Rue Bishop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bishop.
Rue Bishop
Description de cette image, également commentée ci-après
Rue Bishop
Orientation Nord-sud[1]
Débutant Boulevard René-Lévesque
Finissant Rue Sherbrooke
Longueur 0,6 km
Désignation 1887
Attrait Appartements Bishop Court
Maison Peter Lyall

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Rue Bishop
Façade des appartements Bishop Court classée monument historique en 1976

La rue Bishop est une artère nord/sud située au centre-ville de Montréal.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle relie la rue Sherbrooke au boulevard René-Lévesque.

Perpendiculaire à la rue Sainte-Catherine, au cœur même du centre-ville, elle est située une rue à l'ouest de la rue Crescent. Elle comprend une grande diversité de commerces (surtout des bars, des pubs et des restaurants). On y retrouve aussi quelques pavillons de l'Université Concordia

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit difficile de déterminer avec précision l'origine de cette dénomination, il n'en demeure pas moins qu'elle est liée à la communauté anglicane, pour rappeler probablement la nomination du premier évêque (bishop) de ce diocèse, Francis Fulford (1803-1868), dont la première résidence est située rue Dorchester (aujourd'hui boulevard René-Lévesque), à l'angle de cette rue.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1887, on désigne cette voie "rue Bishop".

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Au Québec, par convention, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent, même si, en réalité, le fleuve coule du sud-ouest vers le nord-est.

Source[modifier | modifier le code]

  • Ville de Montréal, Les rues de Montréal. Répertoire historique, Édition Méridien, 1995, p.81-82