Sainte-Marie (Hautes-Pyrénées)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sainte-Marie
Sainte-Marie (Hautes-Pyrénées)
Entrée du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Intercommunalité Communauté de communes Neste Barousse
Maire
Mandat
André Duran
2014-2026
Code postal 65370
Code commune 65391
Démographie
Population
municipale
65 hab. (2017 en augmentation de 80,56 % par rapport à 2012)
Densité 232 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 21″ nord, 0° 37′ 15″ est
Altitude Min. 459 m
Max. 478 m
Superficie 0,28 km2
Élections
Départementales Canton de la Vallée de la Barousse
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Marie

Sainte-Marie, selon la dénomination officielle, ou Sainte-Marie-de-Barousse, est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Avec seulement 28 hectares, Sainte-Marie est la plus petite commune de la région Occitanie et la sixième plus petite commune de France en superficie[1],[2]. Située en Barousse, elle est limitrophe du département de la Haute-Garonne et son territoire se trouve dans la vallée de la Garonne, en rive gauche du fleuve. La commune est traversée par le ruisseau de Gouhouron.

Le village de Sainte-Marie proprement dit a été partagé (pendant la Révolution[réf. souhaitée]) entre trois communes et deux départements :

La chapelle à l'origine du nom du village est d'ailleurs située sur le territoire de Bagiry.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie est limitrophe de quatre autres communes, dont deux dans le département de la Haute-Garonne.

Carte de la commune de Sainte-Marie et des proches communes.


Communes limitrophes de Sainte-Marie[3]
Bagiry (Haute-Garonne)
Siradan Sainte-Marie[3] Ore (Haute-Garonne)
Saléchan

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Données climatiques à Sainte-Marie.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 2 4 6 9 13 15 15 12 9 4 2 7,7
Température moyenne (°C) 5,2 5,6 8,4 10,1 13,8 17,8 18,6 18,8 16,4 13,5 7,5 5,5 11,8
Température maximale moyenne (°C) 10 11 14 15 19 22 25 25 23 19 14 11 17,3
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 98,6 63,3 99 108,2 137 87,1 72,6 70,5 69,5 81,9 101,4 97,4 1 086
Source : Climatologie mensuelle à la station de Lannemezan / Campistrous de 2000-2010


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par la route départementale D 161.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Sainte-Marie a l'est de Mauléon-Barousse

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[4] qui rapporte comme dénomination historique du village : Ste Marie, à la fin du XVIIIe siècle, sur la carte de Cassini.

Nom occitan : Senta Maria.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la révolution, il n'y a qu'une paroisse regroupant les trois villages de Bagiry, Siradan & Ste-Marie, dépendant du diocèse de Saint-Bertrand-de-Comminges. Elle est dénommée soit Bagiry, soit Siradan, soit avec les deux noms, parfois associés à Ste-Marie.

Entre 1681 et 1792, les registres paroissiaux conservés aux archives départementales de la Haute-Garonne pour la paroisse de Bagiry recensent également les baptêmes, mariages et sépultures de St-Pierre-du-Louga (ou St-Pé) de Siradan et de Ste-Marie, souvent dénommée Ste-Marie-des-Vignes, fréquemment citées comme des paroisses annexes de celle de Bagiry[5]. Ce n'est qu'à partir de 1793, début de l'état-civil républicain que des registres distincts seront tenus pour chacune des trois communes.

Un point est effectué par le curé Sarrieu à la fin des registres de 1764[6] :

« Je déclare que quoiqu'il y ait trois villages dans la présente paroisse, il n'y a cependant que deux églises parce que la communauté de Siradan et celle de Ste Marie ont l'église en commun et que l'église de St Pierre dont on trouvera qu'il est fait mention dans les présents registres a été l'église paroissiale des dites communautés et alors celle de Ste Marie n'était qu'une chapelle de dévotion. L'église de St-Pierre étant tout à fait champêtre, Mgr l'évêque lors de sa visite transféra les services de paroisse à la chapelle de Ste Marie qu'il érigea en église paroissiale et interdisit celle de St Pierre à dire pour les obsèques des grands corps attendu qu'il n'y avait point de place pour faire un cimetière dans celle de Ste Marie. On trouvera dans le cours des présents registres que tous les grands corps de Siradan et Ste Marie sont ensevelis dans le cimetière de St Pierre et les enfants des communautés et baptêmes sont faits à Ste Marie aussi bien que les enterrements de ceux étant morts. »

Selon la tradition orale[7], la paroisse de Sainte-Marie aurait abrité, avant la Révolution française, un couvent et une école fondés par un certain père de Buch, dans une grande bâtisse carrée, encore visible aujourd'hui. Les moines de ce couvent ayant préféré s'exiler en Espagne plutôt que de prêter serment à la Constitution civile du clergé, ce serait par mesure de rétorsion que le village aurait été coupé en trois, la chapelle et l'ancien couvent étant rattachés à la commune de Bagiry et à la Haute-Garonne[réf. souhaitée]. Cette thèse est rendue plausible par le cadastre napoléonien de Bagiry de 1831, où les bâtiments qui correspondraient à cet ancien couvent sont indiqués en grisé comme tous les édifices ayant un caractère religieux[8].

Sainte-Marie en 1833[modifier | modifier le code]

Plan de masse des cultures en 1833.

Le cadastre napoléonien dressé en 1833 et conservé aux archives départementales des Hautes-Pyrénées indique que la commune a, dès cette époque, son découpage actuel[9]. Le procès-verbal dressé préalablement par le géomètre délimitateur Dartigalongue en 1830 indique la mention suivante : « L'enclave de Caubet ou de Mayroue contenant environ 15 hectares, dépendante de la commune de Ste-Marie, qui se trouve enclavée dans le territoire de Siradan sur la limite de Thèbe doit être réunie de préférence à la commune de Siradan à cause de sa position topographique. »[10]. Cette simple décision du géomètre a privé Sainte-Marie de plus du tiers de sa superficie.

Ce plan cadastral apporte un certain nombre d'informations sur la commune de l'époque. Toutes les habitations sont regroupées dans le village situé à l'extrême nord-ouest, à l'exception du moulin implanté sur un canal parallèle à la Garonne. Ce moulin existe encore aujourd'hui mais n'est plus en activité.

Pour chaque parcelle est indiqué le type de culture pratiqué. Les terrains proches des habitations sont réservés aux jardins et surtout à des vergers couvrant à peu près un quart du territoire. Les terres labourables occupent environ la moitié du territoire mais sont divisées en deux par une large bande de prés de fauche. Quelques pâtures se trouvent le long de la Garonne. Ces dernières doivent correspondre aux pâtures communales décrites dans le procès-verbal de délimitation[10].

On ne trouve pas de vignes sur le territoire de la commune, celles-ci étant alors situées au-dessus du village sur la commune de Bagiry[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1959 Jean-Marie Dutrey    
1959 1967 Urbain Larrieu    
juillet 1967 mars 2014 André Espagno PS Artisan
mars 2014 En cours André Duran   Syndicaliste, retraité de Pechiney

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie fait partie de la communauté de communes Vallée de la Barousse, créée en , qui réunit vingt-cinq communes.

À partir du , elle rejoint la nouvelle communauté de communes Neste Barousse[11].

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2017, la commune comptait 65 habitants[Note 1], en augmentation de 80,56 % par rapport à 2012 (Hautes-Pyrénées : -0,14 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8598857810494957688
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
756760615865696938
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
372828202119202012
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
201228373127373145
2017 - - - - - - - -
65--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[17] 1975[17] 1982[17] 1990[17] 1999[17] 2006[18] 2009[19] 2013[20]
Rang de la commune dans le département 474 438 381 398 418 424 450 427
Nombre de communes du département 479 473 473 474 474 474 474 474

La population a atteint un maximum en 1831 avec 104 habitants, puis a baissé périodiquement pour atteindre 12 habitants en 1954 et 1968. Elle a ensuite connu une hausse jusqu'en 2014, avec 45 habitants.

L'augmentation notable dans les chiffres de 2017 s'explique par le rattachement d'une vingtaine de résidents de la maison de retraite Ste-Marie. Cet Ehpad dont les bâtiments sont principalement situés sur la commune de Siradan s'est doté d'une extension sur Sainte-Marie vers 2010[21]. Cette régularisation administrative a été effectuée avec quelques années de retard.

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2016[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La pic Saillant vu depuis Sainte-Marie

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Il n'existe ni église ni cimetière sur le territoire communal.

La chapelle Notre-Dame-des-Vignes située dans le village de Sainte-Marie n'est pas implantée sur la commune de Sainte-Marie, mais sur celle de Bagiry, dans le département voisin de la Haute-Garonne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes : fichier texte, Institut national de l'information géographique et forestière, (lire en ligne).
  2. Liste des communes les moins étendues.
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307).
  5. Conseil Départemental de la Haute-Garonne, « Archives départementales de la Haute-Garonne - État civil en ligne », sur archives.haute-garonne.fr (consulté le 24 octobre 2015)
  6. Conseil Départemental de la Haute-Garonne, « Archives départementales de la Haute-Garonne - copie du greffe : AD31 Bagiry BMS 1751-1790 vue 32/350 », sur archives.haute-garonne.fr (consulté le 24 octobre 2015)
  7. Rapporté par la doyenne du village (M.E.S.), en 2015.
  8. a et b Bosc, « Cadastre de Bagiry », sur archivesenligne.haute-garonne.fr, (consulté le 7 novembre 2015)
  9. Duclos et Lartigue, « Cadastre de Sainte-Marie », sur www.archivesenligne65.fr, (consulté le 24 octobre 2015)
  10. a et b Dartigalongue, géomètre délimitateur, « Procès-verbal de délimitation de la commune de Sainte-Marie », sur archivesenligne65.fr, Archives Départementales des Hautes-Pyrénées, (consulté le 30 janvier 2016)
  11. Fiche BANATIC
  12. « Liste des juridictions compétentes pour Sainte-Marie (Hautes-Pyrénées) », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. « Photos aériennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 10 janvier 2020)
  22. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 janvier 2017).