Lamarck - Caulaincourt (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lamarck - Caulaincourt
Vue des quais.
Vue des quais.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 18e
Coordonnées
géographiques
48° 53′ 23″ N 2° 20′ 19″ E / 48.889849, 2.338693 ()48° 53′ 23″ Nord 2° 20′ 19″ Est / 48.889849, 2.338693 ()  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Lamarck - Caulaincourt
Caractéristiques
Historique
Mise en service 31 octobre 1912
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 2012
Ligne(s) (12)

Lamarck - Caulaincourt est une station du métro de Paris située sur la ligne 12, dans le 18e arrondissement de Paris.

La station[modifier | modifier le code]

Elle a ouvert au public le 31 octobre 1912.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, la station Lamarck - Caulaincourt a été totalement fermée au public du 27 mars au 16 juin 2006. Les travaux ont porté sur l'ensemble de la station, sauf les quais déjà rénovés entre 2000 et 2001.

L'entrée de la station.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Prévue à l'origine pour s'appeler Pecqueur, du fait de la proximité de Place Constantin-Pecqueur, la station est devenue Lamarck car l'entrée aboutit près de la rue Lamarck. Puis elle portera le nom de Lamarck (Caulaincourt) (la rue Caulaincourt étant également toute proche), avant de devenir Lamarck - Caulaincourt. Cependant, sur les quais, la céramique ne porte encore que le nom de « Lamarck ».

Accès[modifier | modifier le code]

Les quais se situent 25 mètres sous l'entrée[1] ; on les atteint au moyen d'un ascenseur ou d'un escalier en colimaçon.

Correspondances[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 80 et Montmartrobus du réseau de bus RATP.

À proximité[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Robert, Notre métro, p. 88.