Peyton Manning

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manning.
Peyton Manning
Description de cette image, également commentée ci-après

Peyton Manning en 2015.

Nom complet Peyton Williams Manning
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (40 ans)
à La Nouvelle-Orléans (Louisiane)
Taille 1,96 m (6 5)
Poids 104 kg (229 lb)
Surnom The Sheriff[1]
Numéro 18
Position Quarterback
Carrière universitaire ou amateur
1995-1998 Volunteers du Tennessee
Carrière professionnelle
Choix draft NFL 1er au total en 1998 par les
Colts d'Indianapolis
1998-2011
2012-2015
Colts d'Indianapolis
Broncos de Denver
Super Bowl XLI, L
Pro Bowl 1999, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2012 et 2013
All-Pro 2003, 2004, 2005, 2008, 2009, 2012 et 2013
MVP (AP) 2003, 2004, 2008, 2009 et 2013
Carrière pro. 1998-2016

(en) Statistiques sur NFL.com

Peyton Williams Manning, né le 24 mars 1976 à La Nouvelle-Orléans en Louisiane, est un joueur de football américain qui évolue au poste de quarterback dans la National Football League (NFL) entre 1998 et 2016.

Dès le lycée, Manning est l'un des meilleurs joueurs de football américain des États-Unis. Convoité par des dizaines d'universités, il décide de rejoindre l'université du Tennessee. Pendant quatre saisons, il bat tous les records des Volunteers à son poste. En 1997, pour sa dernière année universitaire, il reçoit de nombreuses récompenses et se présente à la draft 1998 de la NFL comme l'un des meilleurs jeunes joueurs.

Sélectionné en premier choix par les Colts d'Indianapolis, Peyton Manning évolue avec l'équipe pendant treize saisons, il excelle individuellement mais échoue collectivement à de multiples reprises. Il remporte un Super Bowl : le Super Bowl XLI lors duquel il est désigné meilleur joueur.

En 2012, les Colts laissent Manning libre de signer avec une autre franchise. Le joueur rejoint les Broncos de Denver et ajoute à son palmarès un deuxième Super Bowl : le Super Bowl 50. Après ce deuxième sacre, il annonce sa retraite après 18 ans de carrière dans la National Football League.

Régulièrement considéré comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps à ce poste, il détient également de nombreuses distinctions ainsi que la majorité des records les plus prestigieux à son poste : meilleur joueur de la saison à cinq reprises, plus grand nombre de touchdowns inscrits en une seule saison (55), du nombre de yards gagnés à la passe en une saison (5 477) et en carrière (71 940) et pour finir le prestigieux record de victoires en carrière (200), tous postes confondus.

Issu d'une grande famille du football américain, son père Archie a été un des meilleurs quarterback des années 1970 au sein des Saints de La Nouvelle-Orléans, et son frère, Eli, est actuellement le quarterback vedette des Giants de New York avec lesquels il a remporté deux Super Bowls.

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Manning est né le à La Nouvelle-Orléans en Louisiane, de l'union d'Olivia Williams et de l'ancien quarterback de la NFL Archie Manning. Lors de ses première années, Peyton grandit avec son frère aîné, Cooper, deux ans plus vieux que lui. Il joue au ballon et se dispute régulièrement[2]. En 1981, Olivia donne naissance à un troisième fils prénommé Eli.

Peyton grandit dans les pas de son père Archie Manning qui poursuit sa carrière en National Football League jusqu'en 1986. Bien qu'il n'ait jamais terminé une saison avec un bilan positif, Archie est une célébrité en tant que joueur de football américain professionnel[2]. Si Archie ne pousse pas son fils Peyton à jouer au football américain, le sport est une partie importante de la vie de la famille Manning[2]. Alors qu'il a trois ans, un journaliste demande à Peyton ce qu'il souhaite devenir et il repond : « quarterback »[3],[Note 1].

Manning va au lycée Isidore Newman de La Nouvelle-Orléans. Lors de sa première année au lycée, il joue quarterback et son frère aîné Cooper joue comme wide receiver. Alors qu'il va entrer à l'université du Tennessee, Cooper est contraint d'abandonner le football américain à cause d'une sténose du canal vertébral[4]. Peyton Manning, qui porte le numéro 14 jusque là, commence à porter le numéro 18 au lycée en honneur de son frère aîné[2].

Peyton mène son équipe à un bilan de 34 victoires pour 5 défaites durant ses trois saisons comme titulaire au lycée et devient le meilleur quarterback au lycée[2]. Newman a depuis retiré le numéro 18 des numéros possibles pour ses athlètes de football américain et le maillot est symboliquement présenté dans le gymnase de l'école[5].

Carrière universitaire de joueur de football américain[modifier | modifier le code]

Des dizaines d'universités sont intéressées pour s'attirer les services du talentueux jeune joueur. Les médias s'intéressent à son choix et pensent qu'il va suivre son père et son frère à Ole Miss[2]. Le , Peyton Manning choisit Tennessee, décevant de nombreux supporteurs du Mississippi[2].

Peyton Manning devient titulaire des Volunteers du Tennessee dès le quatrième match de sa première saison universitaire à la suite de la blessure successive des deux quarterbacks plus âgés que lui[6],[7]. Il prend les commandes au poste de quarterback et ne s'incline qu'à une seule reprise. Peyton Manning mène l'attaque à un large succès 45 à 23 contre université d'État de Virginie avec une performance de 12 passes complétées sur 19 tentatives et 189 yards lors du Gator Bowl 1994[8].

Manning et les Volunteers commencent la saison 1995 par des victoires contre East Carolina et de Géorgie. Contre les Gators de Floride, Manning lance pour 326 yards et touchdowns dans la seule première mi-temps. Cependant, après la mi-temps, les Vols sont dominés et s'inclinent sur le score fleuve de 62 points à 37[9]. Cette défaite est la seule de la saison pour Manning et son équipe qui enchaînent sur huit succès de rang et notamment une large victoire contre Alabama puis domine Ohio State dans le Citrus Bowl. Les Vols terminent la saison classés à la troisième place et Manning est sixième en termes de votes à la course au trophée Heisman.

En 1996, l'équipe commence la saison classée au deuxième rang universitaire et est l'un des favoris au titre national. Ils s'inclinent contre les Gators de Floride lors de la troisième rencontre de la saison alors que Manning lance quatre interceptions puis par Memphis malgré les 296 yards lancés par le quarterback. Les Vols remportent toutes les autres rencontres. Lors du Citrus Bowl contre Northwestern, Peyton Manning lance pour 408 yards et touchdowns et est nommé meilleur joueur du match dans un succès 48 à 28[10].

Ses performances universitaires impressionnent tous les observateurs. Le directeur du recrutement des joueurs universitaires des Giants de New York, Tom Boisure, dit de Peyton Manning : « Il est le premier choix. L'année dernière, cette année, l'année prochaine, quand il le souhaite »[6],[A 1]. Alors qu'il a la possibilité de devenir professionnel, il choisit de retourner à l'université pour la dernière saison et ne se présente pas à la draft 1997 de la NFL lors de laquelle il aurait été sélectionné par les Jets de New York qui possède alors le premier choix[11].

En 1997, Manning et les Vols terminent leur dernière saison ensemble avec un bilan de 11 victoires et 1 défaite et en tant que la troisième équipe universitaire du pays. Peyton Manning lance 380 passes lors de cette saison et ne se fait intercepter que quatre fois[6]. Il réussit une série des 115 passes complétées sans être intercepté[12]. Il termine dauphin de Charles Woodson au trophée Heisman[10].

Carrière professionnelle de joueur de football américain[modifier | modifier le code]

Les débuts professionnels du quarterback surdoué[modifier | modifier le code]

Sélection en premier choix par les Colts d'Indianapolis (1998)[modifier | modifier le code]

De nombreux experts pensent que Ryan Leaf est son principal rival de Peyton Manning pour le premier choix de la draft 1998 de la NFL. L'évaluation de Leaf est même meilleure que celle de Manning. Cependant, il y a peu de doutes en amont de la draft que Manning soit choisit en première position, tous les experts le jugent supérieur[13]. Lors du NFL scouting combine, les Colts d'Indianapolis organisent des rencontres avec les deux jeunes quarterbacks. Alors que Leaf rate son rendez-vous volontairement[14], Peyton Manning arrive en avance avec 25 questions auxquelles il souhaite des réponses[15].

Peyton Manning est sélectionné en première position lors du repêchage de l'année 1998. Il conclut à la fin du mois du juillet le contrat le plus rémunérateur de l'histoire de la National Football League pour un débutant pour un total de 48 millions de dollars dont une prime à la signature de 11,6 millions de dollars[16]. Il n'y a aucun doute sur le fait qu'il va commencer sa carrière avec les Colts d'Indianapolis en tant que quarterback titulaire quelques semaines plus tard. Dès la préparation de la saison 1998, les Colts sont rapidement rassurés sur le fait qu'ils ont fait le bon choix[Note 2],[17].

Apprentissage difficile (1998-2002)[modifier | modifier le code]

Lors de sa première saison dans la National Football League, en 1998, Peyton Manning subit plus de défaites que de succès. Il obtient sa première victoire contre les Chargers de San Diego l'autre célèbre quarterback débutant, Ryan Leaf, sur le score de 17 à 12[18],[19]. Dans la défaite contre les 49ers de San Francisco de Steve Young, il lance trois touchdowns à la passe, un record pour un quarterback débutant des Colts d'Indianapolis[20]. Il réitère cette performance contre les Jets de New York en novembre, en ajoutant un drive décisif en fin de rencontre pour l'emporter sur le score de 24 à 23[21]. Il est nommé joueur offensif de la semaine dans la conférence AFC[22]. Peyton Manning termine sa première saison dans la ligue avec un total de 28 interceptions, le plus grand nombre dans la ligue, et ne peut empêcher les Colts de terminer sur un mauvais bilan de 3 victoires pour 13 défaites.

L'apprentissage continue pour Peyton Manning lors de la saison 1999. Après un début de saison ponctué par des défaites contre les Chargers et les Patriots, il montre des signes de fortes progressions, menant l'attaque de son équipe lors d'une série de 11 victoires en 12 matchs, et remportant son premier titre de champion de la division AFC Est[23]. La saison 1999 est une année de premières pour Manning qui est sélectionné au Pro Bowl et se qualifie pour les matchs à élimination directe. Exempté de barrages, les Colts affrontent les Titans du Tennessee pour leur entrée dans la phase d'élimination directe. La défense des Titans arrive à contenir Peyton Manning, le limite à seulement un touchdown et inflige une défaite aux Colts sur le score de 19 à 16[24],[25].

La saison 2000 voit Manning s'imposer comme le meneur de son équipe. Il mène la National Football League avec 4 413 yards à la passe, 357 passes complétées et 33 touchdowns[26]. L'équipe est éliminée en barrages des matchs à élimination contre les Dolphins de Miami sur le score de 23 à 17 après prolongations[26],[27]. Après la deuxième défaite consécutives dès la première rencontre éliminatoire, Manning déclare sa frustration[27].

Lors de la première semaine de la saison 2001, Peyton Manning et les Colts surprennent en introduisent une attaque sans huddle[Note 3] qui leur permet d'accélérer le jeu et de ne laisser aucun répit à la défense[28]. L'effet est immédiat, les Colts dominent les Jets de New York sur le score de 45 à 24[29]. Deux semaines plus tard[Note 4], Peyton Manning complète pour 421 yards à la passe contre les Bills de Buffalo et glane un nouveau succès[30],[31]. Une défaite contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre va marquer un coup d'arrêt du bon début de saison et le doute va s'installer dans l'effectif des Colts[32],[33]. Peyton Manning réalise de bonnes statistiques mais la défense encaisse énormément de points[34]. Le quarterback n'est pas exempt de tout reproche, il lance quatre interceptions à domicile contre les 49ers de San Francisco. Critiqué par son entraîneur principal Jim Mora après la rencontre[35], sa relation avec celui-ci se détériore[36]. Manning et les Colts enchaînent alors une série de défaites qui éloignent Indianapolis de la qualification. L'équipe termine sur un bilan de 6 victoires et 10 défaites. L'entraîneur principal Jim Mora est viré à la fin de la saison[37].

En amont de la saison 2002, Tony Dungy devient le deuxième entraîneur principal de Peyton Manning en NFL. Après une série de trois défaites entre la semaine 5 et la semaine 8, les Colts se reprennent pour multiplier les défaites jusqu'à la fin de la saison régulière. Lors d'un large succès sur le score de 35 à 13 contre les Eagles de Philadelphie, Peyton Manning réalise le deuxième match avec une évaluation parfaite de sa carrière. Manning termine la saison avec 4 200 yards et 27 touchdowns à la passe. Qualifiés pour les rencontres à élimination, Manning et son équipe sont dominés dans tous les secteurs du jeu par les Jets et s'inclinent 41 à 0. Sélectionné pour le Pro Bowl, il y inscrit un touchdown.

Éclosion du talent de Peyton Manning au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

Meilleur joueur de la saison (2003)[modifier | modifier le code]

Peyton Manning commence la saison 2003 par cinq succès consécutifs dont une performance historique contre les Saints de la Nouvelle-Orléans : six touchdowns à la passe, alors son record en carrière et sa troisième rencontre avec une évaluation parfaite[Note 5],[38].

En sixième semaine, Manning et les Colts réalisent l'un des plus beaux retours de l'histoire de la NFL. Menés 35 à 14 alors qu'il reste 4 minutes, ils marquent rapidement puis recouvre le ballon sur un onside kick. Manning lance alors une passe de 28 yards pour un touchdown de Marvis Harrison sur une 4e tentative et 6 yards à gagner. Le score est alors de 35 à 28, il reste 1 minute 41 secondes et Manning obtient la possession du ballon. La série de jeux offensifs suivante menée par Manning permet aux Colts d'égaliser[39]. En prolongation, Indianapolis l'emporte sur un coup de pied de pénalité et devient la première histoire de l'histoire de la NFL à remporter un match après avoir été mené de 21 points[40],[41],[42].

Manning réalise également une partie mémorable contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre le 30 novembre. Il lance trois touchdowns en 6 minutes en deuxième mi-temps pour revenir au score mais échoue sur la ligne des 1 yard à trois reprises. Contre les Falcons d'Atlanta en semaine 14, Peyton Manning inscrit 5 touchdowns et est nommé joueur offensif de la semaine[43].

En rencontres éliminatoires, Manning passe les barrages en inscrivant touchdowns à nouveau et en ayant à nouveau une évaluation parfaite[44]. Les Colts battent les Broncos de Denver sur le score de 41 à 10[44]. Sa performance individuelle est récompensée par une nouvelle désignation comme joueur de la semaine. Lors du deuxième tour, les Colts dominent les Chiefs de Kansas City et se qualifient pour la finale de la conférence AFC où il retrouve les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Opposé à la défense de la Nouvelle-Angleterre, Peyton Manning ne trouve pas la solution et est dominé pendant toute la rencontre. Il se fait intercepter à quatre reprises et échoue aux portes du Super Bowl, les Colts d'inclinant sur le score de 24 à 14[45].

Peyton Manning est désigné meilleur joueur de la saison 2003 avec le quarterback des Titans du Tennessee Steve McNair. Il mène la ligue avec 29 touchdowns et 4 267 yards à la passe, est élu dans la meilleure équipe de l'année et au Pro Bowl lors duquel il inscrit touchdowns.

Confirmation de l'excellence (2004)[modifier | modifier le code]

La saison 2004 commence par un duel entre Peyton Manning et Tom Brady. Au terme d'une partie serrée, les Colts de Manning s'incline sur un field goal manquée de Mike Vanderjagt en fin de rencontre. Les Colts remportent leurs quatre rencontres suivantes. Peyton Manning inscrit touchdowns contre les Packers de Green Bay et contre les Chiefs de Kansas City[46], et 6 en moins de trois quarts temps contre les Lions de Détroit à Thanksgiving[47]. Emmenée par Manning, l'équipe des Colts effectue un retour victorieux contre les Chargers de San Diego après avoir été mené de 15 points[48]. Lors de la dernière rencontre de la saison régulière, Manning est mis au repos après le premier jeu offensif afin de se reposer en vue des matchs éliminatoires. Peyton termine la saison avec plusieurs records : une évaluation de 121,1 sur l'année et 49 touchdowns inscrit à la passe[49],[3]. Il lance pour 4 557 yards offensifs et n'est intercepté qu'à dix reprises. Manning est sélectionné pour la deuxième fois consécutive meilleur joueur de la saison avec 49 des 50 votes en sa faveur. Le quarterback des Colts est également désigné joueur offensif de la saison et reçoit un ESPY Award en tant que meilleur joueur NFL de l'année[50].

En rencontres à élimination, Peyton Manning passe de nouveau les barrages en dominant les Broncos avec 458 yards à la passe et touchdowns. La semaine suivante, il lance 4 interceptions et les Colts d'Indianapolis sont de nouveau battus par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre sur le score de 20 à 3[51].

Récompenses et nouvelle défaite (2005)[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2005, les Colts d'Indianapolis remportent leur treize premières rencontres de la saison, et notamment une victoire 40 à 21 contre les double champions en titre, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre[52],[53]. En semaine 15, toujours invaincue, l'équipe des Colts se présente contre les Chargers de San Diego. Peyton Manning et ses coéquipiers s'inclinent sur le score de 26 à 17[54],[55]. Manning est alors mis au repos pour les deux dernières rencontres de la saison et finit l'année 2005 avec 3 747 yards de gains à la passe[56]. Son évaluation de 104,1 est la meilleure de la saison[56].

Lors des rencontres éliminatoires, les Colts affrontent les Steelers de Pittsburgh. Peyton Manning est dominé et tente un retour dans le dernier quart-temps. Il met son buteur Mike Vanderjagt en position pour un coup de pied décisif mais celui-ci le manque[57],[58].

Manning termine la saison deuxième aux votes du meilleur joueur, derrière Shaun Alexander[59]. Il est nommé dans la meilleure équipe de l'année pour la troisième année consécutive, remporte la récompense de Walter Payton Man of the Year Award[60],[61] et est élu au Pro Bowl, lors duquel il lance un touchdown et trois interceptions[62].

Première victoire au Super Bowl (2006)[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XLI.
L'équipe des Colts d'Indianapolis en costumes sur le parvis de la Maison Blanche.
Peyton Manning, en costume, remet à George W. Bush le maillot 43 des Colts à la Maison Blanche.

La saison 2006 de Peyton Manning commence par une confrontation avec son frère, Eli Manning, et les Giants de New York lors du premier Manning Bowl en Sunday Night Football. Peyton, l'aîné, remporte la rencontre sur le score de 26 à 21. Il poursuit par de nouvelles victoires notamment contre les Texans où il avance de plus de 400 yards, les Jets où il inscrit un touchdown décisif sur un QB Sneak et les Broncos avec un retour dans le dernier quart-temps. Les Colts dominent ensuite les Patriots et les Bills pour être la dernière équipe invaincue de la saison en NFL. La série de succès s'arrête contre les Cowboys. Les Colts finissent la saison sur un bilan de 12 victoires pour 4 défaites et se qualifient pour les matchs éliminatoires.

En barrages, Peyton Manning complète 30 de ses 38 passes tentées et permet de dominer les Chiefs de Kansas City malgré ses trois interceptions. La semaine suivante, lors d'une rencontre défensive, il n'inscrit pas de touchdown mais les Colts viennent à bout des Ravens de Baltimore sur le score de 15 à 6. De nouveau opposé à Tom Brady et aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre en finale de conférence, Peyton Manning mène son équipe à un impressionnant retour en seconde mi-temps après être entré aux vestiaires en perdant 21 à 3. Il inscrit un touchdown à la passe et un à la course pour gagner 38 à 34 et réaliser le plus large comeback de l'histoire en finale de conférence. Manning se qualifie pour la première fois pour un Super Bowl.

Le 4 février 2007, Peyton Manning conduit son équipe à la victoire 29 à 17 sur les Bears de Chicago lors du Super Bowl XLI[63],[64]. Manning complète 25 de ses 38 passes tentées et avance de 247 yards offensifs sur le terrain[65] et est désigné MVP de la rencontre[66].

Domination stérile avec les Colts d'Indianapolis[modifier | modifier le code]

Victoires en saison régulière et défaite en rencontre éliminatoire (2007)[modifier | modifier le code]

La saison 2007 commence par sept victoires pour Peyton Manning. Le champion en titre retrouve alors les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et Tom Brady lors d'une rencontre très attendue et appelée le « Super Bowl 41 1/2 »[67]. Battu par deux touchdowns de Brady en fin de match, Manning subit sa première défaite de la saison depuis le bord du terrain. Sa semaine suivante, il lance 6 interceptions contre les Chargers de San Diego, son record en carrière. Il continue à être en difficulté contre les Chiefs de Kansas City, ne marquant aucun touchdown, mais arrive néanmoins à accrocher sa 100e victoire en carrière. Les Colts remportent les cinq rencontres suivantes et s'assurent une place en séries éliminatoires.

Exemptés de barrages, Manning et les Colts défendent leur titre contre les Chargers de San Diego au tour de division. Le quarterback avance de 402 yards, marque touchdowns à la passe mais ne peut empêcher la défaite 28 à 24 de son équipe. Peyton Manning est cependant présent au Super Bowl XLII en tant que supporter de son frère Eli qui réalise l'exploit de battre les Patriots, invaincus lors de la saison régulière.

Meilleur joueur de la NFL (2008)[modifier | modifier le code]

Pendant la préparation de la saison, le , Peyton Manning doit se faire opérer pour enlever une bourse séreuse infectée dans son genou gauche[68]. Il manque les rencontres de pré-saison et une grande partie de camp d'entraînement. Lors de la première rencontre de la saison, dans le tout nouveau Lucas Oil Stadium inauguré pour l'occasion, les Colts s'inclinent contre les Bears de Chicago sur le score de 29 à 13[69],[70]. La semaine suivante, ils sont menés 15 à 0 par les Vikings avant d'effectuer un retour et d'éviter la défaite[71]. Ils n'arrivent cependant par à battre les Jaguars en semaine 3[72].

En difficultés en début de saison, Peyton Manning et les Colts sont à un tournant de la saison contre les Texans de Houston et arrivent à arracher la victoire 31 à 27 alors qu'ils sont menés de 17 points à moins de cinq minutes de la fin de la partie[73],[74]. En 4e tentative et 6 yards à gagner, Peyton Manning inscrit un touchdown en lançant une passe pour son tight end débutant Tom Santi puis un autre en direction de Reggie Wayne. La victoire contre les Ravens de Baltimore à domicile ne lève pas les doutes sur les problèmes rencontrés. Les commentateurs de la rencontre indiquent que Peyton Manning a subi une deuxième opération du genou avant le début de la saison, ce que l'entraîneur des Colts confirment le lendemain de la rencontre[75].

Peyton Manning lance ensuite deux interceptions contre les Packers de Green Bay lors de la large défaite 34 à 14 puis est impuissant face aux Titans du Tennessee qui inscrivent 21 points consécutifs pour le battre. Lors du Sunday Night Football, il arrive cependant à dominer son rival Tom Brady. Manning et les Colts enchaînent alors avec des succès aux dépens des Steelers de Pittsburgh, Chargers de San Diego, Browns de Cleveland, Bengals de Cincinnati puis des Lions de Détroit. Sur sa lancée, Manning domine les Jaguars de Jacksonville, complète ses 17 premières passes et en réalisant son 7e retour de la saison. Il ne joue que le premier jeu lors de la dernière rencontre contre les Titans.

À la fin de la saison, Peyton Manning est élu meilleur joueur de la saison pour la troisième fois de sa carrière[76], devenant le deuxième joueur à réaliser cette performance après l'ancien quarterback des Packers de Green Bay Brett Favre. Au lendemain de la réception de sa récompense, Manning joue contre les Chargers de San Diego lors des barrages des matchs éliminatoires. Manning inscrit un touchdown de 72 yards pour Reggie Wayne mais les Chargers égalisent en fin de match, gagnent le tirage au sort en prolongations et marquent un touchdown sur leur première possession offensive, mettant fin à la saison de Peyton Manning sans que celui-ci ne puisse répondre[77],[78].

Super Bowl perdus avec les honneurs (2009)[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XLIV.

La saison 2009 des Colts commence avec un nouvel entraîneur principal, Jim Caldwell. Joueur offensif du premier mois de la saison, Peyton Manning remporte ses rencontres avec quatre performances avec plus de 300 yards lancés à la passe. Sans jeu de course efficace, toute l'attaque des Colts reposent sur le jeu de passes de Peyton Manning qui porte son équipe sur ses épaules[79]. Lors de la 9e semaine de la saison, il est opposé aux Texans de Houston et réalise une première mi-temps histoire en tentant 25 passes dans le premier quart-temps[Note 6] et 40 en première mi-temps, son record en carrière. Il devient le premier joueur à lancer pour 40 000 yards dans la même décennie. Les victoires continuent à s'enchaîner pour Peyton Manning qui bat le nombre de succès consécutifs en saison régulière avec 23 victoires entre la fin de la saison 2008 et le début de la saison 2009. Pour la deuxième fois consécutivement, Peyton Manning est désigné meilleur joueur de la saison, et devient le premier joueur de l'histoire à se voir décerner cet honneur quatre fois[80].

Exempté de premier tour, Peyton complète 30 passes pour 246 yards et inscrit touchdowns pour dominer les Ravens de Baltimore[81],[82]. La semaine suivante, il enchaîne en finale de conférence contre les Jets de New York et l'emporte sur le score de 30 à 17[83],[84]. Il se qualifie pour la deuxième fois de sa carrière pour le Super Bowl.

Au Super Bowl XLIV, les Colts affrontent les Saints de la Nouvelle-Orléans emmenés par leur quarterback Drew Brees. Peyton Manning commence la rencontre par un drive de 96 yards terminés par un touchdown à la passe pour Pierre Garçon. Manning inscrit un deuxième touchdown en deuxième mi-temps pour reprendre le score mais les Saints repassent devant dans la foulée. Mené 24 à 17, Peyton Manning lance alors une interception que Tracy Porter retourne pour un touchdown. Même s'il termine la partie avec 31 passes complétées sur 45, 333 yards et un touchdown, Peyton Manning s'incline lors de ce Super Bowl XLIV[85].

Nouvelle frustration (2010)[modifier | modifier le code]
De dos, un joueur numéro 18 en maillot blanc, s'appuie sur son pied gauche pour fuir un défenseur en vert et jaune qui court vers lui, sur un terrain de football américain.
Peyton Manning (n°18), de dos, chassé par le défenseur des Packers de Green Bay B.J. Raji (n°90).

Quelques semaines après la fin de la saison 2009, Manning se fait opérer au cou afin de réduire la douleur causée par un nerf coincé[86]. Cette blessure à la nuque est probablement liée au violent choc encaissé par Peyton Manning sur un plaquage de la défense des Redskins de Washington[87].

Lors du match d'ouverture de la saison 2010, Peyton Manning lance 57 passes et en complète 40, deux records en carrière, et inscrit touchdowns contre les Texans de Houston[88]. Il devient le premier quarterback à lancer trois touchdowns sans interception lors des trois premières rencontres de la saison depuis 1960. Manning réussit un retour contre les Chiefs de Kansas City et gagne sa 200e victoire en carrière en saison régulière contre les Eagles de Philadelphie. Contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Peyton inscrit touchdowns et avance de 396 yards à la passe mais perd sur une interception de fin de match[89]. La semaine suivante, il encaisse sa plus large victoire en carrière à domicile contre les Chargers de San Diego sur le score de 36 à 14[90]. Les Colts remportent la division AFC Sud. Manning devient le premier quarterback à se qualifier neuf saisons consécutives en matchs éliminatoires.

La saison se termine par une défaite des Jets de New York d'un point alors que l'équipe a mené au score pendant presque toute la rencontre[91],[92],[93]. Sans menace des jeux de course, les Jets utilisent une défense qui vise uniquement à arrêter les passes de Manning[93].

Blessure au cou et départ des Colts (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Après avoir joué toute la saison saison 2010 blessé au cou, Peyton Manning doit se faire opérer pour une deuxième fois le pour réparer un nerf coincé[94],[95]. Le , il signe un nouveau contrat de 5 années pour 90 millions de dollars avec les Colts d'Indianapolis[96],[97].

La guérison se révèle plus compliquée que prévue et l'empêche de commencer la saison 2011, mettant fin à une série de 208 départs de matchs consécutifs (encore loin toutefois du record de 321 matchs consécutifs de Brett Favre)[98]. Il est opéré pour la troisième en septembre 2011, cette fois-ci pour une fusion cervicale[99]. Sa convalescence étant compliquée, il est finalement contraint de ne pouvoir participer à aucun match de la saison pour la première fois de sa carrière.

Ce retrait forcé hors des terrains s'est fortement fait ressentir sur son équipe qui, après 8 saisons consécutives à plus de 10 victoires, a terminé la campagne 2011 (avec Curtis Painter comme quarterback titulaire) sur un piètre bilan de 2 victoires contre 14 défaites et s'est classée dernière équipe de toute la NFL[100]. La suite de la carrière de Peyton Manning est au cœur des débats de la fin de saison de la National Football League[100],[101].

À la suite de cette saison blanche, la direction des Colts prend la décision de reconstruire la franchise avec d'autres joueurs. Elle libère Peyton Manning le afin d'éviter de lui payer un bonus de 28 millions d'euros[102]. Il est remplacé à son poste par Andrew Luck, sélectionné en première position, comme Peyton Manning en son temps[103]. Deux jours après avoir été libéré, Peyton Manning tient une conférence de presse pour faire ses adieux à la ville d'Indianapolis lors de laquelle il déclare avec émotion : « Nous savons tous que rien ne dure à jamais. Les temps changent, les circonstances changent, et c'est la réalité de jouer dans la NFL... J'ai été réellement honoré »[A 2],[104].

Arrivée aux Broncos de Denver (2012)[modifier | modifier le code]

Agent libre et contrat historique[modifier | modifier le code]

Alors qu'il est agent libre, Peyton Manning est contacté par au moins douze équipes parmi lesquelles les Seahawks de Seattle, les 49ers de San Francisco, les Titans de Tennessee Broncos de Denver, les Cardinals de l'Arizona, ou encore les Dolphins de Miami[105]. Les équipes qui ont la faveur de Peyton Manning sont les Broncos et les Cardinals qui sont les seules franchises qu'il visite[105],[106].

Après de longues semaines d'attente, il annonce le 19 mars 2012 qu'il rejoint les Broncos de Denver[107]. Le lendemain, il signe un contrat de 5 ans pour un montant total de 96 millions de dollars[108]. Les Broncos de Denver lui offrent le numéro 18 malgré que celui-ci ait été retiré en hommage à Frank Tripucka, le premier quarterback de la franchise[109].

Première saison à Denver et premiers espoirs[modifier | modifier le code]

Malgré un début de saison 2012 délicat, avec notamment une défaite chez les Falcons d'Atlanta où il lance trois interceptions, laissant craindre une perte de niveau après un an de convalescence, il ne signe plus un seul match avec une évaluation inférieure à 90 à partir de la 4e semaine et entraîne son équipe vers onze victoires consécutives entre la 6e et la 17e semaine. Cela permet aux Broncos de décrocher leur deuxième titre de Division en deux ans (le 9e au total de Peyton) et de finir en tête de l'AFC, synonyme de qualification directe pour le match de division en rencontres à élimination.

Pour son premier match éliminatoire avec les Broncos, il affronte les Ravens de Baltimore au Mile High Stadium, par une température de -10 °C. Au cours d'un match fort en suspense, où ils sont donnés favoris, et qui se poursuit au travers de deux prolongations, ils s'inclinent finalement sur le score de 38 à 35 après une interception de Manning dans son camp et un field goal, mettant brutalement fin à leurs ambitions de Super Bowl[110],[111].

Fin de carrière avec les Broncos[modifier | modifier le code]

La saison de tous les records (2013)[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XLVIII.
De dos, un joueur en maillot blanc et short rouge, lançant un ballon, devant ses coéquipiers et une foule important en arrière-plan.
Peyton Manning (n°18), de dos, lançant un ballon de football américain lors du Pro Bowl 2013.

Lors de la saison 2013, il permet à son équipe de tenir sa revanche sur les Ravens dès le premier match de la saison en remportant une victoire 49 à 27 face à eux, match au cours duquel il devient le premier joueur depuis Joe Kapp en 1969 à inscrire touchdowns à la passe en un seul match[112]. Son début de saison parfait se poursuit avec cinq autres victoires, où son niveau de jeu lui permet de devenir le joueur à avoir inscrit le plus de passes de touchdown lors des six premiers matchs d'une saison (22) de l'histoire de la National Football League[113]. Sa saison historique se poursuit : le 22 décembre, durant la 15e journée, il inscrit son 51e touchdown de la saison, redevenant le détenteur du record du plus grand nombre de touchdowns lancés en une saison en battant les 50 de Tom Brady en 2007[114]. Lors du dernier match de saison régulière (contre les Raiders d'Oakland), il améliore son record et le porte à 55 passes de touchdown. Au cours de ce même match, il bat également le record du plus grand nombre de yards gagnés à la passe par un quarterback en une saison ; avec 5 477 yards[115], il dépasse d'une unité le précédent record (5 476 yards) détenu par Drew Brees, quarterback des Saints de La Nouvelle-Orléans, depuis 2011[116]. En plus d'obtenir des statistiques exceptionnelles[117], il permet à son équipe d'être l'une des meilleures de la saison régulière et aide les Broncos à décrocher pour une deuxième année consécutive le titre de leur division[118]. Il est désigné pour la cinquième et dernière fois de sa carrière meilleur joueur de la saison[119],[120],[121].

Lors du Super Bowl XLVIII, Peyton Manning mène l'attaque la plus prolifique de la ligue contre la défense la plus efficace, celle des Seahawks de Seattle et de la Legion of Boom[122].

Il est élu sportif de l'année 2013 par le magazine Sports Illustrated[123].

Nouvelle saison de records (2014)[modifier | modifier le code]
Un joueur de football américain avec un casque bleu foncé et un maillot orange, ballon en main et l'autre main en l'air pour préparer son geste de lancer.
Peyton Manning s'entraînant à la passe sous les couleurs des Broncos de Denver en 2014.

Peyton Manning passe les tests physiques pour jouer la saison 2014 avec les Broncos de Denver[124],[125]. Avant le début de la saison 2014, il est désigné meilleur joueur de la ligue par les joueurs[126]. Après sa victoire lors de la rencontre d'ouverture contre les Colts d'Indianapolis, Peyton Manning devient le deuxième quarterback après Brett Favre à obtenir un succès contre les 32 franchises de la National Football League[Note 7],[127],[128]. Le , Manning lance à Julius Thomas contre les Cardinals de l'Arizona sa 500e passe pour un touchdown en carrière, devenant le deuxième joueur à réaliser cette performance[129],[130],[131].

Le , face aux 49ers de San Francisco, Peyton Manning dépasse et établit le nouveau record de touchdowns à la passe en carrière[132],[133]. Les Broncos subissent une large défaite de 22 points contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre lors de la 9e semaine de la saison, malgré les 438 yards lancés à la passe par Peyton Manning[134]. Dès lors, plus les Broncos utilisent le jeu de passe de Manning, plus ils rencontrent des difficultés à gagner leurs matchs[134].

En rencontres éliminatoires, Peyton Manning perd lors du tour de division contre son ancienne équipe, les Colts, sur le score de 24 à 13. Après la défaite, il annonce avoir joué le dernier mois et la rencontre éliminatoire avec une déchirure du muscle droit fémoral[135].

Deuxième Super Bowl remporté et retraite (2015-2016)[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl 50.
De face, un joueur de football américain en tenue avec un casque blanc, un maillot rouge et des bas blancs, balle en main, regarde au loin.
Peyton Manning (n°18) balle en main lors du Pro Bowl 2006.

Lors de la 10e semaine, contre les Chiefs de Kansas City, Peyton Manning bat le record de Brett Favre pour le nombre de yards en carrière avec une passe de 4 yards pour Ronnie Hillman dans le premier quart-temps[136]. Ce match reste cependant comme l'un des plus mauvais de la carrière de Manning, il réussit 5 passes sur 20 pour seulement 35 yards et se fait intercepter à quatre reprises. Lorsque Gary Kubiak remplace Manning pour le jeune quarterback Brock Osweiler, Peyton a une évaluation à la passe de 0,0[137]. Le lendemain, la presse annonce que Manning est blessé et a une aponévrosite plantaire[138],[139],[140].

Cette blessure le laisse hors des terrains lors de la 11e semaine, lui faisant rater son premier match dans une saison où il est actif. Osweiler est efficace pendant l'absence de Manning, ce qui soulève des questions quant au retour de Manning comme titulaire. Alors que ce dernier revient à l'entraînement, Osweiler reste titulaire pour cinq rencontres consécutives.

À l'occasion du début des séries éliminatoires, Peyton Manning redevient titulaire[141].

Le Super Bowl 50 se déroule au Levi's Stadium le 7 février 2016. Alors que sont célébrés, en avant-match, les meilleurs joueurs des différents Super Bowl dont il fait partie, Peyton Manning se préparer à commencer son troisième Super Bowl. À 39 ans, il est le touchdown le plus âgé à commencer un Super Bowl[142]. Opposé aux Panthers de la Caroline, sa dernière performance est à l'image de sa saison : 13 passes complétées sur 23 tentatives, 141 yards gagnés à la passe, aucun touchdown et une interception[142].

Quelques semaines après avoir remporté son deuxième Super Bowl, Peyton Manning annonce qu'il met un terme à sa carrière[143]. Lors de sa conférence de presse, le , il déclare qu'il prend sa retraite après sa 18e année dans la ligue : « 18 est un bon nombre, et aujourd'hui, je me retire du football américain professionnel »[A 3],[144].

Postérité[modifier | modifier le code]

Après la retraite sportive de Peyton Manning, la franchise des Colts d'Indianapolis annonce la mise en place d'une statue du joueur devant le stade à Indianapolis et que son numéro 18 va être retiré par le club[145].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Peyton Manning s'est marié avec Ashley à Memphis lors du jour de la Saint Patrick en 2001. Ils se sont rencontrés alors que Manning est en première année à l'université. Ensemble, ils ont des jumeaux, un fils appelé Marshal Williams, et une fille Mosley Thompson, nés le .

La réputation de Manning se détériore à la suite de la plainte d'une entraîneur assistante de l'université de Tennessee qui l'accuse d'avoir mis ses fesses sur sa tête alors que l'assistante lui traite le pied[10]. Elle accepte un accord avec l'université pour mettre fin à l'affaire et plusieurs autres charges envers l'université en échange d'une indemnité de 300 000 dollars[10],[146]. En 2016, l'affaire revient dans la lumière médiatique à la suite d'une nouvelle plainte de six nouvelles femmes pour des faits présumés d'agressions sexuelles ayant eu lieu sur le campus de l'université du Tennessee[147].

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle américaine de 2012, Peyton Manning fait un don de 5 000 dollars au candidat du parti républicain Mitt Romney[148].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Université[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant reprend les statistiques complètes de Peyton Manning en saison régulière au cours de sa carrière universitaire[149] :

Statistiques de Peyton Manning en saisons universitaires
Année Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
1994 Volunteers du Tennessee 89 144 1 141 11 6 145,2 21 -28 -1,3 0
1995 Volunteers du Tennessee 244 380 2 954 22 4 146,5 41 6 0,1 0
1996 Volunteers du Tennessee 243 380 3 287 20 12 147,7 42 -131 -3,1 0
1997 Volunteers du Tennessee 287 477 3 819 36 11 147,7 49 30 0,6 0
Totaux 863 1 381 11 201 89 33 147,1 153 -123 -0,6 0

National Football League[modifier | modifier le code]

En 266 matchs de saison régulière en tant que joueur, Peyton Manning a lancé 539 passes de touchdowns et en a marqué 18 à la course. Le tableau suivant reprend les statistiques complètes de Manning en saison régulière au cours de sa carrière[150] :

Statistiques de Peyton Manning en saison régulière NFL
Année Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
1998 Colts d'Indianapolis 326 575 3 739 26 28 71,2 15 62 4,1 0
1999 Colts d'Indianapolis 331 533 4 135 26 15 90,7 35 73 2,1 2
2000 Colts d'Indianapolis 357 571 4 414 33 15 94,7 37 116 3,1 1
2001 Colts d'Indianapolis 343 547 4 131 26 23 84,1 35 157 4,5 4
2002 Colts d'Indianapolis 392 591 4 200 27 19 88,8 38 148 3,9 2
2003 Colts d'Indianapolis 379 566 4 267 29 10 99,0 28 26 0,9 0
2004 Colts d'Indianapolis 336 497 4 557 49 10 121,1 25 38 1,5 0
2005 Colts d'Indianapolis 305 453 3 747 28 10 104,1 33 45 1,4 0
2006 Colts d'Indianapolis 362 557 4 397 31 9 101,0 23 36 1,6 4
2007 Colts d'Indianapolis 337 515 4 040 31 14 98,0 20 -5 -0,3 3
2008 Colts d'Indianapolis 371 555 4 002 27 12 95,0 20 21 1,1 1
2009 Colts d'Indianapolis 393 571 4 500 33 16 99,9 19 -13 -0,7 0
2010 Colts d'Indianapolis 450 679 4 700 33 17 91,9 18 18 1,0 0
2011 Colts d'Indianapolis Ne joue pas à cause d'une blessure
2012 Broncos de Denver 400 583 4 659 37 11 105,8 23 6 0,3 0
2013 Broncos de Denver 450 659 5 477 55 10 115,1 32 -31 -1,0 1
2014 Broncos de Denver 395 597 4 727 39 15 101,5 24 -24 -1,0 0
2015 Broncos de Denver 198 331 2 249 9 17 67,9 6 -6 -1,0 0
Totaux 6 125 9 380 71 940 539 251 96,5 431 667 1,5 18


En 27 matchs éliminatoires en tant que joueur, Peyton Manning a lancé 40 passes de touchdowns et en a marqué 3 à la course. Le tableau suivant reprend les statistiques complètes de Manning en rencontres éliminatoires au cours de sa carrière[150] :

Statistiques de Peyton Manning en rencontres éliminatoires NFL
Année Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
1998 Colts d'Indianapolis N'est pas qualifié
1999 Colts d'Indianapolis 19 42 227 0 0 62,3 2 22 11 1
2000 Colts d'Indianapolis 17 32 194 1 0 82,0 1 -2 -2,0 0
2001 Colts d'Indianapolis N'est pas qualifié
2002 Colts d'Indianapolis 14 31 137 0 2 31,2 1 2 2 0
2003 Colts d'Indianapolis 67 103 918 9 4 106,4 4 3 0,8 0
2004 Colts d'Indianapolis 54 75 696 4 2 107,4 2 7 3,5 1
2005 Colts d'Indianapolis 22 38 290 1 0 90,9 0 0 0 0
2006 Colts d'Indianapolis 97 153 1 034 3 7 70,5 8 3 0,4 1
2007 Colts d'Indianapolis 33 48 402 3 2 97,7 1 -6 -6,0 0
2008 Colts d'Indianapolis 25 42 310 1 0 90,4 1 -1 -1,0 0
2009 Colts d'Indianapolis 87 128 956 6 2 99,0 3 -2 -0,6 0
2010 Colts d'Indianapolis 18 26 225 1 0 108,7 0 0 0 0
2011 Colts d'Indianapolis Ne joue pas à cause d'une blessure
2012 Broncos de Denver 28 43 290 3 2 88,3 1 -1 -1,0 0
2013 Broncos de Denver 91 128 910 5 3 94,2 3 -2 -0,7 0
2014 Broncos de Denver 26 46 211 1 0 75,5 0 0 0 0
2015 Broncos de Denver 51 92 539 2 1 75,4 5 10 2,0 0
Totaux 649 1 027 7 339 40 25 87,4 32 34 1,1 3


Lors des quatre Super Bowls que Peyton Manning a joué, le quarterback a remporté les deux finales lors desquelles il a les statistiques les plus faibles. Le tableau suivant reprend les statistiques complètes de Manning au Super Bowl au cours de sa carrière :

Statistiques de Peyton Manning au Super Bowl
Super Bowl Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
XLI Colts d'Indianapolis 25 38 247 1 1 81,8 1 0 0,0 0
XLIV Colts d'Indianapolis 31 45 333 1 1 88,5 0 0 0,0 0
XLVIII Broncos de Denver 34 49 280 1 2 73,5 1 0 0,0 0
50 Broncos de Denver 13 23 141 0 1 56,6 0 0 0,0 0

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Peyton Manning est pendant plus d'une décennie l'un des meilleurs joueurs de football américain. Collectivement, il échoue à de multiples reprises dans les rencontres à élimination même s'il est sacré à deux reprises avec deux franchises différentes : d'abord avec les Colts d'Indianapolis lors du Super Bowl XLI en 2006 face aux Bears de Chicago puis avec les Broncos de Denver lors du Super Bowl 50 en 2015 face aux Panthers de la Caroline.

Meilleur joueur du Super Bowl XLI, son succès consacre plusieurs années d'excellence individuelle récompensée par de multiples récompenses : meilleur joueur des saisons 2003 (avec Steve McNair) et 2004, meilleur joueur du Pro Bowl en 2005 notamment. En 2004, il bat le record de nombre de touchdowns avec 49 unités. Meneur des Colts d'Indianapolis, il échoue à nouveau à plusieurs reprises et voit grandir une réputation de perdant talentueux[151],[152]. Désigné à nouveau meilleur joueur des saisons 2008 et 2009, il s'incline lors du Super Bowl XLIV face aux Saints de La Nouvelle-Orléans en 2009.

Il multiplie les titres de division et sa régularité est récompensée de multiples sélections au Pro Bowl, match de gala réunissant chaque année les meilleurs joueurs de la saison NFL écoulée.

Alors qu'il change de maillot après ses multiples opérations au cou, Manning poursuit de construire son palmarès avec les Broncos de Denver. Il est désigné pour la cinquième et dernière fois meilleur joueur de la saison en 2013[153]. Il est le seul joueur de l'histoire à avoir reçu cet honneur plus de trois fois. Sa saison 2013 reste dans l'histoire lorsqu'il bat les records de nombre de touchdowns lancés en une saison avec 55 et de yards gagnés à la passe avec 5 477 yards. Pourtant, la fin de sa saison exceptionnelle, se termine à nouveau par une défaite au Super Bowl face aux Seahawks de Seattle en 2013. Il a lancé plus de 4 000 yards lors de 14 saisons différentes[154].

Le , il bat le record de 508 passes touchdowns en carrière appartenant à Brett Favre lors d'une rencontre face aux 49ers de San Francisco. Il lance une 509e passe de touchdown en carrière au receveur Demaryius Thomas. Ce record est l'un des plus représentatifs de la longue carrière au plus haut niveau de Peyton Manning[155].

Profil de jeu et personnalité[modifier | modifier le code]

Peyton Manning est connu pour être l'un des meilleurs quarterbacks de la NFL dans sa poche[156]. Sa mécanique de déplacement et de lancer est l'une des meilleures de la ligue[156].

Peyton Manning est un quarterback cérébral[157]. Il a mémorisé le playbook des Colts en une semaine, et a été capable de se souvenir de tous les détails de celui-ci en 2012 seize ans plus tard[158]. Il passe des heures et des heures dans une salle de vidéo pour analyser les systèmes de jeu et les défenses adverses. Son éthique de travail est souvent désignée comme l'une de ses principales qualités[3]. Manning utilise également beaucoup de codes et d'audibles avant de demander le snap[159]. Son audible « Omaha » devient célèbre lors de la saison 2013[160]. À chaque fois qu'il dit Omaha, des entreprises font une dotation à son association Peyback[161],[162]. Il est également possible de parier sur le nombre de fois qu'il va dire Omaha pendant le Super Bowl XLVIII[161].

Peyton Manning est connu pour être très actif derrière sa ligne offensive avant de lancer des jeux et de faire de grands gestes avec ses bras pour diriger son attaque[3].

Peyton Manning est considéré comme un athlète exemplaire[163]. Poli, il donne des discours de motivation à ses joueurs. Dès sa carrière universitaire, il créé une fondation « PeyBack » pour aider les jeunes défavorisés[163].

Aspects financiers[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il prend sa retraite en 2016, Peyton Manning est le joueur le mieux payé de l'histoire de la National Football League (NFL) avec 248 732 000 $ de gains en carrière[164]. Le tableau ci-dessous récapitule les revenus de Peyton Manning au cours de sa carrière professionnelle dans la NFL[165] :

Revenus en carrière de Peyton Manning
Année Équipe Salaire fixe Bonus Total
Bonus à la signature Bonus effectif Bonus de retructuration Autres bonus
1998 Colts 144 000 $ 11 600 000 $ 1 000 000 $ - - 12 744 000 $
1999 Colts 1 430 000 $ - - - - 1 430 000 $
2000 Colts 2 666 000 $ - - 8 400 000 $ - 11 066 000 $
2001 Colts 4 452 000 $ - - - - 4 452 000 $
2002 Colts 6 298 000 $ - - - - 6 298 000 $
2003 Colts 9 842 000 $ - 1 500 000 $ - - 11 342 000 $
2004 Colts 535 000 $ 34 500 000 $ - - - 35 035 000 $
2005 Colts 665 000 $ - - - - 665 000 $
2006 Colts 1 000 000 $ - - - 9 000 000 $ 10 000 000 $
2007 Colts 1 000 000 $ - - - 10 000 000 $ 11 000 000 $
2008 Colts 11 500 000 $ - - - - 11 500 000 $
2009 Colts 14 000 000 $ - - - - 14 000 000 $
2010 Colts 15 800 000 $ - - - - 15 800 000 $
2011 Colts 3 400 000 $ 20 000 000 $ 3 000 000 $ - - 26 400 000 $
2012 Broncos 18 000 000 $ - - - - 18 000 000 $
2013 Broncos 15 000 000 $ - - 10 000 000 $ - 25 000 000 $
2014 Broncos 15 000 000 $ - - - - 15 000 000 $
2015 Broncos 15 000 000 $ - - - 4 000 000 $ 19 000 000 $
Totaux 135 732 000 $ 66 100 000 $ 5 500 000 $ 18 400 000 $ 19 000 000 $ 248 732 000 $


Lors de la saison 2015, sa victoire lors du Super Bowl 50 lui rapportent un bonus de deux millions de dollars qui s'ajoute à celui du même montant obtenu lors de la qualification de l'équipe pour les matchs à élimination[166].

Peyton Manning a des contrats commerciaux avec Nike, DirecTV, Buick, Papa John's Pizza, Nationwide[167], Gatorade et Fanatics[164],[168]. Les revenus de ces contrats s'élèvent à 12 millions de dollars en 2015[168]. En 2014, le quarterback quitte la marque Reebok avec qui Manning était sous contrat depuis 12 ans. Peyton Manning est propriétaire de 32 concessions Papa John dans la région de Denver[164].

Peyton Manning dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Une statue de cire représentant Joe Montana est présente au musée Madame Tussauds d'Orlando[169].

Dans la série de jeu vidéo Madden NFL, Peyton Manning est édition après édition l'un des meilleurs joueurs du jeu. Il a reçu à de multiples reprises la meilleur note du jeu[170], et est le meilleur quarterback de Madden NFL 15[171].

Notes de Peyton Manning sur Madden NFL saison par saison (sur 100)[172]
Saison 99 2000 2001 2002 2003 2004 2005 06 07 08 09 10 11 12 13 25 15 16
Note 87 en augmentation 93 en augmentation 97 en diminution 92 en stagnation 92 en augmentation 97 en augmentation 99 en stagnation 99 en stagnation 99 en stagnation 99 en stagnation 99 en stagnation 99 en stagnation 99 en diminution 98 en diminution 93 en augmentation 97 en augmentation 98 en diminution 92

Son audible « Omaha » a eu un impact dans la ville d'Omaha et fait référence à Peyton Manning à Denver. L'aéroport international de Denver lui a rendu hommage à plusieurs reprises en indiquant « Omaha! » sur ses écrans[173],[174].

Rivalité avec Tom Brady[modifier | modifier le code]

« Pour moi, [Peyton Manning] est le meilleur de tous les temps. Il est mon ami, et quelqu'un que j'ai toujours regardé et admiré, parce qu'il veut toujours s'améliorer, et il ne se contente que du meilleur. Alors, quand vous le regardez et êtes capable d'apprendre de lui, je pense que cela m'aide à m'améliorer. »

— Tom Brady[175],[A 4]

Durant toute sa carrière, la rivalité Peyton Manning et Tom Brady grandit[176]. En plus d'être les deux meilleurs quarterbacks de leur génération, le parcours des deux joueurs se croisent à de nombreux reprises depuis leur arrivée dans la ligue en 1998 pour Manning et 2000 pour Brady[177]. En effet, le nombre de duels entre les deux joueurs s'élèvent à 17[178] et même s'ils ne s'affrontent pas directement, puisqu'ils ne sont jamais en même temps sur le terrain, leur rivalité est considérée comme l'une des plus grandes du sport[179],[180]. Chaque quarterback jouant contre la défense adverse, différente, il est difficile de comparer les performances des deux joueurs[181] mais le débat reste récurrent[182].

La famille du football américain et les Manning Bowls[modifier | modifier le code]

Peyton Manning est le fils d'Archie Manning, quarterback des Saints de la Nouvelle-Orléans de 1971 à 1981. Son jeune frère, Eli Manning, est sélectionné six ans après Peyton en premier choix de la draft NFL. La probabilité que deux frères jouent à la position de quarterbacks dans la National Football League est extrêmement faible et un fait unique[183]. La fratrie comprend également un troisième frère, Cooper, qui a abandonné le football américain avant d'entrer à l'université[184]. La réussite et la popularité des deux frères, célébrités sportives et vainqueurs de Super Bowls entraînent un intérêt médiatique sur la famille Manning. Ensemble, la famille Manning organise chaque été depuis 1995 un camp pour jeunes joueurs appelée Manning Passing Academy[185].

En septembre 2006, les deux frères s'affrontent pour la première fois de leur carrière dans ce qui est appelé le premier Manning Bowl[186]. Les Colts d'Indianapolis de Peyton domine également le deuxième Manning Bowl sur le score de 38 à 14[187]. Peyton Manning remporte le troisième et dernière confrontation entre les deux frères en septembre 2013. Alors qu'il joue sous ses nouvelles couleurs à Denver, son équipe s'impose sur le score de 41 à 23[188],[189].

Peyton et sa famille ont également réalisé une publicité commerciale ensemble[190]. En 2013, le documentaire de Rory Karpf qui consacre plus d'une heure sur la famille Manning et diffusé par la chaîne ESPN et intitulé The Book of Manning confirme l'intérêt médiatique pour la famille du football américain.

Image médiatique[modifier | modifier le code]

En 2005, avec son frère Eli, Peyton Manning vient en assistance aux habitants dévastés par l'ouragan Katrina en faisant livrer plus de quinze tonnes d'eau et de vivres à la Nouvelle-Orléans[191].

En septembre 2007, l'hôpital Saint-Vincent d'Indianapolis renomme son hôpital pour enfants au nom de Peyton Manning pour la relation qu'il développe avec l'établissement depuis son arrivée dans la ville[192].

À la fin de l'année 2015, la chaîne de télévision Al Jazeera diffuse et met en ligne un documentaire intitulé « The Dark Side » lors duquel il déclare que Peyton Manning se doperait au hormones de croissance[193]. Le quarterback dénie ses accusation à la télévision[194]. L'agence américaine antidopage lance une enquête sur le joueur après la diffusion de ce reportage[195].

Manning est présent au Bristol Motor Speedway en avril pour assister la 8e manche du championnat NASCAR et supporter le pilote Dale Earnhardt Jr. qui conduit la voiture Nationwide dont Manning et Earnhardt Jr. sont ambassadeurs[196].

Impact sur la ville d'Indianapolis[modifier | modifier le code]

Avant que Peyton Manning n'arrive à Indianapolis en 1999, la ville est connue pour les sports automobiles avec principalement les 500 miles d'Indianapolis. Le basket-ball s'est également fait une place dans la ville avec la franchise des Pacers d'Indiana et l'ère Reggie Miller qui a mis la franchise sous les projecteurs[197]. La franchise de football américain des Colts n'est arrivée à Indianapolis qu'en 1983 et n'a pas un fort support dans la ville avant l'arrivée de Peyton Manning[198]. Ils n'ont remporté qu'une seule rencontre éliminatoire et sortent d'une saison catastrophique qui leur a permis d'obtenir le premier choix de la draft.

Avec Peyton Manning, les Colts vont devenir l'une des meilleures franchises de la ligue et aller en séries éliminatoires à dix reprises en douze saisons. Cette période de succès va amener la construction du stade Lucas Oil Stadium en 2008 à la suite d'une période vaste pour le football américain dans la région et notamment la victoire lors du Super Bowl XLI[197]. Le stade accueille le Super Bowl XLVI en février 2012[199] avec toutes les répercutions économiques positives pour la ville qu'entraîne l'organisation de l'évènement[200].

Après la fin de sa carrière en 2016, la ville d'Indianapolis déclare une semaine officielle d'hommage à leur ancien joueur Peyton Manning[201].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « He's the first pick. Last year, this year, next year, whenever he wants. »
  2. (en) « We all know that nothing last forever. Times change, circumstances change, and that's the reality of playing in the NFL... I've truly been blessed. »
  3. (en) « 18 is a Good Number & Today, I Retire from Pro Football »
  4. (en) « To me, he’s the greatest of all time. He’s a friend of mine, and someone that I always watch and admire, because he always wants to improve, he always wants to get better, and he doesn’t settle for anything less than the best. So, when you watch the best and you’re able to learn from the best, hopefully that helps me get better. »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cet article traite d'un joueur de football américain. Le lexique du football américain et canadien y est utilisé.
  2. Ryan Leaf est l'un des plus mauvais choix de draft de l'histoire de la NFL. Il termine sa première saison avec les Chargers avec un bilan de touchdowns pour 15 interceptions en 10 matchs joués. Il est remplacé par Craig Whelihan en cours de saison. Une blessure à l'épaule lui fait manquer sa deuxième saison NFL. Sa troisième saison est également catastrophique, les Chargers finissent avec 1 victoire pour 15 défaites. Leaf est libéré de son contrat. Il fait plusieurs tentatives de retour en 2001 mais met un terme à sa carrière après qu'il soit coupé par les Cowboys. Leaf est arrêté à plusieurs reprises et fait de la prison pour détention de drogues en 2009 et 2012, et pour violation de domicile en 2014.
  3. Au football américain, le huddle est l'action collective consistant à se regrouper ensemble, en cercle, afin de partager sa stratégie et de se motiver. Le meneur du huddle est généralement le quarterback
  4. La deuxième semaine de compétition de la saison 2000 est repoussée en raison des attentats du 11 septembre 2001.
  5. Peyton Manning est le premier quarterback à inscrire six touchdowns à la passe depuis Mark Ripier avec les Redskins de Washington en novembre 1991.
  6. Il s'agit du record de tentatives de passes dans un premier quart-temps depuis 1991.
  7. Le nombre des franchises de la NFL passe à 32 que lors de la saison 2002.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James Dator, « Why is Peyton Manning’s nickname 'The Sheriff’? », SB Nation,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) ESPN: The Book of Manning, Rory Karpf, 2013
  3. a, b, c et d (en) Joe Garner et Bob Costas, 100 Yards of Glory : The Greatest Moments in NFL History, Houghton Mifflin Harcourt, , 320 p. (ISBN 978-0547547985), « The Great Quarterbacks - Peyton Manning », p. 242 à 245
  4. (en) John Ed Bradley, « The Other Brother Like his famous father, Archie, and younger siblings, Peyton and Eli, Cooper Manning had NFL-caliber talent. Then his body betrayed him »,‎ (consulté le 7 mars 2016)
  5. (en) Matt Winkeljohn, « Manning brothers lift Isidore Newman », sur ESPN.com,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  6. a, b et c (en) Tim Layden, « Matinee Idol Now Playing on Saturday Afternoons : Tennesse's Peyton Manning, who is Reveling in his Birthright as the Nation's Best Quarterback »,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  7. (en) Chris Baker, « Season Ends Abruptly for Colquitt : Volunteers: Quarterback suffers torn knee ligament after waiting five years to become a starter. », The Los Angeles Times,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  8. (en) Javier Solano, « Tennessee Rips Virginia Tech : The Vols Finished The Season Winning Seven Of Eight, Including A 45-23 Victory In The Gator Bowl. », Orlando Sentinel,‎ nil (consulté le 30 avril 2016).
  9. (en) Charlie Nobles, « For Gators, It's the Last 30 Minutes That Count », The New York Times,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  10. a, b, c et d (en) Bob Carter, « Plain and Simply Outstanding », sur ESPN.com (consulté le 30 avril 2016).
  11. (en) Mark Coatney, « Peyton, Placed », Times,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  12. (en) « Peyton Manning », sur www.utsports.com (consulté le 24 avril 2016).
  13. (en) Peter King, « The Chairmen : Peyton Manning and Ryan Leaf are the class of the NFL draft, but experts say one of them stands head and shoulder pads above the other », Sports Illustrated,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  14. (en) Doug Farrar, « Agent: Manning was first pick in '98 draft because Ryan Leaf sabotaged the process », sur www.si.com,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  15. (en) Zak Keefer, « In appreciation of Peyton Manning », sur www.indystar.com,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  16. (en) « Colts Agree With Manning », The New York Times,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  17. (en) Clyde Haberman, « Manning or Leaf? A Lesson in Intangibles », The New York Times,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  18. (en) Don Pierson, « Colts 17, Chargers 12 : Top Picks Fail To Pack 'em In ; Leaf Wins Duel, Manning The Game », Chicago Tribune,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  19. (en) Associated Press, « Scoreboard Tells the Story of Manning-Leaf Matchup », The Los Angeles Times,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  20. (en) « Young, 49ers Top Manning, Colts », sur www.cbsnews.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  21. [vidéo] (en) « Manning's Greatest Games : 1998 vs. Jets », sur www.nfl.com (consulté le 11 avril 2016)
  22. (en) « Peyton Manning », sur www.colts.com (consulté le 12 avril 2016)
  23. (en) Tom Rietmann, « Colts Season in Review : 1999 », sur www.colts.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  24. (en) Mike Freeman, « Strange But True, Titans' Run Continues », The New York Times,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  25. (en) Patricia Lee, « The Peyton Manning Playoff Question », Grantland,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  26. a et b (en) Tom Rietmann, « Colts Season in Review : 2000 », sur www.colts.com,‎ (consulté le 13 avril 2016)
  27. a et b (en) « Dolphins stay afloat in AFC playoffs  », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  28. (en) Craig Kelley et Kevin Bowen, « SERIES FLASHBACK: 2001, 2006 », sur www.colts.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  29. (en) « Manning skips huddles in rout », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  30. (en) Don Pierson, « Manning outsmarts Bills : Colts QB throws 4 TD passes in 421-yard day », Chicago Tribune,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  31. (en) « Colts find a fourth cylinder in rout », sur ESPN.com,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  32. (en) « Colts' curse continues at Foxboro », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  33. (en) « Defense leads 44-13 win over Colts », sur www.patriots.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  34. (en) Tom James, « Coach carousel spins : After four seasons, Colts show Jim Mora the door », Tribune-Star Correspondent,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  35. (en) Greg Garber, « Remembered for that? You kidding me? », sur ESPN.com,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  36. (en) Jamison Hensley, « Manning airs out on Colts' Mora », The Baltimore Sun,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  37. (en) Jim Marot, « Mora out in Indianapolis », USA Today,‎ (consulté le 28 avril 2016).
  38. (en) « Harrison catches three touchdowns in rout », sur ESPN.com,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  39. (en) « Bucs' defense allows 28 2nd-half points », sur ESPN.com,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  40. (en) Jungkyu Lee, « MNF moments, No. 7: Colts' comeback », sur ESPN.com,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  41. [vidéo] (en) « Films Encore: 03' Colts Monday Night Comeback », sur www.nfl.com (consulté le 15 mars 2016)
  42. (en) Joe Garner et Bob Costas, 100 Yards of Glory : The Greatest Moments in NFL History, Houghton Mifflin Harcourt, , 320 p. (ISBN 978-0547547985), « Great Comebacks - October 3, 2003: Colts 38, Buccaneers 35 », p. 268 et 269
  43. (en) Michael Silver, « Hand Him the MVP : Colts quarterback Peyton Manning is having the best season of his six-year career, but to silence his critics he has to win in the playoffs », Sports Illustrated,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  44. a et b (en) « Manning was 22-of-26 for 377 yards, 5 TDs », sur ESPN.com,‎ (consulté le 13 avril 2016)
  45. (en) « Law nabs three INTs, Vinatieri boots five FGs », sur ESPN.com,‎ (consulté le 13 avril 2016)
  46. (en) « Manning's 472 yards, 5 TDs not enough », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  47. (en) « Manning throws 6 TDs in less than three quarters », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  48. (en) « Colts overcome 15-point deficit for 8th straight victory », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  49. (en) Michael Silver, « Passing Marks : The Colts' Peyton Manning is on the verge of breaking a hallowed record by throwing for more touchdowns than one of his idols », Sports Illustrated,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  50. (en) « The 2004 ESPY Awards winners », sur ESPN.com (consulté le 13 avril 2016)
  51. (en) Jackie MacMullan, « Manning: Beating a dead horse », sur www.boston.com,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  52. (en) « Manning throws 3 TDs, spreads wealth for Colts », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  53. (en) Barry Wilner, « Colts Clobber Patriots 40-21 », The Washington Post,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  54. (en) « Chargers knock off Colts, end chances for perfect season », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  55. (en) Mike Penner, « All the Odds Were Stacked Against Undefeated Colts », The Los Angeles Times,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  56. a et b (en) « 2005 NFL Passing », sur www.pro-football-reference.com (consulté le 30 avril 2016).
  57. (en) Tom Rietmann, « Colts season in review : 2005 », sur www.colts.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  58. (en) « Steelers survive as Colts' attempt to tie sails wide », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  59. (en) Associated Press, « Alexander is first, Manning second in MVP voting », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  60. [vidéo] (en) « Peyton Manning 2005 Walter Payton Man of the Year », sur www.nfl.com (consulté le 11 avril 2016)
  61. (en) « Colts QB Manning named Walter Payton NFL Man of the Year », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  62. (en) Associated Press, « Defense leads NFC to 23-17 Pro Bowl win », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  63. (en) Michael Silver, « Bringing It Home : Trusting in each other and in the guiding hand of their history-making coach, Peyton Manning and the Colts came together in the South Florida rain to vanquish the Bears and lay claim to greatness », Sports Illustrated,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  64. (en) Paul Zimmerman, « Possession Obsession : The Colts' methodical offense and speedy defense kept the ball out of the Bears' hands », Sports Illustrated,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  65. Freedman 2009, « Super Bowl King », p. 7
  66. « Le 41e Super Bowl pour les Colts », sur www.lexpress.fr,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  67. (en) Paul Zimmerman, « Super Bowl XLI 1/2 : It's the biggest game of the season—again. But this time, after losing three straight to Indianapolis, New England looks too hot to handle », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  68. « Manning sous le bistouri », Radio-Canada,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  69. (en) « Forte, Bears hand Colts first loss in Sept./Oct. in 21 games », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  70. (en) Vaughn McClure, « Forte shines in debut as Bears stun Colts », Chicago Tribune,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  71. (en) « Manning rallies Colts, avoids first 0-2 start since 1998 », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  72. (en) « 51-yard FG by Scobee helps Jaguars beat Colts, avoid an 0-3 start », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  73. (en) « Rosenfels' costly turnovers in final minutes keep Texans winless », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  74. [vidéo] (en) « Colts 31, Texans 27 », sur www.nfl.com (consulté le 18 avril 2016)
  75. (en) « Dungy: Manning had two surgeries on left knee », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  76. (en) Associated Press, « Manning joins Favre as 3-time MVP », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  77. (en) « Speedy Sproles charges San Diego past streaking Colts », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  78. (en) Associated Press, « Sproles' big day lifts Chargers over Colts in overtime », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  79. (en) Peter King, « Manning at his Best : With a new coach, new targets and no running game, Peyton Manning is more productive than ever—and the Colts are undefeated. Here's how the league's hardest-working, most cerebral QB is getting it done », Sports Illustrated,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  80. (en) Judy Battista, « Peyton Manning Is Named League M.V.P. for Record Fourth Time », The New York Times,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  81. [vidéo] (en) « Divisional playbook : Ravens vs. Colts recap », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  82. (en) « Manning, Colts ignore layoff as four turnovers doom Ravens », sur ESPN.com,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  83. [vidéo] (en) « AFC Championship Playbook : Colts adjustments », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  84. (en) « Colts make up 11-point deficit to push aside Jets on way to fourth Super Bowl », sur ESPN.com,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  85. (en) Bethany Bradsher, Super Bowl 50 : Celebrating Fifty Years of America's Greatest Game, JKR Ventures, , 329 p. (ISBN 978-0986085000), « Super Bowl XLIV », p. 136 et 137.
  86. (en) La Presse Canadienne, « Peyton Manning opéré au cou », La Presse,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  87. [vidéo] (en) « Did Reskins cause Manning's neck injury? », sur www.nfl.com (consulté le 24 avril 2016).
  88. (en) « Arian Foster runs for 231 yards, 3 TDs as Texans fend off Colts », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  89. (en) « Peyton Manning's late INT kills rally as Tom Brady lifts Patriots », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  90. (en) « Chargers torment Peyton Manning to dispatch Colts, win 4 straight », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  91. (en) « Wild-card playoffs: Jets-Colts highlights », sur www.nfl.com (consulté le 30 avril 2016).
  92. (en) Ian O'Connor, « Sanchez brings curtain down on Peyton », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  93. a et b (en) Paul Kuharsky, « Route to fast exit stings the Colts », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  94. (en) Sally Jenkins, « Peyton Manning on his neck surgeries rehab — and how he almost didn’t make it back », The Washington Post,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  95. Stéphane Laporte, « Le cou de Peyton », La Presse+,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  96. (en) « Manning signs 5-year, $90 million deal; Colts re-sign RB Addai », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  97. (en) Judy Battista, « Manning’s $90 Million Deal Gives the Colts Flexibility », The New York Times,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  98. (en) « Last QB Not Named Peyton Manning To Start For Colts Was Jim Harbaugh », SB Nation,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  99. Associated Press, « Peyton Manning de nouveau opéré au cou », La Presse,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  100. a et b (en) Sean Gregory, « Why The Colts Should Pass On Peyton Manning », Times,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  101. (en) Sean Gregory, « Super Bowl 46: A Break From Peyton Manning », Times,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  102. « Foot US: viré pour économiser 28 millions de dollars », sur www.lexpress.fr,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  103. (en) Reuters, « Colts to draft Luck to replace Manning », sur www.eurosport.com,‎ 24 avriçl 2012 (consulté le 12 avril 2016)
  104. (en) Lew Freedman, Indianapolis Colts: The Complete Illustrated History, MVP Books, , 224 p. (ISBN 978-0-7603-4330-2), p. 207
  105. a et b (en) Chris Mortensen et Adam Schefter, « Peyton Manning narrows options », sur ESPN.com,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  106. (en) Joel Thorman, « Free Agent Peyton Manning Is Done Visiting Teams, According To Report », SB Nation,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  107. (en) Peter King, « Peyton Manning's Long Game : The behind-the-scenes story of how the most prized free agent in NFL history hit the recruiting trail—and how he ended up a Denver Bronco », Sports Illustrated,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  108. (en) « Peyton Manning, Broncos agree to five-year, $96 million deal », sur NFL.com,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  109. (en) Sean Gregory, « Peyton Manning Will Wear Number 18 In Denver. Why, Exactly, Do We Care? », Times,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  110. (en) « Ravens beat Denver Broncos, 38-35, in AFC divisional playoff, », Baltimore Sun,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  111. « Une soirée de pure folie », sur www.eurosport.fr,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  112. (en) The Associated Press, « Manning Throws 7 Touchdown Passes as Broncos Rout Ravens », The New York Times,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  113. (en) Sean ODonnell, « Examining Peyton Manning's Record-Setting Pace Through Week 6 », Bleacher Report,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  114. « Peyton Manning a effacé Brady », L'Equipe,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  115. Richard Labbé, « Toujours le même Peyton Manning », La Presse,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  116. (en) « Peyton Manning sets mark for passing yards in season », sur nfl.com,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  117. (en) Peter Bukowski, « The greatest QB season ever? 2013 may not even be best of Peyton Manning's career », Sports Illustrated,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  118. (en) « Broncos clinched their 13th division title, playoffs for 20th time in 53 years, », The Denver Post,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  119. (en) Chris Wesseling, « Peyton Manning is MVP of NFL for record fifth time », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  120. (en) Lorenzo Reyes, « Peyton Manning wins 2013 NFL Most Valuable Player award », USA TODAY,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  121. (en) « Manning gets fifth MVP, wins top offensive player », The Chicago Tribune,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  122. (en) Ben Shpigel, « Denver’s Offense (Unstoppable) vs. Seattle’s Defense (Unmovable) », The New York Times,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  123. (en) Lee Jenkins, « Peyton Manning: 2013 Sportsman of the Year : Two years after his career appeared in jeopardy, the Broncos' quarterback is burnishing his legacy with a record-breaking season, further inspiring a legion of Peytons to strive for excellence in his (and their) name », Sports Illustrated,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  124. (en) Larry Fine, « Broncos' Manning gets physical all-clear for 2014 season », Reuters,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  125. (en) Denver Nicks, « Peyton Manning Reportedly Passes Physical to Play in 2014 », TIME,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  126. (en) Dan Hanzus, « Peyton Manning lands at No. 1 on 'Top 100' countdown », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  127. (en) « Peyton Manning keys Broncos' first-half romp before Colts' rally falters », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  128. (en) Michael Powell, « A New Season of Typecasting for N.F.L. Quarterbacks : Peyton Manning and Andrew Luck Plagued by Reductionism », The New York Times,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  129. (en) Chris Wesseling, « Peyton Manning becomes second QB with 500 TDs », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  130. (en) Jeff Legwold, « Peyton Manning throws 500th TD », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  131. (en) Mark Lamport-Stokes, « Broncos' Manning emulates Favre with 500th TD pass », Reuters,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  132. (en) Jeff Legwold, « Peyton Manning breaks TD record », sur ESPN.com,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  133. (en) The Associated Press, « Peyton Manning Sets Career Touchdown Record in Denver Broncos Win », The New York Times,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  134. a et b (en) Jeff Legwold, « Reasons for Manning's late-season dip », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  135. (en) Adam Schefter, « Peyton was injured for past month », sur ESPN.com,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  136. (en) Nicki Jhabvala, « Peyton Manning's night of celebration turns sour, awkward : Manning set passing record, was later benched », sur http://www.denverpost.com/, The Denver Post,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  137. (en) Troy E. Renck, « Gary Kubiak: I shouldn't have played Peyton Manning in loss to Chiefs : Manning owned a 0.0 quarterback rating in the game », sur http://www.denverpost.com/, The Denver Post,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  138. (en) Conor Orr, « Peyton Manning battling plantar fasciitis », sur NFL.com,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  139. (en) Adam Schefter, « Peyton Manning has torn plantar fascia in left foot, had trouble walking », sur ESPN.com,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  140. (en) Troy E. Renck, « Explainer: Treatment, recovery time from torn plantar fascia », The Denver Post,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  141. « NFL Peyton Manning redevient titulaire à Denver », sur www.lequipe.fr,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  142. a et b (en) Greg Bishop, « Von Trapped », Sports Illustrated,‎ (consulté le 7 mars 2016)
  143. (en) Gregg Rosenthal, « Broncos quarterback Peyton Manning to retire », sur NFL.com,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  144. (en) NFL, « Peyton Manning: "18 is a Good Number & Today, I Retire from Pro Football" - NFL News » [[vidéo]],‎ (consulté le 8 mars 2016)
  145. AFP, « NFL: Peyton Manning aura sa statue à Indianapolis », sur www.liberation.fr,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  146. (en) Associated Press, « Trainer's settlement involved more than Manning's mooning », The Augusta Chronicle,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  147. (en) The Associated Press, « Peyton Manning Cited in Sexual-Assault Lawsuit », The New York Times,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  148. (en) Samantha Grossman, « Voting with the Stars: Which Candidates Are the Celebrities Endorsing? », Times,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  149. (en) « Peyton Manning », sur www.sports-reference.com (consulté le 29 mars 2016)
  150. a et b (en) « Peyton Manning », sur http://www.pro-football-reference.com/ (consulté le 29 mars 2016)
  151. Nicolas Rouyer, « Super Bowl : Peyton Manning, une icône américaine », sur www.europe1.fr,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  152. (en) Tim Keown, « Manning's a loser, for now », sur ESPN.com,‎ (consulté le 18 avril 2016)
  153. (en) « Peyton Manning cruises to record fourth NFL MVP award », USA Today,‎ (consulté le 3 mars 2016)
  154. (en) Bill Barnwell, « Peyton Manning's clear imprint on the NFL », sur ESPN.com,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  155. (en) Gregor Aisch et Kevin Quealy, « Why Peyton Manning's Record Will Be Hard to Beat : The Broncos quarterback set the all-time N.F.L. touchdown passing record — and is still going strong. », The New York Times,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  156. a et b (en) Steven Ruiz, « QB Rank No. 4: Peyton Manning », USA Today,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  157. (en) Andrew Corsello, « Peyton Manning is Absolutely, Positively, Beyond a Shadow of a Doubt the Best Quarterback Ever to Play the Game* », GQ,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  158. (en) Frank Schwab, « Peyton Manning recalls every detail of play at Tennessee in 1996, and it is simply amazing », sur yahoo.com,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  159. (en) Ken Belson et Tom Pedulla, « The Matrix of Manning : », The New York Times,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  160. (en) « Peyton Manning ended his retirement press conference by saying 'Omaha' », sur www.omaha.com,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  161. a et b (en) Erik Matuszewski, « Peyton Manning’s ‘Omaha’ Audibles Become Super Bowl Prop Bet », sur www.bloomberg.com,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  162. (en) Eliana Dockterman, « Peyton Manning Charity Raises $25K From ‘Omaha’ Calls », Times,‎ (consulté le 12 avril 2016)
  163. a et b (en) Michael Silver, « Thoroughbred : The Colts' Peyton Manning is more than living up to his pedigree. Now if he can just figure out how to open a can of soup », Sports Illustrated,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  164. a, b et c (en) Kurt Badenhausen, « Peyton Manning Retires With Record $400 Million In Career Earnings », Froves,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  165. (en) « Estimated Career Earnings », sur www.spotrac.com (consulté le 6 mars 2016)
  166. Alain Mattei, « Salaire : avec son bonus de 2 millions, Peyton Manning a gardé son salaire », sur www.touchdownactu.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  167. (en) « Peyton Manning : A Nationwide partner since 2014 », sur www.nationwide.com (consulté le 17 avril 2016)
  168. a et b (en) Kurt Badenhausen, « The NFL Players Who Make the Most From Endorsements », Forbes,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  169. (en) « Sports Zone - Madame Tussauds », sur madametussauds.com (consulté le 18 avril 2016)
  170. (en) Bill Barnwell, «  The 25 Best Quarterbacks in Madden History », sur www.ign.com,‎ (consulté le 24 avril 2016).
  171. (en) Jeff Legwold, « Peyton Manning top QB in new 'Madden' », sur ESPN.com,‎ (consulté le 24 avril 2016).
  172. (en) « Peyton Manning », sur maddenratings.weebly.com (consulté le 18 avril 2016)
  173. (en) Rodger Sherman, « Peyton Manning's 'Omaha!' has taken over Denver's airport », sur www.sbnation.com,‎ (consulté le 24 avril 2016).
  174. (en) James Dator, « The Denver airport is supporting the Broncos with 'Omaha!' departure boards », sur www.sbnation.com,‎ (consulté le 24 avril 2016).
  175. (en) « The ‘Top 100’ comes down to Brady-Manning », sur nfl.com,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  176. [vidéo] (en) NFL Network, « Tom Brady vs. Peyton Manning Rivalry - NFL »,‎ (consulté le 8 mars 2016)
  177. (en) Nancy Armour, « With other QB rivalries 'not even close,' Manning and Brady square off again », USA TODAY Sports,‎ (consulté le 28 février 2016).
  178. (en) By Alex Gelhar, « Manning vs. Brady: The Complete History », sur NFL.com,‎ (consulté le 28 février 2016).
  179. [vidéo] (en) Joe Posnanski, « Tom Brady-Peyton Manning : Duel Unique among Greatest Sports Rivalries » (consulté le 28 février 2016).
  180. (en) Benjamin Hochman, « Peyton Manning-Tom Brady ranks among greatest sports rivalries of all time », The Denver Post,‎ (consulté le 28 février 2016).
  181. (en) Sean Glennon, Tom Brady Vs. the NFL : The Case for Football's Greatest Quarterback, « 4. Tom Brady vs. Peyton Manning ».
  182. (en) Bill Barnwell, « The Manning-Brady Face-off », sur grantland.com (consulté le 22 novembre 2013).
  183. (en) Alana Glass, « Growing Up Manning : A Look Inside Football's First Family », Forbes,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  184. (en) « Rare Photos of Peyton Manning », sur www.si.com,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  185. (en) « History », sur manningpassingacademy.com (consulté le 9 avril 2016)
  186. (en) Michael Silver, « May the Best Manning Win : Eli and Peyton face off for the first time in the Sunday-night opener, and they don't particularly want to talk about it (even with each other). Making NFL history as the first brothers to start at quarterback in the same game, they'll add another chapter to the Manning family saga-and when it's over, you won't want to be around the one who lost », Sports Illustrated,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  187. (en) Don Banks, « Colts' domination of Manning Bowl II goes deeper than Peyton », sur www.si.com,‎ 2à septembre 2010 (consulté le 9 avril 2016)
  188. (en) Ryan Wilson, « Peyton outlasts Eli, now 3-0 in Manning Bowl with 41-23 win », sur www.cbssports.com,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  189. (en) Gregg Rosenthal, « Peyton, Broncos defeat Eli, Giants in Manning Bowl III », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  190. (en) Lisa Altobelli, « Mannings on the Spot : The NFL's first family shoots a new commercial »,‎ (consulté le 7 mars 2016)
  191. (en) Marsha Walton, « Manning brothers team up for Katrina relief », sur CNN.com,‎ (consulté le 6 mars 2016)
  192. (en) « St.Vincent Health and Peyton Manning Partner to Rename St.Vincent Children’s Hospital », sur www.stvincent.org (consulté le 6 mars 2016)
  193. (en) Al Jazeera Staff, « The dark side: The secret world of sports doping », sur www.aljazeera.com,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  194. (en) Rick Telander, « It’s Manning, star athletes vs. Al Jazeera, and only one side is giving real story », Chicago Sun Times,‎ (consulté le 15 mars 2016)
  195. (en) The Associated Press, « Antidoping Agency Aids Inquiry on Peyton Manning », The New York Times,‎ (consulté le 9 avril 2016)
  196. (en) Taylor Starer, « Peyton Manning to accompany Dale Jr. at Bristol : », sur www.nascar.com,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  197. a et b (en) Collin McCollough, « Peyton Manning Didn't Just Transform Colts, but City of Indianapolis as Well », sur bleacherreport.com,‎ (consulté le 16 mars 2016)
  198. * (en) NFL America's Game: 2006 (Super Bowl XLI), NFL Network, 2007.
  199. (en) Patrick Rishe, « Peyton Manning's Financial Legacy Upon Indianapolis Likely The Largest In Sports History », Forbes,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  200. (en) Larry Olmsted, « Super Bowl XLVI's Real Winner? Indianapolis! », Forbes,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  201. (en) Andrew Lynch, « The city of Indianapolis is dedicating a whole week to Peyton Manning », sur www.foxsports.com,‎ (consulté le 16 mars 2016)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Gary Myers, Brady vs Manning : The Untold Story of the Rivalry That Transformed the NFL, Crown/Archetype, , 272 p. (ISBN 9780804139373)
  • (en) Lew Freedman, Peyton Manning : A Biography, Greenwood Biographies, (ISBN 978-0313357268) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) The Denver Post, Peyton Manning : Leader of the Broncos Paperback, Triumph Books, (ISBN 978-1600788635)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Indianapolis Colts: Road to Super Bowl XLI (Post-Season Collector's Edition), NFL Films, 2007, 495 minutes.
  • (en) NFL America's Game: 2006 (Super Bowl XLI), avec Peyton Manning, Tony Dungy et Jeff Saturday, NFL Network, 2007, 44 minutes.
  • (en) ESPN: The Book of Manning, de Rory Karpf, avec Archie Manning, Olivia Manning, Cooper Manning, Peyton Manning et Eli Manning, 2013, 77 minutes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]