Saint-Arcons-d'Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Arcons-d’Allier
Saint-Arcons-d'Allier
Pont, arbres et village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
Jean-Michel Durand
2020-2026
Code postal 43300
Code commune 43167
Démographie
Population
municipale
191 hab. (2019 en diminution de 6,83 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 09″ nord, 3° 33′ 02″ est
Altitude Min. 498 m
Max. 1 045 m
Superficie 16,08 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Langeac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Arcons-d’Allier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Arcons-d’Allier
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Arcons-d’Allier
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Arcons-d’Allier

Saint-Arcons-d'Allier est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est bordée par les gorges de l'Allier.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Arcons-d'Allier est dans la partie ouest de la Haute-Loire, à 17 km du Cantal à l'ouest. Langeac est à 5 km (à vol d'oiseau) au nord-ouest[1] (6 km par la route D585[2]) : sa préfecture Le Puy-en-Velay est à 25 km (à vol d'oiseau) à l'est[1] (34 km par la route D590[2]) ; Saint-Flour (Cantal) à 35 km (à vol d'oiseau) à l'ouest (58 km par les routes D590 et D990[2]) ; Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) à 83 km au nord-ouest[1] (34 km par la route D590[2]).

Toute la commune (16,1 km2) est en rive droite (côté nord-est) de l'Allier, plus précisément des gorges de l'Allier[1].

Le parc naturel régional (PNR) du Livradois-Forez commence à 8 km au nord (commune de Sainte-Eugénie-de-Villeneuve), le PNR des Monts d'Ardèche à 33 km au sud-est, le PNR de l'Aubrac à 38 km au sud-ouest, le PNR des Volcans d'Auvergne à 40 km au nord-ouest[1].

Le 45e parallèle nord passe à Bavat et à 190 m au nord de la croix de chemin de Bonneval[3].

Relief[modifier | modifier le code]

La commune est sur le bord nord-ouest du Devès[4] Le point le plus haut sur la commune est au mont Briançon en bordure nord-ouest, à 1 045 m d'altitude. Le point le plus bas est l'endroit où l'Allier sort de la commune, à 500 m d'altitude[1].
La limite sud-ouest de la commune est marquée par les gorges de l'Allier. Les monts de la Margeride commencent de l'autre côté de l'Allier, en rive gauche[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et villages[modifier | modifier le code]

La commune compte 7 hameaux, avec du nord au sud :

Navat ; le Jarrisson ; Bavat ; Bonneval ; Beaune ; Vergeat ; Rognac[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les gorges de l'Allier marquent la limite sud-ouest de la commune avec Chanteuges ; Saint-Arcons n'inclut donc que la rive droite de cette rivière, sur 2,8 km puis 510 m (l'Allier fait une incursion sur le territoire de Chanteuges avant de revenir en bordure de Saint-Arcons pour un-demi km)[1].

Sur la commune, l'Allier, qui coule du sud-est au nord-ouest, reçoit le Merdanson, la Fioule[1] (parfois appelée le Javour[5]), un petit ru saisonnier provenant des Combes Basses et un autre petit ru saisonnier provenant du village de Navat (commune de Saint-Arcons)[1].

La Fioule à sa confluence avec l'Allier. Vue vers le sud.

La Desges conflue avec l'Allier en face du bourg de Saint-Arcons, sur la commune de Chanteuges[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

On trouve des coulées de basaltes alcalins, une formation volcanique villafranchienne (5,2 à 1,2 ± 0,9 Ma) et récente[6] (2β2, en mauve sur la carte géologique), sur pratiquement toute la périphérie de la commune sauf au nord-est (mont Briançon) et sur les 1,75 km de limite de commune au sud-ouest qui ne sont pas marqués par l'Allier[3]. Certains empilements de coulées dépassent les 150 m d'épaisseur[7].
Cantagrel et Prévot (1971[8]) ont montré qu'à Saint-Arcons les coulées de basalte[9] superposées ayant envahi la vallée de l'Allier ont enregistré successivement : - coulée (1) : la fin de l'époque Gauss où la polarité est normale ; - coulée (2) : une période à polarité inverse (qui fait partie de la période d'inversion du champ magnétique terrestre dite Gauss-Matuyama (en) ou époque Matuyama, où la polarité inverse est dominante) - coulée (3) : épisode de Jaramillo (en) (qui fait partie de la période d'inversion de Gauss-Matuyama (en) ou époque Matuyama) ; - coulée (4) : période de Brunhes (une période à polarité normale)[10].

Typiques de la région du Haut-Allier, les formations cristallophylliennes[n 1] affleurent de façon prépondérante[11], dont deux formations cristallophylliennes[n 1] allochtones[12] : des gneiss anatectiques[12] (ζM, en jaune orangé, au nord du Jarrisson[3]) et des leptynites[13] (λ, en jaune, vers Navat et Bonneval[3]).

Trois bandes orientées sud-ouest / nord-est[3] de micaschistes à grenat, sillimanite et staurotide[14] (ζ2, en vert[3]) alternent avec deux bandes de leptynites à biotite[15] (ζλ, en vert-jaune[3]) qui affleurent principalement à la périphérie du granite de la Margeride[15]. Ces deux formations sont des roches cristallophylliennes autochtones[15].
Ces bandes sont interrompues par plusieurs surfaces plus ou moins circulaires dispersées sur la commune, faites de pyroclastites de cône strombolien[16] (tf β, en marron[3]) : au mont Briançon (pour une surface totale de environ 232 ha, dont 152 ha sur Saint-Arcons[3]) ; au sud de Navat (entre Navat et Bonneval, 53 ha) et plus près de Bonneval (2,5 ha) ; au sud de Bavat (28 ha) ; et au nord de Saint-Arcons / Vergeat (102 ha), seule surface de pyroclastites dont le contour n'est pas totalement circulaire[3].
Des tufs et brèches sous coulée ou de saupoudrage[16] (tf)[3] sont présentes à l'ouest de Rognac (64 ha).

Un petit affleurement de métadiorite[17] — ou diorite métamorphisée[n 2] — (ζη, en marron foncé) se trouve en bordure de l'Allier, dans la partie basse des flancs de vallée du Merdanson[3] ; sa particularité est de recéler des lentilles métriques d'amphibolites[17],[18]11, en gris-vert[3]), associées à des coulées basaltiques[17]. La carte indique la présence de péridotites[19] (π) sur un point de cet affleurement[3].

Les fonds de vallée en eau portent des chenaux d'alluvions, anciennes (Fy, en gris[3], Quaternaire moyen et supérieur) ou mélangées avec des alluvions plus récentes (Fy-z), à dominante de sables et de graviers[20].

Deux failles orientées nord-sud affectent une bonne partie de ces roches - mais pas les basaltes (2β2) ni les pyroclastites (tf β), ni bien sûr les alluvions de fond de vallée[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Arcons-d'Allier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[21],[I 1],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Langeac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 14 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (38 %), forêts (36,2 %), prairies (19,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 142, alors qu'il était de 141 en 2013 et de 139 en 2008[I 4].

Parmi ces logements, 55,8 % étaient des résidences principales, 28,1 % des résidences secondaires et 16,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,1 % des appartements[I 5].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Saint-Arcons-d'Allier en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (28,1 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 91,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (88,5 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 6].

Le logement à Saint-Arcons-d'Allier en 2018.
Typologie Saint-Arcons-d'Allier[I 4] Haute-Loire[I 7] France entière[I 8]
Résidences principales (en %) 55,8 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 28,1 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 16,1 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Entrée de l'abri du Rond
et ses abords

L'abri du Rond est dans le sud de la commune en rive droite du ruisseau de la Fioule (aussi appelée le Javour), à environ 1 km avant la confluence de ce dernier avec l'Allier[1]. Il est orienté au sud[24], au pied de grandes coulées volcaniques[5] formant « une superbe colonnade de prismes basaltiques signalée depuis longtemps par les premiers naturalistes qui ont étudié les formations volcaniques de l'Auvergne »[24] (le dessin de l'entrée, ci-contre, montre les reliefs en draperie de ces coulées).

Il est connu depuis le XIXe siècle : l’entrée, masquée par des faisceaux de prismes basaltiques éboulés, est dégagée lorsque ces basaltes sont prélevés pour construire un mur de défense contre les crues de la Fioule[24]. Le propriétaire d'alors est Adrien Boissier, qui a déjà enlevé une centaine de chariots du remplissage archéologiquement riche du talus avant que Vernière ne passe opportunément sur les lieux lors d'une excursion et n'alerte Boule[24]. Ces derniers publient leurs fouilles dans l'abri en 1899[25].

« Coupe schématique de l'abri du Rond » (Boule & Vernière, 1899[26])
Stratigraphie

Boule et Vernière (1899) fouillent ce qui reste du talus après les prélèvements pour amendement par le propriétaire. Précisant que cette location a été préservée par la chute des colonnes basaltiques récemment enlevées, ils en donnent une stratigraphie extrêmement simplifiée (voir aussi leur schéma ci-contre) :

- A : cailloutis, 60 cm d'épaisseur, stérile[26]. - B : cailloutis, 50 cm d'épaisseur, nombreux os d'un grand Bos, d'un grand Equus et des dents d'ours[26]. (Moustérien[27] ?) - C : couche archéologique d'aspect noirâtre et onctueux, très nombreux restes organiques, pierres taillées, éclats de silex et ossements brisés, plusieurs foyers[26]. - D : éboulis[26].

Moustérien

Pour Raynal (1988), l'existence d'une industrie moustérienne ne fait aucun doute[28]. Les géologues Marchand et al. (1989) sont plus pudents : une industrie sur quartz et basalte serait moustérienne[29].

Protomagdalénien

H. Delporte (1982[30]) a signalé « la très grande parenté de cette industrie [protomagdalénienne] avec les niveaux correspondants de l'abri Pataud et de Laugerie-Haute », seuls gisements où le Protomagdalénien a été signalé[31].

Sites proches

Le site de Tatevin, sur Chanteuges à 1 km en aval du pont de la D30 sur l'Allier à Saint-Arcons, est lui aussi connu depuis longtemps. Il comprend plusieurs grottes et cavités rocheuses en rive droite de l'Allier. Il a livré du matériel de la fin du Magdalénien, dont de l'outillage microlitique (Virmont, Guérin et Daugas, 1972[32])[29].
L'abri sous roche de Blassac[29] (17 km au nord-ouest à vol d'oiseau, également en bord d'Allier[1]) a livré une industrie de la fin du Magdalénien dans son remplissage le plus récent ; et du Moustérien dans les couches les plus anciennes (Alaux, 1972[33])[29].
L' abri du Blot à Cerzat (15 km au nord-ouest par route) a livré une industrie du Paléolithique supérieur[29].

Ne pas confondre avec le Rond-du-Barry, site moustérien, badegoulien, magdalénien, mésolithique sur Polignac (Haute-Loire).

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom d'Arcons-sur-Allier[34].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'hôtel « Les Deux Abbesses »[35]

À la fin des années 1970, Saint-Arcons d'Allier est une commune en déshérence. La plupart des maisons tombent en ruines. Afin de faire face à cette situation, les élus de la commune imaginent de se servir du bâti comme support d'une activité touristique. Ils se lancent dans des campagnes de grands travaux subventionnés : création et enfouissement des réseaux, réfection de la voirie, sauvetage du château (propriété du maire de l'époque) et acquisition progressive des maisonnettes du village.

Jean-Paul Dienst, fut l'un des architectes-urbanistes qui a pu, grâce Mme Geneviève Fustier, maîtriser sa thèse de restauration et de développement du village, ce à partir du château. Le projet de diplôme d'architecte d.p.l.g. soutenu en 1983 à Paris-Villette, a été précédé de nombreux séjours soit au gîte soit au petit hôtel situé à l'entrée du tunnel ferroviaire. Plus tard, avec ses étudiants (puisqu'il développe son activité dans la formation de futurs architectes), il organise des stages permettant à ses futurs confrères de se confronter à la réalité du terrain - y compris le défrichage de ruines afin de mieux cerner "le théâtre d'opération" et l'indispensable relevé de "l'existant". De cette action se sont développées des esquisses d'aménagement de chambres/studios aux salles de bains confortables, fournissant aux futurs occupants une base confortable pour les activités de découverte des environs (à pied, à vélo, à cheval, en canoë). Les visiteurs peuvent suivre le cours de la Fioule, petit affluent de l'Allier, parfois le franchir à l'occasion d'un gué pour se rapprocher des formations de basalte… Les projets se succèdent : base nautique, village vacances, gîtes, jusqu'à un improbable hôtel dont les chambres seraient réparties dans les maisonnettes restaurées.

En 1999, grâce à la foi et aux investissements de Laurence Perceval, le projet prend corps, un hôtel de luxe soutenu par un environnement naturel exceptionnel. Dès la sixième année, cet hôtel pionnier du tourisme de luxe à la campagne s'étant développé grâce à la création de nouvelles chambres aux univers innovants et décalés, imaginés par Laurence Perceval, intègre l'association des Relais & Châteaux. Des hôtes du monde entier comme des Japonais, des Chinois, des Russes, des Américains composent désormais pour moitié la clientèle.

Au bout de dix saisons, l'objectif de création d'une entreprise locale est atteint avec près de 25 emplois saisonniers (de Pâques à Toussaint), une activité induite vers les entreprises locales, liées à la réhabilitation permanente de nouveaux bâtiments, comme aux approvisionnements du restaurant et des services externalisés de l'hôtel.

En 2013, Laurence Perceval ferme les portes de cet établissement.

La commune était en région Auvergne jusqu'à passer dans la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes en 2016.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Arcons-d'Allier est membre de la communauté de communes des Rives du Haut Allier[I 9], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Langeac. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[36].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Brioude, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 9].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 9], et de la deuxième circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[37].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 28 août 2014)
Jean-Michel Durand[38]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[40].

En 2019, la commune comptait 191 habitants[Note 3], en diminution de 6,83 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
599552603604598582608618614
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
645620642604587614602589552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
534549529506509456425379336
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
329279245203187164180182202
2017 2019 - - - - - - -
189191-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,4 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 90 hommes pour 100 femmes, soit un taux de 52,63 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (50,87 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
4,0 
6,7 
75-89 ans
10,1 
25,6 
60-74 ans
20,2 
20,0 
45-59 ans
19,2 
14,4 
30-44 ans
16,2 
17,8 
15-29 ans
10,1 
15,6 
0-14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 84 ménages fiscaux[Note 4], regroupant 196 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 520 [I 12] (20 800  dans le département[I 13]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 14] 6,8 % 5,9 % 5,3 %
Département[I 15] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 16] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 115 personnes, parmi lesquelles on compte 69,3 % d'actifs (64 % ayant un emploi et 5,3 % de chômeurs) et 30,7 % d'inactifs[Note 5],[I 14]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et département, alors qu'en 2008 il était supérieur à celui du département et inférieur à celui de la France.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Langeac, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 17]. Elle compte 32 emplois en 2018, contre 32 en 2013 et 35 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 74, soit un indicateur de concentration d'emploi de 43,2 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 51,6 %[I 18].

Sur ces 74 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 26 travaillent dans la commune, soit 35 % des habitants[I 19]. Pour se rendre au travail, 70,3 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,4 % les transports en commun, 4,1 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 24,3 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le musée du Fer-blanc. Ce musée a été créé grâce au don d'une exceptionnelle collection appartenant à l'abbé Paul Bidault, prêtre au Mans (Sarthe). La diversité des objets en fer-blanc exposés est d'un grand intérêt dans les domaines ethnographique et ethnologique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Une formation cristallophyllienne est une formation cristalline à structure feuilletée. Voir « Cristallophyllien », définition, sur universalis.fr (consulté en ).
  2. Une métadiorite est une diorite métamorphisée, autrement dit transformée par métamorphisme. Voir « Métadiorite », sur data.geoscience.fr.
Notes sur la démographie et l'urbanisme
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  4. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  5. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Saint-Arcons-d'Allier » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Saint-Arcons-d'Allier - Section LOG T2 » (consulté le ).
  6. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Saint-Arcons-d'Allier - Section LOG T7 » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Saint-Arcons-d'Allier » (consulté le ).
  10. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Arcons-d'Allier (43167) », (consulté le ).
  11. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  12. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Saint-Arcons-d'Allier » (consulté le ).
  13. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  14. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Saint-Arcons-d'Allier » (consulté le ).
  15. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  16. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  18. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Saint-Arcons-d'Allier » (consulté le ).
  19. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  20. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o « Saint-Arcons-d'Allier, carte IGN interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. a b c et d « Saint-Arcons-d'Allier », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  3. a b c d e f g h i j k l m n o et p « Saint-Arcons-d'Allier, carte géologique interactive » sur Géoportail.
  4. [Pastre 2001] Jean-François Pastre, « L'impact du volcanisme du Devès sur l'évolution morpho-sédimentaire plio-quaternaire de la haute vallée de l'Allier (Massif central, France) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 7, no 2,‎ , p. 127-136 (lire en ligne [sur persee]), p. 129, fig. 1.
  5. a et b Boule & Vernière 1899, p. 386.
  6. [Marchand et al. 1989] Jacques Marchand, Robert Bouiller, Jean-Pierre Burgh, Guy Cornen, D D'arcy, Jean-François Becq-Glraudon et Christian Vautrelle, Notice explicative de la carte géologique au 1/50 000 « Langeac » no 790, Orléans, BRGM, , 57 p. (ISBN 2-7159-1790-2, lire en ligne [PDF] sur ficheinfoterre.brgm.fr), p. 28.
  7. Pastre 2001.
  8. [Cantagrel & Prévot 1971] Jean-Marie Cantagrel et Michel Prévot, « Paléomagnétisme et âge potassium-argon des basaltes du Devès aux environs de Saint-Arcons-d'Allier (Massif central) », Comptes-rendus de l'Académie des Sciences de Paris, vol. 273, série B,‎ , p. 261-264. Cité dans Marchand et al. 1989, p. 26.
  9. Marchand et al. 1989, p. 25.
  10. Marchand et al. 1989, p. 26.
  11. Marchand et al. 1989, p. 6.
  12. a et b Marchand et al. 1989, p. 15-18.
  13. Marchand et al. 1989, p. 18.
  14. Marchand et al. 1989, p. 12.
  15. a b et c Marchand et al. 1989, p. 11.
  16. a et b Marchand et al. 1989, p. 29.
  17. a b et c Marchand et al. 1989, p. 14.
  18. Marchand et al. 1989, p. 19.
  19. Marchand et al. 1989, p. 21.
  20. Marchand et al. 1989, p. 32.
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. a b c et d Boule & Vernière 1899, p. 387.
  25. [Boule & Vernière 1899] Marcellin Boule et Antoine Vernière, « L'Abri sous roche du Rond, près Saint-Arcons d'Allier, Haute-Loire », L'Anthropologie, t. 10,‎ , p. 385-396 (lire en ligne [sur gallica]).
  26. a b c d et e Boule & Vernière 1899, p. 388, fig. 3.
  27. Boule & Vernière 1899, p. 394.
  28. [Raynal 1988] Jean-Paul Raynal, « L'abri du Rond (Saint-Arcons, Haute-Loire) » (Conférence Le Puy-en-Velay, 8 et 9 octobre 1988 : « Les peuplements paléolithiques du Massif central : éléments de stratigraphie et de climatologie »), Project: Espaces et subsistance au Paléolithique ancien et moyen dans le Massif central (France), vol. : Livret-guide des excursions,‎ (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté en ).
  29. a b c d et e Marchand et al. 1989, p. 40.
  30. [Delporte 1982] Henri Delporte, « A propos du Blot : méthodologie et épistémologie de l'habitat au Paléolithique supérieur » (Actes du colloque international en hommage au prof. Leroi-Gourhan, Roanne-Villerest, 22-24 juin 1982), Les habitats du Paléolithique supérieur,‎ , p. 152-162. Cité dans Bracco (1991, p. 119).
  31. [Bracco 1991] Jean-Pierre Bracco, « Le Paléolithique supérieur du Velay (Massif Central, France). Habitats, circulations et phases de peuplement », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 88, no 4,‎ , p. 114-121 (lire en ligne [sur persee]), p. 119.
  32. [Virmont, Guérin & Daugas 1972] Jacques Virmont, Yann Guérin, Jean-Pierre Daugas, Alphonse Laborde et Alain Quinqueton, « Tatevin et les gisements des environs de Chanteuges », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 11, nos 3-4,‎ , p. 222-247 (lire en ligne [sur persee]). Cité dans Marchand et al. 1989, p. 40.
  33. [Alaux 1972] J.F. Alaux, « Découverte d'un niveau moustérien dans l'abri sous roche de Blassac », Revue archéolique du Centre, t. 11, nos 1-2,‎ , p. 126-131 (lire en ligne [sur persee]). Cité dans Marchand et al. 1989, p. 40.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Arcons-d'Allier », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  35. « Le sauvetage... »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lesdeuxabbesses.com, hôtel « Les Deux Abbesses » ; « Saint-Arcons-d'Allier - Histoire de la commune »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur langeadois.com, CC du Langeadois.
  36. « communauté de communes des Rives du Haut Allier - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  37. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  38. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  43. « Train touristique des gorges de l'Allier », sur train-gorges-allier.com (consulté en ).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]