Zep

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Philippe Chappuis)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Philippe Chappuis dit Zep, né le à Onex (Genève, Suisse), est un auteur de bande dessinée suisse. Il est notamment connu pour sa série Titeuf. Il habite dans la commune de Genève[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un policier et d'une couturière[2]. Il crée son premier fanzine en 1979 et l'appelle Zep en hommage à Led Zeppelin[2].

Peu intéressé par l'école[3], il entre à quatorze ans à l'École des arts décoratifs de Genève (aujourd'hui CFP Arts Genève) dans une section (éphémère) consacrée à la bande dessinée[3].

En 1985, il est engagé par Le Journal de Spirou[2]. Il place quelques gags dans Fluide glacial, publie trois albums, Victor n'en rate pas une en 1988, Léon Coquillard en 1990, et Kradok Amanite Bunker en 1991. Avec les éditions Glénat, il lance en 1992 le personnage de Titeuf.

Le succès Titeuf (années 2000)[modifier | modifier le code]

L'immense succès obtenu avec Titeuf (un million d'albums vendus fin 1998, 16 millions traduits en 25 langues en 2008[2]) permet à Zep de lancer d'autres initiatives, comme Le Guide du zizi sexuel écrit par son ex-épouse Hélène Bruller, vendu à plus de trois millions d'exemplaires, le magazine Tchô! en 1998 (qui porte le nom de l'interjection favorite de Titeuf) et le parrainage de jeunes auteurs dans la série de bandes dessinées jeunesse Tchô! La collec'.

Zep est également amateur de musique (rock essentiellement et fan de Bob Dylan), d'où son pseudonyme hommage au groupe Led Zeppelin. Cet intérêt lui a inspiré L'enfer des concerts, publié en 1999. De plus, il a formé un premier groupe de musique appelé Zep'n'Greg, rappelant parfois le style du Beau Lac de Bâle, et sorti deux disques avec des chansons humoristiques telles que : Dieu m'a changé en Suisse-Allemand, Pôv'Type Song, ou Les couilles à tonton. Après s'être séparés, Zep et quatre de ses amis ont reformé un nouveau groupe nommé Blük Blük[4]. Ils chantent des chansons à messages humoristiques comme Légalisez le Cenovis, Où sont les groupies ?, Moi je suce des Sugus, Le rebelle suisse, etc. Blük Blük s'est arrêté officiellement le , à la suite du départ du chanteur du groupe, Ernest Blük.

En 2006, Zep réalise le visuel du festival de musique Musiques en Stock.

En 2008, alors que sort le tome 12 de Titeuf, il scénarise un livre dessiné par Tébo. Au même moment, il scénarise deux nouvelles séries : Captain Biceps (dessin de Tébo), Les Chronokids (dessin de Stan et Vince).

Durant les années 2010, il se diversifie et lance des one-shots dessinés en style réaliste.

Rééditions et récits autobiographiques (2009-2012)[modifier | modifier le code]

En , il sort un album destiné à un public plus adulte, Happy Sex. L'éditeur Delcourt réédite l'année suivante Les Filles électriques sous le nouveau titre Happy Girls, puis L’enfer des concerts sous le titre Happy Rock.

Zep publie aussi des projets autobiographiques : en 2010, Glénat sort Le portrait dessiné, album dans lequel Zep se raconte à travers des planches de BD ; en 2011, Gallimard sort Carnet Intime, qui regroupe des dessins réalisés par Zep, de paysages urbains comme naturels, en France, en Tanzanie et au Japon.

En 2012, il sort un treizième opus de Titeuf, intitulé À la folie !, quatre ans après le dernier opus. Entre-temps, l'auteur s'est investi dans la réalisation de l'adaptation cinématographique sortie en 2011. La même année, il remonte un groupe avec des amis musiciens et une chanteuse. Le groupe s'appelle Alice In Kernerland[réf. nécessaire][5].

Passage en style réaliste (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

L'auteur à la Foire du Livre de Francfort 2017.

En , il publie son premier album en style réaliste, Une histoire d'hommes, chez Rue de Sèvres, dans lequel il rend hommage au rock'n'roll[6].

À partir de 2014, il sort de ses sujets habituels : tout d'abord, il poursuit la série des Happy chez Delcourt avec un quatrième opus intitulé Happy Parents, dans lequel il revient sur son expérience de père de deux enfants.

La même année, il parraine la première promotion de l'Académie de bande dessinée Brassart-Delcourt (ABD) qui vient d'être créée à Paris[7].

En 2015, aux éditions Glénat, parait What a Wonderful World, qui regroupe des dessins publiés sur son blog lié au quotidien Le Monde. Parallèlement sort le tome 14 de Titeuf, Bienvenue en adolescence !, qui raconte une histoire complète. Enfin, Zep est le scénariste d'un conte pornographique dessiné par Vince, Esmera[8].

En , Zep sort le one-shot Open Museum #3, aux Éditions Invenit. Il s'agit d'une carte blanche donnée par le palais des beaux-arts de Lille[9]. Zep réalise des dessins et des projections dans le musée. Une salle est également réservée aux dessins réalisés au cours de sa carrière.

En , Rue de Sèvres sort Un bruit étrange et beau, un second album dessiné en style réaliste. Dans ce one-shot, l'auteur raconte le parcours d'un homme rejoignant l'ordre religieux des chartreux. Chez cet éditeur, il sort aussi une nouvelle série, Infinity 8, dont il assure les scénarios. Enfin, un second tome de What a Wonderful World est édité par Glénat.

En , sort le tome 15 de Titeuf, À Fond le Slip !.

En avril 2018, Rue de Sèvres sort The End, troisième one-shot en style réaliste[10].

En 2019, il signe le pochette de l'album musical Les Mômes et les enfants d'abord ! de Renaud[11].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Zep a trois enfants, issus de deux précédents mariages. La mère de deux d'entre eux est Hélène Bruller[12]. Il est marié à Mélanie Chappuis, auteur suisse, depuis 2013.

Style[modifier | modifier le code]

Zep est un admirateur des bandes dessinées de Carl Barks et a profité de présider le festival d'Angoulême 2005 pour y inviter Don Rosa, l'un des successeurs de Barks[13].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

  1. Dieu, le Sexe et les Bretelles, (colorisé en 2010)
  2. L'amour, c'est pô propre,
  3. Ça épate les filles,
  4. C'est pô juste…,
  5. Titeuf et le derrière des choses,
  6. Tchô, monde cruel,
  7. Le Miracle de la vie,
  8. Lâchez-moi le slip !,
  9. La Loi du préau,
  10. Nadia se marie,
  11. Mes meilleurs copains,
  12. Le Sens de la vie,
  13. À la folie !,
  14. Bienvenue en adolescence !,
  15. À fond le slip !,
  16. Petite Poésie des saisons,
  • Titeuf est Timbré, Pro Juventute, 1993
  • Le guide du zizi sexuel (Textes d’Hélène Bruller),
  • Portraits de Titeuf,
  • Petite poésie des saisons,
  • Titeuf 20 ans, 2013
  • Titeuf par la bande, Galerie Glénat,
  1. L'invincible,
  2. Le redoutable,
  3. L'invulnérable,
  4. L'inoxydable,
  5. L'intrépide,
  6. Le retour du poing de la justice,
  7. L'increvable,
  1. Tome 1,
  2. Tome 2,
  3. Tome 3,
  4. Tome 4,
  5. Contre la fin du monde,
  6. Les grandes inventions de l'Histoire,
  7. Tome 6,
  1. Romance et macchabées 1/6 (scénario avec Lewis Trondheim, dessin de Dominique Bertail),
  2. Romance et macchabées 2/6 (scénario avec Lewis Trondheim, dessin de Dominique Bertail),
  3. Romance et macchabées 3/6 (scénario avec Lewis Trondheim, dessin de Dominique Bertail),

One Shots[modifier | modifier le code]

Le catalogue de l'exposition Open Museum, publié en mars 2016.
  • Victor n’en rate pas une !!, Éditions Kesselring,
  • Léon Coquillard - divisionnaire de l'après (textes de Gilli), Éditions GSSA,
  • Kradok - Amanite Bunker (scénario de Leglode), Éditions ATOZ,
  • Les amours contrariées de Calin & Labelle, BD Club Genève,
  • Écouter, c'est l'aventure (La main tendue)
  • Les Filles électriques, Dupuis,
  • L'Enfer des concerts, Dupuis,
  • Mines antipersonnel - faut pô laisser faire, Glénat,
  • Zep à Sierre, BD Sierre,
  • Mes héros de la bande dessinée, Raspoutine,
  • Les Minijusticiers (scénario d’Hélène Bruller), Hachette,
  • Le Monde de Zep (Art-book), Glénat,
  • Portraits de famille (textes de Benoît Mouchart), Christian Desbois, (ISBN 2-910150-31-3)
  • Découpé en tranches, Seuil,
  • Comment dessiner ? - Deviens un prince du crayon en 86 leçons (dessin de Tébo), Glénat - (Tchô! : La Collec'),
  • Happy Sex, Delcourt,
  • Happy Girls, Delcourt, (Réédition des Filles électriques)
  • Le portrait dessiné,
  • Happy Rock, Delcourt, (Réédition de L’enfer des concerts)
  • Carnet Intime, Gallimard,
  • Une histoire d'hommes, Rue de Sèvres,
  • Happy Parents, Delcourt,
  • What a Wonderful World, Delcourt,
  • Esmera (dessin de Vince), Glénat,
  • Zep - Open Museum #3, Éditions Invenit,
  • Un bruit étrange et beau, Rue de Sèvres,
  • What a Wonderful World 2, Delcourt,
  • The End, Rue de Sèvres, avril 2018
  • PARIS 2119 (dessin de Dominique Bertail), Rue de Sèvres,
  • Happy Sex tome 2, Delcourt,

Collectifs[modifier | modifier le code]

  • 1997 : À fond la gomme (Les motos de ma vie)
  • 1999 : Les Restos du cœur (Solidarité au caramel)
  • 1999 : Sales petit contes (Les petits chats se cachent pour mourir)
  • 2004 : Jean-Jacques Goldman Chansons pour les yeux (Mais qui est véritablement J.J.G ?) (Couverture de Zep)
  • 2004 : Lucien 25 piges (Le rock'n'roll, c'est l'aventure)
  • 2005 : Francis Cabrel Les beaux dessins (Comment reconnaître le vrai F.C ?)
  • 2006 : Fluide glacial 30 ans (Fluide Glacial : un subtil mélange ...)
  • 2007 : Astérix et ses amis (La méga menace)
  • 2007 : Henri Dès Chansons en BD (Mégadès) (couverture de Zep)
  • 2008 : Rubrique abracadabra par tous les caïds de la bédé (sauf Gotlib) (Une sordide affaire !) (Couverture de Zep)
  • 2008 : Bob Dylan revisited (Not dark yet)
  • 2009 : Je dessine mon film (Titeuf contre KING KONG)
  • 2009 : Jacques Glénat Éditeur - les auteurs lui disent merci (couverture de Zep)
  • 2012 : Revoilà Popeye (Couverture de Zep)
  • 2015 : Abracadabox (Tebo, Zep et Julien Neel)

Livres illustrés et portfolios[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Contes du Kurdistan
  • 1995 : 20 vraies fausses pochettes de disques par 20 vrais dessinateurs de B.D.
  • 1996 : Cahier de souvenirs
  • 1998 : The Swof White Cross Porfolio
  • 2000 : 10 ans d'aventures du BD club de Genève
  • 2002 : Club Poukram
  • 2004 : Raspoutine « Cuzzego » Spécial 10 ans
  • 2014 : Zep à Montreux
  • 2019 : Invisible Max[14], dans la collection Une histoire et ...Oli

Bibliothèque rose[modifier | modifier le code]

Textes d'Hélène Bruller
  1. Même pô mal, 2000
  2. C'est pô croyab, 2000
  3. C'est pô une vie..., 2000
  4. C'est pô malin..., 2000
  5. Pourquoi moi ?, 2001
  6. Les filles, c'est nul..., 2001
  7. Tchô, la planète!, 2002
  8. Le préau atomique, 2003
  9. Ah ouais, d'accord..., 2003
  10. Au secours !, 2004
  11. Tcheu, la honte !, 2004
  12. Tous des pourris du slip !, 2006
  13. La méga classe, 2008
  14. Un truc de dingue, 2011
  15. Le roman du film, 2011
  16. Rock'n'roll attitude, 2013
  17. Le pire de ma life, 2015

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Habillage de télévision[modifier | modifier le code]

En 2008, Zep réalise l'habillage des programmes jeunesses de la Télévision suisse romande (Mabule)

Illustrations de pochettes CD[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Titi & the Raw Minets (guitare)
  • 1995 : Zep’n’Greg - Badaboum vol.1 (compos, guitare, chant, cor, kazoo, sifflet, meuh-box)
  • 1996 : JFM - Inguitarissable
  • 2001 : Bob Dylan - live at Montreux 1994
  • 2001 : Zep’n’Greg - Pipicacavomi (compos, guitare, chant, dobro)
  • 2001 : Jean-Jacques Goldman - Chansons pour les pieds
  • 2003 : Sol En Cirque
  • 2007 : Waelkens - sous-entendus
  • 2008 : Toufo - danse avec les pingouins
  • 2008 : Bill Deraime - Bouge Encore
  • 2009 : Toufo - Live dans un bus
  • 2011 : Bande originale de Titeuf, le film
  • 2013 : Henri Dès - Casse-pieds
  • 2019 : Renaud - Les Mômes et les enfants d’abord

Peintures murales[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Titeuf, parcours BD, boulevard Émile Bockstael à Bruxelles, ± 160 m2
  • 2018 : Titeuf, deux peintures murales à Onex, dans le quartier de Genève où Zep a grandi : sur le pignon sud de l’immeuble 26-38 rue de la Calle, appartenant à la Fondation privée pour des logements à loyer modéré (FPLM)[15] ; et sur le pignon nord de l’immeuble 43-57 rue des Racettes.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Émission Square, consacrée à Zep, du 27 janvier 2013 sur Arte.
  2. a b c d et e « J'ai appris à dessiner ! », article du Temps du , consulté le
  3. a et b Pascale Krémer, « Zep : « J’ai failli arrêter la bande dessinée » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 13 avril 2017)
  4. pifpaf.ch/blukbluk
  5. « Coeurde rockeur », sur leparisien.fr, (consulté le 24 mai 2019)
  6. Laurence Le Saux, « Une histoire d’hommes », BoDoï,
  7. Les parrains de l'Académie Brassart-Delcourt (ABD)
  8. Benjamin Roure, « Esmera », BoDoï,
  9. OPEN MUSEUM#3 Zep - 18 mars - 31 octobre 2016, PBA Lille, 2016
  10. Laurence Le Saux, « La bédéthèque idéale #194 : Zep prophétise “The End” », Télérama,
  11. Maria Aït Ouariane, « Renaud : découvrez la pochette de "Les Mômes et les enfants d'abord" », RTL,
  12. La rédaction, « Zep et Hélène Bruller. Ils se sont séparés », Le Matin,‎
  13. Didier Pasamonik, Nicolas Anspach, « Les expositions, bilan et florilège », Actua BD,
  14. Zep, 1967-, L'invisible Max, Michel Lafon, (ISBN 978-2-7499-4136-3 et 2-7499-4136-9, OCLC 1128824814, lire en ligne)
  15. Christine Zaugg, « Titeuf fait un clin d’œil à Zep », GHI,‎ (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2018).
  16. Thierry Groensteen et collectif, Primé à Angoulême : 30 ans de bande dessinée à travers le palmarès du festival, Éditions de l'An 2, (ISBN 2-84856-003-7)
  17. « Philippe Chappuis, dit Zep », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 5 février 2020)
  18. « Festival d'Angoulême », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 31 janvier 2019)
  19. Émission Société suisse de radiodiffusion et télévision, 11 janvier 2009
  20. Zep sur France Inter
  21. Benjamin Roure, « Angoulême 2011 : le palmarès officiel », BoDoï,‎ (lire en ligne)
  22. Didier Pasamonik, « Zep et "What a Wonderful World !" reçoivent le premier Prix Wolinski de la BD du Point 2015 », sur Actua BD, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • « Titeuf, pour ou contre ? », Lire, , p. 26-37.
Interviews
  • Zep (interviewé par Frédéric Bosser et Luigino Canal), « Zep, le rebelle mou », DBD, no 8 (cahier n°2),‎ , p. 3-32.
  • Zep (interviewé par Frédéric Bosser), « L'Interview de A à Zap », DBD, no 25,‎ , p. 52-70.
  • Zep et Joann Sfar (entretien avec Éric Lorat), « S / Z fragments d'un discours amical. Sfar commente Zep commente Sfar, Rencontre entre deux monstres de la BD enfantine que rien n'oppose », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Zep (interviewé par Fabrice Piault), « Zep : "J'ai besoin de continuer à apprendre à dessiner », Livres-Hebdo, no 742,‎ , p. 106-107.
Bibliographie
  • Frédéric Bosser, « Bibliographie », DBD, no 8 (cahier n°2),‎ , p. 33-40.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]