Bill Belichick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bill.
Bill Belichick
Description de cette image, également commentée ci-après

Bill Belichick au bord du terrain des Patriots en août 2009.

Nom complet William Stephen Belichick
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (65 ans)
à Nashville (Tennessee)
Position Tight end et centre
Carrière universitaire ou amateur
Université Wesleyenne
Carrière professionnelle
Carrière pro. Depuis 1975
Carrière d'entraîneur
Équipe Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Entraîneur principal (depuis 2000)
A entraîné Colts de Baltimore
Assistant des équipes spéciales (1975)
Lions de Détroit
Entraîneur assistant des équipes spéciales (1976)
Entraîneur des wide receivers et des tight ends (1977)
Broncos de Denver
Entraîneur assistant des équipes spéciales et de la défense (1978)
Giants de New York
Entraîneur des équipes spéciales et assistant de la défense (1979)
Entraîneur des équipes spéciales et des linebackers (1980-1984)
Coordinateur défensif (1985-1990)
Browns de Cleveland
Entraîneur principal (1991-1995)
Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Assistant de l'entraîneur principal (1996)
Jets de New York
Assistant de l'entraîneur principal et entraîneur des defensive backs (1997-1999)
Activité Depuis 1975
Palmarès Super Bowls XXI et XXV en tant que coordinateur défensif des Giants de New York
Super Bowls XXXVI, XXXVIII, XXXIX, XLIX et LI en tant qu'entraîneur principal des Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Entraîneur de l'année 2003, 2007 et 2010
Bilan Total : 263-125
Saison régulière : 237-115
Phase finale : 26-10

William Stephen « Bill » Belichick (ˈbɛlᵻtʃɪk), né le à Nashville dans le Tennessee, est un entraîneur de football américain, actuellement l'entraîneur principal et manager général des Patriots de la Nouvelle-Angleterre en National Football League. Entraîneur pendant plus de 40 saisons dans la ligue, il est l'un des entraîneurs les plus victorieux de l'histoire de la NFL.

Après avoir passé ses quinze premières saisons dans la NFL en tant qu'entraîneur adjoint, Belichick a obtenu son premier poste d'entraîneur-chef avec les Browns de Cleveland en 1991. Il conserve ce poste jusqu'en 1995. De ses cinq saisons à Cleveland, seule celle de 1994 se termine sur un bilan positif (11 victoires pour 5 défaites en saison et une victoire contre les Patriots au premier tour des matchs éliminatoires). Belichick devient entraîneur-chef des Patriots de la Nouvelle-Angleterre en 2000. Belichick a mené les Patriots à sept Super Bowls, dont cinq victorieux (XXXVI, XXXVIII, XXXIX, XLIX et LI) pour deux défaites (XLII et (XLVI). Bill Belichick est le seul entraîneur principal de toute l'histoire de la NFL à avoir remporté 3 Super Bowl sur une période de 4 ans (2001-2004). Il a été nommé meilleur entraîneur de la NFL par l'Associated Press à trois reprises en 2003, 2007 et 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Bill Belichick naît à Nashville le dans le Tennessee. Enfant unique de Steve Belichick et Jeannette Belichick[1], Bill grandit à Annapolis, Maryland, où son père Steve Belichick est assistant de l'équipe de football de la Navy. Né Stephen Biličić, son père est un descendant croate, fils de Ivan Biličić et Marija Barković, immigrés depuis le village de Draganić en 1897 et installés aux États-Unis à Monessen près de Pittsburgh[2]. Son père a passé la majeure partie de sa vie à étudier et apprendre le football américain dans son métier d'entraîneur, se créant une solide réputation d'excellent recruteur[2]. Dès l'âge de 9 ans, Bill Belichick suit son père dans l'environnement du football américain et entre dans la pièce vidéo de son père pour regarder avec lui son travail d'entraîneur[1],[2]. La première star qu'il côtoie, le running back Joe Bellino, vainqueur du trophée Heisman 1960, est son ami[1]. Plus tard, quand Roger Staubach devient le quarterback de la Navy, Bill Belichick est présent et lui sert parfois de receveur[1].

Belichick étudie à l'Université Wesleyenne à Middletown, Connecticut, où il joue au football américain aux postes de tight end et de centre. Il joue également à la crosse et au squash, étant capitaine de l'équipe de la crosse lors de sa dernière année universitaire. Il obtient son diplôme en économie en 1975.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Premiers postes dans la NFL (1975-1978)[modifier | modifier le code]

Après ses études, Belichick accepte un travail d'assistant en 1975 pour les Colts de Baltimore en soutien de l'entraîneur principal Ted Marchibroda. Il est recruté pour 25 dollars la semaine et voit ses responsabilités augmenter du fait de ses capacités de recruteurs[3]. Il analyse des rencontres à la vidéo et conduit les joueurs et entraîneurs à l'aéroport[4]. L'année suivante, il rejoint les Lions de Detroit en tant qu'assistant des équipes spéciales. En 1977, il devient également assistant des départements des receveurs et des tight ends. Poursuivant sa progression dans la NFL, il part pour les Broncos de Denver en 1978 en tant qu'assistant des équipes spéciales et assistant défensif.

Assistant des Giants de New York (1979–1990)[modifier | modifier le code]

En 1979, Belichick rejoint les rangs des Giants de New York en tant qu'assistant défensif et des équipes spéciales de l'entraîneur-chef Ray Perkins[4]. Il prend du galon en ajoutant les linebackers à ses assignations en 1980. Il contribue notamment au développement de Lawrence Taylor comme l'un des meilleurs joueurs de la ligue. Il est connu comme l'un des meilleurs assistants défensifs de sa génération[4]. Sous la direction de Bill Parcells, il devient coordinateur défensif en 1985[4]. Il remporte ses deux premiers Super Bowls à ce poste lors des saisons 1986 et 1990. Son schéma défensif du surprenant succès contre les Bills de Buffalo lors du Super Bowl XXV est au Pro Football Hall of Fame.

À la tête des Browns de Cleveland (1991–1995)[modifier | modifier le code]

En 1991, Bill Belichick se voit confier les rennes des Browns de Cleveland. Il devient entraîneur principal pour la première fois de sa carrière, à l'âge de 38 ans, et devient le plus jeune entraîneur principal de la ligue[5]. Il prend en charge une équipe en pleine reconstruction, sortant d'une saison avec seulement 3 victoires en 16 matchs[5]. Son expérience est mitigée, avec un bilan de 36 victoires et 44 défaites. Impopulaire, il n'hésite pas à couper la star de l'effectif des Browns, le quarterback Bernie Kosar[6]. Il se qualifie pour les matchs éliminatoires à une reprise, en 1994, et gagne une rencontre éliminatoire contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Après un bon début de saison 1995, l'équipe s'effondre et termine avec 5 victoires et 11 défaites. Au milieu de la saison, le propriétaire de la franchise, Art Modell, a annoncé que l'équipe serait délocalisée à Baltimore à la fin de la saison. Malgré un soutien dans un premier temps, Belichick est viré de son poste le , par téléphone, une semaine après l'officialisation du déménagement[4].

De nouveau dans l'ombre de Parcells[modifier | modifier le code]

Première expérience avec les Patriots (1996)[modifier | modifier le code]

Dans la foulée de son échec avec les Browns, Belichick rejoint Parcells, désormais en poste aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, en tant qu'assistant de l'entraîneur principal et entraîneur des arrières défensifs. Les Patriots réalisent la meilleure saison de leur histoire alors, avec 11 victoires pour 5 défaites et une présence au Super Bowl XXXI qu'ils perdent contre les Packers de Green Bay.

Imbroglios successifs avec les Jets de New York (1997–1999)[modifier | modifier le code]

En février 1997, Belichick suit Bill Parcells qui part pour les Jets de New York en tant qu'entraîneur principal. Bill Belichick conserve le même poste auprès de l'entraîneur principal. Après un imbroglio autour de la négociation de la compensation entre les Patriots et les Jets, Belichick est nommé entraîneur principal des Jets pendant six jours et l'intérim se termine dès l'officialisation de la signature de Parcells aux Jets. Pour Parcells, Belichick est son successeur désigné et lorsqu'il démissionne en 1999, il souhaite que Belichick le remplace en tant qu'entraîneur principal. Lors de la conférence organisée pour introduire Belichick à ce poste, l'entraîneur surprend les médias en annonçant sa démission et explique son choix aux médias new-yorkais présents.

Peu après ce surprenant revirement de situation, Belichick est introduit en tant qu'entraîneur principal des Patriots de la Nouvelle-Angleterre en remplacement de Pete Carroll, récemment démis de ses fonctions. Parcells et les Jets ont réclamé une compensation en échange de ce départ, considérant que Belichick était encore sous contrat avec les Jets lorsqu'il a été contacté par les Patriots. Le commissionnaire de la NFL, Paul Tagliabue, accorde un premier choix de draft en 2000 en échange de ce recrutement agressif.

L'ère Belichick et Brady aux Patriots (2000-)[modifier | modifier le code]

Trois hommes tenant un maillot de football américain.
Bill Belichick (à droite) présente avec Robert Kraft (à gauche), un maillot des Patriots de la Nouvelle-Angleterre au Président Bush en 2004.

Ayant noué une relation d'amitié avec le propriétaire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre Robert Kraft lors de son passage dans la franchise en 1996[4], Belichick prend les reines de la franchise en janvier 2000.

Au cours de la saison 2007 de la NFL, il réussit avec les Patriots une saison régulière parfaite avec seize victoires pour zéro défaite.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié à Debby Clarke, Bill Belichick est père de trois enfants : Amanda, Stephen et Brian. Sa fille est diplômée de l'Université Wesleyenne, où elle a joué à la crosse. Après ses études, elle devient entraîneur de la crosse pour différentes universités américaines. Son premier fils, Stephen, a joué à la crosse et au football américain à l'Université Rutgers. Il est recruté par son père comme assistant de l'entraîneur pour les Patriots de la Nouvelle-Angleterre en mai 2012 et est actuellement entraîneur des safetys de l'équipe. Brian est également actif dans l'équipe des Patriots en tant qu'assistant recruteur. Il possède un bateau au nom du nombre de bagues de champion qu'il a remporté[7].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Équipe Année Saison régulière Playoffs
G P N  % victoires Classement G P  % victoires Résultat
Browns de Cleveland 1991 6 10 0 37,5 3e AFC Central - - - -
Browns de Cleveland 1992 7 9 0 43,8 3e AFC Central - - - -
Browns de Cleveland 1993 7 9 0 43,8 3e AFC Central - - - -
Browns de Cleveland 1994 11 5 0 68,8 2e AFC Central 1 1 50 Défaite contre les Steelers de Pittsburgh (Division)
Browns de Cleveland 1995 5 11 0 31,3 4e AFC Central - - - -
Totaux Browns 36 44 0 45,0 1 1 50
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2000 5 11 0 31,3 4e AFC Est - - - -
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2001 11 5 0 68,8 1er AFC Est 3 0 100 Victoire au Super Bowl XXXVI contre les Rams de Saint-Louis
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2002 9 7 0 56,3 2e AFC Est - - - -
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2003 14 2 0 87,5 1er AFC Est 3 0 100 Victoire au Super Bowl XXXVIII contre les Panthers de la Caroline
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2004 14 2 0 87,5 1er AFC Est 3 0 100 Victoire au Super Bowl XXXIX contre les Eagles de Philadelphie
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2005 10 6 0 62,5 1er AFC Est 1 1 50 Défaite contre les Broncos de Denver (Division)
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2006 12 4 0 75,0 1er AFC Est 2 1 66,7 Défaite contre les Colts d'Indianapolis en Finale de Conférence
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2007 16 0 0 100 1er AFC Est 2 1 66,7 Défaite contre les Giants de New York au Super Bowl XLII
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2008 11 5 0 68,8 2e AFC Est - - - -
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2009 10 6 0 62,5 1er AFC Est 0 1 0 Défaite contre les Ravens de Baltimore (Wild-Card)
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2010 14 2 0 87,5 1er AFC Est 0 1 0 Défaite contre les Jets de New York (Wild-Card)
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2011 13 3 0 81,3 1er AFC Est 2 1 66,7 Défaite contre les Giants de New York au Super Bowl XLVI
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2012 12 4 0 75 1er AFC Est 1 1 50 Défaite contre les Ravens de Baltimore en Finale de Conférence
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2013 12 4 0 75 1er AFC Est 1 1 50 Défaite contre les Broncos de Denver en Finale de Conférence
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2014 12 4 0 75 1er AFC Est 3 0 100 Victoire au Super Bowl XLIX contre les Seahawks de Seattle
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2015 12 4 0 75 1er AFC Est 1 1 50 Défaite contre les Broncos de Denver en Finale de Conférence
Patriots de la Nouvelle-Angleterre 2016 14 2 0 87,5 1er AFC Est 3 0 100 Victoire au Super Bowl LI contre les Falcons d'Atlanta
Totaux Patriots 201 71 0 73,9 25 9 73,5
Totaux 237 115 0 67,3 26 10 72,2

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Bill Belichick est l'entraîneur principal actif ayant le plus grand nombre de victoires dans la National Football League, le quatrième plus victorieux entraîneur de l'histoire de la ligue. Il est le seul à avoir remporter trois Super Bowls en quatre ans. Il a remporté sept Super Bowls, dont cinq en tant qu'entraîneur principal (XXXVI, XXXVIII, XXXIX, XLIX, LI), un nouveau record Chuck Noll, le précédent détenteur, est donc effacé des tablettes. Son pourcentage de victoires de 66,7 % est le deuxième meilleur parmi les entraîneurs ayant au moins 150 victoires en NFL, seulement derrière George Halas (68,2 %). Il a mené les Patriots de la Nouvelle-Angleterre à seize saisons consécutives victorieuses entre 2001 et 2016, et même quatorze titres de champion de division AFC Est en 16 saisons. Le seul autre entraîneur ayant au moins dix saisons consécutives avec des bilans positifs est Tom Landry avec 16 entre 1970 et 1985. Belichick est également l'entraîneur le plus victoires en matchs éliminatoires avec 23 succès.

Belichick dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Image médiatique[modifier | modifier le code]

Souvent habillé d'un sweat à capuche cachant ses yeux, Bill Belichick est un entraîneur connu pour être distant avec les journalistes[8]. Il commence à porter ce sweat à capuche après que la NFL aie signé un contrat avec Reebok en 2000 régulant les vêtements portés par les entraîneurs. En protestation, Belichick choisit le vêtement le moins conventionnel, coupant même les manches de ce pull pour contrer les règles établies par la ligue[9].

Bill Belichick est le seul entraîneur à avoir refusé d'être membre de la NFL Coaches Association (NFLCA), ce qui l'exclut des contrats signés par l'association, et notamment la cession de son droit d'image à la franchise Madden NFL[10]. De ce fait, Belichick est le seul entraîneur absent du jeu vidéo et l'entraîneur des Patriots est représenté par un avatar du nom de « NE Coach » ou « Josh Moore »[10].

Scandales[modifier | modifier le code]

La carrière de Bill Belichick est marquée par deux scandales liées à des actes de tricheries : le Spygate en 2007 et le Deflategate en 2015[11]. Ces affaires ont marquées la NFL et alimentées ses détracteurs qui le qualifie de « tricheur ». En 2007, il est attrapé pour avoir espionné les bancs de touche adverses, permettant à son équipe d'avoir un avantage sur ses adversaires. Il est sanctionné sévèrement par la National Football League d'une amende de 500 000 dollars[11]. Dans l'affaire du Deflategate Belichick n'est pas mis en cause.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Défensivement, Bill Belichick a suivi la philosophie de son père, Steve Belichick, qui est de supprimer la principale menace offensive de son adversaire afin d'obliger l'équipe adverse à effectuer des actions avec lesquelles elle est moins confiante[12]. Il ne s'enferme pas dans une formation défensive et s'adapte à son adversaire, le rendant imprévisible[12]. Il est considéré comme l'un des entraîneurs les plus travailleurs de la ligue, permettant à son équipe d'être souvent mieux préparée que son adversaire[12].

Héritage[modifier | modifier le code]

Sept des anciens entraîneurs assistants de Bill Belichick sont devenus entraîneurs principaux dans la National Football League :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Peter King, « Master And Commander : With football principles learned under his dad, a coach at Navy, brainy Bill Belichick has turned New England into the NFL's mightiest vessel », Sports Illustrated, (consulté le 5 février 2017).
  2. a, b et c (en) Bob Ryan, « Belichick learned well from dad », Boston Globe, (consulté le 5 février 2017).
  3. (en) David Fleming, « No More Question : Call Bill Belichick what you want, but these accounts of his uncompromising life -- from prodigy to professional ballbuster -- reveal why history might one day call him the greatest », sur ESPN.com, (consulté le 16 mai 2017).
  4. a, b, c, d, e et f (en) Christopher Price, New England Patriots : The Complete Illustrated History, MVP Books, , 192 p. (ISBN 978-0-7603-3851-3), « Bill Belichick », p. 120 et 121.
  5. a et b (en) « Bill Belichick », sur patriots.com (consulté le 5 février 2017).
  6. (en) Ned Zeman, « The Last Straw : The Browns' cold-fish coach, Bill Belichick, is unpopular in Cleveland, where he did the unthinkable—he cut Bernie Kosar », Sports Illustrated, (consulté le 5 février 2017).
  7. [vidéo] (en) A Football Life: Bill Belichick, 3 septembre 2013, NFL Productions, 90 minutes.
  8. AFP, « Tom Brady et Bill Belichick, duo gagnant mais controversé de New England », sur www.eurosport.fr, (consulté le 5 février 2017)
  9. (en) Dan Wetzel, « Bill Belichick is a coaching contrarian with a plan », sur Yahoo! Sports, (consulté le 5 février 2017)
  10. a et b (en) Nick O'Malley, « Why isn't Bill Belichick in 'Madden?' Patriots coach says to 'ask John' about Doppel-Belichick », sur Mass Live, (consulté le 5 février 2017)
  11. a et b (en) Don Van Natta Jr. et Seth Wickersham, « Spygate to Deflategate: Inside what split the NFL and Patriots apart », ESPN, (consulté le 5 février 2017)
  12. a, b et c (en) Chad Finn, « The debate is over. Bill Belichick is the greatest NFL coach ever. : His sustained success isn’t just supposed to be unlikely in modern football. It’s supposed to be impossible. », Boston Globe, (consulté le 5 février 2017)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Halberstam, The Education of a Coach, Hyperio, , 288 p. (ISBN 978-1401301545).
  • (en) Michael Holley, Patriot Reign : Bill Belichick, the Coaches, and the Players Who Built a Champion, Zondervan, , 272 p. (ISBN 978-0060757953).
  • (en) Christopher Price, New England Patriots : The Complete Illustrated History, MVP Books, , 192 p. (ISBN 978-0-7603-3851-3, lire en ligne).
  • (en) Michael Holley, War Room : The Legacy of Bill Belichick and the Art of Building the Perfect Team, It Books, , 352 p. (ISBN 978-0062082404).
  • (en) The Boston Globe, PUMPED : The Patriots Are Four-Time Super Bowl Champs, Triumph Books, , 128 p. (ISBN 978-1-62937-059-0).
  • (en) Michael Holley, Belichick and Brady : Two Men, the Patriots, and How They Revolutionized Football, Hachette Books, , 416 p. (ISBN 978-0316266918).
  • (en) Erik Frenz, Bill Belichick vs. the NFL : The Case for the NFL's Greatest Coach, Hachette Books, , 256 p. (ISBN 978-1629373119).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Super Bowl XXXVI - New England Patriots Championship Video, 5 mars 2002, USA Home Entertainment, 95 minutes, (ASIN B00005T7G1).
  • (en) Super Bowl XXXVIII - New England Patriots Championship Video, 24 février 2004, NFL Films, 180 minutes, (ASIN B00011D1GS).
  • (en) NFL - New England Patriots Super Bowl Champs (2-Pack), 2 novembre 2004, Warner Home Video, 275 minutes, (ASIN B0002V7U2S).
  • (en) Super Bowl XXXIX - New England Patriots Championship Video, 1er mars 2005, Vivendi Entertainment, 180 minutes, (ASIN B0006Q94BY).
  • (en) NFL America's Game: 2001 Patriots (Super Bowl XXXVI), avec Lawyer Milloy, Adam Vinatieri et Tom Brady, 26 novembre 2012, NFL Network, 55 minutes, (ASIN B0013LCO6S).
  • (en) NFL America's Game: 2003 Patriots (Super Bowl XXXVIII), avec Rodney Harrison, Willie McGinest et Mike Vrabel, 26 novembre 2012, NFL Network, 55 minutes, (ASIN B001BRZRI6).
  • (en) NFL America's Game: 2004 Patriots (Super Bowl XXXIX), avec Bill Belichick, Troy Brown et Tedy Bruschi, 26 novembre 2012, NFL Network, 63 minutes, (ASIN B001BRXEA4).
  • (en) A Football Life: Bill Belichick, 3 septembre 2013, NFL Productions, 90 minutes, (ASIN B00DBPBQAE).
  • (en) NFL Super Bowl Champions XLIX: New England Patriots, 3 mars 2015, NFL Productions, 180 minutes, (ASIN B00R041BAW).

Liens externes[modifier | modifier le code]