Madame Arthur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Madame Arthur
Présentation
Type
Fondation
Localisation
Adresse
Coordonnées

Madame Arthur est un cabaret de travestis situé au 75 bis de la rue des Martyrs[1], en plein cœur de Pigalle, dans le 18e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Premier cabaret travesti de Paris, il est ouvert en 1946[1] et tire son nom de la célèbre chanson du même nom écrite par Paul de Kock en 1850 interprétée par Yvette Guilbert[2].

Il voit passer sur ses planches des artistes transgenres de renom comme Coccinelle[1], Baddabou, Cricri, Chantaline Erika Keller, Estelle Roederer, Angélique Lagerfeld, Chablie ou encore la célèbre Bambi[1]. Joseph Ginsburg, le père de Serge Gainsbourg, y a été pianiste. Gainsbourg lui-même le remplaçait parfois, et y a composé quelques chansons pour la revue du cabaret, chansons qui furent ses premières compositions mais n'ont été publiées qu'après sa mort[3]. D'autres (Zita la panthère, Meximambo ou encore Tragique cinq à sept), il ne reste aucune trace[4].

Fermé pendant de nombreuses années, il est entièrement restauré et rouvert en par l'équipe du Divan du Monde[1],[5], salle de spectacle située au numéro 75 de la même rue, ainsi qu'une nouvelle troupe de chanteurs et musiciens travestis proposant un show chaque week-end.

Une troupe d'artistes propose au public des reprises de chansons en français, d'époque ou plus modernes, interprétées au piano-voix et à l'accordéon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Madame Arthur : rien ne se perd, tout se transforme », sur Libération.fr, (consulté le )
  2. Bertrand Dicale, Les chansons qui ont tout changé, Fayard, , 360 p. (ISBN 978-2-213-66536-8, lire en ligne)
  3. Le doc Stupéfiant, La folle histoire des travestis, 2020, documentaire diffusé sur France 5.
  4. Christophe Conte, « Une jeunesse », Vanity Fair n°86, février 2021, p. 94-99.
  5. « A Pigalle, la joyeuse renaissance de Madame Arthur, le tout premier cabaret travesti parisien », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :