Place Pigalle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pigalle.
9e arrt
Place Pigalle
image illustrative de l’article Place Pigalle
La place Pigalle en hiver.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Saint-Georges
Voies desservies Avenue Frochot
Rue Frochot
Rue Jean-Baptiste-Pigalle
Rue Duperré
Boulevard de Clichy
Morphologie
Diamètre ~70 m
Forme Semi-circulaire
Historique
Création
Dénomination
Ancien nom Place de la Barrière-Montmartre
Géocodification
Ville de Paris 7440
DGI 7583

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place Pigalle
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place Pigalle est une place située dans le 9e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La place est située entre le boulevard de Clichy et le boulevard de Rochechouart, proche du Sacré-Cœur, au bas de la butte Montmartre. C'est le lieu le plus connu du quartier Pigalle.

Ce site est desservi par la station de métro Pigalle.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La place tient son nom du sculpteur Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785).

Historique[modifier | modifier le code]

En 1826, le sieur Brack est autorisé à former sur son terrain et sur celui que la ville lui concède à titre d'échange, conformément à la délibération du Conseil municipal du 1er juin 1826, une rue de 12 mètres de largeur, depuis la rue Laval (actuelle rue Victor-Massé) jusqu'à la barrière Montmartre[1], et une place demi-circulaire au-devant de cette barrière[2]. En 1864, cette place, nommée « place de la Barrière-Montmartre », est renommée « place Pigalle[3],[4] ».

La place et les rues alentour étaient, à la fin du XIXe siècle, un quartier d'ateliers de peintres et de cafés littéraires dont le plus réputé fut la Nouvelle Athènes.

Elle a inspiré, entre autres, une chanson célèbre de Georges Ulmer et une chanson d'Elliott Smith.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 1 : ancien emplacement du café L'Abbaye de Thélème, qui exposait des peintres.
  • No 3, faisant l'angle avec avenue Frochot : ancien emplacement du café du Rat mort, qui était ouvert toute la nuit à la fin du XIXe siècle.
  • No 5 : emplacement de l'atelier de Gabriel Dauchot (1927-2005), peintre de l'École de Paris[réf. nécessaire].
  • No 9 : ancien emplacement du Café de la Nouvelle Athènes. Le photographe Paul Sescau (1858-1926) ouvre au-dessus son second atelier en 1896 pour être au plus près de sa clientèle d'artistes. Le Café de la Nouvelle Athènes devient Le Sphynx dans les années 1920-1940, un lieu de strip tease, puis le New Moon, accueillant dans les années 1970-1980 des groupes de rock. L'ensemble du bâtiment originel a brûlé en 2004 et a été détruit. Ce lieu, qui était la propriété depuis plus de trente ans de la sulfureuse Hélène Martini, a fait l'objet d'une sérieuse étude dans l'ouvrage, paru fin 2017 au Seuil, de David Dufresne, écrivain et ancien journaliste, notamment à Libération. Le cabaret et l'ouvrage sont le sujet d'une émission culturelle (en libre téléchargement)[5] en octobre 2017 et le 1er janvier 2018 (France Culture).
  • No 11 : le Folies Pigalle, ancien théâtre à l'italienne, puis cabaret et enfin salle de cinéma, devenu une discothèque à partir de 1991.

Jeu de société[modifier | modifier le code]

La place Pigalle figure dans le jeu Monopoly.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Actuelle rue Frochot.
  2. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Ordonnance du 27 septembre 1826 », p. 85.
  3. « Arrêté du 30 décembre 1864 », Ibid., p. 356-359 [lire en ligne].
  4. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 462 [lire en ligne].
  5. Émission New Moon - Pigalle, France Culture, David Dufresne, « En 120 ans, le New Moon a eu énormément de vies : QG des impressionnistes, club de jazz, cabaret lesbien… », www.franceculture.fr ; lien pour l'écoute media.radiofrance-podcast.net.

Sur les autres projets Wikimedia :