Nikita Mandryka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nikita Mandryka
Mandryka IMG 3273.jpg
Nikita Mandryka en 2011.
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Distinction

Nikita Mandryka, dit Mandryka (pseudonyme Kalkus à ses débuts), né le à Bizerte, est un auteur de bande dessinée français d'ascendance russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nikita Mandryka est le petit-fils d'un officier de marine russe resté fidèle au tzarisme, Alexandre Manstein. Lors des dernières convulsions de la Révolution russe la flotte de la Mer Noire, ralliée au baron Wrangel, appareille d'Odessa à destination de la Méditerranée, une odyssée qui prend vite des allures de débandade[1] et se termine par l'internement de la « Flotte de l'Armée Blanche » à Bizerte en Tunisie, alors sous mandat colonial français en décembre 1920. Une véritable colonie russe « blanche » s'établit dans ce port et une des figures marquantes en est Anastasia Manstein-Chirisky, tante de Nikita Mandryka et fille d'Alexandre Manstein, qui commandait le torpilleur Jarky, parvenu de justesse et en piteux état à Bizerte.

Nikita Mandryka passe son enfance en Tunisie avant de faire ses études secondaires en France, en particulier à l'Institut des hautes études cinématographiques. Il commence à publier ses premières bandes dessinées chez Vaillant, le journal de Pif : Les aventures potagères du Concombre masqué et Les Minuscules. En 1967, il passe à Pilote, écrit des scénarios pour Monzon et continue Le Concombre masqué dans Pilote.

Mandryka interviewé par Zyx en 1973.

Avec Claire Bretécher et Gotlib, il fonde en L'Écho des savanes dont il se retire en 1979.

Il devient rédacteur en chef de Charlie mensuel en avril 1982 lorsque le journal réapparaît, jusqu'en (du no 1 au no 16), où Philippe Mellot prend cette place (du no 17 au no 45) jusqu'à la fin de la parution en .

Il devient alors directeur de la rédaction de Pilote en 1984 et membre du comité de rédaction.

Il reprend Le Concombre masqué pour Dupuis dans les années 1990-1993 : La dimension Poznave et suivants. Actuellement, il anime le site du Concombre Masqué sur lequel il publie chaque semaine une planche du Bain de minuit, la nouvelle Aventure potagère du Concombre masqué.

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

Le Concombre Masqué
  1. Entre chien et chat, 1979
4. La Tour de Fer, 2000, prépublié dans BoDoï en 2000
5. Le Bout du Monde, 2003
6. Le Village Perdu, 2005
  • Participation au collectif Vive la politique, Dargaud, 2006
  • Du barouf dans le potage, Alain Beaulet, 2010
  • La vie d'une mouche, Alain Beaulet, 2011
  • Gardez l'argent, Alain Beaulet, 2012
  • Bitoniot se promène, Alain Beaulet, 2013
  • Le choc du futur, Alain Beaulet, 2013
  • Le Sac à malices, Alain Beaulet, 2013
  • Le jardin Zen, Alain Beaulet, 2014
  • La Veste, Alain Beaulet, 2015
  • Le travail tue, Alain Beaulet, 2015
  • Conc et Chou, Lanceurs d'alerte !, Alain Beaulet, 2017

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mandryka Nikita - Les mille et une influences du Concombre Masqué », sur www.leconcombre.com (consulté le 21 juin 2020)
  2. « Festival d'Angoulême », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 31 janvier 2019)
  3. www 20minutes ch, 20 Minutes, 20 Min www.20min.ch, « Le créateur du Concombre masqué récompensé », sur 20 Minutes (consulté le 30 novembre 2019)
  4. Antoine Duplan, « Bretzel liquide! Nikita Mandryka reçoit le Prix Töpffer 2019 », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 30 novembre 2019)
  5. (de-CH) Le Matin, Tamedia Espace AG, « Le créateur du Concombre masqué récompensé », sur www.lematin.ch (consulté le 30 novembre 2019)
  6. « Les prix Rodolphe Töpffer - Département de la culture et du sport - Ville de Genève », sur www.prixtopffer.ch (consulté le 30 novembre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :