Troubat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Troubat
Troubat
Le village de Troubat.
Blason de Troubat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Canton La Vallée de la Barousse
Intercommunalité Communauté de communes Neste Barousse
Maire
Mandat
Alain Porté
2014-2020
Code postal 65370
Code commune 65453
Démographie
Gentilé Troubatais, Troubataises
Population
municipale
73 hab. (2016 en augmentation de 25,86 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 37″ nord, 0° 34′ 52″ est
Altitude Min. 519 m
Max. 1 052 m
Superficie 2,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de Région Occitanie
City locator 14.svg
Troubat

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Troubat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Troubat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Troubat

Troubat est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie, connue pour son site d'escalade.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Troubat se trouve dans les Pyrénées françaises, en Barousse, en bordure orientale du département des Hautes-Pyrénées (le département de la Haute-Garonne est à 2,6 km à l’est du village)[1]. Saint-Bertrand-de-Comminges est à 8 km au nord, Tarbes à 67 km au nord-ouest[2].

Elle est arrosée par l'Ourse, affluent de la Garonne et qui s'écoule dans le sens sud-nord dans une vallée glaciaire[1].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par la petite route départementale D925, qui sur la commune suit le fond de la vallée de l'Ourse et à laquelle le village est relié par le chemin du Saradet. La D925 relie Saint-Bertrand-de-Comminges et Loures-Barousse au nord, à Bourg-d'Oueil et sa station de sports d'hiver en Haute-Garonne au sud (la section en Haute-Garonne est prise en relais par la D51d) ; elle franchit le col du Port de Balès à 1 755 m d'altitude[2].
La D22 dessert divers lieux de la commune, jusqu'au village voisin Thèbe au sud-est[1].

Les routes plus importantes les plus proches sont la N125 (Gourdan-Polignan au nord - Fos puis l'Espagne et le val d'Aran au sud) et la D825 (Montréjeau au nord - Marignac au sud-est)[2].
L'autoroute la plus proche est la A645 ou ou « bretelle du Val d'Aran », avec son entrée à 11 km au nord sur Seilhan (près de Gourdan-Polignan). Cette autoroute longue de 6 km relie le sud de la ville de Montréjeau à la sortie n°17 (« Montréjeau ») de l'autoroute A64, évitant la difficile traversée de la ville de Gourdan-Polignan[2].

Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Trains[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche est Saléchan (7,2 km au sud-est ; ligne de Montréjeau - Gourdan-Polignan à Luchon), desservie par le TER Midi-Pyrénées[1]. La ligne Toulouse-Bayonne est directement accessible à la gare de Montréjeau - Gourdan-Polignan (Haute-Garonne, 14 km au nord). Des trains directs existent de Paris à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne, 28 km au sud-est).

Aéroports[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches sont l’aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées (80 km par la autoroute A64) et celui de Toulouse-Blagnac122 km par la A64)[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Troubat est limitrophe de six autres communes. Au sud, le territoire communal n'est distant que de 150 mètres de celui de Cazarilh.

Carte de la commune de Troubat et des proches communes.
Communes limitrophes de Troubat[3]
Gembrie Antichan Samuran
Bramevaque Troubat
Mauléon-Barousse Thèbe

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[4] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Étymologie : peut-être participe passé du verbe trobar (= trouvé) ; peut-être nom de personnage.

Nom occitan : Trobath.

Histoire[modifier | modifier le code]

La grotte du Moulin, sur versant nord du mont Gouardère, a été occupée du Magdalénien moyen à l'âge du Bronze[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au mont cousu de sinople sommé d'une épitaphe de sable chargée d'une croisette latine d'argent, au chef d'or chargé de trois pals de gueules[6].
Commentaires : ce blason est officiel (vérifié auprès de la mairie).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Troubat fait partie de la communauté de communes Vallée de la Barousse, créée en décembre 1995, qui réunit vingt-cinq communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
    Henri Gouaux    
1989 (réélu en mars 2014) En cours Alain Porté    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 73 habitants[Note 1], en augmentation de 25,86 % par rapport à 2011 (Hautes-Pyrénées : -0,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
347366333368415423431438434
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
407360343329306298255233211
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2002051971431441481469480
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
787751413553535873
2016 - - - - - - - -
73--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, la zone des Rochers calcaires et milieux associés du Mail de Maubourg à la Montagne de Gert est répertorié en ZNIEFF de type 1, avec une superficie de 1353,97 hectares, elle s'étend sur une partie de la commune de Troubat[11].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La falaise de Troubat qui domine le village est un important site d’escalade, « endroit mythique des Pyrénées centrales... le fleuron du secteur ». En 1985 et 1986 s’y sont déroulés les championnat de France d’escalade[12].
  • La grotte de Sainte-Araille, à 500 m à l’est du village sur le flanc ouest du Sommet d'Herbe Rouge (montagne du Gert), jouxte un des secteurs du site d'escalade (secteur de la Carrière). D'accès libre, son développement[N 1] est de 250 m. Avec un dénivelé de seulement −15 m[13], elle peut être visitée par un public non averti, enfants compris, accompagné par un guide professionnel (durée environ 1 h 30).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.
Notes sur la démographie
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Troubat, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances à vol d'oiseau et les surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. a b c d et e Troubat sur la carte de google.fr. Les distances routières entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral à gauche (voir l'onglet en haut à gauche de la carte - cliquer sur "itinéraires").
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Ggénéral des Hautes-Pyrénées, 2000.
  5. Célia Fat Cheung, L'Azilien pyrénéen parmi les sociétés du tardiglaciaire ouest-européen : apport de l'étude des industries lithiques (thèse de doctorat en Préhistoire), université Toulouse le Mirail - Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (UMR 5608 T.R.A.C.E.S), 2015, 437 p. (lire en ligne), p. 169.
  6. Passion Bigorre
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « INPN, ZNIEFF 730011472 - Rochers calcaires et milieux associés du Mail de Maubourg à la Montagne de Gert - Commentaires », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 31 décembre 2018)
  12. « Topo Troubat », sur roc-et-pyrene.com (consulté le 12 novembre 2018).
  13. J.-P. Cassou, « Grotte Sainte Arailles, Troubat », sur karsteau.org (consulté le 12 novembre 2018). Noter que l'emplacement de la grotte tel qu'indiqué sur la carte dans cette page liée, est décalé de quelque 200 m vers l'ouest ; la grotte de Sainte-Araille est celle indiquée à l’est de la route sur la carte IGN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]