Tom Brady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brady.
Tom Brady
Description de cette image, également commentée ci-après

Brady dans la tenue des Patriots (en extérieur)

Nom complet Thomas Edward Brady, Jr.
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance San Mateo, Californie
Taille 1,93 m (6 4)
Poids 102 kg (224 lb)
Surnom Tom Terrific, California Cool
Numéro 12
Position Quarterback
Carrière universitaire ou amateur
1996-1999 Wolverines du Michigan
Carrière professionnelle
Choix draft NFL 199e au total en 2000 par les
Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Depuis 2000 Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Super Bowl XXXVI (MVP), XXXVIII (MVP), XXXIX, XLIX (MVP)
Pro Bowl 2001, 2004, 2005, 2007, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015
All-Pro 2007, 2010
MVP (AP) 2007, 2010
Carrière pro. 2000 – aujourd'hui

(en) Statistiques sur NFL.com

Thomas « Tom » Edward Brady, Jr., né le à San Mateo en Californie, est un joueur américain de football américain évoluant au poste de quarterback pour les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Il a joué dans les rangs universitaires américains avec les Wolverines du Michigan de l'université du Michigan et est sélectionné en 2000 par les Patriots au sixième tour (199e choix au total).

Tom Brady est l'un des meilleurs quarterbacks de l'histoire de la National Football League. Il détient l'un des meilleurs palmarès de la ligue avec quatre Super Bowls (XXXVI, XXXVIII, XXXIX et XLIX) remportés dont trois en étant élu meilleur joueur du match (2001, 2003 et 2014) en six apparitions. Nommé deux fois meilleur joueur de la saison en 2007 et 2010, il a permis à son équipe de remporter onze titres de Division Est (ce qui constitue un record). Il a également été sélectionné à onze Pro Bowls.

Son parcours est d'autant plus atypique qu'il n'a été sélectionné que très tardivement par une franchise, et que son niveau de jeu ne s'est révélé qu'après sa professionnalisation. Marié au célèbre mannequin brésilien Gisele Bündchen, sa notoriété dépasse le milieu du football américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Thomas Edwards Brady Jr. est né le à San Mateo en Californie. Fils de Galynn Patricia et Thomas Brady Sr, il est le quatrième enfant de ses parents et le seul fils. Ses trois sœurs se prénomment Nancy, Julie et Maureen.

Jeune, Tom Brady assiste à de nombreuses rencontres 49ers de San Francisco et de Joe Montana dans les années 1980. Il devient un supporter de l'équipe et assiste à l'historique passe de Montana pour Dwight Clark lors d'un match contre les Cowboys de Dallas. Il grandit en pratiquant le football américain et le baseball. Au lycée, il se fait remarquer pour ses performances au baseball plus que par celles en football américain. Il est même sélectionné au 28ème tour de la draft MLB de 1995 par les Expos de Montréal mais il préfère tenter sa chance dans le football américain et refuse de signer le contrat proposé.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

En 1995, Tom Brady choisit de rejoindre l'Université du Michigan et l'équipe des Wolverines du Michigan. Ses deux premières années avec les Wolverines du Michigan sont difficiles. Brady est l'un des remplaçants de Brian Griese, future star de la NFL, qui réalise d'excellentes performances, terminant notamment la saison 1997 sans défaite. Il perd du poids et a une appendicite aïgue[1]. Il n'a pas la confiance de son entraîneur et envisage de quitter le campus de Michigan. Tom Brady rencontre alors Greg Harden et travaille avec lui chaque semaine afin d'améliorer ses performances et de faire croître sa confiance en lui[1].

Quand Griese quitte Michigan pour la NFL, Brady n'est pas assuré d'être titulaire. Il doit rivaliser avec Drew Henson, un quart arrière qui a excellé au lycée au baseball et au football. Henson est considéré comme un athlète exceptionnel contrairement à Tom Brady, dont la mobilité et la force sont limitées[2]. Cette concurrence pousse Brady à travailler encore et encore, multipliant les séances vidéos et à analyser les défenses adverses[2]. Finalement, l'entraîneur Carr décide que Brady commence le premier quart temps, Henson le deuxième, et que le staff choissira à la mi-temps qui jouera la deuxième mi-temps[2]. Tom Brady remporte ses cinq premiers duels contre Henson, et mène son équipe à cinq succès. Il réussit à emmener son équipe aux victoires dans le Rose Bowl en 1998, le Citrus Bowl en 1999 et l'Orange Bowl en 2000. Souvent décisif dans les dernières minutes des matchs, il gagne à l'époque le surnom de "Comeback Kid".

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Draft et premières expériences en NFL (2000)[modifier | modifier le code]

Tom Brady n'est pas considéré comme un premier choix lors de la draft NFL 2000. Lors du NFL Combine, il réalise de très mauvaises performances et notamment un temps de 5,2 seconds au sprint sur 40 yards[3].

Tom Brady est sélectionné au 6e tour de la draft de l'année 2000, en 199ème choix par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Il s'agit de la première draft du nouvel entraîneur principal des Patriots, Bill Belichick. Le 199e choix est un choix compensatoire. Il est à l'époque loin d'être l'un des grands espoirs du football américain et les rapports des recruteurs de la NFL le décrivent comme un joueur très lent, peu athlétique et aux qualités pour le poste très limitées[4].

Au début de sa première saison avec les Patriots, il est considéré comme le quatrième choix au poste de quarterback derrière Drew Bledsoe, John Friesz et Michael Bishop. Néanmoins, vers la fin de la saison, il est promu en second choix. Il n’apparaît qu'une seule fois sur le terrain lors de cette saison, en tant que remplaçant et complète une seule et unique passe (sur 3) pour un gain de 6 yards.

Dynastie de Tom Brady (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Première saison comme titulaire et premier Superbowl[modifier | modifier le code]

La saison suivante, en 2001, il débute en second choix mais remplace Drew Bledsoe[5] le titulaire lorsque celui-ci se blesse le 23 septembre, lors du deuxième match de la saison régulière contre les Jets de New York. Bledsoe retourne sur le terrain dès le troisième quart temps du match mais les Patriots s'inclinent 10 à 3. Le match suivant, Brady est promu titulaire à la place de Bledsoe. Si ses deux premiers matchs comme titulaire ne sont pas forcément spectaculaires, ceux qui suivent sont beaucoup plus convaincants. Avec Brady comme quarterback, les Patriots remportent 11 matchs sur 14 ainsi qu'une qualification pour les séries éliminatoires de la NFL.

Lors du premier match celles-ci, les Patriots battent les Raiders d'Oakland dans une partie controversée en raison d'un ballon échappé (fumble) par Brady qui sera ensuite modifié en passe incomplète à la suite de la révision vidéo. Au tour suivant, les Patriots remportent la Conférence américaine AFC en battant les Steelers de Pittsburgh et accèdent au Super Bowl XXXVI contre les Rams de Saint-Louis. Les Patriots gagnent la partie 20-17, et Brady est nommé meilleur joueur (MVP) de cette rencontre, grâce notamment à une séquence offensive en fin de match, où il a orchestré la remontée de son équipe[6]. Tom Brady était d'ailleurs le deuxième plus jeune joueur à gagner cette prestigieuse distinction, après le receveur des Steelers, Lynn Swann.

Une saison 2002 décevante[modifier | modifier le code]

La troisième saison de Brady est moins brillante. Si individuellement Brady réussit à gagner plus de yards (981 de plus) et à marquer plus de touchdowns à la passe que la saison précédente (28 contre 18), les Patriots échouent à atteindre les séries éliminatoires de la NFL et avec seulement 9 victoires, font une saison décevante. C'est la seule fois que Tom Brady manquera les playoffs en tant que titulaire.

Deuxième victoire dans le Superbowl[modifier | modifier le code]

Après avoir amorcé la saison avec 2 victoires et 2 défaites, Brady et les Patriots remportent une série historique de douze victoires consécutives lors de la saison régulière 2003. Cependant, Brady n'est que troisième dans le classement des meilleurs joueurs de la saison régulière derrière respectivement Peyton Manning et Steve McNair. Néanmoins, lors des séries éliminatoires, avec les Patriots, c'est Brady qui bat ses deux rivaux en éliminant tour à tour, les Titans du Tennessee de Steve McNair et les Colts d'Indianapolis de Peyton Manning.

Le 1er février 2004, Tom Brady rencontre les Panthers de la Caroline lors du Super Bowl XXXVIII. A 26 ans, il réalise une performance de haut niveau avec 32 passes réussies sur 48 tentées, battant le record de Jim Kelly (31 passes complétées lors du Super Bowl XXVIII). De nouveau, il mène le dernier drive de son équipe pour offrir à Adam Vinatieri une position idéale pour une botté décisif à moins de quatre secondes de la fin du match. Vainqueur sur le score de 32 à 29, Tom Brady marque l'histoire en remportant son deuxième championnat en trois saisons. Pour la deuxième fois, et notamment grâce à son excellente séquence offensive en fin de match, Brady est nommé MVP du Super Bowl[7].

Troisième Superbowl lors de la saison 2004[modifier | modifier le code]
Assemblée sur plusieurs rangs posant pour les journaliste, le président Bush, au centre, tenant un ballon.
Le Président George W. Bush avec l'équipe des Patriots (Brady est la 3e personne sur la droite du président)
Tom Brady au Super Bowl XXXIX
Tom Brady au Super Bowl XXXIX

Poursuivant sur leur série victorieuse de douze matchs, les Patriots établissent un nouveau record dans la NFL en gagnant 21 matchs consécutifs. Au cours des séries éliminatoires, les Patriots battent comme la saison précédente les Colts d'Indianapolis, puis les Steelers de Pittsburgh, l'équipe qui avait mis fin à leur série de 21 matchs sans défaite lors de la saison régulière. Lors de ce match, Brady établit le meilleur classement de performance pour un quarterback de la saison avec 130,5. Le , les Patriots et Tom Brady remportent le Super Bowl XXXIX, leur troisième titre en quatre ans, en battant les Eagles de Philadelphie par la marque de 24-21.

Première défaite en séries éliminatoires (2005)[modifier | modifier le code]

En 2005, en raison des blessures des running back Corey Dillon et Kevin Faulk, l'attaque des Patriots s'appuie plus que lors des saisons précédentes sur le jeu de passe de Brady. Il finit la saison avec 26 touchdowns et plus de 4 000 yards gagnés à la passe, pour la première fois de sa carrière.

Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre finissent la saison régulière avec 10 victoires et remportent une nouvelle fois la Conférence AFC.

En séries éliminatoires, Tom Brady domine les Jaguars. Les Broncos de Denver mettent fin à la dynastie de Tom Brady. Aidé par une interception décisive de 99 yards de leur cornerback Champ Bailey puis par une perte de balle de Troy Brown, les Broncos domine les Patriots sur le score de 27 à 13[8]. Malgré ses 341 yards gagnés à la passe, il s'agit de la première défaite de sa carrière en séries éliminatoires pour Tom Brady.

Rivalité avec Peyton Manning et saison presque parfaite (2006-2007)[modifier | modifier le code]

Une fois de plus, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre mènent leur Conférence avec 12 victoires pour 4 défaites et se qualifient pour les séries éliminatoires. Brady réussit plus de 3 500 yards, et marque 23 touchdowns à la passe.

En playoffs, les Patriots battent les Jets de New-York et puis rencontrent les Chargers de San Diego. Lors de ce match très disputé, les Pats sont menés de 8 points à 8 minutes de la fin du match. Brady envoie une passe de 4 yards pour un touchdown de Reche Caldwell et Kevin Faulk passe une conversion à 2 pts. Les deux équipes sont a égalité. Mais alors que le match est en train de se terminer, Brady envoie une passe de 49 yards à Reche Caldwell. Ce nouveau down permet au buteur Stephen Gostkowski de marque un field goalde 31 yards qui donne la victoire aux Patriots, 24 à 21.

Cette victoire leur permet de jouer la finale de la conference AFC contre les Colts d'Indianapolis de Peyton Manning. A la mi-temps, les Patriots mènent 21-6. Lors du troisième quart-temps, deux touchdowns, l'un sur une course de Manning et l'autre de Dan Klecko sur une passe de Manning remettent les équipes à égalité. Les deux équipes se répondent alors au score. Alors qu'ils sont menés de trois points, ce sont les Colts qui remportent le match 34 à 31 grâce à un touchdown de Joseph Addai à 1 minute de la fin. Les Colts d'Indianapolis remporteront au tour suivant le Super Bowl XLI.

La saison 2007 de Tom Brady est considéré par de nombreux spécialistes de ce sport comme la meilleure des saisons pour un quarterback[9],[10]. Les Patriots réussissent à remporter tous les matches de la saison régulière, soit 16 victoires pour aucune défaite. Tom Brady, pour sa part, marque 50 touchdowns à la passe, dépassant le record précédent établi par Peyton Manning. Contre les Cowboys de Dallas, il passe pour 5 touchdowns puis contre les Dolphins de Miami, il passe 6 touchdowns, établissant un record pour son équipe. Il réussit à obtenir sa première évaluation parfaite ("perfect passer rating"), c'est-à-dire la note maximale que peut obtenir un quarterback sur un match (soit 158,3). En raison de ses performances lors de la saison régulière, Brady reçoit de nombreuses distinctions individuelles, dont le titre de Sportif de l'année décerné par l'Associated Press, ce qui n'était plus arrivé pour un footballeur américain depuis Joe Montana en 1990.

Pourtant, les Patriots n'arriveront pas à faire la saison parfaite (c'est-à-dire sans défaite) puisqu'ils s'inclinent lors du Super Bowl XLII face aux Giants de New York.

Saison blanche et retour difficile (2008-2010)[modifier | modifier le code]

Tom Brady lors d'un échauffement s'apprêtant à recevoir un ballon.
Tom Brady lors d'un échauffement en 2009.

Non aligné lors des matchs de présaison en raison de blessures au pied, Brady fait son retour pour le premier match de la saison contre les Chiefs de Kansas City, le . Lors du premier quart-temps du match, Brady subit un sack du safety adverse, Bernard Pollard, et doit sortir sur blessure[11]. Ce seront les seules minutes de la saison disputées par Tom Brady. L'équipe annonce quelques jours plus tard qu'elle place Brady sur la liste des blessés pour le reste de la saison, en raison d'une déchirure du ligament croisé antérieur et du ligament collatéral tibial[12],[13]. Cette blessure met fin à une série de 128 titularisations consécutives pour Tom Brady[13]. De nombreuses complications font suite à une première opération et le joueur doit est opéré une seconde fois.

Sans Tom Brady sur le terrain, remplacé par Matt Cassel, les Patriots n'arrivent pas à se qualifier pour les playoffs et finissent deuxième de leur division.

De retour à la compétition après sa saison blanche, Tom Brady permet aux Patriots dès le premier match de la saison 2009 de battre les Bills de Buffalo, avec 378 yards gagnés à la passe et deux passes amenant un touchdown. Le , il bat le record du plus grand nombre de touchdowns dans un quart-temps (5 touchdowns lors du deuxième quart-temps contre les Titans du Tennessee). Il s'agit d'un match spécial pour Brady qui réussit presque avec 380 yards à réaliser une évaluation parfaite ("perfect passer rating"). Il obtient 152,8 alors que la meilleure évaluation est 153,8. C'est aussi un match spécial pour les Patriots qui infligent avec 59 - 0, à leurs rivaux le plus gros écart de points de la Conférence AFC. Tom Brady finit la saison régulière 2009 avec 4 398 yards gagnés à la passe et 28 touchdowns et une énième nomination au Pro Bowl.

Mais l'aventure tourne court dès le premier tour des playoffs contre les Ravens de Baltimore. Brady commet 3 interceptions et les Patriots s'inclinent face aux Ravens, 33-14.

Le , Brady signe un nouveau contrat avec les Patriots : il s'agit d'un contrat de quatre ans pour 72 millions de dollars, ce qui fait de lui le joueur le mieux payé de NFL. Cette saison voit Brady et les siens aligner un excellent bilan de 14 victoires contre seulement 2 défaites. Pour la deuxième fois de sa carrière, il est élu MVP de la saison par un vote unanime, ce qui est une première[14]. Toutefois, cette remarquable saison s'achève prématurément dès le premier match de play-off, en match de Division, par une défaite à domicile 28-21 contre les Jets de New York, vieux rivaux des Pats.

En route vers le quatrième Superbowl (2011-2015)[modifier | modifier le code]

Tom Brady et sa ligne offensive.
Tom Brady et sa ligne offensive.

La saison 2011 commence doucement pour les Patriots, qui se trouvent notamment dès le début défaits par les Bills de Buffalo pour la première fois depuis 10 ans. Toutefois, aidé notamment du wide receiver Wes Welker, ou surtout du tight end Rob Gronkowski, Tom Brady relance les Patriots, qui finissent la saison en trombe sur 8 victoires consécutives qui leur assurent les play-offs et la première place de la Conférence AFC. Le quarterback signe à cette occasion le deuxième meilleur nombre de yards engrangés en une saison de toute l'histoire de la NFL, avec 5 235 yards, pour 39 touchdowns.

En play-offs, Brady continue à bien jouer, signant notamment six touchdowns dès le premier match de Division, contre les Broncos de Denver, n'étant que le troisième quarterback de l'Histoire à inscrire autant de touchdown durant un match de play-offs. Après une victoire serrée contre les Ravens de Baltimore en Finale de Conférence, Tom Brady se retrouve pour la cinquième fois de sa carrière au Super Bowl, encore une fois contre les Giants de New York. S'il signe deux records d'ampleur au cours de ce match (celui du nombre total de yard lancés, tous Super Bowl confondus, et celui du plus grande nombre de passes complétées consécutivement au Super Bowl), il ne parvient pas à mener son équipe à la victoire et perd 21 à 17 pour la deuxième fois à ce niveau.

Le démarrage de cette saison est difficile pour les Pats, qui commencent avec 3 victoires pour 3 défaites, avant d'enchaîner 9 victoires et une seule défaite durant les 10 derniers matchs de la saison, pour terminer sur le bilan de 12-4 et une deuxième place en AFC. Le marque un nouveau duel avec Peyton Manning, qui joue désormais pour les Broncos de Denver. Tom Brady remporte le match et possède désormais 8 victoires pour 4 défaites contre Manning. Le , après une victoire contre les Dolphins de Miami qui assure aux Pats le titre de champion de la Division AFC Nord, il devient le premier quarterback à remporter 10 titres de champion de Division, surpassant le record qu'il partageait jusque-là avec Joe Montana. Il termine la saison avec plus de 4800 yards, 34 Touchdowns et seulement 8 interceptions. Cette prestation lui vaut une 8e nomination au Pro Bowl.

En play-offs, les Pats parviennent à défaire aisément les Texans de Houston lors du match de Division, sur le score de 41-28. En Finale de Conférence, il retrouve les mêmes adversaires que l'an dernier : les Ravens de Baltimore. S'il bat au cours de cette rencontre le record de Brett Favre du plus grand nombre de yards lancés en carrière en play-offs, il réalise une prestation bien plus médiocre qu'à l'accoutumé en subissant deux interceptions et en ne parvenant pas à renverser le cours du match. Les Pats finissent cette fois-ci par s'incliner sur le score de 28 à 13 et sont éliminés aux portes du Super Bowl XLVII.

Le début de la saison 2014 est difficile pour Tom Brady et les Patriots. Après une lourde défaite contre les Chiefs de Kansas City, les critiques s'élèvent et plusieurs analystes annoncent la fin de l'ère Brady[15]. La réponse du quart arrière se fait sur le terrain avec plusieurs performances de grande qualité avec plusieurs rencontres à plus de 300 yards lancés à la passe contre les Bills de Buffalo, les Broncos de Denver et les Lions de Détroit. Après une série de sept succès consécutifs, les Patriots tombent à Green Bay. Qualifié pour les séries éliminatoires, Tom Brady se préserve en fin de saison, ne jouant qu'une mi-temps contre Buffalo et termine la saison régulière avec un bilan de 12 victoires pour 4 défaites.

La route pour le Superbowl XLIX passe par une âpre confrontation face aux Ravens de Baltimore. Rapidement mené 14 à 0 puis 28 à 14 après la mi-temps, Brady lance à Brandon LaFell une passe décisive qui arrache la victoire 35 à 31. A cette occasion, il bat le record de Joe Montana avec 46 touchdowns inscrit en playoffs. La finale de conférence contre les Colts d'Indianapolis donne moins de difficultés à Tom Brady et les Patriots. Ce large succès 45 à 7 et la qualification au Superbowl sont mises dans l'ombre par le Deflegate. Lors du Superbowl XLIX, Tom Brady complète 37 passes sur 50 et marque 4 touchdowns pour arracher une victoire sur le fil. Il est nommé MVP du Superbowl et remporte une quatrième bague de champion.

Vie privée[modifier | modifier le code]

De sa relation avec Bridget Moynahan, Tom Brady a un fils, John Edward Moynahan. Il épouse le le top model brésilien Gisele Bündchen. Celle-ci donne naissance le à un petit garçon prénommé Benjamin, puis le à une petite fille, Vivian.

Le joueur de baseball Kevin Youkilis est devenu le beau-frère de Tom Brady en 2012 en épuisant l'une de ses soeurs, Julie Brady[16]. Youkilis a joué de 2004 à 2012 pour les Red Sox de Boston.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Legend
Super Bowl
Champion AFC
Gras - Leader de la ligue

Saison régulière[modifier | modifier le code]

New England Patriots
  Passes[17] Courses Sacks Fumbles Bilan
Année Équipe MJ MT Comp. Att. Pct Yards Y/T TD Int. Rtg Att. Yards Avg TD Sacks Yards Fumbles Perdus V/D
2000 NE 1 0 1 3 33.3 6 2.0 0 0 42.4 0 0 0 0 0 0 0 0 0-0
2001 NE 15 14 264 413 63.9 2,843 6.9 18 12 86.5 36 43 1.2 0 41 216 12 3 11-3
2002 NE 16 16 373 601 62.1 3,764 6.3 28 14 85.7 42 110 2.6 1 31 190 11 5 9-7
2003 NE 16 16 317 527 60.2 3,620 6.9 23 12 85.9 42 63 1.5 1 32 219 13 5 14-2
2004 NE 16 16 288 474 60.8 3,692 7.8 28 14 92.6 43 28 0.7 0 26 162 7 5 14-2
2005 NE 16 16 334 550 63.0 4,110 7.8 26 14 92.3 27 89 3.3 1 26 188 4 3 10-6
2006 NE 16 16 319 516 61.8 3,529 6.8 24 12 87.9 49 102 2.1 0 26 175 12 4 12-4
2007 NE 16 16 398 578 68.9 4,806 8.3 50 8 117.2 37 98 2.6 2 21 128 6 4 16-0
2008 NE 1 1 7 11 63.6 76 6.9 0 0 83.9 0 0 0 0 0 0 0 0 1-0
2009 NE 16 16 371 565 65.7 4,398 7.8 28 13 96.2 29 44 1.5 1 16 86 4 2 10-6
2010 NE 16 16 324 492 65.9 3,900 7.9 36 4 111.0 31 30 1.0 1 25 175 3 1 14-2
2011 NE 16 16 401 611 65.6 5,235 8.6 39 12 105.6 43 109 2.5 3 32 173 6 2 13-3
2012 NE 16 16 401 537 63.0 4,827 7.6 34 8 98.7 23 32 1.4 4 27 182 2 0 12-4
2013 NE 16 16 380 628 60.5 4,343 6.9 25 11 87.3 32 18 0.6 0 40 256 9 3 12-4
2014 NE 16 16 373 582 64.1 4,109 7.1 33 9 97.4 36 57 1.6 0 21 134 6 3 12-4
2015 NE 16 16 402 624 64.4 4,770 7.6 36 7 102.2 34 53 1.6 3 38 225 6 2 12-4
Total 225 224 4,953 7,792 63.6 58,028 7.5 428 150 96.4 504 876 1.7 17 402 2,509 101 42 172-51

Play-offs[modifier | modifier le code]

New England Patriots
  Passes[17] Courses Sacks Fumbles
Année Équipe MJ MT Comp. Att. Pct Yards Y/T TD Int. Rtg Att. Yards Avg TD Sacks Yards Fumbles Perdus
2001 NE 3 3 60 97 61.9 572 5.9 1 1 77.3 8 22 2.8 1 5 36 1 0
2003 NE 3 3 75 126 59.5 792 6.3 5 2 84.5 12 18 1.5 0 0 0 0 0
2004 NE 3 3 55 81 67.9 587 7.2 5 0 109.4 7 3 0.4 1 0 0 1 1
2005 NE 2 2 35 63 55.6 542 8.6 4 2 92.2 3 8 2.7 0 4 12 2 0
2006 NE 3 3 70 119 58.8 724 6.1 5 4 76.5 8 18 2.2 0 4 22 2 0
2007 NE 3 3 77 109 70.6 737 6.8 6 3 96.0 4 −1 −0.2 0 8 52 1 1
2009 NE 1 1 23 42 54.8 154 3.7 2 3 49.1 0 0 0 0 3 22 1 1
2010 NE 1 1 29 45 64.4 299 6.6 2 1 89.0 2 2 1.0 0 5 40 1 0
2011 NE 3 3 75 111 67.6 878 7.9 8 4 100.4 9 10 1.1 1 3 15 0 0
2012 NE 2 2 54 94 57.4 664 7.1 4 2 84.7 3 4 1.3 0 1 9 0 0
2013 NE 2 2 37 63 58.7 475 7.5 1 0 87.7 3 6 2.0 1 4 34 1 0
2014 NE 3 3 93 135 68.9 921 6.8 10 4 100.3 9 13 1.4 1 3 16 0 0
2015 NE 2 2 55 98 56.1 612 6.2 3 2 76.6 9 19 2.1 1 4 18 0 0
Total 31 31 738 1,183 62.4 7,957 6.7 56 28 88.0 77 122 1.6 6 44 276 10 3

Super Bowl[modifier | modifier le code]

New England Patriots
  Passes[17] Courses
Année SB Équipe Adversaire Comp. Att. Pct Yards Y/T TD Int. Rtg Att. Yards Avg TD
2001 XXXVI NE STL 16 27 59.3 145 5.4 1 0 86.2 1 3 3.0 0
2003 XXXVIII NE CAR 32 48 66.7 354 7.4 3 1 100.5 2 12 6.0 0
2004 XXXIX NE PHI 23 33 69.7 236 7.2 2 0 110.2 1 -1 -1.0 0
2007 XLII NE NYG 29 48 60.4 266 5.5 1 0 82.5 0 0 0 0
2011 XLVI NE NYG 27 41 65.9 276 6.7 2 1 91.5 0 0 0 0
2014 XLIX NE SEA 37 50 74.0 328 6.6 4 2 101.1 2 -3 -1.5 0
Total 6 164 247 66.4 1,605 6.5 13 4 95.3 6 11 1.8 0

Baseball[modifier | modifier le code]

Tom Brady fut sélectionné par les Expos de Montréal en 1995 comme receveur en 18e ronde.

Brady dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Image médiatique[modifier | modifier le code]

Lors d'une interview à la station de radio de Boston WEEI en octobre 2015, Tom Brady déclara « Vous sortez et vous prenez un Coca en pensant tout va bien. Pourquoi ? Parce qu’ils ont payé des fortunes en publicité pour vous convaincre de boire du Coca toute votre vie. Je ne suis pas d’accord. Le fait qu’ils puissent vendre du Coca aux enfants ? C’est du poison pour eux ! Je crois que de nombreux groupes agro-alimentaires et fabricants de boissons nous mentent depuis des années. Mais nous continuons. C’est l’Amérique ! Ici, on croît que les céréales Frosties sont un aliment. »[18],[19].

Il déclare également qu'il ne croit pas dans la médecine occidentale, ayant plus confiance en Alex Guerrero, le parrain de son fils Benjamin, qui developpe une médecine préventive avec un régime alimentaire particulier qui n'inclus ni café, ni champignons, ni poivrons, ni tomates ou encore sans sucre blanc[20],[21].

En novembre 2010, Tom Brady signe un contrat d'image avec l'équipementier Under Armour. Ce contrat qui prend effet au début de l'année 2011[22] inclut que Brady obtient une participation au capital de l'entreprise dont le siège social se situe dans le Michigan[23].

Deflategate[modifier | modifier le code]

Tom Brady est l'un des principaux acteurs de la polémique impliquant les Patriots de la Nouvelle-Angleterre pendant leur parcours jusqu'à Superbowl XLIX. Quelques jours après la rencontre contre les Colts d'Indianapolis en finale d'AFC, la NFL lance une enquête sur une potentielle triche des Patriots. Au bout de trois mois d'enquête, la ligue conclu que la franchise a dégonflé onze des douze ballons de la rencontre avant d'aider Tom Brady. Ce dernier est sanctionné de quatre matchs de suspension[24],[25].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charles Pierce, Moving the Chains: Tom Brady and the Pursuit of Everything, Farrar, Straus and Giroux,‎ (ISBN 0-374-21444-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Eric Adelson, « Tom Brady's Guru », sur http://www.thepostgame.com/,‎ (consulté le 11 février 2016)
  2. a, b et c (en) Michael Rosenberg, « Tom Brady As You Forgot Him », Sports Illustrated,‎ (consulté en 11 février 2016;)
  3. (en) Chuck Klosterman, « Tom Brady Talks to Chuck Klosterman About Deflategate (Sort Of . . .) », sur QG.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  4. http://www.touchdownactu.com/92007/histoire-draft-nfl-the-brady-six/
  5. William Perkins, « Entretien avec Tom Brady », L'Equipe magazine, no 1602,‎ , p. 8 à 16
  6. (en) Dan Shaughnessy, « Tom Brady’s story reflects a rise like no other »,‎ (consulté le 11 février 2016)
  7. (en) « Super Bowl XXXVIII MVP: Tom Brady », sur www.nfl.com (consulté le 11 février 2016)
  8. (en) « Broncos take advantage of turnovers, eliminate Patriots »,‎ (consulté le 11 février 2016).
  9. (en) Kerry J. Byrne, « Best individual seasons of 2000s », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne)
  10. Top 10 greatest quarterback seasons, NFL Nation Blog, espn.go.com; accessed November 12, 2014.
  11. (en) Lynn Zinser, « Minutes In, Brady’s Season Is in Jeopardy », New York Times,‎ (consulté le 11 février 2016)
  12. (en) Shira Springer, « Brady has both ACL and MCL tears », sur boston.com,‎ (consulté le 11 février 2016)
  13. a et b (en) « Brady to have season-ending knee surgery, will be placed on IR », sur nfl.com,‎ (consulté le 11 février 2016)
  14. (en) « Patriots' Brady wins second MVP award by unanimous decision », sur www.nfl.com (consulté le 6 février 2011)
  15. (en) Alex Suskind, « Report: Tom Brady's future in question as tensions flare in New England », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 février 2016)
  16. (en) Doug Farrar, « Boston (in) Common: Kevin Youkilis set to marry Tom Brady’s sister », sur yahoo.com,‎ (consulté le 11 février 2016)
  17. a, b et c http://www.pro-football-reference.com/players/B/BradTo00.htm#passing::none%7C110
  18. Le buzz des Etats-Unis : le Coca-Cola, un «poison», pour l’icône du football américain Tom Brady Les échos du 15 octobre 20145
  19. Coca-Cola on Tom Brady's 'poison' remark: All our drinks are safe CBS Sport du 13 octobre 2015
  20. (en) Kevin Van Valkenburg, « Tom Brady's big reveal », ESPN,‎ (consulté le 10 février 2016)
  21. (en) Hilary Sargent, « Meet the chef who decides what Tom Brady eats—and what he definitely doesn’t », sur boston.com,‎ (consulté le 11 février 2016)
  22. (en) « Tom Brady joins Under Armour after contract with Nike expires », Sports Illustrated (consulté le 11 février 2016)
  23. (en) Robert Boland, « Brady's Under Armour Deal to Include Equity Stake--Why Don't More? », Forbes,‎ (consulté le 11 février 2016)
  24. Stéphane Lauer, « Football américain : Tom Brady suspendu pour quatre matchs dans l’affaire des ballons dégonflés », sur Le Monde,‎ (consulté le 10 février 2016)
  25. Alvin Koualef, « Tom Brady, roi des dégonflés », sur liberation.fr,‎ (consulté le 10 février 2016)