Rue Frochot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
9e arrt
Rue Frochot
image illustrative de l’article Rue Frochot
La rue Frochot vue depuis la place Pigalle.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Saint-Georges
Début 28, rue Victor-Massé
Fin 7, place Pigalle
Morphologie
Longueur 100 m
Largeur 12 m
Historique
Ancien nom Rue Bréda
Rue de Brack
Rue de la Nouvelle-Athènes
Géocodification
Ville de Paris 3879
DGI 3871

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Frochot

La rue Frochot est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Frochot est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 28, rue Victor-Massé et se termine au 7, place Pigalle.

Odonymie[modifier | modifier le code]

La voie a successivement porté les noms de « rue Bréda » (car elle se trouvait dans la continuité de la rue Bréda, renommée « rue Henry-Monnier » en 1905), « rue de Brack » (du nom du propriétaire du terrain ayant ouvert la rue), « rue de la Nouvelle-Athènes » (en référence au lotissement de la Nouvelle Athènes), puis « rue Frochot », en l'honneur du préfet de la Seine Nicolas Frochot (1761-1828), que Napoléon Ier chargea d'acheter des terrains, hors des limites du Paris de l'époque, pour y installer quatre cimetières : le cimetière du Père-Lachaise, le cimetière de Montmartre, le cimetière du Montparnasse et le cimetière de Passy.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1826, le sieur Brack est autorisé à former sur son terrain et sur celui que la Ville lui concède à titre d'échange, conformément à la délibération du Conseil municipal du 1er juin 1826, une rue de 12 mètres de largeur, depuis la rue Laval (actuelle rue Victor-Massé) jusqu'à la barrière Montmartre, et une place demi-circulaire au-devant de cette barrière (actuelle place Pigalle)[1]. En 1860, lors de l'annexion, une plaque en pierre de lave portant le nom de la rue fut posée sur le mur du Café de la Nouvelle Athènes, à l'angle de cette rue et de la place Pigalle.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 1 : domicile de Victor Massé, qui y mourut le 5 juillet 1884.
  • No 2 : emplacement du premier atelier des photographes Erwin frères ouvert en 1861 avec Erwin Hanfstaengl (1838-1905)[2].
  • No 4 : Alfred Mosselman, banquier d'origine belge, y logea Aglaé Savatier au second étage. Elle fut célèbre sous le nom de « La Présidente ». Elle quitta les lieux en 1864 après sa rupture avec son banquier ; ruinée, elle vendit ses meubles et une partie de ses œuvres d'art. Ateliers des photographes Erwin frères à partir de 1863 et jusqu'en 1902 pour Erwin[3].
  • No 6 : domicile de Désiré Dihau, bassoniste de l'Opéra de Paris, et de sa sœur Marie Dihau, cantatrice et pianiste. Ils sont amis d'Edgar Degas et cousins d'Henri de Toulouse-Lautrec. Les deux peintres les ont représentés à maintes reprises dans leurs œuvres, la plus célèbre étant L'Orchestre de l'Opéra (1870) de Degas ;
    • le poète Ulric Guttinguer y est mort. Le théâtre Le Bout est situé à cette adresse, il héberge l'École du One Man Show[4],[5].
  • No 15 : emplacement du dernier atelier de Toulouse-Lautrec.
  • No 34 : le peintre orientaliste Théodore Chassériau (1819-1856) y eut son atelier.
  • Nini-Patte-en-l'air ouvrit une école de danse dans cette rue vers 1894[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Ordonnance du 27 septembre 1826 », p. 85.
  2. « Erwin Hanfstaengl », laphotoduxix.canalblog.com.
  3. Gallica
  4. « Contact : l'École du One Man Show », L'École du One Man Show,‎ (lire en ligne).
  5. « Plan d'accès, théâtre Le Bout », Théâtre Le Bout,‎ (lire en ligne).
  6. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Roissy-en-Brie, Éditions A. Roussard, 1999, 640 p. (ISBN 9782951360105), p. 366.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]