Gourdan-Polignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gourdan-Polignan
Gourdan-Polignan
Village de Gourdan-Polignan au premier plan depuis le Picon à 630 m.
Blason de Gourdan-Polignan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Bagnères-de-Luchon
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées Haut Garonnaises
(siège)
Maire
Mandat
Patrick Saulneron
2014-2020
Code postal 31210
Code commune 31224
Démographie
Gentilé Gourdanais ou Polignanais
Population
municipale
1 208 hab. (2016 en diminution de 9,38 % par rapport à 2011)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 18″ nord, 0° 34′ 28″ est
Altitude Min. 411 m
Max. 635 m
Superficie 5,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Gourdan-Polignan

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Gourdan-Polignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gourdan-Polignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gourdan-Polignan
Liens
Site web Site officiel

Gourdan-Polignan est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Gourdanais ou les Polignanais, en effet, les deux villages sont distincts. Jusqu'en 1902, la commune s'appelait Gourdan-Polignan-Seilhan, à cette date, Seilhan est devenu une commune indépendante.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'unité urbaine de Montréjeau située au sud de Montréjeau, à la confluence de la Neste et de la Garonne au pied des Pyrénées, dans le Comminges en Nébouzan, à 14 km au sud-ouest de Saint-Gaudens. Elle est limitrophe du département des Hautes-Pyrénées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Gourdan-Polignan est limitrophe de six autres communes dont deux dans le département des Hautes-Pyrénées.

Carte de la commune de Gourdan-Polignan et des communes avoisinantes.
Communes limitrophes de Gourdan-Polignan[1]
Montréjeau Ausson
Mazères-de-Neste
(Hautes-Pyrénées)
Gourdan-Polignan[1] Huos
Tibiran-Jaunac
(Hautes-Pyrénées)
Seilhan

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est longée par la Garonne, elle sert de frontière naturelle dans sa partie ouest avec la commune de Mazères-de-Neste et dans sa partie nord avec la commune de Montréjeau.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 526 hectares ; son altitude varie de 411 à 635 mètres[2].

Le point culminant de la commune est le Picon Garros.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Gare de Montréjeau-Gourdan-Polignan.

Accès avec la route nationale 125 et par l'autoroute A64 sortie no 17 et l'ex-route nationale 117, maintenant D 817.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Déjà occupé durant la Préhistoire au Magdalénien (présence humaine avérée dans le site de la grotte de l'Éléphant), le site de Gourdan-Polignan connut une occupation romaine avec les domaines de Gordius et de Paulinius. On peut imaginer que le domaine de Gordius se trouvait au lieu-dit « le Bazert » où fut trouvée une représentation de Baeserte, dieu à tête de sanglier du panthéon gallo-romain, et où sont signalés des vestiges de villa vers l'actuel rond-point de l'échangeur de la nouvelle autoroute près de la colline du bois d'Huos[réf. nécessaire].

Une hypothèse plus hasardeuse fait situer le domaine de Paulinius vers l'actuelle place de la prairie. Cette éminence proche de la Garonne permettait de contrôler le passage. En ce lieu, on peut encore voir une tour ronde du XIe siècle attestant de l'ancienneté de l'occupation de l'endroit. Le chemin qui relie le LGT-LP Paul-Mathou à la gare se nomma longtemps « le chemin de ronde »[réf. nécessaire].

Place de la Prairie en 1716.

La carte dressée en 1716 par Hypolite Matis et conservée aux archives des Yvelines permet de constater qu'à cette époque depuis le pont de Montréjeau jusqu'au moulin d'Huos il n'y avait aucune construction le long de la Garonne et que les seuls bâtiments - à part deux maisons à droite du pont - étaient le couvent des Cordeliers, la chapelle, la tour de la place de la Prairie et quelques maisons dispersées autour. Nous pouvons grâce à cette carte affirmer que le Polignan de l'époque se concentrait sur la place devant le lycée actuel.

Messire François de Lapaste est attesté comme seigneur de Polignan en 1659 (sentence du 7 juillet au Parlement de Toulouse).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gourdan-Polignan Blason Coupé : au premier d'argent au lévrier rampant de sable, la tête contournée, colleté du champ, surmonté d'une étoile et accosté en chef de deux autres, le tout d'or, au 2e d'azur à la roue de sainte Catherine d'or surmontée d'une branche de laurier de sinople posée en fasce.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Gourdan-Polignan

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes des Pyrénées Haut-Garonnaises et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Gourdan-Polignan faisait partie de l'ex-canton de Barbazan).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 2004 René Arnaud PS  
2004 2008 Edmond Sarthou    
mars 2008 2014 Serge Launay    
2014 En cours Patrick Saulneron DVG commerçant

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 1 208 habitants[Note 1], en diminution de 9,38 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8558088119431 1171 1891 3051 3631 366
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2631 3061 3951 2721 6141 7241 6821 5021 510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1401 0679981 0211 3661 2141 2781 3221 482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 5311 6641 6561 3941 2211 1941 3311 3331 208
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 40 63 82 104 121 128 126 134
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gourdan-Polignan fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède une école maternelle, une école élémentaire, un Centre de Formation d'Apprentis (CFA), un lycée général, lycée technique, lycée professionnel, le lycée Paul-Mathou.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Médiathèque, comité des fêtes, vide grenier,

Médiathèque et maison des associations de Gourdan-Polignan

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Club de football. chasse, pétanque, ville d'accueil de la semaine fédérale internationale de cyclotourisme en 1975,

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le site Natura 2000 Chaînons calcaires du Piémont Commingeois est classé en zone spéciale de conservation depuis 2007 ; avec une superficie de 6 198 hectares, il s'étend sur une partie de la commune de Gourdan-Polignan[13].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Un canal alimente une micro-centrale hydroélectrique[14].


Construite en 1977, la station d'épuration a été réhabilitée en 2016[15],[16].


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La grotte de l'Éléphant[modifier | modifier le code]

La grotte de l'Éléphant ou grotte de Gourdan est située sur le versant ouest de la colline du Bouchet. Elle est classée monument historique en 1956[17]. Elle a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles. Les premières ont été réalisées entre 1871 et 1874 par Édouard Piette[18]. Elle a livré de très nombreux vestiges de mobilier préhistorique correspondant à trois périodes successives, l'Aurignacien, le Magdalénien et l'Azilien. Il s'agit également d'une grotte ornée puisque des figurations pariétales y ont été découvertes en 1989[19].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Yoan Rumeau, Le Lycée Paul-Mathou, histoire et mémoires, Gourdan-Polignan : Lycée Paul-Mathou, 2013 (31-Montréjeau : Impr. Fabbro) - 1 vol. (103 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 24 cm.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « PLAN GOURDAN-POLIGNAN - Plan, carte et relief de Gourdan-Polignan 31210 », sur www.cartesfrance.fr (consulté le 2 décembre 2018)
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031261.html.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - FSD Natura 2000 - FR7300885 - Chaînons calcaires du Piémont Commingeois - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 25 novembre 2018)
  14. a et b « Inondation : les sinistrés se mobilisent », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018)
  15. « Des travaux dans la station d'épuration », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  16. « La station d'épuration clean », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  17. « Grotte de l’Éléphant », notice no PA00094345, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Édouard Piette, « ? », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, vol. 10,‎ , p. 279-296.
  19. Virmont Jacques, Gallia Informations, 1989 pp. 94-95 : fig. 21.
  20. a et b « Gourdan-Polignan site officiel », sur gourdanpolignan.puzl.com (consulté le 29 novembre 2018)
  21. « http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00094346 », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 29 novembre 2018)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.