Rue Frochot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frochot.

9e arrt
Rue Frochot
Image illustrative de l’article Rue Frochot
La rue Frochot vue depuis la place Pigalle.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Saint-Georges
Début 28, rue Victor-Massé
Fin 7, place Pigalle
Morphologie
Longueur 100 m
Largeur 12 m
Historique
Ancien nom Rue Bréda
Rue de Brack
Rue de la Nouvelle-Athènes
Géocodification
Ville de Paris 3879
DGI 3871

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Frochot

La rue Frochot est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Frochot est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 28, rue Victor-Massé et se termine au 7, place Pigalle.

Odonymie[modifier | modifier le code]

La voie a successivement porté les noms de « rue Bréda » (car elle se trouvait dans la continuité de la rue Bréda, renommée « rue Henry-Monnier » en 1905), « rue de Brack » (du nom du propriétaire du terrain ayant ouvert la rue), « rue de la Nouvelle-Athènes » (en référence au lotissement de la Nouvelle Athènes), puis « rue Frochot », en l'honneur du préfet de la Seine Nicolas Frochot (1761-1828), que Napoléon Ier chargea d'acheter des terrains, hors des limites du Paris de l'époque, pour y installer quatre cimetières : le cimetière du Père-Lachaise, le cimetière de Montmartre, le cimetière du Montparnasse et le cimetière de Passy.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1826, le sieur Brack est autorisé à former sur son terrain et sur celui que la Ville lui concède à titre d'échange, conformément à la délibération du Conseil municipal du 1er juin 1826, une rue de 12 mètres de largeur, depuis la rue Laval (actuelle rue Victor-Massé) jusqu'à la barrière Montmartre, et une place demi-circulaire au-devant de cette barrière (actuelle place Pigalle)[1]. En 1860, lors de l'annexion, une plaque en pierre de lave portant le nom de la rue fut posée sur le mur du Café de la Nouvelle Athènes, à l'angle de cette rue et de la place Pigalle.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 1 : domicile de Victor Massé, qui y mourut le 5 juillet 1884.
  • No 2 : emplacement du premier atelier des photographes Erwin frères ouvert en 1861 avec Erwin Hanfstaengl (1838-1905)[2].
  • No 4 : Alfred Mosselman, banquier d'origine belge, y logea Aglaé Savatier au second étage. Elle fut célèbre sous le nom de « La Présidente ». Elle quitta les lieux en 1864 après sa rupture avec son banquier ; ruinée, elle vendit ses meubles et une partie de ses œuvres d'art. Ateliers des photographes Erwin frères à partir de 1863 et jusqu'en 1902 pour Erwin[3].
  • No 6 : domicile de Désiré Dihau, bassoniste de l'Opéra de Paris, et de sa sœur Marie Dihau, cantatrice et pianiste. Ils sont amis d'Edgar Degas et cousins d'Henri de Toulouse-Lautrec. Les deux peintres les ont représentés à maintes reprises dans leurs œuvres, la plus célèbre étant L'Orchestre de l'Opéra (1870) de Degas ;
    • le poète Ulric Guttinguer y est mort. Le théâtre Le Bout est situé à cette adresse, il héberge l'École du One Man Show[4],[5].
  • No 15 : emplacement du dernier atelier de Toulouse-Lautrec.
  • No 34 : le peintre orientaliste Théodore Chassériau (1819-1856) y eut son atelier.
  • Nini-Patte-en-l'air ouvrit une école de danse dans cette rue vers 1894[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Ordonnance du 27 septembre 1826 », p. 85.
  2. « Erwin Hanfstaengl », laphotoduxix.canalblog.com.
  3. Gallica
  4. « Contact : l'École du One Man Show », L'École du One Man Show,‎ (lire en ligne).
  5. « Plan d'accès, théâtre Le Bout », Théâtre Le Bout,‎ (lire en ligne).
  6. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Roissy-en-Brie, Éditions A. Roussard, 1999, 640 p. (ISBN 9782951360105), p. 366.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]