Assemblée nationale (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assemblée nationale.

Assemblée nationale
Quais de la station en 2016.
Quais de la station en 2016.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 7e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 38″ nord, 2° 19′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Assemblée nationale

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Assemblée nationale
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 739 282 (2016)
Historique
Mise en service 5 novembre 1910
Nom inaugural Chambre des députés
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 10-13
Ligne(s) (12)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 24 63 73 83 84 94
Noctilien (N) N01 N02

Assemblée nationale est une station de la ligne 12 du métro de Paris, située dans le 7e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station se trouve entre les stations Concorde et Solférino. Elle est implantée sous le boulevard Saint-Germain entre la rue de Lille et la rue de l'Université.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station est ouverte le 5 novembre 1910[1] sous le nom de Chambre des députés.

Elle s'appelle jusqu'au . Elle reçoit son nom actuel, plus conforme à l'appellation officielle de la première chambre du parlement français sous la Cinquième République. Auparavant les professeurs de droit constitutionnel pouvaient dire à leurs élèves : Sous la Cinquième république, la Chambre des députés n'est qu'une station de métro.

C'est la station de la ligne ayant subi le plus de modifications de son aménagement.

À l'époque, où elle s'appelait Chambre des députés, elle était en style Nord-Sud comme quasiment toutes les stations de la ligne. Dans les années 1950, la station a reçu un carrossage métallique. Elle le gardera jusqu'en 1990 où l'aménagement de la station est confié à l'artiste français Jean-Charles Blais. Il invente un dispositif constitué d'une gigantesque frise de posters imprimés et renouvelés périodiquement. Ces images composent une suite de grandes têtes noires sur fond coloré. Dépourvue de publicité, elle est l'objet de transformations régulières par l'effet du réaffichage des formes et des couleurs.

Un très large fragment (environ 25 mètres) de l'affichage de la station a été reconstitué par le Museum of Modern Art (MoMA) de New York dans le cadre de l'exposition Thinking Print[2] en 1996.

Depuis 2004 (et jusqu'en 2014), Jean-Charles Blais a de nouveau été sollicité pour imaginer une nouvelle série d'images destinées à renouveler ce dispositif. Cette seconde version est intitulée « la Chambre double ». Composée de formes plus libres, cette fresque se succède à elle-même par la déclinaison des variations chromatiques et formelles qui la singularise ; tous les trois mois, ce redéploiement crée un effet de surprise pour les voyageurs[3].

À l’occasion du cinquantenaire de la constitution de la Cinquième République, en septembre 2008, une parenthèse dans ce dispositif artistique a été commandée à l'agence Curius afin d'installer pour une durée de trois mois les portraits des présidents de la République française et des principaux événements concernant la France et les transports[4],[5].

Le Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, et Élisabeth Borne, présidente de la RATP, inaugurent le nouveau décor de la station. Il invite les voyageurs à une immersion dans le lieu où s'exerce la souveraineté nationale.

En 2011, 1 085 710 voyageurs sont entrés à cette station[6]. Elle a vu entrer 739 282 voyageurs en 2016 ce qui la place à la 294e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[7],[8].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose de 3 accès :

  • Accès 1 : Boulevard Saint-Germain : un escalier au 239 du boulevard Saint-Germain
  • Accès 2 : Rue de Lille : un escalier au 278 du boulevard Saint-Germain
  • Accès 3 : Rue de l'Université : un escalier au 233 du boulevard Saint-Germain

L'entourage de fer forgé des accès est caractéristique du style de la Compagnie Nord-Sud.

Quais[modifier | modifier le code]

Assemblée Nationale est une station de configuration standard avec deux quais longs de 75 mètres séparés par les voies du métro. La voûte est semi-elliptique, caractéristique des stations Nord-Sud. Sur chaque quai, cinq thèmes sont ainsi déclinées à travers des visuels spécifiques et des vidéos sur des écrans insérés dans le carrossage :

  • sur le quai en direction de Front Populaire : Valeurs, Histoire, Citoyenneté, Société et Démocratie ;
  • sur le quai en direction de Mairie d'Issy : République, Lois, Députés, Séance publique et Débats ;
  • enfin des écrans vidéo présentent la séance publique en cours[9],[10].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par la ligne 24, 63, 73, 83, 84 et 94 du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N01 et N02 du Noctilien.

À proximité[modifier | modifier le code]

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La station Assemblée nationale dévoile son nouveau décor », ratp.fr, (consulté le 29 mai 2017).
  2. Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain - Fiche sur Jean-Charles Blais, sur imagoartvideo.perso.neuf.fr. Consulté le 27 juin 2012.
  3. Communiqué de presse du 26 septembre 2008 sur le site de l'Assemblée Nationale. Consulté le 27 juin 2012.
  4. 20 minutes - Sarkozy mesure deux mètres dans le métro.
  5. Ville & Transports-Magazine (éditions de La Vie du rail), 15 octobre 2008.
  6. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr. Consulté le 5 novembre 2012.
  7. Trafic annuel entrant par station du réseau ferré 2016 – Métro ASSEMBLEE NATIONALE, sur le site data.ratp.fr, consulté le 7 juillet 2016.
  8. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2013.
  9. Claude Bartolone, « Communiqué de presse du président de l'Assemblée nationale », assemblee-nationale.fr, (consulté le 29 mai 2017).
  10. « La station Assemblée nationale dévoile son nouveau décor », ratp.fr, (consulté le 29 mai 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]