Eli Manning

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manning.
Eli Manning
Description de cette image, également commentée ci-après

Eli Manning

Nom complet Elisha Nelson Manning
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (35 ans)
à La Nouvelle-Orléans (Louisiane)
Taille 1,93 m (6 4)
Poids 99 kg (218 lb)
Surnom Penguin Boy[1]
Numéro 10
Position Quarterback
Carrière universitaire ou amateur
1999-2003 Rebels d'Ole Miss
Carrière professionnelle
Choix draft NFL 1er au total en 2004 par les
Chargers de San Diego
Depuis 2004 Giants de New York
Super Bowl 2008 & 2011
Pro Bowl 2008, 2011
Carrière pro. Depuis 2004

(en) Statistiques sur NFL.com

Elisha Nelson « Eli » Manning est un joueur américain de football américain né le 3 janvier 1981 à La Nouvelle-Orléans (Louisiane), évoluant au poste de quarterback pour les Giants de New York en NFL.

Il est le fils de l'ancien QB Archie Manning ayant évolué principalement avec les Saints de La Nouvelle-Orléans et le plus jeune frère de l'ancien QB des Broncos de Denver, Peyton Manning. Eli a joué en NCAA pour l'université du Mississippi et ses Rebels. Auparavant, il avait fait ses classes au sein de l'école secondaire Isidore Newman de La Nouvelle-Orléans

Il est sélectionné en tout premier choix de la draft 2004 de la NFL (tout comme l'avait été en 1998 son frère Peyton Manning[2]) par les Chargers de San Diego. Puisqu'il avait cependant refusé par avance de rejoindre cette équipe, un accord est trouvé avec les Giants de New York en échange du quatrième choix global de la draft, QB Philip Rivers, et des choix de draft en 2004 et 2005.

Eli Manning détient les records de la franchise du nombre de yards gagnés à la passe et du nombre de passes complétées sur l'ensemble de la carrière[3]. Il détient le record NFL du plus grand nombre de TD à la passe lors des quatrièmes quart-temps en une saison. Avec les Giants, il a remporté les Super Bowls XLII et XLVI, battant à deux reprises les Patriots de la Nouvelle Angleterre.

Désigné MVP lors des deux Super Bowls, il devient un des 5 joueurs à avoir obtenu au moins 2 bagues MVP de Super Bowl (Bart Starr et Terry Bradshaw en ont 2, tandis que Joe Montana et Tom Brady en ont 3).

Eli est le seul QB de l'histoire de la NFL à avoir lancé plus de 4 900 yards et gagné un Super Bowl lors de la même saison. Il est aussi le quarterback actif à avoir débuté comme titulaire le plus grand nombre de matchs consécutifs (nombre toujours en cours). Il est aussi l'un des quatre QB de l'histoire de la NFL avec au moins 44 000 yards, 290 TDs 4 apparitions au Pro Bowl et 2 Super Bowls gagnés comme John Elway, Tom Brady et son frère Peyton Manning.

Bien que n'atteignant pas les statistiques de son frère, Eli est régulièrement cité pour ses hautes performances lors de matchs importants, et sa capacité à rester calme sous la pression.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Eli Manning chez les Rebels d'Ole Miss.

Au cours de ses années passées chez les Rebels d'Ole Miss, Manning joue 43 matchs, établissant ou égalisant plusieurs records de l'équipe. Il atteint 10 119 yards à la passe (8e performance de l'histoire de la SEC), inscrit 81 touchdowns à la passe (6e de la SEC), et obtient une évaluation de 137.7 comme quarterback pour sa carrière universitaire (22e de la SEC)[4].

Eli Manning ne participera qu'à 6 matchs au cours de la saison 2000 le quarterback titulaire étant Romaro Miller. Les Rebels sont invités à jouer le Music City Bowl 2000 contre les Mountaineers de la Virginie-Occidentale. Malgré la défaite, il est à signaler que lorsque le score est de 49 à 16 pour les Mountaineers, l'entraîneur principal David Cutcliffe se décide à faire jouer le freshman QB Eli Manning. Ce dernier, entré en début de 4e quart-temps, effectuera une très belle remontée à son équipe, celle-ci inscrivant 22 points sans plus en concéder, terminant le match 49 à 36[5].

Eli devient le QB titulaire d'Ole Miss pour la saison 2001 laquelle se clôture sur un bilan de 7 victoires pour 4 défaites. L'équipe n'est cependant pas invitée à jouer de bowl d'après saison régulière[6].

La saison 2002 se termine sur un bilan global de 7 victoires pour 6 défaites. Eli emmène les Rebels à la victoire 27 à 23 lors de l'Independence Bowl de 2002 contre les Cornhuskers du Nebraska et est désigné comme joueur MVP du match[7].

La saison 2003 est meilleure puisque le bilan sera de 10 victoires pour 3 défaites en saison régulière. Celle-ci se termine par une victoire au Cotton Bowl Classic 2003 sur le score de 31 à 28 contre les Cowboys d'Oklahoma State[8]. Il reçoit une invitation à jouer le Senior Bowl 2004 mais la déclina[9].

Son année senior arrivant à son terme, Manning gagne plusieurs trophées dont le Maxwell Award comme meilleur joueur du pays, le Johnny Unitas Golden Arm Award, le National Football Foundation, le College Football Hall of Fame, le Sporting News Radio Socrates Award et le trophée du joueur MVP de la SEC[4]. Il sera également candidat au Heisman Trophy, terminant 3e derrière le QB des Sooners de l'Oklahoma, Jason White et le WR des Panthers de Pittsburgh Larry Fitzgerald[10].

Manning quitté l'Université du Mississippi comme diplômé en marketing, obtenant une moyenne cumulative de 3.44/4.00 (soit une moyenne voisine de 89 - 90%)[11].

Statistiques en NCAA[modifier | modifier le code]

Statistiques par année[12]
Saisons Équipes Matchs Passes Courses
Ev. QB PT PC % Yds TD Int. CT Yds % TD
2000 Rebels d'Ole Miss 6 117.4 53 28 52.8 337 3 2 7 4 0.6 0
2001 Rebels d'Ole Miss 11 144.8 408 259 63.5 2 948 31 9 31 9 0.3 0
2002 Rebels d'Ole Miss 13 125.6 481 279 58.0 3 401 21 15 39 -120 −3.0 2
2003 Rebels d'Ole Miss 13 148.1 441 275 62.4 3 600 29 10 48 -28 -0.6 3
Carière NCAA 43 138.1 1 383 841 60.8 10 286 84 36 125 -135 −1.1 5

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

La draft[modifier | modifier le code]

Il est sélectionné en tout premier choix de la draft 2004 de la NFL (tout comme l'avait été en 1998 son frère Peyton Manning[13]) par les Chargers de San Diego (ceux-ci n'ayant eu que 4 victoire pour 12 défaites comme bilan en 2003).

Manning étant le joueur le plus convoité de la draft, il était évident que les Chargers allaient le choisir comme tout premier choix global. Cependant, avec l'aval de son père Archie Manning, Eli, avant la draft, avait déclaré qu'il refuserait de jouer pour les Chargers si ceux-ci le choisissaient[14].

Suite à ce constat, les Chargers trouvent un accord avec les Giants de New York pour un échange avec leur quatrième choix global de la draft, QB Philip Rivers, et d'autres choix de draft en 2004 (Nate Kaeding, choix global 65 lors du 3e tour) et 2005 (Shawne Merriman, choix global 12 lors du 1er tour).

Manning était un des quatre quarterback choisis lors du premier tour lors de la draft NFL de 2004 avec Ben Roethlisberger, Philip Rivers, et J.P. Losman. Devenus titulaires dans leurs franchises, Manning, Roethlisberger, et Rivers ont été sélectionné au Pro Bowl. Jusqu'à la saison 2013, Roethlisberger et Manning avaient toujours obtenu un bilan positif en fin de saison régulière (certaines saisons se sont terminées sur des bilans de 8 victoires et 8 défaites). Roethlisberger et Manning ont aussi gagnés deux Super Bowl chacun. Ils ont été comparés favorablement à al classe de quarterback de 1983 laquelle comptait en ses rangs les quarterbacks Hall of Fame Dan Marino, John Elway et Jim Kelly[15].

Saison 2004[modifier | modifier le code]

Le 21 novembre 2004, Manning débute le premier match professionnel de sa carrière contre les Falcons d'Atlanta au Giants Stadium. Le 12 décembre 2004, lors de son 4e match comme titulaire contre les Ravens de Baltimore, au M&T Bank Stadium , il est mis sur le banc en seconde période et est remplacé par Kurt Warner car sa moyenne à la passe est de 0.0. Il reste néanmoins le titulaire au poste de quarterback le reste de la saison, disputant au total neuf matchs de NFL.

Saison 2005 : Champion de la NFC[modifier | modifier le code]

Eli Manning en 2012.

Après la saison 2014, Kurt Warner quitte les Giants[16] et Eli est officiellement désigné titulaire pour la saison 2015. La saison débute par deux victoires contre les Cardinals de l'Arizona et les Saints de La Nouvelle-Orléans[17],[18] avant de se rendre sur la côte Ouest à San Diego. Les fans des Chargers n'ont pas oublié le camouflet de Manning (son refus de jouer pour la franchise). C'est le 25 septembre 2005 qu'a lieu le premier match entre les Giants et les Chargers depuis la draft de la NFL 2003. La foule hue copieusement Manning chaque fois qu'il touche le ballon. San Diego gagne le match 45 à 23[19] mais Eli joue ce qui est probablement la meilleure performance de sa jeune carrière, gagnant 352 yards et inscrivant 2 TDs à la passe[20].

Après cette performance à San Diego, Manning revient à la maison et lance pour pratiquement 300 yards et 4 TDS (à ce moment le record de sa carrière) contre les Rams de St-Louis au Giants Stadium pour une victoire facile 44 à 24[21]. Deux matchs plus tard, lors des dernières minutes, il mène une attaque contre les Broncos de Denver et assure la victoire 34 à 23 pour ses couleurs[22]. Cette attaque se termine par un TD de 2 yards inscrit par Amani Toomer lequel réceptionne une passe de Manning alors qu'il ne reste que 5 secondes de temps de jeu[22]. Deux semaines plus tard, Manning après une pauvre première période contre les 49ers de San Francisco, assure la première victoire de la saison en déplacement, 24 à 6. Malgré une mauvaise prestation à la maison contre les Vikings du Minnesota, lançant 4 interceptions, il parvient néanmoins à revenir au score lors des dernières minutes avant que les Vikings ne convertissent un field goal lors des dernières secondes.

Manning termine la saison dans le top 5 des quarterbacks de la NFL en nombre de TDs à la passe et en nombre de yards gagnés à la passe. Son attaque est classée 3e de la NFL inscrivant un total de 442 points[23],[24]. Les Giants n'avaient plus inscrit autant de points en une saison depuis celle de 1963. Ils gagnent la Division Est de la NFC avec 11 victoires pour 5 défaites[25] et se qualifient pour les play-offs.

Lors de cette saison 2005, Manning a lancé pour près de 3 800 yards, avec 24 passes qui ont abouti à des touchdowns pour seulement 17 interceptions. 52,8 % de ses lancers seulement ont été complétés, ce qui fut son point faible en 2005.

Saison 2006[modifier | modifier le code]

La seconde saison de Manning sera une réédition de la saison 2005. Il débute bien la saison avec 35 % de ses passes complétées au cours des 4 premiers matchs. Cependant en deuxième partie de saison, il doit se battre et ses performances diminueront au fil des matchs.

Après avoir perdu le premier match de la saison chez les Colts d'Indianapolis emmenés par son frère Peyton Manning[26], Eli et les Giants rebondissent contre les rivaux (les Eagles de Philadelphie), remontant de 7 à 24 à 30-24 lors du 4e quart temps en deuxième semaine[27]. Manning lancera pour 37 yards (son record à cette époque), et 3 TDs à la passe dont un réussi en lançant le ballon à Plaxico Burress en prolongation[28]. Après une piètre prestation contre les Seahawks de Seattle la semaine suivante[29], Manning et les Giants répondent en gagnant les cinq matchs suivants dont les matchs contre les Redskins de Washington , les Cowboys de Dallas et les Falcons d'Atlanta conduisant à un bilan provisoire de 6 victoires pour 2 défaites[30].

Après cette série de victoires, des joueurs importants se blessent (y compris le receveur Amani Toomer) ce qui entraînera Manning et les Giants dans une spirale négative[31]. Contre les Bears de Chicago, Manning fait un bon match mais le perte sur blessure (jambe cassée) du LT Luke Petitgout conduira à la défaite[32]. Manning fut limité à 141 yards à la passe avec 2 interceptions. Le perte de Petigout crée une brèche dans la ligne et Manning ne peut plus jouer valablement. Il se battra les semaines suivantes chez les Jaguars de Jacksonville d'une part[33] et contre les Titans du Tennessee d'autre part. Lors de ce dernier match, les Giants, bien que menant de 21 points, se feront dépasser par les Titans à cause notamment d"une passe interceptée de Manning[34]. Manning s'améliore la semaine suivante lançant pour 270 yards et 2 TDs mais l'équipe perd à nouveau. Finalement, retrouvant le momentun, Manning lance pour 3 TDs et gagne contre les Panthers de la Caroline[35], Il trébuchera ensuite dans les trois derniers matchs. Il est intercepté à deux reprises contre les Eagles et ne compile que 73 yards à la passe contre les Saints de la Nouvelle-Orléans. Avec une dernière victoire contre Washington, les Giants affichent un bilan global en saison régulière de 8 victoires pour autant de défaites. Ils se qualifient pour les playoffs et y rencontrent les Eagles. Même s'il joue mieux au cours de ce match qu'au cours des playoffs 2005 contre les Panthers de la Caroline, réussissant à compléter 16 des 27 passes tentées et inscrivant 2 TDs à la passe, l'équipe perd de nouveau à la suite d'un field goal converti par les Eagles dans les dernières secondes du match[36].

Manning affichera comme bilan global, 3 244 yards à la passe, 24 TDs et 18 interceptions[37]. Il réussi 57,7 %, une amélioration de 5 points par rapport à 2005. Il a dû se battre à nouveau lors de la seconde partie de saison et termine avec une évaluation quarterback de 77.0 (18e de la NFL) pour 6,2 yards de moyenne par passe.

Saison 2007 : Super Bowl XLII[modifier | modifier le code]

La préparation

Manning s'entraîne au Meadowlands sous les ordres du coordinateur offensif Kevin Gilbride et du nouvel entraîneur des quarterbacks Chris Palmer[38]. Pour la toute première fois, Plaxico Burress[39] et Jeremy Shockey[40] s'entraînent au cours de l'entre-saison avec Manning pour améliorer leur timing plutôt que de s’entraîner seuls à Miami comme ils l'avaient fait les années précédentes[41].

La saison régulière

Manning débute sa saison 2007 avec une très haute performance personnelle contre les Cowboys de Dallas, complètant 28 de ses 41 passes pour un gain de 312 yards, 4 TDs pour une seule interception[42], mais souffre d'une entorse au niveau de son épaule[43] et doit être remplacé pour toute la seconde mi-temps. Il rejoue en deuxième semaine contre les Packers de Green Bay, lançant pour 211 yards[44], la défense joue mal à nouveau, Green Bay gagne le match 35 à 13[44]. La saison débute par deux défaites. En semaine 3, la défense s'améliore empêchant les Redskins de Washington de marquer le moindre point en seconde période, les stoppant sur une quatrième tentative de TD ((en) forth and goal). Manning réussi à revenir au score et remporte le match 24 à 17[45]. La défense des Giants réalise une énorme performance contre les Eagles de Philadelphie en réussissant 12 sacks (égalisant par ailleurs le record de la NFL[46]), ne leur permettant que d'inscrire un field goal. Les Giants remporte le match sur le score de 16 à 3[47]. La semaine suivante, contre les rivaux de la même ville, les Jets de New York, Manning malgré une première mi-temps décevante, parvient à mener son équipe à la victoire 35 à 24[48],[49].
Après deux victoires consécutives à domicile, Manning et ses Giants conquièrent une quatrième victoire en battant au Georgia Dome les Falcons d'Atlanta 31 à 10 lors du Monday Night Football[50]. Manning i joue bien complétant 27 passes sur 39 pour un gain de 303 yards et 2 TDs malgré deux interceptions[51].
S'abritant derrière une défense en amélioration, les Giants affichent un bilan de 5 victoires pour 2 défaites après une nouvelle victoire 33 à 15 contre les 49ers de San Francisco[52] avec un Manning qui joue à nouveau très bien et réussi 2 TDs à la passe. Le match suivant se déroule en déplacement chez les Dolphins de Miami le 28 octobre 2007 mais le match se déroule à Londres dans le stade de Wembley[53]. Ce match se déroule sous la pluie et dans la boue. Manning ne lance que 59 yards et n'inscrit qu'un seul TD à la suite d'une course de 10 yards[54]. Ce touchdown est le premier inscrit par les Giants en dehors de l'Amérique du Nord. Les Giants gagnent le match sur le score de 13 à 10 affichant un bilan de 6 victoires pour 2 défaites à la mi-saison 2007[54]. Après une défaite chez leurs rivaux de division les Cowboys de Dallas en semaine 9[55], le co propriétaire de la franchise, John Mara émet publiquement des doutes au sujet de Manning par rapport à sa capacité à diriger l'équipe et aussi quand à son avenir au sein des Giants[56] :

« La seule chose que nous évaluons est : Pouvons nous gagner avec ce gars ? C'est ça la question. Lorsque nous discutons d'un joueur en fin de saison, la question principale est Nous aidera-t-il à gagner ? Et pour voir un peu plus loin, Pouvons nous gagner un championnat avec ce gars ? (The only thing we evaluate is 'Can we win with this guy?' That's the one thing. When we talk about any player at the end of the season, the No.1 question is 'Will he help us win?' And to take it one step further, 'Can we win a championship with this guy?' ) »

— John Mara

Après une semaine de critiques dans les médias de New York et après avoir mal supporté la comparaison avec le QB Tony Romo, Manning rebondi avec une victoire lors du match opposant son équipe aux Lions de Detroit[57]. Manning gagne 283 yards à la passe convertissant 1 TD sans aucune interception lors d'un match critique en déplacement[58],[59].
La semaine suivante, lors de la défaite 41 à 18 contre les Vikings du Minnesota, Manning se fera intercepter à quatre reprises dont trois seront retournées en touchdown[60]. Il continuera à se battre tout le reste de la saison gagnant trois des cinq derniers matchs et l'équipe affichera un bilan de 10 victoires pour 6 défaites, le dernier match de saison régulière s'étant terminé par une défaite face aux Patriots de la Nouvelle Angleterre (38 à 35), seule équipe affichant 16 victoires pour aucune défaite en fin de saison régulière.

Les play-offs 2007

Le 6 janvier 2008, chez les Buccaneers de Tampa Bay, Manning complète 20 passes sur 27 gagnant 185 yards. Les Giants, considérés comme outsiders, gagnent le match 24 à 14, Manning inscrivant 2 TDs à la passe[61].
Le 13 janvier 2008, Manning mène à nouveau les Giants à la victoire contre les super favoris les Cowboys de Dallas, équipe ayant terminé meilleure équipe de la NFC[62]. Pour le troisième match consécutif, Manning joue bien complétant 12 de ses 18 passes tentées pour un gain de 163 yards et 2 TDs sans interception[62].
Cette victoire permet d'affronter pour le titre de champion de conférence NFC les Packers de Green Bay le 20 janvier 2008. Les Giants gagnent le match en prolongation sur le score de 23 à 20[63] les envoyant au Super Bowl XLII[64]. C'est leur première apparition dans un Super Bowl depuis le Super Bowl XXXV en 2001[65].


Le Super Bowl XLII

Eli avec le Vince Lombardi Trophy au Giants Stadium lors de la parade consécutive à la victoire au Super Bowl XLII.
Sous les yeux d'un nombre record de téléspectateurs[66]et grâce à un drive extraordinaire conduit par Manning dans les derniers instants du quatrième quart-temps, les Giants battent 17 à 14 les grandissimes favoris (12,5 contre 1) les Patriots de la Nouvelle Angleterre.

« Manning takes the snap, back to throw, under pressure, avoids the rush and he's gonna...fight out of it, still fights out of it, now throws it deep down field, wide open Tyree who... MAKES THE CATCH! AT THE 24-YARD LINE! What a play by Manning! (Manning reçoit le ballon, s'apprête à lancer, il est sous pression, il évite les courses adverses et il va ... devoir se battre, il se bat toujours, il lance maintenant le ballon en profondeur vers Tyree qui est libre, et qui CAPTE LA BALLE, SUR LA LIGNE DES 24 YARDS ! Quelle action de Manning !) »

— Bob Papa commentant la passe complétée de Manning vers David Tyree, [67]

Menés 14 à 10 à 02:42 minutes de la fin du match, Manning conduit son équipe pour un drive de 83 yards se concluant par le TD victorieux.
Sur ses 44 yards, lors d'un crucial 3e et 5 ((en)third-and-5), Manning se connecte à David Tyree lors d'un jeu au cours duquel il évitera plusieurs tentatives de sacks. Tyree attrape le ballon qu'il coince sur le dessus de son casque pour un gain important de terrain. Quatre jeux plus tard, Plaxico Burress réceptionne une passe de 13 yards pour inscrire le TD alors qu'il ne reste que 35 secondes à jouer[68].
Manning devient le second quarterback de l'histoire de la NFL après Joe Montana à lancer 2 TDs consécutifs dans le quatrième quart-temps d'un Super Bowl[69]. Il devient aussi le premier quarterback à avoir réussi un TD à la passe au cours de la dernière minute d'une finale de championnat NFL (y compris la période précédant l'instauration des Super Bowls) alors qu'un field goal n'aurait pas suffi à ramener le score à une égalité[70]. Après leur brillante victoire, Manning, ses équipiers et le staff sont reçus par le président des États-Unis, George W. Bush[71].
Manning est élu comme joueur MVP du Super Bowl XLII[72].
Lui et son frère Peyton sont les deux seuls frères ayant joué au poste de quarterback lors d'un Super Bowl, et la seule paire de frères à avoir gagné un Super Bowl lors de deux années consécutives (Peyton ayant gagné avec les Colts d'Indianapolis le Super Bowl XLI)[73]. À la suite de son titre de MVP, Manning pouvait choisir une Cadillac 2008 de son choix. Il se porta sur la Cadillac Escalade type hybride[74]. Le mercredi suivant le match, il fut invité à l'émission le Late Show with David Letterman[74].

Saison 2008 : Champions NFC[modifier | modifier le code]

Manning (à droite) et Tom Coughlin (l'entraîneur sur la gauche) entourant le President Bush le [75].

Manning et les Giants débutent la campagne 2008 par une victoire 16 à 7 contre les rivaux de division les Redskins de Washington[76]. "It was a great opening to the season," (C'était un grand début se saisson) déclare Manning, lequel avait complété 19 des 35 passes tentées pour un gain de 216 yards, inscrivant 1 TD à la course et n'ayant subi qu'une seule interception. "There was a lot of emotion, a lot of excitement. You could feel it in the crowd." (Il y avait beaucoup beaucoup d'excitation. Vous pouviez le ressentir dans la foule)[76].

Pour le second match contre les Rams de St. Louis, Manning effectue une performance extraordinaire se concluant par une seconde victoire[77]. Manning termine le match avec un bilan de 20 passes complétées, 260 yards gagnés et 3 TDs à la passe vers trois reçeveurs différents[77]. Le match marque également la quatrième victoire consécutive contre les Rams. La semaine suivante contre les Bengals de Cincinnati, Manning comble ses supporters au cours d'un nouveau quatrième quart-temps magique. Il revient au score en inscrivant un TD dans les dernières minutes avec une passe vers son TE Kevin Boss. En prolongations, il complète une passe de 31 yards vers Amani Toomer inscrivant le TD de la victoire, 26 à 23[77].

La quatrième semaine, l'équipe inscrit des points sur ses six premières possessions et domine copieusement les Seahawks de Seattle 44 à 6. Manning lance pour 2 TDs complétant 19 de ses 25 passes pour un gain de 267 yards, l'attaque des Giants gagnant un total de 523 yards, leur record depuis 2002[78].

Après une mauvaise performance de l'équipe chez les Browns de Cleveland (défaite 35 à 14)[79], les Giants et Manning se reprennent en battant d'une part les 49ers 29 à 17 et d'autre part, après un gros combat, les Steelers chez eux, 21 à 14[80],[81]. Lors de cette victoire cruciale entraînant un bilan provisoire de 6 victoires pour 1 défaite, Manning complète 19 de ses 32 passes tentées pour un gain de 199 yards et 1 TD à la passe[81]. Ils grimpent à 7 victoires la semaine suivante en battant 35 à 14 les Cowboys de Dallas, Manning y réussissnt 3 TDs à la passe. Ils passent à 8 victoires en gagnant 36 à 31 contre les Eagles, Manning lançant pour 2 TDs. Le jeu crucial survient lors du troisième quart-temps alors que les Giants sont menés de quatre points. Manning semble faire une passe illégale vers son Tight end Boss. Après une révision vidéo, cette passe est cependant déclarée valable. Deux jeux plus tard, les Giants inscrivent un touchdown.

La neuvième semaine voit la franchise affronter la troisième meilleure défense de la ligue, les Ravens de Baltimore. Cela n'empêche pas Manning d'emmener ses coéquipiers à une victoire décisive 30 à 10, les running backs Brandon Jacobs, Derrick Ward et Ahmad Bradshaw réussissant 200 yards à la course, permettant à la franchise d'afficher un bilan de 9 victoires pour 1 seule défaite. Deux semaines plus tard, à Washington, ils défient les Redskins pour la deuxième fois de la saison. Manning y réussit pour la première fois 300 yards à la passe sur un match, complétant 21 des 34 passes tentées avec 1 seule interception et 1 TD de 40 yards réceptionné par Amani Toomer. Les Giants gagnent le match 23 à 7. En novembre, Maning est désigné joueur MVP offensif du mois. En un mois, il a lancé pour 1 036 yards et 10 TDs, pour un pourcentage de complétion de 94.9 à la passe, avec 5 victoires pour 5 matchs joués[82].

Manning est sélectionné pour son premier Pro Bowl le 16 décembre, le premier quarterback des Giants sélectionné depuis Phil Simms depuis 1993[83].

En 15e semaine, se rendent au Texas Stadium chez les Cowboys de Dallas emmenés par Tony Romo, légèrement contusionné au bas du dos. Celui-ci réussira à sa connecter à 9 différents receveurs, complétant 20 de ses 30 passes tentées et inscrivant 2 TDs à la passe pour une victoire 20 à 8 contre les Giants. En 16e semaine, contre les Panthers de la Caroline, Manning réussi 17 de ses 27 passes tentées pour un gain de 184 yards sans interception. Il réussit à rétablir la parité 28 partout à trois minutes de la fin, après avoir été mené 21 à 10 et 28 à 20 grâce notamment à une passe canon vers Domenik Hixon réussissant les 2 points de conversion du touchdown égalisateur. Le match était joué sous des températures très basses[84]. Les Panthers ratent le field goal qui leur aurait donné la victoire et le match se joue en prolongation. Les Giants remportent le match à la suite d'un touchdown inscrit à la course par Brandon Jacobs, 34 à 28. Grâce à cette victoire importante, ils sont classés comme la meilleure équipe de NFC. Ils sont donc exempté du premier tour de playoffs et rencontrent au Giants Stadium lors du Tour de Division, leur rivaux de Philadelphie. Le match se joue dans des conditions venteuses et les Giants perdent le match 23 à 11. Manning y complète 15 de ses 29 passes pour 169 yards sans touchdown mais avec 2 interceptions[85].

Saison 2009[modifier | modifier le code]

Manning à l'échauffement lors d'un match de pré-saison en 2009.

Manning et les Giants débutent la saison 2009 avec une victoire contre leurs rivaux de division, les Redskins de Washington sur le score de 23 à 13[86]. Manning joue bien, complétant 20 des 19 passes te,ntées pour un gain net de 256 yards, 1 TD et 1 interception. Le match suivant a lieu lors de l'inauguration du Cowboys Stadium à Dallas. Le match est retransmis lors du Sunday Night Football sur la NBC. Manning joue remarquablement complétant 25 de ses 38 passes tentées pour un gain net total de 330 yards, 2 TDs sans interception pour une victoire 33 à 31 à la suite de la conversion d'un field goal dans les dernières secondes. En 3e semaine, lors du match à domicile contre les Buccaneers de Tampa Bay, Manning complète 14 de ses 24 passes pour 161 yards, 2 TDs sans interception. Les Giants menant largement au score, Manning est remplacé en début de second quart-temps. Le match se termine sur le score de 24 à rien. En 4e semaine, contre les Chiefs de Kaansas City, Manning joue bien jusqu'au début du 4e quart-temps, lorsqu'au cours d'une action feintée, il se blesse au talon alors qu'il effectue une passe en fond de jeu vers son WR Steve Smith. Il reste cependant au jeu et lors de l'action suivante, il réussit une passe de 54 vers WR Hakeem Nicks qui martque le TD. On constate par la suite qu'il souffrait d'une fasciite plantaire (inflammation du tissu conjonctif au niveau de la plante des pieds). Sa participation au match de la 5e semaine fut un temps remise en question mais il jouera néanmoins, complétant 8 des 10 passes tentées avec un gain de 173 yards et 2 TDs pour une 5e victoire de rang sur le score de 44 à 7.

Saison 2010[modifier | modifier le code]

Manning contre les Texans de Houston en octobre 2010.

Le 16 août lors d'un match de pré-saison contre les Jets de New York, Manning est heurté par Brandon Jacobs et par Calvin Pace. À la suite de ces chocs, il perd son casque et heurte sa tête contre le protège-visage ((en) facemask) de Jim Leonhard. La conséquence de cette action sera une large entaille à son visage qui nécessitera 12 points de suture. Manning doit arrêter de jouer[87].

Les Giants terminent la saison régulière sur un bilan de 10 victoires pour 6 défaites (contre les Colts d'Indianapolis, les Titans du Tennessee, les Cowboys de Dallas, les Eagles de Philadelphie et les Packers de Green Bay) mais à la seconde place de la NFC Est derrière les Eagles. Manning conduit son équipe à la victoire lors du dernier match de saison régulière contre les Redskins de Washington 17 à 14. Cependant, les Packers ayant également gagné 10 à 3 contre les Bears de Chicago, les Giants ne sont pas qualifiés pour les playoffs, la seconde Wild Card de la NFC étant attribuée aux Saints de la Nouvelle-Orléans (avec un bilan de 11 victoires et 5 défaites). Green Bay continuera son chemin et gagnera le Super Bowl XLV.

Manning termine la saison avec 4 002 yards à la passe (une nouvelle année au-dessus de 4 000 yards), un record de carrière de 31 TDs mais aussi un record personnel de passes interceptées (25), la moins bonne performance des QBs de la NFL au cours de la saison 2010. Il affiche un pourcentage de 62.5 de complétion à la passe[88],[89].

Saison 2011 : Super Bowl XLVI[modifier | modifier le code]

Présaison[modifier | modifier le code]

En août 2011, Manning génère une légère controverse dans les médias sportifs au cours d'une interview à la radio lors du Michael Kay Show. Lorsque Kay lui demande s'il se considère comme un élite quarterback top 10-top 5 comme Tom Brady, il répond :

« I consider myself in that class. Tom Brady is a great quarterback... I think now he's grown up and gotten better every year and that's what I'm trying to do. I kind of hope these next seven years of my quarterback days are my best.[90](Je me considère dans cette catégorie. Tom Brady est un grand quarterback... Je pense que maintenant il a grandi et devient meilleur d'année en année et c'est ce que je tente de faire. J'espère que mes sept prochaines années au poste de quarterback seront les meilleures.) »

Manning se fit critiquer sur le fait qu'il avait surestimé son statut et ses compétences, ses dernières statistiques venant contredire ses affirmations et notamment les 25 passes interceptées au cours de la saison précédente[91],[92].

Néanmoins, il fut soutenu au sein de sa franchise, notamment par son entraîneur principal Tom Coughlin et ses coéquipiers dont le wide receiver Hakeem Nicks[93]. Plus tard dans la saison, le coordinateur défensif des Cowboys de Dallas, Rob Ryan, déclara à ce propos être du même avis que Manning confirmant qu'il était pour sûr un élite quarterback'[94].

La saison régulière[modifier | modifier le code]

Eli Manning le 15 janvier 2012.

Les Giants débutent la saison 2011 en mode mineur, perdant chez les rivaux de Washington 14 à 28 lors d'un match très émouvant pour les fans des deux équipes puisqu'il se déroule le jour du 10e anniversaire des attentats du 11 septembre[95]. Manning compléte 18 passes sur 32 tentées pour un gain de 268 yards mais une passe intercepté vers Ryan Kerrigan lors du 3e quart-temps coûtera très chère à son équipe, puisque l'interception est retournée pour un TD TD. Néanmoins, les Giants gagnent leurs trois prochains matchs dont celui joué contre les autres rivaux des Philadelphia Eagles. Pendant cette série, Manning s'améliore, lançant pour 8 TDs pour une seule interception[96].

Alors que leur bilan atteint les 6 victoires pour 2 défaites (dont une victoire 24 à 20 au cours de la dernière minute contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, réminiscence du Super Bowl XLII[97], les Giants entrent dans la plus rude partie de leur programme pour affronter les 49ers de San Francisco, les Saints de La Nouvelle-Orléans, et les Packers de Green Bay, toutes potentiellement respectivement championnes des divisions NFC West, South, et North. Les Giants perdent ces trois matchs mais aussi le suivant à domicile contre les Eagles de Philadelphie. Ils compromettent ainsi de nouveau leurs espoirs de playoffs. Cependant contrairement aux saisons précédentes, les Giants vont finir en force la saison régulière, remportant 3 des 4 derniers matchs dont deux matchs clés : le premier contre les Jets de New York et le second contre les rivaux de division, les Cowboys de Dallas. Lors de ce dernier match de la saison, Manning lance pour 346 yards et 3 TDs, donnant la victoire aux Giants, le titre de la division NFC East mais surtout un accès aux playoffs[96].

Les playoffs 2011[modifier | modifier le code]

Eli Manning pendant le match de playoff contre les Packers.

Les Giants sont considérés comme des une des plus faibles équipe accédant aux playoffs. Ils sont en effet l'équipe affichant le plus mauvais bilan en saison régulière (9-7) de toutes des équipes de la NFC. Toutefois, Manning et son équipe vont, une nouvelle fois, faire preuve de leur endurance dès la fin de saison. Ils vont tout d'abord facilement écarter les Falcons d'Atlanta lors du match de Wild Card, 24 à 2. Ils vont ensuite écraser, en déplacement, par le score de 37 à 20, les champions sortants et meilleure équipe NFL en saison régulière, les Packers de Green Bay. Lors de cette victoire, Manning réussira 22 de ses 33 passes tentées, inscrivant 3 TDs à la passe pour 1 seule interception[98]. Le week-end suivant, les Giants se vengent également des 49ers de San Francisco qui les avaient battu en saison régulière. Le match se joue en prolongation et les Giants remportent le match 20 à 17. Ils deviennent ainsi champions de la NFC[99]. Cette victoire envoie Manning et ses Giants pour la seconde fois en cinq ans au Super Bowl. Ils y rencontreront les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et leur quarterback Tom Brady pour une revanche du Super Bowl XLII. Les Giants marquent également l'histoire de la NFL en devenant la première équipe à se qualifier pour un Super Bowl après avoir battu lors des playoffs, les équipes contre qui ils avaient perdu en saison régulière (394 points inscrits pour 400 points encaissés).

Le Super Bowl XLVI[modifier | modifier le code]

Le 5 février 2012, à Indianapolis, le Super Bowl XLVI devient l’événement télévisé le plus regardé de l'histoire de la télévision américaine[100]. Manning conduit les Giants à une victoire surprise une nouvelle fois contre les favoris (à 2.5 contre 1) les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Il s'agit de son deuxième Super Bowl gagné et le quatrième de la franchise[101].

« I was yelling to Bradshaw, 'Don't score, don't score. He tried to stop, but he fell into the end zone. »

— Je criais à Bradshaw : Ne marques pas, ne marques pas. Il tenta de s'arrêter mais s'écroula dans la zone d'en-but. déclara Eli Manning se remémorant le touchdown victorieux inscrit par Ahmad Bradshaw[102]

Menés 17 à 15 par les Patriots dans les dernières minutes du match, Manning conduit son équipe lors d'un drive de 88 yards pour inscrire un touchdown que beaucoup d'observateurs qualifieront d'accidentel[103],[104] : Alors qu'il ne reste qu'une minute de temps de jeu, les Giants appellent un jeu à la course et Manning cède le ballon à Bradshaw dans l'espoir qu'il s'arrête tout près de la ligne d'en-but espérant forçer les Patriots a utiliser leur dernier temps mort et permettre ainsi aux Giants de jouer la montre en laissant s'écouler le temps de jeu. Les Patriots cependant ne tentent pas d'arrêter Bradshaw lors de sa course et celui-ci dans son élan vient s'écrouler dans la end-zone malgré une tentative vaine de s'arrêter avant la ligne. Heureusement, le temps de jeu restant se révélera trop faible pour permettre au quarterback des Patriots Tom Brady de revenir au score, la défense des Giants arrivant à les contenir.

Manning est désigné pour la deuxième fois MVP du Super Bowl, devenant le 3e quarterback consécutif à gagner le trophée[105].

Les Giants par cette victoire deviennent la première franchise à remporter le Super Bowl en ayant gagné moins de 10 sur 16 matchs joués en saison régulière[106]. Manning devient aussi le premier quarterback à lancer plus de 4900 yards et à gagner un Super Bowl lors d'une même saison. La franchise est également la première à avoir gagner un Super Bowl avec un jeu de course classé 32e (dernier) de la ligue et une défense classée aussi mal (27e).

Pour célébrer la victoire au Super Bowl, Manning et ses Giants paradent dans Manhattan et sont honorés en recevant symboliquement les clés de la ville des mains du maire de New York, Michael Bloomberg[107].

Saison 2012[modifier | modifier le code]

Lors du dernier match de la saison régulière (victoire 42 à 7 contre les Eagles de Philadelphie), Manning établi son record de TD lancé en un seul match puisqu'il en inscrira 5 à la passe, réussissant 13 de ses 21 passes tentées pour un gain de 208 yards sans interception[108].

Il termine la saison régulière avec 26 TDs à la passe, 15 interceptions pour un gain global de 3 948 yards[109].

Même si les Giants ne se qualifient pas pour les playoffs, Manning est sélectionné pour son troisième Pro Bowl en tant que deuxième suppléant[110].

Saison 2013[modifier | modifier le code]

Les Giants débutent la saison de la pire des manières avec 6 défaites consécutives soit la pire saison depuis 1976. Manning se fait intercepter à 12 reprises lors de ses cinq premiers matchs. Il perdra lors du troisième match sur le score de 41 à 23 chez les Broncos emmenés par son frère Peyton, complétant 28 de ses 39 passes tentées pour un gain de 362 yards mais avec 4 interceptions. Il égalise ainsi son record de carrière du nombre de passes interceptées. C'est en fait la quatrième fois qu'il se fait intercepter à quatre reprises sur un match. Il bat malheureusement ce record en 15e semaine, lors du match perdu 23 à 0 contre les Seahawks de Seattle puisqu'il y est intercepté à 5 reprises.

Manning termine la saison avec 27 interceptions soit le record de sa carrière en une saison. La franchise termine avec un bilan négatif de 7 victoires pour 9 défaites, la première saison négative depuis l'année rookie de Manning[111].

Manning dépasse QB Phil Simms pour devenir le leader de la franchise en nombre de yards gagnés à la passe 33 463 yards). Simms, qui a joué pendant 14 saisons avec les Giants, a terminé sa carrière avec 33 462 yards[112],[113].

Saison 2014[modifier | modifier le code]

Manning (10) au Pro Bowl 2016

Après deux défaites den début de saison, les Giants gagnent à trois reprises mais perdent ensuite leurs sept matches suivants dont le match contre les 49ers de San Francisco au cours duquel Manning se fait intercepter à cinq reprises (égalisant sa plus mauvaise performance en ce domaine). La franchise gagnera trois des quatre derniers matches pour conclure une saison décevante avec 6 victoires pour 10 défaites.

Manning termine la saison avec 30 TDs inscrits à la passe, 14 interceptions et 4 410 yards gagnés à la passe.

Saison 2015[modifier | modifier le code]

Quelques jours avant l'ouverture de la saison 2015 contre les rivaux de Dallas, Manning signe un extension de contrat de 4 ans d'une valeur de 84 M. $[114]. Après six matches, le binal des Giants est de 3 victoires pour autant de défaites, occupant la première place de la division NFC East. En semaine 8, Manning lance pour 6 TDs et 350 yards, son record en NFL mais les Giants perdent 52 à 49 chez les Saints de la Nouvelle-Orléans. La fin de saison est catastrophique pour la franchise, qui lors des cinq derniers matchs ne gagneront qu'à une seule reprise clôturant la saison régulière à nouveau sur un bilan négatif de 6 victoires pour 10 défaites.

Manning cependant établi ses propres records au niveau du nombre de TDs réussis à la passe (35), au niveau des passes complétées (387) au niveau des passes tentées (618) et au niveau de l'évaluation à la passe (93.6). Il ne lui a manqué qu'un seul TD à la passe pour égaliser le record de la franchise détenu par Y.A. Tittle. Manning a aussi lancé pour 4 432 yards en 2015, la deuxième meilleur performance de sa carrière. Le 22 janvier 2016, Manning est sélectionné pour la quatrième fois de sa carrière au Pro Bowl en remplacement de Ben Roethlisberger[115].

Cette quatrième sélection au Pro Bowl permet à Manning d'égaliser le record de participation d'un quarterback de la franchise détenu par QB Fran Tarkenton[116]

Saison 2016[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Statistique NFL[modifier | modifier le code]

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Statistiques par année
Années Équipes Matchs Passes Courses Sacks Fumbles
M. M.T. P.T. P.C. % Yards Yd./P. TD P. Int. QB Ev. Course Yards Yd./C. TD C. Sacks Y. P. F. F.P.
2004 NYG 9 7 197 95 48.2 1043 5.3 6 9 55.4 6 35 5.8 0 13 83 3 1
2005 NYG 16 16 557 294 52.8 3762 6.8 24 17 75.9 29 80 2.8 1 28 184 9 2
2006 NYG 16 16 522 301 57.7 3244 6.2 24 18 77.0 25 21 0.8 0 25 186 9 2
2007 NYG 16 16 529 297 56.1 3336 6.3 23 20 73.9 29 69 2.4 1 27 217 13 7
2008 NYG 16 16 479 289 60.3 3238 6.8 21 10 86.4 20 10 0.5 1 27 174 5 2
2009 NYG 16 16 509 317 62.3 4021 7.9 27 14 93.1 17 65 3.8 0 30 216 13 8
2010 NYG 16 16 539 339 62.9 4002 7.4 31 25 85.3 32 70 2.2 0 16 117 7 5
2011 NYG 16 16 589 359 61.0 4933 8.4 29 16 92.9 35 15 0.4 1 28 199 8 4
2012 NYG 16 16 536 321 59.9 3948 7.37 26 15 87.2 20 30 1.5 0 19 136 4 1
2013 NYG 16 16 551 317 57.5 3818 6.9 18 27 69.4 18 36 2.0 0 39 281 7 2
2014 NYG 16 16 601 379 63.1 4410 7.3 30 14 92.1 12 31 2.6 1 28 187 7 4
2015 NYG 16 16 618 387 62.6 4436 7.2 35 14 93.6 20 61 3.1 0 27 157 11 4
2016 NYG  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?  ?
Total 185 183 6,227 3,695 59.3 44,191 7.1 294 199 83.5 263 523 2.0 5 307 2,137 97 42

Play-offs[modifier | modifier le code]

Statistiques par année
Années Équipes Matchs Passes Courses
M. M.T. P.T. P.C. % Yards Yd./P. TD P. Int. QB Ev. Course Yards Yd./C. TD C.
2005 NYG 1 1 18 10 55.6 113 6.3 0 3 35.0 0 0 0 0
2006 NYG 1 1 27 16 59.3 161 6.0 2 0 88.7 2 4 2 0
2007 NYG 4 4 119 72 61.3 854 7.2 6 1 95.7 8 10 1.3 0
2008 NYG 1 1 29 15 51.7 169 5.8 0 2 40.7 1 0 0 0
2011 NYG 4 4 163 106 65.0 1219 7.5 9 1 103.3 8 20 2.5 0
Total 11 11 356 219 61.5 2516 7.1 17 7 89 19 34 1.8 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eli Manning dubbed 'Penguin Boy' in hilarious closed-captioning mishap
  2. [vidéo] (en) « Babineaux's top 5 NFL siblings », sur NFL.com (consulté le 11 juillet 2014).
  3. (en)New York Giants Career Passing Register, pro-football-reference.com; consulté le 6 février 2014.
  4. a et b (en)http://www.sports-reference.com/cfb/players/eli-manning-1.html
  5. (en)http://www.sports-reference.com/cfb/years/2000.html
  6. (en)http://www.sports-reference.com/cfb/schools/mississippi/2001-schedule.html
  7. (en)http://www.sports-reference.com/cfb/schools/mississippi/2002.html
  8. (en)http://www.sports-reference.com/cfb/boxscores/2004-01-02-mississippi.html
  9. (en) « Eli Manning-PLAYERS-NFLPLAYERS.COM », sur nflplayers.com (consulté le 5 mars 2008)
  10. (en) Matt James, « Heisman Won By A QB For 4th Straight Year », sur CollegeFootballPoll.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  11. (en) « ELI MANNING Bio », sur SI.com, SI.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  12. (en)Rivals.com College Football Statistics
  13. [vidéo] (en) « Babineaux's top 5 NFL siblings », sur NFL.com (consulté le 11 juillet 2014).
  14. (en) Steve Serby, « Eli Manning Revisits Drama of the Draft Day That Changed Giants History », sur nypost.com,‎ (consulté le 17 décembre 2015)
  15. (en)Best quarterback class ever? Trio from '04 makes its case over '83
  16. (en) « Warner won't be Eli's backup for next year », sur espn.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  17. (en) Jerry Magee, « Nothing personal, San Diego; Eli Manning just didn't want to be a Charger », sur signonsandiego.com,‎ (consulté le 9 février 2008)
  18. (en) Stephen Edelson, « At 2-0, Giants taking baby steps toward bigger things », sur usatoday.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  19. (en) « Giants Fall to Chargers, 45-23 », sur giants.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  20. (en) Michael Eisen, « Chargers 45, Giants 23: Inside the Numbers! », sur giants.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  21. (en) « Giants versus Rams recap », sur ESPN.com (consulté le 22 janvier 2008)
  22. a et b (en) « Giants versus Broncos recap », sur ESPN.com (consulté le 22 janvier 2008)
  23. (en) « NFL Stats 2005 Season », sur NFL.com (consulté le 16 mars 2012)
  24. (en) « NFL Stats: by Player Position 2005 Season », sur NFL.com (consulté le 16 mars 2012)
  25. (en) « 2005 NFC East Final Standings », sur Team Giants.com (consulté le 22 janvier 2008)
  26. (en) David Porter, « Hype aside, Colts game should offer gauge of Eli Manning's progress », sur signonsandiego.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  27. (en) Tom Pedulla, « Manning, Giants rally to stun Eagles with overtime road victory », sur usatoday.com,‎ (consulté le 19 août 2011)
  28. (en) Rob Maaddi, « NY Giants 30, Philadelphia 24, OT », sur sports.yahoo.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  29. (en) « Seattle 42, NY Giants 30 », sur sports.yahoo.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  30. (en) Joe Pascale, « Today's big game: Bears (7-1) at Giants (6-2) », sur SignOnSanDiego.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  31. (en) Tom Canavan, « Giants receiver Amani Toomer out for year with knee injury », sur usatoday.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  32. (en) « Depleted Giants lose Petitgout to fractured left leg », sur ESPN.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  33. (en) « Box Score », sur usatoday.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  34. (en) John Branch, « Day After Debacle, the Giants Close Ranks », sur nytimes.com,‎
  35. (en) « NY Giants 27, Carolina 13 », sur ESPN.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  36. (en) « Westbrook, Garcia keep streaking Eagles' train rolling », sur sports.espn.go.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  37. (en) « #10 Eli Manning QB », sur ESPN.com (consulté le 22 janvier 2008)
  38. (en) Michael Eisen, « Giants Name Chris Palmer Quarterbacks Coach », sur Giants.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  39. (en) Paul Schwartz, « PLAX ARRIVES TO WORK OUT », sur nypost.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  40. (en) Steve Serby, « SHOCKEY SURE IT'LL WORK OUT », sur nypost.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  41. (en) Ralph Vacchiano, « Shockey, Burress no-shows at Giants camp », sur nydailynews.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  42. (en) « Dallas 45, NY Giants 35 », sur yahoo.com,‎
  43. (en) FOX Sports, « Manning (shoulder) in doubt for Giants », sur msn.foxsports.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  44. a et b ESPN, « Favre now winningest QB in NFL history after Packers' win », sur ESPN.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  45. (en) CBS Sports, « Giants stun Redskins with late rally, goal-line stand », sur sportsline.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  46. (en) Chuck Johnson, « Umenyiora, Giants sack Eagles in record fashion », sur usatoday.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  47. (en) « Umenyiora, Giants sack Eagles 16-3 », sur msnbc.msn.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  48. (en) « Giants - Jets », sur teamgiants.com (consulté le 22 janvier 2007)
  49. (en) « Giants Rally to Defeat Jets 35-24 », sur Boxxet.com (consulté le 20 novembre 2007)
  50. (en) John Branch, « Giants Coast to Their Fourth Straight Victory », sur nytimes.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  51. (en) Michael Eisen, « Giants defeat Falcons, 31-10 », sur Giants.com,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  52. (en) Michael David Smith, « Giants Dominate Niners on Both Sides of Ball », sur nysun.com, The New York Sun,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  53. (en) Ernie Palladino, « Giants look for normalcy as they prepare for London », sur usatoday.com, USA Today,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  54. a et b (en) « Giants outlast Dolphins in London fog, mud », sur msnbc.msn.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  55. (en) « Cowboys Hogtie Giants in Battle For NFC », sur nydailynews.com, New York Daily News,‎ (consulté le 20 novembre 2007)
  56. (en) Ralph Vacchiano, « John Mara and the Giants Sticking with Eli Manning », New York Daily News,‎ (consulté le 20 novembre 2007)
  57. (en) « Giants Defense Comes Up Big in 16 to 10 Victory », sur nydailynews.com, New York Daily News,‎ (consulté le 19 novembre 2007)
  58. (en) Larry Lage, « NY Giants 16, Detroit 10 », sur yahoo.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  59. (en) « Eli Manning Quietly Passes A Big Test », sur nydailynews.com, New York Daily News,‎ (consulté le 19 novembre 2007)
  60. (en) « Vikings intercept Manning four times, return three for TDs », sur NFL.com, Associated Press,‎ (consulté le 8 mars 2008)
  61. (en) « Giants march on after beating host Buccaneers », sur NFL.com, Associated Press,‎ (consulté le 8 mars 2008)
  62. a et b (en) « Cowboys fall short on last effort as Giants move on to face Packers », sur espn.go.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  63. (en) « Third Tynes a charm: Kicker boots Giants into Super Bowl », sur nfl.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 janvier 2008)
  64. (en) RALPH VACCHIANO, « Giants beat Packers in overtime, will battle Patriots in Super Bowl XLII », sur nydailynews.com, New York Daily News,‎ (consulté le 21 janvier 2008)
  65. (en) Michael Eisen, « Giants Advance to Super Bowl XXLI », sur Giants.com,‎ (consulté le 21 janvier 2008)
  66. (en) David Bauder, « Record 97.5 million watched Super Bowl », sur dailynews.com, Los Angeles Daily News,‎ (consulté le 4 février 2008)
  67. (en)  SB XLII Can't-Miss Play: Eli miracle (.flv) [Web video]. National Football League.
  68. (en) « Patriots nearly perfect, but the Giants are Super Bowl champions », sur NFL.com, Associated Press,‎ (consulté le 8 mars 2008)
  69. (en) Elias Sports Bureau, Inc., « Elias Says... », sur ESPN.com,‎ (consulté le 8 mars 2008)
  70. (en) Kerry J. Byrne, « Eli stands alone », sur Cold, Hard Football Facts.com,‎ (consulté le 9 mai 2010)
  71. (en) « President Bush calls NY Giants to offer Super Bowl congratulations », sur NJ.com, Associated Press,‎ (consulté le 29 février 2008)
  72. (en) Joe Lapointe, « Manning Keeps Cool, and Keeps a Drive Alive », sur nytimes.com, The New York Times,‎ (consulté le 15 janvier 2012)
  73. (en) « Facts about Super Bowl XLII », sur NFL.com
  74. a et b (en) Billy Watkins, « It doesn't get any better for grounded Eli », sur clarionledger.com, Clarion Ledger,‎ (consulté le 9 février 2008)
  75. (en) « President Bush Welcomes Super Bowl XLII Champion New York Giants to White House », sur georgewbush-whitehouse.archives.gov, The White House,‎ (consulté le 30 avril 2008)
  76. a et b (en) « Super start for Giants, then a battle for victory », sur MSNBC.com, Associated Press,‎ (consulté le 14 septembre 2008)
  77. a, b et c (en) « Manning tosses three TDs; defense sacks Bulger six times in win », sur ESPN.com, Associated Press,‎ (consulté le 14 septembre 2008)
  78. (en) « Giants score on their first six possessions in blowout win over Seahawks », sur NFL.com, Associated Press,‎ (consulté le 6 octobre 2008)
  79. (en) « Browns knock Giants from the ranks of the undefeated », sur NFL.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 mars 2009)
  80. (en) « Giants labor to defeat sloppy 49ers 29–17 », sur usatoday.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 mars 2009)
  81. a et b (en) « Giants use late fourth-quarter comeback to down Steelers », sur NFL.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 mars 2009)
  82. (en)"Eli Manning: NFC Offensive Player of the Month"
  83. (en)"Six Giants named to Pro Bowl"
  84. (en) « Ward's 215 Yards Help Giants Beat Panthers in OT », sur espn.com, ESPN,‎
  85. (en) « Eagles win, will face Cards in NFC title game », sur ESPN.com, Associated Press,‎ (consulté le 22 mars 2009)
  86. (en)- NFL Scores and Schedules - 2009Regular Season - National Football League - ESPN
  87. (en) « NFL GameCenter », sur NFL.com,‎ (consulté le 3 novembre 2010)
  88. (en) « New York Giants schedule », sur NFL.com (consulté le 3 novembre 2010)
  89. « NFL GameCenter », sur NFL.com (consulté le 3 novembre 2010)
  90. (en) Matt Ehalt, « Eli Manning: I'm in class with Tom Brady », ESPN New York,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  91. (en) Mike Florio, « Eli makes his case for elite status », NBC Sports,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  92. (en) Ariel Sandler, « Eli Manning Has Classified Himself As An Elite Quarterback », Business Insider,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  93. (en) Ralph Vacchiano, « Giants quarterback Eli Manning says he belongs in the same class as Patriots signal-caller Tom Brady », New York Daily News,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  94. (en) Michael David Smith, « Rob Ryan: Eli Manning an elite quarterback "for sure" », NBC Sports,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  95. (en) « Rex Grossman shines as Redskins defeat Giants », sur ESPN.com,‎
  96. a et b (en) « Eli Manning Game Logs », NFL (consulté le 17 décembre 2015)
  97. (en) « Giants shock Patriots in final seconds as Eli Manning one-ups Tom Brady »,‎
  98. (en) « Eli Manning brilliant as Giants oust top-seeded Packers to book spot in title game »,‎
  99. (en) « Giants stun 49ers with OT field goal to set up Super rematch with Patriots »,‎
  100. (en) David Bauder, « Super Bowl Ratings Record: Giants-Patriots Game Is Highest-Rated TV Show In US History », Huffington Post,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  101. (en) Damon Hack, « One Giant Leap For Manningkind: Pitted once more against the favored and flashy Patriots, Eli Manning and Big Blue proved superior on the biggest stage with a pulse-pounding victory in Super Bowl XLVI that will echo all the way to Canton », sur SI.com, Sports Illustrated,‎ (consulté le 17 mars 2012)
  102. (en) « Eli Manning, Giants thwart Pats again to cap magical run with 4th Super Bowl »,‎
  103. (en) Bart Hubbuch, « Bradshaw’s accidental TD works out fine for Giants », New York Post,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  104. (en) « Super Bowl XLVI: Ahmad Bradshaw scores Super Bowl winning touchdown - by accident », The Telegraph,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  105. (en) The Wall Street Journal, « Eli Manning wins 2nd Super Bowl MVP award », Associated Press,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  106. (en) Filip Bondy, « If NY Giants beat San Francisco 49ers and go on to win Super Bowl XLVI against Ravens or Patriots, they would be the worst champion ever, record-wise », New York Daily News,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  107. (en) Verena Donik, « New York Giants Parade: Super Bowl Champs Celebrated At City Hall », The Huffington Post,‎ (consulté le 14 mars 2012)
  108. (en) « recap eagles@giants », sur nfl.com (consulté le 6 juin 2016)
  109. (en) « New York Giants Stats 2012 », sur nfl.com (consulté le 4 juin 2016)
  110. (en) « 2013 pro bowl roster analysis nfc », sur nfl.com, National Football League,‎ (consulté le 4 juin 2016)
  111. (en) « Eli Manning profile », sur yahoo.com, National Football League (consulté le 6 février 2014)
  112. (en) « Eli becomes Giants' all-time passing leader », sur espn.go.com,‎ (consulté le 4 juin 2016)
  113. (en) « Eli Manning becomes New York Giants' all-time passing leader », sur nfl.com,‎ (consulté le 4 juin 2016)
  114. (en) « Eli Manning, Giants agree on 4-year, $84M extension », sur NFL.com,‎ (consulté le 11 septembre 2015)
  115. (en)http://profootballtalk.nbcsports.com/2016/01/22/eli-manning-replaces-ben-roethlisberger-in-pro-bowl/
  116. (en)http://pfref.com/tiny/NTbVa

Liens externes[modifier | modifier le code]