour désigner une partie volontairement non jouée pour laquelle le participant reçoit tout de même un point ou un demi-point. Cette pratique n'est autorisée que par certaines fédérations nationales, surtout dans les pays anglo-saxons, et exclusivement dans les tournois en système suisse.

C[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Cadence de jeu 
système d'allocation et de contrôle du temps de réflexion de chacun des joueurs au cours d'une partie. On distingue les cadences lentes des cadences rapides (par exemple le blitz).
Cadence Bronstein 
cadence dans laquelle le temps d'un joueur n'est décompté qu'après un délai fixe à chaque coup ; invention du champion russe David Bronstein.
Cadence Fischer 
cadence dans laquelle du temps est rajouté au crédit de chaque joueur après chaque coup ; invention de l’ancien champion du monde Bobby Fischer.
Café (joueur de) 
terme péjoratif pour désigner un joueur de faible niveau, qui joue dans les cafés pour se distraire.
En anglais, le terme coffehouse (café, l'établissement) est un adjectif utilisé pour décrire un mouvement, un joueur ou un style de jeu risqué, douteux du point de vue de la position, qui crée des pièges pour l'adversaire. Le nom vient de l'idée que l'on pourrait s'attendre à voir un tel comportement dans les parties de jeux de quilles dans un café ou un cadre similaire, en particulier lors de parties ayant des enjeux, ou en blitz. Le Blackburne Shilling Gambit (en) est un exemple typique de style de joueur de café.
Café de la Régence 
un célèbre café parisien ouvert de 1681 à 1910, qui fut pendant cent vingt ans le centre du jeu d’échecs en France et en Europe. Les joueurs d’échecs les plus talentueux et les plus connus de cette époque y disputèrent tous un jour une partie.
Caïssa 
déesse ou muse mythique du jeu d'échecs, d'après le poème Caissa: or The Game of Chess de William Jones, écrit en 1763.
Camp 
portion de échiquier ou se trouvent au début de la partie les pièces d'une même couleur, respectivement constitués des pièces claires ou foncées. On parle du « camp des blancs » et du « camp des noirs ».
Candidat 
participant au tournoi des candidats ou au match des candidats, compétiteur qui arrive aux phases finales du championnat du monde. (voir aussi « Coup candidat » ci-dessous).
Candidat maître 
titre attribué par la Fédération internationale des échecs aux joueurs qui atteignent un classement Elo de 2200 et qui en font la demande.
Capturer 
le fait de jouer un coup avec une pièce sur une case occupée par une pièce de l’adversaire, entraînant la prise de celle-ci, la pièce ennemie étant retirée du jeu. En notation algébrique, la capture est désignée au moyen d'un « x ». Ex : « D x Cf6 ».
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Case noire b8 vide
Case blanche c8 vide
Case noire d8 vide
Case blanche e8 vide
Case blanche b7 vide
Case noire c7 vide
Case blanche d7 vide
Case noire e7 vide
Case noire b6 vide
Case blanche c6 vide
Case noire d6 vide
Case blanche e6 vide
Pion blanc sur case blanche b5
Case noire c5 vide
Case blanche d5 vide
Case noire e5 vide
Roi noir sur case noire f4
Roi blanc sur case noire c1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Le carré du pion.
Dans cette position, si c'est au pion blanc de jouer, celui-ci va à promotion sans que le roi noir ne puisse l'en empêcher. Si c'est au roi noir de jouer, celui-ci « entre dans le carré » (symbolisé par les croix et les flèches), ce qui lui permettra de capturer le pion juste après sa promotion, même si le pion est promu en dame.
Carré du pion 
désigne une figure géométrique imaginaire servant à déterminer si le roi seul peut capturer un pion adverse avant qu'il n'arrive à sa case de promotion. Pour cela, le joueur trace mentalement une ligne qui va du pion jusqu'à sa case de promotion, cette ligne étant la diagonale d’un carré imaginaire ; si le roi adverse réussit à entrer à l'intérieur du « carré », le pion se fera capturer quand il sera promu.
Case-clé 
case d'importance stratégique majeure dans une finale.
Case faible 
case qui ne peut pas être défendue facilement contre une attaque. Si la case ne peut être défendue par un pion, on l'appelle aussi « trou ». L'échange d'un fou peut rendre difficile la défense ultérieure des cases de la couleur visitée par ce fou, aboutissant à une « faiblesse des cases blanches » (ou noires, selon le cas).
Cases blanches 
les 32 cases de couleur claire du plateau de jeu.
Cases noires 
les 32 cases de couleur sombre du plateau de jeu.
Catégorie d'un tournoi 
nombre qui caractérise la force d'un tournoi de haut niveau en fonction de la moyenne du classement Elo des participants.
Cavalier 
Chess knight icon.png pièce du jeu qui a la particularité de pouvoir sauter par-dessus des pièces pour se déplacer.
Cavalier de la nuit 
pièce des échecs féériques que l'on rencontre dans certaines variantes du jeu d'échecs, appelé aussi « noctambule ».
Centralisation 
le fait d'amener des forces en convergence vers le centre de l'échiquier ; en finale, il est souvent recommandé de centraliser le roi.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Cavalier noir sur case noire b8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Cavalier noir sur case blanche g8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Case blanche d5 vide
Case noire e5 vide
Case noire d4 vide
Case blanche e4 vide
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire d2
Pion blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Cavalier blanc sur case noire g1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Les ronds noirs indiquent le centre.
Centre 
désigne habituellement l'ensemble des cases « d4, d5, e4 » et « e5 ».
Chaîne de pions 
ensemble de pions reliés en diagonale, se protégeant ainsi les uns les autres, sauf celui de la base.
Championnat du monde d'échecs 
phase finale du tournoi ou du match qui va déterminer le nouveau champion du monde.
Chatrang 
ancêtre du jeu d'échecs.
Chess960 
autre nom des échecs aléatoires Fischer.
Cheval 
nom populaire donné au cavalier.
(Règle des) Cinquante coups 
la règle des 50 coups stipule que, quand 50 coups (50 coups blancs et 50 coups noirs) ont été joués sans prise de pièce ni poussée de pion, un joueur peut réclamer la partie nulle.
Classement Elo 
indice numérique de classement des joueurs. Classement développé par Arpad Elo. Il varie d'environ 1000 (débutant), 1600 (joueur de club débutant), 2400 (maitre international), 2500 (grand maître) à plus de 2800 (très fort grand maître).
Clé 
l’unique coup permettant de résoudre un problème dans le nombre de coups requis.
Clouage 
action d'immobiliser une pièce adverse, car son déplacement serait interdit (il mettrait son propre roi en échec) ou bien aboutirait à une perte de matériel.
Colonne 
chacune des 8 lignes verticales, désignées par les lettres a à h.
Colonne ouverte 
colonne où il n'y a pas de pion. C'est souvent un avantage quand un joueur l'occupe avec une de ses tours.
Colonne semi-ouverte 
colonne où il y a au moins un pion d'une couleur, mais aucun de l'autre couleur.
Combinaison 
(pour le joueur qui l'effectue) suite de coups calculée avec précision et faisant un tout en vue d'améliorer sa position, le plus souvent pour réaliser un gain matériel ou un avantage de position, voire un mat.
Compensation 
dans une situation de déséquilibre, un certain type d'avantage qui compense par ailleurs un désavantage causé ou subit. Par exemple, sacrifier une de ses pièces (ou la qualité) en vue d'obtenir l'initiative.
Contre-jeu 
jeu actif dont dispose un joueur dans une position inférieure.
Contrôle du temps 
période (nombre minimal de coups à jouer dans un certain temps) atteinte dans une partie d’échecs. Dans une cadence « 1h40/40coups + 1h KO », le premier contrôle du temps arrive à la fin du 40e coup des Noirs, passant dans la période 1h KO.
Coup candidat 
coup qui, après un examen rapide de la position, mérite une analyse plus approfondie.
Coup du berger 
mat en quatre coups entre débutants. Par ex. 1.e4 e5 2.Fc4 Cc6 3.Dh5 Cf6 4.Dxf7 mat.
Coup du texte 
dans une analyse, désigne le coup réellement joué.
Coup légal 
se dit de tous les coups permis par les règles du jeu dans une position déterminée. On dit aussi « coup régulier ».
Coup sous enveloppe 
le coup du joueur au trait lors d'un ajournement (non joué sur l'échiquier mais placé dans une enveloppe scellée qui sera ouverte à la reprise du jeu). cf. Ajournement (ci-dessus).
Coup théorique 
coup de l'ouverture généralement considéré comme un coup satisfaisant par des ouvrages de référence, comme l’Encyclopédie des ouvertures d'échecs.
Cray Blitz 
un superordinateur Cray doté d'un logiciel d'échecs développé par Robert Hyatt.

D[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Dame 
Chess queen icon.png la pièce à longue portée, la plus mobile du jeu. Vaut à peu près neuf pions.
Début 
voir ouverture.
Découverte 
attaque où le déplacement d'une pièce permet à une autre pièce de menacer une pièce adverse.
Un superordinateur IBM similaire à Deep Blue lors de son match de 1997 contre Kasparov.
Deep Blue 
un superordinateur développé par IBM, qui a notamment battu le champion du monde Garry Kasparov en 1997.
Défense 
ouverture choisie par les Noirs en début de partie, ou coup qui pare une attaque.
Déséquilibre dynamique 
fait que chaque camp dispose d'atouts distincts, sans que l'un des deux ait pris l'avantage.
Développement 
action de déplacer une pièce de sa case initiale à une case où elle aura une influence plus importante sur le jeu. Le développement est primordial en vue d'obtenir l'avantage positionnel.
Déviation (ou attaque de déviation) 
détournement d'une pièce adverse de sa fonction défensive.
Diagonale 
ligne droite de cases de même couleur, se touchant par les angles. Par exemple, la « Grande diagonale » a1-h8 (ou a8-h1).
Diagramme 
illustration qui représente une position sur un échiquier à un moment donné, généralement important ou décisif.
Doubler les tours 
mettre ses tours en connexion sur la même colonne, l'une protégeant l'autre et leur pouvoir d'attaque étant combiné. C'est souvent un avantage.
Double ronde 
ou tournoi à deux tours : système d'appariement dans un tournoi où tous les joueurs se rencontrent deux fois.
Drapeau 
dispositif d'une pendule d'échecs qui indique que le temps imparti est dépassé. On dit que le drapeau est « tombé » (sur les anciennes pendules d'échecs mécaniques, l’anguille faisait chuter un drapeau lorsqu’elle le dépassait à la fin du temps de réflexion global accordé au joueur).
Dual 
dans un problème d'échecs, une autre variante de la solution. En général évitée par le compositeur.

E[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Échange 
capture mutuelle de deux pièces de même valeur. On dit qu'on perd la « qualité » si on échange une pièce d'une valeur supérieure à celle de adversaire (par ex. si on échange une reine ou une tour contre un fou ou un cavalier adverse).
Échec 
action de menacer le roi adverse (de le capturer au prochain coup) avec une pièce. On ne peut mettre son propre roi en échec.
Échec à la découverte 
se dit quand le roi est exposé à une attaque d'une pièce adverse (dame, tour ou fou) dont la ligne d'action vient d'être dégagée par la pièce (de même couleur) qui vient d'être jouée.
Échec double 
se dit quand un roi est attaqué par deux pièces adverses simultanément ; force un coup du roi. C'est une variante de l'échec à la découverte, où la pièce « découvrante » donne également échec.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour blanche sur case blanche c8
Case noire d8 vide
Case blanche e8 vide
Case noire f8 vide
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion blanc sur case blanche h3
Tour noire sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Roi blanc sur case noire g1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Échec et mat des noirs :
le roi noir en g8 est mis en échec par la Tour blanche en c8 et ne peut s'échapper, bloqué par ses propres pions (mat du couloir).
Échec et mat 
menace contre le roi adverse telle qu'il n'est pas possible d'éviter la capture du roi au coup suivant. Met fin à la partie.
Échec perpétuel 
situation dans laquelle un joueur peut donner une série illimitée d'échecs à son adversaire, sans que ce dernier ne puisse y échapper ; l'échec perpétuel est considéré comme un cas de nulle.
Échecs aléatoires Fischer 
variante du jeu d'échecs où la position initiale des pièces de la première rangée est déterminée aléatoirement au début de la partie. Aussi appelé « Échecs 960 » (Fischer Random Chess ou Chess960).
Échecs Capablanca 
variante du jeu d'échecs avec un échiquier plus grand et des pièces supplémentaires, inventée par l'ancien champion du monde José Raúl Capablanca.
Échecs féériques 
variante du jeu d'échecs dans laquelle les règles traditionnelles ne sont pas respectées ; ajoute de nouvelles pièces avec des déplacements spéciaux (par ex. voir « Cavalier de la nuit », « Impératrice » ou « Sauterelle »).
Échiquier 
plateau carré de 64 cases sur lequel se joue une partie d'échecs. Sur l'échiquier : se dit des parties jouées dans les conditions de tournoi classique, par opposition au jeu par correspondance, au jeu en ligne ou à l'analyse.
ECO (code) 
code de classification des ouvertures de l’Encyclopédie des ouvertures d'échecs.
École hypermoderne 
courant de pensée élaboré au début du XXe siècle prônant un contrôle du centre de l'échiquier à distance, en vue de l'attaquer par les flancs plutôt que de l'occuper physiquement avec des pions (« contrôler » le centre mais ne pas l'« occuper »).
Égalisation 
le fait d'avoir obtenu une position égale. Soit lorsque l'avantage du trait initial des Blancs a disparu, soit lorsqu'un camp en infériorité a rétabli la situation avec une manœuvre tactique.
Elo (classement) 
nombre compris généralement entre 800 (débutant) et 3500 (meilleurs logiciels d'échecs) évaluant la force d'un joueur (humain ou cybernétique). Provient de Arpad Elo, l'inventeur de cette méthode de calcul ; ce n'est donc pas, comme beaucoup le croient, un acronyme.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Reine blanche sur case blanche a8
Fou blanc sur case blanche b7
Pion noir sur case blanche f7
Roi noir sur case noire g7
Case blanche c6 vide
Pion noir sur case blanche e6
Pion noir sur case blanche g6
Reine noire sur case blanche d5
Tour noire sur case blanche e4
Pion blanc sur case noire a3
Pion blanc sur case blanche b3
Roi blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
La dame et la tour des noirs sont pris en enfilade par le fou blanc.
Enfilade 
coup qui attaque deux pièces alignées, de façon semblable à un clouage, sauf que la pièce ennemie de plus grande valeur fait l'objet de l'attaque directe. Après son déplacement, la pièce qui se trouve derrière elle peut être capturée.
En passant 
règle qui permet à un pion d'en prendre un autre sur la case qu'il traverse lors de son premier coup.
En prise 
désigne une pièce susceptible d'être capturée par l'adversaire au prochain coup.
Europe Échecs 
magazine mensuel francophone sur le jeu d'échecs.

F[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Fédération internationale des échecs (FIDE) 
(prononcé « fidé ») organisation internationale et officielle du jeu d’échecs ayant le pouvoir d'organiser des compétitions mondiales, continentales et d'éditer le classement Elo des joueurs. Ses membres sont les fédérations nationales (comme la FFE).
Feuille de partie (Réti vs Capablanca, 1924).
Feuille de partie ou de notation 
document où les joueurs sont tenus de noter leurs coups dans un tournoi (à cadence lente).
Fianchetto 
action de placer le fou en g2 ou b2 (g7 ou b7 pour les noirs) pour le placer sur une grande diagonale (a1-h8 ou a8-h1).
Finale 
la phase de jeu qui suit le milieu de partie et qui se caractérise par le nombre réduit de pièces sur l'échiquier. Le roi y devient souvent une pièce déterminante, entrant alors en action après être resté à l'abri durant toute la partie.
Fischer random chess 
(ou Chess960) variante du jeu d'échecs, autre nom des échecs aléatoires Fischer.
Forfait 
se dit d'un joueur qui ne s'est pas présenté devant l'échiquier à temps pour débuter la partie. Les forfaits ne sont pas comptabilisés pour le calcul du classement Elo[réf. souhaitée].
Forteresse 
disposition de pièces adoptée par un joueur quand sa position devient inférieure, de façon à empêcher toute progression du camp adverse et ainsi lutter pour obtenir la nulle.
Fou 
Chess bishop icon.png pièce à longue portée qui se déplace en diagonale.
Fourchette 
menace simultanée de deux pièces adverses, en général à l'aide d'un cavalier ou d'un pion.
Fous de couleurs opposées 
se dit d'une situation où les deux camps ont un fou qui évolue sur des cases de couleur différente. Aboutit à la nulle dans certaines finales.

G[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Gaffe 
étourderie, erreur de calcul, souvent une grave erreur menant à la perte de la partie.
Gain théorique 
position de finale connue pour mener à la victoire avec le meilleur jeu.
Gambit 
sacrifice d'un pion dans l'ouverture en vue d'obtenir un avantage positionnel : avantage spatial (développement) ou temporel (l'initiative).
Grand maître international (GMI) 
après le titre de champion du monde, le plus haut titre décerné aux joueurs par la Fédération internationale des échecs. Nécessite d'accomplir des normes en tournoi.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Case noire h8 vide
Case noire g7 vide
Case noire f6 vide
Case noire e5 vide
Case noire d4 vide
Case noire c3 vide
Case noire b2 vide
Case noire a1 vide
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Symbolisation de la grande diagonale a1-h8.
Grande diagonale 
diagonale « a1-h8 » ou « a8-h1 ».

H[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
HiTech 
un superordinateur d'échecs.
Hydra (programme d'échecs) 
un superordinateur d'échecs.

I[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Impératrice 
pièce des échecs féériques que l'on rencontre dans certaines variantes du jeu d'échecs.
Informateur d'échecs 
revue technique sur les échecs publiée par la maison d'édition Šahovski Informator, qui publie les parties des joueurs de haut niveau depuis 1966 à raison de deux ou trois (depuis 1991) numéros par an.
Initiative (échecs) 
avantage (souvent accompli par un gain de temps, une combinaison ou un sacrifice) d'un joueur qui crée des menaces telles que son adversaire doit les parer, sous peine de voir sa position se détériorer.
Internet Chess Club ou ICC 
nom d'un serveur d'échecs en ligne commercial très connu.
Interzonal 
tournoi organisé autrefois par la Fédération internationale des échecs pour déterminer les participants aux tournois des candidats, dont le but est de déterminer le challenger du Champion du monde.
isolani 
(latin) désigne le pion dame isolé de certaines ouvertures. C'est souvent une faiblesse en finale, car il est difficile à défendre.

J[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Jumeaux 
Dans le domaine du problème, on appelle « jumeaux » deux (ou plusieurs) problèmes qui diffèrent d'un seul élément et généralement présentés dans un unique diagramme avec l'indication de la différence.

K[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
« 2 K » 
expression emblématique désignant Anatoli Karpov et Garry Kasparov, champions longtemps restés au sommet de la hiérarchie mondiale à partir des années 1980.
« 3 K » 
expression emblématique désignant Vladimir Kramnik, Anatoli Karpov et Garry Kasparov.
Kibitz (ou « kibitze(u)r ») 
spectateur d'une partie. Un kibitz est aussi un commentaire d'un spectateur pendant une partie, souvent indésirable s'il est audible par les joueurs, pouvant alors perturber la partie.

L[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Lier les tours 
grâce au roque notamment, mettre ses tours en connexion sur la même rangée, l'une protégeant l'autre et leur pouvoir de défense étant combiné. C'est souvent un avantage.
Liquidation (ou simplification) 
suite d'échanges de plusieurs pièces en milieu de partie permettant de supprimer tout contre-jeu ennemi. Une liquidation permet souvent de réduire les tensions et d'aplanir une position complexe ou d'effectuer une transition dans une finale nulle ou gagnante. Permet aussi, grâce à la positon devenue plus simple, d'analyser plus facilement de longues variantes.
Louvoiement (manœuvre de) 
toute manœuvre positionnelle où l'on utilise successivement différentes menaces tactiques sur la position adverse, de manière détournée ou à distance, à l'opposé du jeu d'attaque direct.

M[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Maître FIDE (MF) 
titre décerné par la Fédération internationale des échecs à tout joueur qui dépasse le classement Elo international de 2300 et qui en fait la demande. Ne nécessite pas d'accomplir de normes pour l'obtenir.
Maître international (MI) 
titre décerné par la Fédération internationale des échecs, situé entre maître FIDE et grand maître international. Nécessite d'accomplir des normes en tournoi.
Majorité 
fait de disposer de plus de pions que l'adversaire sur un flanc.
Marée de pions 
avancée de plusieurs pions qui avancent vers le territoire adverse. C'est souvent un avantage si les pions sont liés les uns aux autres.
Marseillaise ou échecs marseillais 
variante du jeu d'échecs où chaque joueur joue deux coups à la suite. Généralement, aboutit à une partie très rapide.
Mat 
diminutif d'« échec et mat ».
Matériel 
ensemble des pions et figures (pièces) d'un joueur. Un « avantage matériel » désigne un joueur qui a une valeur de pièces globale supérieure à celle de son adversaire. Un « gain matériel » est une augmentation de l'avantage matériel.
Matériel insuffisant (ou « mat impossible ») 
cas de nulle où aucun des deux camps n'a le matériel suffisant pour mater, ou encore si la position ne peut aboutir à aucun mat.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Fou noir sur case noire d8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case noire a5
Pion noir sur case noire c5
Pion noir sur case noire e5
Pion noir sur case noire g5
Pion blanc sur case blanche a4
Pion blanc sur case blanche c4
Pion blanc sur case blanche e4
Pion blanc sur case blanche g4
Fou blanc sur case blanche e2
Roi blanc sur case noire g1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Nulle par « mat impossible » : il n'existe pas de suite de coups légaux pouvant mener à la victoire de l'un ou de l'autre joueur (la trajectoire des pièces étant bloquée par les pions des camps respectifs).
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Fou noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Case noire d6 vide
Pion noir sur case blanche e6
Case noire f6 vide
Case noire h6 vide
Pion noir sur case blanche b5
Pion noir sur case blanche d5
Case noire g5 vide
Pion noir sur case blanche h5
Pion blanc sur case noire b4
Pion blanc sur case noire d4
Case noire h4 vide
Fou blanc sur case noire c3
Pion blanc sur case noire e3
Pion blanc sur case blanche h3
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Les blancs ont un mauvais fou ; les noirs ont un bon fou (car il peut circuler entre ses pions).
Mauvais fou 
fou dont les mouvements sont entravés, qui est sur la même couleur que ses chaînes de pions.
Mazette 
joueur d'un faible niveau ; on parle aussi de « pousseur de bois ».
Milieu de partie 
la phase de jeu située après l'ouverture et avant la finale.
Miniature 
partie où un camp gagne en très peu de coups (20 coups au maximum).
Minorité 
fait de disposer de moins de pions que l'adversaire sur un flanc.
Mobilité 
capacité d'une pièce ou d'un ensemble de pièces de se déplacer sur l'échiquier, mesurée en général au nombre de cases accessibles par les pièces en question.
Mort subite ou Armageddon 
méthode de départage final entre deux joueurs en tournoi ou en match, consistant en une seule partie de blitz où les Blancs disposent d'une minute de temps de réflexion de plus que les Noirs et sont dans l'obligation de gagner. En cas de partie nulle, la victoire revient aux noirs.
Moulinet 
manœuvre tactique basée sur l'échec à la découverte à répétition. Imparable (mais pas imbattable).

N[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
New in Chess 
périodique international en anglais qui paraît huit fois l'an.
NN 
nomen nescio (« je ne connais pas le nom »), indique qu'on ignore le nom d'un joueur, ou qu'on ne veut pas le mentionner.
Noctambule 
pièce des échecs féériques de certaines variantes du jeu d'échecs, aussi appelée Cavalier de la nuit.
Noir 
nom donné au joueur qui ne commence pas la partie et qui a les pièces noires ; l'autre joueur étant Blanc. Par métonymie on désigne par les noirs, soient, les pièces noires, ce joueur et les blancs son adversaire.
Norme 
résultat dans un tournoi officiel qui permet à un joueur de progresser vers le titre de maître international ou de grand maître international.
Notation algébrique des cases.
Notation algébrique 
système d'écriture des coups utilisé en tournoi (dans sa forme abrégée) et que la FIDE impose dans ses tournois et matchs. La notation algébrique abrégée ne mentionne que la case d’arrivée d'une pièce (par ex.: 1. e4 au lieu de 1. e2-e4).
Notation descriptive 
notation des coups (aujourd’hui désuète) utilisée dans les pays anglophones et hispanophones jusqu'aux années 1980. Depuis remplacée par la notation algébrique.
Nouveauté théorique 
un coup d'ouverture joué pour la première fois en compétition officielle, intéressant et inédit à haut niveau, menant à de nouveaux chemins. Mène a des « batailles théoriques » pour en vérifier la justesse.
Nulle 
résultat d'une partie qui ne se termine pas par la victoire d'un des deux camps, aucun des joueurs n'ayant réussi à prendre le dessus sur son adversaire ; le partage du point vaut 0,5 point aux deux camps.
Nulle de salon 
nulle conclue rapidement par consentement mutuel des joueurs, parfois arrangé avant la partie. Mal considérée à haut niveau (absence de combativité), la nulle de salon peut parfois s'expliquer par la longueur et la difficulté des tournois. Bobby Fischer s'en est souvent plaint contre ses adversaires soviétiques lors des grandes compétitions internationales qui, selon lui, faisaient parfois des nulles de salon entre eux afin de garder leurs forces face à lui.
Nulle théorique 
position de finale qui est connue pour n'aboutir qu'à la nulle avec le meilleur jeu possible.
Nulle par répétition

situation où une position sur l'échiquier s'est produite trois fois, avec les mêmes possibilités dynamiques (prendre en passant, roquer). Cela entraîne la partie nulle à la demande d'un des joueurs à l'arbitre. On dit alors que la partie est « nulle par répétition de coups ».

O[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
O-O 
notation du petit roque (parfois aussi noté OO, 0-0 ou 00).
O-O-O 
notation du grand roque (parfois aussi noté OOO, 0-0-0 ou 000).
Olympiade d'échecs 
compétition mondiale mixte par équipes nationales, organisée tous les deux ans, par année paire. C'est souvent une occasion pour les « petits pays » d'affronter les équipes du top mondial et ainsi se confronter à de forts joueurs.
Open 
tournoi ouvert à tous les joueurs.
Opposition (gagner l') 
terme de finale qui désigne le plus souvent une position où les rois sont côte à côte (séparés par une seule case), s'empêchant mutuellement d'avancer l'un vers l'autre. Celui qui « gagne » l'opposition obtient un avantage, souvent décisif en finale.
Ouverture 
première phase du jeu, durant laquelle chaque camp active (ou « développe ») ses pièces. De nombreuses ouvertures (systèmes de développement) existent, qui ont été décortiquées sur de nombreux coups par les théoriciens.

P[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Paire de fous 
les deux fous d'un même camp se complètent (un sur chaque couleur), formant donc une paire. On considère généralement qu'elle confère un avantage stratégique contre l'ensemble fou + cavalier ou contre la paire de cavaliers.
Partie à l'aveugle 
partie où un des joueurs (en principe le plus fort) ne regarde pas l'échiquier (échiquier caché ou yeux bandés). Tous les coups sont annoncés à voix haute.
Partie en consultation 
partie qui oppose plusieurs joueurs à un ou plusieurs adversaires sur un seul échiquier.
Partie à handicap 
partie où le joueur le plus fort rend à son adversaire un avantage (du matériel ou du temps de réflexion).
Partie majoritaire 
partie où un fort joueur affronte un groupe de joueurs qui décident à la majorité du coup à jouer.
Partie rapide 
partie jouée entre plus de 10 (autrefois 15) et moins de 60 minutes. Si un incrément de temps est ajouté, la partie doit se jouer dans le même intervalle de temps en incluant 60 fois le temps de l'incrément[2] (c'est-à-dire équivalent au temps d'incrément obtenus pour 60 coups joués).
Partie simultanée 
événement (souvent une exhibition) où un fort joueur affronte plusieurs adversaires amateurs (souvent disposés en demi-cercle autour de lui) chacun sur un échiquier distinct. Chaque adversaire doit jouer son coup au moment où le maître est devant lui. Encore aujourd'hui, ce type d'évènement (simultanée d'un maître contre des amateurs) est populaire et apprécié, notamment pour son côté ludique, facilitant la vulgarisation du jeu d'échecs auprès des néophytes.
Dans le passé, certains grands maîtres ont joué des parties « simultanées à l'aveugle », mais ce type d'événement semble aujourd'hui passé de mode.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Roi blanc sur case blanche b3
Reine blanche sur case noire e3
Case blanche c2 vide
Case noire d2 vide
Case blanche e2 vide
Case noire c1 vide
Roi noir sur case blanche d1
Case noire e1 vide
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Aux Noirs de jouer : pat
(le roi noir ne peut pas se déplacer, les cases autour de lui étant contrôlées par le roi blanc et la dame blanche).
Pat 
situation où un joueur au trait (il doit jouer), et n'étant pas en échec, n'a plus de coup légal à sa disposition ; c'est un cas de partie nulle.
Pendule d'échecs 
double pendule dans un boîtier ; dispositif servant à comptabiliser le temps de réflexion de chaque joueur, celui-ci étant compris dans un temps de réflexion global pour toute la partie. En cadence classique, on parle de 2 heures pour 40 coups. Depuis l'utilisation des pendules électroniques à incrément de temps, on utilise souvent en tournoi la cadence 1h40/40coups + 1h KO (1 heure pour le reste de la partie après le 40e coup).
Percée 
avance de pion ou échange de pièces qui aboutit à l'ouverture d'une position bloquée.
Performance Elo 
estimation de la force d'un joueur dans un tournoi officiel, calculé en fonction de la moyenne des classements des joueurs adverses et du résultat auquel le joueur est attendu de réaliser contre eux.
Pièce 
toute unité combative est une pièce : les pions et les figures (roi, dame, tour, fou, cavalier).
Pièce mineure 
désigne le cavalier ou le fou. On parle aussi parfois de « pièce légère ».
Pièce lourde 
désigne la tour ou la dame. On parle aussi parfois de « pièce majeure ».
« Pièce touchée, pièce jouée » 
expression signifiant que si un joueur au trait touche une de ses pièces, il a obligation de la jouer (si c'est possible) ; s'il l'a déposée et lâchée sur une case, le coup est joué ; s'il touche une pièce adverse, il doit la prendre (si c'est possible).
Comme le roque est un coup du roi, une conséquence de cette règle est que pour roquer il faut toucher le roi avant la tour. Le joueur qui, par erreur, ferait l'inverse doit jouer un coup de cette tour au lieu de roquer.
Pion 
Chess pawn icon.png la pièce du jeu la plus nombreuse et de moindre valeur. Le pion peut cependant être promu en une figure (habituellement la dame, jamais un second roi) s'il atteint la dernière rangée de sa colonne ; chaque joueur peut, par exemple, avoir plusieurs dames.
Pion arriéré 
un pion moins avancé que les pions amis des colonnes adjacentes, et dont la case située devant lui est inoccupée et contrôlée par un pion adverse. C'est souvent une faiblesse positionnelle.
Pion avancé 
pion qui a passé la quatrième rangée de son camp. Il peut être faible s'il est difficile à défendre, ou fort s'il crée un avantage d'espace ou présente une menace de parvenir à la promotion.
Pions doublés 
pions d'un camp se trouvant sur la même colonne. Les pions peuvent aussi être triplés, etc. C'est souvent (mais pas toujours) une faiblesse.
Pion isolé 
pion n'ayant plus de pions de son camp sur les colonnes voisines pour l'aider. C'est souvent une faiblesse, car ce pion doit être protégé par une pièce amie (tour, fou, etc.)
Pions liés 
pions amis situés côte à côte et se protégeant l'un l'autre dans leur avancée. C'est souvent un avantage, notamment en finale.
Pion passé 
pion qui n'est plus gêné dans son avance par des pions adverses de la même colonne ni sur une colonne adjacente. C'est souvent un avantage en finale, si une pièce amie peut soutenir son avance vers la promotion.
Pions pendants 
pions centraux côte à côte sur la même rangée sans pion adverse sur leur colonne et sans pion ami sur les colonnes adjacentes. Leur force réside dans leur contrôle des cases situées devant eux, leur faiblesse dans leur manque de mobilité.
Plan 
objectif stratégique à long terme d'un joueur d'échecs. Comme le dit un diction populaire du monde des échecs : « Mieux vaut un mauvais plan que pas de plan du tout »[3].
Portable Game Notation 
une notation informatique standardisée des parties d'échecs.
Poussée 
avancée d'un pion.
Pousseur de bois 
qualifie un faible joueur. Expression péjorative, tout comme mazette.
DroidFish, un programme d'échecs libre pour Android basé sur Stockfish.
Programme d'échecs 
programme informatique dédié au jeu d'échecs.
Promotion 
remplacement d'un pion, arrivé à la dernière rangée de sa colonne, par une figure de sa couleur : dame, tour, cavalier ou fou. La promotion en une autre pièce que la dame est appelée « sous-promotion ». Il n'est pas possible de promouvoir un pion en roi.
Prophylaxie 
méthode de défense au moyen de mesures préventives contre d'éventuelles menaces de l'adversaire. On parle aussi de « coup prophylactique » (ou de « pécher en eaux troubles ») lorsqu'un joueur effectue un coup qui n'amène pas de menaces immédiates, mais qui sert un but à long terme (défense ou attaque)[a].
Pseudo-sacrifice 
une offre de matériel qui semble, à première vue, favorable à l'adversaire, ce dernier tombant dans un piège s'il l'accepte ce « don troyen »[b], lui occasionnant une perte subséquente de matériel, voire une combinaison de mat. Le pseudo-sacrifice est différent du « vrai » sacrifice (plus spéculatif), qui vise lui à obtenir des compensations stratégiques ou tactiques à long terme en donnant gratuitement une pièce à l'adversaire, ce qui sur le coup lui donne un avantage réel.

Q[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Qualité 
différence de valeur entre une pièce et une autre. Par exemple, une tour (équivalente à environ 5 pions) vaut plus qu'un cavalier ou un fou (équivalents à environ 3 pions) ; la « qualité » est généralement estimée à deux pions.
« Perdre la qualité » signifie que l'on a fait un échange de pièce défavorable à première vue (une tour contre un fou, une dame contre une tour) dans un but tactique ou stratégique. Ce n'est pas nécessairement une faiblesse, surtout quand elle est exécutée par de forts joueurs, certains (comme Tigran Petrosian)[4] ayant une prédilection pour celle-ci. Dans cette optique, la perte de qualité est une sorte de pseudo-sacrifice, le joueur en attendant une compensation sur le long terme, ou bien dans le but d'éviter une attaque dangereuse que l'adversaire est sur le point de faire.

R[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Rangée 
une des huit lignes horizontales, désignées par un chiffre de 1 à 8.
Réfutation 
coup, suite de coups ou analyse démontrant la faiblesse d'un coup, d'une analyse ou d'un plan antérieur. La réfutation d'un coup mène parfois à la réfutation d'une ouverture entière (par ex. la Défense Damiano et certaines variantes du « contre gambit Greco » ou Gambit Letton).
Règles du jeu d'échecs 
ensemble de règles appliquées en tournoi, tant au sujet de la marche des pièces que du comportement des joueurs et du rôle de l'arbitre. La FIDE en est la seule détentrice et exécutrice.
Reine 
nom populaire de la dame.
Réseau de mat

disposition des pièces sur l’échiquier à un moment précis de la partie (en général en finale), qui fait supposer la possibilité de réaliser un mat avec un haut degré de succès. Dans un réseau de mat, plusieurs mat sont possibles (avec différentes pièces ou dispositions). Voir aussi « Tableau de mat ».

Roi 
Chess king icon.png pièce la plus importante. Le but du jeu est de mater le roi de l'adversaire, et ainsi remporter la victoire. Pièce faible en début de jeu, le roi acquiert plus de force vers la fin de jeu, devenant très actif en finale.
Roi dépouillé 
le roi seul, dernière unité de son camp encore en vie. Une des seules chances de ne pas perdre pour le joueur ainsi « dépouillé » reste la nulle par répétition ou le pat (voire le gain au temps en blitz).
Ronde 
partie ou manche d'un tournoi d'échecs. Dans les tournois standard en cadence classique, une ronde est jouée chaque jour. En blitz, plusieurs rondes peuvent se succéder dans la journée, les tournois de blitz ne durant généralement qu'une seule journée.
Roque
manœuvre particulière du roi avec l'une de ses tours pour se mettre à l'abri et activer la tour dans le même temps. Le roi ne peut pas roquer s'il a déjà bougé pendant la partie (on dit alors qu'il est « déroqué ») ou si sa ligne de roque (ligne qui le sépare de sa tour) est coupée par la trajectoire d'une pièce ennemie (un fou par exemple).
Roque artificiel 
manœuvre consistant, quand roquer n'est pas (ou plus) possible, à déplacer le roi hors du centre, derrière ses pions, comme s'il avait mis plusieurs coups pour roquer. Cette manœuvre prend plus temps que le roque traditionnel, mais est souvent nécessaire pour protéger au mieux son roi qui, sinon, finirait dans les « courants d'air » (à la merci des pièces de l'adversaire au centre de l'échiquier).
« Roque acrobatique » 
un coup de roque « fictionnel » (coup non légal dans le jeu d'échecs traditionnel) présent sur une carte du jeu Tempête sur l'échiquier (un jeu de cartes qui promeut une variante du jeu d'échecs, améliorée avec des cartes à jouer) : le joueur qui utilise cette carte peut roquer si sa tour et son roi sont sur une même rangée ou colonne (qu'importe le nombre de cases), du moment que les cases entre les deux pièces sont libres. Le terme est un jeu de mots faisant référence au rock acrobatique.
Round-robin 
tournoi où chaque joueur rencontre tous les participants au fil des rondes. Voir tournoi toutes rondes.

S[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Sacrifice de la qualité 
sacrifice d'une pièce lourde (dame ou tour) en échange d'une ou plusieurs pièces légères (fou ou cavalier, ou couple avec une tour dans le cas d'une reine sacrifiée), en espérant obtenir une compensation sur le long terme ou pour parer une menace imminente.
Sauterelle 
pièce des échecs féériques que l'on rencontre dans certaines variantes du jeu d'échecs.
Secondant 
dans un match de haut niveau, assistant (souvent un fort joueur lui-même) qui contribue aux analyses et à la préparation du joueur, notamment en analysant le jeu de ses adversaires pour en trouver les failles.
Septième rangée (ou traverse) 
rangée des pions noirs avant de commencer la partie. Voie d'invasion privilégiée des tours blanches. Cette rangée est la deuxième des Noirs.
Simplification 
échange de pièces qui réduit la complexité tactique, fait perdre de la force à une attaque ou permet le passage en finale. Voir Liquidation.
Le grand maître Andrij Maksymenko (de) effectuant une simultanée face à des joueurs amateurs.
Simultanée 
rencontre dans laquelle un fort joueur affronte de nombreux adversaires, jouant un coup avant de passer à l'échiquier suivant. C'est souvent le cadre d'une exhibition ludique afin de vulgariser le jeu d'échecs chez les néophytes.
Sous-promotion 
voir Promotion.
Spectateur 
personne présente et qui n'est pas un des deux joueurs de la partie ni l'arbitre. Les spectateurs n'ont pas le droit d'intervenir dans le jeu. Un indésirable qui donnerait son avis est appelé kibitzer.
Stratégie échiquéenne 
ensemble des considérations permettant d'obtenir un avantage à long terme.
Structure de pions 
arrangement des pions les uns vis-à-vis des autres, et qui influence fortement la stratégie.
Surcharge 
une pièce est dite en « surcharge » lorsqu'elle doit remplir plusieurs tâches importantes à la fois, ce qui fragilise la position du camp en question.
Swindle 
voir « Arnaque ».
Syndrome de Kotov 
attitude décrite par Alexandre Kotov qui consiste à ne pas trouver de bon plan dans une position donnée, en dépit d'une longue réflexion et ensuite, pressé par le temps, de jouer un coup faible qui n'a été analysé que superficiellement.
Système Hort 
méthode habituelle de partage des prix en espèces entre les ex æquo d'un tournoi, due à Vlastimil Hort.
Système Buchholz 
système de départage des joueurs ex æquo à l'issue d'un tournoi.
Système suisse 
système d'appariement habituel dans un tournoi où le nombre de joueurs est nettement plus élevé que le nombre de rondes.
Système Sonneborn-Berger 
système de départage des joueurs ex æquo à l'issue d'un tournoi.

T[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Table de Berger 
table d'appariement standardisée dans un tournoi toutes rondes où tous les joueurs se rencontrent.
Tableau de mat 
position synthétique où se produit un échec et mat. Seules figurent dans cette position les pièces qui participent au mat, toutes les pièces inutiles à sa réalisation étant omises. Voir aussi « Réseau de mat ».
Tables de finales 
désigne une base de données spécialisée qui détermine le meilleur coup possible dans une position déterminée. Il existe actuellement des tables de finales jusqu'à 5 pièces (toutes les finales de 5 pièces sont résolues) et quelques-unes de 6 pièces.
Tactique échiquéenne 
suite de coups contraignants pour l'adversaire et qui vise à obtenir un gain, matériel ou positionnel.
Tempo (pluriel tempos ou tempi
(latin) coup gagné ou perdu dans un développement ou une attaque.
Théorie Elo 
théorie mathématique développée par Arpad Elo en vue de classer les joueurs d'échecs. Voir « Classement Elo ».
Tour 
Chess rook icon.png pièce à longue portée qui se déplace verticalement ou horizontalement. Acquiert toute sa force lorsqu’elle se conjugue avec sa sœur jumelle.
Tournoi 
rencontre de plusieurs joueurs dans une compétition organisée (officielle ou non).
Tournoi thématique 
tournoi dans lequel le début est imposé.
Trait 
le joueur qui a le trait ou est au trait est celui qui doit jouer le coup suivant.
Transposition 
position identique obtenue après les mêmes coups joués dans un ordre différent. Plusieurs ouvertures sont transposables dans d'autres ouvertures, au prix d'un cout en temps.
Traverse 
synonyme de rangée.
Triple répétition (nulle par répétition) 
voir « Nulle par répétition ».
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case noire b8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case noire c7
Case blanche a6 vide
Pion noir sur case noire b6
Case blanche c6 vide
Pion blanc sur case noire d4
Case blanche e4 vide
Pion blanc sur case noire f4
Pion blanc sur case noire c3
Case blanche d3 vide
Pion blanc sur case noire e3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Roi blanc sur case noire g1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Les points noirs et blancs indiquent les trous. (Larry Evans, 1967)
Trou 
une case située à l'intérieur ou à proximité du territoire d'un joueur et qui ne peut pas être contrôlée par un pion. C’est un trou dans la configuration de pions du joueur, particulièrement dangereux lorsque le trou est proche du centre ou du roi. Un cavalier qui occupe un trou peut faire partie d'une attaque. Un exemple de trou est e4 dans l'attaque Stonewall.

U[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Unité 
entité mobile évoluant sur l'échiquier (un pion ou une pièce).

V[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Variante 
suite de coups alternative. Dans les ouvertures, on parle souvent de « variante(s) principale(s) » (la ou les variantes les plus utilisée à un moment donné) et de « sous variantes » ou « sous systèmes » (variations moins populaires ou passées de mode de cette ouverture).
Variante du jeu d'échecs 
jeu similaire aux jeu d'échecs mais qui s'en distingue par des règles ou une position de départ différentes. Par exemple, les Échecs aléatoires Fischer (Fisher ranom Chess ou Chess 960) ou les échecs marseillais (voir « Marseillaise »).

W[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
World Chess Council 
organisation éphémère qui eut en charge l'organisation des championnats du monde classique en 1998.

X[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Attaque Rayons X 
attaque indirecte d'une pièce qui se trouve derrière une autre pièce directement menacée. Voir « Enfilade ».
Xiangqi 
autre nom des échecs chinois.

Z[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Zeitnot 
« pénurie/détresse de temps » ; manque de temps à l'approche du contrôle de temps. Prélude aux gaffes (voir plus haut).
Zugzwang 
« coup contraint » ; cas où l'obligation de jouer pénalise le joueur qui a le trait. Le joueur est obligé de jouer, tout en sachant pertinemment qu'il va détériorer sa position.
Zwischenzug 
« coup intermédiaire » en réponse à une menace de l'adversaire, qui crée une contre menace.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En médecine, le terme prophylaxie désigne le « processus actif ou passif ayant pour but de prévenir l'apparition, la propagation ou l'aggravation d'une maladie ».
  2. A l'image de la ruse de guerre dite du Cheval de Troie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Directives au cas où une partie doit être ajournée » Livre de l'arbitre, page 18, sur le site de la fédération française des échecs.
  2. (en) « Laws of chess » dans le hanbook de la FIDE, sur le site de la fédération, fide.com.
  3. « [71-80.] Il vaut toujours mieux jouer un plan faux de façon logique que de n'avoir pas de plan du tout. » — Viktor Kortchnoï ; « Citations provenant du milieu échiquéen. », normandlamoureux.com (consulté le 31 janvier 2019).
  4. Cité par Nicolas Giffard dans Le nouveau guide des échecs Traité complet (voir biblio) dans la section qu'il consacre à Petrosian, un redoutable défenseur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1710 p. (ISBN 978-2-221-11013-3). 
  • François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, Paris, Presses universitaires de France, , 432 p. 
  • Larousse des échecs : Découvrir, approfondir, maîtriser (préf. Joël Lautier), Paris, Éditions Larousse, , 480 p. (ISBN 978-2-03-518207-4). 
  • (en) Edward R. Brace, An Illustrated Dictionary of Chess, Hamlyn publishing group, (ISBN 1-55521-394-4)
  • (en) Burgess Graham, The Mammoth Book of Chess, Carroll & Graf Publishers, (ISBN 0-7867-0725-9)
  • (en) Harry Golombek, Golombek's Encyclopedia of Chess, Batsford, (ISBN 0-517-53146-1)
  • (en) David Hooper, Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford University Press, (ISBN 0-19-280049-3)
  • (en) Joseph Horton Byrne, Dictionary of modern chess, Owen, (ISBN 0-8022-0746-4)
  • (en) Bruce Pandolfini, Chess Thinking: The Visual Dictionary of Chess Moves, Rules, Strategies and Concepts (Fireside Chess Library), Everyman Chess, (ISBN 1-85744-480-9)
  • (en) Zelepukhin N. P., Dictionary of Chess, French & European Pubns, (ISBN 0-8288-2350-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]