Pont Honoré-Mercier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont Mercier, Honoré Mercier, Honoré Mercier (homonymie) et Mercier.
Pont Honoré-Mercier
Vue du Pont Honoré-Mercier
Vue du Pont Honoré-Mercier
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie, Montréal
Commune Kahnawake, Montréal
Coordonnées géographiques 45° 25′ 01″ N 73° 39′ 18″ O / 45.417, -73.655
Fonction
Franchit Fleuve Saint-Laurent
Fonction Pont routier
B138 R-138
Caractéristiques techniques
Type Pont en treillis en acier, Pont en arc en acier
Longueur 1 933,19 m
Largeur 19,8 m
Hauteur 36 m
Matériau(x) Acier et béton
Construction
Construction 1934, 1958, 1963

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Pont Honoré-Mercier

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Pont Honoré-Mercier

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Pont Honoré-Mercier

Le pont Honoré-Mercier est un pont routier qui relie la réserve amérindienne de Kahnawake à la ville de Montréal (arrondissement LaSalle) en enjambant le fleuve Saint-Laurent et sa voie maritime. Il dessert les régions administratives de la Montérégie et de Montréal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le pont est nommé en l'honneur d'Honoré Mercier (1840-1894), qui fut député fédéral, député provincial et Premier ministre du Québec de 1887 à 1891[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pont Honoré-Mercier au coucher du soleil

Le pont du Lac-Saint-Louis[modifier | modifier le code]

La construction du pont du Lac-Saint-Louis s'étale de 1930 à 1934, offrant de l'emploi à des centaines de travailleurs en période de crise. Pour la première fois dans l'histoire un ouvrage important est entièrement conçu par des ingénieurs québécois, tous diplômés de l'École Polytechnique de Montréal (Olivier Lefebvre, Yvan Vallée, J.-A. Beauchemin, Paul Brodeur, J.-A. Brunet, Charles Tremblay, François Valiquette, Armand Léger, Robert Guay, Gérard Lacasse et Henri Lavoie).

Exploit plutôt rare, la construction fut terminée dix mois avant l'échéance. Le pont est inauguré en grandes pompes le 11 juillet 1934 par le Premier ministre du Québec Louis-Alexandre Taschereau. Il s'agit alors du quatrième pont à relier Montréal et la rive-sud, après les ponts Victoria (1860), Saint-Laurent[2] (1887) et Jacques-Cartier (1930).

Construction du deuxième pont[modifier | modifier le code]

La construction de la voie maritime du Saint-Laurent nécessitant un tirant d'air de 36 mètres la section du pont la traversant est reconstruite en 1958 par le gouvernement fédéral[3].

Cette nouvelle structure offre deux voies de circulation dans chaque directions alors que le pont n'en comporte qu'une. En 1963, un second pont, relié au premier, est construit afin de doubler le nombre de voies. L'ouverture du pont Honoré-Mercier donna un nouveau débouché à l'île de Montréal vers le sud. De plus, il réduisit de plusieurs kilomètres la distance à parcourir de Montréal à l'État de New York.

Crise d'Oka[modifier | modifier le code]

Du 11 juillet au 6 septembre 1990 le pont fut bloqué par les Guerriers de Kahnawake en soutien aux Mohawks de Kanesatake lors de la Crise d'Oka, causant d'innombrables problèmes pour les résidents de la région de Châteauguay.

Réfection[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2011, le tablier du pont Mercier est en réfection grâce à des fonds publics versés par le gouvernement fédéral du Canada. La première phase des travaux de réfection du pont Honoré-Mercier s'élève à 66 millions. Un appel d'offre a été lancé pour la deuxième phase des travaux.

Circulation et approches[modifier | modifier le code]

Le pont comporte quatre voies de circulation, soit deux dans chaque direction. Les voies sont séparées par un muret central pour la traversée de la Voie maritime du Saint-Laurent, puis le pont se divise en deux travées distinctes tout juste après avoir atteint le fleuve Saint-Laurent. On estime qu'en moyenne, 75 000 véhicules empruntent le pont chaque jour[4],[5], ce qui représente un total annuel de 27,5 millions de véhicules.

À son extrémité sud-ouest, le pont comporte un échangeur qui permet de le relier aux routes 132 et 138 tant vers l'ouest (vers Châteauguay que vers l'est (vers Sainte-Catherine et Saint-Constant). L'accès au pont par la rive sud est contrôlé par des feux de circulation, afin d'équilibrer le flux de circulation à l'heure de pointe du matin.

À son extrémité nord-est, le pont est relié à l'autoroute 20 par un tronçon autoroutier de la route 138 de deux kilomètres comportant deux échangeurs.

Administration[modifier | modifier le code]

Fait unique au Québec, le pont est géré à la fois par le gouvernement fédéral et par le gouvernement provincial. En effet, la partie sud-ouest du pont, sur 1 031 mètres, soit jusqu'au début de la partie du pont en arc (à la pile 14)[6], est la propriété d'une société d'État fédérale, Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Inc. Le reste du pont (902 mètres[7]) est la propriété du ministère des Transports du Québec, lequel est également responsable des opérations quotidiennes de l'ensemble, y compris de la partie fédérale.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Commission de la toponymie du Québec
  2. Gravel, Denis et Bouchard, Vivianne. LaSalle Then and Now. Cavelier-de-LaSalle Historical Society. 1999.
  3. « Québec pourrait construire un nouveau pont Mercier », sur Radio-Canada.ca,‎ (consulté le 28 juillet 2016)
  4. Ministère des Transports du Québec [1]
  5. Ministère des Transports du Québec [2]
  6. Fédéral vs. Provincial - Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Inc.
  7. « Pont Mercier : 8 ans de travaux tirent à leur fin », sur Radio-Canada.ca,‎ (consulté le 28 juillet 2016)
  8. Collection pont Mercier (P582) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).