Randy Moss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moss.
Randy Moss
Description de cette image, également commentée ci-après

Randy Moss sous le maillot des Patriots en 2009.

Nom complet Randy Gene Moss
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance
à Charleston (Virginie-Occidentale)
Taille 1,93 m (6 4)
Poids 95 kg (209 lb)
Numéro 84, 81
Position Wide receiver
Carrière universitaire ou amateur
1996-1997 Thundering Herd de Marshall
Carrière professionnelle
Choix draft NFL 21e au total en 1998 par les
Vikings du Minnesota
1998-2004
2005-2006
2007-2010
2010
2010
2012
Vikings du Minnesota
Raiders d'Oakland
Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Vikings du Minnesota
Titans du Tennessee
49ers de San Francisco
Pro Bowl 1998, 1999, 2000, 2002, 2003 et 2007
All-Pro 1998, 2000, 2003 et 2007
Carrière pro. 1998-2012

(en) Statistiques sur NFL.com

Randy Gene Moss, né le à Charleston, est un joueur de football américain qui évolue au poste de wide receiver. Il est considéré comme l'un des meilleurs receveurs de l'histoire de la National Football League (NFL).

Jeune joueur talentueux issu de l'université Marshall, Moss est sélectionné en 21e position de la draft 1998 de la NFL par les Vikings du Minnesota. Dès sa première saison dans la ligue, il marque 17 touchdowns pour les Vikings, un record pour un débutant. Il reste sept saisons à Minnesota avant d'être échangé aux Raiders d'Oakland en 2005. Touché par ses blessures, malheureux de sa situation, il est à nouveau échangé en 2007, cette fois-ci aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Premier receveur de Tom Brady et Bill Belichick, Randy Moss domine la ligue lors de la saison 2007. Dans une saison régulière parfaite, le joueur écrit l'histoire et attrape 23 touchdowns. Discret en phase finale, il voit son équipe échouer lors du Super Bowl XLII contre les Giants de New York. Il prolonge avec les Patriots et réalise une nouvelle saison à plus de 1 000 yards malgré l'absence de Brady sur blessure.

Après la saison 2009, la relation entre Moss et les Patriots se tend pour des raisons financières. Il demande son transfert et est échangé aux Vikings du Minnesota en cours de saisons. Les Vikings ne le gardent pas et le virent mois d'un mois plus tard. Récupéré par les Titans du Tennessee, il n'est plus dominant. Il annonce sa retraite sportive en 2011 avant de revenir pour une dernière aventure avec les 49ers de San Francisco jusqu'à perdre le Super Bowl XLVII.

Joueur de l'équipe NFL de la décennie 2000, Moss est le deuxième meilleur marqueur de touchdown à la réception de l'histoire de la NFL. Forte personnalité, impliqué dans différentes affaires hors des terrains au cours de sa carrière, il est l'un des joueurs de football américain emblématiques de son époque. Reconverti en tant que commentateur sportif, il travaille depuis 2016 pour ESPN.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Randy Gene Moss naît le à Charleston en Virginie-Occidentale[1]. Très jeune, il déménage à Rand, un village de moins de 2 000 habitants où il grandit[1]. Sa mère, Maxine Moss, élève ses trois enfants seule[1] : Randy, sa sœur Lutisia et son frère Eric. Elle travaille en tant qu'assistante infirmière[2]. Très croyante, elle emmène ses enfants à l'église plusieurs fois par semaine[1]. Son père, Randy Pratt, est absent et il passe peu de temps avec lui[2].

Connu de tous, le jeune Randy joue dans la rue avec les autres enfants[1]. Comme eux, il joue aux différents sports entraînés par Sam Singleton Sr., personnalité du village et entraîneur de football américain, de baseball et de basket-ball[1]. Sans figure paternelle, Moss s'attache à son entraîneur[1]. Il devient ami avec son fils, Sam Singleton Jr.[note 1] et Bobbie Howard[note 2], qui sont toujours dans son équipe[1].

Les trois jeunes étudient au lycée de DuPont dans la ville voisine de Belle et y jouent dans l'équipe de football américain tous les vendredis soir. Présent dans les trois facettes du jeu : l'attaque, la défense et les équipes spéciales, Moss excelle et mène son équipe à deux titres de champion de l'État[1].

Il joue également au basket-ball en tant qu'arrière, une saison au baseball comme joueur de champ extérieur de centre et fait partie de l'équipe d'athlétisme où il est un coureur de sprint très rapide. Au basket-ball, Randy Moss joue dans la même équipe que Jason Williams et le duo se fait remarquer dans l'État[3]. Surnommé Otis, il est désigne joueur de basket-ball de l'année de l'État de Virginie-Occidentale deux années consécutivement[3].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Recrutements avortés[modifier | modifier le code]

Randy Moss a le doit de visiter cinq campus universitaires mais sa mère limite ses visites à trois[1]. Il exclut l'université de Virginie-Occidentale, qui le désire vivement, car il souhaite changer d'air[1]. Moss décide de visiter les Fighting Irish de Notre Dame, les Volunteers du Tennessee et les Gators de la Floride[1]. Le joueur souhaite s'engager avec les Fighting Irish de Notre Dame et envoie une lettre d'engagement à l'université. Il a la volonté de continuer son parcours étudiant et sportif avec son ami Bobbie Howard, qui s'est également engagé avec Notre Dame. L'entraîneur de l'université, Lou Holtz est enclin à recruter Moss dont il a vu les exceptionnelles qualités athlétiques[1].

Dans un contexte de tension raciale, le joueur est impliqué dans une rixe au lycée de DuPont[1]. S'il nie son implication, Moss est présent en soutien d'un ami et devient acteur lorsqu'il frappe au sol un autre étudiant dont les blessures internes obligent l'hospitalisation[4]. Le receveur a le soutien de Lou Holtz qui tente de plaider sa cause mais la direction de l'université en décide autrement et refuse son admission[1],[4]. L'affaire a un écho médiatique national[1], d'autant que le joueur encourt une peine de prison. Après avoir plaidé coupable, il est finalement condamné à 30 jours d'incarcération qu'il doit effectuer dans les 18 mois suivants sa condamnation[1],[4],[5]. Viré du lycée, il termine son année à l'école alternative de Cabell[4].

Ayant déjà rédigé une lettre d'engagement pour Notre Dame, la NCAA considère que le joueur ne peut jouer dans une autre équipe universitaire sans être officiellement transféré. Moss ne peut donc pas jouer de match en 1995 et ne fait que s'entraîner pour sa nouvelle équipe : les Seminoles de Florida State qui l'acceptent suite à la recommandation de l'entraîneur Lou Holzt[4]. Il impressionne en courant un sprint de 40 yards en 4,25 s, le deuxième meilleur temps de l'histoire de l'université derrière Deion Sanders[1]. En avril 1996, de retour à Rand pour purger sa peine de prison après la saison, le jeune joueur est attrapé pour avoir fumé du cannabis et ajoute une nouvelle peine de prison de 60 jours à son casier[4].

Ross n'a pas de seconde chance cette fois-ci et est écarté de l'équipe de Florida State[4]. Il perd de nouveau sa bourse universitaire dans un des plus importants programmes de football américain du pays et passe l'été en prison[4]. Le receveur est finalement transféré aux Thundering Herd de Marshall, qui joue à un niveau inférieur, en division I-AA.

Université Marshall[modifier | modifier le code]

Après avoir purgé une peine de prison de deux mois, Randy Moss rejoint les Thundering Herd de Marshall, l'autre université de son État natal, et l'équipe rivale des Mountaineers de la Virginie-Occidentale. Le programme de football américain de Marshall est toujours hanté par un drame aérien ayant eu lieu en 1970[6]. Dès sa première saison universitaire, Randy Moss inscrit 28 touchdowns et bat de nombreux records[4]. Il attrape 78 passes pour un gain offensif de 1 709 yards[4]. Ses coéquipiers le surnomment « The Freak »[7]. En finale du championnat national de division I-AA, Moss attrape pour 220 yards et marque quatre des sept touchdowns de son équipe dans la victoire 49 à 29 contre les Grizzlies du Montana[1]. Son équipe est invaincue et promue en Division I-A.

Rejoint par le quarterback Chad Pennington pour sa deuxième saison, il marque de nouveau à 26 reprises et est l'un des meilleurs joueurs de la saison. Malgré le niveau supérieur de ses adversaires, Moss termine la saison avec de meilleures statistiques : 1 820 yards en 96 réceptions[4]. Finaliste du trophée Heisman, il termine quatrième du classement et se présente à la draft 1998 de la NFL.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Sélection à la draft 1998[modifier | modifier le code]

Si les qualités sportives de Randy Moss ne sont pas remises en question par les dirigeants des franchises de National Football League (NFL), ses problèmes hors des terrains et ses affaires judiciaires les refroidissent[8]. À la peine de prison pour consommation de cannabis s'ajoute une affaire de violence conjugale. Même si les charges sont abandonnées, l'affaire donne de nouveau une mauvaise image du joueur et un signal d'alarme aux équipes[9].

Invité au NFL Scouting Combine, Randy Moss annule sa participation à l’événement pour une opération dentaire[9]. L'entraîneur principal des Saints de La Nouvelle-Orléans indique que tous ces éléments créent des suspicions[9].

Les Cowboys de Dallas, possesseur du huitième choix, préfèrent ne pas prendre le risque et le laisse glisser dans la draft 1998 de la NFL[8]. La chute est importante pour Moss qui est attendu comme l'un des cinq premiers joueurs sélectionnés dans la draft après les quarterbacks Peyton Manning et Ryan Leaf[10].

Finalement sélectionné en 21e position à la fin du 1er tour par les Vikings du Minnesota[11], Moss signe un contrat de quatre ans pour 4,5 millions de dollars avec les Vikings[9]. Il pense y rejoindre son demi-frère Eric Moss[11], offensive tackle dans l'effectif des Vikings, mais ce dernier n'est pas conservé dans l'équipe après l'été 1998.

Talentueux jeune receveur des Vikings[modifier | modifier le code]

Débutant de l'année (1998)[modifier | modifier le code]

Dans les matchs de pré-saison, la jeune recrue est tellement rapide que les quarterbacks ont tendance à lancer leurs longues passes trop courts. Ils doivent s'adapter à la vitesse hors du commun de Moss[9].

Dès sa première rencontre dans la National Football League, Randy Moss inscrit deux touchdowns dans une victoire 31 à 7 contre les Buccaneers de Tampa Bay. Lors de la cinquième semaine de la saison, le receveur joue son premier match en Monday Night Football, à la télévision nationale, contre les Packers de Green Bay à Lambeau Field. Il attrape pour 190 yards en seulement cinq réceptions et marque deux touchdowns.

Opposé aux Cowboys de Dallas à Thanksgiving, Randy Moss entre dans la rencontre avec un esprit de revanche sur la franchise qui ne l'a pas sélectionné six mois plus tôt[12]. Il n'attrape que trois passes au Texas Stadium mais emmène les trois dans l'en-but pour trois touchdown[12],[13]. Le premier est un flea flicker, le deuxième est une longue passe attrapée entre deux défenseurs malgré une interférence défensive et le troisième sur une passe courte qui lui permet de casser un plaquage et de courir plus vite que toute la défense[12],[13].

Moss est l'une des armes offensives majeures des Vikings qui termine la saison régulière avec un bilan de 15 victoires pour une seule défaite.

Qualifié pour la phase finale avec son équipe, Moss s'illustre en attrapant quatre passes pour 73 yards et un touchdown contre les Cardinals de l'Arizona[8]. En finale de la conférence NFC, son équipe est éliminée, battue 30 à 27 en prolongations contre les Falcons d'Atlanta.

L'impact de sa première saison dans la ligue dépasse ses performances sur le terrain. Son maillot est le plus vendu dans la ligue et le joueur fait bondir les ventes commerciales des Vikings[8]. À la fin de la saison, il est désigné débutant offensif de l'année à sa première saison.

Confirmations et déceptions (1999-2001)[modifier | modifier le code]

Moss s'impose comme un des meilleurs joueurs à son poste avec le maillot des Vikings du Minnesota. Pour sa deuxième saison sous le maillot violet, il attrape pour 1 413 yards et inscrit 11 touchdowns. En match éliminatoire, il enregistre 127 yards et un touchdown dans la victoire contre les Cowboys de Dallas puis 188 yards et deux touchdowns dans la défaite contre les Rams de Saint-Louis. Il est sélectionné pour la deuxième fois consécutive au Pro Bowl où il brille avec une performance de 212 yards, un record, et est désigné meilleur joueur de la rencontre.

Lors de la saison 2000, les Vikings appuient leur attaque sur le jeune quarterback Daunte Culpepper. Ce dernier réussit ses débuts professionnels et propulse Moss comme un candidat potentiel au titre de meilleur joueur de la saison. Les victoires s'enchaînent pour les Vikings. Contre les Cowboys de Dallas, Randy Moss marque un touchdown spectaculaire en restant sur le terrain du bout des pieds. Il finit la saison régulière avec 1 437 yards et est le meilleur marqueur de touchdowns de la saison avec 15 réalisations.

En finale de la conférence NFC, Moss est impuissant dans la défaite 41 à 0 de son équipe face aux Giants de New York[14]. Totalement cadenassé par la défense des Giants qui utilisent pour le couvrir leurs linebackers en aide de leurs cornerbacks et safetys, le receveur exprime sa frustration après la rencontre[14]. Alors qu'il est en fin de contrat, il déclare : « Je vais gagner un Super Bowl un jour. Je doute que ce sera à Minnesota »[14],[note 3].

À l'été 2001, Randy Moss signe un contrat de 8 ans pour un montant de 75 millions de dollars[15]. Le contrat comprend une prime à la signature du contrat de 10 millions de dollars[15]. Ce contrat fait de Moss le joueur le plus payé de la NFL, devant tous les quarterbacks. Le joueur admet qu'il ne joue pas au maximum sur toutes les actions offensives[2]. Transparent pour une grande partie de la saison, Randy Moss montre par éclair qu'il est toujours un joueur exceptionnel en attrapant trois touchdowns et 171 yards contre les Giants de New York[16]. Les Vikings terminent la saison avec un bilan de 5 victoires et 11 défaites.

Meneur d'attaque (2002-2004)[modifier | modifier le code]

Après la saison 2002, les Vikings mettent fin prématurément au contrat de l'entraîneur principal Dennis Green et perdent les meneurs de l'effectif Cris Carter, qui prend sa retraite sportive, et Robert Griffith, parti pour les Browns de Cleveland[17]. Le nouvel entraîneur de l'équipe, Mike Tice, ancien assistant de Green, fait de Randy Moss la clef de son attaque et souhaite appliquer le Randy Ratio : 40 % des jeux offensifs doivent tomber dans les mains du receveur[17]. Pour réussir cela, l'encadrement ajoute plusieurs nouvelles routes à courir pour Moss, notamment des routes plus courtes et utilisant le centre du terrain[17].

Cette tactique, annoncée dans les médias, est anticipée par les défenses adverses qui placent une double couverture sur Moss et joue des zones pour contrer des passes longues jusqu'au receveur[18]. En difficulté dans le slot, enclin à prendre des fortes collisions, le receveur a tendance à anticiper le contact et abandonner le ballon[18]. La saison des Vikings commence par trois défaites malgré l'activité et les deux touchdowns de Moss[18].

Le 25 septembre, Randy Moss est arrêté et mis en prison pour avoir heurté une policière faisant la circulation[19]. Il ne reste qu'une nuit en prison où il est, selon lui, « mal traité »[20]. La police trouve un peu moins d'un gramme de cannabis dans sa voiture, une charge qui lui vaut une simple amende de 200 dollars[21]. Après son arrestation, il est testé par la ligue et est exposé à une suspension[22]. Il s'excuse auprès de son équipe, sa famille et ses amis mais pas auprès de la policière qu'il juge responsable de la situation par la confusion de ses gestes[23]. Le dimanche suivant, le joueur lâche quatre ballon dans l'en-but, est limité à dix ballons attrapés pour 50 yards et subit un nouveau revers[22].

Au contraire de la saison précédente, la saison 2003 commence de bien meilleure manière avec cinq victoires consécutives. Diminué par des spasmes au dos, le joueur profite de l'excellent jeu de course des Vikings et exploite les espaces créés[24]. Dans une attaque plus équilibrée, aidée par une ligne offensive renforcée, Randy Moss éblouit[24]. Contre les 49ers de San Francisco, Moss inscrit trois touchdowns et avance pour 172 yards[24]. Après le match Terrell Owens dit de lui qu'« il est le meilleur receveur en ce moment »[24],[note 4].

Dans la rencontre éliminatoire contre les Packers de Green Bay, dont la rivalité avec les Vikings ne fait que s'intensifier, Randy Moss réceptionne deux passes pour touchdown. Après le second touchdown, qui sécurise la victoire des Vikings par une large avance de 31 à 17, Moss court jusqu'au poteau de l'en-but et le célèbre en simulant le fait de baisser son pantalon devant les supporteurs de Lambeau Field. Le commentateur de la rencontre, Joe Buck, s'écrit en direct : « That is a disgusting act by Randy Moss »[note 5],[25]. Ce geste crée une forte controverse dans les médias sportifs[26],[27]. Des voix s'élèvent pour défendre le joueur de la surréaction du commentateur et des médias[28]. Le joueur est sanctionné d'une amende de 10 000 dollars auquel il répond que cela ne représente rien pour lui et qu'il pourrait recommencer ce genre de célébration à l'avenir[29].

Échec d'intégration aux Raiders d'Oakland (2005-2006)[modifier | modifier le code]

Deux joueurs de football américain casqués face à face.
Sous le numéro 18 des Raiders, Randy Moss découvre la conférence AFC.

Le 2 mars 2005, Randy Moss est échangé aux Raiders d'Oakland en échange du linebacker Napoleon Harris (en) et du premier choix de draft des Raiders en 2006[30],[31]. Sa première saison est réussie. Malgré la difficulté de son équipe à gagner des rencontres, il attrape pour un total de 1 005 yards. Sa deuxième saison est une déception. Après n'avoir réceptionné que 42 passes sur l'année, il fait ouvertement part de son envie de changement et de son malheur d'enchaîner les défaites[32]. Dès le début de la saison, il déclare : « Ce n'est pas mon équipe, je joue seulement ici »[33],[note 6]. Il est le receveur le plus prolifique de l'effectif avant de se blesser à la cheville contre les Bengals de Cincinnati[34]. Les rumeurs se multiplient alors en amont de la draft 2007 de la NFL d'un imminent échange impliquant le joueur[35].

Vedette des Patriots de la Nouvelle-Angleterre[modifier | modifier le code]

Saison parfaite et historique (2007)[modifier | modifier le code]
Cinq joueurs de football américains habillés de maillots blancs au bord d'un terrain de football américain.
Randy Moss discute avec Tom Brady après que ce dernier ait marqué son 50e touchdown de la saison.

Au premier jour de la draft 2007 de la NFL, Randy Moss est échange aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre contre un choix du quatrième tour[36],[37]. Pour que l'échange soit complété, Tom Brady restructure son contrat pour que l'équipe ait suffisamment de place dans la masse salariale pour accueillir le joueur[38].

À son arrivée, Moss déclare être excité de faire partie de ce club et d'être dans une équipe jouant pour remporter le Super Bowl[39]. Il est reporté que le joueur a couru un sprint de 40 yards en 4,29 s à l'entraînement à propos duquel il dit que « l'ancien Moss est de retour »[39],[40].

Dès sa première rencontre avec les Patriots, Moss fait taire toutes les critiques levées lors de son passage aux Raiders. Il attrape pour 183 yards contre les Jets de New York et marque un touchdown[38],[39]. Une semaine plus tard, le receveur attrape huit passes de Tom Brady pour 105 yards et marque deux nouveaux touchdowns[41].

Contre les Bills de Buffalo le joueur marque quatre touchdowns dans la même rencontre. Les victoires s'enchaînent pour les Patriots avec une attaque historique. Si Moss ne fait pas la différence, l'attrait de la défense pour le receveur permet à ses coéquipiers d'être plus libre[42]. Après une semaine de repos, Moss et son équipe se déplacent à Indianapolis pour y affronter les Colts. Alors qu'ils sont menés à la mi-temps, Moss permet aux Patriots de revenir dans le match, notamment grâce à une réception à une main dans le troisième quart-temps et une autre de 55 yards dans le dernier quart-temps[42]. Les Patriots gagnent sur le score de 24 à 20 et restent invaincus. Le 29 décembre, pour la dernière rencontre de la saison régulière, il ajoute deux nouveaux touchdowns contre les Giants de New York, portant son total à 23[43].

Moss bat le record de touchdowns dans une saison jusque là détenu par Jerry Rice et ses 22 touchdowns en 1987[38]. Les Patriots battent les Giants et conclut leur saison parfaite avec 16 victoires en autant de rencontres. En réceptionnant 1 493 yards dans la saison, Randy Moss bat le record de la franchise des Patriots[38]. Il termine comme le meilleur marqueur de points de l'équipe cette saison-là avec 138 points soit un de plus que le kicker Stephen Gostkowski[43].

Une année sans Brady (2008)[modifier | modifier le code]

En fin de contrat, Randy Moss devient un agent libre lorsque les Patriots décident de ne pas placer le franchise tag sur lui. Malgré l'intérêt d'autres équipes comme les Cowboys de Dallas, les Eagles de Philadelphie ou encore les Packers de Green Bay, le receveur décide de retourner aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre et paraphe un contrat de 3 ans pour un total de 27 millions de dollars le 3 mars 2008[44]. Le contrat inclut une prime à la signature de 12 millions de dollars[44].

Lors de la première rencontre de la saison 2008, Tom Brady se blesse gravement au genou gauche alors qu'il tente une passe vers Randy Moss[45]. Le quarterback vedette est remplacé par Matt Cassel pour le reste de la saison. Après quelques rencontres pour trouver leurs repères, Cassel et Moss se trouvent de plus en plus. Contre les Dolphins de Miami, Cassel lance trois touchdowns à son receveur vedette[46]. Malgré la perte de Brady, Randy Moss termine la saison avec 69 passes réceptionnées pour un total de 1 008 yards. Il marque 11 touchdowns.

Toujours dominant (2009)[modifier | modifier le code]
Un joueur de football américain tout sourire dans un maillot bleu foncé et gris.
Randy Moss sous le maillot des Patriots lors d'une rencontre de pré-saison contre les Redskins de Washington.

Lors du match d'ouverture de la saison 2009, Moss attrape 12 passes, son record en carrière, et 141 yards contre les Bills de Buffalo[47].

Lors de la cinquième semaine de la saison, Randy Moss est placé en position défensive sur une tentative de dernière seconde de la première mi-temps et intercepte le quarterback des Broncos de Denver Kyle Orton[48],[49]. La semaine suivante, dans une rencontre enneigée, Moss marque trois touchdowns contre les Titans du Tennessee dans un historique succès 59 à 0[50].

Le receveur domine toujours les défenses adverses et réussit des performances extraordinaires, cumulant 146 yards et un touchdown contre les Dolphins de Miami puis 179 yards et deux touchdowns contre les Colts d'Indianapolis. Suite à une performance décevante contre les Panthers de la Caroline, marquée par un fumble et une interception lancée vers lui, Moss est critiqué par les défenseurs adverses et son ancien coéquipier Cris Carter pour son manque d'implication[51],[52]. Brady et Belichick le défendent dans les médias[53],[54]. Après la saison, l'équipe révèle que le joueur a été limité une grande partie de l'année par une blessure à l'épaule[45].

Différends financiers et nouveau départ (2010)[modifier | modifier le code]

Dans sa dernière année de contrat avec les Patriots, Randy Moss fait part de différends avec son équipe avant même le début de la saison. Sans proposition de contrat, le joueur ne se sent pas désiré par la franchise[55]. Après la rencontre d'ouverture contre les Bengals de Cincinnati, il déclare aux journalistes que ce serait sa dernière saison avec les Patriots. Le joueur demande à être transféré après la rencontre[56].

Toujours dans l'effectif pour le deuxième match de la saison, il bat Darrelle Revis et marque un touchdown de 34 yards sur une spectaculaire réception à une main[57]. La semaine suivante, il réceptionne deux passes et marque à chaque reprise. Lors de la quatrième rencontre de la saison, contre les Dolphins de Miami, il n'attrape pas une seule passe de la partie, pour la première fois depuis son arrivée aux Patriots[58]. Sur un jeu piégé, un feinte de spike de Tom Brady qui lui envoie le ballon, le joueur échoue à prendre contrôle du ballon qui lui rebondit des mains[59].

Essais infructueux jusqu'à la retraite sportive[modifier | modifier le code]

Court retour manqué avec les Vikings (2010)[modifier | modifier le code]
Un joueur de football américain dans un maillot blanc et violet no 84.
Le joueur effectue son retour sous le maillot des Vikings en 2010.

Le 6 octobre, deux jours après la défaite des Patriots de la Nouvelle-Angleterre contre les Dolphins de Miami, Randy Moss est échangé aux Vikings du Minnesota en échange d'un choix de troisième tour de la draft 2011 de la NFL[60],[61]. Les Patriots envoient un choix de septième tour de draft dans l'échange. Moss retrouve l'équipe dans laquelle il a commencé sa carrière[60].

Le 31 octobre, les Vikings s'inclinent contre les Patriots au Gillette Stadium. En conférence de presse après la rencontre, Randy Moss critique son entraîneur Brad Childress, ses coéquipiers et indique que l'équipe des Patriots lui manque[62],[63]. Il demande également au propriétaire de la franchise de virer Childress[64]. Le lendemain, l'entraîneur annonce à toute l'équipe dans une réunion collective que Moss va être congédié. Il l'est officiellement dès le 2 novembre. Childress est viré vingt jours plus tard par les Vikings[65].

Fin de saison mitigée aux Titans (2010)[modifier | modifier le code]

Récupéré par les Titans du Tennessee, seule équipe à avoir demander à recevoir les droits du receveur, Randy Moss devient un joueur des Titans le 3 novembre 2010[66],[67]. Il termine la saison 2010 comme un fantôme, n'attrapant que six passes pour 80 yards en huit rencontres jouées pour les Titans[68]. L'équipe du Tennessee annonce de pas vouloir signer le joueur pour la saison suivante, et le laisse de nouveau libre sur le marché des transferts[69].

Première retraite sportive (2011)[modifier | modifier le code]

Le 1er août 2011, l'agent de Randy Moss, Joel Segal, annonce la décision du joueur de se retirer du football américain et de prendre sa retraite sportive[70] après avoir étudié les différents contrats proposés par les équipes dans la ligue[71]. L'annonce est fait discrètement, sans conférence de presse, par un communiqué de presse d'une phrase[71].

Dernière tentative avec les 49ers de San Francisco (2012)[modifier | modifier le code]
Un joueur de football américain de dos pointant le nom « Moss » sur le maillot.
Randy Moss célébre son 154e touchdown en carrière en pointant son nom sur l'arrière de son maillot no 84 des 49ers de San Francisco.

Le , Randy Moss signe un contrat d'une saison avec les 49ers de San Francisco après un essai réussi avec l'entraîneur principal Jim Harbaugh[72]. Lors de son premier entraînement avec les 49ers, il impressionne[73]. Il devient un joueur de rotation dans l'effectif de San Francisco pour la saison 2012. À 35 ans, le joueur accompagne par son expérience les autres receveurs plus jeunes de l'effectif dans leur évolution[74].

Le 9 septembre, il marque son 154e touchdown en carrière, passant Terrell Owens dans le classement des meilleurs marqueurs de touchdowns en carrière[75]. Après la blessure d'Alex Smith, Colin Kaepernick devient le quarterback titulaire de l'équipe et permet à l'équipe d'atteindre le Super Bowl XLVII. Moss attrape deux passes pour 41 yards dans ce Super Bowl mais l'équipe s'incline 34 à 31 contre les Ravens de Baltimore. Il ne poursuit pas à San Francisco et prend sa retraite sportive définitive après ce nouvel échec[76].

Commentateur sportif[modifier | modifier le code]

Un homme en costume bleu foncé regarde suspicieusement sur le côté.
Randy Moss, devenu commentateur sportif à la fin de sa carrière sportive, en costume pour ESPN sur le bord du terrain de la rencontre entre les Steelers et les Redskins en 2016.

Après la saison 2012 et l'officialisation de sa retraite sportive, Randy Moss est embauché en tant que commentateur sportif par la chaîne Fox Sports 1. Il est le principal commentateur de la nouvelle émission quotidienne FOX Football Daily et d'une émission avec les rencontres du dimanche intitulée FOX NFL Kickoff[77]. Dès ses débuts, il est brillant et sa manière de parler plait[77]. Cependant, le joueur ne souhaite pas être considéré comme un membre des médias[77].

En juillet 2016, Randy Moss est recruté par ESPN[78],[79]. Il y remplace Ray Lewis dont les affaires judiciaires et les monologues interminables ont poussé ESPN à prendre cette décision[80]. Il participe aux émissions d'avant rencontres des dimanches et lundis[78].

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Randy Moss est l'un des receveurs les plus dynamiques de l'histoire de la National Football League (NFL)[81]. Il détient le record du plus grand nombre de réception pour un touchdown en une saison avec un total s'élevant à 23 réalisations[82]. Il réalise cet exploit lors de la saison 2007 qu'il joue pour les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, formant un excellent duo avec le quarterback Tom Brady[82]. Dans sa carrière, Moss est le meilleur marqueur à son poste lors de cinq saisons et inscrit un total de 156 touchdowns[81]. Seul Jerry Rice a marqué plus de touchdowns avant lui.

Randy Moss met fin à sa carrière à la fin de la saison 2012 après avoir été sélectionné six fois au Pro Bowl et quatre fois dans la meilleure équipe de la saison[81]. Il totalise 15 292 yards en 982 réceptions en saison régulière[83]. Il joue lors de quinze rencontres éliminatoires dans sa carrière mais ne dépasse qu'à trois reprises la barre des 100 yards[83]. Dans les moments les plus importants de sa carrière, Moss n'est pas à son meilleur niveau[83].

En 2017, les Vikings du Minnesota honore le joueur en l'introduisant par surprise dans le Vikings Ring of Honor[84]. Lors de la conférence de presse de l'annonce, le joueur est ému aux larmes en parlant de l'entraîneur qui l'a sélectionné en 1998, Dennis Green, décédé un an plus tôt[85].

Style de jeu et personnalité[modifier | modifier le code]

Randy Moss possède une rare combinaison d'atouts pour un receveur de football américain : la taille avec 1,93 m pour 95 kg, un excellent contrôle de son corps, la vitesse d'un coureur de sprint, une détente de joueur de National Basketball Association et des mains agiles[2]. Selon le coordinateur défensif des Cowboys de Dallas Mike Zimmer, Moss est « meilleur que Rice » parce qu'il a « plus de vitesse, plus de taille et autant de mouvement techniques »[2]. Tout au long de sa carrière, le receveur rend ses quarterbacks meilleurs[86].

La forte personnalité de Randy Moss lui vaut de régulièrement faire les unes médiatiques pour des incidents hors des terrains[87]. Pendant toute sa carrière, le joueur se sent haï et ne fait confiance à personne[4],[6]. Il n'hésite pas à multiplier les célébrations provocantes et vulgaires lorsqu'il marque un touchdown et est pénalisé par la ligue régulièrement[88]. Son manque de respect pour l'autorité et ses célébrations grossières lui valent les reproches de ses entraîneurs[71]. Lors de la défaite contre les Rams de Saint-Louis en phase finale de la saison 1999, Moss asperge l'arbitre Jim Saracino depuis le bord du terrain avec une gourde suite à une interférence de passe non sifflée[89]. La ligue le sanctionne d'une amende de 40 000 dollars[89], réduite à 25 000 dollars deux mois plus tard[90].

Aspects financiers[modifier | modifier le code]

En juin 2004, Nike rompt son contrat avec le joueur[87].

Le tableau ci-dessous récapitule les revenus en carrière de Randy Moss tout au long de sa carrière en National Football League (NFL)[91].

Revenus en carrière de Randy Moss dans la NFL
Année Équipe Salaire fixe Bonus Total
Bonus à la signature Bonus effectif Bonus de restructuration Autres bonus
1998 Vikings 230 000 $ 2 000 000 $ 200 000 $ - 240 000 $ 2 670 000 $
1999 Vikings 250 000 $ - 287 500 $ - 185 000 $ 722 500 $
2000 Vikings 358 000 $ - 308 000 $ - 155 000 $ 821 000 $
2001 Vikings 500 000 $ 10 000 000 $ - - - 10 050 000 $
2002 Vikings 525 000 $ - - - 8 000 000 $ 8 525 000 $
2003 Vikings 5 000 000 $ - - - - 5 000 000 $
2004 Vikings 5 750 000 $ - - - - 5 750 000 $
2005 Raiders 665 000 $ - - 7 085 000 $ - 7 750 000 $
2006 Raiders 7 500 000 $ - - 750 000 $ - 8 250 000 $
2007 Patriots 2 500 000 $ - 500 000 $ - - 3 000 000 $
2008 Patriots 1 900 000 $ 12 000 000 $ - - 100 000 $ 14 000 000 $
2009 Patriots 4 900 000 $ - - 1 500 000 $ 100 000 $ 6 500 000 $
2010 Patriots 6 400 000 $ - - - 100 000 $ 6 500 000 $
Vikings
Titans
2012 49ers 1 750 000 $ - 750 000 $ - - 2 500 000 $
Total 38 228 000 $ 24 000 000 $ 2 045 500 $ 9 335 000 $ 8 880 000 $ 82 489 500 $


Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Randy Moss en saison régulière
Année Équipe  MJ  MT Passes réceptionnées Courses Fumbles
 REC  %REC Yards  Y/REC  TD Tentées Yards Moyenne  TD
1998 MIN 16 11 69 55,6 1 313 19,0 17 1 4 4,0 0 2
1999 MIN 16 16 80 58,4 1 413 17,7 11 4 43 10,8 0 3
2000 MIN 16 16 77 59,7 1 437 18,7 15 3 5 1,7 0 2
2001 MIN 16 16 82 53,2 1 233 15,0 10 3 38 12,7 0 0
2002 MIN 16 16 106 57,3 1 347 12,7 7 6 51 8,5 0 1
2003 MIN 16 16 111 64,5 1 632 14,7 17 6 18 3,0 0 1
2004 MIN 16 16 49 57,0 767 15,7 13 - - - - 1
2005 OAK 16 15 60 48,8 1 005 16,8 8 - - - - 0
2006 OAK 13 13 42 43,8 553 13,2 3 - - - - 0
2007 NE 16 16 98 61,3 1 493 15,2 23 - - - - 0
2008 NE 16 16 69 55,2 1 008 14,6 11 2 0 0,0 0 3
2009 NE 16 16 83 60,6 1 264 15,2 13 - - - - 2
2010 NE 4 3 9 40,9 139 15,4 3 - - - - 0
MIN 4 4 13 52,0 174 13,4 2 - - - - 0
TEN 8 4 6 37,5 80 13,3 0 - - - - 0
2012 SF 16 2 28 56,0 434 15,5 3 - - 1 - -
Total 218 193 982 - 15 292 15,6 156 25 159 6,4 0 16

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Samuel Singleton Jr., né en 1976, poursuit une carrière de joueur de baseball. Sélectionné au septième tour de la draft 1995 de la Ligue majeure de baseball par les Brewers de Milwaukee, il dispute une saison dans les ligues mineures avant d'être congédié pour avoir consommé des drogues. Pauvre, il est resté vivre dans le village de Rand.
  2. Bobbie Howard, né en 1977, poursuit une carrière de joueur de football américain. Il se présente à la draft 2000 de la NFL mais n'est pas sélectionné. Recruté par les Bears de Chicago, il y joue trois saisons au poste de linebacker et réalise 40 plaquages. Après la fin de sa carrière en 2003, il devient entraîneur de football américain.
  3. Traduction : « I'm going to win a Super Bowl one day. I doubt it will be in Minnesota ».
  4. Citation originale : « That is the best receiver in the game right now ».
  5. Traduction : « Ceci est un acte répugnant de Randy Moss ».
  6. Citation originale : « This is not my team, I'm only playing here ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s [vidéo] (en) Rand University, série « 30 for 30 », 11 novembre 2014, ESPN, 51 minutes.
  2. a, b, c, d et e (en) Bob Carter, « Moves, emotions have Moss causin' a commotion », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  3. a et b (en) Stephen Rodrick, « Two for one », sur ESPN.com, (consulté le 18 juin 2017).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Jackie MacMullan, « Moss's blessing, and curse : Achievement and controversy follow star receiver », The Boston Globe, (consulté le 18 juin 2017).
  5. (en) « Schoolboy Star Pleads Guilty », The New York Times, (consulté le 15 juin 2017).
  6. a et b (en) S.L. Price, « Cut Off from the Herd : Randy Moss, the most gifted player in college football, is leading the revival of a Marshall program still haunted by a devastating 1970 plane crash. But Moss cares little about the Thundering Herd's past - and won't be around for its », Sports Illustrated, vol. 87, no 8,‎ , p. 130 à 140 (lire en ligne).
  7. Axel Perrichet, « Il était une fois un phénomène : Randy Moss », sur touchdownactu.com, (consulté le 14 juin 2017).
  8. a, b, c et d (en) Jack McCallum, « Moss Appeal : Randy Moss has been better than advertised, on and off the field. Will he turn out to be the NFL's Michael Jordan? », Sports Illustrated, vol. 90, no 2,‎ , p. 54 à 61 (lire en ligne).
  9. a, b, c, d et e (en) Richard Hoffer, « Catching Up : Rookie receiver Randy Moss is haunted by past mistakes, but the Vikings seemingly didn't err by drafting him after 19 other teams had shied away », Sports Illustrated, vol. 89, no 10,‎ , p. 66 à 69 (lire en ligne).
  10. (en) Mike Freeman, « N.F.L. Draft Day '98; Colts Agonize to the End, Then Pick Manning », The New York Times, (consulté le 15 juin 2017).
  11. a et b [vidéo] (en) « Vikings select Randy Moss in 1998 NFL Draft », sur nfl.com (consulté le 15 juin 2017).
  12. a, b et c (en) Timothy W. Smith, « Vikings Go Long and Then Keep Going », The New York Times, (consulté le 16 juin 2017).
  13. a et b [vidéo] (en) « Randy Moss & Vikings Torch the Cowboys - Thanksgiving 1998 - NFL Full Game », National Football League, (consulté le 16 juin 2017).
  14. a, b et c (en) Peter King, « Air Raid : Throwing like a Hall of Famer, Kerry Collins sparked the Giants to a stunning annihilation of the Vikings and a berth in the Super Bowl », Sports Illustrated, vol. 94, no 3,‎ , p. 34 à 41 (lire en ligne).
  15. a et b (en) Christ Mortensen, « Moss worth every dime of new contract », sur ESPN.com, (consulté le 14 juin 2017).
  16. (en) Associated Press, « Moss, Carter pick good time to dominate », sur ESPN.com, (consulté le 16 juin 2017).
  17. a, b et c (en) John Clayton, « Moss embraces new leadership role », sur ESPN.com, (consulté le 16 juin 2017).
  18. a, b et c (en) Lonnie White, « Moss Can't Navigate Viking Offense Either », Los Angeles Times, (consulté le 16 juin 2017).
  19. (en) Associated Press, « Traffic Arrest for Randy Moss », The New York Times, (consulté le 16 juin 2017).
  20. (en) Sam Farmer, « He's Pushing It : Moss wasn't suspended for traffic incident, the latest problem for talented receiver », Los Angeles Times, (consulté le 16 juin 2017).
  21. (en) Associated Press, « Moss charged with another misdemeanor », ESPN, (consulté le 16 juin 2017).
  22. a et b (en) « League tests Moss following traffic arrest », ESPN, (consulté le 16 juin 2017).
  23. (en) Associated Press, « Moss: 'I'm certainly not out to find trouble' », ESPN, (consulté le 16 juin 2017).
  24. a, b, c et d (en) Pat Borzi, « Quieter Off the Field, Moss Beats Foes on It », The New York Times, (consulté le 16 juin 2017).
  25. (en) Jay Busbee, « Randy Moss, Joe Buck clear the air over 2005 ‘disgusting’ mooning incident », Yahoo!, (consulté le 16 juin 2017).
  26. (en) John Clayton, « Vikings overcome controversy to beat Packers », sur ESPN.com, (consulté le 16 juin 2017).
  27. (en) « Moss pretended to moon crowd after scoring », sur ESPN.com, (consulté le 16 juin 2017).
  28. (en) Jason Whitlock, « Commentators need to chill », sur ESPN.com, (consulté le 16 juin 2017).
  29. (en) Associated Press, « Moss fined $10,000 by NFL for fake mooning celebration », sur ESPN.com, (consulté le 18 juin 2017).
  30. (en) Mark Maske, « Vikings Agree to Trade Moss to the Raiders », Washington Post, (consulté le 15 juin 2017).
  31. (en) « Minnesota will receive Harris, draft picks », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  32. (en) « Unhappy at work? Moss says mood affecting play », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  33. (en) « Moss sounds off on Raiders: 'It's crazy around here' », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  34. (en) Associated Press, « Moss misses first game with Raiders; Timmerman sits », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  35. (en) David White, « Rumors flying under the Raiders' own roof », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne).
  36. (en) Judy Battista, « Patriots Accelerate an Overhaul by Trading for the Raiders' Moss », The New York Times, (consulté le 15 juin 2017).
  37. (en) Len Pasquarelli, « Raiders trade Moss to Patriots for 4th-round pick », sur ESPN.com, (consulté le 14 juin 2017).
  38. a, b, c et d (en) Robert W. Cohen, The 50 Greatest Players in New England Patriots Football History, , 272 p. (ISBN 9781608934539, lire en ligne), « Randy Moss », p. 210 à 218.
  39. a, b et c (en) Christopher Price, New England Patriots : The Complete Illustrated History, MVP Books, , 192 p. (ISBN 978-0-7603-3851-3, lire en ligne), « 10 - Glory Days », p. 160 et 161.
  40. (en) « Star-struck Moss excited to be a Patriot », sur patriots.com, (consulté le 15 juin 2017).
  41. (en) Price 2010, « 10 - Glory Days », p. 161 et 162.
  42. a et b (en) Price 2010, « 10 - Glory Days », p. 165.
  43. a et b (en) Price 2010, « 10 - Glory Days », p. 163.
  44. a et b (en) « All-Pro WR Moss gets three-year deal to stay with Patriots », sur ESPN.com, (consulté le 14 juin 2017).
  45. a et b (en) Price 2010, « 10 - Glory Days », p. 171 et 172.
  46. (en) Price 2010, « 10 - Glory Days », p. 175.
  47. (en) Mark Maske, « Brady, Patriots Come Back to Stun Buffalo in Season Opener », The Washington Post, (consulté le 17 juin 2017).
  48. [vidéo] (en) « Randy Moss INT », sur nfl.com, (consulté le 14 juin 2017).
  49. (en) Lindsay H. Jones, « Orton plays his best game as a Bronco », The Denver Post, (consulté le 14 juin 2017).
  50. (en) Associated Press, « Brady throws six TD passes as Patriots ice winless Titans », sur ESPN.com, (consulté le 17 juin 2017).
  51. (en) Albert Breer, « Panthers say Moss ‘shut it down’ », sur boston.com, (consulté le 17 juin 2017).
  52. (en) Sean Leahy, « Cris Carter 'shocked' by 'pathetic' performance by Randy Moss », USA Today, (consulté le 17 juin 2017).
  53. (en) Sean Leahy, « Tom Brady defends Randy Moss, rejects Panthers' accusations that Patriots WR quit on team », USA Today, (consulté le 17 juin 2017).
  54. (en) Associated Press, « Bill Belichick defends Randy Moss, fires back at receiver's detractors », USA Today, (consulté le 17 juin 2017).
  55. (en) Associated Press, « Vocal Moss not feeling appreciated by Patriots », sur nfl.com, (consulté le 15 juin 2017).
  56. (en) Ian R. Rapoport, « Vikings and Patriots in talks: Randy Moss asked for trade », Boston Herald, (consulté le 15 juin 2017).
  57. [vidéo] (en) « Moss burns Revis with one handed TD snag », sur nfl.com, (consulté le 15 juin 2017).
  58. (en) Steven Wine, « Special teams leads Pats past Dolphins, 41-14 », The Washington Post, (consulté le 15 juin 2017).
  59. (en) Shalise Manza, « Patriots surge past Dolphins in a rout », The Boston Globe, (consulté le 15 juin 2017).
  60. a et b (en) « Patriots send Randy Moss to Vikings », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  61. (en) Judy Battista, « Vikings Gamble on Moss, Helping Patriots », The New York Times, (consulté le 15 juin 2017).
  62. (en) Jackie MacMullan, « Does Randy Moss want a mulligan? », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  63. (en) Jackie MacMullan, « Randy Moss misses New England, criticizes Childress », NBC Sports, (consulté le 15 juin 2017).
  64. (en) Joel Thorman, « Randy Moss Reportedly Told Vikings Owner That Brad Childress Should Be Fired », SB Nation, (consulté le 15 juin 2017).
  65. (en) « Vikings decide to waive Randy Moss », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  66. (en) « Moss is Tennessee-bound after Titans only team to claim WR », sur nfl.com, (consulté le 15 juin 2017).
  67. (en) Judy Battista et Pat Borzi, « Randy Moss will retire from NFL, agent says », sur The New York Times, (consulté le 15 juin 2017).
  68. (en) Marc Sessler, « Randy Moss: Tennessee Titans 'blackballed' me in 2010 », sur nfl.com, (consulté le 15 juin 2017).
  69. (en) Zuri Berry, « Randy Moss won't return to Titans », sur boston.com, (consulté le 15 juin 2017).
  70. (en) Cindy Boren, « Randy Moss will retire from NFL, agent says », The Washington Post, (consulté le 2 août 2011).
  71. a, b et c (en) Associated Press, « Moss retiring after 13 seasons of highlights, controversy », sur nfl.com, (consulté le 15 juin 2017).
  72. (en) « 49ers Sign Moss to 1-year Deal », sur 49ers.com, (consulté le 14 juin 2017).
  73. (en) Janie McCauley, « Randy Moss impresses during first practice with 49ers », USA Today, (consulté le 15 juin 2017).
  74. (en) Jason Turbow, « On 49ers, Moss Reinvents Himself as Role Model », The New York Times, (consulté le 14 juin 2017).
  75. (en) Cindy Boren, « Randy Moss is back, with a G-rated celebration », The Washington Post, (consulté le 14 juin 2017).
  76. (en) Marc Sessler, « Randy Moss reportedly won't return to 49ers in 2013 », sur nfl.com, (consulté le 14 juin 2017).
  77. a, b et c (en) Richard Deitsch, « ‘I Am Not Part of the Media’ », Sports Illustrated, (consulté le 15 juillet 2017).
  78. a et b (en) Allie Stoneberg, « Randy Moss Joins ESPN », sur espnmediazone.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  79. (en) Matt Bonesteel, « ESPN finally makes it official, hires Randy Moss for NFL coverage », The Washington Post, (consulté le 15 juillet 2017).
  80. (en) Alex Reimer, « Adding Randy Moss Is A Winning Move For ESPN », Forbes, (consulté le 15 juillet 2017).
  81. a, b et c (en) Jeff Legwold, « Ray Lewis, Randy Moss among Hall of Fame possibilities in 2018 », sur ESPN.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  82. a et b (en) Associated Press, « Patriots break scoring record, Brady and Moss set season marks », sur nfl.com, (consulté le 15 juillet 2017).
  83. a, b et c (en) Jeffri Chadiha, « Moss falls short of greatness », sur ESPN.com, (consulté le 16 juin 2017).
  84. (en) Lindsey Young, « Randy Moss 'Speechless' After Surprise Vikings Ring of Honor Announcment », sur vikings.com, (consulté le 15 juin 2017).
  85. (en) Ben Goessling, « Emotional Randy Moss credits Dennis Green for Vikings success », sur ESPN.com, (consulté le 15 juin 2017).
  86. (en) Benjamin Morris et Neil Paine, « Randy Moss May Well Have Been The Greatest Receiver Of All Time », FiveThirtyEight, (consulté le 15 juin 2017).
  87. a et b (en) Karl Taro Greenfeld, « Do Not Disturb : There's another side to Randy Moss, the Oakland Raiders' controversial new receiver, but he'd prefer that you didn't knock on his door to fin it », Sports Illustrated, vol. 102, no 20,‎ , p. 36 à 42 (lire en ligne).
  88. (en) « Star implies he won't stop at pretend moon », sur ESPN.com, (consulté le 14 juin 2017).
  89. a et b (en) Associated Press, « Moss Is Fined $40,000 », The New York Times, (consulté le 15 juin 2017).
  90. (en) Associated Press, « N.F.L. Reduces Moss's Fine », The New York Times, (consulté le 15 juin 2017).
  91. (en) « Randy Moss - Estimated Career Earnings », sur www.spotrac.com (consulté le 16 juin 2017).

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • [vidéo] (en) Moss Method, 30 août 2006, Blue Rider Pictures et Vision4Media, 42 minutes.
  • [vidéo] (en) Rand University, série « 30 for 30 », 11 novembre 2014, ESPN, 51 minutes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :