Hautaget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hautaget
Hautaget
Vue du village et de l'église Saint-Vincent.
Blason de Hautaget
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton La Vallée de la Barousse
Intercommunalité Communauté de communes Neste Barousse
Maire
Mandat
Jean-François Fourquet
2014-2020
Code postal 65150
Code commune 65217
Démographie
Gentilé Hautagettois
Population
municipale
54 hab. (2015 en augmentation de 12,5 % par rapport à 2010)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 03′ 23″ nord, 0° 27′ 25″ est
Altitude Min. 481 m
Max. 630 m
Superficie 1,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Hautaget

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Hautaget

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hautaget

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hautaget

Hautaget est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. Sa région historique est la Gascogne. Ses habitants sont appelés les Hautagettois. Ils portent également un nom gascon : Es caps-pelats (les chauves)[1].

Sa géographie est celle d'un village du piémont pyrénéen caractérisé par un climat montagnard soumis aux influences océanique et continentale.

Sa sociologie paysanne a été fortement marquée par les traditions pyrénéennes et les modes de vie qui reposent essentiellement, jusqu'au milieu du XXe siècle, sur une polyculture de subsistance. La monographie villageoise, rédigée par l'instituteur R. Soubielle en 1887, décrit assez précisément la commune de Hautaget à la fin du XIXe siècle[2].

Aujourd'hui, Hautaget subit les transformations profondes du monde rural au sein d'une nouvelle réorganisation territoriale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen, Hautaget est située dans l'est du département des Hautes-Pyrénées (65), dans la basse vallée de la Neste[3]. Elle se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Lourdes, à proximité et à équidistance des deux villes voisines que sont Lannemezan dans le même département et Montréjeau dans la Haute-Garonne. Elle est aux frontières particulièrement imbriquées de trois pays historiques géographiquement éclatés : Comminges, Quatre-Vallées et Rivière-Verdun.

Le périmètre exact de la commune est précisé dans le procès-verbal de délimitation[4] daté de 1828.

Le village est situé plus précisément sur les limites nord-ouest d'un espace naturel appelé Vallon de Bouchère[5]. Ce dernier est composé également des terres des trois communes voisines qui sont : Nestier à l'est, Bize au sud et Montsérié au sud-ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Hautaget et des proches communes.
Communes limitrophes de Hautaget[6]
Anères
Bizous Hautaget Nestier
Montsérié Bize

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hautaget s'est construit au pied des contreforts de la chaîne pyrénéenne qui s'abaissent vers la vallée de la Garonne. Il est situé sur les dernières assises qui montent vers le plateau de Lannemezan, sur un dépôt post-albien au contact des dépôts quaternaires de ce plateau[7]. Le village est en bordure de la dépression karstique appelée de Bize, sur un des lambeaux de la terrasse alluviale appelée de La Barthe-de-Neste ou de Montréjeau. Le sol est constitué de terres silico-argilo-calcaires.

Hydrogéologie[modifier | modifier le code]

Les terres de Hautaget sont de façon typique une manifestation karstique. Un tel système géologique est défini par la présence de lapiaz, de dolines et de cavernes sèches[8], composé de cavités auxquelles s'ajoute un réseau hydrique constitué de sources et rivières souterraines. Une source, ou résurgence encore appelée fontaine, alimente un lavoir-abreuvoir à l'entrée sud-est du village sur la D 526. Une deuxième source est située dans le quartier Cazenave[2]. Par ailleurs, on compte deux ruisseaux au débit relativement modeste : l'un appelé La Bernéde formant la limite nord-ouest avec le village de Bizous et le second appelé Arrieu Marty formant la limite sud-est avec Nestier.

Climat[modifier | modifier le code]

Au sein de la région climatique appelée Moyenne Montagne nord, Hautaget connaît un climat de moyenne montagne qui subit l'influence océanique. Les hivers sont relativement doux et humides alors que les étés connaissent parfois des températures élevées avec de forts orages. L'arrière-saison (octobre - novembre) est souvent très belle. La proximité des hauts sommets pyrénéens perturbe ces données climatiques. Et le vent chaud venu d'Espagne par effet de fœhn ou bien le vent d'autan qui balaye modérément le piémont pyrénéen rajoutent à cette instabilité.

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Les principaux risques recensés[9] sur la commune sont les suivants : inondations, crues, séismes, ruptures de barrage. Le plan de prévention des risques (PPR) a été prescrit le 5 avril 2018. Le plan communal de sauvegarde (PCS) précise les conduites à tenir par les villageois dans le cas de catastrophes naturelles ou autres. L'information des acquéreurs et des locataires (IAL) sur le territoire communal fait l'objet d'un document administratif appelé Etat des servitudes "risques" et d'information sur les sols.

Étymologie - Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Hautaget au sud-est de Lannemezan.

Dénominations historiques[10] : Hotaget (1790, Département) ; Hautaget (fin XVIIIe siècle, carte de Cassini).

Du gascon haut (= haut) et haget (= hêtraie). Du latin altus (= haut) et fagetum (= hêtraie)

Nom occitan : Hauthaget.

Prononciation locale : Haoutaillet. C'est à partir de ce mot du langage local que R. Soubielle, dans sa monographie villageoise de 1887[2], émet deux autres hypothèses relatives à l'origine du nom Hautaget. Ce dernier viendrait soit d'un mot patois Haoutéguet signifiant légèrement élevé, soit de deux mots patois : ayet signifiant cabane foraine édifiée sur un terrain inculte récemment défriché et haout signifiant relativement élevé. Selon Soubielle, l'origine du village bâti au Moyen Âge serait liée effectivement à l'édification d'une première cabane par un habitant d'un village voisin. En 1786, les terres de Hautaget appartiennent encore principalement à des particuliers de Bize et d'Anères[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Histoire de la commune de Hautaget est intimement liée à l'Histoire de l'espace naturel dans lequel elle se trouve : le Vallon de Bouchère.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

En cette période préhistorique du paléolithique moyen (50 000 ans avant notre ère), les terres de Hautaget et du Vallon de Bouchère sont fréquentées par les hommes de Néandertal, des nomades qui vivent de la chasse et de la cueillette. Pour ces premiers homo sapiens, le Vallon de Bouchère est un terrain de chasse idéal, une nasse naturelle au fond de laquelle il est facile de prendre au piège les animaux sauvages[12]. Par ailleurs, à l'entrée du vallon, la grotte du Cap de la Bielle à Nestier offre à ces chasseurs-cueilleurs un abri naturel lors des épisodes climatiques particulièrement rigoureux[13].

Epoque gauloise[modifier | modifier le code]

Une première communauté humaine s'est vraisemblablement installée, dès cette époque, dans le Vallon de Bouchère[14]. En 1872, cinq dolmens y sont recensés assez précisément près du mont Ergé[12],[15], encore appelé mont Marteau, montagne du Russe ou Cap Martel, situé à la fois sur les deux communes de Montsérié et de Hautaget, aujourd'hui limitrophe au quartier Cazenave de cette dernière.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les terres qui allaient voir quelques siècles plus tard l'édification du village, sont rattachées à la capitale régionale Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges) dans cette grande province appelée Novempopulanie. Selon certains auteurs locaux, elles appartiennent au pagus de Nestier (erreur toponymique : au lieu de lire pagus de Nestier, lire plutôt pagus du Nestès) auquel s'est étendu le culte du dieu Ergé, le dieu protecteur, le principal dieu des populations de la Basse Neste[16]. Dans l'organisation territoriale romaine de la région, les terres de Hautaget appartiennent donc à la Civitas Convenenensium, la Cité des Convènes, qui englobe la haute vallée de la Garonne et la vallée de la Neste.

A la fin du XIXe siècle, un autel votif gallo-romain dédié à Belex est découvert sur le territoire de la commune par M. Rumeau, receveur des impôts à Nestier. Cette découverte est faite dans le cadre de la mise au jour du site protohistorique de Montsérié sur le mont Marteau.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 1387 dans l'archiprêtré de la Neste dévasté par l'épidémie de la peste noire, la paroisse de Hautaget n'est pas répertoriée. A cette même période, les rares survivants de Buret, annexe paroissiale de Nestier située dans le vallon de Bouchère selon certains auteurs locaux, se seraient réfugiés sur les collines voisines formant ainsi la première communauté villageoises de Hautaget. Cette hypothèse n'est pas fondée. Une hypothèse plus crédible précise que Buret était située géographiquement près du village de Lombrès, autre annexe paroissiale de Nestier, qui compte aujourd'hui sur son territoire un lieu-dit du même nom.

Temps modernes : Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Le village de Hautaget ressort de la Sénéchaussée de Toulouse, de l'élection de Comminges, de la baronnie de Labarthe[17]. Il est justiciable du juge de cette dernière entité territoriale.

Le seigneur de Hautaget cité à cette époque est Cyrique Penne de Villemur (1727 - 1794), baron de Marsas au diocèse de Tarbes, baron des Etats du Nébouzan[18].

Ne possédant pas de moulin[19], le village doit acheter le droit de mouture pour ses habitants auprès du seigneur local. En 1643, les villageois utilisent le moulin de Bizous situé sur le ruisseau La Gazave, appartenant à J. Lacasse, docteur et avocat. En 1653, ils utilisent le moulin d'Anères sur la Neste, qui appartient à B. de Mun, beau-frère de A. de Verdelin, seigneur et baron de Montégut.

Par ailleurs, le livre terrier[20] de Hautaget daté de 1621-1792 précise, à cette époque-là, la répartition des parcelles privées et communales. De plus, le plan cadastral napoléonien de Hautaget est consultable aujourd'hui sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[21]. .

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Hautaget est situé dans le canton de Nestier de 1790 à 1870 puis dans celui de Saint-Laurent-de-Neste après le transfert du chef-lieu de canton décidé par Napoléon III en 1871.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Deux Hautagettois ont été tués au cours de la Première Guerre mondiale. Leurs noms sont inscrits sur le monument aux morts villageois situé dans l'enceinte du cimetière sur un des murs de l'église mitoyen.

En 1939, la commune possède un bureau de bienfaisance auquel le Conseil Général attribue une subvention de 8 francs.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à l'aigle bicéphale de sable.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hautaget est composé des quartiers caractéristiques suivants : le quartier de Cazenave (encore écrit Cazanave dans certains documents) à la sortie nord-ouest du village sur la D 526 en direction de Montsérié, les deux quartiers La Gleize (mot gascon qui signifie L'Eglise) et Sempé qui caractérisent le centre du village, Lat Sarrat à la sortie nord-est en direction de Bizous et Anères. Il compte aussi un lieu particulier appelé le Camp de Cazes.

Les autres lieux-dits connus sont les suivants : Le Coustalat (versant nord-est boisé à forte dénivelé dans lequel serpente la route qui relie Hautaget à Anères et Bizous) ; Moumouli (les près et les champs situés au bas du Coustalat, côté gauche de la route) ; Aroquebert encore écrit Roquebert (les près et les champs situés au bas du Coustalat, côté droit de la même route) ; Les Courreyes (les près et les champs situés à hauteur du quartier Sempé, dans la zone nord-ouest du village), autre nom donné au Coustalat dans certains documents ou carte IGN ; Cap de Marto : parcelles situées sur la colline caractéristique du Mont Marteau, site protohistorique répertorié , limitrophe avec Bize et Montsérié dans le quartier Cazenave.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 31[22].
Parmi ces logements, 72,9 % sont des résidences principales, 13,5 % des résidences secondaires et 13,5 % des logements vacants. La plupart des maisons sont construites au XIXe siècle. Ce sont des constructions typiques aux toits de tuile. Les bâtiments principaux enserrent une cour intérieure fermée par un portail. La maison porte un nom complété souvent par un sobriquet. Une tradition gasconne veut que l'on désigne une personne du village par le nom de la maison (en so dé ...) et non par son patronyme. Exemples : en so dé Paul, en so dé Ménicou, en so dé Pèle, en so dé Pite, en so dé Estièni, en so dé Urbain, en so dé Fèlis... C'est avant tout une manière de résoudre les difficultés d'homonymie car on s’appelle souvent Dupuy, Grazide, Bazerque, Barrère ou Castéran[23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école communale est construite en 1882[24]. Elle fermera ses portes dans les années 1970, Mme Barrère étant la dernière institutrice villageoise ayant exercé. La commune ne dispose donc plus d'établissement scolaire[25]. L'école maternelle la plus proche est celle d'Aventignan et l'école primaire est située à Saint-Laurent-de-Neste. Hautaget appartient à la zone C des vacances scolaires (académie de Toulouse).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête locale a lieu le deuxième week-end du mois de juillet. Elle est appelée fête patronale de la Saint-Vincent.

Religion : la paroisse de Hautaget[modifier | modifier le code]

Saint Vincent est le saint patron de la paroisse.

En 1788, Hautaget est l'annexe paroissiale de Bizous. Elle appartient à l'archiprêtré de Montoussé. Son vicaire a pour nom Bize.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Géraud Dassen (encore écrit Dassain) dit « du baile », homme de loi (praticien) sous le règne d'Henri IV vers 1595.
  • Noble Guillaume de Noyès, maître-verrier, fin du XVIe siècle.
  • R. Soubielle, instituteur villageois, auteur de la monographie de 1887[2].
  • Joseph Dorbessan, né à Hautaget, vicaire d'Ibos, début du XXe siècle.

Archives communales[modifier | modifier le code]

Certaines archives communales[26] sont déposées aux Archives départementales des Hautes-Pyrénées.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[28].

En 2015, la commune comptait 54 habitants[Note 1], en augmentation de 12,5 % par rapport à 2010 (Hautes-Pyrénées : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
108121134136148148157159150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
159145135130130141135123106
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
114122122989080766460
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
685955433031435054
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vincent.
L'oratoire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vincent[31]. Elle abrite une statue de la Vierge à l'Enfant inspirée du modèle Notre-Dame des Victoires du XIXe siècle.
  • Oratoire. Encore appelé Chapelle Notre-Dame de Lourdes. Édifié à la fin du XIXe siècle à l'entrée nord de Hautaget par des artisans locaux, selon le projet conçu par une carmélite originaire du village. La cloche a été donnée par l'abbé Dupuy curé de Puntous.
  • Montjoie de Notre-Dame à 300 mètres environ au sud de l'église.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean-François Fourquet    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, Hautaget appartient à la communauté de communes Neste Barousse créée en 2017, rassemblant 43 communes, et au canton de la Vallée de la Barousse créé en 2015 rassemblant 52 communes (avant le redécoupage départemental de 2014, Hautaget faisait partie de l'ex-canton de Saint-Laurent-de-Neste). Le bureau centralisateur, anciennement chef-lieu de canton, est situé à Lannemezan. Hautaget appartient également au Pays des Nestes, un des cinq Pays du département des Hautes-Pyrénées, créé en 2004 et devenu aujourd'hui Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) du Pays des Nestes.

Comptes publics de la commune de Hautaget[modifier | modifier le code]

Le budget de la commune[32] est voté tous les ans au printemps. Il comprend une section fonctionnement et une section investissement. Chaque section présente un poste recettes et un poste dépenses. Le budget est adopté en équilibre.

Cadastre communal[modifier | modifier le code]

Le cadastre communal[33] présente les différentes parcelles de terrain publiques et privées, répertoriées administrativement.

Services publics[modifier | modifier le code]

Structures de rattachement technique[modifier | modifier le code]

La commune de Hautaget est rattachée aux structures ou services suivants :

  • Syndicat départemental d'énergie des Hautes-Pyrénées (SDE 65)[34] : aménagement, entretien et travaux relatifs aux installations de l'éclairage public communal.
  • Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable de l'Arize-Nistos[35] : alimentation en eau potable de la commune.
  • Service départemental d'incendie et de secours (SDIS 65)[36] avec son centre de secours de Lannemezan renforcé éventuellement par celui de Montréjeau : assurer les missions de secours auprès de la commune.
  • Syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères (SMECTOM) du Plateau de Lannemezan, des Nestes et des Coteaux[37] : établissement public de coopération intercommunale (EPCI) chargé de la collecte et du traitement des déchets.
  • Syndicat mixte de traitement des déchets ménagers et assimilés des Hautes-Pyrénées (SMTD 65)[38] : compétence « traitement des déchets ménagers ».

Juridictions de rattachement[modifier | modifier le code]

Structures d'aides à la personne[modifier | modifier le code]

  • maison départementale de solidarité[40] (site des Coteaux Lannemezan-Neste-Barousse) : aide en matière de protection de l’enfance, de soutien aux parents, de santé et de prévoyance, d’insertion, de handicap, de maintien à domicile ;
  • maison départementale des personnes handicapées[41] (MDPH) : actions pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ;
  • structures de prévention et protection des familles et des enfants[42].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Es caps-pelats de Hautaget - Source : En cournè det houéc (journal des cours d'adultes du département des Hautes-Pyrénées) - Bibliothèque nationale de France / gallica.bnf.fr
  2. a b c et d La monographie villageoise - Auteur : R. Soubielle - 1887 - Source : Archives départementales - http://www.archivesenligne65.fr/arkotheque/navigation_facette/fiche_detail.php?f=ad65&ref1=439&mde_present=&debut=0
  3. Différentes cartes et fonds de cartes de la commune de Hautaget : carte routière, photos des environs, plan du village zommé au niveau des rues - http://www.cartesfrance.fr/Hautaget-65150/carte-Hautaget.html
  4. Procès verbal de délimitation de la commune de Hautaget de 1828 - http://www.archivesenligne65.fr/arkotheque/navigation_facette/fiche_detail.php?f=ad65&ref1=11408&mde_present=tableau&debut=1100
  5. Monographie de Nestier : cahier destiné à l'école de Nestier, 1942 - 1949 - 2° partie : géographie locale - Auteur : Mme Bize - Sources : archives personnelles et archives communales
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. M. C. Depéret : Les glaciations des vallées pyrénéennes - Comptes-rendus des séances de l'Académie des sciences - 1923 - p. 1522 - Source : Bibliothèque nationale de France / gallica.bnf.fr
  8. M. Bize : Petite chronique historique et hydrogéologique sur Nestier et le Vallon de Bouchère - 2012 - Sources : archives personnelles
  9. Les principaux risques naturels et technologiques sur la commune de Hautaget - https://www.risquesmajeurs-hautes-pyrenees.pref.gouv.fr/communes/hautaget
  10. Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées - M. Grosclaude et J.F. Le Nail - 2000
  11. Les origines du village bâti - Source : L'état des paroisses du diocèse de Comminges en 1786 - Revue de Comminges (1964), p. 208 - Bibliothèque nationale de France / gallica.bnf.fr
  12. a et b M. J. Brau : Pays des Nestes et de Comminges, des origines à nos jours - 2014
  13. M. Debeaux : La grotte du « Cap de la Bielle » à Nestier et son remplissage du Paléolithique inférieur : bulletin de la Société méridionale de spéléologie et de préhistoire, Toulouse, 1964, t. 10, p. 4 -11
  14. Jean-François Soulet : Le sanctuaire gallo-romain de Montsérié - Source :Revue de Comminges, vol. LXXVII, p.  105-143
  15. M. Cartailhac : France préhistorique, 1889
  16. http://lieux.loucrup65.fr/montserie.htm
  17. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  18. Le seigneur de Hautaget au XVIIIe siècle - Source : Bulletin de la Société académique des Hautes-Pyrénées - p.37 - Bibliothèque nationale de France / gallica.bnf.fr
  19. Revue de Comminges - 1979/01 à 03 - T. 92, p. 72 : G. Puyau : Les moulins de la Basse-Neste, des Baronnies et du Lannemezan aux XVIIe et XVIIIe siècles - Source : Bibliothèque nationale de France / gallica.bnf.fr
  20. Le livre terrier de Hautaget daté de 1621-1792 - http://www.archivesenligne65.fr/arkotheque/navigation_facette/fiche_detail.php?f=ad65&ref1=4732&mde_present=tableau&debut=1100
  21. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Hautaget en 1830
  22. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Hautaget
  23. Mme I. Gratacos : Femmes pyrénéennes - 1998
  24. L'école communale de Hautaget - Source : Rapports et délibérations du Conseil Général des Hautes-Pyrénées - 1882 - Bibliothèque nationale de France / gallica.bnf.fr
  25. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 janvier 2017)
  26. Les archives communales de Hautaget - http://www.archivesenligne65.fr/_depot_arko_ad65/articles/1270/repertoire-des-archives-deposees-de-hautaget_doc.pdf
  27. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  31. A. Dumail : Notre-Dame en Comminges - 1995 - Source : Société des Etudes du Comminges - gallica.bnf.fr
  32. Le budget de la commune de Hautaget - https://www.impots.gouv.fr/cll/zf1/communegfp/flux.ex?_flowExecutionKey=e1s4&_eventId=chiffrescles&critereDeSelection.nomCol=HAUTAGET
  33. Le cadastre de Hautaget - https://lecadastre.com/plan-cadastral/hautaget-65217/
  34. Le Syndicat départemental d'énergie des Hautes-Pyrénées - http://www.sde-65.com
  35. Le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable de l'Arize-Nistos - http://www.services.eaufrance.fr/donnees/collectivite/155227
  36. Le Service départemental d'incendie et de secours - http://www.hautespyrenees.fr/fr/tout-savoir-sur-le-departement/les-organismes-associes/sdis.html
  37. Le syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères (SMECTOM) du Plateau de Lannemezan, des Nestes et des Coteaux - http://www.smectom-lannemezan.com/presentation/horaires-decheteries.html
  38. Le syndicat mixte de traitement des déchets ménagers et assimilés des Hautes-Pyrénées - https://www.smtd65.fr/
  39. « Liste des juridictions compétentes pour Hautaget », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  40. La Maison départementale de solidarité - http://www.hautespyrenees.fr/fr/services-en-ligne/ou-est-ma-maison-departementale-de-solidarite.html
  41. La maison départementale des personnes handicapées - http://www.mdph65.fr/
  42. La prévention et protection des familles et des enfants - http://www.hautespyrenees.fr/fr/solidarite/prevention-et-protection-des-familles-et-des-enfants.html