Boulevard Lacordaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacordaire.
Boulevard Lacordaire
Orientation Nord-sud[1]
Débutant Rue Louis-Veillot, près de l'avenue Souligny
Finissant Boulevard Gouin
Longueur 8,9 km
Désignation 1911

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Boulevard Lacordaire

Le boulevard Lacordaire est une voie de l'île de Montréal (Québec).

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Cette large artère d'orientation nord-sud de l'est de l'île de Montréal est désignée boulevard au nord de la rue Saint-Zotique dans les arrondissements Saint-Léonard et Montréal-Nord alors qu'entre la rue Saint-Zotique et le boulevard Rosemont, elle est encore connue sous l'appellation « Rue Lacordaire » dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Au sud du boulevard Rosemont, son prolongement est la rue Dickson. Toutefois, un autre tronçon à caractère très résidentiel reprend à partir de la rue Pierre-Bédard jusqu'à sa fin au sud à la jonction de la rue Souligny et ce sous l'appellation Rue Lacordaire.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Son nom rend hommage au dominicain français Henri Lacordaire (1802-1861). Établis à Saint-Hyacinthe en 1873, les Dominicains s'établissent à la Pointe-aux-Trembles en 1898 et se voient confier la paroisse Notre-Dame-de-Grâce en 1901.

Historique[modifier | modifier le code]

Ouverte en 1911, il faut attendre le tout début des années 1960, pour que le boulevard se prolonge au nord de la rue Saint-Zotique, suivant ainsi la croissance démographique de cette partie de l'île de Montréal.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Au Québec, par convention, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent, même si, en réalité, le fleuve coule du sud-ouest vers le nord-est.

Source[modifier | modifier le code]

  • Ville de Montréal, Les rues de Montréal, Répertoire historique, Montréal, Méridien, 1995