René Pellos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Pellos
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
MouginsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
René Marcel PellarinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Œuvres principales

René Pellos, né René Marcel Pellarin le à Lyon et mort le à Cannes, est un scénariste et dessinateur de bande dessinée français.

Biographie[modifier | modifier le code]

De parents savoyards, le jeune René Pellarin, futur Pellos, naît dans le premier arrondissement de Lyon, le . Ses parents tentent de lui faire suivre une formation à l'école des Beaux-Arts de Genève qu'il quitte en claquant la porte dès la première leçon. Pellos n'aura donc appris son métier que « sur le tas ». Son « coup de patte » lui permet d'entrer à l'âge de 16 ans comme dessinateur de presse dans un journal satirique genevois : Guguss'[1], revue de Louis Bron, célèbre pour son engagement contre la prohibition de l'absinthe, puis dans d'autres journaux régionaux.

Parallèlement, il pratique le hockey sur gazon et, à l'âge de 16 ans, avec des camarades collégiens, il fonde le club de Varembé. Par la suite et durant une dizaine d'années, il est un des piliers de la première équipe du Servette Hockey Club de Genève. Ses qualité de centre-demi lui valent d'être sélectionné pour le premier match international de l'équipe suisse, en 1922, puis pour les Jeux Olympiques d'Amsterdam, en 1928. Il pratiqua également le football, le rugby à XV, la boxe et collabore à des journaux sportifs. C'est dans cet esprit qu'au milieu des années 50, il a livré une bande dessinée sportive, Rock Gérard, au journal IMA, l'ami des jeunes.

En 1930, il s'installe à Paris et commence sa carrière dans des périodiques tant généralistes que spécialisés dans le sport[2]. Ses travaux en tant qu'illustrateur sportif, publiés dans de nombreux périodiques, sont « de premier ordre »[1]. Rapidement adopté par le public, il lui est proposé de suivre le Tour de France, dont il devient le dessinateur de presse et caricaturiste fétiche pendant de nombreuses années. La carrière de Pellos est prolifique en bandes dessinées et, même s'il ne s'agit pas de son œuvre majeure, sa production d'une centaine d'albums des Pieds Nickelés (série de bande dessinée créée par Louis Forton) en 30 ans, après la Seconde Guerre mondiale, marque l'univers de la BD. Pellos la reprend à partir de 1948 et poursuit jusqu'en 1981[2]. Moins connu, mais sans doute plus original, il révolutionne le style science-fiction avec Futuropolis, une bande dessinée d'anticipation parue dans Junior de 1937 à 1940, dans laquelle il multiplie les audaces esthétiques[3]. Il propose également de nombreuses créations dans des périodiques pour la jeunesse[2].

Pellos est décédé le 8 avril 1998 à Cannes à l'âge de 98 ans, alors qu'il était le doyen des dessinateurs de bandes dessinées français.

Presse sportive et livres pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Match l'intransigeant de 1931 à 1939,
  • Cahiers de la France sportive en 1941,
  • Sport digest de 1949 à 1952,
  • Miroir Sprint de 1949 à 1971,
  • Sport sélection de 1953 à 1957.
  • Sport-Mondial de 1956 à 1967.
  • Miroir du cyclisme de 1961 à 1982.

Ses caricatures sur le Tour de France lui valent une véritable notoriété. Ses montagnes prennent visage humain, rient, s'étonnent ou deviennent menaçantes au passage des coureurs grimaçant sous l'effort. Il croque pendant des années les vedettes du peloton mais aussi les obscurs, les porteurs d'eau, pour des titres comme Miroir du Cyclisme, Miroir Sprint ou Sport Mondial. Antonin Magne, Fausto Coppi, Federico Bahamontes, Jacques Anquetil, Eddy Merckx et bien d'autres sont immortalisés sur le papier, souvent grimaçant sous l'effort ou s'envolant dans les cols.

La montagne[modifier | modifier le code]

Passionné de montagne, il passe près de la moitié de sa vie près du Mont Blanc, à Saint-Gervais-les-Bains. Il l'illustre en couleurs, dans des livres pour enfants de Philippe Gaussot parus vers 1946 chez l'éditeur Jean Landru à Chamonix : You-pi le chamois, et Hoppy la marmotte.Tschirb le choucas, annoncé, n'est cependant jamais paru. Il illustre notamment deux romans d'Herman Grégoire : Mademoiselle Hortense dans les grottes et le Parapluie de Mademoiselle Hortense. Le premier aux éditions Régrier, Chavany et Cie en 1946, le dernier aux éditions Archat en 1945. Un autre titre du même personnage, Les aventures de Mademoiselle Hortense, est illustré quant à lui par Roger Sam en 1944 chez Archat.

Ses principales séries[modifier | modifier le code]

Autres travaux[modifier | modifier le code]

  • Henry Clérisse, La conquête du grand nord, illustrations de Pellos, Nouvelle Collection d'Auteurs Français, Paris, 1936
  • Jean-Paul Tibéri et René Pellos (postface Raymond Poulidor), Pellos dessinateur sportif, Poitiers, Michel Fontaine, (ISBN 9782904237072).

Prix[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Philippe Bernard,, « Bande dessinée: Les Pieds Nickelés sont orphelins pour la seconde fois », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  2. a b et c Gaumer 2010.
  3. Patrick Gaumer, « Coups de cœurs : Futuropolis », dans Guide totem : La BD, Larousse, (ISBN 9782035051301), p. 288.
  4. « Festival d'Angoulême », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 31 janvier 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Schtroumpf / Les Cahiers de la bande dessinée no 31, 1976.
  • Édouard François, « Pellos », Phénix, no 6,‎ , p. 6-16.
  • Patrick Gaumer, « Pellos », dans Dictionnaire mondial de la BD, Larousse, (ISBN 978-2035843319), p. 661-662.
  • Jean-Michel Linfort, Le grand livre des illustrateurs, dessinateurs et caricaturistes du tour de France : traits et portraits de la Grande boucle ou l'art du Tour à travers la presse sportive, Le Coudray-Macouard, Cheminements, coll. « BEAUX LIVRES », , 411 p. (ISBN 978-2-8447-8745-3).
  • Pierre Pascal, Pellos, Sodieg, coll. « Bandes et bulles », 1977.
  • Bernard Roux, L'univers de Pellos, Brignais, Éd. des Traboules, coll. « YAOUANC », (ISBN 978-2-9156-8131-4).
  • Jean-Paul Tibéri, Pellos : Main d’or et Pieds Nickelés, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 1992.
  • Jean-Paul Tibéri, Pellos : L'Œuvre, Regards, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]