Rue Jean-Baptiste-Pigalle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour la nouvelle de Georges Simenon, voir Rue Pigalle (nouvelle).

9e arrt
Rue Jean-Baptiste-Pigalle
Image illustrative de l’article Rue Jean-Baptiste-Pigalle
Rue J.-B. Pigalle vue depuis la place Pigalle
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Saint-Georges
Début 18, rue Blanche
Fin 9, place Pigalle
Morphologie
Longueur 583 m
Largeur 10 m
Historique
Création XVIIe-XIXe siècles
Dénomination Arrêté municipal du 1er avril 1993
Ancien nom Rue Royale (1772)
Rue de la République (1795)
Rue de l'An Huit (1800)
Rue Pigalle en (1803)
Géocodification
Ville de Paris 4773
DGI 7484

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Jean-Baptiste-Pigalle

La rue Jean-Baptiste-Pigalle est une voie du 9e arrondissement de Paris. Elle s'étend de la place Pigalle au nord, jusqu'à la rue Blanche au sud.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Pigalle.

La rue tient son nom du sculpteur Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785).

Historique[modifier | modifier le code]

Elle apparaît sous forme de chemin sur le plan d'Albert Jouvin de Rochefort en 1672.

Sur les plans du XVIIIe siècle (plan de Roussel, plan de Turgot, plans de Jaillot), elle est indiquée sous le nom de « rue Royale ». À cette époque, seule la partie sud, vers la rue Blanche, est urbanisée, le reste n'étant encore qu'un chemin menant vers Montmartre.

Le 18 nivôse an VIII (8 janvier 1800), il est décidé que la voie soit renommée « rue du Champ-de-Repos ». Mais ce vœu n'est pas suivi d'effet. Le 22 du même mois, il est décidé d'appeler la voie « rue de l'An VIII ». Finalement dans le courant de l'an X (1803), elle est renommée « rue Pigalle[1] ».

Le nom de cette voie a été modifié par l’arrêté municipal du 1er avril 1993 en ajoutant son prénom au nom de l’artiste : la « rue Pigalle » devenant la « rue Jean-Baptiste-Pigalle », ce qui a eu pour effet de moins associer cette voie à ce qui est convenu d’appeler « Pigalle », c’est-à-dire un quartier chaud, centré sur la place Pigalle qui a gardé son nom.

Bâtiments remarquables, et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Elle fréquentait la rue Pigalle, chanson d'Édith Piaf

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 543-544 [lire en ligne].
  2. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Roissy-en-Brie, Éditions A. Roussard, 1999, 640 p. (ISBN 9782951360105), p. 68.
  3. (en) William A. Shack, Harlem in Montmartre: A Paris Jazz Story Between the Great Wars, University of California Press, , 220 p. (présentation en ligne)
  4. « Biographie », sur www.museebonnard.fr (consulté le 30 juin 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]