Saint-Constant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Constant
Ville Saint-Constant
Saint-Constant
Musée ferroviaire canadien
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Subdivision régionale Roussillon
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Jean-Claude Boyer
2017-2021
Code postal J5A
Constitution
Démographie
Gentilé Constantin, e
Population 27 359 hab. ()
Densité 477 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ nord, 73° 34′ ouest
Superficie 5 730 ha = 57,3 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif (+1) 450
Code géographique 2467035
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Constant
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Constant
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Constant
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Constant
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Constant est une ville de la municipalité régionale de comté de Roussillon en Montérégie au Québec (Canada)[2]. Les habitants de Saint-Constant se nomment les Constantins. La ville est située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent face à Montréal. La population de la ville était estimée à 24 980 citoyens en 2011 (6 000 en 1973). Ville typique de banlieue, elle est surtout résidentielle. La majorité de la population active travaille à Montréal. On y retrouve le musée ferroviaire canadien, le plus important musée des transports sur rail au pays, ainsi qu'une usine à ciment de LafargeHolcim.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lors de la bénédiction de l'église construite par les habitants de la Mission de la côte Saint-Pierre en 1750, on choisit de la dédier à saint Constant afin d'honorer la mémoire du père (prénommé Constant) du révéré Jacques Le Marchand de Lignery, curé de La Prairie, paroisse mère dont fut détachée Saint-Constant en 1744.

Saint Constant, dont la statue le représente en soldat romain, faisait partie, selon Eucher de Lyon, de la Légion thébaine commandée par saint Maurice, légion égyptienne formée de chrétiens et massacrée en Suisse actuelle sur ordre du césar Maximien au temps de l'empereur Dioclétien.

Des doutes s'étant élevés quant à l'historicité de la Légion thébaine, on évoquerait plutôt aujourd'hui Constant d'Ancône, sacristain de l'église Saint-Étienne d'Ancône au Ve siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Roussillon.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'établissement des premiers colons sur le territoire actuel de Saint-Constant, des "François Canadiens" comme on pouvait les appeler à l'époque[3], s'effectue vers 1720 suite à l'occupation progressive des côtes ou concessions Saint-François-Xavier, Saint-Ignace et Sainte-Catherine. L'histoire formelle de Saint-Constant débute en 1744 avec la constitution d'un premier conseil de fabrique devant assurer la construction d'une église et d'un presbytère autour d'une place du village située sur la Côte Saint-Pierre, cette dernière ouverte à la colonisation en 1725. L'église sera consacrée en 1750 en présence du vicaire apostolique de Montréal Normant du Faradon. Avec la côte Saint-Régis ouverte en 1727, la côte Saint-Pierre étaient les principales concessions ouverte à la colonisation par les seigneurs de la seigneurie du Sault-Saint-Louis, créée en 1680 à l'usage et au profit des Amérindiens convertis au catholicisme. En 1750, ces côtes se prolongèrent dans la seigneurie de La Salle[4]. En 1815, le rang Saint-Pierre portait le surnom « Black Cattle Road », soit la route des trafiquants de bestiaux de l'État de New York à Montréal. Situé au centre de l'ancien comté La Prairie, le village de Saint-Constant sera l'unique lieu de votation de 1829 à 1841. Des résidents seront témoins ou prendront part aux rébellions de 1837-1838.

Les structures administratives locales verront le jour à Saint-Constant en 1845 par l'introduction de la municipalité de paroisse et de la commission scolaire. Cependant, le vaste territoire de la paroisse de Saint-Constant était déjà subdivisé en faveur de Saint-Rémi (1840), de Saint-Édouard (1833), et de Saint-Isidore (1833). Ce mouvement se poursuivra avec Saint-Michel (1854), Saint-Mathieu (1919) et Sainte-Thérèse-de-Delson (1932).

Saint-Constant entrera dans la modernité par la construction des chemins de fer du CN et du CP dans le dernier quart du XIXe siècle. L'électrification du village se fera vers 1918 et l'électrification rurale se terminera en 1939. La rue Saint-Pierre se prolongera des montées des Bouleaux et Sainte-Catherine, en direction du boulevard 9C (route 132), vers 1950. Depuis les années cinquante, l'essor de la construction domiciliaire permet à Saint-Constant d'obtenir le statut de ville en 1973.

Annulation de l'élection municipale de 2005

L'élection municipale du dans la municipalité de Saint-Constant, a été annulée le à la suite d'une manœuvre électorale commise par l'équipe de l'ex-maire Gilles Pépin.

Le juge Gilles Mercure de la Cour supérieure du Québec a ordonné l'annulation de l'élection du maire Gilles Pépin et de cinq conseillers membres de son équipe pour avoir dépassé largement le montant des dépenses autorisées pendant la campagne électorale de . Le jugement, daté du , est « exécutoire nonobstant appel », ce qui signifie que la municipalité s'est retrouvée sans conseil municipal, les conseillers restants ne pouvant assurer le quorum. En vertu de  l'article 100 de la loi des cités et villes du Québec, c'est la Commission municipale du Québec, qui a pris en charge de l'administration de la municipalité.

Dans sa décision, le juge Gilles Mercure a donné raison aux citoyens qui ont entrepris le recours en annulation d'élection. La preuve a révélé que l'équipe dirigée par l'ex maire Gilles Pépin avait effectué des dépenses atteignant un peu plus de 53 204 $, soit 15 697 $ de plus (42 %) que le montant maximum auquel elle avait droit. «Le défendeur Pépin ne pouvait ignorer le dépassement et c'est donc à son su et avec son assentiment que la manœuvre électorale frauduleuse a été pratiquée», mentionne le juge Mercure dans le document de 37 pages étayant sa décision[5]. Le , La cour d'appel du Québec a également maintenu le jugement de première instance. La requête en annulation d'élection à Saint-Constant a été la première du genre au Québec. Elle fait donc jurisprudence.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
18 42421 93322 57723 95724 98027 359
Langue maternelle (2006)[8]
Langue Population Pourcentage
Français seulement 21 750 91,19 %
Anglais seulement 1 070 4,49 %
Français et Anglais 130 0,55 %

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de huit districts.[9]

Saint-Constant
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Daniel Ashby Voir
2005 Gilles Pépin Voir
2007 Commission municipale du Québec Destitution de Gilles Pépin par le DGEQ n/a
2008 Gilles Pépin (2) Candidat défait à la mairie en 2013 et 2017 n/d
2009 Voir
2013 Jean-Claude Boyer Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de MAMH, Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, « Saint-Constant », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 67035,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2017), sauf exceptions suivantes :
    a. Altitude : Gouvernement du Canada, « L'Atlas du Canada - Toporama », Ressources Naturelles Canada (consulté le 21 août 2017), carte 1/15 000.
    b. Code postal : Postes Canada, « Trouver une adresse », Québec, (consulté le 2 août 2013).
  2. MAMH, « Saint-Constant », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 67035,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2017).
  3. « Histoire et description générale de la Nouvelle... - Canadiana en ligne », sur www.canadiana.ca (consulté le 2 janvier 2020)
  4. CTQ, Commission de toponymie du Québec, « Seigneurie du Sault-Saint-Louis », Banque de noms de lieux du Québec, Gouvernement du Québec, no 119014,‎ (lire en ligne, consulté le 19 août 2017) et 119030-Seigneurie de La Salle.
  5. Jugement CS Boivin C Pépin
  6. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Saint-Constant, V »
  7. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Saint-Constant, V »
  8. Données de Statistiques Canada pour la ville de Saint-Constant, Québec
  9. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]