Pandémie de grippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une pandémie de grippe est une épidémie grippale touchant une part inhabituellement importante de la population et présente sur une large zone géographique.

Il ne s'agit pas d'évènement tout à fait exceptionnels[1], sur la base des 20 dernières pandémies grippales documentées, une pandémie grippale intervient en moyenne tous les 25 à 30 ans.

Les conséquences d'une pandémie de grippe lorsqu'elle ne peut être maîtrisée peuvent être très importantes, comme cela a été le cas de la grippe espagnole en 1918 en Europe où en deux années elle a tué des dizaines de millions de personnes et a eu un impact fort sur la démographie, ou plus récemment avec l'infection par le virus de la grippe A qui touche sévèrement l'Amérique centrale et moins fortement l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud et l'Europe.

Les oiseaux sont vraisemblablement l'hôte original des virus de la grippe : ils servent de réservoirs à tous les sous-types de virus A responsables des pandémies.

Pandémies en période pré-moderne[modifier | modifier le code]

La responsabilité du virus grippal est naturellement hypothétique. Cependant la pandémie de 1510 ressemble beaucoup dans sa description à une grippe — fièvre, céphalée, toux pendant quelques jours — et a été signalée en Afrique et en Europe, avec une mortalité variable suivant les témoins[2].

Les pandémies du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Trois pandémies de grippe ont été recensées au siècle dernier :

Grippe espagnole[modifier | modifier le code]

La grippe de 1918, surnommée en France « grippe espagnole » (due à une souche H1N1) s'est répandue en pandémie de 1918 à 1919.

Elle provoqua 30 millions de morts selon l'Institut Pasteur, et jusqu'à 100 millions selon certaines réévaluations récentes.

Les pandémies du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Grippe aviaire[modifier | modifier le code]

Les épidémiologistes de l'OMS et de la FAO redoute une nouvelle pandémie, qui pourrait avoir comme origine le nouveau virus H5N1 « hautement pathogène » apparu en 1998 à Hong Kong, dit de la « grippe aviaire », potentiellement aussi dangereuse que la grippe espagnole.

La grippe aviaire (due à une souche H5N1) s'est répandue en pandémie de 2004 à 2007.

Une estimation de la banque mondiale et de l'ONU[3] porte à 71 millions le nombre de morts qu'une telle pandémie pourrait induire et à 3 000 milliards de dollars son coût pour l’économie mondiale. Les mesures prises semblent avoir permis une baisse du nombre de cas et du nombre de nouveaux pays touchés de 2006 à 2008.

Grippe A[modifier | modifier le code]

La grippe A (due à une souche H1N1) s'est répandue en pandémie en 2009.

Tableau comparatif[modifier | modifier le code]

Pandémies grippales documentées[4],[5],[6]
Nom Date Type Personnes infectées Décès Taux de mortalité Indicateur de sévérité
Grippe russe de 1889-1890[7] 1889–90 Probablement H3N8 ou H2N2 Inconnu 1 million 0,15 % Inconnu
Grippe de 1918[8] 1918–20 H1N1 33 % (500 millions)[9] 20–100 million 2–3 %[10] 5
Grippe asiatique 1957–58 H2N2 8–33 % (250 millions – 1 milliard) 1–1,5 millions <0,2 %[10] 2
Grippe de Hong Kong 1968–69 H3N2 7–28 % (250 millions – 1 milliard) 0,75–1 million <0,2 %[10] 2
Grippe russe 1977–78 H1N1 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu
Grippe de 2009[11],[12] 2009–10 H1N1/09 10–200 millions[10] 105 700–395 600[13] 0,03 %[14] Inconnu
Grippe saisonnière[t 1] Chaque année Principalement A/H3N2, A/H1N1, et B 5–15 % (340 millions – 1 milliard)[15] 290 000–650 000/an[16] <0,1 %[17] NC
Notes
  1. Pas nécessairement pandémique, mais citée à titre de comparaison.

Prospective[modifier | modifier le code]

En 1993 une réunion internationale organisée par le GEIG (Groupe d’Étude et d'Information sur la Grippe) à Berlin définissait déjà les lignes de conduite à tenir en cas de pandémie grippale[18],[19].

Surmortalité : Une étude s'est basée sur les données d'état civil « de haute qualité » collectées durant la pandémie 1918-1920 pour estimer par extrapolation quelle pourrait être la mortalité mondiale si une pandémie aux caractéristiques similaires s'était produite en 2004[20]. Ces données ont été croisées à leur géographie (latitude) et au revenu moyen par tête.
À l'époque, la mortalité a beaucoup varié selon les contextes (jusqu'à 30 fois plus de morts dans certains pays), sans doute en raison de l'immunité face au virus, mais aussi selon la pauvreté « qui explique une grande partie de cette variation de la mortalité »[20]. Une extrapolation à 2004 correspondrait à la mort d'environ 62 millions de personnes dont 96 % environ seraient dans des pays pauvres ou en voie de développement. Si cette mortalité se concentrait en un an, elle accroitrait la mortalité mondiale de 114 %[20].

L'OMS et l'OIE ont mis en place un réseau de surveillance zoonotique de l'évolution des virus, mais il n'est pas possible de vraiment prévoir où et quand émergera une souche mutante à caractéristique « pandémique ».

Selon une étude publiée en 2018 dans la revue Frontiers in Cellular and Infection Microbiology[21], le contexte d'une population fragilisée par le changement climatique, une pandémie du type de la pandémie de grippe espagnole pourrait éventuellement faire non pas environ 50 millions de morts comme en 1918, mais 147 millions de morts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Philippe Derenne, « Pandémie, la grande menace » (Fayard)
  2. (en) Morens DM, North M, Taubenberger JK, « Eyewitness accounts of the 1510 influenza pandemic in Europe », Lancet. 2010;376:1894-5.
  3. (en) Responses to Avian Influenza and State of Pandemic Readiness - 4e rapport global de la Banque mondiale et des Nations unies, octobre 2008, 105 pages sur la réponse mondiale apportée à la grippe aviaire [PDF]
  4. « Realities and enigmas of human viral influenza: pathogenesis, epidemiology and control », Vaccine, vol. 20, nos 25–26,‎ , p. 3068–87 (PMID 12163258, DOI 10.1016/S0264-410X(02)00254-2)
  5. « A History of Influenza », J Appl Microbiol, vol. 91, no 4,‎ , p. 572–79 (PMID 11576290, DOI 10.1046/j.1365-2672.2001.01492.x)
  6. « Ten things you need to know about pandemic influenza » [archive du ], World Health Organization, (consulté le 26 septembre 2009)
  7. « Transmissibility and geographic spread of the 1889 influenza pandemic », Proc. Natl. Acad. Sci. USA, vol. 107, no 19,‎ , p. 8778–81 (PMID 20421481, PMCID 2889325, DOI 10.1073/pnas.1000886107, Bibcode 2010PNAS..107.8778V)
  8. « Transmissibility of 1918 pandemic influenza », Nature, vol. 432, no 7019,‎ , p. 904–06 (PMID 15602562, DOI 10.1038/nature03063, Bibcode 2004Natur.432..904M)
  9. « 1918 Influenza: the mother of all pandemics », Emerging Infectious Diseases, vol. 12, no 1,‎ , p. 15–22 (PMID 16494711, PMCID 3291398, DOI 10.3201/eid1201.050979)
  10. a b c et d « Report of the Review Committee on the Functioning of the International Health Regulations (2005) in relation to Pandemic (H1N1) 2009 » [archive du ], (consulté le 1er mars 2015)
  11. « Mortality from pandemic A/H1N1 2009 influenza in England: public health surveillance study », BMJ, vol. 339,‎ , b5213 (PMID 20007665, PMCID 2791802, DOI 10.1136/bmj.b5213)
  12. « First Global Estimates of 2009 H1N1 Pandemic Mortality Released by CDC-Led Collaboration », Centers for Disease Control and Prevention (CDC), (consulté le 7 juillet 2012)
  13. « Estimated global mortality associated with the first 12 months of 2009 pandemic influenza A H1N1 virus circulation: a modelling study », The Lancet. Infectious Diseases, vol. 12, no 9,‎ , p. 687–95 (PMID 22738893, DOI 10.1016/S1473-3099(12)70121-4)
  14. Nick Triggle, « Swine flu less lethal than feared », BBC News, BBC News Online,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 10 décembre 2009)
  15. « WHO Europe – Influenza » [archive du ], World Health Organization (WHO), (consulté le 12 juin 2009)
  16. « Influenza: Fact sheet » [archive du ], World Health Organization (WHO), (consulté le 25 janvier 2020)
  17. Reuters, « H1N1 fatality rates comparable to seasonal flu », The Malaysian Insider, Washington, D.C., USA,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 26 septembre 2009)
  18. GEIG. « L'Europe face au risque d'une pandémie grippale. VIIth European Meeting on Influenza and its Prevention, Berlin September 1993 » Eur J Epid. 1994;10:449-526.
  19. (en) Hannoun C. « Plans against influenza pandemics in Europe: history and principles » Euro Surveill. 1998;3(3):90.
  20. a b et c (en) Christopher JL Murray, « Estimation of potential global pandemic influenza mortality on the basis of vital registry data from the 1918–20 pandemic: a quantitative analysis », The Lancet, vol. 368, no 9554,‎ 23 déc 2006 – 5 janv. 2007, p.2211-2218 (DOI S0140-6736(06)69895-4, lire en ligne).
  21. Kirsty R & al. (2018) Back to the Future: Lessons Learned From the 1918 Influenza Pandemic |Review arcticle| Front. Cell. Infect. Microbiol.| 08 Octobre 2018 |CC-BY-SA|https://doi.org/10.3389/fcimb.2018.00343

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]