Ferrère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec Ferrere, commune italienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrère (homonymie).
Ferrère
Le village de Ferrère.
Le village de Ferrère.
Blason de Ferrère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Canton La Vallée de la Barousse
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de la Barousse
Maire
Mandat
Jean-Louis Ousset
2014-2020
Code postal 65370
Code commune 65175
Démographie
Population
municipale
48 hab. (2014)
Densité 0,83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 57′ 15″ nord, 0° 32′ 15″ est
Altitude 696 m
Min. 667 m
Max. 2 122 m
Superficie 57,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Ferrère

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Ferrère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ferrère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ferrère

Ferrère est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Ourse de Ferrère au nord-est du village.

La commune de Ferrère se trouve dans les Pyrénées françaises, en Barousse, à l'est du département des Hautes-Pyrénées. Elle est arrosée par l'Ourse de Ferrère.

Limitrophe du département de la Haute-Garonne (communes de Bourg-d'Oueil, Cirès et Caubous), la commune est desservie par la route départementale 925, dont elle représente le terminus au lieu-dit Granges de Crouhens. Une route vicinale continue jusqu'au port de Balès à 1 755 mètres d'altitude, permettant l'accès à la vallée d'Oueil.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ferrère est limitrophe de douze autres communes, dont trois dans le département de la Haute-Garonne. Parmi elles, la commune de Caubous n'est limitrophe au sud-ouest de Ferrère que par un simple quadripoint, au Cap de Pouy Pradaus.

Carte de la commune de Ferrère et des proches communes.
Communes limitrophes de Ferrère
Nistos Sacoué Ourde
Sarrancolin,
Ardengost,
Jézeau
Ferrère Esbareich
Bareilles Bourg-d'Oueil
(Haute-Garonne),
Cirès
(Haute-Garonne)
Sost,
Caubous
(Haute-Garonne)

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[1] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Étymologie : gascon herrèra/harrèra, latin vulgaire ferraria (= mine de fer ou forge où l’on traitait le minerai de fer local).

Nom occitan : Harrèra.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier de gueules à la tour d'argent, maçonnée, ouverte et ajourée de sable sur une terrasse de sinople surmontée d'une flèche d'argent posée en barre, au second d'azur à la brebis d'argent paissant sur une terrasse de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ferrère fait partie de la communauté de communes Vallée de la Barousse, créée en décembre 1995, qui réunit vingt-cinq communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
    Jean-Pierre Lamolle    
1983 (réélu en mars 2014) en cours Jean-Louis Ousset    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 48 habitants, en diminution de -12,73 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
239 285 324 245 415 447 461 509 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
395 447 450 443 437 511 448 462 372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
378 318 327 247 203 173 170 125 115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
103 100 64 57 50 55 51 57 48
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]