Tom Brady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brady.
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Tom Brady
Description de cette image, également commentée ci-après

Tom Brady dans la tenue extérieure des Patriots au Sports Authority Field le 18 décembre 2011.

Nom complet Thomas Edward Brady, Jr.
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (38 ans)
à San Mateo, Californie
Taille 1,93 m (6 4)
Poids 102 kg (224 lb)
Surnom Tom Terrific, California Cool
Numéro 12
Position Quarterback
Carrière universitaire ou amateur
1996-1999 Wolverines du Michigan
Carrière professionnelle
Choix draft NFL 199e au total en 2000 par les
Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Depuis 2000 Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Super Bowl XXXVI (MVP), XXXVIII (MVP), XXXIX, XLIX (MVP)
Pro Bowl 2001, 2004, 2005, 2007, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015
All-Pro 2007, 2010
MVP (AP) 2007, 2010
Carrière pro. Depuis 2000

(en) Statistiques sur NFL.com

Thomas Edward Brady, Jr., dit Tom Brady, né le à San Mateo en Californie, est un joueur américain de football américain évoluant au poste de quarterback pour les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Il joue dans les rangs universitaires américains avec les Wolverines de l'université du Michigan et est sélectionné en 2000 par les Patriots au sixième tour (199e choix au total).

Tom Brady est l'un des meilleurs quarterbacks de l'histoire de la National Football League. Il détient l'un des meilleurs palmarès de la ligue avec quatre Super Bowls (XXXVI, XXXVIII, XXXIX et XLIX) remportés dont trois en étant élu meilleur joueur du match (2001, 2003 et 2014) en six apparitions. Nommé deux fois meilleur joueur de la saison en 2007 et 2010, il a permis à son équipe de remporter onze titres de division AFC Est, ce qui constitue un record. Il a également été sélectionné à onze Pro Bowls.

En 2007, Tom Brady réalise une saison historique, remportant l'intégralité des rencontres de la saison régulière. Il est cependant vaincu par les Giants de New York lors du Super Bowl XLII. Il perd à nouveau contre les Giants lors du Super Bowl XLVI, quatre ans plus tard. Ces deux défaites ne l'empêchent pas de détenir le meilleur bilan en rencontres éliminatoires avec 22 victoires pour neuf défaites. Il forme avec son entraîneur Bill Belichick le tandem quarterback-entraîneur le plus victorieux de l'histoire de la NFL.

Son parcours est d'autant plus atypique qu'il n'a été sélectionné que très tardivement par une franchise, et que son niveau de jeu ne s'est révélé qu'après sa professionnalisation. Malgré plusieurs contrats négociés en-deça de sa valeur sportive, Tom Brady est l'un des joueurs de football américain les plus payés de l'histoire. Marié au célèbre mannequin brésilien Gisele Bündchen, sa notoriété dépasse le milieu du football américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Thomas Edwards Brady Jr.. est né le à San Mateo en Californie, trente minutes au sud de San Francisco. Fils de Galynn Patricia et Thomas Brady Sr., il est le quatrième enfant du couple et le seul fils. Ses trois sœurs se prénomment Nancy, Julie et Maureen[1].

Jeune, Tom Brady assiste à de nombreuses rencontres des 49ers de San Francisco et de Joe Montana dans les années 1980. Il devient un supporter de l'équipe et assiste à l'historique passe de Montana pour Dwight Clark lors du match de championnat NFC 1982 contre les Cowboys de Dallas : The Catch[2]. Le jeune Brady apprend à lancer la balle de football américain au collège de San Mateo. Au lycée, toujours à San Mateo, il se fait remarquer pour ses performances au baseball[3]. Il évolue alors au poste de receveur et frappe la balle en position de gaucher. Brady préfère tenter sa chance dans le football américain.

Il commence à jouer au football américain au 9th grade, la première année de lycée, aux postes de middle linebacker[4] et de quarterback mais n'est pas assez bon pour être titulaire en attaque dans l'équipe du lycée qui termine la saison sur un bilan de huit défaites pour aucune victoire[5]. Après deux saisons en tant que titulaire au lycée de San Mateo, il compile 219 passes complétées pour 3 514 yards et 33 touchdowns[Note 1],[6].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

En 1995, après que son père ait envoyé des vidéos de ses meilleures actions au lycée, Tom Brady a de nombreuses propositions universitaires. Il liste cinq universités comme choix potentiel : Cal-Berkeley, UCLA, USC, Michigan et Illinois[7]. Alors qu'il se voit offrir la possibilité de jouer titulaire avec Cal-Berkeley dès sa deuxième saison[8], il choisit de rejoindre l'université du Michigan et l'équipe des Wolverines du Michigan qui a déjà six joueurs à son poste[9]. Tom Brady y porte le numéro 10. Ses deux premières années avec les Wolverines sont difficiles. Brady est l'un des remplaçants de Brian Griese, future star de la NFL, qui réalise d'excellentes performances, terminant notamment la saison 1997 sans défaite. Il perd du poids et a une appendicite aïgue[10]. Il n'a pas la confiance de son entraîneur et envisage de quitter le campus de Michigan[6],[9]. Tom Brady rencontre alors Greg Harden et travaille avec lui chaque semaine afin d'améliorer ses performances et de faire croître sa confiance en lui[10].

Quand Griese quitte Michigan pour la NFL, Brady devient titulaire et remporte de nombreuses rencontres devant près de 110 000 personnes[9]. Le , il bat les records de l'université de Michigan pour le nombre de passes tentées (56), de passes complétées (31) et de yards gagnés à la passe (375)[8]. La semaine suivante, il complète 90 % de ses passes lors d'une victoire 48 à 17 à Hawaï[8].

La saison suivante, alors qu'il est senior, il n'est plus assuré d'être titulaire. Il doit rivaliser avec Drew Henson, un quarterback qui a excellé au lycée au baseball et au football américain. Henson est considéré comme un athlète exceptionnel contrairement à Tom Brady, dont la mobilité et la force sont limitées[11]. Cette concurrence pousse Brady à travailler encore et encore, multipliant les séances vidéos et à analyser les défenses adverses[11]. Finalement, l'entraîneur Lloyd Carr décide que Brady commence le premier quart-temps, Henson le deuxième, et que le staff choisira à la mi-temps qui jouera la deuxième mi-temps[11]. Tom Brady remporte ses cinq premiers duels contre Henson, et mène son équipe à cinq succès. Le match contre le grand rival de l'université d'État du Michigan est déterminant pour Tom Brady. Alors que Michigan est mené 17 à 0 avec Henson au poste de quarterback, Brady entre sur le terrain. Il lance pour 241 yards dans les 18 dernières minutes de la rencontre et inscrit 31 points[8]. Malgré la défaite de Michigan 34 à 31, Carr a fait son choix et dès lors, Brady devient le titulaire indiscutable.

Il réussit à emmener son équipe aux victoires dans le Rose Bowl en 1998 (en tant que remplaçant de Griese)[12], le Citrus Bowl en 1999[13] et l'Orange Bowl en 2000[14]. Cette dernière rencontre reste dans l'histoire de football américain universitaire comme l'un des retours les plus mémorables avec une victoire finale de 35 à 34 en prolongations[9]. Souvent décisif dans les dernières minutes des matchs, il gagne à l'époque le surnom de Comeback Kid. Il conduit notamment Penn State à la victoire alors que son équipe est menée de 10 points à six minutes de la fin de la rencontre[9].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Draft et premières expériences en NFL (2000)[modifier | modifier le code]

Malgré ses plusieurs titres nationaux universitaires, Tom Brady n'est pas considéré comme un premier choix lors de la Draft 2000 de la NFL. Lors du NFL Combine, il réalise de très mauvaises performances physiques et notamment un temps de 5,28 secondes au sprint sur 40 yards[15]. Il s'agit d'une des plus mauvaises performances de l'histoire de l'évènement[16]. Il réalise également une détente verticale de 62 centimètres (24,5 inches), soit des performances inférieures à celles des autres quarterbacks[16]. Ses performances cognitives ne sont pas remarquées, même s'il réussit un score de 33 au test Wonderlic[17].

Brady est à l'époque loin d'être l'un des grands espoirs du football américain et les rapports des recruteurs de la NFL le décrivent comme un joueur très lent, peu athlétique et aux qualités pour le poste très limitées[18]. Le rapport de Pro Football Weekly est le suivant : « Très maigre et faible. A terminé la saison 1999 en pesant 88 kg et est toujours longiligne à 95 kg. Est un peu frêle, manque de stature physique et de force. Peut être poussé à terre plus facilement que vous le souhaiteriez. »[Note 2],[9]. Les rapports des recruteurs sont également sur la même ligne : « Ne possède pas une silhouette athlétique. Quarterback le plus lent du combine. Manque de mobilité et ne sait pas échapper à la pression. Ne lance pas en spirale serrée. Ne peut pas jouer dans beaucoup de systèmes différents. Ne possède pas un gros bras. Ne peut pas mener une attaque sur un long drive »[18].

Le , Tom Brady est sélectionné au 6e tour de la draft de l'année 2000, en 199e choix par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Il n'est que le septième quarterback sélectionné lors de cette édition après Chad Pennington, Giovanni Carmazzi, Chris Redman, Tee Martin, Marc Bulger et Spergon Wynn[18]. Il s'agit de la première draft du nouvel entraîneur principal des Patriots, Bill Belichick, qui fête son 48e anniversaire le jour de la sélection. Le 199e choix est un choix compensatoire alloué aux Patriots par la NFL pour les pertes du linebacker Todd Collins, du punter Tom Tupa, du defensive tackle Mark Wheeler et de l'offensive lineman Dave Wohlabaugh en tant que joueurs libres[19],[17].

Au début de sa première saison avec les Patriots, il est considéré comme le quatrième choix au poste de quarterback derrière Drew Bledsoe, John Friesz et Michael Bishop. Les Patriots hésitent à le couper du fait de l'inintérêt d'avoir quatre athlètes à ce poste, mais le gardent pour ne pas prendre le risque de perdre leur jeune talent. Au fur et à mesure de la saison, il s'impose comme le remplaçant de Bledsoe. Vers la fin de la saison, il est promu en second choix. Il n’apparaît cependant qu'une seule fois sur le terrain lors de cette saison, en tant que remplaçant et complète une seule et unique passe (sur trois) pour un gain de 6 yards.

Dynastie (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Premier Super Bowl[modifier | modifier le code]
Articles connexes : Tuck Rule Game et Super Bowl XXXVI.

La saison suivante, en 2001, il débute en deuxième choix au poste de quarterback pour les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Le , lors du deuxième match de la saison régulière contre les Jets de New York, Drew Bledsoe encaisse un choc important du défenseur Mo Lewis[2],[20],[21],[22]. Bledsoe retourne sur le terrain lors du troisième quart-temps mais est incapable de terminer la rencontre. Tom Brady le remplace pour les quatre dernières minutes mais ne peut empêcher la défaite des Patriots sur le score de 10 à 3[21]. Ce qui est d'abord annoncé comme une légère contusion[21] se rélève être en fait une grave hémorragie interne qui écarte Bledsoe des terrains pendant plusieurs semaines.

Photo en couleur d'un footballeur américain en tenue bleue et blanche.
Tom Brady en 2009.

Le match suivant, Brady devient titulaire. Si ses deux premiers matchs comme titulaire ne sont pas forcément spectaculaires, ceux qui suivent sont beaucoup plus convaincants. Avec Brady comme quarterback, les Patriots terminent la saison avec 11 victoires en 14 rencontres et obtiennent une qualification pour les rencontres éliminatoires de la NFL[2].

Lors du premier match éliminatoire de sa carrière, Tom Brady est au centre d'une controverse historique : le Tuck Rule Game. Les Patriots affrontent les Raiders d'Oakland sur un terrain fortement enneigé. Dominés, les Patriots reviennent à 10 à 13 à la suite d'un touchdown à la course de Brady. Ce dernier réalise à nouveau une bonne série lorsqu'il échappe le ballon sur une charge de Charles Woodson. Les arbitres annoncent d'abord qu'il s'agit fumble entraînant une perte de la possession et une défaite des Patriots. Mais ils revoient l'action à la vidéo et concluent que, selon une règle introduite en 1999, la Tuck Rule, le geste de passe vers l'avant de Brady est une passe incomplète. Les Patriots conservent la possession et vont inscrire un coup de pied pour aller en prolongations. Tom Brady gagne le toss et obtient la possession en premier lors des prolongations. Contre le vent et dans des bourrasques de neige, il réussit à avancer sur le terrain et à mettre son botteur Adam Vinatieri dans de bonnes conditions pour marquer une pénalité décisive[23].

Au tour suivant, les Patriots disputent le trophée de la conférence américaine AFC avec les Steelers de Pittsburgh. Au cours du deuxième quart-temps, Tom Brady se blesse au genou. Il doit laisser sa place à Drew Bredsoe qui remporte la rencontre et offre aux Patriots une nouvelle participation au Super Bowl[24]. Après quelques jours d'hésitation, Bill Belichick annonce que Tom Brady est remis de sa blessure au genou et qu'il sera titulaire pour le Super Bowl XXXVI[25].

Le les Patriots affrontent les Rams de Saint-Louis dans le Superdome de La Nouvelle-Orléans. Alors que le score est de 17 partout, les Patriots récupèrent la possession en attaque aux 17 yards dans son camp avec 81 secondes restantes à l'horloge[26],[27]. Le commentateur de la rencontre, la légende John Madden, recommande de jouer la montre et d'aller en prolongations[26],[17]. Brady, son entraîneur Bill Belichick et son coordinateur défensif Charlie Weis prennent une autre option et tentent leur chance. Le quarterback n'a pas le droit à l'erreur. Il lit la défense des Rams et se débarrasse de la balle dans un premier temps. Il trouve ensuite son receveur Troy Brown pour un gain de 23 yards et son tight end Jermaine Wiggins pour 6 yards[27], offrant au butteur Adam Vinatieri un coup de pied de 46 yards pour la victoire[26]. Vinatieri ne manque pas l'occasion et les Pats gagnent la partie 20 à 17. Brady est nommé meilleur joueur (MVP) de cette rencontre, grâce notamment à la séquence offensive en fin de match lors de laquelle il orchestre la remontée de son équipe[28]. Tom Brady est alors le deuxième plus jeune joueur à gagner cette prestigieuse distinction, après le receveur des Steelers Lynn Swann[29].

Une saison 2002 décevante[modifier | modifier le code]

La troisième saison de Brady est moins brillante. Elle commence dans le tout nouveau Gillette Stadium inauguré pour le premier match de la saison contre les Steelers de Pittsburgh par une victoire[30]. Individuellement, Brady continue de briller, il réussit à gagner plus de yards (981 de plus) que la saison précédente et domine la ligue en nombre de touchdowns à la passe avec 28 unités. Le joueur n'est cependant pas sélectionné pour le Pro Bowl. Les Patriots terminent avec un bilan de neuf victoires et sept défaites comme les Jets de New York et les Dolphins de Miami. Mais du fait que les Jets aient battu les Patriots le au Gillette Stadium[31],[32], Tom Brady et ses coéquipiers échouent à atteindre les séries éliminatoires de la NFL[33]. Il s'agit de la seule fois et unique fois que Tom Brady manque les matchs éliminatoires en tant que titulaire.

La saison du quarterback est marquée par une blessure à l'épaule le contre Tennessee[34]. Il continue à jouer malgré la blessure et aggrave sa luxation lors de la dernière rencontre de la saison[34]. Il choisit de ne pas se faire opérer à la fin de la saison et opte pour plusieurs mois de rééducation[34].

Deuxième Super Bowl[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XXVIII.

Brady commence la saison 2003 en difficulté contre ses anciens coéquipiers Drew Bledsoe et Lawyer Milloy désormais aux Bills de Buffalo et se fait intercepter à quatre reprises dans une sévère défaite 0 à 31[35]. Après deux succès, Brady doute de nouveau contre les Redskins de Washington le en se faisant à nouveau intercepter trois fois et en ratant une quatrième tentative décisive sur le dernier drive[36]. Les doutes se dissipent cependant rapidement. Brady et les Patriots remportent une série historique de douze victoires consécutives pour conclure la saison régulière sur un bilan de quatorze victoires pour seulement deux défaites. Malgré ces performances, Brady est devancé par Peyton Manning et Steve McNair au classement des meilleurs joueurs de la saison régulière[37].

Bénéficiant de l'avantage du terrain lors des séries éliminatoires, Tom Brady est intraitable au Gillette Stadium. Il élimine d'abord les Titans du Tennessee de Steve McNair en mettant Adam Vinatieri dans les conditions pour réussir un lointain coup de pied de 46 yards pour une victoire des Pats[Note 3] sur le score de 17 à 14[38]. Puis, bien aidé par les trois interceptions défensives de Ty Law, il vient à bout de son rival Peyton Manning des Colts d'Indianapolis, avec 22 passes complétées sur 37 tentatives pour 237 yards et un touchdown de 7 yards lancé à son receveur David Givens[39]. Tom Brady et les Patriots se qualifient pour leur deuxième Super Bowl en trois ans.

Le , Tom Brady et les Patriots rencontrent les Panthers de la Caroline lors du Super Bowl XXXVIII. À 26 ans, Brady réalise une performance de haut niveau avec 32 passes réussies sur 48 tentées, battant le record de Jim Kelly (31 passes complétées lors du Super Bowl XXVIII). De nouveau, il mène le dernier drive de son équipe pour offrir à Adam Vinatieri une position idéale pour un botté décisif à moins de quatre secondes de la fin du match. Vainqueur sur le score de 32 à 29, Tom Brady marque l'histoire en remportant son deuxième championnat en trois saisons[40]. De nouveau, et notamment grâce à son excellente séquence offensive en fin de match, Brady est nommé meilleur joueur (MVP) du Super Bowl[41].

Troisième Super Bowl[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XXXIX.
Tom Brady au Super Bowl XXXIX
Tom Brady au Super Bowl XXXIX.

La saison 2004 commence aussi bien que s'était terminée la saison 2003 pour Tom Brady et ses coéquipiers. Les Patriots poursuivent leur série victorieuse de douze matchs et établissent un nouveau record dans la NFL en gagnant 21 matchs consécutifs. Brady ressent toujours des douleurs à son épaule et joue sous anti-inflammatoires et anti-douleurs pendant toute la saison[34].

Au cours des séries éliminatoires, les Patriots battent comme la saison précédente les Colts d'Indianapolis, puis les Steelers de Pittsburgh[42], l'équipe qui avait mis fin à leur série de 21 matchs sans défaite lors de la saison régulière[43]. Lors de ce match, Brady établit la meilleure évaluation de performance pour un quarterback de la saison avec 130,5[44]. Le , les Patriots et Tom Brady remportent le Super Bowl XXXIX, leur troisième titre en quatre ans, en battant les Eagles de Philadelphie par la marque de 24 à 21[45],[46],[47].

Assemblée sur plusieurs rangs posant pour les journalistes, le président Bush, au centre, tenant un ballon.
Le Président George W. Bush avec l'équipe des Patriots (Brady est la 3e personne sur la droite du président).

Après la saison, en février, Tom Brady se fait opérer son épaule droite douloureuse et la chirurgie arthroscopique se passe bien[34].

Premières défaites en séries éliminatoires (2005-2006)[modifier | modifier le code]

Avant le début de la saison 2005, Brady signe une extension de son contrat avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre pour 60 millions de dollars sur six ans[48] dont une prime à la signature de 14 500 000 dollars. En raison des blessures des running backs Corey Dillon et Kevin Faulk, l'attaque des Patriots s'appuie plus sur le jeu de passe de Brady que lors des saisons précédentes. Il finit la saison avec 26 touchdowns et plus de 4 000 yards gagnés à la passe, pour la première fois de sa carrière. Le , Brady est désigné sportif de l'année 2005 par le magazine Sports Illustrated[49]. Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre finissent la saison régulière avec dix victoires et remportent une nouvelle fois la conférence AFC.

En rencontres éliminatoires, l'équipe de Tom Brady domine les Jaguars de Jacksonville[50]. Les Broncos de Denver mettent fin à la dynastie de Tom Brady. Aidés par une interception décisive de 99 yards de leur cornerback Champ Bailey[51] puis par une perte de balle de Troy Brown, les Broncos dominent les Patriots sur le score de 27 à 13[52]. Malgré ses 341 yards gagnés à la passe, il s'agit de la première défaite de sa carrière en match éliminatoire pour Tom Brady.

Lors de la saison 2006, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre mènent une fois de plus leur conférence avec douze victoires pour quatre défaites et se qualifient pour les rencontres éliminatoires. Brady réussit plus de 3 500 yards, et marque 23 touchdowns à la passe.

En matchs éliminatoires, les Patriots battent les Jets de New York et puis rencontrent les Chargers de San Diego[53]. Lors de ce match très disputé, les Pats sont menés de 8 points à 8 minutes de la fin du match. Brady envoie une passe de 4 yards pour un touchdown de Reche Caldwell et Kevin Faulk passe une conversion à 2 points. Les deux équipes sont à égalité. Mais alors que le match est en train de se terminer, Brady envoie une passe de 49 yards à Reche Caldwell[53]. Ce gain d'un nouveau down, ou tentative, permet au buteur Stephen Gostkowski de marquer un field goal de 34 yards qui donne la victoire aux Patriots, 24 à 21[53].

Cette victoire leur permet de jouer la finale de la conférence AFC contre les Colts d'Indianapolis de Peyton Manning. À la mi-temps, les Patriots mènent 21 à 6. Lors du troisième quart-temps, deux touchdowns, l'un sur une course de Manning et l'autre de Dan Klecko sur une passe de Manning remettent les équipes à égalité. Les deux équipes se répondent alors au score. Alors qu'ils mènent de trois points, les Patriots s'inclinent 34 à 31 grâce à un touchdown de Joseph Addai à une minute du terme de la partie[54]. Les Colts d'Indianapolis de Peyton Manning remporteront au tour suivant le Super Bowl XLI.

La saison presque parfaite (2007)[modifier | modifier le code]

Tom Brady (no 12), de face, derrière Gaffney (no 10), au bord du terrain après son 50e touchdown de la saison.
Tom Brady avec Randy Moss et Jabar Gaffney après avoir lancé son 50e touchdown de la saison contre les Giants de New York.

Considérés comme les favoris après l'acquisition des receveurs Wes Welker et Randy Moss, les attentes autour de Tom Brady et des Patriots sont grandes avant la saison 2007[55].

Dès la première rencontre de la saison, l'attaque emmenée par Tom Brady est inarrêtable. La ligne offensive domine la défense adverse et offre suffisamment de temps à son quarterback pour trouver ses différents receveurs[56].

Après cinq victoires en cinq matchs, les Patriots se déplacent à Dallas pour affronter les Cowboys, également invaincus (5-0). Tom Brady réalise une performance historique à la passe, marquant pour la première fois de sa carrière cinq touchdowns[57]. Une semaine plus tard, Tom Brady marque à nouveau les esprits avec une performance offensive exceptionnelle contre les Dolphins de Miami ; il bat plusieurs records de la franchise, inscrit six touchdowns, permet aux Patriots de marquer 49 points dont 42 en première mi-temps uniquement[58]. Il réussit à obtenir sa première évaluation parfaite ("perfect passer rating"), c'est-à-dire la note maximale que peut obtenir un quarterback sur un match (soit 158,3).

La série de succès continue par un large succès 52 à 7 contre les Redskins de Washington, Tom Brady affronte son rival Peyton Manning des Colts d'Indianapolis, alors invaincu, et vainqueur du précédent Super Bowl. Cette rencontre est compliquée pour Tom Brady qui se fait intercepter à deux reprises. Dans le dernier quart-temps, il inscrit deux touchdowns à la passe pour gagner 24 à 20[59].

Après deux victoires de suite contre Philadelphie et Baltimore de seulement trois points, Tom Brady et les Patriots ont un bilan de 15 victoires pour aucune défaite. De cette possible saison parfaite, Brady déclare : « Ce serait un bel accomplissement mais ce n'est pas notre objectif principal. Ce que nous souhaitons, c'est remporter le Super Bowl »[59],[Note 4].

Lors de la dernière rencontre de la saison, les Patriots affrontent les Giants de New York et sont menés de 12 points dans la deuxième mi-temps. Brady réalise une série historique en se connectant à plusieurs reprises avec son principal receveur Randy Moss et bat le record de touchdowns à la passe dans une saison avec 50, record précédemment établi par Peyton Manning (49)[60]. Les Pats dominent les Giants sur le score de 38 à 35 et finissent la saison avec un nombre record de points inscrits : 589 unités[61].

Les Patriots réussissent donc à remporter tous les matches de la saison régulière, soit 16 victoires pour aucune défaite. Tom Brady devient le premier quarterback à réaliser cette performance[60]. La saison est considérée par de nombreux spécialistes de ce sport comme la meilleure des saisons pour un quarterback[62],[63].

En raison de ses performances lors de la saison régulière, Brady reçoit de nombreuses distinctions individuelles, dont le titre de Sportif de l'année décerné par l'Associated Press, ce qui n'était plus arrivé pour un footballeur américain depuis Joe Montana en 1990. Il est également désigné meilleur joueur[64] et joueur offensif de l'année 2007[65].

Lors des séries éliminatoires, Tom Brady et ses coéquipiers dominent les Jaguars de Jacksonville sur le score de 31 à 20 lors du match de division en réussissant notamment un jeu appelé Statue de la Liberté qui permet à Wes Welker d'inscrire un touchdown[66]. Ils battent ensuite les Chargers de San Diego en finale de conférence par 21 points à 12. Ils se qualifient de nouveau pour un Super Bowl, trois ans après le dernier succès de leur dynastie.

Les Patriots ont une pression très importante à l'aube du Super Bowl XLII face aux Giants de New York, étant ultra-favoris et la première équipe ayant la possibilité de réaliser une saison parfaite avec 19 victoires. Brady est alors invaincu à ce stade, avec trois succès pour aucune défaite. Pourtant, les Patriots s'inclinent sur le score de 17 à 14. Les statistiques de Tom Brady sont en-deçà de ses standards habituels avec 29 passes complétées sur 48 pour 266 yards et un seul et unique touchdown[67].

Saison blanche et retour difficile (2008-2010)[modifier | modifier le code]

Tom Brady lors d'un échauffement s'apprêtant à recevoir un ballon.
Tom Brady lors d'un échauffement en 2009.

Non aligné lors des matchs de présaison en raison de blessures au pied, Brady fait son retour pour le premier match de la saison contre les Chiefs de Kansas City, le . Lors du premier quart-temps du match, Brady subit un sack du safety adverse, Bernard Pollard, et doit sortir sur blessure[68]. Ce seront les seules minutes de la saison disputées par Tom Brady. L'équipe annonce quelques jours plus tard qu'elle place Brady sur la liste des blessés pour le reste de la saison, en raison d'une déchirure du ligament croisé antérieur et du ligament collatéral tibial[69],[70]. Cette blessure met fin à une série de 128 titularisations consécutives pour Tom Brady[70]. De nombreuses complications font suite à une première opération et le joueur doit est opéré une seconde fois.

Sans Tom Brady sur le terrain, remplacé par Matt Cassel, les Patriots n'arrivent pas à se qualifier pour les séries éliminatoires.

De retour à la compétition après sa saison blanche, Tom Brady permet aux Patriots dès le premier match de la saison 2009 de battre les Bills de Buffalo, avec 378 yards gagnés à la passe et deux passes amenant un touchdown[71],[72]. Le , il bat le record du plus grand nombre de touchdowns dans un quart-temps (cinq touchdowns lors du deuxième quart-temps contre les Titans du Tennessee)[73],[74],[75]. Il s'agit d'un match spécial pour Brady qui réussit presque avec 380 yards à réaliser une évaluation parfaite (« perfect passer rating »). Il obtient 152,8 alors que la meilleure évaluation est 153,8. C'est aussi un match spécial pour les Patriots qui infligent avec 59 à 0, à leurs rivaux le plus gros écart de points de la Conférence AFC[73],[74],[75]. Tom Brady finit la saison régulière 2009 avec 4 398 yards gagnés à la passe et 28 touchdowns et une énième nomination au Pro Bowl.

Début janvier, il reçoit la récompense de Comeback Player of the Year (retour de l'année) pour ses performances de retour de blessure[76]. Mais l'aventure tourne court dès le premier tour des séries éliminatoires contre les Ravens de Baltimore. Brady commet 3 interceptions et les Patriots s'inclinent 33 à 14 face aux Ravens.

Le , Brady signe un nouveau contrat avec les Patriots : il s'agit d'un contrat de quatre ans pour 72 millions de dollars, ce qui fait de lui le joueur le mieux payé de NFL. Cette saison voit Brady et les siens aligner un excellent bilan de 14 victoires contre seulement 2 défaites. Pour la deuxième fois de sa carrière, il est élu MVP de la saison par un vote unanime, ce qui est une première[77]. Toutefois, cette remarquable saison s'achève prématurément dès le premier match éliminatoire, en match de Division, par une défaite à domicile 28-21 contre les Jets de New York, vieux rivaux des Pats. Après la fin de la saison, il se fait opérer le pied d'une fracture de fatigue[78].

En route vers le quatrième Super Bowl (2011-2016)[modifier | modifier le code]

Nouvelle défaite contre les Giants au Super Bowl[modifier | modifier le code]
Tom Brady avec la main sur la hanche pendant une rencontre de football américain.
Tom Brady contre les Broncos de Denver en 2011.

La saison 2011 commence doucement pour les Patriots, qui se trouvent notamment dès le début défaits par les Bills de Buffalo pour la première fois depuis 10 ans. Toutefois, aidé notamment du receveur Wes Welker et surtout du tight end Rob Gronkowski, Tom Brady relance les Patriots qui finissent la saison en trombe sur 8 victoires consécutives qui leur assurent les séries éliminatoires et la première place de la Conférence AFC. Le quarterback signe à cette occasion le deuxième plus grand total de yards engrangés en une saison de toute l'histoire de la NFL, avec 5 235 yards, pour 39 touchdowns.

En play-offs, Brady continue à bien jouer, signant notamment six touchdowns dès le premier match de division, contre les Broncos de Denver, n'étant que le troisième quarterback de l'histoire à inscrire autant de touchdowns durant un match de séries éliminatoires. Après une victoire serrée contre les Ravens de Baltimore en finale de Conférence, Tom Brady se retrouve pour la cinquième fois de sa carrière au Super Bowl, encore une fois contre les Giants de New York. S'il signe deux records d'ampleur au cours de ce match (celui du nombre total de yard lancés, tous Super Bowl confondus, et celui du plus grande nombre de passes complétées consécutivement au Super Bowl), il ne parvient pas à mener son équipe à la victoire et perd 21 à 17 pour la deuxième fois à ce niveau.

Champion AFC Nord et défaites en séries éliminatoires[modifier | modifier le code]
Tom Brady balle en main sur un terrain de football américain.
Tom Brady en action dans sa poche contre les Bills de Buffalo en 2013.

Le démarrage de cette saison est difficile pour les Pats, qui commencent avec trois victoires pour trois défaites, avant d'enchaîner neuf victoires et une seule défaite durant les dix derniers matchs de la saison, pour terminer sur le bilan de 12-4 et une deuxième place en AFC[79].

Le marque un nouveau duel avec Peyton Manning, qui joue désormais pour les Broncos de Denver. Tom Brady remporte le match et possède désormais neuf victoires pour quatre défaites contre Manning[80]. Le 2 décembre, après une victoire contre les Dolphins de Miami qui assure aux Pats le titre de champion de la division AFC Nord, il devient le premier quarterback à remporter dix titres de champion de Division, surpassant le record qu'il partageait jusque-là avec Joe Montana[81],[82]. Il termine la saison avec plus de 4 800 yards, 34 touchdowns et seulement huit interceptions[83]. Cette prestation lui vaut une huitième nomination au Pro Bowl.

En séries éliminatoires, les Pats parviennent à défaire aisément les Texans de Houston lors du match de Division, sur le score de 41 à 28[84],[85],[86]. En finale de conférence, il retrouve les mêmes adversaires que l'année précédente : les Ravens de Baltimore. S'il bat au cours de cette rencontre le record de Brett Favre du plus grand nombre de yards lancés en carrière en séries éliminatoires, il réalise une prestation bien plus médiocre qu'à l'accoutumée en subissant deux interceptions et en ne parvenant pas à renverser le cours du match. Les Pats finissent cette fois-ci par s'incliner sur le score de 28 à 13 et sont éliminés aux portes du Super Bowl XLVII[87],[88],[89].

Quatrième Super Bowl[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XLIX.

Le début de la saison 2014 est difficile pour Tom Brady et les Patriots. Après une lourde défaite contre les Chiefs de Kansas City, les critiques s'élèvent et plusieurs analystes annoncent la fin de l'ère Brady[90]. La réponse du quarterback se fait sur le terrain avec plusieurs performances de grande qualité avec plusieurs rencontres à plus de 300 yards lancés à la passe contre les Bills de Buffalo, les Broncos de Denver et les Lions de Détroit. Après une série de sept succès consécutifs, les Patriots tombent face à Green Bay. Qualifié pour les séries éliminatoires, Tom Brady se préserve en fin de saison, ne jouant qu'une mi-temps contre Buffalo et termine la saison régulière avec un bilan de douze victoires pour quatre défaites.

La route pour le Super Bowl XLIX passe par une âpre confrontation face aux Ravens de Baltimore. Rapidement mené 14 à 0 puis 28 à 14 après la mi-temps, Brady lance à Brandon LaFell une passe décisive qui arrache la victoire 35 à 31. À cette occasion, il bat le record de Joe Montana avec 46 touchdowns inscrits en matchs éliminatoires. La finale de conférence contre les Colts d'Indianapolis donne moins de difficultés à Tom Brady et les Patriots. Ce large succès 45 à 7 et la qualification au Super Bowl sont mises dans l'ombre par le Deflategate. Lors du Super Bowl XLIX contre les Seahawks de Seattle, Tom Brady mène son équipe à plus grand retour dans l'histoire du Super Bowl après avoir été mené de 10 points à l'entame du dernier quart-temps[91]. Le quarterback complète 37 passes sur 50 et marque quatre touchdowns pour arracher une victoire sur le fil. Il est nommé MVP du Super Bowl et remporte une quatrième bague de champion[92].

L'après Deflategate[modifier | modifier le code]

Après son quatrième Super Bowl remporté et son combat contre la ligue pendant l'intersaison, les regards se portent sur Tom Brady au début de la saison 2015. Le joueur répond par des performances de haut niveau et dix victoires consécutives pour commencer la saison. La série de matchs sans défaite se conclut au Sports Authority Field at Mile High par un revers en prolongations contre les Broncos de Denver sur un touchdown de C. J. Anderson. Touché par les blessures de ses coéquipiers et isolé en attaque, Brady lutte pour terminer la saison et perd l'avantage du terrain en séries éliminatoires lors de la dernière rencontre. Sa saison est remarquable puisqu'il termine avec le plus grand nombre de touchdowns (36 unités pour seulement 7 interceptions) et est récompensé par le plus grand nombre de votes pour le Pro Bowl 2016[93].

Brady retrouve son escouade offensive au complet pour les séries éliminatoires et la rencontre contre les Chiefs de Kansas City que les Pats dominent sur le score de 27 à 20[94],[95],[96],[97]. En finale de conférence, Tom Brady retrouve le quarterback Peyton Manning des Broncos pour ce qui est annoncé comme leur dernière confrontation, Manning prenant sa retraite à la fin de la saison[98]. Ce match de championnat voit les limites de la ligne offensive de Tom Brady qui est dominée par la défense des Broncos et notamment Von Miller[99],[100]. Le quarterback est limité à seulement 27 passes réussies sur 56 tentatives[99]. La défaite 20 à 18 de l'équipe de la Nouvelle-Angleterre empêche Brady de participer pour la septième fois au Super Bowl[101],[102].

Après la saison, Tom Brady participe à la tentative de recrutement de Kevin Durant des Celtics de Boston mais Durant choisit finalement les Warriors de Golden State[103],[104]. Il cesse ses actions judiciaires et accepte sa suspension de quatre matchs pour le début de la saison NFL 2016.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Après avoir remporté trois titres de champion, Tom Brady devient une célébrité dont la vie privée est scrutée par les paparazzis. En 2004, il entame une relation avec Bridget Moynahan, actrice américaine. Après trois années ensemble, ils se séparent à l'amiable à la fin de l'année 2006[105]. L'actrice est alors enceinte de trois mois. En août 2007, elle accouche de John Edward Thomas Moynahan, le premier fils de Tom Brady.

En décembre 2006, Tom Brady rencontre le top model brésilien Gisele Bündchen par des amis et se met en couple avec le mannequin[106]. Gisele Bündchen participe à l'éducation de John Moynahan, le fils de Tom Brady. Le couple vit alors entre Los Angeles et Boston[106]. Ils se marient le à Santa Monica, en Californie, lors d'une cérémonie intimiste dans une cathédrale catholique[106],[107]. L'une des célébrités les plus influentes du monde, Gisele donne naissance le à un petit garçon prénommé Benjamin, puis le à une petite fille, Vivian.

En janvier 2012, la famille déménage dans une superbe villa d'une valeur de 20 millions de dollars dans le quartier de Brentwood, à Los Angeles, Californie. Ils achètent également un appartement à One Madison à Manhattan, New York pour 14 millions de dollars en octobre 2013[108].

Le joueur de baseball Kevin Youkilis est devenu le beau-frère de Tom Brady en 2012 en épousant l'une de ses sœurs, Julie Brady[109]. Youkilis a joué de 2004 à 2012 pour les Red Sox de Boston.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Tom Brady a joué pour les Patriots de la Nouvelle-Angleterre pendant toute sa carrière au poste de quarterback. Les statistiques dans les tableaux suivants mesurent ses différentes performances à ce poste.

Il est à noter que Tom Brady a réceptionné deux passes en carrière sur des jeux piégés, la première en 2001 pour un gain de 23 yards sur une passe de Kevin Faulk contre les Dolphins de Miami et la seconde en 2016 sur une passe de Danny Amendola contre les Eagles de Philadelphie pour une avancée de 36 yards.

Brady a également compilé onze tacles en carrière pour stopper des avancées adverses sur des pertes de balles offensives. Il a également botté deux punts en carrière, le premier pour 36 yards en 2003 et le deuxième pour 32 yards en 2013 contre les Broncos de Denver[110].

Légende
Super Bowl
Champion AFC
Gras - Leader de la ligue

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Statistiques de Tom Brady en saison régulière
Année Équipe  MJ  MT Passes Courses Sacks Fumbles Bilan
Réussies Tentées  Pct Yards  Y/T  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD Sacks Yards Fumbles Perdus  V/D
2000 NE 1 0 1 3 33,3 6 2.0 0 0 42,4 0 0 0 0 0 0 0 0 0-0
2001 NE 15 14 264 413 63,9 2 843 6,9 18 12 86,5 36 43 1,2 0 41 216 12 3 11-3
2002 NE 16 16 373 601 62,1 3 764 6,3 28 14 85,7 42 110 2,6 1 31 190 11 5 9-7
2003 NE 16 16 317 527 60,2 3 620 6,9 23 12 85,9 42 63 1,5 1 32 219 13 5 14-2
2004 NE 16 16 288 474 60,8 3 692 7,8 28 14 92,6 43 28 0,7 0 26 162 7 5 14-2
2005 NE 16 16 334 550 63,0 4 110 7,8 26 14 92,3 27 89 3,3 1 26 188 4 3 10-6
2006 NE 16 16 319 516 61,8 3 529 6,8 24 12 87,9 49 102 2,1 0 26 175 12 4 12-4
2007 NE 16 16 398 578 68,9 4 806 8,3 50 8 117,2 37 98 2,6 2 21 128 6 4 16-0
2008 NE 1 1 7 11 63,6 76 6,9 0 0 83,9 0 0 0 0 0 0 0 0 1-0
2009 NE 16 16 371 565 65,7 4 398 7,8 28 13 96,2 29 44 1,5 1 16 86 4 2 10-6
2010 NE 16 16 324 492 65,9 3 900 7,9 36 4 111,0 31 30 1,0 1 25 175 3 1 14-2
2011 NE 16 16 401 611 65,6 5 235 8,6 39 12 105,6 43 109 2,5 3 32 173 6 2 13-3
2012 NE 16 16 401 537 63,0 4 827 7,6 34 8 98,7 23 32 1,4 4 27 182 2 0 12-4
2013 NE 16 16 380 628 60,5 4 343 6,9 25 11 87,3 32 18 0,6 0 40 256 9 3 12-4
2014 NE 16 16 373 582 64,1 4 109 7,1 33 9 97,4 36 57 1,6 0 21 134 6 3 12-4
2015 NE 16 16 402 624 64,4 4 770 7,6 36 7 102,2 34 53 1,6 3 38 225 6 2 12-4
Total 225 224 4 953 7 792 63,6 58 028 7,5 428 150 96,4 504 876 1,7 17 402 2 509 101 42 172-51

Séries éliminatoires[modifier | modifier le code]

Statistiques de Tom Brady en séries éliminatoires
Année Équipe  MJ  MT Passes Courses Sacks Fumbles Bilan
Réussies Tentées  Pct Yards  Y/T  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD Sacks Yards Fumbles Perdus  V/D
2001 NE 3 3 60 97 61,9 572 5,9 1 1 77,3 8 22 2,8 1 5 36 1 0 3-0
2002 NE N'est pas qualifié
2003 NE 3 3 75 126 59,5 792 6,3 5 2 84,5 12 18 1,5 0 0 0 0 0 3-0
2004 NE 3 3 55 81 67,9 587 7,2 5 0 109,4 7 3 0,4 1 0 0 1 1 3-0
2005 NE 2 2 35 63 55,6 542 8,6 4 2 92,2 3 8 2,7 0 4 12 2 0 1-1
2006 NE 3 3 70 119 58,8 724 6,1 5 4 76,5 8 18 2,2 0 4 22 2 0 2-1
2007 NE 3 3 77 109 70,6 737 6,8 6 3 96,0 4 −1 −0,2 0 8 52 1 1 2-1
2008 NE Manque la saison sur blessure
2009 NE 1 1 23 42 54,8 154 3,7 2 3 49,1 0 0 0 0 3 22 1 1 0-1
2010 NE 1 1 29 45 64,4 299 6,6 2 1 89,0 2 2 1,0 0 5 40 1 0 0-1
2011 NE 3 3 75 111 67,6 878 7,9 8 4 100,4 9 10 1,1 1 3 15 0 0 2-1
2012 NE 2 2 54 94 57,4 664 7,1 4 2 84,7 3 4 1,3 0 1 9 0 0 1-1
2013 NE 2 2 37 63 58,7 475 7,5 1 0 87,7 3 6 2,0 1 4 34 1 0 1-1
2014 NE 3 3 93 135 68,9 921 6,8 10 4 100,3 9 13 1,4 1 3 16 0 0 3-0
2015 NE 2 2 55 98 56,1 612 6,2 3 2 76,6 9 19 2,1 1 4 18 0 0 1-1
Total 31 31 738 1 183 62,4 7 957 6,7 56 28 88,0 77 122 1,6 6 44 276 10 3 22-9

Super Bowls[modifier | modifier le code]

Statistiques de Tom Brady avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre aux Super Bowls
Super Bowl Adversaire Passes Courses
Réussies Tentées  Pct Yards  Y/T  TD Interceptions Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
XXXVI Rams de Saint-Louis 16 27 59,3 145 5,4 1 0 86,2 1 3 3,0 0
XXXVIII Panthers de la Caroline 32 48 66,7 354 7,4 3 1 100,5 2 12 6,0 0
XXXIX Eagles de Philadelphie 23 33 69,7 236 7,2 2 0 110,2 1 -1 -1,0 0
XLII Giants de New York 29 48 60,4 266 5,5 1 0 82,5 0 0 0 0
XLVI Giants de New York 27 41 65,9 276 6,7 2 1 91,5 0 0 0 0
XLIX Seahawks de Seattle 37 50 74,0 328 6,6 4 2 101,1 2 -3 -1,5 0
Total 164 247 66,4 1 605 6,5 13 4 95,3 6 11 1,8 0

Baseball[modifier | modifier le code]

Lors de la draft 1995 de la Ligue majeure de baseball, Tom Brady est sélectionné par les Expos de Montréal comme receveur en 18e ronde[111]. Il choisit de ne pas signer son contrat et de se tourner vers la National Football League. Brady n'a donc joué aucun match dans la ligue de baseball. En 2004, la franchise de Montréal déménage à Washington où elle devient les Nationals de Washington. Cependant, les Expos détiennent toujours les droits de Tom Brady en Ligue majeure de baseball.

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Tom Brady, de profil au premier plan, en costume et avec des lunettes de soleil.
Tom Brady en costume lors du Super Bowl 50 pour célébrer les meilleurs joueurs de l'histoire de la ligue.

Tom Brady s'est rapidement construit l'un des plus beaux palmarès de l'histoire du football américain en remportant trois Super Bowls lors de ses cinq premières saisons dans la ligue (XXXVI, XXXVIII, XXXIX). Il ajoute un quatrième Super Bowl dix saisons plus tard lors du Super Bowl XLIX, devenant le troisième quarterback à réaliser cette performance après son idole de jeunesse Joe Montana et Terry Bradshaw[112]. Il est désigné MVP lors de trois des quatre succès (XXXVI, XXXVIII et XLIX), un record qu'il partage avec Montana[112]. Ses six partipations au Super Bowl sont un record (partagé avec Mike Lodish) et lui permettent de détenir les principaux records liés au poste de quarterback : plus grand nombre de passes tentées (247) et réussies (164), plus grand nombre de touchdowns inscrits (13), plus grand nombre de yards gagnés (1 605)[112] mais également le plus grand nombre de passes complétées dans un seul Super Bowl (37) et en une mi-temps de Super Bowl (20).

Ses succès entre 2001 et 2004 impliquent également de nombreux records et notamment le plus grand nombre de victoires consécutives en séries éliminatoires avec dix unités, qui est également un record pour un débutant. Sa régularité au haut niveau font de Tom Brady le joueur ayant joué le plus grand nombre de matchs de séries éliminatoires (31) et le plus victorieux en tant que quarterback (22). De nouveau, il détient tous les records en playoffs pour le poste : plus grand nombre de passes tentées (1 085) et réussies (683), plus grand nombre de touchdowns (56), plus grand nombre de yards gagnés (7 345).

Profil de jeu et personnalité[modifier | modifier le code]

Tom Brady, en maillot bleu avec le ballon en main, protégé par sa ligne offensive sur un terrain de football américain.
Tom Brady dans sa poche protégé par sa ligne offensive.

Le profil de jeu du quarterback Tom Brady consiste à rester dans sa poche et à distribuer le jeu entre ses coureurs et ses receveurs. Sa présence dans la poche est excellente, son lancer de balle est rapide, ce qui lui permet d'être l'un des meilleurs passeurs de la National Football League (NFL)[113]. En moyenne, il lui faut 0,39 secondes pour relâcher sa balle à environ 98 km/h[114].

Il est connu pour être peu mobile, cela lui permet d'avoir souvent plus d'espaces pour courir. Sa longévité dans la ligue est liée à ce style de jeu qui l'expose moins[115]. Son intelligence de jeu est importante et sa mémoire l'aide à jouer au plus juste, si bien que son ancien coordinateur offensif Bill O'Brien l'a surnommé « The IBM »[116].

Tom Brady est également connu pour être particulièrement efficace sur un jeu appelé le QB Sneak qui consiste à gagner peu de gains en avançant la balle sous le bras derrière un linebacker ou par dessus la défense adverse[117]. Sa vitesse d'exécution de moins d'une seconde lui permet de gagner de nouvelles tentatives plus de neuf fois sur dix[114].

Tom Brady est connu pour son humilité et sa discrétion[118]. Non tatoué, il cultive l'image du gendre idéal[118]. Cependant, les affaires d'espionnage des adversaires - Spygate[119] - et du dégonflage des ballons - Deflategate -, qui l'impliquent indirectement, nuisent à son image. Après ces évènements, Tom Brady divise fortement l'opinion, étant à la fois le quarterback préféré et le plus détesté des supporters NFL selon une étude de Public Policy Polling[120],[121].

Une des qualités reconnues de Tom Brady est également son altruisme, notamment à la fin de sa carrière. Pour donner plus de chances à son équipe de gagner, il n'hésite pas à restructurer son contrat pour donner plus de flexibilité financière aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre afin de recruter d'autres joueurs[122],[123]. Ces concessions financières font de lui l'un des joueurs les plus rentables de la National Football League[124].

Aspects financiers[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous récapitule les revenus en carrière de Tom Brady avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre[125].

Revenus en carrière de Tom Brady
Année Équipe Salaire fixe Bonus Total
Bonus à la signature Bonus effectif Bonus de restructuration Autres bonus
2000 Patriots 193 000 $ 38 500 $ - - - 231 500 $
2001 Patriots 298 000 $ - - - - 298 000 $
2002 Patriots 375 000 $ 3 500 000 $ - - - 3 875 000 $
2003 Patriots 450 000 $ - - 2 675 000 $ 6 000 000 $ 9 125 000 $
2004 Patriots 535 000 $ - - 4 965 000 $ - 5 500 000 $
2005 Patriots 1 000 000 $ 14 500 000 $ - - - 15 500 000 $
2006 Patriots 4 000 000 $ - - - 12 000 000 $ 16 000 000 $
2007 Patriots 720 000 $ - - 5 280 000 $ - 6 000 000 $
2008 Patriots 5 000 000 $ - 3 000 000 $ - - 8 000 000 $
2009 Patriots 5 000 000 $ - 3 000 000 $ - - 8 000 000 $
2010 Patriots 7 500 000 $ 16 000 000 $ - - - 23 500 000 $
2011 Patriots 5 750 000 $ - 4 000 000 $ - - 9 750 000 $
2012 Patriots 950 000 $ - 6 000 000 $ 4 800 000 $ 250 000 $ 12 000 000 $
2013 Patriots 1 000 000 $ 10 000 000 $ 2 000 000 $ - - 13 000 000 $
2014 Patriots 2 000 000 $ 15 000 000 $ 2 000 000 $ - - 19 000 000 $
2015 Patriots 8 000 000 $ 5 000 000 $ - - - 13 000 000 $
Total 42 771 000 $ 64 038 500 $ 20 000 000 $ 17 720 000 $ 18 250 000 $ 162 779 500 $


En 2013, les contrats de Brady avec les marques commerciales Ugg, Movado et Vitaminwater, lui permettent de percevoir la somme de 7 millions de dollars[126]. Ces marques utilisent l'image de Tom Brady pour vendre des produits de luxe[126].

Brady dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Rivalité avec les frères Manning[modifier | modifier le code]

Durant toute sa carrière, Tom Brady voit sa rivalité avec Peyton Manning grandir. En plus d'être les deux meilleurs quarterbacks de leur génération, le parcours des deux joueurs se croisent à de nombreuses reprises depuis leur arrivée dans la ligue en 1998 pour Manning et 2000 pour Brady[127]. En effet, le nombre de duels entre les deux joueurs s'élèvent à 17[128] et même s'ils ne s'affrontent pas directement, puisqu'ils ne sont jamais en même temps sur le terrain, leur rivalité est considérée comme l'une des plus grandes du sport[129],[130]. Chaque quarterback jouant contre la défense adverse, différente, il est difficile de comparer les performances des deux joueurs[131] mais le débat reste récurrent[132].

Au départ, tout les oppose, Manning est choisi numéro 1 et est de suite considéré comme un joueur talentueux alors que Brady est sélectionné au 199e rang et doit sa notoriété à ses trois Super Bowls remportés en quatre saisons. Tom Brady commence son premier match titulaire en carrière contre les Colts d'Indianapolis de Peyton Manning et l'emporte sur le large score de 44 à 13[133],[134]. Dans leurs duels l'un contre l'autre, Brady domine régulièrement Manning et mène par 11 succès à 6[135]. Manning détient la majorité des records en saison régulière et Brady ceux en séries éliminatoires[136].

Financièrement, les deux joueurs se mènent également une bataille. Peyton Manning est le joueur le plus payé de l'histoire de la National Football League, devant son frère Eli, et Tom Brady[136].

Les deux joueurs ont un profond respect l'un pour l'autre, respectant le talent de l'autre. Manning dit à propos de Tom Brady : « J'ai un grand respect pour la manière avec laquelle il joue le poste [de quarterback]. Il prend soin de lui physiquement et toujours répond à l'appel, à chaque saison et toutes les semaines. Il y a définitivement un grand respect de ma part et j'apprécie ce qu'il dit de moi également »[Note 5],[135].

En 2014, après le Deflategate, des mails de Tom Brady sont dévoilés au public dans lesquels il écrit que « Manning a besoin que tout soit parfait pour réussir, la météo, son système, etc. »[Note 6],[135]. Il écrit également dans un autre mail en parlant de Manning : « J'ai encore 7 ou 8 années. Il lui en reste 2. C'est le dernier chapitre. »[Note 7],[135]. Les deux joueurs s'apprécient en dehors des terrains, dînant à Boston ou jouant au golf ensemble en Californie[137].

Tom Brady créé également une rivalité avec le frère de Peyton Manning, Eli Manning, suite aux Super Bowls XLII et XLVI qu'il perd face à lui. Ce dernier est choisi premier choix en 2004 et est le quarterback qui barre la route de la saison parfaite de Brady en 2007. Tom Brady est alors invaincu avec un bilan de 18 victoires sans défaite et Eli réussit au Super Bowl une performance historique pour réaliser l'une des plus importantes surprises de l'histoire du Super Bowl. En 2011, il domine à nouveau Brady au Super Bowl avec un touchdown de dernière minute. Inconsistent durant toute sa carrière, Eli Manning reste comme la « bête noire » de Tom Brady et est l'un des seuls quarterbacks à avoir un bilan positif contre Brady[138].

Image médiatique[modifier | modifier le code]

Lors d'une interview à la station de radio de Boston WEEI en , Tom Brady déclare « Vous sortez et vous prenez un Coca en pensant tout va bien. Pourquoi ? Parce qu’ils ont payé des fortunes en publicité pour vous convaincre de boire du Coca toute votre vie. Je ne suis pas d’accord. Le fait qu’ils puissent vendre du Coca aux enfants ? C’est du poison pour eux ! Je crois que de nombreux groupes agro-alimentaires et fabricants de boissons nous mentent depuis des années. Mais nous continuons. C’est l’Amérique ! Ici, on croît que les céréales Frosties sont un aliment. »[139],[140].

Il déclare également qu'il ne croit pas dans la médecine occidentale, ayant plus confiance en Alex Guerrero, le parrain de son fils Benjamin, qui développe une médecine préventive avec un régime alimentaire particulier qui n'inclus ni café, ni champignons, ni poivrons, ni tomates ou encore sans sucre blanc[141],[142].

En , Tom Brady signe un contrat d'image avec l'équipementier Under Armour. Ce contrat qui prend effet au début de l'année 2011[143] inclut que Brady obtient une participation au capital de l'entreprise dont le siège social se situe dans le Michigan[144]. Il réalise plusieurs campagnes publicitaires avec d'autres sportifs célèbres de la marque comme Cam Newton ou Jordan Spieth. En 2015, il participe à la campagne d'Under Armour Rule Yourself et met en avant le numéro 199, son choix de draft[145],[146].

Tom Brady joue au golf depuis l'âge de deux ans. Il y joue régulièrement entre les saisons de football américain. Il développe des relations sur les parcours de golf, notamment avec le candidat aux primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2016 Donald Trump. Ce dernier cite Tom Brady lors de son discours de candidature à la présidentielle américaine le pour comparer les dirigeants chinois aux dirigeants américains : « C'est comme prendre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et Tom Brady et les faire jouer contre votre équipe lycéenne de football américain »[Note 8],[147] et prend sa défense de nouveau après la confirmation de la suspension de Brady en avril 2016[148]. Il rencontre de nombreux golfeurs professionnels comme Rory McIlroy, Bubba Watson[149] ou encore Keegan Bradley[150]. Tom Brady fait également des parallèles entre un swing et son lancer de balle[149].

Deflategate[modifier | modifier le code]

Tom Brady est l'un des principaux acteurs de la polémique Deflategate impliquant les Patriots de la Nouvelle-Angleterre pendant leur parcours jusqu'à Super Bowl XLIX. Quelques jours après la rencontre contre les Colts d'Indianapolis en finale d'AFC, la National Football League (NFL) lance une enquête sur une potentielle triche de balles volontairement dégonflées par les Patriots pour aider leur quarterback Tom Brady. Au bout de trois mois d'enquête indépendante, le rapport Wells, la ligue conclut que des employés de la franchise des Patriots, Jim McNally et John Jastremski, ont dégonflé onze des douze ballons de la rencontre afin d'aider Tom Brady[151]. La conclusion du rapport de Ted Wells est que « Tom Brady était au minimum au courant, de manière générale, des activités inappropriées de McNally et Jastremski »[152]. Le joueur est sanctionné de quatre matchs de suspension[153],[154].

Tom Brady fait appel de cette sanction auprès de la NFL qui confirme cette décision[155]. Brady et son avocat Jeffrey Kessler autorise alors la NFLPA, organisation syndicale représentant les joueurs professionnels, à faire appel de cette décision devant une juridiction fédérale[156],[155] et remporte une première bataille juridique contre la NFL, le juge fédéral de New York annulant la suspension de quatre matchs[157]. La ligue fait appel de cette décision et le deuxième procès est reporté en mars 2016, après la fin de la saison 2015. En appel, la cour donne raison à la National Football League et sanctionne à nouveau Tom Brady d'une suspension de quatre rencontres[158]. En juillet, Brady renonce à ses recours judiciaires et accepte sa suspension de quatre rencontres[159],[160]. Il met fin à une longue bataille judiciaire avec la NFL[161].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Tom Brady a participé comme invité à de nombreux programmes télévisés, animant un Saturday Night Live en 2005 lors duquel il chante et réalise une parodie en sous-vêtements[48]. Dès 2003, il joue le rôle d'un geek dans le film Deux en un (Stuck on You) de Peter et Bobby Farrelly. Dans l'année suivant son troisième succès au Super Bowl, en 2005, il double également sa voix dans l'épisode Déluge au stade de la série Les Simpson, et dans l'épisode 20 de la saison 4 intitulé « Patriot Games » de la série télévisée d'animation Les Griffin (Family Guy). En 2009, il apparaît dans l'épisode 5 de la saison 6 de la série Entourage en tant que lui-même. Il apparaît également dans les films Entourage de Doug Ellin et Ted 2 de Seth MacFarlane sortis en 2015[162].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cet article traite d'un joueur de football américain. Le lexique du football américain et canadien y est utilisé.
  2. Citation originale : « Negatives: Poor build. Very skinny and narrow. Ended the '99 season weighing 195 pounds and still looks like a rail at 211. Looks a little frail an lacks great physical stature and strenght. Can get pushed down more easily than you'd like ».
  3. Le terme Pats est un diminutif utilisé pour désigner les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.
  4. Citation originale : « It would be a great thing to do, but it's not our main goal. What we are after is the Super Bowl ».
  5. Citation originale : « I've just got great respect for the way he plays the position. He takes care of himself physically and always answers the bell, every single season and every single week. There's definitely high respect from me and I appreciate some of the things he's said about me as well ».
  6. Citation originale : « Manning needs things to be perfect to succeed, weather, his system, etc. ».
  7. Citation originale : « I've got another 7 or 8 years. He has 2. That's the final chapter. ».
  8. Citation originale : « It's like take the New England Patriots and Tom Brady and have them play your high school football team. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jeff Arnold, « Sister Pact: How Tom Brady's Special Bond With His Sisters Helped Make Him A Star », sur www.thepostgame.com,‎ (consulté le 28 février 2016).
  2. a, b et c (en) Joe Garner et Bob Costas, 100 Yards of Glory : The Greatest Moments in NFL History, Houghton Mifflin Harcourt, , 320 p. (ISBN 978-0547547985), « The Greatest Quarterbacks - Tom Brady », p. 230 à 233.
  3. (en) « Tom Brady: The Story of a Baseball Failure », sur mlb.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  4. [vidéo] (en) « Conversations with CBS Sports: Tom Brady », sur www.youtube.com, CBS Sports,‎ (consulté le 11 février 2016).
  5. (en) Rich Cimini, « Story of boy named Tom Brady », Daily News Sports,‎ (consulté le 11 février 2016).
  6. a et b (en) Christopher Price, New England Patriots : The Complete Illustrated History, MVP Books, , 192 p. (ISBN 978-0-7603-3851-3, présentation en ligne), p. 130 et 131.
  7. (en) Sanjay Kirpalani, « The College Recruitment of Tom Brady », sur bleacherreport.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  8. a, b, c et d (en) Sean Glennon, Tom Brady Vs. the NFL : The Case for Football's Greatest Quarterback, « 2. Better Than You Realized:College ».
  9. a, b, c, d, e et f (en) Boston Herald, Tom Brady: MVP : Most Valuable Patriot, Sports Publishing LLC, , 127 pages p., « From Big Blue to Replacing Drew », p. 20 à 27, Mark Murphy..
  10. a et b (en) Eric Adelson, « Tom Brady's Guru », sur http://www.thepostgame.com/,‎ (consulté le 11 février 2016).
  11. a, b et c (en) Michael Rosenberg, « Tom Brady As You Forgot Him », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 février 2016).
  12. (en) Malcolm Moran, « COLLEGE FOOTBALL; Michigan Grasps Victory, and Claim to No. 1 », sur www.nytimes.com,‎ (consulté le 27 février 2016).
  13. (en) David Ablauf, Jim Schneider, « Michigan Rallies for 45-31 Citrus Bowl Win over Arkansas », sur www.mgblue.com (consulté le 27 février 2016).
  14. (en) Jon Finkel, « When Brady Beat 'Bama: Michigan's Triumph In The 2000 Orange Bowl », sur www.thepostgame.com,‎ (consulté le 27 février 2016).
  15. (en) Chuck Klosterman, « Tom Brady Talks to Chuck Klosterman About Deflategate (Sort Of . . .) », sur QG.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  16. a et b (en) John Breech, « LOOK: Tom Brady was really, really bad at the NFL combine in 2000 », sur CBSSports.com,‎ (consulté le 12 février 2016).
  17. a, b et c (en) Sean Glennon, Tom Brady Vs. the NFL : The Case for Football's Greatest Quarterback, « 3. Ascendance: 2001 ».
  18. a, b et c Nelson Caignard, « Histoire Draft NFL – The Brady Six », sur http://www.touchdownactu.com,‎ (consulté le 12 février 2016).
  19. (en) Jeff Howe, « Tom Brady Became Patriots’ Compensatory Pick in 2000 Due to Loss of Four Free Agents », sur www.nesn.com,‎ (consulté le 12 février 2016).
  20. [vidéo] (en) « Bledsoe to Brady - The hit that changed history », sur nfl.com, NFL Films (consulté le 12 février 2016).
  21. a, b et c (en) Nick Cafardo, « Drew Bledsoe hurt as 0-2 Patriots lose to Jets », sur bostonglobe.com,‎ (consulté le 12 février 2016).
  22. William Perkins, « Entretien avec Tom Brady », L'Equipe magazine, no 1602,‎ , p. 8 à 16.
  23. (en) Greg Garber, « Patriots plow on at all costs », sur ESPN.com,‎ (consulté le 29 février 2016).
  24. (en) « Bledsoe's return sparks Patriots past Steelers 24-17 », Sports Illustrated,‎ (consulté le 19 février 2016).
  25. (en) Judy Battista, « PRO FOOTBALL; Brady Will Start for Patriots », The New York Times,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  26. a, b et c (en) Charles Pierce, Moving the Chains: Tom Brady and the Pursuit of Everything, , « Two Drives, Three Faces », p. 10 à 12.
  27. a et b (en) Joe Garner et Bob Costas, 100 Yards of Glory : The Greatest Moments in NFL History, Houghton Mifflin Harcourt, , 320 p. (ISBN 978-0547547985), « The Super Bowl - XXXVI: Patriots 20, Rams 17 », p. 94 et 95.
  28. (en) Dan Shaughnessy, « Tom Brady’s story reflects a rise like no other », Boston Globe,‎ (consulté le 11 février 2016).
  29. (en) Skip Wood, « It's all good for Super Bowl MVP », USA TODAY,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  30. (en) Ryan Wilson, « #TBT: The night young Tom Brady torched Steelers in 2002 opener », sur CBSSports.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  31. (en) « Pennington picks apart Pats, keeps Jets' hopes alive », sur www.cbssports.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  32. (en) « Jets top Pats, can win division with help (from Pats) », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  33. (en) « Pats stun Dolphins, but miss playoffs », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  34. a, b, c, d et e (en) Michael Smith, « Brady undergoes shoulder surgery », The Boston Globe,‎ (consulté le 27 février 2016).
  35. (en) « Bills hand Patriots first shutout since '93 », sur nfl.com,‎ (consulté le 27 février 2016).
  36. (en) « Redskins 'D' takes over, seals victory », sur www.nfl.com,‎ (consulté en 27 février2016).
  37. (en) Barry Wilner, « Manning, McNair split MVP honors », USA Today,‎ (consulté le 27 février 2016).
  38. (en) « Vinatieri, Patriots ice Titans 17-14 », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 27 février 2016).
  39. (en) « Pats ride defense back to the Super Bowl », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 27 février 2016).
  40. (en) Michael Silver, « Fight to the Finish : New England and Carolina went toe-to-toe, but Tom Brady kept his cool and led the Patriots to their second NFL title in three years », Sports Illustrated,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  41. (en) « Super Bowl XXXVIII MVP: Tom Brady », sur www.nfl.com (consulté le 11 février 2016).
  42. (en) « Big Ben turns to Gentle Ben in Steelers' loss », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  43. (en) « Roethlisberger remains unbeaten », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  44. (en) « New England Patriots 41 at Pittsburgh Steelers 27 », sur pro-football-reference.com (consulté le 19 mars 2016).
  45. (en) « Patriots hold off Eagles to win Super Bowl XXXIX », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  46. (en) « Super Bowl XXXIX - New England 24, Philadelphia 21 », sur SuperBowl.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  47. (en) Bethany Bradsher, Super Bowl 50 : Celebrating Fifty Years of America's Greatest Game, JKR Ventures, , 329 p. (ISBN 978-0986085000), « Super Bowl XXXIX », p. 120 et 121.
  48. a et b (en) Charles Pierce, Moving the Chains: Tom Brady and the Pursuit of Everything, , « Two Drives, Three Faces », p. 7 et 8.
  49. (en) « Tom Brady Named Sports Illustrated's 2005 Sportsman Of The Year », sur www.patriots.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  50. (en) « Patriots throttle Jaguars as champs begin title defense », sur ESPN.com,‎ (consulté le 17 mars 2016).
  51. [vidéo] (en) « Top Playoff Moment: Bailey's INT », sur www.denverbroncos.com,‎ (consulté le 17 mars 2016).
  52. (en) « Broncos take advantage of turnovers, eliminate Patriots »,‎ (consulté le 11 février 2016).
  53. a, b et c (en) John Clayton, « Patriots teach Chargers a lesson in playoff football », sur ESPN.com,‎ (consulté le 17 mars 2016).
  54. (en) « Manning finally wins big one, leads Colts to Super Bowl », sur ESPN.com,‎ (consulté le 17 mars 2016).
  55. (en) Mike Mcallister, « Power Rankings: Patriots a clear No. 1 », sur www.espn.go.com,‎ (consulté le 16 février 2016).
  56. (en) « Quick Take: Moss makes impressive debut », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 16 février 2016).
  57. (en) « Brady lights up Cowboys for career-high 5 TDs in the Duel », sur ESPN.com,‎ (consulté le 16 février 2016).
  58. (en) « Brady's six TDs give him 27 TDs after seven games », sur ESPN.com,‎ (consulté le 16 février 2016).
  59. a et b (en) Barry Wilner, Tom Brady: A Football Star Who Cares, Enslow Publishers, , 48 p., p. 9 à 11..
  60. a et b (en) Ethan Edwards, Meet Tom Brady: Football's Famous Quarterback, The Rosen Publishing Group, , 32 p., p. 20.
  61. (en) Barry Wilner, Tom Brady: A Football Star Who Cares, Enslow Publishers, , 48 p., p. 13..
  62. (en) Kerry J. Byrne, « Best individual seasons of 2000s », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  63. (en) Kevin Seifert, « Top 10 greatest quarterback seasons », sur www.espn.go.com,‎ (consulté le 16 février 2016).
  64. (en) Ethan Edwards, Meet Tom Brady: Football's Famous Quarterback, The Rosen Publishing Group, , 32 p., p. 22.
  65. (en) « Tom Brady adds AP Offensive Player of Year to MVP », sur ESPN.com,‎ (consulté le 16 février 2016).
  66. (en) Judy Battista, « Still Perfect, and Passing Game Almost Is », The New York Times,‎ (consulté le 20 mars 2016).
  67. (en) Judy Battista, « Giants Stun Patriots in Super Bowl XLII », sur http://www.nytimes.com/,‎ (consulté le 16 février 2016).
  68. (en) Lynn Zinser, « Minutes In, Brady’s Season Is in Jeopardy », New York Times,‎ (consulté le 11 février 2016).
  69. (en) Shira Springer, « Brady has both ACL and MCL tears », sur boston.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  70. a et b (en) « Brady to have season-ending knee surgery, will be placed on IR », sur nfl.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  71. (en) Associated Press, « McKelvin fumble allows Patriots to secure comeback win over Bills », sur nfl.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  72. (en) « Brady leads Pats to two scores in final 2:06 to beat Bills », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  73. a et b (en) « Brady throws six TD passes as Patriots ice winless Titans », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  74. a et b (en) Neil Keefe, « Tom Brady’s Six Touchdowns Help Patriots Pound Titans 59-0 », sur NESN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  75. a et b (en) Michael Vega, « Blizzard of 59 », The Boston Globe,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  76. (en) « Brady wins comeback player award », sur espn.go.com,‎ (consulté le 15 février 2016).
  77. (en) « Patriots' Brady wins second MVP award by unanimous decision », sur www.nfl.com (consulté le 6 février 2011).
  78. (en) Shira Springer et Monique Walker, « Brady to have foot surgery today », The Boston Globe,‎ (consulté le 27 février 2016).
  79. (en) « 2012 New England Patriots », sur pro-football-reference.com (consulté le 19 mars 2016).
  80. (en) « Stevan Ridley rushes for 151 yards as Pats outlast Broncos », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  81. (en) « Patriots sink Dolphins, clinch 4th straight AFC East title », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  82. (en) Dan Duquette Jr., « Dolphins Defense Upset Because ‘Disrespectful’ Patriots Ran Same Play Over and Over in Week 13 Win », sur NESN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  83. (en) New England Patriots, « Patriots 2012 Season in Review », sur www.patriots.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  84. (en) Hunter Felt, « NFL playoffs: New England Patriots 41, Houston Texans 28 - as it happened! », The Guardian,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  85. (en) Ryan Van Bibber, « Texans vs. Patriots, 2013 NFL Playoffs results: New England cruises to 41-28 win », SB Nation,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  86. (en) « Tom Brady wins QB-record 17th playoff game as Pats advance », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  87. (en) « Ravens defeat Patriots, set up Harbaugh battle in Super Bowl », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  88. (en) Kenneth Arthur, « AFC Championship game 2013 final score, Patriots vs Ravens: Baltimore stuns New England 28-13, Ray Lewis gets one more game », SB Nation,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  89. (en) Shalise Manza Young, « Ravens KO Patriots in title game rematch », The Boston Globe,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  90. (en) Alex Suskind, « Report: Tom Brady's future in question as tensions flare in New England », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 février 2016).
  91. (en) Christopher L. Gasper, PUMPED : The Patriots Are Four-Time Super Bowl Champs, The Boston Globe, « IX », p. 9 à 20.
  92. (en) Greg Bishop, « Deflated : The lead-up to Patriots-Seahawks defied logic (and maybe science). The game itself reversed the laws of probability (and maybe play-calling). But after an instant-classic win, this much can't be question: The place Tom Brady and the Pats hold in history. », Sports Illustrated,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  93. (en) Mike Reiss, « Patriots QB Tom Brady finishes No. 1 in Pro Bowl fan voting », sur ESPN.com,‎ (consulté le 27 février 2016).
  94. (en) « Pats undaunted by Chiefs' rally, reach 5th straight AFC title game », sur ESPN.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  95. (en) James Brady, « Chiefs vs. Patriots 2016 final score: New England advances to AFC Championship with 27-20 win », SB Nation,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  96. Agence QMI, « Les Chiefs ne peuvent freiner Brady et les Patriots », sur www.tvasports.ca,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  97. (en) Bill Pennington, « Patriots Methodically Clear First Hurdle », New York Times,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  98. Eddie Pells, « Broncos-Patriots: Un 17e duel Manning-Brady », Metro,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  99. a et b Ben Shpigel, « Broncos’ Defense Bruises Tom Brady, Lifting Peyton Manning to Super Bowl », The New York Times,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  100. Alain Mattei, « Broncos – Patriots (20-18) : la défense de Denver étouffe Tom Brady et file au Super Bowl », sur touchdownactu.com,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  101. Maxime Malet, « Les Denver Broncos battent New England et iront au Super Bowl », L'Équipe,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  102. (en) Lorenzo Reyes, « Broncos dethrone Patriots, win AFC's spot in Super Bowl 50 », USA Today,‎ (consulté le 19 mars 2016).
  103. (en) Dan Shaughnessy, « The inside story on Celtics’ meeting with Kevin Durant », Boston Globe,‎ (consulté le 16 juillet 2016).
  104. (en) Chris Forsberg, « Kevin Durant on Tom Brady: 'Great to be in the presence of such greatness' », ESPN,‎ (consulté le 19 juillet 2016).
  105. (en) Mark Dagostino, « Tom Brady, Bridget Moynahan Split Up », sur people.com,‎ (consulté le 15 février 2016).
  106. a, b et c (en) Leslie Bennetts, « … And God Created Gisele », Vanity Fair,‎ (consulté le 11 février 2016).
  107. Marine Deffrennes, « Gisele Bündchen épouse Tom Brady », Madame Figaro,‎ (consulté le 16 février 2016).
  108. (en) Emily Smith, « Tom Brady, Gisele buy $14M condo », sur pagesix.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  109. (en) Doug Farrar, « Boston (in) Common: Kevin Youkilis set to marry Tom Brady’s sister », sur yahoo.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  110. (en) « Tom Brady », sur www.nfl.com (consulté le 16 février 2016).
  111. (en) Joe Frisaro, « Veteran scout says Tom Brady had MLB tools », sur mlb.com,‎ (consulté le 29 février 2016).
  112. a, b et c (en) « Ranking 50 greatest players in Super Bowl history: Nos. 10-1 », sur espn.com,‎ (consulté le 15 février 2016).
  113. (en) Seth Wickersham, « Tom Brady proves more nimble », sur www.espn.com,‎ (consulté le 15 février 2016).
  114. a et b [vidéo](en) « Sports Science: Tom Brady », ESPN,‎ (consulté le 15 février 2016).
  115. (en) Andrea Kremer, « Kurt Warner: Tom Brady's style in pocket has lengthened career », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 15 février 2016).
  116. (en) Mike Reiss, « Why Pats have the mental edge », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 avril 2016)
  117. (en) Ben Shpigel, « A Tom Brady Sneak Is the Patriots’ Unstoppable Play », sur www.nytimes.com,‎ (consulté le 15 février 2016).
  118. a et b (en) Williams Perkins, « Entretien avec Tom Brady », L'équipe Mag, no 1602,‎ , p. 8 à 16.
  119. (en) Mike Reiss, « Big fines for Belichick, team », The Boston Globe,‎ (consulté le 16 février 2016).
  120. (en) « Americans Evenly Divided on Super Bowl; Brady a Lightning Rod », sur http://www.publicpolicypolling.com/,‎ (consulté le 19 février 2016).
  121. (en) Rich Hill, « Tom Brady is the NFL's Favorite and Least Favorite Quarterback at the Same Time », sur http://www.patspulpit.com/, SB Nation,‎ (consulté le 19 février 2016).
  122. (en) Michael Silver, « Tom Brady's generous gesture worthy of scrutiny », sur yahoo.com,‎ (consulté le 29 février 2016).
  123. (en) Ben Volin, « Contract tweak will benefit both Tom Brady and Patriots », sur www.bostonglobe.com,‎ (consulté le 29 février 2016).
  124. (en) Alex Reimer, « Tom Brady Is The Biggest Bargain In Sports », sur www.forbes.com,‎ (consulté le 29 février 2016).
  125. (en) « Estimated Career Earnings », sur www.spotrac.com (consulté le 29 février 2016).
  126. a et b (en) Thomas Barrabi, « Peyton Manning vs. Tom Brady Endorsements: Who's No. 1 In Commercial Appeal? », sur www.ibtimes.com,‎ (consulté le 29 février 2016).
  127. (en) Nancy Armour, « With other QB rivalries 'not even close,' Manning and Brady square off again », USA TODAY Sports,‎ (consulté le 28 février 2016).
  128. (en) Alex Gelhar, « Manning vs. Brady: The Complete History », sur NFL.com,‎ (consulté le 28 février 2016).
  129. [vidéo] (en) Joe Posnanski, « Tom Brady-Peyton Manning : Duel Unique among Greatest Sports Rivalries » (consulté le 28 février 2016).
  130. (en) Benjamin Hochman, « Peyton Manning-Tom Brady ranks among greatest sports rivalries of all time », The Denver Post,‎ (consulté le 28 février 2016).
  131. (en) Sean Glennon, Tom Brady Vs. the NFL : The Case for Football's Greatest Quarterback, « 4. Tom Brady vs. Peyton Manning ».
  132. (en) Bill Barnwell, « The Manning-Brady Face-off », sur grantland.com (consulté le 22 novembre 2013).
  133. [vidéo] (en) NFL, « Tom Brady vs. Peyton Manning: Year One - The First Game: Patriots vs. Colts (2001) - NFL », sur www.youtube.com,‎ (consulté le 28 février 2016).
  134. (en) Bill Bender, « By the numbers: Tom Brady vs. Peyton Manning », sur www.sportingnews.com,‎ (consulté le 28 février 2016).
  135. a, b, c et d (en) Jill Martin, « Tom Brady vs. Peyton Manning XVII: The final chapter of an epic rivalry? », sur CNN.com,‎ (consulté le 28 février 2016).
  136. a et b (en) Kurt Badenhausen, « NFL Playoffs: Brady Vs. Manning By The Numbers », sur Forbes,‎ (consulté le 28 février 2016).
  137. (en) Gary Myers, Brady vs Manning : The Untold Story of the Rivalry That Transformed the NFL, « 1 - For the Record ».
  138. (en) Mike Reiss, « Tom Brady, Eli Manning set to author fifth chapter in head-to-head matchup », sur ESPN.com,‎ (consulté le 28 février 2016).
  139. Elsa Conesa, « Le buzz des Etats-Unis : le Coca-Cola, un «poison», pour l’icône du football américain Tom Brady », sur www.lesechos.fr,‎ (consulté le 16 février 2016).
  140. (en) John Breech, « Coca-Cola on Tom Brady's 'poison' remark: All our drinks are safe », sur www.cbssports.com,‎ (consulté le 16 février 2016).
  141. (en) Kevin Van Valkenburg, « Tom Brady's big reveal », ESPN,‎ (consulté le 10 février 2016).
  142. (en) Hilary Sargent, « Meet the chef who decides what Tom Brady eats—and what he definitely doesn’t », sur boston.com,‎ (consulté le 11 février 2016).
  143. (en) « Tom Brady joins Under Armour after contract with Nike expires », Sports Illustrated (consulté le 11 février 2016).
  144. (en) Robert Boland, « Brady's Under Armour Deal to Include Equity Stake--Why Don't More? », Forbes,‎ (consulté le 11 février 2016).
  145. (en) « Tom Brady », sur www.underarmour.com (consulté le 15 février 2016).
  146. (en) Sydney Ember, « Tom Brady Still a Key Part of Under Armour’s Broader Ad Push », sur www.nytimes.com,‎ (consulté le 15 février 2016).
  147. (en) Marissa Payne, « Donald Trump likes what he sees from Tom Brady, the Patriots and China », The Washington Post,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  148. (en) Dan Hanzus, « Donald Trump: 'Leave Tom Brady alone!' », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 26 avril 2016).
  149. a et b (en) Emily Kay, « Tom Brady uses his golf game to explain his current hot streak », sur sbnation.com,‎ (consulté le 12 février 2016).
  150. [vidéo] (en) « Tom Brady Interview - Morning Drive », sur golfchannel.com (consulté le 12 février 2016).
  151. « Foot américain: Deflate Gate: New England «plutôt» coupable », sur www.lequipe.fr,‎ (consulté le 16 février 2016).
  152. « Foot américain: Tom Brady, gendre idéal dégonflé par le "Deflategate" », sur www.lexpress.fr,‎ (consulté le 10 février 2016).
  153. Stéphane Lauer, « Football américain : Tom Brady suspendu pour quatre matchs dans l’affaire des ballons dégonflés », sur Le Monde,‎ (consulté le 10 février 2016).
  154. Alvin Koualef, « Tom Brady, roi des dégonflés », sur liberation.fr,‎ (consulté le 10 février 2016).
  155. a et b (en) Bill Barnwell, « The Value of Tom Brady », sur grantland.com,‎ (consulté le 29 février 2016).
  156. « Deflategate: Tom Brady fait appel », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 12 février 2016).
  157. Stéphane Lauer, « Football américain : la justice lève la sanction infligée à Tom Brady pour tricherie », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 12 février 2016).
  158. (en) Conor Orr, « Tom Brady's four-game suspension reinstated by court », sur www.nfl.com,‎ (consulté le 25 avril 2016).
  159. « Tom Brady ne fait pas appel de sa suspension de quatre matches », L'Equipe,‎ (consulté le 16 juillet 2016).
  160. (en) Conor Orr, « Tom Brady won't further pursue suspension appeal », sur nfl.com,‎ (consulté le 16 juillet 2016)
  161. (en) « Tom Brady suspension case timeline », sur nfl.com,‎ (consulté le 16 juillet 2016).
  162. (en) « Mark Wahlberg: Tom Brady kills it in 'Ted 2' », sur ESPN.com,‎ (consulté le 16 février 2016).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Gary Myers, Brady vs Manning : The Untold Story of the Rivalry That Transformed the NFL, Crown/Archetype, , 272 p. (ISBN 9780804139373). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ethan Edwards, Meet Tom Brady: Football's Famous Quarterback, The Rosen Publishing Group, , 32 p. (ISBN 978-1-4042-4492-4, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Charles Pierce, Moving the Chains: Tom Brady and the Pursuit of Everything, Farrar, Straus and Giroux, (ISBN 0-374-21444-1). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Christopher Price, New England Patriots : The Complete Illustrated History, MVP Books, , 192 p. (ISBN 978-0-7603-3851-3, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) The Boston Globe, PUMPED : The Patriots Are Four-Time Super Bowl Champs, Triumph Books, , 128 pages p. (ISBN 978-1-62937-059-0). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Barry Wilner, Tom Brady: A Football Star Who Cares, Enslow Publishers, , 48 p. (ISBN 978-0-7660-3773-1, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Boston Herald, Tom Brady: MVP : Most Valuable Patriot, Sports Publishing LLC, , 127 pages p. (ISBN 1-58261-571-3). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Sean Glennon, Tom Brady Vs. the NFL : The Case for Football's Greatest Quarterback, Triumph Books, , 256 pages p. (ISBN 978-1-60078-636-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Super Bowl XXXVI - New England Patriots Championship Video, 5 mars 2002, USA Home Entertainment, 95 minutes, (ASIN B00005T7G1).
  • (en) Super Bowl XXXVIII - New England Patriots Championship Video, 24 février 2004, NFL Films, 180 minutes, (ASIN B00011D1GS).
  • (en) NFL - New England Patriots Super Bowl Champs (2-Pack), 2 novembre 2004, Warner Home Video, 275 minutes, (ASIN B0002V7U2S).
  • (en) Super Bowl XXXIX - New England Patriots Championship Video, 1er mars 2005, Vivendi Entertainment, 180 minutes, (ASIN B0006Q94BY).
  • (en) The Brady 6 - Year of the Quarterback, 12 avril 2011, ESPN, 48 minutes.
  • (en) NFL America's Game: 2001 Patriots (Super Bowl XXXVI), avec Lawyer Milloy, Adam Vinatieri et Tom Brady, 26 novembre 2012, NFL Network, 55 minutes, (ASIN B0013LCO6S).
  • (en) NFL America's Game: 2003 Patriots (Super Bowl XXXVIII), avec Rodney Harrison, Willie McGinest et Mike Vrabel, 26 novembre 2012, NFL Network, 55 minutes, (ASIN B001BRZRI6).
  • (en) NFL America's Game: 2004 Patriots (Super Bowl XXXIX), avec Bill Belichick, Troy Brown et Tedy Bruschi, 26 novembre 2012, NFL Network, 63 minutes, (ASIN B001BRXEA4).
  • (en) NFL Super Bowl Champions XLIX: New England Patriots, 3 mars 2015, NFL Productions, 180 minutes, (ASIN B00R041BAW).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 31 mars 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.