Troy Aikman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Troy Aikman
Description de l'image Aikman visits Hall, cropped.jpg.
Nom complet Troy Kenneth Aikman
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 21 novembre 1966
à West Covina (Californie)
Taille 1,93 m (6 4)
Poids 99 kg (218 lb)
Surnom Roy, Godfather[1]
Numéro 8
Position Quarterback
Carrière universitaire ou amateur
1984-1985
1986-1988
Sooners de l'Oklahoma
Bruins d'UCLA
Carrière professionnelle
Choix draft NFL 1er au total en 1989 par les
Cowboys de Dallas
1989-2000 Cowboys de Dallas
Super Bowl XXVII (MVP), XXVIII et XXX
Pro Bowl 1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 1996
All-Pro 1993
Carrière pro. 1989-2000

College Football Hall of Fame 2008

Pro Football Hall of Fame 2006

(en) Statistiques sur NFL.com

Troy Aikman, né le à West Covina en Californie, est un joueur et commentateur sportif de football américain. De 1989 à 2000, il évolue au poste de quarterback pour les Cowboys de Dallas dans la National Football League (NFL), équipe avec laquelle il remporte trois Super Bowls : XXVII, XXVIII et XXX. Il devient ensuite commentateur de football américain.

Doté d'un physique exceptionnel, Aikman a un parcours universitaire compliqué. Exposé à des difficultés avec les Sooners de l'Oklahoma, il doit quitter l'université pour retrouver les terrains. Après une année d'inéligibilité, il retrouve du temps de jeu avec les Bruins d'UCLA et prouve qu'il est l'un des meilleurs joueurs universitaires. Vainqueur de l'Aloha Bowl en 1987 et du Cotton Bowl en 1988, il est convoité par les franchises de la NFL.

Sélectionné en première position de la draft 1989 de la NFL par les Cowboys de Dallas, Troy Aikman signe le contrat le plus lucratif pour un débutant. Le quarterback devient rapidement une célébrité, jouant au poste le plus exposé de son sport pour l'une des équipes les plus populaires. Même si son style n'est pas spectaculaire, il possède l'un des bras les plus précis et puissants de la NFL. Au début des années 1990, il forme avec le running back Emmitt Smith et le wide receiver Michael Irvin la « triplette » de Dallas. Aikman mène l'attaque des Cowboys lors des titres en 1992, 1993 et 1995. Après ces sacres, la carrière du quarterback est ponctuée de nombreux revers et blessures, notamment des traumatismes crâniens, ce qui l'oblige à mettre fin à sa carrière. Meilleur passeur de l'histoire des Cowboys, il est intronisé au Pro Football Hall of Fame puis au College Football Hall of Fame.

Après sa carrière sportive, il se reconvertit en commentateur de football américain sur le réseau de télévision Fox. En 2016, il occupe toujours ce poste qui lui offre une importante visibilité. Il s'investit également dans différentes activités, comme l'écurie de course Hall of Fame Racing et la franchise de baseball des Padres de San Diego (dont il est propriétaire minoritaire).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Troy Kenneth Aikman est né le à West Covina en Californie. Il grandit avec ses parents, Charlyn et Kenneth Aikman, et ses deux sœurs à Cerritos, autre ville de Californie[2]. En raison de déformations, ses jambes sont plâtrées pendant six mois alors qu'il n'est âgé que de huit mois[3],[4],[5]. À l'âge de 12 ans, sa famille déménage à Henryetta dans l'Oklahoma pour que son père, qui travaille dans les champs de pétrole, trouve un nouvel emploi[2]. Pendant toute son enfance, le jeune Troy joue au football américain au poste de quarterback. Il s'essaie à d'autres postes, joue middle linebacker et safety ; au 8th grade, il évolue également en tant que tight end et fullback[6]. Au lycée, il joue aussi pivot au basket-ball, ainsi que shortstop et lanceur au baseball[6].

Troy Aikman est repéré pour ses qualités de quarterback au football américain. Il devient rapidement titulaire de l'équipe du lycée, les Fighting Hens, l'une des plus mauvaises de la région[7]. Après une saison 1982 qui s'achève sur un bilan de deux victoires pour huit défaites, il conclut son parcours au lycée par six victoires et quatre défaites lors de la saison 1983. Les statistiques finales de Troy Aikman au lycée sont de 3 208 yards lancés à la passe pour 30 touchdowns et 1 568 yards gagnés à la course pour 15 touchdowns[7],[Note 1].

Carrière universitaire de joueur de football américain[modifier | modifier le code]

Sooners d'Oklahoma (1984-1985)[modifier | modifier le code]

Formation de football américain avec une ligne de cinq joueurs représentée par des cercles dans lesquels sont inscrits les positions des joueurs de gauche à droite : LT, LG, C, RG et RT. Derrière la ligne, un rond QB est représentée en dessous du schéma, avec FB encore en dessous et deux cercles RB derrière le FB. De chaque côté de la ligne, à gauche de LT et à droite de RT, il y a deux cercles avec des inscriptions WR espacées chacun par un espace.
Schéma représentant la formation wishbone qui ne met pas en avant les qualités de Troy Aikman.
Légende :
QB : quarterback
RB : running back et FB : fullback
WR : wide receiver
C = centre
LT et RT : offensive tackle gauche et droit
LG et RG : offensive guard gauche et droit.

Diplômé du lycée d'Henryetta, Troy Aikman a déjà un gabarit de quarterback universitaire : 1,90 mètre pour 90 kilogrammes. Son bras est très puissant mais seules les universités de sa région, l'université d'Oklahoma en tête, sont intéressées pour le recruter[8]. Le programme de football américain d'Oklahoma, dont l'équipe est appelée les Sooners de l'Oklahoma, est l'un des meilleurs du pays[8]. Dirigés par Barry Switzer, les Sooners développent en attaque une formation appelée wishbone qui favorise la course des running backs et du quarterback[8]. Pour attirer Aikman à l'université de l'Oklahoma, il lui est promis que le système offensif sera revu pour mettre en avant ses qualités de passe ; mais cette promesse ne sera qu'à moitié tenue[8],[9]. Aikman commence la saison sur le banc, en tant que deuxième remplaçant à son poste[10]. Après six rencontres, alors que les Sooners ont remporté cinq succès et fait un match nul, le quarterback titulaire Danny Bradley se blesse et son remplaçant ne peut pas jouer non plus[10]. Troy Aikman devient soudainement titulaire et ses débuts sont difficiles : il lance trois interceptions et ne complète que deux passes sur 14 tentatives[10],[11]. La semaine suivante, il est de retour sur le banc et ne joue pas pendant le reste de la saison[10],[11].

Quand la saison 1985 de la NCAA commence, les Sooners de l'Oklahoma sont évalués comme l'équipe universitaire numéro 1 dans le pays[6]. Troy Aikman retourne à Oklahoma malgré les difficultés rencontrées à la fin de la saison précédente. Au début de la saison, il remporte à l'entraînement le poste de quarterback titulaire devant Jamelle Holieway, dont le jeu axé sur la course correspond pourtant plus au style de Switzer[12]. Il remporte les trois premières rencontres de la saison, réalisant de bonnes performances[12]. Lors de la quatrième confrontation de la saison, le contre l'université de Miami de Jimmy Johnson, Aikman commence la saison en complétant six passes sur sept pour 131 yards et un touchdown dans le seul premier quart-temps[12]. Au début du deuxième quart-temps, le défenseur de Miami Jerome Brown traverse la ligne offensive et plaque pour perte Aikman. Ce dernier ne se relève pas, sa cheville gauche s'étant brisée dans l'impact[12]. Sa saison est terminée. L'entraîneur principal, Barry Switzer, confie alors les rênes de l'équipe au jeune quarterback Holieway qui remporte l'Orange Bowl et obtient le titre de champion national universitaire.

Bruins d'UCLA (1986-1988)[modifier | modifier le code]

Au début de la saison 1986, l'entraîneur Barry Switzer annonce que Jamelle Holieway, champion en titre, sera titulaire à Oklahoma pour toute la saison, et fait d'Aikman un remplaçant[13]. Souhaitant poursuivre son développement, Troy Aikman décide d'être transféré vers un autre programme universitaire. Switzer aide Aikman à trouver une nouvelle équipe de football américain et contacte Terry Donahue, entraîneur de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA). Donahue ne connaît pas le joueur mais sur les conseils de Switzer, il offre au jeune joueur une bourse d'étude[13],[14]. Le , Troy Aikman annonce officiellement son transfert pour UCLA et son équipe de football américain des Bruins[15]. Aikman devient inéligible pour toute l'année 1986 et doit attendre le début de la saison 1987 pour retrouver les terrains. Dès qu'il est de nouveau éligible, Troy Aikman s'impose comme le titulaire indiscutable du poste de quarterback[16],[17]. Pour son premier match, il complète 8 de ses 10 passes pour un gain total de 166 yards dans une victoire 47 à 14 contre San Diego State[17]. Contre Arizona State, il réalise l'une des meilleures parties de sa carrière universitaire avec 22 passes complétées sur 31 tentées, deux touchdowns marqués et 328 yards gagnés à la passe[16]. Aikman est l'un des quarterbacks universitaires les plus suivis, mais une défaite contre le rival USC lui fait manquer la finale nationale. Il participe à l'Aloha Bowl contre les Gators de la Floride et prend le meilleur sur ses adversaires avec 19 réceptions sur 30 passes tentées[16]. Les Bruins d'UCLA terminent la saison avec dix victoires et seulement deux défaites[16]. À titre individuel, Troy Aikman inscrit 17 touchdowns pour 8 interceptions[17]. Il est récompensé par plusieurs sélections dans les meilleures équipes de l'année et par le titre de joueur offensif de l'année dans la conférence PAC-10[18].

Alors qu'il est considéré comme l'un des meilleurs prospects universitaires[18], Aikman retourne à UCLA pour sa dernière année universitaire. Il mène les Bruins avec un jeu de passes performant, lance 24 touchdowns dans la saison pour seulement 9 interceptions[19]. Cependant, deux défaites en saison lui ferment les portes de l'Orange Bowl. UCLA rencontre lors de son dernier match l'équipe d'Arkansas lors du Cotton Bowl que l'équipe remporte sur le score de 17 à 3[19],[20]. Aikman finit sa carrière universitaire avec la troisième meilleure évaluation d'un quarterback de l'histoire du football américain universitaire[18],[19]. Il est finaliste du trophée Heisman[21] et sélectionné dans toutes les meilleures équipes de l'année et est prêt pour devenir professionnel.

Carrière professionnelle de joueur de football américain[modifier | modifier le code]

Débuts en NFL[modifier | modifier le code]

Draft et arrivée aux Cowboys (1989)[modifier | modifier le code]

À la sortie de l'université, Troy Aikman souhaite jouer pour les Cowboys de Dallas ou les Chargers de San Diego[22]. Dallas est une destination privilégiée car la ville est à seulement trois heures de la région où Aikman a grandi dans l'Oklahoma[22]. Le récent propriétaire des Cowboys, Jerry Jones, qui vient de recruter l'entraîneur de l'université de Miami Jimmy Johnson, possède le premier choix de la draft 1989 de la NFL. Après une saison difficile, avec trois victoires pour treize défaites et la dernière place de la division NFC Est, la franchise de Dallas place un grand espoir dans le choix de recrutement.

Avant la draft, les Chiefs de Kansas City souhaitent faire un échange avec les Cowboys pour recruter Troy Aikman avec le premier choix[23]. Dallas refuse l'échange et conserve le choix numéro 1 pour sélectionner Aikman, que Jimmy Johnson a déjà essayé de recruter à deux reprises avec l'université de Miami[24]. En tant que premier choix de la National Football League, Troy Aikman signe un contrat de six années pour une valeur de onze millions de dollars, un record pour un débutant dans la ligue[25],[26]. Malgré ce contrat, Troy Aikman est en compétition avec l'autre quarterback débutant de la franchise, Steve Walsh, pour la place de titulaire[27]. Le joueur est présenté à la presse avec le maillot des Cowboys et son tout nouveau numéro 8[26].

Débuts difficiles et première blessure (1989-1991)[modifier | modifier le code]

L'arrivée d'Aikman ne suffit pas à améliorer la franchise de Dallas. Alors qu'il fait forte impression lors des rencontres de pré-saison[25], son début en National Football League (NFL) est difficile, il n'inscrit pas le moindre point et est battu 28 à 0 par les Saints de La Nouvelle-Orléans. La semaine suivante, il inscrit son premier touchdown sur une passe de 65 yards pour Michael Irvin mais lance deux interceptions et perd à nouveau contre les Falcons d'Atlanta[28]. Les difficultés persistent contre les Redskins de Washington avec seulement six passes complétées sur 21 essais. La semaine suivante, opposé aux Giants de New York, il se fracture l'index gauche et est indisponible pendant quatre à six semaines[28]. Alors que l'équipe a perdu ses cinq premières rencontres de la saison, la franchise décide d'échanger son seul joueur élu au Pro Bowl, Herschel Walker, aux Vikings du Minnesota pour obtenir des choix de sélection bien placés pour les futurs drafts. Blessé, Aikman est remplacé pendant cinq rencontres par Steve Walsh, un autre débutant, qui gagne un seul affrontement.

Pour son retour dans une saison 1989 sacrifiée, Aikman réalise une belle performance en inscrivant deux touchdowns et un gain total de 379 yards contre les Cardinals de Phoenix, un record NFL pour un débutant[28],[29]. Les Cowboys terminent avec un bilan de 15 défaites pour une seule victoire[22]. À titre individuel, Aikman termine la saison avec 11 défaites sans victoire en tant que titulaire. Au total, il complète 155 passes sur 293 tentées pour 1 749 yards, marque 9 touchdowns et lance 18 interceptions. Son évaluation de quarterback de 55,7 fait partie des pires de la conférence NFC[28].

Lors de la draft 1990 de la NFL, les Cowboys sélectionnent le running back Emmitt Smith au premier tour. Dès lors, Aikman forme avec Smith et le wide receiver Michael Irvin la « triplette » de Dallas. Si la saison est meilleure pour le quarterback et toute l'attaque de Dallas, ils perdent sept de leur dix premières rencontres. Les Cowboys reviennent dans la course aux rencontres éliminatoires avec quatre succès de rang. Avant le quinzième match de la saison, contre les Eagles de Philadelphie, le bilan des Cowboys est de 7 victoires pour 7 défaites. Contre les Eagles, Aikman se blesse à l'épaule après un plaquage de Clyde Simmons et doit quitter ses partenaires[30],[31]. Sans leur quarterback, les Cowboys perdent les deux dernières rencontres de la saison et ne se qualifient pas pour les matchs éliminatoires. La saison 1990 est douloureuse pour Troy Aikman qui subit 39 sacks et doit passer à de très nombreuses reprises entre les mains des médecins[31].

La troisième année de reconstruction des Cowboys de Dallas s'annonce meilleure. Aikman a des receveurs talentueux et son premier receveur, Irvin, n'est plus un débutant. La première rencontre de la saison 1991 de la NFL est prometteuse pour Troy Aikman qui lance la balle avec confiance[30]. Performances après performances, il marque des touchdowns et multiplie les yards gagnés jusqu'à mener la ligue en termes de passes complétées et de yards gagnés à la passe[30]. Inconsistant, Dallas perd les trois matchs suivants. Contre les Redskins de Washington, il est percuté violemment et se relève doucement. Les ligaments de son genou sont distendus et il est obligé de manquer le reste de la saison[30]. Son entraîneur Jimmy Johnson dit de lui : « Aikman a prouvé en 1991 qu'il fait déjà partie des meilleurs quarterbacks de la ligue. Tous ceux qui l'ont vu sentent qu'il ne peut que s'améliorer. Il a le talent pour devenir l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »[30],[A 1].

Dynastie[modifier | modifier le code]

Premier Super Bowl (1992)[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XXVII.

Lorsque la saison 1992 commence, les Cowboys de Dallas sont de retour au plus haut niveau et le meneur de l'équipe est le quarterback Troy Aikman[32]. Le joueur réussit sa meilleure saison jusque-là, participant au bilan de 13 victoires pour trois défaites des Cowboys[33]. Contre les Falcons d'Atlanta, Aikman réussit une performance historique avec 18 de ses 21 passes tentées réceptionnées dont trois pour touchdowns[32]. Aikman termine la saison comme le troisième meilleur passeur de la conférence NFC et est sélectionné pour la première fois pour le Pro Bowl[33]. Il commence les matchs éliminatoires comme l'un des favoris.

Au premier tour, contre les Eagles de Philadelphie, Aikman conduit son attaque à la fin du premier quart-temps sur une série de dix jeux conclue par un premier touchdown pour Derek Tennell. Il marque six nouveaux points sur une nouvelle attaque conclue par un touchdown à la passe pour Jay Novacek. Il prend le dessus sur la défense adversaire et la partie est gagnée par les Cowboys sur le score de 34 à 10[32],[34].

Lors de la finale de conférence NFC contre les 49ers de San Francisco au Candlestick Park, Aikman fait la différence dans un match serré sur une série offensive de 78 yards pour commencer la deuxième mi-temps qui est conclue par un touchdown[32]. Aikman termine la journée avec des statistiques remarquables : 24 sur 34, 322 yards de gains et deux touchdowns à la passe[32]. Ce succès 30 à 20 permet aux Cowboys d'avancer jusqu'au Super Bowl XXVII.

Le Super Bowl XXVII est particulier. Les Cowboys sont opposés aux Bills de Buffalo qui ont perdu les deux précédents Super Bowls. Complètement dominés, les Bills sont rapidement hors de portée du titre[35]. Aikman déroule son attaque, inscrit trois touchdowns dans la seule première mi-temps[32],[36]. Il finit le Super Bowl avec quatre touchdowns dont deux pour son wide receiver Michael Irvin en l'espace de 18 secondes[35],[37], 22 réussites sur 30 tentatives et 273 yards de gains offensifs[35],[38],[29]. La défense aggrave également le score avec plusieurs interceptions et pertes de balles récupérées pour un score final de 52 à 17[35],[38]. Pour sa performance, Troy Aikman est élu meilleur joueur de la rencontre[32],[35],[38].

Deuxième Super Bowl (1993)[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XXVIII.

Durant l'intersaison, en tant que meilleur joueur du Super Bowl, jouant en plus pour l'« équipe de l'Amérique »[Note 2],[39], les Cowboys de Dallas, Troy Aikman a de nombreuses sollicitations médiatiques notamment dans les émissions The Tonight Show de Jay Leno et Late Night with David Letterman[40]. Il devient le porte-parole de plusieurs produits dont il fait la promotion et est présent dans différents événements caritatifs[40]. Lors de cette intersaison, le joueur se blesse en soulevant des poids, et doit être opéré pour une hernie discale le 19 juin[40]. Finalement prêt pour le début de la saison, il est en difficulté sans le jeu de course d'Emmitt Smith, qui est absent pour des différends financiers avec le propriétaire Jerry Jones. Lors que Smith revient, l'attaque menée par Aikman redevient dominante[41]. Après six victoires consécutives, Aikman se blesse au muscle ischio-jambier de la jambe gauche contre les Giants de New York et manque deux rencontres[40],[42]. Après son retour et une défaite contre Miami, Troy Aikman conclut la saison par cinq victoires consécutives. Pendant la saison, il signe un nouveau contrat d'une durée de sept années pour près de 50 millions de dollars, faisant de lui l'un des joueurs les mieux payés de la ligue[40],[43].

Les matchs éliminatoires commencent et Troy Aikman montre qu'il est le champion en titre avec une excellente performance dans une victoire 27 à 17 contre les Packers de Green Bay : 28 sur 37, 302 yards gagnés et trois touchdowns à la passe[40]. La revanche contre les 49ers de San Francisco en finale de conférence NFC s'annonce comme le choc de la saison[40]. La première mi-temps est une démonstration des Cowboys, marquant à la course puis par deux passes de son quarterback Aikman, la première pour Emmitt Smith, la deuxième pour Jay Novacek[44]. À la mi-temps, Dallas est devant sur le score de 28 à 7. Au retour des vestiaires, Troy Aikman est mis au sol violemment par le défenseur Dennis Brown par un coup de genou qui heurte le casque d'Aikman[40],[45]. Ce dernier est obligé de quitter le terrain et est remplacé par Bernie Kosar qui complète le triomphe des Cowboys 38 à 21. Troy Aikman est emmené à l'hôpital après la rencontre[45]. Il souffre d'une commotion cérébrale et ne se souvient plus de la rencontre, ni avant ni après le choc[40],[45]. Il est cependant prêt, le samedi suivant, pour disputer le deuxième Super Bowl de sa carrière contre les Bills de Buffalo, une nouvelle revanche de la saison précédente.

Le Super Bowl XXVIII a lieu au Georgia Dome d'Atlanta. À la mi-temps, Aikman et son équipe sont dominés par les Bills 13 à 6[46],[46]. En entrant dans les vestiaires pourtant, les Cowboys sont toujours confiants sur leurs chances de victoire[47]. Une interception puis une série offensive conclue par un touchdown d'Emmitt Smith donne l'avantage 20 à 13 aux Cowboys. Après des passes d'Aikman pour Emmitt Smith et Alvin Harper, le premier marque un nouveau touchdown à la course. La rencontre se termine sur le score de 30 à 13, Aikman remporte son deuxième Super Bowl et réalise le doublé[46]. Remis de ses blessures, le quarterback termine la partie avec 207 yards de gains et aucun touchdown[40]. Les honneurs du meilleur joueur reviennent cette fois à Emmitt Smith[48].

Saison marquée par les blessures (1994)[modifier | modifier le code]

Double champion en titre, les Cowboys de Dallas attirent les regards des autres franchises de la ligue avant la saison 1994. Suite à des différends entre le propriétaire Jerry Jones et l'entraîneur Jimmy Johnson, ce dernier quitte son poste et est remplacé par l'ancien entraîneur d'Aikman à Oklahoma Barry Switzer.

En novembre, il se blesse d'abord au pouce avant la rencontre contre les 49ers de San Francisco, une blessure que les Cowboys ne reportent pas[49],[50]. Il joue contre San Francisco et lance trois interceptions dans la défaite de son équipe[49]. Deux semaines plus tard, le quarterback est taclé au genou et subit une entorse[51] qui l'éloigne du terrain pour plusieurs rencontres. L'équipe est diminuée par les blessures pendant son parcours en saison régulière[52],[51], mais est tout de même présente pour les rencontres éliminatoires.

Les Cowboys éliminent une nouvelle fois les Packers de Green Bay avec une performance historique d'Aikman à la passe avec 23 de ses 30 tentatives réussies pour un total de 337 yards dont une passe de 94 yards pour un touchdown d'Alvin Harper, la plus longue de l'histoire de la National Football League en rencontre à élimination[53]. Ils se retrouvent pour la troisième fois consécutive contre les 49ers de San Francisco en finale NFC. Malgré la performance de leur quarterback : 30 sur 53 pour 380 yards à la passe, les Cowboys s'inclinent sur le score de 38 à 28[53],[54],[55].

Troisième Super Bowl (1995)[modifier | modifier le code]
Article connexe : Super Bowl XXX.

La saison 1995 montre à nouveau la domination de Troy Aikman sur la ligue. Dallas est favori pour le Super Bowl[56]. Lors de la cinquième rencontre de la saison, alors que les Cowboys sont invaincus, Aikman doit sortir après avoir pris un choc violent de la défense des Redskins de Washington. L'équipe, privée de son quarterback, s'incline[57]. La semaine suivante, le joueur est de retour et joue une excellente partition pour plus de 300 yards offensifs à la passe dans une victoire contre les Packers de Green Bay[57]. Il enchaîne les victoires jusqu'à retrouver les rivaux des Cowboys, les 49ers de San Francisco. Aikman doit sortir du terrain après sa sixième passe tentée et regarde depuis le banc la défaite de Dallas sur le score de 38 à 20[57]. La franchise de Dallas et son quarterback répondent aux attentes en terminant la saison avec 12 victoires pour seulement 4 défaites[57]. Les statistiques de Troy Aikman à la fin de la saison régulière sont de 280 passes complétées sur 432 tentatives avec un gain cumulé de 3 304 yards à la passe. Il inscrit 16 touchdowns pour seulement interceptions.

En matchs éliminatoires, les Cowboys battent les Eagles de Philadelphie sur le score de 30 à 11 et se retrouvent face aux Packers de Green Bay en finale de championnat NFC[58]. Emmenés par Emmitt Smith, qui inscrit deux touchdowns dans le dernier quart-temps, et Aikman, qui marque deux touchdowns à la passe, les Cowboys l'emportent et se retrouvent au Super Bowl pour la troisième fois en quatre ans[58].

Lors du Super Bowl XXX, les Cowboys de Dallas affrontent les Steelers de Pittsburgh. Les trois premières séries offensives menées par Troy Aikman se termine par des points : deux coups de pied de pénalité puis un touchdown de 3 yards pour le tight end Jay Novacek[58]. En deuxième mi-temps, l'interception de Larry Brown permet aux Cowboys de sceller leur victoire sur le score de 21 à 17[59]. Malgré une perte de balle récupérée par les Steelers, Troy Aikman marque à nouveau l'histoire du Super Bowl avec une performance efficace : 15 passes réussies sur 23, un touchdown à la passe et 209 yards de gains[54]. Il devient le troisième quarterback à remporter trois Super Bowls après Terry Bradshaw et Joe Montana. Malgré le succès, des rumeurs s'élèvent sur l'envie de partir de Dallas et les tensions entre Troy Aikman et son entraîneur Barry Switzer[60].

Déclin et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Multiples défaites (1996-1997)[modifier | modifier le code]

Aikman poursuit sur sa lancée lors de la saison 1996, remportant la division NFC East pour la cinquième saison consécutive[61]. Après une première victoire en matchs éliminatoires sur le score de 40 à 15 contre les Vikings du Minnesota[Note 3], Aikman et les Cowboys chutent contre les Panthers de la Caroline sur le score de 26 à 17[61]. Après la saison, le joueur considère la possibilité d'arrêter sa carrière[62].

En 1997, Aikman réalise une bonne performance individuelle, devenant le premier quarterback des Cowboys à avoir trois saisons supplémentaires avec plus de 3 000 yards lancés à la passe. La saison n'est cependant pas de tout repos pour le joueur, qui voit sa nouvelle maison prendre feu cinq semaines après son emménagement et il lui est diagnostiqué un cancer de la peau du fait d'un grain de beauté devenu un mélanome malveillant[62]. Il subit également un traumatisme crânien contre les Eagles de Philadelphie lors d'une défaite[63]. Après un début de saison correct avec des victoires contre les Steelers, les Eagles et les Bears, les Cowboys s'écroulent en cours de saison et termine par cinq revers consécutifs[64]. Les Cowboys terminent avec un bilan de 6 victoires pour 10 défaites et ratent les rencontres éliminatoires pour la première fois depuis 1990[64],[62]. L'entraîneur principal Barry Switzer termine sa saison sur un bilan négatif pour la première fois et démissionne[64],[65].

Tentatives manquées (1998-1999)[modifier | modifier le code]

La saison 1998 donne quelques espoirs à Aikman et les Cowboys de Dallas. Même s'il manque cinq rencontres après s'être cassé la clavicule gauche lors de la deuxième rencontre de la saison[66],[67], le quarterback mène son équipe à un nouveau titre de division NFC Est et aux matchs à élimination. Dallas est éliminé dès le premier tour des rencontres éliminatoires contre les Cardinals de l'Arizona sur le score de 20 à 7[67],[68].

Troy Aikman commence la saison 1999 par une performance éclatante contre les Redskins de Washington, marquant cinq touchdowns, un record en carrière, dont un dernier en prolongation pour obtenir la victoire. Contre les Colts d'Indianapolis, Troy Aikman est plaqué pour perte par le défenseur Jeff Burris et doit quitter ses partenaires. Même s'il revient en fin de rencontre, il ne peut empêcher la défaite des Cowboys[69]. La dernière saison de la « triplette » de Dallas se conclut par un bilan de 8 victoires pour 8 défaites, et perd au premier tour des matchs éliminatoires contre les Vikings du Minnesota sur le score de 27 à 10[70],[71].

Fin de carrière (2000-2001)[modifier | modifier le code]

Les difficultés physiques se multiplient pour Troy Aikman lors de la saison 2000. Le quarterback souffre à plusieurs reprises de traumatismes crâniens. Il est également en concurrence avec le quarterback Randall Cunningham. Lors du sixième match de la saison, il lance cinq interceptions contre les Giants de New York [72]. Quinze jours plus tard, une blessure au dos le fait sortir du terrain contre les Jaguars de Jacksonville[72]. Malgré la douleur, il joue contre les Bengals de Cincinnati et lance pour 308 yards mais le répit est de courte durée puisqu'il est intercepté à trois reprises la semaine suivante contre les Ravens[72]. La dernière rencontre d'Aikman a lieu à domicile contre les Redskins de Washington. Lors de cette rencontre, il est taclé sévèrement par le linebacker LaVar Arrington et souffre du dernier traumatisme crânien de sa carrière[73].

Après la fin de la saison 2001, Aikman est libéré de son contrat par les Cowboys de Dallas qui ne souhaite pas payer le bonus de 7 millions de dollars et l'extension de contrat jusqu'en 2007 qui lui aurait été dû pour prolonger sa carrière[74],[75]. Le joueur cherche une autre équipe pour continuer à jouer dans la National Football League, mais n'en trouve aucune, et il doit annoncer sa retraite le . Troy Aikman termine sa carrière comme le meilleur passeur de l'histoire des Cowboys de Dallas.

En 2013, il annonce que la raison de sa retraite est due à des problèmes de dos qui l'ont empêché de jouer à son meilleur niveau lors de la saison 2000[76].

Consultant télévisuel[modifier | modifier le code]

En 1998, Troy Aikman commente des matchs de football américain pour NFL Europe avec son ami Brad Sham pendant l'inter-saison[77]. Après sa retraite en tant que joueur professionnel du football américain, Troy Aikman devient commentateur sportif pour le diffuseur de la National Football League, la chaîne FOX, pour la saison 2001. Une année plus tard, il est nommé dans l'équipe principale des rencontres de la FOX, faisant équipe avec Joe Buck et Cris Collinsworth pour remplacer John Madden[78],[79],[80]. Ni Aikman ni Collinsworth n'apprécie d'être en trio et Collinsworth quitte la chaîne pour NBC en 2005[81]. Il commente depuis les rencontres de football américain en duo avec Joe Buck[82]. En 2003, 2005 et 2007, Aikman reçoit une nomination aux Emmy Awards pour son travail de consultant à la télévision[79]. Troy Aikman pense à abandonner le travail de commentateur en 2008 par manque de plaisir par rapport aux sensations d'être sur le terrain, mais persiste dans son travail pour la Fox[83]. Il est commentateur lors de quatre Super Bowls (XXXIX, XLII, XLV et XLVIII)[79].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Trois hommes en costumes, dont celui du milieu assis, pose devant un logo blanc Wingstop sur le mur beige.
Troy Aikman (au milieu) lors de son intégration au conseil d'administration de Wingstop.

En plus de sa carrière de joueur de football américain professionnel, Troy Aikman est un homme d'affaires qui investit ses revenus dans des entreprises de la région de Dallas. En 2000, lors de sa dernière année dans la NFL, il vend sa part du capital, soit 25 %, du concessionnaire de Fort Worth nommé Aikman Automall, qui vend les marques Chevrolet, Chrysler et Jeep[84].

Trois ans après la fin de sa carrière, en 2003, il signe un contrat commercial avec la chaîne de restaurants Wingstop[84]. En 2011, il devient plus que l'image de la marque et entre dans le conseil d'administration, peu après le rachat de l'entreprise par l'entreprise Roark Capital. Le nombre de restaurants aux États-Unis ne fait qu'augmenter pendant dix ans. En 2015, Wingstop se lance en bourse et les actions augmentent de 61 % la première journée. Troy Aikman vend une partie de ses parts pour plusieurs millions de dollars[84].

En 2009, Troy Aikman termine les deux derniers cours qu'il n'a pu finir vingt ans plus tôt, afin d'obtenir son diplôme universitaire de sociologie[85]. Il obtient la note de A à ces cours : « Ethnicité » et « Vieillissement »[85]. En juin, il est diplômé de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Cette même année, Aikman devient co-propriétaire de la franchise des Padres de San Diego qui évolue en Ligue majeure de baseball (MLB). Il investit dans un groupe mené par Jeff Moorad qui a pris le contrôle de 35 % des parts du club[86]. Le quarterback lance le lancer inaugural des Padres lors d'une rencontre contre les Astros de Houston pour célébrer cet investissement[86]. Les parts du groupe augmentent à 49 %, mais les propriétaires des autres franchises de MLB l'ont empêché de racheter les Padres en 2012[87].

Le , Troy Aikman devient un membre du conseil d'administration de la National Football Foundation[88].

Baseball[modifier | modifier le code]

En 1984, les Mets de New York sont intéressés pour sélectionner Troy Aikman comme joueur de baseball professionnel mais Aikman préfère aller à l'université jouer au football américain[6],[21]. Lorsqu'un recruteur vient lui demander le bonus à la signature qu'il souhaite, Aikman donne un montant volontairement très élevé pour que les Mets ne donnent pas suite. Après qu'il ait entendu les 200 000 dollars demandés par le joueur, le recruteur déclare à Aikman : « Bonne chance pour votre carrière de joueur de football américain. »[A 2],[9].

Hall of Fame Racing[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hall of Fame Racing.

À la fin de l'année 2005, Aikman créé avec un autre ancien quarterback des Cowboys de Dallas, Roger Staubach, l'écurie de sport automobile Hall of Fame Racing. Pour sa première saison, en 2006, il concourt avec Terry Labonte et Tony Raines sur la Chevrolet #96 DLP HDTV dans le championnat NASCAR NEXTEL Cup. En 2007, Raines réalise toute la saison avec la voiture. La saison suivante, les pilotes sont J. J. Yeley et Brad Coleman.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Aikman s'est marié avec une ancienne agent de communication des Cowboys, Rhonda Worthey, le à Plano (Texas)[89]. Rhonda a une fille d'un précédent mariage, Rachel, et deux filles avec Aikman : Jordan Ashley Aikman, né le et Alexa Marie Aikman, née le . Le couple annonce sa séparation le et le divorce est officiellement prononcé le [90].

Palmarès, records et récompenses[modifier | modifier le code]

Le dos d'un maillot blanc derrière une vitrine, avec l'inscription Aikman en lettres bleues au-dessus du numéro 8 bleu.
La maillot de Troy Aikman au Pro Football Hall of Fame.

Dès ces années universitaires, Troy Aikman se construit un palmarès en gagnant le titre NCAA en 1985 avec les Sooners de l'Oklahoma depuis le banc des remplaçants. Transféré aux Bruins d'UCLA, il remporte, comme quarterback titulaire, l'Aloha Bowl 1987 puis, le Cotton Bowl 1988. Il est vainqueur du Davey O'Brien Award en 1989[1], trophée qui récompense le meilleur joueur du Championnat NCAA de football américain évoluant au poste de quarterback et est finaliste du trophée Heisman.

Sélectionné en premier choix en 1989, Aikman joue pour les Cowboys de Dallas pendant onze saisons entre 1989 et 2000. Titulaire durant toute la décennie 1990, il est le quarterback le plus victorieux de la décennie. Avec Dallas, il remporte trois Super Bowls en 1992, 1993 et 1995. Lors de sa première finale de championnat, Aikman est également élu meilleur joueur du Super Bowl. Il est sélectionné six fois consécutivement au Pro Bowl entre 1992 et 1997. Lorsque sa carrière avec les Cowboys prend fin en 2000, Troy Aikman détient presque tous les records de sa franchise relatifs au poste de quarterback avec notamment le plus grand nombre de passes de touchdowns (165), de passes complétées (2 742) et de yards gagnés à la passe (32 942)[91]. Les records de touchdowns et de yards à la passe sont battus par Tony Romo dans les années 2010[92],[93].

Le quarterback de Dallas détient également l'un des meilleurs taux de réussite à la passe en carrière avec 61,5 % de passes complétées[91]. Sa passe de 94 yards pour un touchdown d'Alvin Harper lors du match de division NFC contre les Packers de Green Bay en 1994 est l'une des plus longues de l'histoire de la NFL en rencontres éliminatoires.

Le , une cérémonie est organisée à la mi-temps de la rencontre de basket-ball entre UCLA et Notre Dame pour fêter son élection au College Football Hall of Fame. Même s'il est également admis au Pro Football Hall of Fame en 2006 dès sa première année d'éligibilité, Troy Aikman n'est que très rarement dans les discussions pour définir qui sont les meilleurs quarterbacks de l'histoire du football américain[5]. Il partage le mérite de ses victoires au Super Bowl avec les autres joueurs de la « triplette » de Dallas : Emmitt Smith et Michael Irvin[5]. En 2005, les trois joueurs sont honorés ensemble par les Cowboys qui ajoutent leurs noms au Ring of Honor du Texas Stadium[94],[1].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Université[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant reprend les statistiques complètes de Troy Aikman en saison régulière au cours de sa carrière universitaire[95] :

Statistiques de Troy Aikman à l'université
Année Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
1984 Sooners de l'Oklahoma 20 6 41 0 3 17,2 12 18 1,5 1
1985 Sooners de l'Oklahoma 47 27 442 1 1 139,2 49 93 1,9 0
1986 Bruins d'UCLA Inéligible Inéligible
1987 Bruins d'UCLA 273 178 2 527 17 8 157,6 79 -87 -1,1 2
1988 Bruins d'UCLA 354 228 2 771 24 9 147,4 78 83 1,1 1
Totaux 694 439 5 781 42 21 142,3 218 107 0,5 4

National Football League[modifier | modifier le code]

En 165 matchs de saison régulière en tant que joueur, Troy Aikman a lancé 165 passes de touchdowns et en a marqué 9 à la course. Le tableau suivant reprend les statistiques complètes d'Aikman en saison régulière au cours de sa carrière[96] :

Statistiques de Troy Aikman en saison régulière
Année Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
1989 Cowboys de Dallas 155 293 1 746 9 18 55,7 38 302 7,9 0
1990 Cowboys de Dallas 226 399 2 579 11 18 66,6 40 172 4,3 1
1991 Cowboys de Dallas 237 363 2 754 11 10 86,7 16 5 0,3 1
1992 Cowboys de Dallas 302 473 3 445 23 14 89,5 37 105 2,8 1
1993 Cowboys de Dallas 271 392 3 100 15 6 99,0 32 125 3,9 0
1994 Cowboys de Dallas 233 361 2 676 13 12 84,9 30 62 2,1 1
1995 Cowboys de Dallas 280 432 3 304 16 7 93,6 21 32 1,5 1
1996 Cowboys de Dallas 296 465 3 126 12 13 80,1 35 42 1,2 1
1997 Cowboys de Dallas 292 518 3 283 19 12 78,0 25 79 3,2 0
1998 Cowboys de Dallas 187 315 2 330 12 5 88,5 22 69 3,1 2
1999 Cowboys de Dallas 263 442 2 964 17 12 81,1 21 10 0,5 1
2000 Cowboys de Dallas 156 262 1 632 7 14 64,3 10 13 1,3 0
Totaux 2 898 4 715 32 942 165 141 81,6 327 1 016 3,1 9


En 16 matchs de rencontres éliminatoires en tant que joueur, Troy Aikman a lancé 23 passes de touchdowns et en a marqué 1 à la course. Le tableau suivant reprend les statistiques complètes d'Aikman en matchs éliminatoires au cours de sa carrière[96] :

Statistiques de Troy Aikman en rencontres éliminatoires
Année Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
1989 Cowboys de Dallas N'est pas qualifié
1990 Cowboys de Dallas N'est pas qualifié
1991 Cowboys de Dallas 11 16 114 0 1 63,0 2 0 0,0 0
1992 Cowboys de Dallas 61 89 795 8 0 126,4 9 38 4,2 0
1993 Cowboys de Dallas 61 82 686 5 3 104,0 7 28 4,0 0
1994 Cowboys de Dallas 53 83 717 4 4 87,3 2 11 5,5 0
1995 Cowboys de Dallas 53 80 717 4 1 106,1 8 6 0,8 0
1996 Cowboys de Dallas 37 65 343 1 4 51,0 3 4 1,3 1
1997 Cowboys de Dallas N'est pas qualifié
1998 Cowboys de Dallas 22 49 191 1 3 37,0 1 0 0,0 0
1999 Cowboys de Dallas 22 38 286 0 1 70,7 0 0 0,0 0
2000 Cowboys de Dallas N'est pas qualifié
Totaux 320 502 3 849 23 17 88,3 32 87 2,7 1

Troy Aikman a remporté les trois Super Bowls qu'il a disputé. Le tableau suivant reprend les statistiques complètes du quarterback au Super Bowl au cours de sa carrière :

Statistiques de Troy Aikman au Super Bowl
Super Bowl Équipe Passes Courses
Réussies Tentées Yards  TD  INT Évaluation Tentées Yards Moyenne  TD
XXVII Cowboys de Dallas 22 30 273 4 0 140,7 3 28 9,3 0
XXVIII Cowboys de Dallas 19 27 207 0 1 77,2 1 3 3,0 0
XXX Cowboys de Dallas 15 23 209 1 0 108,8 4 -3 -1,3 0

Style de jeu et personnalité[modifier | modifier le code]

Passeur et mobilité[modifier | modifier le code]

Pendant sa carrière professionnelle, Troy Aikman a un corps puissant, il mesure 1,93 m pour près de 100 kg[38]. Son bras est l'un des plus puissants des années 1990 et surtout plus précis que ceux de ses adversaires. Il lit d'abord les jeux courts puis les jeux lointains[97]. Il peut trouver des receveurs rapides à 50 yards[38]. Son tenu de ballon est également unique, Aikman ne place que l'auriculaire sur les lacets et tous les autres doigts sur le cuir du ballon[Note 4],[98],[99],[100].

Le gabarit physique d'Aikman ne lui permet pas d'être aussi vif et rapide que des quarterbacks plus petits que lui. Il échoue d'ailleurs dans ses premières années universitaires avec les Sooners de l'Oklahoma par son incapacité à déborder les défenses adverses avec des courses extérieures. Dès l'arrivée de Norv Turner comme coordinateur offensif des Cowboys en 1991, Troy Aikman améliore la vitesse et réduit sa distance de recul pour améliorer sa vitesse de lancer[101]. Si sa mobilité est faible, sa capacité à encaisser les chocs est au contraire importante[102].

L'un de ses atouts est la rapidité à comprendre la défense qui lui est opposée et a adapté l'attaque selon celle-ci. Il est d'ailleurs si rapide à lire les défenses adverses que ses coéquipiers le surnomment « Computer Head »[Note 5],[103]. Roger Staubach, quarterback de Dallas élu au Pro Football Hall of Fame pour sa carrière avec les Cowboys dans les années 1970, déclare que « [Troy Aikman] a probablement lancé le ballon de football américain aussi bien que n'importe qui dans la NFL. Il a toujours réalisé des performances quand ses coéquipiers avaient le plus besoin de lui. C'est un vainqueur. »[A 3],[104].

Blessures à répétition[modifier | modifier le code]

Troy Aikman a subi au moins dix traumatismes crâniens pendant sa carrière professionnelle de joueur de football américain. Il est, avec Steve Young, l'un des principales victimes de la politique de silence de la National Football League concernant les graves blessures à la tête[45]. Après son traumatisme crânien lors de la victoire de championnat NFC contre les 49ers de San Francisco, il est plongé dans le noir à l'hôpital Baylor, ne supportant pas la lumière. Ses pertes de mémoire inquiètent, il ne se souvient pas des réponses qui sont apportées aux questions qu'il a posé cinq minutes plus tôt[45]. Aikman souffre également d'une commotion cérébrale contre les Cardinals de l'Arizona en octobre 1994 ou encore contre les Eagles de Philadelphie en 1997[102].

Au début des années 2010, Troy Aikman ne s'associe cependant pas à la plainte des anciens joueurs NFL contre la ligue[105].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Troy Aikman est un enfant de la campagne américaine, introverti et calme[106]. Il est resté silencieux et humble[107]. Troy Aikman est un amateur de musique country[54],[108]. Il a enregistré lui-même un titre : Oklahoma Nights[54]. Il est représenté comme un réel cow-boy de part son image et son physique, mais malgré qu'il conduise un pick-up, il ne se considère pas comme tel[101]. Chrétien, il s'investit dans les églises de l'Oklahoma et de Dallas[109].

Son physique imposant, ses yeux bleus et ses cheveux blonds lui donnent un style différent. Il travaille sa carrure et son physique en courant presque tous les jours et en levant des poids[110]. Ses performances sportives lui donnent une célébrité qu'il gère avec difficulté. Aikman a en effet des difficultés à être traité différemment des autres et est inconfortable en public[106]. Il est considéré comme intelligent[101].

Dès la signature de son premier contrat avec les Cowboys, Troy Aikman place les actions caritatives au cœur de son héritage. Il promet qu'il va donner 1 000 dollars à des œuvres caritatives à chaque victoire des Cowboys et 5 000 dollars par an pour des bourses scolaire au lycée d'Henryetta et à l'université de Californie à Los Angeles[107].

Fondation Troy Aikman[modifier | modifier le code]

Un homme en costume avec une cravatte rouge, de profil, tapotant sur un clavier d'ordinateur dont il regarde l'écran.
Troy Aikman à la Maison Blanche répond aux questions des internautes après avoir effectué une lecture à des enfants.

En 1992, Troy Aikman créé la Troy Aikman Foundation pour un grand nombre d’œuvres caritatives liées aux enfants dans la région de Dallas[54],[111]. La fondation construit notamment des salles de jeux interactives dans les hôpitaux pour enfants aux États-Unis[112]. Il travaille également avec l'ancien quarterback des Cowboys de Dallas, Roger Staubach, lors d'activités avec les enfants de l'hôpital de Dallas. Aikman publie en 1995 un livre pour enfants intitulé Things Change. L'ouvrage, qui est vendu à 250 000 exemplaires, demande aux enfants d'avoir de « grand rêves » et de « transformer les défaites en victoires »[112],[A 4]. En 1997, Aikman reçoit le prix d' « Homme de l'Année » de la National Football League (NFL Man of the Year Award) récompensant son implication dans les œuvres caritatives en dehors des terrains[1].

En 2011, une polémique éclate à propos de la stratégie de la fondation Troy Aikman de garder en réserve 1 600 000 dollars. Aikman répond que les opérations de création d'espaces de récréation pour les enfants s'auto-financent grâce au support d'entreprises locales et de l'association Teammates for Kids et qu'il garde cet argent en cas de besoin si ces structures ne peuvent plus l'aider à construire ces espaces dans les hôpitaux[113].

Troy Aikman dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Un panneau bleu avec dessus les inscriptions en lettres blanches suivantes : « Henryetta, Home of World Champion Cowboys Jim Shoulders and Troy Aikman ».
Un panneau d'entrée de la ville d'Henryetta avec les inscriptions en hommage à Troy Aikman.

Les Cowboys de Dallas est l'une des équipes de football américain les plus populaires des États-Unis. En tant que quarterback de cette équipe, Troy Aikman est l'un des joueurs ayant tous les projecteurs braqués sur lui[29]. À la fin des années 1990, il reçoit plus de 20 000 courriers par an[112]. En 1994, le développeur Tradewest utilise le nom du quarterback et son image pour promouvoir son jeu vidéo de football américain intitulé Troy Aikman NFL Football. Ce dernier fonctionne sur les consoles Jaguar, Mega Drive et Super Nintendo[114]. En 1996, Troy Aikman joue son propre rôle dans le film Jerry Maguire, l'histoire d'un agent joué par Tom Cruise qui évolue dans le milieu du sport professionnel.

Henryetta, une ville de quelques milliers d'habitants, met en avant les talents de son quarterback, en nommant une rue « Aikman Avenue » et en indiquant « Home of Troy Aikman » sur les panneaux à l'entrée de la ville[115].

Troy Aikman est toujours une personnalité importante du campus de UCLA. En 2015, il réalise une donation d'un million de dollars pour le département sportif de l'université pour financer une partie de la rénovation du centre sportif[116]. En l'honneur du quarterback, la salle de musculation de l'équipe de football américain est renommée The Troy Aikman Strength and Conditioning Center[116].

Il est apparu dans l'épisode des Simpsons Les Prisonniers du stade avec l'ancien quarterback des Dolphins de Miami Dan Marino. Lors de cet épisode, il dessine des caricatures de tout le monde sur un buggy. En 2010, Aikman annonce d'abord être un participant de l'émission de télévision Dancing with the Stars[117] puis annonce qu'il s'agissait d'une blague et qu'il ne sera pas l'un des participants[118].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. « Aikman proved in 1991 that he is already among the quarterback elite in the league. Everyone who has seen him feels he can only get getter. He has ther talent to become an all-time great. »
  2. « Good luck playing football »
  3. « He probably threw the football as well as anyone ever in the NFL. He always produced when the guys needed him the most. He's a winner. »
  4. « have big dreams » et « turn defeats into victory »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cet article traite d'un joueur de football américain. Le lexique du football américain et canadien y est utilisé.
  2. Traduction littérale du surnom officiel des Cowboys de Dallas : America's Team.
  3. La victoire contre les Vikings est le début d'une longue période de disette pour les Cowboys de Dallas, qui ne gagneront pas de victoire en rencontres éliminatoires pendant treize saisons.
  4. La plupart des quarterbacks de la National Football League place quatre doigts sur les lacets du ballon afin d'en avoir un meilleur contrôle et seulement le pouce sur le cuir.
  5. Littéralement « tête d'ordinateur ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Bethany Bradsher, Super Bowl 50 : Celebrating Fifty Years of America's Greatest Game, JKR Ventures, , 329 p. (ISBN 978-0986085000), « Players and Coaches - Troy Aikman », p. 174
  2. a et b Gutman 1997, « Moving Around », p. 7
  3. (en) Peter King, « 18 Troy Aikman », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  4. Dippold 1996, « Young Gun », p. 17
  5. a, b et c (en) Joe Garner et Bob Costas, 100 Yards of Glory : The Greatest Moments in NFL History, « The Great Quarterbacks - Troy Aikman », p. 238 et 239
  6. a, b, c et d Aikman, Glading et Serota 1998, « Mind », p. 13
  7. a et b Gutman 1997, « Moving Around », p. 8 et 9
  8. a, b, c et d Gutman 1997, « A Struggling Sooner », p. 9 et 10
  9. a et b Macnow 2013, « Showing His Talent », p. 16 et 17
  10. a, b, c et d Gutman 1997, « A Struggling Sooner », p. 11
  11. a et b Macnow 2013, « Showing His Talent », p. 18
  12. a, b, c et d Gutman 1997, « A Gutsy Decision », p. 12 et 13
  13. a et b Gutman 1997, « A Gutsy Decision », p. 14
  14. Macnow 2013, « Showing His Talent », p. 20
  15. (en) Associated Press, « Oklahoma Quarterback Troy Aikman Says He Is Transferring to UCLA », Los Angeles Times,‎ (consulté le 1er mars 2016)
  16. a, b, c et d Gutman 1997, « Shining in the California Sun », p. 15
  17. a, b et c Macnow 2013, « Top Pick », p. 22
  18. a, b et c Gutman 1997, « Shining in the California Sun », p. 16 et 17
  19. a, b et c Macnow 2013, « Top Pick », p. 23}}
  20. (en) Thomas Bonk, « COTTON BOWL: UCLA 17, ARKANSAS 3 : Aikman Throws a Coming-Out Party in Dallas », Los Angeles Times,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  21. a et b Macnow 2013, « A Star Emerges », p. 10
  22. a, b et c (en) Troy Aikman, Elise Krige Glading, Marc Serota, Aikman : Mind, Body and Soul, « Body », p. 56
  23. (en) Paul Zimmerman, « Dr. Z's Magnificent Sever », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  24. (en) NFL America's Game: 1992 (Super Bowl XXVII), NFL Network, 2012
  25. a et b Gutman 1997, « Rough Rookie Year », p. 18 et 19
  26. a et b Macnow 2013, « Top Pick », p. 26
  27. (en) Austin Murphy, « A Duel in the Sun : Quarterbacks Troy Aikman and Steve Walsh compete to be the Cowboys' starter », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  28. a, b, c et d Gutman 1997, « Rough Rookie Year », p. 20 et 22
  29. a, b et c (en) Jill Lieber, « Most Visible Player : Troy Aikman's Super Bowl heroics and good looks spelled instant celebrity », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  30. a, b, c, d et e Gutman 1997, « Building a Winning Team », p. 22 à 24
  31. a et b Macnow 2013, « No Pain, No Gain », p. 35
  32. a, b, c, d, e, f et g Gutman 1997, « Super Bowl Quarterback », p. 27 à 31
  33. a et b Macnow 2013, « A Star Emerges », p. 11
  34. (en) Rick Reilly, « Down and Out : The Cowboys are the pride of Dallas once more after whipping Philly », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  35. a, b, c, d et e (en) Bethany Bradsher, Super Bowl 50 : Celebrating Fifty Years of America's Greatest Game, JKR Ventures, , 329 p. (ISBN 978-0986085000), « The Games - Super Bowl XXVII », p. 82 et 83
  36. Dippold 1996, « Showdown in Pasadena », p. 10 et 11
  37. (en) Joe Garner et Bob Costas, 100 Yards of Glory : The Greatest Moments in NFL History, « Improbable Catches - Aikman to Irvin (Twice!) », p. 150 et 151
  38. a, b, c, d et e Macnow 2013, « A Star Emerges », p. 4 à 6
  39. (en) George Vecsey, « America’s Team, Right or Wrong », The New York Times,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  40. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Gutman 1997, « A Dynasty in the Making », p. 31 à 36
  41. (en) Paul Zimmerman, « Armed Forces : In a showdown of signal-callers, Troy Aikman passed the Cowboys over Steve Young's 49ers », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  42. (en) Paul Zimmerman, « Like Old Times : On a day when the Cowboys honored their past, their 31-9 drubbing of the Giants proved that the future belongs to them as well », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  43. (en) Associated Press, « Aikman Becomes the NFL's Richest : Pro football: Quarterback agrees to $50-million, eight-year deal with Dallas Cowboys. », The Los Angeles Times,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  44. (en) Peter King, « Dare To Be Great : Determined to leave his mark on the NFL, Emmitt Smith led the Cowboys to another NFC title », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  45. a, b, c, d et e [vidéo] (en) « League of Denial : The NFL's Concussion Crisis », Frontline,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  46. a, b et c (en) Bethany Bradsher, Super Bowl 50 : Celebrating Fifty Years of America's Greatest Game, JKR Ventures, , 329 p. (ISBN 978-0986085000), « The Games - Super Bowl XXVIII », p. 84 et 85
  47. (en) NFL America's Game: 1993 (Super Bowl XXVIII), NFL Network, 2012, 63 minutes.
  48. (en) Paul Zimmerman, « The Fumble! : Dallas bashed Buffalo in their Super Bowl rematch, as miscues made the Bills four-time losers », Sports Illustrated,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  49. a et b (en) « Aikman's Injury Draws N.F.L.'s Attention », The New York Times,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  50. (en) Don Pierson, « Nfl Probes Cowboys' Silence On Aikman Injury : League Wasn't Told Before Game, As Required, That He Hurt Thumb », The Chicago Tribune,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  51. a et b (en) George Willis, « Cowboys Win One, Lose Two (Passers) », The New York Times,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  52. (en) John Eisenberg, « Cowboys can't run from injury », The Baltimore Sun,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  53. a et b (en) Marty Strasen, Cowboys Chronicles : A Complete History of the Dallas Cowboys, Triumph Books, , 432 p. (ISBN 9781633190917), « 1994 », p. 267 à 275
  54. a, b, c, d et e Gutman 1997, « Three Super Bowls in Four Years », p. 36 à 43
  55. Macnow 2013, « The Ultimate Team Player », p. 53
  56. (en) Marcus DiNitto, « Super Bowl betting history – Underdogs on recent roll », sur sportingnews.com,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  57. a, b, c et d Macnow 2013, « The Ultimate Team Player », p. 55
  58. a, b et c Macnow 2013, « The Ultimate Team Player », p. 56
  59. (en) Bethany Bradsher, Super Bowl 50 : Celebrating Fifty Years of America's Greatest Game, JKR Ventures, , 329 p. (ISBN 978-0986085000), « The Games - Super Bowl XXX », p. 92 et 93
  60. (en) Mike Kiley, « Aikman, Switzer `Feud' Just Won't Die : Reports Say Qb Wants Out Of Dallas », Chicago Tribune,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  61. a et b (en) Marty Strasen, Cowboys Chronicles : A Complete History of the Dallas Cowboys, Triumph Books, , 432 p. (ISBN 9781633190917), « 1996: Beasts of the East », p. 285 à 292
  62. a, b et c (en) Michael Silver, « The Long Road Back : Their batteries recharged by new coach Chan Gailey and his innovative schemes, Troy Aikman and the Cowboys seem driven to rediscover their old winning ways », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  63. (en) « Colts' Harbaugh punches Jim Kelly, breaks hand », Reading Eagle,‎ , D2 (lire en ligne)
  64. a, b et c (en) Marty Strasen, Cowboys Chronicles : A Complete History of the Dallas Cowboys, Triumph Books, , 432 p. (ISBN 9781633190917), « 1997: Struggles Cost Switzer », p. 293 à 300
  65. (en) Joe Drape, « Jones Bids Switzer a Fond Farewell », The New York Times,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  66. (en) David Haugh, « Troy Aikman appreciates Aaron Rodgers' situation : Bears beware: Hall of Fame QB also missed games with broken collarbone and was fairly sharp in 1st game back from injury », The Chicago Tribune,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  67. a et b (en) Marty Strasen, Cowboys Chronicles : A Complete History of the Dallas Cowboys, Triumph Books, , 432 p. (ISBN 9781633190917), « Gailey Brings 'Em Back », p. 301 à 308
  68. (en) T.J. Simers, « Cardinals Leave Cowboys at Loss : Pro football: Arizona goes on road and rolls to first franchise playoff victory since 1947, 20-7 », The Los Angeles Times,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  69. (en) « Colts burn Sanders, Cowboys », Reading Eagle,‎ , D3 (lire en ligne)
  70. (en) « Vikings' George earns first playoff win  », sur ESPN.com,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  71. (en) Thomas George, « Vikings Run The Cowboys Back Home », The New York Times,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  72. a, b et c (en) Marty Strasen, Cowboys Chronicles : A Complete History of the Dallas Cowboys, Triumph Books, , 432 p. (ISBN 9781633190917), « 2000, Y2K Precautions », p. 321 à 325
  73. (en) Dan Steinberg, « LaVar Arrington hangs out with Troy Aikman », The Washington Post,‎ (consulté le 8 avril 2016)
  74. (en) Judy Battista, « Cowboys End Aikman Era With a Whimper », The New York Times,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  75. (en) John Clayton, « Time, and money, ran out for Aikman in Dallas », sur espncdn.com,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  76. (en) « Aikman offers cautionary tale for Romo », sur ESPN.com,‎ (consulté le 7 mars 2016)
  77. (en) Zac Crain, « Troy Aikman: Anatomy of a Super Hero : Try as he might to be just a hardworking television broadcaster, he will always carry the weight of those three rings. », D Magazine,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  78. Macnow 2013, « The Ultimate Team Player », p. 58
  79. a, b et c (en) « Troy Aikman - NFL Lead Analyst », sur www.foxsports.com (consulté le 12 mars 2016)
  80. (en) « Fox names Aikman, Collinsworth to top NFL team », sur philly.com,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  81. (en) Barry Horn, « Aikman talks a great game : Ex-QB shows move into broadcasting the right call », Dallas Morning News,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  82. (en) Zac Crain, « The Fox NFL Broadcast Factory : The More Things Stay the Same », SB Nation,‎ (consulté le 1er avril 2016).
  83. (en) Richard Deitsch, « Man behind the mic: Fox NFL analyst Troy Aikman on broadcasting, more », sur www.si.com, Sports Illustrated,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  84. a, b et c (en) Darren Rovell, « Troy Aikman Reaps Millions by Selling Wingstop Shares on 1st Day of Trading »,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  85. a et b (en) The Associated Press, « 20 Years Later, Aikman to Graduate From U.C.L.A. », The New York Times,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  86. a et b (en) Associated Press, « Aikman throws out first pitch », sur ESPN.com,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  87. (en) Derek Togerson et R. Stickney, « Jeff Moorad Steps Down as Padres CEO », sur http://www.nbcsandiego.com/,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  88. (en) « NFF Adds Six Board Members », sur www.footballfoundation.org,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  89. (en) Mike Crissey, « Cowboy quarterback, former staffer, are wed », sur texnews.com,‎ (consulté le 31 mars 2016)
  90. (en) TMZ staff, « Troy Aikman The Secret Divorce », sur tmz.com,‎ (consulté le 31 mars 2016)
  91. a et b (en) « Ring of Honor - Troy Aikman », sur www.dallascowboys.com (consulté le 12 mars 2016)
  92. (en) Todd Archer, « Tony Romo throws record TD », sur ESPN.com,‎ (consulté le 12 mars 2016)
  93. (en) Todd Archer, « Tony Romo passes Troy Aikman », sur ESPN.com,‎ (consulté le 12 mars 2016)
  94. (en) « Cowboys add Aikman, Smith, Irvin to Ring of Honor », sur ESPN.com,‎ (consulté le 12 mars 2016)
  95. (en) « Troy Aikman », sur www.sports-reference.com (consulté le 12 mars 2016)
  96. a et b (en) « Troy Aikman », sur http://www.pro-football-reference.com/ (consulté le 10 mars 2016)
  97. (en) Bob Oates, « Pro Football : Cowboys' Inexperience Wasn't Aikman's Fault », Los Angeles Times,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  98. Macnow 2013, « Showing His Talent », p. 14
  99. (en) Sam Borden, « Secrets of a Great Spiral: The Grip and the Release », sur www.nytimes.com,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  100. (en) Tim Layden, « The Art of the Pass », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  101. a, b et c (en) T.J. Simers, « No Rhinestone Cowboy : Aikman, the Blue-Collar Kid From Henryetta, Okla., Is in the Spotlight Today, but It Won't Make Him Blink », Los Angeles Times,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  102. a et b (en) Mike Freeman, « PRO FOOTBALL: NOTEBOOK; Issue of Concussions Haunts Aikman », The New York Times,‎ (consulté le 14 mars 2016)
  103. Macnow 2013, « A Star Emerges », p. 7
  104. (en) Associated Press, « Aikman known as leader and winner », sur ESPN.com,‎ (consulté le 12 mars 2016)
  105. (en) Tim Cowlishaw, « Cowlishaw: Why Troy Aikman, who suffered 7 or 8 concussions, hasn't joined ex-players' lawsuit », sur dallasnews.com,‎ (consulté le 12 mars 2016)
  106. a et b (en) Walter Roessing, « The Quarterbacks, First in a Series », Boys' Life, Boy Scouts of America, vol. 83, no 10,‎ , p. 8, 9 et 59 (ISSN 0006-8608, lire en ligne)
  107. a et b Macnow 2013, « Top Pick », p. 27
  108. Aikman, Glading et Serota 1998, « Soul », p. 108
  109. Aikman, Glading et Serota 1998, « Soul », p. 122 et 123
  110. Aikman, Glading et Serota 1998, « Body », p. 48 et 49
  111. Aikman, Glading et Serota 1998, « Soul », p. 116
  112. a, b et c (en) Skip Hollandsworth, « The Real Troy Aikman : The NFL’s most famous quarterback is not who you think he is. Just ask him. », sur www.texasmonthly.com,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  113. (en) « Foundation sitting on $1.6 million in unused funds », sur dallasnews.com,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  114. (en) « Troy Aikman NFL Football », sur www.mobygames.com (consulté le 12 mars 2016)
  115. Macnow 2013, « Showing His Talent », p. 15
  116. a et b (en) « Troy Aikman Makes $1,000,000 Donation to Wasserman Football Center », sur www.wassermanfoundation.org,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  117. (en) TMZ, « Troy Aikman: 'Dancing With The Stars' Will Feature Me! », sur www.huffingtonpost.com,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  118. (en) Chris Chase, « Troy Aikman will not appear on 'Dancing With The Stars' », sur yahoo.com,‎ (consulté le 11 mars 2016)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Troy Aikman, Elise Krige Glading et Marc Serota, Aikman : Mind, Body and Soul, Triumph Books, , 128 p. (ISBN 9781892049100) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Glen Macnow, Troy Aikman : Hall of Fame Football Superstar, Enslow Publishers, , 64 p. (ISBN 9781622850402) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) James Buckley, Troy Aikman : Championship Quarterback, Dorling Kindersley, , 48 p. (ISBN 9780789463760)
  • (en) R. Conrad Stein, Troy Aikman : All-American Quarterback, Scholastic Library Publishing, , 48 p. (ISBN 9780516443942)
  • (en) Richard Rosenblatt, Troy Aikman, Chelsea House Publishers, , 64 p. (ISBN 9780791024577)
  • (en) Bill Gutman, Troy Aikman : Super Quarterback, The Millbrook Press, , 48 p. (ISBN 0-7613-0296-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Joel Dippold, Troy Aikman : Quick-Draw Quarterback, Lerner Publications Company, , 64 p. (ISBN 0-8225-9663-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) NFL America's Game: 1992 (Super Bowl XXVII), avec Troy Aikman, Michael Irvin et Ken Norton Jr, NFL Network, 2012, 63 minutes.
  • (en) NFL America's Game: 1993 (Super Bowl XXVIII), avec Emmitt Smith, Jimmy Johnson et Bill Bates, NFL Network, 2012, 63 minutes.
  • (en) NFL America's Game: 1995 (Super Bowl XXX), avec Larry Brown, Darren Woodson, Rich Dalrymple et Daryl Johnston, NFL Network, 2012, 60 minutes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 3 avril 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.