Rennes (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rennes (homonymie).

Rennes
Une rame MF 67 quitte la station,en direction dePorte de la Chapelle, en novembre 2008.
Une rame MF 67 quitte la station,
en direction de
Porte de la Chapelle, en novembre 2008.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 6e
Coordonnées
géographiques
48° 50′ 53″ nord, 2° 19′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Rennes

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rennes
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 1 297 127 (2013)
Historique
Mise en service 5 novembre 1910
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 0211
Ligne(s) (12)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 68 89 94 95 96
Noctilien (N) N01 NOCTILIEN.png N02 NOCTILIEN.png N12 NOCTILIEN.png N13 NOCTILIEN.png
(12)

Rennes est une station de la ligne 12 du métro de Paris, située dans le 6e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station est établie sous le boulevard Raspail, au niveau de l'intersection avec la rue de Rennes. Approximativement orientée nord/sud, elle s'intercale entre la station de correspondance Sèvres - Babylone et la station Notre-Dame-des-Champs.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station est ouverte le avec la mise en service du premier tronçon de la ligne A de la Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris (dite Nord-Sud) entre Porte de Versailles et Notre-Dame-de-Lorette.

Elle doit sa dénomination à son implantation au croisement de la rue de Rennes, laquelle porte le nom de la ville de Rennes et débouche face à l'emplacement de l'ancienne gare de Paris-Montparnasse avant sa reconstruction dans les années 1960, rappelant ainsi l'une des principales destinations ferroviaires de cette gare.

Le , la ligne A devient la ligne 12 à la suite de l'absorption de la société du Nord-Sud le par sa concurrente : la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (dite CMP).

La station est fermée en 1939 dans le cadre du plan gouvernemental prévoyant un service réduit sur le réseau métropolitain, qui ne laisse subsister, par mesure d'économie, que 85 stations ouvertes. La plupart rouvrent après la Seconde Guerre mondiale, mais huit d'entre elles demeurent fermées, dont Rennes, car peu fréquentées, et deviennent des « stations fantômes » où les rames ne marquent plus l'arrêt.

La station est finalement rouverte le , après vingt-neuf années de fermeture, mais au prix d'horaires d'ouverture aménagés, toujours par mesure d'économie : la fermeture est fixée à 20 h en semaine, l'ouverture toute la journée n'étant pratiquée les dimanches et jours fériés. À cette occasion, les carreaux des piédroits, particulièrement dégradés compte tenu de l'absence d'entretien, sont recouverts d'un enduit peint en blanc.

À la demande des riverains, le lundi , les horaires de service sont alignés sur ceux des autres stations du réseau[1]. Seule la station Liège sur la ligne 13 a conservé des horaires d'ouverture spécifiques depuis lors, jusqu'en décembre 2006.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, l'ensemble de la station a été rénovée le 7 octobre 2008[2].

En 2011, 1 307 167 voyageurs sont entrés à cette station[3]. Elle a vu entrer 1 297 127 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 284e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[4],[5].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose d'un accès et d'une sortie débouchant sur le terre-plein central du boulevard Raspail, au nord du carrefour avec la rue de Rennes. Leurs entourages sont du style caractéristique de la société du Nord-Sud.

Quais[modifier | modifier le code]

Rennes est une station de configuration standard : elle possède deux quais séparés par les voies du métro et la voûte est semi-elliptique, forme spécifique aux anciennes stations du Nord-Sud. La décoration est du style utilisé pour la majorité des stations du métro : les bandeaux d'éclairage sont blancs et arrondis dans le style « Gaudin » du renouveau du métro des années 2000, et les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les piėdroits, la voûte, les tympans et les débouchés des couloirs. Les cadres publicitaires sont en céramiques blanches et le nom de la station est inscrit en police de caractères Parisine sur plaques émaillées. Les sièges, de style « Akiko », sont de couleur orange. La station est une des rares de la ligne à ne pas avoir retrouvé son style « Nord-Sud » d'origine à sa rénovation dans le cadre du programme « Renouveau du métro », seules les directions inscrites en faïence sur les tympans étant reconduites. Les accès s'effectuent par l'extrémité sud.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 68, 89, 94, 95 et 96 du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N01, N02, N12 et N13 du réseau de bus Noctilien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « RENFORT DE LA LIGNE 12 DU METRO : décision n°8000 », sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le 1er avril 2019) : « et l'ouverture de la station Rennes sur des horaires identiques au reste du réseau » ; ce document est une archive.
  2. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le 22 avril 2019)
  3. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  4. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).
  5. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]