Cette page est semi-protégée.

Grippe espagnole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pandémie grippale de 1918

Pandémie grippale de 1918 dite Grippe espagnole
USCampHospital45InfluenzaWard.jpg
Militaires de l'American Expeditionary Force victimes de la grippe de 1918 à l'U.S. Army Camp Hospital no 45 à Aix-les-Bains
Maladie
Agent infectieux
Origine
Inconnue
Date d'arrivée
1918
Date de fin
1919
Site web
Bilan
Cas confirmés
500 000 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Morts
Entre 50 et 100 millions

La pandémie grippale de 1918, dite « grippe espagnole », est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse qui s'est répandue de 1918 à 1919. Bien qu'étant d'abord apparue aux États-Unis, puis en France, elle prit le nom de « grippe espagnole » car l'Espagne – non impliquée dans la Première Guerre mondiale – fut le seul pays à publier librement les informations relatives à cette épidémie.

Cette pandémie a fait de 20 à 50 millions de morts selon l'Institut Pasteur, et peut-être jusqu'à 100 millions selon certaines réévaluations récentes, soit 2,5 à 5 % de la population mondiale.

Selon l'historien Niall Johnson qui se base sur la fourchette basse, les plus grandes pertes ont touché l'Inde (18,5 millions de morts, soit 6 % de la population), la Chine (4 à 9,5 millions de morts selon les estimations, soit 0,8 à 2 % de la population), l'Europe (2,3 millions de morts en Europe occidentale, soit 0,5 % de la population) et les États-Unis (entre 500 000 et 675 000 morts, soit 0,48 à 0,64 % de la population).

Histoire

Antécédents

Avant cette grippe de 1918, des pandémies de grippe se produisaient dans le monde en moyenne trois fois par siècle[1]. Les flambées de grippe s'accélèrent au fur et à mesure des siècles : « de 1700 à 1889, l'intervalle moyen entre deux pandémies est de cinquante à soixante ans. À partir de 1889, cet intervalle n'est plus que de dix à quarante ans. Cette accélération peut correspondre à une plus facile propagation du virus, entre autres liée à l'accroissement de la population, à l'urbanisation et à la plus grande fréquence des échanges internationaux »[2].

Hypothèses d'origine géographique

Plusieurs hypothèses ont été émises :

  1. 1918 : Loring Miner, un médecin du Kansas rural, rencontra des cas dans les premières semaines de 1918. Miner, alerté par le taux de mortalité envoya un rapport aux autorités sanitaires. Quelques semaines plus tard, l'un des premiers foyers épidémiques aurait éclaté, vers la base militaire de Fort Riley au nord-est de l'État. L’épidémie se serait propagée ensuite à la fois en Amérique du Nord et vers l’Europe, lors du débarquement de la force expéditionnaire américaine à Bordeaux en avril 1918[3].
  2. Le deuxième rapport de recherches est celui de Michael Worobey, Guan-Zhu Han et Andrew Rambaut, travaux validés par Neil M. Ferguson de l'Imperial College de Londres, qui situe les premières souches entre 1889 et 1900, sur des jeunes Américains ayant développé des anticorps, invalidant de fait la thèse d'une épidémie qui aurait été importée de Canton en 1918[4]. Selon le Professeur Berche, « De mauvaises conditions sanitaires, des populations affaiblies et de grands rassemblements. ». « On pense que la grippe espagnole est apparue d'abord au Kansas où elle a contaminé de jeunes soldats américains, qui étaient réunis trois mois dans des camps de formation militaire, à raison de 50 000 à 70 000 individus, avant de traverser le pays et de prendre la mer pour l'Europe »[5].
  3. Les cas précoces et mortels d’infections respiratoires signalés dès 1916-1917 dans le camp d’Étaples dans le Pas-de-Calais (France) — où les Britanniques installèrent le plus grand complexe hospitalier de tous les temps — et à Aldershot au Royaume-Uni, pourraient être à l’origine de l’épidémie. Le camp d’Étaples en particulier concentrait « tous les ingrédients pouvant favoriser l’émergence d’une pandémie grippale : surpeuplement, cochons vivant à proximité d’oies, de canards, de poulets et de chevaux, et gaz (certains mutagènes) utilisés en grande quantité »[3]. L’historien Pierre Darmon enfin a signalé plusieurs épidémies de pneumonies ayant touché les travailleurs annamites en France en 1917 et 1918[6].

Au fil des années, des travaux scientifiques ont été publiés, affinant l'origine géographique du virus, et semblant valider scientifiquement les États-Unis : le rapport de l'Oxford Academy, publié dans le magazine Evolution, Medicine, and Public Health, volume 2019, étudie les 3 thèses qui avaient jusque là été évoquées (États-Unis, France et Chine), et réfute la Chine arguant que les écrits de l'époque s'appuyaient uniquement sur des données symptomatiques, et non sur la science, la microbiologie en 1918 étant peu développée. Le rapport valide donc, données à l'appui, une origine vraisemblable au Kansas[7].

Les premiers cas

L’hôpital du Camp Funston au Texas.

Les débuts de cette pandémie sont discrets, car le virus n'est pas initialement mortel : l'origine du virus-père de la grippe de 1918, dite « grippe espagnole », est restée pendant longtemps incertaine.

Dès les années 1916-1917, la « pneumonie des Annamites » fait des ravages parmi les ouvriers ou soldats d’origine indochinoise présents en France, qui meurent de façon fulgurante de syndromes respiratoires aigus. Il est suspecté que cela soit la première vague de cette grippe[8].

Le premier cas officiellement enregistré le dans le camp militaire de Funston (en) dépendant de Fort Riley au Kansas. La maladie s'y étend, et dès avril elle apparaît dans un cantonnement britannique à Rouen[9]. L'épidémie se répand rapidement, par le biais des mouvements de troupes alliées, d'abord en Grande-Bretagne, puis aux États-Unis, et enfin en Italie et en Allemagne, atteignant son apogée durant le mois de juin 1918.

Ces pays sont en guerre et censurent les informations sur la maladie pour ne pas affecter le moral des populations. Aussi, quand en mai 1918 la grippe atteint l'Espagne, la presse espagnole est-elle la première à en décrire les effets[10]. C'est pour cette raison que l'épidémie a souvent été qualifiée en Europe de « grippe espagnole »[11],[12],[a], sauf en Espagne où elle porte le sobriquet de « Soldat napolitain »[10].

En juillet, l'Europe considère l'épidémie comme pratiquement terminée, bien qu'ayant atteint un nombre élevé d'individus, surtout dans les armées, mais s'étant manifestée sans gravité, étant de courte durée, et avec des symptômes classiques peu alarmants.

Simultanément à ces épidémies internationales, d'autres foyers épidémiques plus restreints sont observés en Inde et en Nouvelle-Zélande, en juillet, et en Afrique du Sud, en août. On ignore aujourd'hui encore s'il s'agit d'une seule ou de différentes souches, toutes n'engendrant cependant que des symptômes bénins.

Septembre 1918 : l'épidémie américaine devient mortelle

Taux de mortalité à New York, Londres, Paris et Berlin.

C'est aux États-Unis, dans la région de Boston, aux environs du , que les premiers cas mortels d'une grippe, bientôt tristement connue sous le nom de « grippe espagnole », sont signalés.

À compter de cette date, cette vague virale, bien qu'étant dans la lignée directe de la précédente, se caractérise par une mortalité 10 à 30 fois plus élevée que les épidémies grippales habituelles, soit un taux de mortalité moyen situé entre 2,5 et 3 % des grippés.

Du fait de sa grande contagiosité, elle se répand partout où les voyageurs contaminés, civils ou militaires, vont au gré des transports ferroviaires et maritimes de cette époque, inconscients du danger et de la puissance meurtrière de ce qu'ils portent. Dès le , dans l'ensemble du Nord-Est des États-Unis, des côtes américaines du golfe du Mexique, ainsi qu'en Californie et dans la majorité des grandes villes de l'Est américain, sont signalés des décès dus à la grippe : c'est le début d'une augmentation significative et anormale du nombre de cas mortels.

Dans le même temps, les premiers cas sont signalés en Europe, le virus y est probablement apporté par le biais de renforts américains venus aider les armées alliées. Une semaine plus tard, début , c'est l'ensemble du territoire des États-Unis et de l'Amérique du Nord qui est atteint. Il aura suffi de 15 jours à ce virus pour être présent sur l'ensemble du sous-continent Nord-Américain.

C'est alors seulement que l'épidémie prend réellement une ampleur considérable. En effet, si elle était déjà présente dans l'ensemble de ces territoires, le nombre de contaminés n'était pas encore très élevé. Et c'est seulement après sa dissémination que le nombre de contaminés explose.

Aussi, comme le montre le graphique ci-contre, c'est le mois d' qui voit le plus de cas mortels aux États-Unis : un taux de mortalité de près de 5 % chez les malades, soit, rapporté à la population entière (30 à 40 % de la population est atteinte), un taux de mortalité global de 2 %. L'État américain, ainsi que la population, prennent soudainement conscience de l'importance de cette épidémie.

C‘est sur le même schéma que l'Europe, puis le reste du monde, sont à leur tour atteints.

Octobre 1918 : l'épidémie devient pandémie

En , à Seattle, les forces de l'ordre sont équipées de masques.
À Seattle, le poinçonneur a ordre de ne pas laisser monter les passagers non munis de masques. Durant près d'un an, les transports et l'économie de tous les pays seront affectés par les mesures d'hygiène.
Dans tous les pays, les hôpitaux sont débordés et il faut construire des hôpitaux de campagne, ici dans le Massachusetts ().

Les États-Unis sont brutalement submergés par cette épidémie nouvelle. Bon nombre de villes américaines sont paralysées du fait du grand nombre de malades, ainsi que du grand nombre de personnes refusant d'aller travailler. Alors que les médecins américains, désemparés, sans aucune information ou aide possible, font face à cette épidémie du mieux qu'ils le peuvent, une infirmière sur quatre meurt. Alors que cette épidémie, à son apogée de puissance aux États-Unis, y sème le chaos, le désarroi, et surtout la mort, l'Europe compte ses premiers morts dans les rangs des militaires alliés. Avec son arrivée en Europe, ce virus devint international, ce qui annonce déjà son originalité.

Suivant la même évolution qu'aux États-Unis, la maladie, partant du Nord-Est de la France, conquiert bien vite l'ensemble des tranchées alliées ainsi que le territoire français et, du fait des mouvements de troupes britanniques, gagne la Grande-Bretagne.

Vers le , l'épidémie atteint, en France, puis en Angleterre, une importance considérable. Avec une à deux semaines de décalage, l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne et l'ensemble des pays limitrophes comptent leurs premiers morts. De là, l'Europe étant à l'époque le centre colonisateur du monde, des bateaux, avec à leur bord des marins grippés, partent vers l'Afrique, l'Amérique du Sud, les Indes et la Chine, ainsi que vers l'Océanie, ces marins colportant vers ces terres alors encore épargnées une épidémie qui, de fait, devient alors pandémie.

Fin octobre et début novembre, d'abord en France et en Grande-Bretagne, ensuite dans l'Europe entière durant le mois de , l'épidémie devient aussi grave qu'aux États-Unis. Max C. Starkloff, médecin de la ville de Saint-Louis (Missouri) met en place un des premiers cas de distanciation sociale en médecine moderne[18], en ordonnant la limitation du nombre de personnes pouvant s'attrouper et en fermant les écoles. Saint-Louis a ainsi un des taux de mortalité les plus bas des États-Unis[19],[20] (moins de 60 pour 100 000 environ, six semaines après que les premiers cas ont été signalés[21]).

Cependant, les populations européennes, affaiblies par quatre ans de guerre et de pénuries, subissent des pertes pires encore que celles des États-Unis : la France subit à elle seule presque autant de pertes que l'ensemble des États-Unis. Des villes entières sont paralysées, autant par la maladie que par sa crainte. Aux États-Unis, l'épidémie perd enfin de sa force, après deux mois de choc : septembre, mois de la propagation, et octobre, mois des morts.

En Europe, pour la France et la Grande-Bretagne, après une propagation en octobre (avec déjà un grand nombre de morts), c'est principalement novembre, en raison des infrastructures sanitaires débordées, qui voit les plus grandes vagues de mortalité. Pour les autres pays d'Europe, la période de propagation s'étend de mi-octobre à mi-novembre, celle du pic de mortalité, de mi-novembre à mi-décembre. La censure de guerre limite l'écho médiatique de la pandémie, les journaux annonçant qu'une nouvelle épidémie touchait surtout l'Espagne, pays neutre publiant librement les informations relatives à cette épidémie, alors que celle-ci fait déjà des ravages en France.

Parmi les comptoirs et colonies européennes, seule l'Australie est en mesure d'appliquer une quarantaine rigoureuse. Pour les autres, l'épidémie est inévitable : les Européens qui débarquent amènent avec eux le virus. À partir de début novembre 1918, le virus se répand très vite dans toute l'Afrique, l'Amérique latine, les Indes, la Chine ainsi qu'en l'Océanie. Le pourcentage de malades oscille entre 30 et 80 % de contaminés dans les populations locales, parmi lesquels de 1 à 20 % de cas mortels. Les vagues épidémiques, là aussi, durent de l'ordre de deux mois sur une région. La pandémie est donc enrayée vers le début de , avec un pic de mortalité en .

Après deux mois d'accalmie, de à , l'année 1919 voit étrangement une recrudescence importante du nombre de cas. Cette troisième « vague » est toutefois moins grave[réf. nécessaire], les individus atteints lors des deux premières vagues présentant désormais une immunité, et ne pouvant donc ni être contaminés ni colporter le virus. Ce retour de la pandémie déclenche des foyers épidémiques disséminés sur la planète, notamment dans les régions jusqu'alors épargnées, comme l'Australie, où il ne sera résorbé qu'en .

Certains pays seront encore touchés en 1919 et 1920 ; le dernier cas est signalé en , en Nouvelle-Calédonie[22].

En un peu plus d'un an, la pandémie aura fait finalement plus de victimes (voir les évaluations dans le chapeau) dans le monde que la Première Guerre mondiale entre et .

Propriétés

Différentes mutations

Photographie électronique du virus de 1918 rétrospectivement reconstitué par génie génétique à partir d'échantillons de restes humains de 1918.
Statistiques médicales militaires présentant les symptômes de l'épidémie de grippe de 1918 tels que décrits par les médecins de différents camps de l'armée alliée en France (archives américaines).

Les caractéristiques génétiques du virus ont pu être établies grâce à la conservation de tissus prélevés au cours d'autopsies récentes sur des cadavres inuits et norvégiens conservés dans le pergélisol (sol gelé des pays nordiques). Ce virus est une grippe H1N1 dont l'origine aviaire est fortement suspectée à la suite de l'identification en 1999 de la séquence complète des 1 701 nucléotides du gène de l'hémagglutinine[23]. Le virus est à l'origine de trois vagues principales :

  • « virus père », souche inconnue : virus de grippe source, à forte contagiosité mais à virulence normale (mortalité de 0,1 %) qui, par mutation, donna le virus de la grippe espagnole. Le virus père ne fut identifié qu'en février 1918 par le médecin généraliste Loring Miner (de) du Comté de Haskell au Kansas et suivi rigoureusement qu'à partir d'avril (après une épidémie touchant des milliers de soldats américains dans le Camp Fuston en mars), et jusqu'à (gagnant l'Europe lors du débarquement des troupes américaines à Brest, Bordeaux, Étaples), alors qu'il sévit probablement dès l'hiver 1917-1918 en Chine ;
  • « virus de la grippe espagnole », souche H1N1 se révélant être de même origine que le « virus père » qui a muté, les personnes atteintes lors de la première vague sont en effet immunisées lors de la deuxième : virus à forte virulence apparemment apparu aux États-Unis (attesté à la parade de Philadelphie[24]) ; cette appellation inclut généralement aussi son « virus père ». Cette version plus létale (mortalité de 2 à 4 %) sévit en deux vagues meurtrières, l'une de mi-septembre à décembre 1918, l'autre de février à mai 1919. Tous les continents et toutes les populations ont été gravement touchés.

Origine du virus

Du fait de l'absence d'étude sur des souches originales du virus de la grippe espagnole, aucune souche n'ayant pu être conservée, il est impossible de déclarer, aujourd'hui du moins, quelle est la source qui a vu apparaître le « virus père ». Il y a cependant deux hypothèses possibles concernant l'apparition du « virus père » de la grippe espagnole : la première est que ce virus proviendrait de la mutation d'un virus humain préexistant ; dans ce cas, il devrait n'être que faiblement différent de l'original, et les populations humaines devraient, en bonne partie, être immunisées. La seconde est qu'il proviendrait d'une souche nouvelle, provenant d'une autre espèce, notamment les espèces aviaires, qui sont des réservoirs naturels de bon nombre de virus. C'est effectivement souvent ainsi qu'apparaissent les nouvelles souches de virus de la grippe : par l'interaction de populations humaines, porcines et aviaires.

Si cela demeurait inconnu à l'époque, il est désormais attesté que les différentes espèces d'oiseaux, notamment les canards domestiqués, sont des réservoirs naturels de quantité de virus et que ceux-ci peuvent, sous certaines conditions, se transmettre à d'autres espèces, tels les porcs. Or, le mode d'organisation traditionnel de la paysannerie mettait en contact direct et continuel les oiseaux de basse-cour, les porcs et les humains. Les premiers, souvent des canards, sont un réservoir naturel de virus. Les populations porcines subissent ainsi continuellement l'assaut des virus grippaux aviaires, qu'ils ne craignent normalement pas du fait de la barrière des espèces. Mais ce contact continuel permet, le cas échéant, aux variantes des virus de s'adapter au système immunitaire mammalien. Et du fait que le système immunitaire des porcs est proche de celui de l'homme, les virus grippaux aviaires peuvent donc atteindre l'homme par le biais des porcs.

Des chercheurs américains ont d'ailleurs publié en octobre 2005, dans les revues Science et Nature (voir Bibliographie), une étude sur un virus de la grippe espagnole reconstitué (à partir d’un prélèvement de poumon d’une femme décédée lors de la pandémie de 1918 en Alaska et enterrée dans le pergélisol), qui tend à montrer que son origine était aviaire.

Ce que l'on sait de ce virus père tient en ses propriétés pathologiques. Il était somme toute assez commun : durée d'incubation très courte (de 1 à 2 jours), immense majorité de cas bénins et mortalité habituelle d'environ 0,15 %, soit un cas mortel sur 700 malades, particulièrement chez les vieillards et les nourrissons, comme c'est encore le cas aujourd'hui. Ces cas mortels n'étaient pas dus au virus lui-même mais, du fait de l'affaiblissement de l'organisme qu'il entraîne, à des complications de maladies normalement non mortelles (bronchite, pneumonie...).

Ce virus père ne diffère de ceux des autres grippes que par une contagiosité plus élevée qu'à l'accoutumée, lui permettant d'engendrer une épidémie timidement internationale, cela n'est pas encore assez pour être appelé pandémie.

Contagiosité et mortalité

Une dactylo, à New York, au cours de l'épidémie de 1918.

Cette grippe se caractérise d'abord par une très forte contagiosité : deux fois plus élevée qu'une grippe saisonnière et légèrement supérieure à un simple rhume[25]. C'est cela qui lui permit de devenir une pandémie. Une fois arrivée en un lieu donné, l'épidémie s'étend rapidement du fait que les malades transportent et propagent le virus durant les deux premiers jours de leur infection, tout en ne présentant aucun symptôme ; or dans ces cas, le virus avait contaminé dès la première semaine, avant même les premiers morts, une impressionnante partie de la population. La morbidité (proportion de cas de grippe dans une population) était extrême, près de 30 % de la population était atteinte après 15 jours.

Elle se caractérise ensuite par une période d'incubation de 2 à 3 jours, suivie de 3 à 5 jours de symptômes : fièvre, affaiblissement des défenses immunitaires, qui finalement permettent l'apparition de complications normalement bénignes, mais ici mortelles dans 3 % des cas, soit 20 fois plus que les grippes « normales ». Elle ne fait cependant qu'affaiblir les malades, qui meurent des complications qui en découlent.

La mortalité importante était due à une surinfection bronchique bactérienne, mais aussi à une pneumonie due au virus. Le malade, prostré, se plaignait de douleurs dans la poitrine, son visage devenait violacé, une mousse sanguinolente s'échappait de ses lèvres. En quelques heures, plus de la moitié de ces cas se terminèrent par la mort. Un pic de mortalité était observé du 15e au 30e jour de l'épidémie, suivi d'une décroissance lente du nombre de cas. Ce n'était généralement qu'au bout de deux mois que l'épidémie s'essoufflait, poursuivant ailleurs son œuvre.

Dans l'ensemble, ce ne fut non pas la grippe en elle-même, mais les complications pulmonaires qui la suivirent qui furent ainsi la cause principale des cas mortels. Avec les grippes précédentes, seuls 1 % des grippés présentaient des complications pulmonaires plus ou moins graves, et parmi ceux-ci, seuls 1 % des cas était mortels. Avec cette vague de grippe espagnole, ce fut près de 15 à 30 % des grippés qui présentèrent des complications pulmonaires, et environ 10 % de ces cas eurent une issue fatale. Soit, sur une population de 10 000 grippés, 100 complications pulmonaires, 1 décès pour les épidémies communes. Pour une épidémie de grippe espagnole, il y avait de 1 500 à 3 000 complications pulmonaires et de 150 à 300 décès. C'est-à-dire jusqu'à 300 fois plus de morts.

Il est à noter, et c'est une spécificité de cette grippe, que la courbe de mortalité est anormalement haute pour la tranche d'âge de 20 à 40 ans, qui représenta 50 % des décès, avec un pic anormal de la mortalité vers 30 ans. Cette tranche d'âge étant habituellement et clairement la moins touchée. L'atteinte préférentielle d'adultes jeunes pourrait peut-être s'expliquer par une relative immunisation des personnes plus âgées ayant été contaminées auparavant par un virus proche. Le Pr Julien Besançon dans son livre Les jours de l'homme situe très précisément la date de cette immunisation. Il s'agit de l'épidémie de « grippe pneumonique » de 1885-1889 qui, à l'Hôpital de la Pitié où il était interne, tua 2 malades sur 3. Une autre hypothèse serait le système immunitaire de cette classe d'âge qui a trop vigoureusement réagi à ce nouveau virus, en déclenchant un choc cytokinique qui endommageait tous les organes, au point de tuer nombre de malades.

Bien que les personnes plus âgées (notamment vers 60 ans), les adolescents et les nourrissons aient subi une morbidité particulièrement élevée, ils ne subirent pourtant pas davantage de pertes (mortalité) qu'à l'accoutumée. Le nombre de complications pulmonaires ainsi que la mortalité restant étrangement faibles au regard de la virulence de cette épidémie et de leur grande vulnérabilité habituelle face aux grippes, telle celle de 1957, ou d'autres, même anodines. La cause de ces anomalies de répartition de la mortalité, ainsi que de sa forte mortalité, plus encore celle des adultes, reste aujourd'hui encore inconnue.

Avec un système immunitaire très affaibli, pour les malades guéris de cette grippe entre fin 1918, et l'hiver 1918-1919, les complications au niveau de l'organisme restaient très présentes, des années après : ainsi, par exemple, une femme qui attendait un enfant en 1922 après avoir été malade durant l'hiver 1918-1919 pouvait décéder lors de l’accouchement. Les conséquences sanitaires de l'impact de cette pandémie furent ainsi mésestimées sur le long terme par les autorités sanitaires des pays concernés. Cependant, pour les chercheurs et les historiens, des données sont encore disponibles dans les archives médicales et sanitaires de certains pays.

Plusieurs études laissent penser que cette épidémie pourrait avoir été à l'origine d'un premier baby-boom (y compris dans des pays neutres) après la guerre[26].

Bilan humain

Statistiques médicales à New York : évolution du nombre de cas de mortalité par pneumopathie (pneumonie, bronchopneumonie) pour les années 1889 à 1919, avec nette mise en évidence du pic exceptionnel de mortalité dû à la grippe de 1918.

On a par ailleurs constaté que la pandémie de 1918-1919 fut essentiellement caractérisée par trois faits :

  • une proportion de population infectée élevée, évaluée à 500 millions soit 27 % de la population mondiale de 1,8 à 1,9 milliard d'habitants en 1918[27]. Ceci s'expliquant par le fait qu'il s'agissait d'un virus grippal de type nouveau vis-à-vis duquel la population ne possédait aucune immunité ;
  • un taux de mortalité induit (ce n'est souvent pas la grippe qui tue directement) inhabituellement important pour une grippe, dans une fourchette estimée de 2 à 10 % des personnes infectées. De 20 à 50 millions, voire jusqu'à 100 millions selon certaines réévaluations récentes de personnes en périrent ;
  • une courbe de mortalité inhabituelle, avec un pic sur les 20–40 ans, notamment aux alentours de 30 ans[28],[29].

Un article dans le Lancet en 2006, réalisé par des chercheurs qui ont étudié les registres de décès de 27 pays, montre que la mortalité due à cette grippe varie d'un facteur 30 selon les régions, corrélée au revenu économique moyen par habitant : à 10 % de revenu moyen en plus par habitant correspond une baisse de 10 % de la mortalité (corrélation linéaire inversement proportionnelle). Le lien entre la mortalité de cette épidémie et la pauvreté est ainsi établi[30].

Plus précisément, au cours de ces différentes vagues, il y eut 549 000 décès aux États-Unis, premier pays touché. En France, une étude fait état de 240 000 morts dont 33 000 dans l'armée, au Royaume-Uni de 153 000, en Allemagne de 426 000 morts, au total 2 300 000 pour 14 pays d'Europe occidentale (donc vraisemblablement plus de 4 000 000 pour l'ensemble de l'Europe en comprenant l'Autriche-Hongrie, les autres pays d'Europe orientale et la Russie)[31]. Dans les pays belligérants, la pandémie survenue dans des sociétés meurtries depuis 4 ans, a été cependant moins meurtrière que la guerre qui a coûté, dans son ensemble la vie à 18 600 000 personnes, y compris les victimes civiles, en grande majorité en Europe.

La grippe espagnole a frappé plus massivement les pays n'ayant pas ou peu participé au conflit. Dans l'ensemble du Monde, la grippe a fait plus de morts que la guerre[32].

En Inde il y aurait eu au minimum 18,5 millions de morts, soit 6 % de la population, en Chine de 4 à 9,5 millions soit 0,8 à 2 % de la population, ce nombre ne pouvant être estimé dans ces deux pays que dans une fourchette très large[33], au Japon, près de 250 000.

En Océanie, le bilan relatif varie selon les pays. Le gouvernement des Samoa américaines isola l'archipel et parvint à protéger sa population. À l'inverse, les autorités néo-zélandaises des Samoa occidentales firent preuve de négligence, et 90 % de la population fut infectée. 30 % de la population adulte masculine, 22 % des femmes et 10 % des enfants périrent. Des navires quittant les ports néo-zélandais apportèrent la grippe aux Tonga, à Nauru et aux Fidji ; les taux de mortalité s'y élevèrent à 8 %, 16 % et 5 %, respectivement[34]. Le taux de mortalité en Nouvelle-Zélande elle-même fut de 5 %[35].

Pour les autres pays, tels que les colonies africaines, l'Amérique du Sud et la Russie (alors en pleine refonte communiste), il n'est fait mention nulle part de quelconques statistiques, mais on peut, en fonction des populations de l'époque et de la mortalité moyenne, y estimer le nombre de morts total à près de 6 millions. On obtient ainsi au minimum de 20,5 millions à 21,5 millions de morts dus à cette pandémie, des évaluations atteignant jusqu'à 100 millions.

Après plus de 50 millions de morts emportés par la guerre et cette grippe, la pandémie s'achève définitivement vers le début de l'été 1919. En fait, elle s'est scindée en une lignée spécifiquement porcine et une spécifiquement humaine puis est devenue par la suite une grippe saisonnière sous une forme beaucoup moins virulente, évoluant par vagues tous les ans jusqu'à aujourd'hui (le virus père H1N1 étant repéré jusqu'en 1957, date à partir de laquelle il s'est réassorti en virus de type A, souche H2N2 de la « grippe asiatique », puis virus de type A, souche H3N2 de la « grippe de Hong Kong » de 1968), les grippes humaines actuelles provenant toutes du virus de 1918 à partir de combinaisons, mutations ou réassortiments[36].

Impact scientifique

Du fait, sans doute, de la priorité militaire de l'époque, et malgré la virulence de cette pandémie mondiale, aucune étude scientifique approfondie ne fut entreprise. Seuls quelques médecins isolés comme Loring Miner (de) écrivirent de petits traités exposant les symptômes constatés, des statistiques de contamination ou de taux de mortalité. Les rares prélèvements conservés (par exemple dans de la paraffine solide) s'avèrent aujourd'hui dégradés et inutilisables[36].

Aucune souche n'ayant pu être conservée, aucune étude n'a pu être faite sur l'origine de sa contagiosité et de sa virulence, l'une comme l'autre restant inexpliquées jusqu'en 1950, date à laquelle le chercheur Johan Hultin (en) découvre des tissus contenant des traces du virus sur des corps d'Inuits enterrés dans le permafrost d'Alaska[37].

Cette pandémie a fait prendre conscience de la nature internationale de la menace des épidémies et maladies, et des impératifs de l'hygiène et d'un réseau de surveillance pour y faire face. Le Comité d'hygiène de la Société des Nations (SDN), ancêtre de l'OMS, a été créé à la suite de cette épidémie.


Comparaison des pandémies modernes majeures de grippes, Covid-19, et grippes saisonières[38],[39],[40]v · d · m )
Nom Années Population (milliards) Identification Reproduction (R0)[41] Infections (est.) Décès Létalité Sévérité pandémique
Grippe russe de 1889-1890[42] 1889-1890 1,53 H3N8 ou H2N2 ? 2,10 (EI : 1,9–2,4)[42] 20–60 %[42] (300–900 millions) 1 million 0,10–0,28 %[42] 2
Grippe espagnole[43] 1918-1920 1,80 H1N1 1,80 (EI : 1,47–2,27)[41] 33 % (500 millions)[44] 20[45],[46]–100[47],[48] millions 2–3 %[45] 5
Grippe asiatique 1957-1958 2,90 H2N2 1,65 (EI : 1,53–1,70)[41] 8–33 % (0,25 – 1 milliard) 1–4 millions[45] <0,2 %[45] 2
Grippe de Hong Kong 1968-1969 3,53 H3N2 1,80 (EI : 1,56–1,85)[41] 7–28 % (0,25–1 milliard) 1–4 millions[45] <0,2 %[45] 2
Grippe russe de 1977-1978 1977-1978 4,28 H1N1 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu
Grippe de 2009[49],[50] 2009-2010 6,85 H1N1/09 1,46 (EI : 1,30–1,70)[41] 11-21 % (0,7–1,4 milliard)[51] 151 700–575 400[52] 0,03 %[53] 1
Grippe saisonnière[t 1] Annuelle 7,75 A/H3N2, A/H1N1, B 1,28 (EI : 1,19–1,37)[41] 5–15 % (340 millions – 1 milliard)[54]
3–11 % ou 5–20 %[55],[56] (240 millions–1,6 milliard)
290 000–650 000/an[57] <0,1 %[58] 1
Grippe de 2019-2020[59],[60],[t 2] 2019-2020 7,75 A(H1N1)pdm09, B/Victoria, A(H3N2) Inconnu 11 %[t 2] (800 millions ; É.-U. 34–49 millions[t 2]) 0,45–1,2 million (É.-U. : 20–52 000[t 2]) Inconnu 1
Pandémie de Covid-19[61] 2019-2020 7,75 SARS-CoV-2 2,2 (95 % CI : 1,4–3,9)[62],[63]
2,68 (95 % CI : 2,47–2,86)[64]
(976 000 +[65]) 50 000 +[65] Inconnu
(premières estimations entre 0,25 % et 0,8 %)[66],[67],[t 3]
Inconnu
Notes
  1. Inclus pour comparaison.
  2. a b c et d En cours. Chiffres basés sur la situation américaine à ce jour, rapportés par le CDC pour la grippe de 2019-20.
  3. Taux difficile à estimer, attention, l'OMS ne donne pas d'information sur la létalité mais se contente de donner le taux de personnes décédés sur celui des personnes testés ce qui est différent.

Victimes célèbres

Egon Schiele, Die Familie. Le peintre exécute ce tableau quelques jours avant sa mort et peu de temps après que la grippe a emporté son épouse Édith, alors enceinte de six mois.

Notes et références

Notes

  1. Également parce que le roi Alphonse XIII en est rapidement tombé malade. Le terme de grippe espagnole s'est répandu largement, mais en Espagne on l'a appelée grippe française[13], en Allemagne grippe des Flandres[14], au Sénégal grippe brésilienne, au Brésil grippe allemande, en Pologne grippe bolchévique et en Perse, grippe britannique[15],[16],[17].

Références

  1. (en) Chris Patten, What Next ? Surviving the Twenty-first Century, Penguin UK, , p. 121.
  2. Patrick Berche, Faut-il encore avoir peur de la grippe ? Histoire des pandémies, Odile Jacob, , p. 128.
  3. a et b Karl Feltgen 2007, p. 17.
  4. Genesis and pathogenesis of the 1918 pandemic H1N1 influenza A virus, pnas.org du 28 avril 2014, consulté le 19 mars 2020.
  5. L'origine du virus de la grippe espagnole de 1918 enfin précisée, lefigaro.fr du 29 avril 2014, consulté le 19 mars 2020.
  6. Pierre Darmon, « La grippe espagnole submerge la France », L’Histoire no 281, novembre 2003, p. 79-85.
  7. (en) Michael Worobey, Jim Cox, Douglas Gill, The origins of the great pandemic, oup.com du 21 janvier 2019, consulté le 19 mars 2020.
  8. « Retour sur la grippe espagnole : « On pensait en avoir fini avec les grandes épidémies. Et patatras, 240 000 morts » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2020).
  9. (en) « The 1918 Spanish Flu Pandemic, the Origins of the H1N1-virus Strain, a Glance in History ».
  10. a et b Laura Spinney et Patrizia Sirignano, La Grande Tueuse : Comment la grippe espagnole a changé le monde, Albin Michel, (ISBN 978-2-226-43195-0, lire en ligne), p. 63-64.
  11. « L'origine du virus de la grippe espagnole de 1918 enfin précisée », sur sante.lefigaro.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  12. « Grippe espagnole : le mystère de son origine enfin résolu », sur Science et Avenir, .
  13. Philippe Chassaigne, Les Sociétés, la Guerre, la Paix : 1911-1946, Sedes, , 286 p. (ISBN 978-2-301-00205-1, lire en ligne), « Glossaire ».
  14. Marine Dumeurger, « La grippe espagnole : le tueur invisible de 1918 », sur Geo.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  15. Laura Spinney, La Grande Tueuse : Comment la grippe espagnole a changé le monde, Albin Michel, , 432 p. (ISBN 978-2-226-43195-0, lire en ligne), p. 64.
  16. « La mère de toutes les pandémies », Courrier international, no 1528,‎ 13-19 février 2020, p. 46-47.
  17. (de) Stefan Schmitt et Anna-Lena Scholz, « Die Mutter aller Pandemien », Die Zeit, nos 6/2020,‎ (présentation en ligne).
  18. (en) « How Public Health Policies Saved Citizens in St. Louis During the 1918 Flu Pandemic », bioMérieux Connection, (consulté le 15 mars 2020).
  19. « St. Louis, Missouri and the 1918-1919 Influenza Epidemic », The American Influenza Epidemic of 1918: A Digital Encyclopedia, (consulté le 15 mars 2020).
  20. Roos, « How U.S. Cities Tried to Halt the Spread of the 1918 Spanish Flu », HISTORY, (consulté le 15 mars 2020).
  21. McKinsey, McKinsey et Enriquez, « The 1918 Influenza in Missouri: Centennial Remembrance of the Crisis », Missouri Medicine, vol. 115, no 4,‎ jul–aug 2018, p. 319–324 (ISSN 0026-6620, OCLC 7850378090, PMID 30228752, lire en ligne, consulté le 14 mars 2020).
  22. (en) G. Dennis Shanks, Nick Wilson, Rebecca Kippen, John F Brundage, « The unusually diverse mortality patterns in the Pacific region during the 1918–21 influenza pandemic: reflections at the pandemic's centenary », The Lancet, vol. 18, no 10,‎ , p. 323 (DOI 10.1016/S1473-3099(18)30178-6).
  23. (en) Mark J. Gibbs et Adrian J. Gibbs, « Molecular virology : Was the 1918 pandemic caused by a bird flu ? », Nature, vol. 440, no 7088,‎ , E8-E8 (DOI 10.1038/nature04823).
  24. (en) Flu by Eileen A. Lynch. The devastating effect of the Spanish flu in the city of Philadelphia, PA, USA.
  25. « Coronavirus : quelles sont la contagiosité et la létalité du virus ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2020).
  26. S.-E. Mamelund, « La grippe espagnole de 1918 est-elle responsable du baby-boom de 1920 en Norvège ? Le cas d'un pays neutre », Population, vol. 59e année, no 2,‎ , p. 269-301 (lire en ligne).
  27. (en) Jeffery K. Taubenberger, David M. Morens, « 1918 Influenza: the Mother of All Pandemics », Emerging infecteous diseases journal,‎ (lire en ligne).
  28. Institut Pasteur, « Grippe », sur www.pasteur.fr.
  29. Johnson N.P., Mueller J. « Updating the accounts: global mortality of the 1918-1920 “Spanish” influenza pandemic. », Bull Hist Med., printemps 2002, 76(1), p. 105-15. Citation : « This paper suggests that it was of the order of 50 million. However, it must be acknowledged that even this vast figure may be substantially lower than the real toll, perhaps as much as 100 % understated. » Résumé.
  30. (en) Christopher JL Murray et coll., « Estimation of potential global pandemic influenza mortality on the basis of vital registry data from the 1918—20 pandemic: a quantitative analysis », The lancet, vol. 368, no 9554,‎ , p. 2211-2218 (lire en ligne).
  31. (en) Séverine Ansart, « Mortality burden of the 1918–1919 influenza pandemic in Europe », US National Library of Medecine National Institutes of Health,‎ (lire en ligne).
  32. Anne Rasmussen, « Aucune autre pandémie dans l’histoire n’a autant tué» que la grippe espagnole », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  33. (en) Niall Johnson, Britain and the 1918-19 Influenza Pandemic, Routledge, , p. 77-80.
  34. DENOON, Donald, “New Economic Orders: Land, Labour and Dependency”, in DENOON, Donald (éd.), The Cambridge History of the Pacific Islanders, Cambridge University Press, 2004, (ISBN 0-521-00354-7) p. 247.
  35. MELEISEA, Malama, Lagaga: A Short History of Western Samoa, University of the South Pacific, 1987, (ISBN 982-02-0029-6), p. 130.
  36. a et b Patrick Berche, Faut-il encore avoir peur de la grippe ? Histoire des pandémies, Odile Jacob, , 278 p. (ISBN 2738127592).
  37. « (en)Researchers Reconstruct 1918 Pandemic Influenza Virus; Effort Designed to Advance Preparedness Retrieved », sur Center for Disease Control, .
  38. (en) « Realities and enigmas of human viral influenza: pathogenesis, epidemiology and control », Vaccine, vol. 20, nos 25–26,‎ , p. 3068–87 (PMID 12163258, DOI 10.1016/S0264-410X(02)00254-2)
  39. (en) « A History of Influenza », J Appl Microbiol, vol. 91, no 4,‎ , p. 572–79 (PMID 11576290, DOI 10.1046/j.1365-2672.2001.01492.x)
  40. (en) « Ten things you need to know about pandemic influenza » [archive du ], World Health Organization, (consulté le 26 septembre 2009)
  41. a b c d e et f (en) Matthew Biggerstaff, Simon Cauchemez, Carrie Reed, Manoj Gambhir et Lyn Finelli, « Estimates of the reproduction number for seasonal, pandemic, and zoonotic influenza: a systematic review of the literature », BMC Infectious Diseases, vol. 14, no 1,‎ , p. 480 (ISSN 1471-2334, PMID 25186370, PMCID 4169819, DOI 10.1186/1471-2334-14-480, lire en ligne)
  42. a b c et d (en) « Transmissibility and geographic spread of the 1889 influenza pandemic », Proc. Natl. Acad. Sci. USA, vol. 107, no 19,‎ , p. 8778–81 (PMID 20421481, PMCID 2889325, DOI 10.1073/pnas.1000886107, Bibcode 2010PNAS..107.8778V)
  43. (en) « Transmissibility of 1918 pandemic influenza », Nature, vol. 432, no 7019,‎ , p. 904–06 (PMID 15602562, DOI 10.1038/nature03063, Bibcode 2004Natur.432..904M)
  44. (en) Taubenberger JK, Morens DM, « 1918 Influenza: the mother of all pandemics », Emerging Infectious Diseases, vol. 12, no 1,‎ , p. 15–22 (PMID 16494711, PMCID 3291398, DOI 10.3201/eid1201.050979).
  45. a b c d e et f OMS, « Report of the Review Committee on the Functioning of the International Health Regulations (2005) in relation to Pandemic (H1N1) 2009 » [archive du ] [PDF], (consulté le 1er mars 2015), p. 37.
  46. (en) « Pandemic influenza preparedness and response : a who guidance document 2009 », (ISBN 9789241547680), p. 13
  47. (en) David M. Morens et Anthony S. Fauci, « The 1918 Influenza Pandemic: Insights for the 21st Century », The Journal of Infectious Diseases, vol. 195, no 7,‎ , p. 1018–1028 (ISSN 0022-1899, DOI 10.1086/511989, lire en ligne)
  48. Niall P. A. S. Johnson et Juergen Mueller, « Updating the accounts: global mortality of the 1918-1920 "Spanish" influenza pandemic », Bulletin of the History of Medicine, vol. 76, no 1,‎ , p. 105–115 (ISSN 0007-5140, PMID 11875246, DOI 10.1353/bhm.2002.0022, lire en ligne)
  49. « Mortality from pandemic A/H1N1 2009 influenza in England: public health surveillance study », BMJ, vol. 339,‎ , b5213 (PMID 20007665, PMCID 2791802, DOI 10.1136/bmj.b5213)
  50. « First Global Estimates of 2009 H1N1 Pandemic Mortality Released by CDC-Led Collaboration », Centers for Disease Control and Prevention (CDC), (consulté le 7 juillet 2012)
  51. (en) Heath Kelly, Heidi A. Peck, Karen L. Laurie, Peng Wu, Hiroshi Nishiura et Benjamin J. Cowling, « The Age-Specific Cumulative Incidence of Infection with Pandemic Influenza H1N1 2009 Was Similar in Various Countries Prior to Vaccination », PLOS ONE, vol. 6, no 8,‎ , e21828 (ISSN 1932-6203, PMID 21850217, PMCID 3151238, DOI 10.1371/journal.pone.0021828, lire en ligne)
  52. « Estimated global mortality associated with the first 12 months of 2009 pandemic influenza A H1N1 virus circulation: a modelling study », The Lancet. Infectious Diseases, vol. 12, no 9,‎ , p. 687–95 (PMID 22738893, DOI 10.1016/S1473-3099(12)70121-4)
  53. (en) Nick Triggle, « Swine flu less lethal than feared », BBC News, BBC News Online,‎ (lire en ligne)
  54. « WHO Europe – Influenza » [archive du ], Organisation mondiale de la santé, (consulté le 12 juin 2009)
  55. (en-US) CDC, « Key Facts About Influenza (Flu) », sur cdc.gov, (consulté le 10 mars 2020)
  56. (en) Jerome I. Tokars, Sonja J. Olsen et Carrie Reed, « Seasonal Incidence of Symptomatic Influenza in the United States », Clinical Infectious Diseases, vol. 66, no 10,‎ , p. 1511–1518 (ISSN 1058-4838, PMID 29206909, PMCID 5934309, DOI 10.1093/cid/cix1060, lire en ligne)
  57. « Influenza: Fact sheet » [archive du ], Organisation mondiale de la santé, (consulté le 25 janvier 2020)
  58. (en) Reuters, « H1N1 fatality rates comparable to seasonal flu », The Malaysian Insider, Washington, D.C., USA,‎ (lire en ligne)
  59. (en-US) CDC, « Preliminary In-Season 2019-2020 Flu Burden Estimates », sur Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 10 mars 2020)
  60. (en-US) CDC, « Weekly U.S. Influenza Surveillance Report (FluView) » [archive du ], sur Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 1er mars 2020)
  61. (en-US) Denise Grady, « How Does the Coronavirus Compare to the Flu? », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  62. Qun Li, Xuhua Guan, Peng Wu, Xiaoye Wang, Lei Zhou, Yeqing Tong, Ruiqi Ren, Kathy S.M. Leung, Eric H.Y. Lau, Jessica Y. Wong et Xuesen Xing, « Early Transmission Dynamics in Wuhan, China, of Novel Coronavirus–Infected Pneumonia », New England Journal of Medicine, vol. 0, no 0,‎ , null (ISSN 0028-4793, DOI 10.1056/NEJMoa2001316, lire en ligne)
  63. Anthony S. Fauci, H. Clifford Lane et Robert R. Redfield, « Covid-19 — Navigating the Uncharted », New England Journal of Medicine, vol. 0, no 0,‎ , null (ISSN 0028-4793, DOI 10.1056/NEJMe2002387, lire en ligne)
  64. (en) Joseph T. Wu, Kathy Leung et Gabriel M. Leung, « Nowcasting and forecasting the potential domestic and international spread of the 2019-nCoV outbreak originating in Wuhan, China: a modelling study », The Lancet, vol. 395, no 10225,‎ , p. 689–697 (ISSN 0140-6736, PMID 32014114, DOI 10.1016/S0140-6736(20)30260-9, lire en ligne)
  65. a et b « Novel Coronavirus (COVID-19) Situation », sur Arcgis.com (consulté le 25 mars 2020)
  66. Nick Wilson, Amanda Kvalsvig, Lucy Telfar Barnard et Michael G. Baker, « Case-Fatality Risk Estimates for COVID-19 Calculated by Using a Lag Time for Fatality », Emerging Infectious Diseases, vol. 26, no 6,‎ (ISSN 1080-6059, PMID 32168463, DOI 10.3201/eid2606.200320, lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  67. Kenji Mizumoto et Gerardo Chowell, « Estimating Risk for Death from 2019 Novel Coronavirus Disease, China, January-February 2020 », Emerging Infectious Diseases, vol. 26, no 6,‎ (ISSN 1080-6059, PMID 32168464, DOI 10.3201/eid2606.200233, lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  68. a b c d e f et g Charles de Saint-Sauveur, «  : une saison en enfer avec la grippe espagnole », sur Le Parisien, (consulté le 4 janvier 2018).
  69. (en) Gwenda Blair, The Trumps: Three Generations That Built an Empire, Simon and Schuster, (ISBN 9780743210799, lire en ligne), p. 116-117.
  70. Louis Begley, Franz Kafka, Odile Jacob, , p. 227.
  71. Louis Begley, Franz Kafka, Odile Jacob, , p. 227.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Dr Karl Feltgen, « La grippe “espagnole” à Rouen », Études normandes, vol. 56e année, no 1,‎ , p. 15-30 (lire en ligne, consulté le 15 mars 2020).
  • Pierre Darmon, « Une tragédie dans la tragédie : la grippe espagnole en France (avril 1918-avril 1919) », Annales de démographie historique, no 2,‎ , p. 153-175 (lire en ligne, consulté le 15 mars 2020).
  • H.J., « La grippe espagnole, la mal nommée », Population, vol. 28e année, no 1,‎ , p. 136-137 (lire en ligne, consulté le 15 mars 2020).
  • (en) Michael Worobey, Guan-Zhu Han et Andrew Rambaut, « Genesis and pathogenesis of the 1918 pandemic H1N1 influenza A virus » [« Genèse et pathogenèse du virus de la grippe pandémique A (H1N1) de  »], Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 111, no 22,‎ , p. 8107-8112 (PMID 24778238, PMCID PMC4050607, DOI 10.1073/pnas.1324197111, résumé, lire en ligne [PDF], consulté le 4 janvier 2018).
  • Laura Spinney, La Grande tueuse. Comment la grippe espagnole a changé le monde, Albin Michel, , 414 p. (lire en ligne)
  • Freddy Vinet, La Grande grippe. 1918, la pire épidémie du siècle, Vendémiaire, 2018, 260 p.
  • Documents de la conférence de l'Institut Pasteur : La Grippe espagnole de 1918
  • C. Hannoun : La Grippe, éd. Techniques EMC (Encyclopédie médico-chirurgicale), Maladies infectieuses, 8-069-A-10, 1993
  • (en) J. Tautenberger et coll., « Characterization of the 1918 influenza virus polymerase genes », Nature, 6 octobre 2005
  • (en) T. Tumpey T et coll., « Characterization of the reconstructed 1918 spanish influenza pandemic virus », Science 2005, pp. 77-80

Articles connexes

Liens externes